Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel, ex-voto)
    Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel, ex-voto) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Monogramme SJ (pour saint Joseph) sur le panneau central de l'autel.
    Historique :
    Ursule Joséphine de Saunhac-Belcastel (1804-1899), appartenait à une noble famille originaire du Rouergue verrières qui le surmontent (réf. IM40004433), par les héritiers de "Mlle de Saunhac". Celle-ci, Marie Cet autel, d'un style très proche de celui de l'autel de saint Vincent de Paul (réf. IM40004450 entre juin 1892 et septembre 2010). Il remplaçait dans le déambulatoire l'ancien autel en bois de la , dont provient peut-être le petit retable néoclassique encore en place. Le nouvel autel de marbre fut revendiqué lors de l'inventaire de février 1906 (n° II/9), avec sa statue, ses chandeliers et les deux
    Matériaux :
    fonte de fer
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale de la cathédrale, par l'archiprêtre Pierre Lorreyte, vers 1887. Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.
    Représentations :
    Agneau de Dieu ornementation rinceau cannelure ordre dorique ordre ionique ordre corinthien fleur de lys doré entre les colonnettes cannelées de l'autel : trois médaillons circulaires en creux avec le monogramme SJ (au centre) et des fleurs de lys florencées (sur les côtés). Rinceaux gravés et dorés sur le gradin supérieur, croix grecques rayonnantes sur l'inférieur, fleurs de lys stylisées sur les ailes du tabernacle. Décor du retable : pilastres à chapiteau ionique, frise de rinceaux polychromes en relief sur . Contretable peinte d'un semis de fleurs de lys (reproduisant celles des ailes du tabernacle) sur fond vert . Statue : saint Joseph portant l'Enfant Jésus ; motifs floraux dorés, au pochoir, sur le manteau de Joseph . Décor de la clôture : volutes adossées en C et affrontées en cœur sur les panneaux dormants et le
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel néo-Renaissance, entièrement en marbre blanc à l'exception de la porte du tabernacle, en laiton doré ; décor gravé et doré. Degré d'autel à angles antérieurs en quart-de-rond et plate-forme baguées pseudo-doriques, table à angles vifs ; massif postérieur légèrement débordant, pourvu de chaque rectangulaires formant ailes de part et d'autre du tabernacle. Retable en bois peint faux marbre et doré , simplement composé de deux pilastres ioniques portant un entablement droit à frise faîtière découpée ; la antérieurs adoucis en quart-de-rond, ouvrant sur la face par un portillon à deux battants et faux-dormant ; bagues d'assemblage carrées, billes étampées ; fer peint en noir avec rehauts dorés. Les pans de mur de part et d'autre de l'autel sont recouverts d'une série de 40 plaques ex-voto (37 à gauche, 3 à droite ) de tailles diverses, en marbre blanc, à inscriptions gravées et dorées, disposés à touche-touche.
    Auteur :
    [donateur] Saunhac-Belcastel Marie Ursule Joséphine de
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable
    Appellations :
    de saint Joseph
  • Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête, Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan, Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9)
    Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête, Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan, Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    (en bas à droite) ; monogramme GD (lettres entrelacées) 1896 (en bas à droite de la scène figurée ) 1898 (en bas à droite de la scène figurée). Inscription concernant l'iconographie (sur un cartel au bas , aux 1 et 4 de sinople à un chien braque d'or passant surmonté d'une palme d'argent en fasce, aux 2 et 3 bandé de vair et de gueules de six pièces" ; couronne de marquis ; supports : deux lévriers colletés d'or ; devise sur phylactère : FIDELIS ET AUDAX (famille Le Quien de La Neufville). Baie 9 . Signature et date (en bas à droite de la scène figurée) : monogramme GD (lettres entrelacées) 1894 bas) ; CARITAS (sur le cartouche à la clef de l'arc). Armoiries d'alliance (deux écus jumelés sous le cartel) : écu à dextre : "De sinople à trois têtes de léopard d'or" (famille de Neurisse de Laluque ) ; écu à senestre : "D'azur à un pal retrait d'or, mouvant de la pointe, soutenant un croissant d'argent et accosté de deux lions affrontés d'or, chaque lion surmonté d'un chevron d'or" (famille de Carrère
    Historique :
    de l'inventaire de 1906, par Joséphine de Saunhac-Belcastel (1804-1899). Le donateur des deux cet ensemble, parmi lesquels un grand croquis daté 1896 et incluant les neuf verrières (dont celle de de correspondance en rapport avec l'une des verrières : une lettre du 2 juillet 1894 dans laquelle Gabrielle de Neurisse de Laluque, donatrice du vitrail de Saint Vincent de Paul (baie 9) et de l'autel qu'il surmonte (réf. IM40004450), décrit au verrier les armoiries familiales à apposer au bas de l’œuvre - la même Mlle de Laluque avait déjà fait appel à Dagrant l'année précédente pour une verrière de l'église Saint-Vincent-de-Xaintes (réf. IM40004389). Les autres verrières sont datées par les millésimes inscrits , quand ils sont lisibles, et par les dessins précités. La baie 3 est ainsi de 1896, ce qui doit être illisible). La verrière de Saint Charles Borromée (baie 7) pose un problème particulier : son croquis est la date de l'exécution, accompagne la signature). Frappée aux armes de Charles Le Quien de La
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour la verrière de saint Charles Borromée. Dessin à la mine de plomb, 1893. Croquis préparatoire pour une verrière du déambulatoire (sans doute le Vincent de Paul, baie 9 ). Dessin à la mine de plomb, 1894. Croquis préparatoire pour l'ensemble des 8 verrières du déambulatoire. Dessin à la mine de plomb et AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894 Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894.
    Représentations :
    Sacré-Coeur apparition sainte Marguerite-Marie Alacocque église nuée saint Charles Borromée et les pestiférés de Milan eucharistie foule maladie cathédrale armoiries saint Vincent de Paul recueillant les enfants abandonnés infirme secours neige ville les Vertus Baie 1 : le Sacré-Cœur consolateur. Baie 2 : apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque . Baie 3 : Jésus bénissant les enfants. Baie 4 : mort de saint Joseph. Baie 5 : le Christ apaisant la tempête. Baie 6 : la Sainte Famille dans l'atelier de Joseph. Baie 7 : saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan (au fond, la silhouette du Dôme de Milan). Baie 9 : saint Vincent de Paul recueillant des enfants abandonnés et secourant un infirme (dans l'encadrement de la porte de l'orphelinat , une fille de la Charité tenant un nourrisson emmailloté). Ornementation. Chaque scène est inscrite dans un cadre architecturé de style Renaissance, à pilastres et arc cintré surmonté d'un fronton. Ces
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrières cintrées en arc segmentaire. Fonds de paysage en camaïeu bleu ou gris.
    Auteur :
    [donateur] Saunhac-Belcastel Marie Ursule Joséphine de [donateur] Neurisse de Laluque Gabrielle de [donateur] Le Quien de La Neufville Charles
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à , Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan , Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9)
    Dimension :
    Dimensions des verrières 1 et 2 (d'après le dessin préparatoire de Dagrant). Verrières 4 et 6 : h
    États conservations :
    grillage de protection
    Illustration :
    Croquis préparatoire pour la verrière de saint Charles Borromée. Dessin à la mine de plomb, 1893 Croquis préparatoire pour une verrière du déambulatoire (sans doute le Vincent de Paul, baie 9 ). Dessin à la mine de plomb, 1894. IVR72_20144000192NUC2A Baie 2 : Apparition du Sacré-Coeur à Marguerite-Marie Alacoque. IVR72_20124090114NUC2A Baie 2 : Apparition du Sacré-Coeur à Marguerite-Marie Alacoque. IVR72_19844000451X Baie 4 : Mort de saint Joseph. IVR72_20124090115NUC2A Baie 7 : Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan Baie 7 : détail des armoiries Le Quien de Laneufville. IVR72_20124090117NUC2A Baie 9 : Charité de saint Vincent de Paul. IVR72_20124090122NUC2A Baie 9 : détail des armoiries Neurisse de Laluque et Carrère de Loubère. IVR72_20124090123NUC2A
  • Tombeau de la famille de Saunhac (chapelle)
    Tombeau de la famille de Saunhac (chapelle) Dax - Faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant le destinataire (gravée au-dessus de la porte) : CAVEAU DE LA FAMILLE DE SAUNHAC.
    Historique :
    , plusieurs membres de celle de Saunhac-Belcastel quittèrent Capdrot (Dordogne) pour s'établir à Dax et y finir leurs jours à la fin du XIXe siècle : le capitaine de dragons Jean Henry de Saunhac-Belcastel (1798-1875) et ses deux sœurs Marie Ursule Justine (1801-1898) et Marie Ursule Joséphine (1804-1899). La La famille de Saunhac, d'extraction chevaleresque, est originaire du Rouergue et s'est illustrée juillet 1857 (après la mort de Joseph Dayries) et 25 septembre 1876 (après celle du capitaine de Saunhac ). Cette première chapelle "de Saunhac-Dayries" fut démolie en 1896 et reconstruite sur le même emplacement première avait épousé en 1837 Joseph Dayries, originaire de Mont-de-Marsan et mort à Dax en 1857. La seconde, demeurée célibataire, offrit vers 1894 à la cathédrale de Dax l'autel de saint Joseph avec sa statue (réf. IM40004453) ainsi que les deux verrières de G.-P. Dagrant qui le surmontent (réf. IM40004433 ). D'un modèle courant, elle est identique, à quelques détails près, à celle de la famille Folin au
    Description :
    Chapelle de style néogothique en calcaire appareillé, cantonnée de pilastres angulaires ; porte sur chaque face latérale ; toit à deux versants. A l'intérieur, contre la paroi de fond, un autel
    Titre courant :
    Tombeau de la famille de Saunhac (chapelle)
    Appellations :
    de la famille de Saunhac
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    reconstruire la chapelle de Saunhac-Dayries, 24 août 1896 (AM Dax, 9 M 102). IVR72_20134002487NUC2A chapelle de Saunhac-Dayries, 11 septembre 1896 (AM Dax, 9 M 102). IVR72_20134002489NUC2A Lettre de l'entrepreneur Pierre Ducamp au maire de Dax demandant l'autorisation de démolir et Rapport du directeur de la voirie Carpentier autorisant la démolition et la reconstruction de la
  • Cloche dite Marguerite-Marie
    Cloche dite Marguerite-Marie Maylis - en village
    Inscriptions & marques :
    / MARRAINE MME MARIE JOSEPHINE AMELIE LACAZE / SACRE COEUR DE JESUS AYEZ PITIE DE NOUS. Marque d'auteur JESUS / JE M'APPELLE MARGUERITE-MARIE / CLOCHE COMMUNALE // PARRAIN M. LE BARON DOMINIQUE DE LATAULADE Dédicace et date (en deux parties sur les deux faces du vase) : JE SUIS DEDIEE AU SACRE-COEUR DE : FONDERIE DE L'UNION CATHOLIQUE DES LANDES 1908.
