Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1066 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Village de Saint-Seurin-de-Bourg
    Village de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg - Cadastre : 1821 section unique 2017 A2
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    de 1821, il comprend seulement quelques maisons organisées autour d’une cour, de l’église et du cimetière. Le lieu est décrit par le curé de Bayon, dans une lettre du 15 novembre 1837, comme "désert et peu central", et l'église dans un "état de délabrement complet et menace d’une ruine totale et prochaine". Au cours des années 1860, sur la parcelle n°263, située au Petit, à l’est de l’ancien village , la nouvelle église est construite ainsi que le presbytère et une école congréganiste. Les terrains de une salle de l’école construite dans les années 1880, la mairie est finalement transférée dans le véritablement constitué d'un point de vue administratif. Cependant, son développement est resté limité : établi à l’écart de la route départementale, il ne peut rivaliser avec certains hameaux plus étoffés, comme Caruel ou Marchais. C’est toutefois autour de ce nouveau centre de peuplement qu’ont été construites quelques maisons de lotissement dans les années 2000.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    forment un îlot qui est complété au nord pas des maisons, de type pavillonnaire, récentes.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg - Cadastre : 1821 section unique 2017 A2
    Titre courant :
    Village de Saint-Seurin-de-Bourg
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Vue d'ensemble du hameau Saint-Seurin-Vieux, emplacement de l'ancien village
  • Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    désignée sous le nom de Saint-Seurin-de-Touveyras. La cartographie du 18e siècle présente les coteaux comme le Honziou, séparant Saint-Seurin de Bayon, le ruisseau de Mars, le ruisseau de Laurenssanne occupation et d'un peuplement de ce territoire dès l’époque gallo-romaine. Si la paroisse est attestée au quart 17e siècle, consignée dans les registres de visites pastorales. Celle effectuée le 22 mai 1618 par François de Sourdis, décrit l’église en très mauvais état. Sous l’Ancien Régime, la paroisse est parfois occupés par la vigne, même si des céréales sont produites comme en atteste la présence de moulins , notamment à Barateau et Caruel. Le plan cadastral de 1821 montre que les coteaux sont sillonnés par de nombreux ruisseaux : le ruisseau de Gouron, d’est en ouest, qui alimente les autres ruisseaux sud-nord . Chacun de ces ruisseaux alimente une fontaine ou un vivier. La commune présente une petite façade estuarienne mais ne possède pas de port ; en revanche, un "peyrat" est figuré sur le plan cadastral de 1821
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821. Fonds de l'archevêché, doyennes, doyenné de Bourg. Érection de Saint-Seurin-de-Bourg en succursale Délibération relative au chemin de fer reliant Nantes à Bordeaux à faire passer par Blaye et Bourg BIRON REGINALD, GIRAUDIN, BRUTAILS J.A. Précis de l'histoire religieuse des anciens diocèses de FERET Edouard. Statistique générale du département de la Gironde : Classification des vins , quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez. Bordeaux : Féret COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse tome 2, p. 244 GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux p.16 JOUANNET, Vatar François. Statistique du Département de la Gironde. Bordeaux : La vigne jeune
    Description :
    Saint-Seurin-de-Bourg est divisée en trois zones dont les deux principales sont les coteaux au nord zone état une étroite bande de terres humides aux abords de l’estuaire. La commune est délimitée par Bayon à l’ouest, Samonac au nord, Bourg-sur-Gironde à l’est et au sud par le fleuve. Elle est traversée par la route départementale n°669, reliant Bourg à Blaye. L’habitat se concentre principalement dans Laurensanne, ont été relevées et sont généralement à la tête de domaines viticoles.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Annexe :
    presbytère et l’école de Saint-Seurin de Bourg, paroisse où était située sa propriété de Laurensanne . Bordeaux : La vigne jeune imprimeur, 1837, p. 16 : "SAINT-SEURIN-DE-BOURG, à 2,570 mèt. au N. O. de Bourg haute est cultivée en blé. Les vins de Saint-Seurin-de-Bourg sont prisés ; ses prairies sont de très chemins vicinaux des communes de Saint-Seurin-de-Bourg et de Bayon, ces carrières ouvertes avec précaution : les communes de Saint-seurin-de-Bourg et de Bayon sont autorisées à avoir des carrières souterraines Dépouillement des registres de délibérations. Archives municipales de Saint-Seurin-de-Bourg grande communication, 12 décembre 1848 : "Depuis longtemps la commune de Saint-Seurin-de-Bourg est privée enfants sans exception des communes de Bourg et de Saint-Seurin-de-Bourg sont admis gratuitement. [...] Le : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, tome 2, p. 244 : "Les communes de Samonac et Saint-Seurin de les routes de Blaye à Saint-André et de Bourg à Saint-Ciers-Lalande. Le sol, bien cultivé, est formé
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Paysage : route descendant vers l'estuaire entre Bourg et Saint-Seurin-de-Bourg Extrait de la carte de Belleyme. IVR72_20183300474NUC1A Tableau d'assemblage du plan cadastral de 1821. IVR72_20173300109NUC1A Extrait du plan cadastral : ancien bourg, 1821. IVR72_20153303566NUC1A Extrait