    Historique :
    Escoubet fils. L'instrument est dédié au Sacré-Cœur de Jésus et nommé d'après Marguerite-Marie Alacoque les fondeurs François-Dominique Delestan, de Dax, et Jean Malet, de Samadet. La cloche de 1908 est l’œuvre de la fonderie de l'Union catholique des Landes, entreprise éphémère fondée au lendemain de la loi de Séparation des Églises et de l’État en 1905, et dont une seule autre production, exécutée l'année suivante, a été repérée à l'église de Bergouey, dans le même canton de Mugron (réf. IM40005483). Selon J.-B Dominique de Lataulade (1863-1941), faut aussi celui de la cloche déjà citée de Bergouey.
    Précision dénomination :
    de clocher
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloche suspendue de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; mouton en fonte de fer, en barre, à quatre brides rondes boulonnées ; battant en poire, en fer.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Fonderie de l'Union catholique des Landes [fondeur de cloches] Escoubet Jean-Bertrand
    Titre courant :
    Cloche dite Marguerite-Marie
    Appellations :
    dite Marguerite-Marie
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Saint-Vincent-de-Paul - en village
    Inscriptions & marques :
    / La T.H. Mère Marie MAURICE / ont offert à la Paroisse / de St Vincent de Paul / le Chemin de Croix Numéro de chaque station en chiffres romains dans un écu peint à la base de chaque tableau . Monogramme (gravé au bas du cadre de chêne de chaque station) : M B. Inscription concernant le donateur (gravée en lettres dorées sur une plaque de marbre blanc apposée à l'entrée du collatéral nord) : Le T.H . (= très honoré) Père FIAT / Supérieur Général / des prêtres de la Mission / et des Filles de la Charité
    Historique :
    septembre 1878 au 29 juillet 1914, et par la Mère Marie-Joséphine Maurice, supérieure des Filles de la Ce chemin de croix fut offert, comme l'indique une plaque commémorative, conjointement par le Père Antoine Fiat (mort le 1er septembre 1915), supérieur général de la congrégation de la Mission du 4 Charité du 27 mai 1912 au 20 mai 1918. Le don fut certainement effectué dans la première moitié de l'année 1914, après l'achèvement de la construction de la nouvelle église et avant le 29 juillet, date à laquelle le Père Fiat résigna ses fonctions. Le modèle du chemin de croix, dont l'auteur n'est pas -Sulpice, les plus notables étant celles de Lucien Chovet (voir l'exemplaire offert par Napoléon III à l'église de Bourriot-Bergonce, réf. IM40002352) et de Biais fils aîné et Rondelet (numéro 260 de leur catalogue de 1877). D'autres exemplaires, sur toile et également non signés, sont conservés à Gabarret (réf . IM40003350), à Hagetmau (réf. IM40003801) et à Saint-Pandelon près de Dax (réf. IM40004207). La marque M B
    Dénominations :
    chemin de croix
    Représentations :
    ornementation croix fleur de lys ornement végétal Les scènes de la Passion, composées de peu de personnages, se détachent sur un fond de ciel animé de quelques nuages et de montagnes. Le pourtour des cadres de laiton est orné de motifs feuillagés et de grappes de raisin stylisées inscrits dans une arcature brisée ; la croix sommitale, dont les montants portent des motifs similaires, a des extrémités fleurdelisées. La bordure de chêne ne porte pour
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    l'huile, entouré d'un cadre en laiton doré de même forme, à croix sommitale, lui-même encastré dans une
    Auteur :
    [donateur] Maurice Marie-Joséphine
    Localisation :
    Saint-Vincent-de-Paul - en village
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    Chemin de croix
    Illustration :
    Détail du monogramme MB au bas du cadre de l'une des stations. IVR72_20124000222NUC2A Plaque commémorative de la donation du chemin de croix. IVR72_20124000192NUC2A
  • Ensemble de 5 verrières : Cœurs sacrés de Jésus et Marie ; Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes ; Monogrammes du Christ et de la Vierge ; Saint Vincent de Paul, Notre-Dame de Maylis et Notre-Dame de Buglose (baies 0, 1, 4, 6 et 7)
    Ensemble de 5 verrières : Cœurs sacrés de Jésus et Marie ; Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes ; Monogrammes du Christ et de la Vierge ; Saint Vincent de Paul, Notre-Dame de Maylis et Notre-Dame de Buglose (baies 0, 1, 4, 6 et 7) Dumes - en village
    Inscriptions & marques :
    JOSEPHINE / LACOUTURE / de PEDARZACQ (lancette gauche) ; DON de / Mme HENRI / LACOUTURE / Née DAGES Baie 0. Inscription concernant le donateur et date (lancette droite) : DON de / madame BLANCHE / de lion d'or, aux 2 et 3 losangé d'argent et de sable ; couronne de marquis. Baie 1. Signature (lancette gauche) : monogramme GD [lettres entrelacées]. Inscription concernant le donateur : DON de / Mlle (lancette droite). Inscription concernant l'iconographie (sur le nimbe de Notre-Dame de Lourdes) : JE SUIS ] / DOM[INI] / 18[..]. Inscription concernant le donateur (lancettes gauche et droite) : DON de / Mme ÉLISE / LACOUTURE / née D'AUBAGNAN (sic). Armoiries (dans l'oculus sommital) : de Victor Jean-Baptiste , à dextre à deux bâtons d'or passés en sautoir, à senestre de sinople à l'ancre d'argent ; cimier : chapeau d'évêque, crosse). Baie 6. Inscription concernant le donateur (au centre) : DON DE Mr / L'ABBE / DUCOS / CURE / OCTOBRE / 1895. Inscription concernant l'iconographie (sur la bordure de chacun des
    Historique :
    Marthe Marie Jeanne Dages, et sa belle-sœur Joséphine Lacouture (cousine germaine de Blanche de Navailles La vitrerie de l'église de Dumes, bien que mise en place rapidement dans les années qui suivirent sa reconstruction (1888-1889), est hétérogène en raison de la diversité des donateurs qui la iconographique (ou plutôt de son absence). Le Bordelais Gustave-Pierre Dagrant (1839-1915) obtint la plus grande départementales de la Gironde). A noter que la seule verrière (baie 4) signée en toutes lettres du nom du verrier donne l'orthographe "Dagrand", qui sera modifiée en "Dagrant" par jugement du tribunal d'instance de 1889 (année de l'achèvement de l'édifice) et porte le nom de sa donatrice, Blanche de Navailles-Banos , religieuse du Sacré-Cœur, fille du baron Henry et de Louise Lafitte, châtelains de Dumes (qui parrainèrent en 1859 la petite cloche de l'église) - le thème de la verrière, dédiée aux cœurs sacrés du Christ et de donatrice. La verrière de la chapelle nord (baie 1) et celle du mur sud de la nef (baie 4), qui figurent sur
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour une verrière de l'église de Dumes (baie 0), par Gustave-Pierre Dagrant AD Gironde. Fonds Dagrant (non classé). Croquis préparatoire pour deux verrières de l'église de Dumes (baies 1 et 4), par Gustave-Pierre Dagrant, s.d. Croquis préparatoire pour deux verrières de l'église de Dumes (baies 1 et 4), par Gustave-Pierre Dagrant, s.d. Croquis préparatoire pour une verrière de l'église de Dumes (baie 6), par Gustave-Pierre Dagrant AD Gironde. Croquis préparatoire pour une verrière de l'église de Dumes (sacristie), par Gustave -Pierre Dagrant, 1896 Croquis préparatoire pour une verrière de l'église de Dumes (sacristie), par Gustave
    Représentations :
    symbole Coeur Sacré de Jésus Coeur Sacré de Marie tiare clé Jésus (à droite) et celui de Marie (à gauche) sur fond grisaille à motifs géométriques (cercles jaunes figure sainte Jeanne de Valois Immaculée Conception lys figure saint Vincent de Paul Vierge à l'Enfant Baie 0 : au milieu de chaque lancette, un médaillon circulaire à fond jaune avec le cœur sacré de l'oculus de réseau, la tiare et les clefs de saint Pierre (l'église est dédiée au Prince des apôtres (fleurs de lys et trèfles) sur fond bleu. Baie 1 : dans chaque lancette, un personnage en pied (à gauche , sainte Jeanne de Valois avec la maquette du couvent de l'Annonciade de Bourges, à droite Notre-Dame de Lourdes) sur fond de ciel, sur un soubassement architecturé avec fenêtres à remplages et sous un dais à gâbles gothiques et pinacles fleuronnés ; dans l'oculus de réseau, un bouquet de lys au naturel (symbole
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La verrière de la baie axiale du chœur (0) est composée de deux lancettes en arc brisé surmontées d'un oculus à huit lobes et de trois mouchettes ; celles des baies 1 et 4, également à deux lancettes brisées, comportent un simple oculus quadrilobé. La verrière d'imposte au-dessus de la porte d'entrée de la nef (baie 6) est trilobée. La verrière de la sacristie est une simple lancette en arc brisé. Verre
    Auteur :
    [donateur] Navailles-Banos Blanche de [donateur] Lacouture Marthe Marie Jeanne
    Titre courant :
    Ensemble de 5 verrières : Cœurs sacrés de Jésus et Marie ; Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes ; Monogrammes du Christ et de la Vierge ; Saint Vincent de Paul, Notre-Dame de Maylis et Notre -Dame de Buglose (baies 0, 1, 4, 6 et 7)
    Dimension :
    h 320.0 hauteur totale approximative de la verrière 0 h 290.0 hauteur totale approximative de la verrière 4 Dimensions d'après les dessins préparatoires de G.-P. Dagrant. Verrière 0 : h = 255 (lancettes), la = 226 (lancettes), la = 75 (chaque lancette). Verrière de la sacristie : h = 120,5 ; la = 68,5.
    États conservations :
    grillage de protection Les deux panneaux inférieurs de la verrière de la sacristie ont été supprimés et remplacés par un
    Illustration :
    Baie 0 : Cœurs sacrés de Jésus et Marie. IVR72_20164001072NUC2A Baie 0 : Cœurs sacrés de Jésus et Marie (détail : inscription concernant la donatrice Baie 0 : Cœurs sacrés de Jésus et Marie (détail : armoiries de la donatrice Baie 1 : Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes. IVR72_20164001081NUC2A Baie 1 : Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes (détail : monogramme du verrier Baie 1 : Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes (détail : inscription concernant la Baie 1 : Sainte Jeanne de Valois et Notre-Dame de Lourdes (détail : inscription concernant la Baie 4 : Monogrammes du Christ et de la Vierge. IVR72_20164001085NUC2A Baie 4 : Monogrammes du Christ et de la Vierge (détail : signature et date, inscription concernant Baie 4 : Monogrammes du Christ et de la Vierge (détail : inscription concernant la donatrice
    Structures :
    oculus de réseau polylobé
  • Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever
    Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    généreusement le monastère de Sainte-Ursule] Inscriptions (gravées sur la face des deux jardinières) : IMPENDAM Dédicace (gravée sur la plaque en marbre sur la face sud du socle de la croix) : HUJUSCE PAROCHIŒ LIBERALITER ADJUNXIT / Stæ URSULŒ MONASTERIUM. [traduction : Aux pasteurs de cette paroisse, et en premier lieu à Henri Bernard du Sault, la municipalité et le peuple de la ville, auxquels s'est joint : Seigneur, j'ai aimé le séjour de ta maison (Psaume 26, 8)] Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire nord, en SEIGNEUR] / PIERRE PAUL EUGÈNE SAINT-PÉ /CHANOINE HONORAIRE / CURÉ ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / 1908-1914 / DÉCÉDÉ LE 11 OCTOBRE 1914 / A L’ÂGE DE 63 ANS / P. P. L. Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire est LE 2 JANVIER 1936 / ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / 1914-1932. Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire ouest) : [croix] / ICI REPOSE / MAURICE BUCAU / 1885-1956 / CHANOINE HONORAIRE / ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / - / IL FUT LE BON PASTEUR / DE CETTE PAROISSE / PENDANT 25 ANNÉES / DE 1932 à 1958 / P. P. LUI.
    Historique :
    successeurs de l'archiprêtre du Sault : Jean-Marie-Gustave Sarrauton (1831-1908), curé de 1882 à 1908 (et L'installation de cette croix monumentale n'est pas documentée dans les archives de la commune . Comme l'indique une plaque apposée sur le socle, elle est dédiée "aux pasteurs de la paroisse", et "en premier lieu" à l'abbé Henri Bernard du Sault, curé archiprêtre de 1849 à 1875, par "la municipalité et le peuple de la ville" auxquels se joignit le couvent des Ursulines (installé de 1804 à 1905 dans l'ancien hôtel de Barbotan). La mise en place pourrait donc être contemporaine de la mort de l'abbé du Sault en 1875. Les dalles funéraires qui entourent la croix aux points cardinaux sont celles de quatre auparavant de Gabarret en 1875) ; Pierre-Paul-Eugène Saint-Pé (1851-1914), curé de 1908 à 1914 (après l'avoir été de Saint-Martin-de-Seignanx en 1897, puis d'Aire en 1897), chanoine d'Aire en 1897 ; Laurent Pommiès (1856-1936), curé de 1914 à 1932 ; Maurice Bucau (1885-1958), curé de 1932 à sa mort. Manquent en
    Dénominations :
    croix de cimetière
    Représentations :
    Décor sculpté de la croix : acrotères à feuilles en amortissement sur les rampants et aux angles de la stèle, écailles sur le couvrement ; chapiteau à crochets feuillagés au sommet de la colonne ; Bon croisée de la croix sommitale ; semis de rosettes sur le montant et la traverse de la croix, bague et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix de cimetière en calcaire sculpté dans la masse, constituée d'un socle en forme de stèle à cylindrique lisse et chapiteau à crochets ; d'une croix sommitale à montant et traverse de section octogonale , sur socle de même plan. Une plaque dédicatoire en marbre blanc est scellée sur la face sud de la stèle . Aux angles sud-ouest et sud-est du degré sont disposées deux jardinières en marbre blanc de plan carré
    Titre courant :
    Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever
    États conservations :
    La jardinière sud-est est brisée. L'épitaphe de la dalle funéraire nord est presque effacée.
    Annexe :
    Extraits du registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882 ), concernant l'abbé du Sault (Archives diocésaines de Dax, communiqué par l'abbé Dominique Bop). P. 34 : "L'abbé du Sault, aujourd'hui chanoine honoraire et archiprêtre de St-Sever avec ses 72 ans, curé de Cauna en 1832, fut alors appelé à Versailles par son ami de cœur, l'évêque de cette ville, Monseigneur Blanquart de Bailleul, plus tard archevêque de Rouen, qui lui proposa le titre de son vicaire-général. Ils avaient tous les deux étudié le droit à Paris, puis ils étaient entrés ensemble au séminaire de St-Sulpice famille de St-Sever dont il était originaire, et plein du brillant avenir qui se présentait à lui, informa Monseigneur Savy de l'insigne honneur que lui proposait Monseigneur de Versailles. Monseigneur Savy, qui de lui donner sur le moment un poste honorable pour le conserver, il crut pouvoir lui donner le d'élite, il a été refusé pour l'épiscopat de Grenoble en 1842 à cause de ses opinions politiques
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Détail de la croisée de la croix (face sud) : le Bon Pasteur. IVR72_20184000765NUC2A Détail de la croisée de la croix (face sud) : le Bon Pasteur. IVR72_20174000757NUC2A Détail de la croisée de la croix (face nord) : chrisme entre l'alpha et l'oméga Plaque dédicatoire sur le face sud du socle de la croix. IVR72_20174000759NUC2A Jardinière à l'angle sud-ouest du socle de la croix. IVR72_20174000760NUC2A Jardinière à l'angle sud-est du socle de la croix. IVR72_20174000761NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Pierre-Paul-Eugène Saint-Pé (au sud de la croix Dalle funéraire de l'archiprêtre Maurice Bucau (à l'ouest de la croix). IVR72_20174000763NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Gustave Sarrauton (au nord de la croix). IVR72_20174000764NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Laurent Pommiès (à l'est de la croix). IVR72_20174000765NUC2A
  • Ensemble de 87 dalles funéraires
    Ensemble de 87 dalles funéraires Mugron - route de Pomarez - en village
    Inscriptions & marques :
    Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Historique :
    Comme l'a établi Pierre Laporte (1998), la fabrique paroissiale de Mugron s'employa, dès l'époque de la consécration de la chapelle du cimetière en 1814, à attribuer moyennant finances des concessions de tombes dans l'enceinte de l'édifice. Ces concessions, faites en contradiction avec le décret totale de 5739 francs, furent déclarées illégales par le ministère de l'Intérieur en 1820, et il fallut attendre le retour aux affaires communales de l'ancien maire, le baron Pierre d'Antin, l'année suivante , pour voir régulariser la situation. La fabrique, désormais officiellement investie de ce droit, porta dans un premier temps le nombre des concessions à 61 (régularisées par une ordonnance de Charles X du 11 juin 1828), chiffre augmenté à partir de 1827, quand l'avant-nef ou "petite chapelle", c'est à achetées par les familles les plus notables de la ville, qu'elles appartinssent à l'aristocratie, à la les dates s'échelonnent de 1817 (Pierre Texoères, concession 12) à 1920 - une seule tombe fut ajoutée
    Référence documentaire :
    p. 1 Registre paroissial de l'église de Mugron (1842-1950) ("Diocèse d'Aire, paroisse de Mugron , doyenné de Mugron. Registre paroissial de l'église de Mugron à commencer du 25 août 1842"). p. 297-300 MEYRANX Louis-Bernard, abbé. Monographie de Mugron depuis sa fondation jusqu'à nos jours FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885. p. 75-78 LAPORTE Pierre. "Les églises paroissiales de Mugron". Bulletin de la Société de Borda, n
    Représentations :
    Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les dalles sont encastrées dans le carrelage en terre cuite de la chapelle, 47 d'entre elles dans marbre blanc (33), noir (24) ou gris (8) ; deux autres sont mi-parti de marbre blanc et noir. Dans la , tournées vers le sud). Celles de la partie occidentale sont tournées vers l'ouest, à l'exception des dalles dalles funéraires à proprement parler, mais des pierres "d'attente" marquant l'emplacement de concessions non attribuées et portant gravé le numéro de ladite concession : nos n° 1 (concession 16), 18
    Localisation :
    Mugron - route de Pomarez - en village
    Titre courant :
    Ensemble de 87 dalles funéraires
    Dimension :
    Dimensions moyennes des dalles. Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    États conservations :
    mauvaises conditions de conservation Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Annexe :
    Extrait des arrêtés de comptes et délibérations du conseil de fabrique de Mugron (1826-1836 règlement pour les concessions de tombes de la chapelle. / Séance du conseil de la fabrique de la paroisse de St Laurent de Mugron, tenu le premier du mois d'avril mil huit cent vingt sept par Messieurs le J.n B.te Marsan curé. / Monsieur le Président a dit que nous touchions au moment de voir le terme des discussions qui s'étaient élevées entre la commune et la fabrique au sujet de la concession illégale de q[uel ]ques tombes dans la chapelle du cimetière, qu'il était urgent de présenter des statuts ou un règlement pour les concessions des tombes à faire à l'avenir de manière à conserver aux premiers concessionnaires concessionnaires, de manière encore que les trois établissements de charité de la commune profitent par portions égales du produit de ces concessions, de fixer enfin un tarif qui soit relatif à la modicité de la fortune des habitants de cette paroisse. / Le conseil, prenant en considération le rapport ci-dessus
    Catégories :
    taille de pierre
    Texte libre :
    ! / JEANNE LOUISE DARRIEUTORT / âgée de 3 ans et 4 mois / et / JEANNE JOSÉPHINE MARIE / THÉRÈSE SENGOL funéraire de Marie Domenger de Castelnau (1738-1819) ["grande chapelle", chœur, devant le maître-autel] 1819 . Grès ? Dalle rectangulaire. l = 187 ; la = 59,5. Épitaphe (gravée) : 5. / MARIE / DOMENGER / DE CASTEL /NAU, MORTE / LE 3 JUILLET / 1819 / +. [L'une des premières concessions de la chapelle (n° 5). Marie Domenger (Mugron 9.11.1738 - id. 3.7.1819), fille de Jean-Baptiste Domenger et Marie de Maysonnave, épousa partiellement dissimulée par la clôture de chœur. 11. Dalle funéraire de Jacques, Marie et Marguerite Lanavère / Ange chérie / prie pour nous. / - / Jacques LANAVERE / 1843-1901. / Marie LANAVERE / [brisé]. Numéro de TRANSPORT AU JOUR DE SA GLOIRE. / Doux Cœur de Jésus, / soyez mon amour. / Doux Cœur de Marie, / soyez mon de Brun (1784-1817) et de Marie Catherine Gabrielle de Brun, vicomtesse de Monck d'Uzer (1814-1900 / - / Marie Catherine Gabrielle / de BRUN / Vtesse de MONCK d'UZER / DÉCÉDÉE / A L'ÂGE DE 86 ANS / LE 18
    Illustration :
    Tombe de Marie Domenger de Castelnau (1738-1819). IVR72_20154000309NUC2A Tombe de Jeanne-Louise (1881-1884) et Jeanne-Joséphine-Thérèse Darrieutort (1879-1884 Tombe de Jeanne-Louise (1881-1884) et Jeanne-Joséphine-Thérèse Darrieutort (1879-1884) : détail du Tombe de Guillaume-Bertrand de Brun (1784-1817) et de Marie Catherine Gabrielle de Brun, vicomtesse Tombe de Jacques de Lagarrigue (1777-1837), Jeanne Augustine de Lanefranque (1780-1850) et Marie Tombe de Marie-Anne Lavielle (1837-1893). IVR72_20154000326NUC2A Tombe de Marie Françoise Domenger, baronne de Lataulade (1800-1855) et de Bernard Louis Raymond Tombe de Joseph (1775-1854), Marie-Paméla (morte en 1878) et Marie-Alexine de Poyusan (1813-1911 Tombe de Marie-Thérèse Constance Nathalie Soubaigné (1870-1887). IVR72_20154000348NUC2A Tombe de Bernard Adain Hiard (1792-1869), Marie-Clotilde Bastiat née Hiard (1807-1850) et Marie
  • Tombeau de la famille Henri Lacouture
    Tombeau de la famille Henri Lacouture Dumes - en village
    Inscriptions & marques :
    / 1905-1992 ; MARIE / DE / SAINT ANGEL / NÉE PRAT / 1909-1992 (deux plaques encastrées dans la paroi de Inscription concernant le propriétaire (sculptée en relief sur la frise de l'entablement, sur la ) ; NOÉMIE / DE SAINT ANGEL / NÉE LACOUTURE / 1885-1923 (2e plaque posée à plat) ; JEHAN / DE / SAINT ANGEL / 1872-1956 // LAURE / DE / SAINT ANGEL / 1876-1963 (3e plaque posée à plat) ; HENRI / DE / SAINT ANGEL encastrées dans la paroi de fond, rangée inférieure).
    Historique :
    1886 - idem 10 juillet 1909), et Marie Ursule Virgine Léoncia Hélène, dite Noémie, vicomtesse de Saint fronton. Il abrite les sépultures d'Henri et de sa femme Marthe Marie Jeanne Dages (née à Doazit le 4 octobre 1861), de leurs deux filles Marie Suzanne Léontine, Mme Joseph Dupin-Dulau (Dumes 1er novembre Ce tombeau de style néo-toscan fut probablement édifié au début du XXe siècle pour Jean Jacques -Angel (Dumes 21 février 1885 - idem 10 juin 1923), ainsi que les descendants de cette dernière. La famille Lacouture possédait le domaine de Pédarzacq à Dumes. Une autre branche de la famille, issue de l'oncle paternel d'Henri, Charles Lacouture junior (1818-1885), maire de Dumes, possède son propre tombeau dans le cimetière. Marthe Marie Jeanne Dages offrit en 1889 (?), conjointement avec sa belle-sœur Joséphine Lacouture, l'une des verrières fournies à la nouvelle église par Gustave-Pierre Dagrant. La famille maternelle de Mme Dages-Lacouture, les Hiard, est inhumée à la chapelle du cimetière de Mugron.
    Représentations :
    rapporté) et de branches de lierre de part et d'autre (gravées). A l'aplomb des rampants est posée une croix en ronde bosse aux extrémités tréflées et aux bras gravés de stries. Il manque sans doute deux
    Description :
    , toit à deux versants. La paroi de fond derrière le portique a été récemment revêtue de granit avec
    Titre courant :
    Tombeau de la famille Henri Lacouture
    États conservations :
    ont été fautivement reprises : erreurs de dates). Il manque sans doute deux motifs d'amortissement aux
    Appellations :
    de la famille Henri Lacouture
    Catégories :
    taille de pierre
  • Tombeau de la famille du Sault
    Tombeau de la famille du Sault Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    / LÉONICE MARIE-JOSÉPHINE-EUGENIE / DU SAULT / NÉE JUNOT DESFONTAINES / NÉE A L'ILE MAURICE / LE SEIZE AOUT / Ambassadeur de France / 1890-1977 (gravée) ; MARIE DU SAULT / NÉE DE LABORDE / 1854-1939 ; EUGÉNIE MIET / NÉE ) : Marie-Rose DU SAULT / née JONNART / 1902-1991. Épitaphe (gravée sur une plaque de marbre blanc apposée ] ICI REPOSE / LÉON PIERRE MIET / CONTRE-AMIRAL / CONSEILLER D'ÉTAT HONORAIRE / COMMANDEUR / DE LA MARS / MIL HUIT CENT QUATRE VINGT-DIX SEPT. Épitaphes (sur les quatre plaques apposées sur le mur de fond, de part et d'autre de la croix) : ADOLPHE DU SAULT / 1851-1930 (en relief) ; JEAN DU SAULT DU SAULT / 1846-1924. Épitaphe (gravée sur une plaque de marbre gris apposée sur le socle de la croix sur le socle de la croix) : Claude DU SAULT / 1923-2010.
    Historique :
    (1805-1880) et son épouse Léonice Marie Joséphine Eugénie Junot Desfontaines (1807-1882). L'enclos funéraire abrite le caveau de la famille du Sault, qui donna un maire par intérim à la ville de Saint-Sever en la personne d'Adolphe du Sault (1851-1930, maire en 1894, 1904 et 1914-1919 ). C'est à l'abbé Henri Bernard du Sault, curé archiprêtre de 1849 à 1875, qu'est dédiée la grande croix du
    Représentations :
    Au centre de la face postérieure (est) de l'enclos, une grande croix en ronde bosse, aux bras de
    Description :
    L'enclos funéraire est délimité sur trois côtés par un muret (actuellement entièrement recouvert de lierre) et au fond par le mur oriental du cimetière. La clôture s'interrompt au centre de la face antérieure, fermé par une chaîne mobile. A l'intérieur de l'enclos sont disposés trois sarcophages en granit à couvercle plat. L'épitaphe de deux d'entre eux est constituée de lettres métalliques incrustées mur du fond. Deux plaques rectangulaires à épitaphes, en marbre, sont apposées sur le socle de la croix, et quatre autres de part et d'autre sur le mur de clôture.
    Titre courant :
    Tombeau de la famille du Sault
    Appellations :
    de la famille du Sault
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Sarcophage de Léonice Marie Joséphine Eugénie du Sault, née Junot-Desfontaines (1807-1882 Sarcophage de Léonice Marie Joséphine Eugénie du Sault, née Junot-Desfontaines (1807-1882) : détail Sarcophage de Léonice Marie Joséphine Eugénie du Sault, née Junot-Desfontaines (1807-1882) : détail Sarcophage de Léonice Marie Joséphine Eugénie du Sault, née Junot-Desfontaines (1807-1882) : détail Épitaphes de Marie du Sault née de Laborde et d'Eugénie Miet née du Sault. IVR72_20184000780NUC2A Épitaphes de Claude du Sault et de Marie-Rose du Sault née Jonnart. IVR72_20184000781NUC2A de l'épitaphe. IVR72_20184000776NUC2A de l'épitaphe. IVR72_20184000777NUC2A de l'épitaphe. IVR72_20184000778NUC2A Sarcophage du contre-amiral Léon Pierre Miet (1813-1897) : détail de l'épitaphe
  • Domaine de Ducru-Ravez
    Domaine de Ducru-Ravez Macau - Ducru-Ravez - 119 chemin du Bord de l'Eau - isolé - Cadastre : 1843 A4 644 , 645 2013 A 639
    Copyrights :
    (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire
    Historique :
    derrière Plaisance : il s'agit de Marie-Louise dite Zéloé Ravez, fille du négociant Bertrand Ducru, mariée Des bâtiments sont représentés à cet emplacement sur le plan de la palu de Macau de 1776 : ils bâtiments en U n'évolue pas sur le plan cadastral de 1843. Dans l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, la veuve Ravez est la deuxième productrice de l'île -90 à 120 tonneaux- pour des terres situées à Antoine Ravez en 1830. En 1868, l'architecte Louis-Michel Garros propose un projet de reconstruction d'une "maison d'habitation". L'élévation comprend un grand corps de logis central à quatre niveaux /cuvier encadré par deux pavillons. Les bâtiments de dépendance sont réalisés, mais la construction de la ce domaine passe entre les mains de la famille Johnston, qui fera également appel à l'architecte plan de 1904. Aux chais et cuvier viennent s'ajouter une écurie, une maison de contremaître et un parc avec deux orangeries. À la mort de la veuve Ravez, un héritage par les filles donne la propriété aux
    Parties constituantes non étudiées :
    logement de contremaître
    Référence documentaire :
    p. 107 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 136 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux XIXe siècle. Livraisons d'histoire de l'architecture, 2002 DANTARRIBE Cécile. Le « Château Garros » en Médoc et Biterrois dans la seconde moitié du XIXe siècle". Livraisons d'histoire de l'architecture, n°4 Archives privées du Domaine de Ducru-Ravez, contenant documents figurés, et actes notariés.
    Représentations :
    Le fronton de l'écurie est orné d'une tête de cheval encadrée de guirlandes de feuillage.
    Description :
    La demeure de Ducru-Ravez se situe au sud de l'ancienne île de Macau sur les bords du fleuve . L'ensemble est entouré de canaux ou fossés au nord et au sud ; à l'ouest une grande parcelle de bois s'étend vers le canal de la Maqueline. Le logis est intégré à un ensemble viticole composé de plusieurs bâtiments : il constitue l'aile sud greffée à un vaste bâtiment de plan longitudinal abritant chais et cuvier ; une autre aile est disposée symétriquement au nord, servant de logement. Orienté est-ouest, le logis présente une façade principale percée de 5 travées et rythmée de jambes harpées. La travée centrale en légère saillie forme pignon. Les ouvertures sont encadrées de jambes harpées. L' enduit ocre rose recouvre une maçonnerie en moellon. À l'intérieur, le vestibule donne accès aux pièces du rez-de étage de plan rectangulaire. La travée centrale forme pignon orné d'une tête de cheval sculptée . Construit en moellon, il présente des encadrements de baies et des jambes en pierre de taille. Sur la façade
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Macau - Ducru-Ravez - 119 chemin du Bord de l'Eau - isolé - Cadastre : 1843 A4 644 , 645 2013 A
    Titre courant :
    Domaine de Ducru-Ravez
    Annexe :
    . Ont comparu : Madame Marie-Thérèse Louise Yvonne Joséphine de Carbonnier de Marzac, sans profession , épouse assistée et autorisée de Monsieur le comte Jean-Marie Joseph Jacques de Chérade de Montbron -quatre juin mil huit cent quatre-vingt-quatorze. Madame Chérade de Montbron mariée sous le régime de la recueillie par elle avec d’autres biens dans la succession de madame Louise Jeanne Joséphine de Pichard de Marzac sus-nommée pour avoir été recueillie par ladite dame dans la succession de madame Marie Ducru, veuve de M. Antoine Arnaud Sophie Auguste Ravez avec lequel elle s’était mariée sous le régime le partage des successions confondues de M. Bertrand Ducru et de madame Marie Duluc leurs père et Extrait de l'acte de vente du domaine de Ducru-Ravez, 1938 (archives privées) Conservation des , propriétaire avec lequel elle demeure au château de Puymartin commune de Marquay (Dordogne) et actuellement domiciliés au château La Tour à Pondaurat (Gironde). Nés savoir : Madame de Chérade de Montbron à Marquay
    Illustration :
    Extrait du plan cadatral de 1843, section A4, parcelles 644 , 645. IVR72_20143306509NUC1A Projet de maison d'habitation. Façade. Louis-Michel Garros, 7 août 1868. IVR72_20143306500NUC2A Extrait du plan du domaine de 1904. IVR72_20143306499NUC2A Dessin du bâti et des cultures d'après le plan de 1904 (archives privées), superposé à la vue aérienne de 2014 (IGN, Géoportail). IVR72_20143306511NUDA Écurie : façade principale, détail de la tête de cheval sculptée. IVR72_20143306495NUC2A Maison de contremaître (?). IVR72_20143306501NUC2A Pilier ouest de l'orangerie. IVR72_20143306493NUC2A Fossé de séparation (nord). IVR72_20143306487NUC2A
  • Front de mer d'Arcachon
    Front de mer d'Arcachon Arcachon - - front de mer - en ville
    Historique :
    Le plan cadastral parcellaire de la commune de la Teste terminé sur le terrain en 1808-1809 (avant la création de la commune d'Arcachon en 1857) est explicite : le front de mer est quasiment désert . Les premiers établissements de bains s'installent vers 1823. Les dessins et gravures de Léo Drouyn montrent que vers 1850, des propriétaires venus de Bordeaux, mais également des Testerins, font construire des maisons de villégiatures. Le "plan dressé pour servir au projet d'érection d'Arcachon en commune distincte" daté de juillet 1856, mentionne les constructions qui occupent désormais le front de mer : établissement Gaillard, établissement Legallais et déjà beaucoup de villas. De la pointe d'Eyrac à l'Est , jusqu'à la Chapelle d'Arcachon à l'Ouest, le bord de mer est habité. Le plan dressé par l'ingénieur John Lawson, daté de 1882, montre les parcelles allongées des propriétés perpendiculaires au front de mer et ne laissant que de rares accès à la plage depuis le boulevard de la Plage. Cela est en partie corrigé
    Précision dénomination :
    front de mer
    Localisation :
    Arcachon - - front de mer - en ville
    Titre courant :
    Front de mer d'Arcachon
    Annexe :
    . Les Ormes 1 rue Hovy AL 448 2004 Paul Ducros arch. Arc. Joséphine 79-81 bd de la Plage AL 409 1986 Résidences du front de Mer, compléments nom adresse cadastre date d'achèvement maître d’œuvre Les 2 capitaine Allègre AN 844 2005 Philippe Vacheron arch. La Teste Les Héliantes 31 bd de la Plage AM 305 1972 Jean Martel arch. La Canelette 39 bd de la Plage AM 724 années 1970 Groupe Epure Arc. Grand Large 19-21 bd Chanzy AN 812 1987 Pétuaud Létang Arch. Mérignac Les Jardins de la Plage 73-75 bd de la Plage AM 798 1991 Yves Dupouy arch. Arc. Résidence Hovy 77 bd de la Plage AL 448 2006 Paul Ducros arch. Arc Yves Dupouy arch. Arc. Calypso 91 bd de la Plage AL 57 1974 Groupe Epure/ Yves Dupouy arch. Arc. Côte d'Argent 125 bd de la Plage AL 333 1979 JC. Belliard arch. Arc. Eugénie 133 bd de l a Plage AL 350 1983 d'Eté 165 bd de la Plage AE 899 1987 Yves Dupouy arch. Arc Privilège 167 bd de la Plage AE 1085 1997 G . Montarry Arc. Ciboure Maupassant 169 bd de la Plage AE 980 1968 Ferrier Arch. Bx.Nouveau tableau
    Illustration :
    Cabine de bain-belvédère, 31 av Sainte-Marie. IVR72_20103302284NUC2A Plage avec une cabane de pêcheur. Par Henri Maignan, 1852. IVR72_19763301850V Compagnie des Chemins de fer du Midi et du canal latéral de la Garonne. Chemin de fer de Bordeaux à Villas au bord du bassin près de la jetée de la Chapelle, dessin par H. Maignan, daté 27 octobre La plage d'Arcachon. Aquarelle sur papier Canson, crayon noir, signature de Henri Maignan, datée La plage d'Arcachon. Gouache sur papier collé en plein, de Henri Maignan (sans date ni signature "Les bains d'Arcachon. Vue générale d'Arcachon d'après les photographie de M. A. Terpereau" [BNF Villa donnant sur le front de mer au Second Empire. Lithographie de l'imprimeur Lemercier, Paris "Vista general del establecimiento de los banos de mar de Arcachon". s.d. IVR72_19873300759Z "Boulevard de la Plage". Carte postale ancienne : Marcel Delboy, Bordeaux [début XXe siècle
  • Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard
    Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard Audignon - en village
    Inscriptions & marques :
    Juin 1769 / décédé à Audignon le 25 Septembre 1857 / - / Marie Paule Camille de BOURDEAU d'AUDIGEOS de GALARD / née à St Sever le 27 Septembre 1837 / décédée à Paris le 25 Avril 1853 / - / Hector Marie Pierre de GALARD / né à Meaux le 15 Décembre 1884 / décédé à Magnas le 26 Décembre 1893 / - / Marie / - / Ambroisine Charlotte Marie Elisabeth d'ESTAMPES / Marquise de GALARD / née à Paris le 6 Novembre 1859 Inscription (gravée et dorée, en 30 lignes) : Marthe Josèphe de COMMARIEU / Dame de BOURDEAU de CAPTAN / ancien officier au régt d'Aunis-Infanterie / chevalier de St Louis / né à St Sever le 21 / Baronne de Captan / née à St Sever le 26 Juin 1781 / décédée à Audignon le 24 Septembre 1864 / - / Amélie Joseph Gaétan Bertrand / Marquis de GALARD / ancien officier de cavalerie / ancien conseiller général / maire d'Audignon de 1888 à 1928 / né à Paris le 14 Novembre 1853 / décédé à St Sever le 12 Juillet 1928
    Historique :
    sa femme Marie-Paule Camille de Bourdeau d'Audigeos de Castera (1781-1864), fille de Pierre Martin et de Marthe Josèphe de Commarieu (1756-1841). Leur fille cadette Françoise-Joséphine (1816-1884) le Cette plaque perpétue la mémoire des deux familles qui se succédèrent à la tête du château de Captan, principale demeure nobiliaire de la commune d'Audignon. La famille de Captan, originaire de un hôtel particulier et acquit au sud de la ville un château du XIVe siècle auquel elle donna son nom . Celui-ci était, au début du XIXe siècle, la propriété du baron Pierre Joseph de Captan (1769-1857) et de porta en mariage à Rose Philippe Hippolyte de Galard, 6e marquis de l'Isle-Bozon, baron de Magnas, dit "marquis de Galard" (1806-1876). Leur second fils, le marquis Bertrand (1853-1928), conseiller général du canton de Saint-Sever (1901-1911) et maire d'Audignon pendant quarante ans (1888-1928), hérita du château , qu'il fit rebâtir entièrement de 1891 à 1894 par l'architecte paysagiste Édouard André, associé pour
    Référence documentaire :
    p. 155 CAUNA Bernard-Augustin, baron de. Armorial des Landes CAUNA Bernard-Augustin, baron de
    Représentations :
    d'acanthe ; fronton chantourné flanqué de volutes angulaires et orné d'une croix latine rayonnante épaulée
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Auteur :
    [commanditaire] Galard de l'Isle-Bozon Joseph Bertrand de [commanditaire] Galard de l'Isle-Bozon Ambroisine Charlotte Élisabeth de
    Titre courant :
    Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard
    Appellations :
    des familles de Captan et de Galard
  • Ensemble de 2 cloches (n° 1)
    Ensemble de 2 cloches (n° 1) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription de la cloche 1 (d'après la monographie paroissiale de 1887) : JE M'APPELLE SAINT VINCENT DE PAUL * J'AI ETE DONNEE PAR M. GOUJON GIRARDOT ARCHIPRETRE DE LA CATHEDRALE DE DAX ET FONDUE EN 1871 * J'AI EU POUR PARRAIN M. DARRIGAN PRESIDENT DE LA FABRIQUE ET POUR MARRAINE MME LA BARONNE DE LALUQUE NEE DE CARRERE * EN PRESENCE DE MM. DELMAS PRETRE LAZARISTE BARRERE ET MAURIN VICAIRES ET SANGUINET VICTOR ARCHITECTE DE LA VILLE * LAUDATE D[o]M[i]NUM IN CYMBALIS BENE SONANTIBUS * DELESTAN FONDEUR A DAX. Extrait de l'inscription de la cloche 2 (d'après la même source) : PARRAIN M. JEAN GISCHIA
    Historique :
    fabrique de Notre-Dame. La marraine, Ursule Alix de Carrère de Loubère (née en 1795), fille d'un préfet des -Marie de Neurisse de Laluque (1765-1829) ; leur fille Gabrielle de Laluque fit plusieurs dons à la Les deux petites cloches de la cathédrale furent fondues respectivement en 1871 et en 1889 par le de la première, l'avocat Jean-Jacques-Camille Darrigan (Dax 1804-1880), était le président de la Landes et sœur d'un maire de Mont-de-Marsan sous la Restauration, avait épousé en 1818 le baron Bernard cathédrale (réf. IM40004433 et IM40004450) et à l'église Saint-Vincent-de-Xaintes (réf. IM40004389). La cloche de 1889 fut parrainée par l'entrepreneur Jean Gischia (Saint-Vincent-de-Xaintes 1820 - Dax 1893 ), adjudicataire des travaux de restauration de la chapelle de la Vierge à la cathédrale en 1864-1871.
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906. p. 3-16 DARMAILLACQ B. "Les cathédrales de Dax".Bulletin de la Société de Borda, 79, 1955.
    Précision dénomination :
    de clocher
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloches suspendues de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; mouton en fonte de fer, en barre, à quatre ferrements ; battant en poire, en fer.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Delestan Louis-Rémy
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 2 cloches (n° 1)
    Catégories :
    fonderie de cloches
    Illustration :
    Trou ménagé dans le plancher de la chambre des cloches pour le passage des cordes de tintement
  • Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes (baies 3 et 4)
    Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes (baies 3 et 4) Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    / DOMINI / 1893. Monogramme et date (en bas à droite de toutes les lancettes, sauf celle de droite de la deux baies) : 1893. Inscription concernant l'iconographie (baie 3) : COMMENT / SAINT VINCENT / PARTI DE SAINTES / DEBARQUE A / ST JEAN DE LUZ (lancette droite) ; COMMENT / SAINT VINCENT / EVANGELISAI[T] [L]A / NOVEMPOPULANIE (lancette centrale) ; COM.T / ST VINCENT / AYANT CONVERTI LE TEMPLE / DE LUCINE EN ORATOIRE CHRETIEN / FONDA LE ST SIEGE / EPISCOPAL DE / DAX (lancette gauche). Inscription concernant l'iconographie (baie 4) : COM.T / SS. VINCENT ET / LOETUS AYANT REFUSE / DE SACRIFIER AUX IDOLES / REMPORTERENT LA SUR / LE TOMBEAU DE / ST VINCENT (lancette centrale) ; COM.T / APRES LA TRANSLATION / DU SIEGE / EPISCOPAL A DAX / (XIe SIECLE) / LE CHAPITRE DE LA / CATHEDRALE SE RENDAIT / CHAQUE ANNEE / EN PROCESSION , lancette droite) ; de Victor Jean-Baptiste Paulin Delannoy, évêque d'Aire et de Dax, avec la devise Haec est spes nostra (baie 3, lancette gauche) ; de la ville de Dax (baie 4, lancette centrale) ; de la
    Historique :
    de l'église (réf. IM40004420), en mémoire de ses parents (mariés en 1818), le baron Bernard-Marie de Neurisse de Laluque (1765-1829) et Ursule Alix de Carrère de Loubère (née en 1795, fille d'un préfet des l'hagiographie locale) de saint Vincent et de son frère Lætus, fondateurs supposés du diocèse de Dax. La légende de Vincent de Xaintes, ignorée de Grégoire de Tours, ne s'est sans doute formée au plus tôt qu'au Xe . La verrière 4 fut offerte par Gabrielle de Neurisse de Laluque, marraine en 1885 de la petite cloche Landes et sœur d'un maire de Mont-de-Marsan sous la Restauration), dont les armes figurent à la tête des lancettes gauche et droite. Mlle de Laluque devait encore offrir l'année suivante à la cathédrale Notre-Dame une verrière du même Dagrant dédiée à saint Vincent de Paul. Elle adressa à cette occasion au verrier une lettre (2 juillet 1894) lui annonçant l'envoi d'une "empreinte des armes de son cachet" et formulant le vœu que ce nouveau travail soit aussi réussi que "ceux de notre église de St-Vincent".
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église. Dessin à la mine de plomb et à AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894 Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894.
    Représentations :
    saint Vincent de Xaintes cycle narratif Chacune des lancettes comporte, au centre, une scène de la vie de saint Vincent sous un dais architecturé et sur un soubassement à arcature ; le tout est inscrit dans un long médaillon oblong sur fond de grisaille à motifs de rinceaux fleuris ; au bas de chaque lancette, un médaillon polylobé portant la légende de la scène ; à la tête, un médaillon armorié (sauf celui de la lancette centrale de la baie 3, qui droite de la baie 3 pour s'achever avec la lancette droite de la baie 4. Baie 3, de droite à gauche : Vincent et son frère Lætus, partis de Saintes, débarquent à Saint-Jean-de-Luz (Vincent est déjà revêtu des ornements épiscopaux, Lætus d'une dalmatique de diacre) ; Vincent évangélisant les peuples de la ) ; Vincent, accompagné de Lætus, fonde le diocèse de Dax et commande la transformation du temple de Lucine en , de gauche à droite : décapitation de Vincent et de Lætus pour avoir refusé de sacrifier aux idoles (à
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrières à trois lancettes séparées, celle du centre plus haute. Les fonds de paysage sont peints
    Auteur :
    [donateur] Neurisse de Laluque Gabrielle de
    Titre courant :
    Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes
    Dimension :
    Dimensions de la lancette centrale (d'après les dessins de Dagrant) ; lancettes latérales : h = 395
    Annexe :
    Lettre de Gabrielle de Laluque à Gustave-Pierre Dagrant, 2 juillet 1894. Lettre de Gabrielle de Laluque de Neurisse au verrier Gustave-Pierre Dagrant, concernant les armoiries à apposer sur une verrière de saint Vincent de Paul par elle offerte à la cathédrale Notre-Dame de Dax, 2 juillet 1894 (AD que l'empreinte des armes de mon cachet habituel, que vous aviez déjà mais concernant les couleurs du blason je transcrirai la légende des lettres patentes : / "Pour mon Père : de sinople à trois têtes de léopard d'or, écu timbré d'une couronne de Baron. / Pour celles de ma Mère, de Carrère : d'azur au vol abaissé d'argent sommé d'un croissant du même et accosté de deux lions couchés rampants aussi d'argent , celui de dextre surmonté d'un chevron d'or, l'écu timbré d'une couronne de comte." / Je désire que les verrière destinée à St V. de Paul ait le cachet de bon goût que vous apportez à tous vos travaux, que... de réussi, comme / ceux de notre église de St Vincent et vous attire j'espère d'autres travaux en la
    Illustration :
    Baie 3 : saint Vincent et Laetus débarquant à Saint-Jean-de-Luz. IVR72_20124000854NUC2A Baie 3 : saint Vincent fondant le siège épiscopal de Dax. IVR72_20124000853NUC2A Baie 3 : armoiries de Mgr Delannoy, évêque d'Aire et de Dax. IVR72_20124000856NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_20124000847NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_20124000924NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_19844000074XA Baie 4 : procession du chapitre de la cathédrale de Dax à Saint-Vincent. IVR72_20124000848NUC2A Baie 4 : procession du chapitre de la cathédrale de Dax à Saint-Vincent. IVR72_20124000925NUC2A Baie 4 : armoiries de la ville de Dax. IVR72_20124000850NUC2A Baie 4 : armoiries de la famille de Carrère de Loubère. IVR72_20124000851NUC2A
  • Tombeau de la famille Milliès-Lacroix
    Tombeau de la famille Milliès-Lacroix Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Inscriptions & marques :
    Dédicace (en lettres dorées au bas du relief de bronze) : A Mr MILLIES-LACROIX / MINISTRE DES COLONIES - SENATEUR DES LANDES. Signature et date (sur la plaque de bronze, en bas à gauche du médaillon la plaque de bronze) : FAMILLE / MILLIES-LACROIX. Dates (sur la stèle, de part et d'autre de la plaque de bronze) : 1850 1941. Épitaphes : voir liste en annexe.
    Historique :
    La branche aînée de la famille Milliès, d'origine montalbanaise, s'installa à Dax au milieu du XIXe siècle en la personne de Joseph Eugène (1809-1856), dit Milliès-Lacroix, peintre religieux et portraitiste de quelque renommée : l'église de Narrosse (canton de Dax sud) conserve plusieurs œuvres de sa main (réf. IM40003992, IM40003993 et IM40003994). L'influence de la famille sur la vie publique ), maires successifs de la ville à plusieurs reprises entre 1887 et 1959. Le premier fut en outre sénateur des Landes de 1897 à 1932 et ministre des colonies dans le gouvernement Clemenceau de 1906 à 1909 . C'est au cours de son cinquième mandat à Dax que Raphaël Milliès commanda le tombeau familial à ), Plus tardive, la plaque de bronze à l'effigie de l'édile porte la date de 1914 et la signature du sculpteur Raoul Lamourdedieu (Fauguerolles 1877 - Fauguerolles 1953), élève de Falguière et de Charpentier , auteur de quelques monuments aux morts landais (Mimizan, Labouheyre). Elle fut sans doute apposée au
    Référence documentaire :
    Fonds Edmond Ricard (1896) Projet de tombeau pour la famille Milliès-Lacroix, 1896. PETITCOL Xavier. "Documents pour servir à l'histoire de l'architecture dacquoise. Les dessins de l'architecte municipal Ricard". Bulletin de la Société de Borda, 1992, p. 353-359. sur l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.
    Représentations :
    La stèle est couronnée d'une grande croix nimbée de style Art déco, ornée à la croisée d'une couronne mortuaire en relief et à la base d'un oméga gravé (symbolisant la fin de la vie humaine). Sur la stèle est fixée une plaque de bronze rectangulaire à l'effigie de Raphaël Milliès-Lacroix (portrait aux épaules, de profil à droite).
    Description :
    sa face d'une plaque en bronze (scellée) ; de part et d'autre de la stèle, un muret bas couvert en
    Titre courant :
    Tombeau de la famille Milliès-Lacroix
    Appellations :
    de la famille Milliès-Lacroix
    Annexe :
    / 1798-1880. 5. Joséphine Marie MILLIES-LACROIX / née JOUVENOT / 1819-1871. 6. Adèle DEFONTAINE / née ) Milliès-Lacroix / 1899-1900. B. Plaques sur le muret de gauche : 11. Marie MILLIES-LACROIX / née JOUVENOT / 1821-1901. 7. Alexandre DEFONTAINE / 1820-1897. 9. Betzy de MESMAY / née MILLIES-LACROIX GOLZART / 1853-1929. 12. Jean MIRAT / AVOCAT A LA COUR D'APPEL DE PARIS / 1899-1959. 13. Simone MIRAT / née MILLES-LACROIX (sic) / 1904-1995. C. Plaques sur le muret de droite : 14. EUGÈNE MILLIES -LACROIX / MAIRE DE DAX / SENATEUR DES LANDES / 1876-1961. 15. Berthe MILLIES-LACROIX / née BIRABEN / 1878 Tableau généalogique de la famille Milliès-Lacroix Voir ill. IVR72_20134003283NUC2A. _______________________________________________________________
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Projet de tombeau pour la famille Milliès-Lacroix, par Edmond Ricard, 1er avril 1896 (AM Dax, fonds Détail de la stèle. IVR72_20124001334NUC2A Portrait de Raphaël Milliès-Lacroix. IVR72_20124001335NUC2A Détail du portrait de Raphaël Milliès-Lacroix : signature de Raoul Lamourdedieu Détail de plaques funéraires. IVR72_20124001331NUC2A Détail de plaques funéraires. IVR72_20124001332NUC2A Détail de plaques funéraires. IVR72_20124001333NUC2A Détail de plaques funéraires. IVR72_20134002570NUC2A Tableau généalogique de la famille Milliès-Lacroix (et familles alliées). IVR72_20134003283NUC2
  • Sous-ensemble de 14 cloches du carillon (Paccard 1894)
    Sous-ensemble de 14 cloches du carillon (Paccard 1894) Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Inscriptions & marques :
    ) : Cloche 1 : MATER ADMIRABILIS + AVE / O.P.N. (au cerveau, en deux lignes) ; LES ENFANTS DE MARIE DU SACRE ) ; COUVENT DE STE URSULE DE ST-SEVER (au bas de la robe) ; MI (dans un cartouche au bas de la robe). Chiffre / O.P.N. (au cerveau, en deux lignes) ; COUVENT DE STE URSULE D’AIRE (au bas de la robe) ; SOL (dans un / O.P.N. (au cerveau, en deux lignes) ; N.D. DU REFUGE D’ANGLET SERVANTES DE MARIE BERNARDINES (au bas de STE URSULE DE TARTAS (au bas de la robe) ; LA / LA (dans deux cartouches au bas de la robe -CŒUR (au bas de la robe) ; RE et MIb (dans deux cartouches au bas de la robe, sur deux faces ME VNIS [= Beatae Mariae Virginis] CASTISSIMI SPONSE (au cerveau, en deux lignes) ; LA PAROISSE DE SOUSTONS (au bas de la robe) ; FA et SOL (dans deux cartouches au bas de la robe, sur deux faces cartouche au bas de la robe). Inscription peinte sur la robe : SOL#3. Cloche 5 : MATER DIVINÆ GRATIÆ + AVE la robe) ; SOL et LA (dans deux cartouches au bas de la robe, sur deux faces). Inscription peinte sur
    Historique :
    , par les ursulines de Saint-Sever, les Enfants de Marie du Sacré-Cœur, la paroisse de Soustons, les Filles de la Croix à Dax, les familles Gieure et Vielle (Marie-Virginie Vielle [1820-1900], veuve de Ces 14 cloches firent partie de la première commande à la fonderie Paccard en 1894. Elles ne purent correspondance de Georges Paccard avec le supérieur de Buglose, le chanoine Ramazeilles, fait état de leur livraison progressive dans les derniers mois de l'année. La cloche "fa dièse 3" (ici, n° 3) fut commandée en commanditaire de la changer "pour que les timbres se marient bien". Les cloches furent offertes, respectivement ursulines d'Aire-sur-l'Adour, les bernardines du Refuge à Anglet, les ursulines de Tartas, l'Institut des Barthélemy Gieure et mère de François-Xavier Gieure, évêque de Bayonne de 1906 à 1933), l'Institut des Dames de la Doctrine chrétienne, les Dames de la réunion au Sacré-Cœur de Dax (communauté fondée en mai 1836), la paroisse de Maylis et l'Institut des Filles de la Sagesse. Seules les cloches 7 et 12 ne
    Référence documentaire :
    Correspondance du chanoine Ramazeilles, supérieur de Notre-Dame de Buglose, et de l'évêque Delannoy avec la fonderie Paccard d'Annecy, concernant la commande de 1894. Lettres des 13 août 1892, 17 janvier DULUCQ Louis. Le carillon de Notre-Dame de Buglose. Pau : Imprimerie commerciale des Pyrénées, 1957. DULUCQ Louis, VILLENAVE Denis-Pierre. Le carillon de Notre-Dame de Buglose DULUCQ Louis, VILLENAVE Denis-Pierre. Le carillon de Notre-Dame de Buglose. Brochure, s.d. LESECQ Alfred. Le carillon de Notre-Dame de Buglose. Mémoire dactylographié, mai 1997.
    Précision dénomination :
    de clocher
    Représentations :
    ), effigie en pied de sainte Ursule protectrice (couvrant de son manteau, tenu par des anges, des ursulines Murillo), effigie en pied de sainte Ursule protectrice (couvrant de son manteau, tenu par des anges, des l’Immaculée Soult de Murillo), effigie en pied de sainte Ursule protectrice (couvrant de son manteau, tenu par figure biblique Christ en croix Immaculée Conception sainte Ursule Sacré-Coeur Vierge à l'Enfant ornementation rosaire feuille d'acanthe rosier lys feuille de chêne rinceau palmette faisceau Cloche 1 : Sacré-Cœur en pied, Vierge trônant entre des vases de lys : sur le vase ; au cerveau , frise de feuilles d’acanthe ; sous la dédicace, frise de palmettes et de volutes ; au bas du vase et à la faussure, trois frises de tiges feuillues et de feuilles d’eau ; à la pince, frise de rinceaux . Cloche 2 : Christ en croix, buste de l’Immaculée Conception (d’après l’Immaculée Soult de Murillo et des jeunes filles vêtues en communiantes) : sur le vase ; au cerveau, frise de feuilles d’acanthe
    Description :
    Onze de ces cloches, à couronne d'anse usuelle, sont suspendues par de longues brides de fer à des ordinaire. Les trois dernières cloches, de plus petit format, sont fixées horizontalement sur la structure en fonte qui occupe le centre de la pièce (la cloche 12 du côté sud, les cloches 13 et 14 du côté nord). Les battants de toutes les cloches sont reliés par des fils de fer à la machine à carillonner installée au deuxième niveau de la tour. Les cloches sonnent respectivement (de la plus grande à la plus dièse 4, mi 4, fa 4. Elles portent dans la liste de A.L. Bigelow les numéros 13, 14, 16, 17, 18, 19, 20
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Paccard Georges [fondeur de cloches] Paccard Francisque
    Localisation :
    Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Titre courant :
    Sous-ensemble de 14 cloches du carillon (Paccard 1894)
    Catégories :
    fonderie de cloches
    Illustration :
    Cloche 2 : effigie de sainte Ursule. IVR72_20124000779NUC2A Cloche 3 : médaillon de saint Joseph à l'Enfant. IVR72_20124000789NUC2A Cloche 9 : buste de l'Immaculée Conception. IVR72_20124000808NUC2A
  • Ensemble des autels de la Vierge et de saint Michel avec leurs statues et leurs peintures murales
    Ensemble des autels de la Vierge et de saint Michel avec leurs statues et leurs peintures murales Coudures - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature et date (en bas à gauche de la peinture murale de l'autel de la Vierge) : P. GASCA / PRIX DE ROME / 1934. Signature et date (en bas à gauche de la peinture murale de l'autel de saint Michel ) : P. GASCA / PRIX DE ROME / 1936. Inscription concernant l'iconographie (statue de Notre-Dame de Maylis, sur la banderole entourant la figure) : ET FLOS DE RADICE EIVS ASCENDET... EGREDIETVR VIRGA DE RADICE DE JESVS.
    Historique :
    12 novembre). Elle fut offerte, toujours selon l'inventaire de 1906, par "Mlle Joséphine Dupouy Un état récapitulatif des dépenses occasionnées par la restauration de l'église mentionne pour plusieurs maisons toulousaines avaient proposé leurs services dès 1891, ne porte de marque de fabricant. La similitude de leur décor (médaillon quadrilobé sur fond quadrillé, arcs en accolade) avec celui du maître -autel, payé la même année 1896 au Toulousain Jules Guiraud, permet toutefois de lui attribuer cet ensemble homogène. La statue de saint Michel et sa console ont, en revanche, été livrées le 3 novembre 1896 par un autre fabricant toulousain, François-Dominique Monna, pour une somme de 76 francs (facture du , rentière à Coudures". La correspondance de Monna avec l'abbé Foy, curé de Coudures, atteste que le statuaire travaillait en collaboration avec Guiraud (lettre du 3 septembre 1896, voir annexe). La statue de Notre-Dame de Maylis qui surmonte actuellement l'autel de la Vierge était autrefois placée contre l'un
    Référence documentaire :
    année 1896 Comptes de la fabrique : relevé sommaire des dépenses des travaux de restauration de l'église de Coudures depuis avril 1890 jusqu'en 1904. adressée au curé Éloi Foy, factures pour un Christ en fonte et une statue de saint Michel, septembre n° 16, 22 et 34 Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906).
    Représentations :
    MA Coeur Sacré de Marie épée balance croix tabernacle. La porte de l'armoire est sculptée d'un motif en bas relief : cœur sacré de Marie dans une gloire Les deux autels comportent un décor gravé et doré : sur le panneau de fond de la table, le monogramme MA fleuronné (pour l'autel de la Vierge) ou l'épée flammée et la balance de la pesée des âmes (pour l'autel de saint Michel) dans un quadrilobe se détachant sur un fond quadrillé à croix grecques ; des rinceaux de vigne sur le gradin, sur le tympan de l'armoire eucharistique et sur les ailes du (autel de la Vierge) ou croix entourée de grappes de raisin (autel de saint Michel). La frise faîtière des ailes affecte la forme de trèfles. L'autel de la Vierge est surmonté d'une statue de Notre-Dame de Maylis (célèbre sanctuaire marial landais sis à quelques kilomètres de Coudures) ; celui de saint Michel ciel, source de sa victoire sur le Mal. Les consoles sont ornées d'angelots jumelés entourés de roses
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Description :
    flanquée de deux ailes rectangulaires avec arcade polylobée en accolade sur colonnettes, frise faîtière découpée et pinacles angulaires. Le décor est gravé et doré, à l'exception de celui de la porte du
    Auteur :
    [fabricant de mobilier religieux, marbrier] Guiraud Jules [fabricant de statues] Monna François-Dominique
    Titre courant :
    Ensemble des autels de la Vierge et de saint Michel avec leurs statues et leurs peintures murales
    Appellations :
    de la Vierge et de saint Michel
    Annexe :
    Extraits de la correspondance du fabricant toulousain François-Dominique Monna avec le curé Éloi Foy, septembre-novembre 1896 (AP Coudures) I. Lettre de F.-D. Monna à l'abbé Foy, 3 septembre 1896 du 1er courant, je m'empresse de vous informer que pour vous fournir une statue pareille à celle que vous m'avez fait remettre par l'ouvrier de Monsieur Guiraud, je serais obligé de la faire modeler tout exprès à la main, par un de mes artistes sculpteurs, en 1m10 de haut. / La statue de N.D. de Buglose . Lettre de F.-D. Monna à l'abbé Foy, 3 novembre 1896 : "Monsieur le Curé, / En possession de votre très honorée lettre du 1er courant, et selon vos désirs, j'ai l'honneur de vous informer que ce jour je vous ai adressé par grande vitesse franco, en gare de St-Sever, une caisse contenant le support assorti au St Michel de 1m30 que vous possédez. / Ci-inclus veuillez trouver la facture, sur laquelle j'y ai compris la différence du port de la grande à la petite vitesse et dont (sic) je porte à votre à votre débit (sic). Dans
    Illustration :
    Ensemble de la "chapelle" de la Vierge. IVR72_20174000401NUC2A Autel de la Vierge. IVR72_20174000402NUC2A Statue de Notre-Dame de Maylis et peinture murale de l'autel de la Vierge. IVR72_20174000403NUC2A Peinture murale de la chapelle de la Vierge : détail d'un ange. IVR72_20174000404NUC2A Peinture murale de la chapelle de la Vierge : détail d'un ange. IVR72_20174000405NUC2A Peinture murale de la chapelle de la Vierge : détail de la signature. IVR72_20174000406NUC2A Ensemble de la "chapelle" de saint Michel. IVR72_20174000407NUC2A Autel de saint Michel. IVR72_20174000408NUC2A Détail de l'autel de saint Michel : attributs du saint (épée flammée et balance de la pesée des Autel de saint Michel : statue de saint Michel et sa console. IVR72_20174000410NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Michel
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Michel Bénesse-lès-Dax - en village
    Historique :
    L'église n'a conservé que deux éléments de son décor d'Ancien Régime, un bénitier daté 1757 statuette de l'ancien tabernacle remployée dans une armoire eucharistique moderne (1985). Le mobilier de la sacristie, composé de trois armoires et d'un banc-coffre du XIXe siècle, a été fortement remanié lors de la rénovation intérieure de la pièce en 1985. Les deux cloches livrées en 1819 par Chabaud ont été refondues "grille de communion" est remplacée par une nouvelle "en fonte ornée" (disparue) et le confessionnal restauré ou remplacé. Les verrières à personnage de la nef sont posées en 1911 par le Bordelais G.-P . Dagrant, parallèlement à l'installation de plusieurs statues de série en plâtre. Les objets du culte ont .-A. Martin, Biais aîné). La rénovation intérieure du chœur en 1985 a entraîné un bouleversement de la arc triomphal en plâtre, percé de deux niches latérales abritant les statues de saint Joseph et de l'Immaculée Conception, a été supprimé, ainsi que le lambris d'appui qui régnait sur le pourtour de l'édifice
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture de choeur bannière de procession croix de procession chemin de croix garniture de dais de procession
    Référence documentaire :
    Église de Bénesse-lès-Dax : état du chœur avant la rénovation intérieure des années 1980 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 16 février 1906. ", montrant le chœur de l’église avant la rénovation intérieure de 1985.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Chabaud
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Michel
    Annexe :
    Brans (1784-1865), étaient frère et sœur. La marraine de la petite cloche, Joséphine Léonide, future Jean-Baptiste de Borda et de Marie-Anne Seize, mariés en l’église de Bénesse le 1er décembre 1785. 1985 lors de la rénovation intérieure du chœur. L’armoire eucharistique est peut-être conservée chez un disparu après 1992. Clôture de chœur. Fonte peinte, 1859. L’achat d’une « grille de communion en fonte ornée » était prévu dans le projet de rénovation de l’architecte Sanguinet, de Dax, en 1859 (A.D., 2 O 268). Ensemble de 2 cloches. Bronze, 1819. Fondues en 1819 par Chabaud, puis refondues, l’une par le , chevalier de St-Louis / marraine Mme Lucie Duclerc Lefranc / Chabaud m’a faite en l’année 1819 » ; la petite cloche : « M. Jean-Baptiste de Borda Labatut parrain / Mlle Josèphe Léone Lefranc marraine / Chabaud m’a faite en l’année 1819 ». Les parrains de la première cloche, le capitaine Duclerc et Lucie Le Franc de comtesse de Prémonville de Maisonthou (1812-1844), était la fille de Mme Le Franc de Bras. Le parrain, Jean
    Illustration :
    Bannière de procession (face). IVR72_20114000217NUC2A Bannière de procession (revers). IVR72_20114000218NUC2A Croix de procession. IVR72_20114000220NUC2A Chemin de croix : station IX. IVR72_20114000216NUC2A Tableau : Le Christ guérisseur et libérateur (détail de la signature). IVR72_20114000222NUC2A
  • Ensemble de 146 dalles funéraires, 3 stèles et 3 plaques funéraires
    Ensemble de 146 dalles funéraires, 3 stèles et 3 plaques funéraires La Bastide-Clairence - en village
    Inscriptions & marques :
    Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Historique :
    Marie Lambert Detchegorry à Jean-Baptiste de Lafforcade de "sa maison appelée de Lusclade (...), de même L'un des éléments les plus remarquables de l'église Notre-Dame est le "préau-cimetière" (localement appelé "cloîtres"), presque entièrement pavé de dalles funéraires, qui entoure l'édifice sur ses quatre côtés. La dernière inhumation autorisée à l'intérieur de l'église ayant eu lieu le 26 mai 1822 (Michel Lanusse, curé de 1805 à 1822), ce sont ces galeries périphériques que les principales familles du bourg élurent pour leurs sépultures dès la fin du XVIIIe siècle (sans doute en application de l'ordonnance royale du 10 mars 1776 interdisant l'inhumation dans les lieux de culte). Ces emplacements de tombes atteste un acte notarié de novembre 1781 publié par Guy Lalanne, qui fait état de la vente par Jeanne que l'emplacement de la sépulture dépendant de la même maison, située aux cloîtres de l'église et sous les degrés d'icelle, du côté de la grande rue, contre et le long du mur de ladite église". La plus
    Représentations :
    Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    l'église, dont elles couvrent la quasi-totalité de la surface. La grande majorité sont en calcaire ou en grès poli ou bouchardé, quelques-unes sont en marbre gris des Pyrénées. Trois de ces dalles sont et gris apposées contre les murs nord et est de l'église.
    Titre courant :
    Ensemble de 146 dalles funéraires, 3 stèles et 3 plaques funéraires
    États conservations :
    Pour le détail de chaque dalle, voir Texte libre.
    Catégories :
    taille de pierre
    Texte libre :
    MARIE MARCELLA / DÉCÉDÉE LE 31 JUILLET 1892 / - / LÉONIDE JOSÉPHINE DUFFO / DIRECTRICE DE L'ÉCOLE LIBRE ) : + / CI-GIT / MARIE EYREHALDE / DAME DE MARFAROU / DÉCÉDÉE LE 19 JANVIER / 1869 / À L'ÂGE DE 49 ANS. / P / 1896-1970 / - / MARIE ETCHEGARAY / NÉE ETCHEVERRY / 1898-1976 / DE PROFUNDIS. Bon état. [Le chocolatier maison de Joanillon, il eut une fille unique, Marie-Henriette, épouse en 1863 de Pierre dit Lucien Gilbert et mère de Marie Jeanne Lucine Gilbert, devenue en 1892 Mme Jean-Baptiste Etchegaray.] 25. Tombe oreilles à angles inférieurs échancrés) : + / TOMBEAU DE LA FAMILLE / ETCHEVERS MARIQUETTE / - / MARIE 1899 / À L'ÂGE DE 71 ANS / ARNAUD ETCHEVERS / - / DÉCÉDÉ LE 10 JANVIER 1904 / À L'ÂGE DE 78 ANS / MARIE DE 41 ANS / - / JOSEPH DARRITCHON / décédé le 26 Octobre 1920 / à l'âge de 80 ans / - / JNE MARIE FAMILLE / CAZENAVE À MARINE / MARIE LOUISE CAZENAVE / DÉCÉDÉE LE 9 SEPTEMBRE 1883 / À L'ÂGE DE 60 ANS / - / ICI REPOSENT / MARIE DARRITCHON / ÉPOUSE MAZAIN / DÉCÉDÉE LE 1[...] [FÉV]RIER 1900 / [À L'ÂGE] DE 68
    Illustration :
    Plan de situation des tombes autour de l'église (carrés 1 à 5). IVR72_20196402268NUC2A Tombe de Galan Cornu (carré 1, n° 13). IVR72_20196402243NUC2A Détail des tombes de la galerie occidentale (carré 2). IVR72_20196410457NUC4A Tombe des Filles de la Croix (carré 2, n° 32). IVR72_20196401972NUC2A Tombe de la maison Barruch Goutenègre-Héguy-Etchessarry (carré 2, n° 33). IVR72_20196401973NUC2A Tombe Darritchon-Irassart (carré 2, n° 56) : détail de la plaque cordiforme à la mémoire de Jean Tombe Labourt (carré 2, n° 58) : stèle en hommage à l'abbé Henri Labourt, curé de la cathédrale de Ensemble des tombes de la galerie nord (carré 3). IVR72_20196410458NUC4A Détail des tombes de la galerie nord (carré 3). IVR72_20196410459NUC4A Détail de tombes de la galerie nord (carré 3). IVR72_20196410460NUC4A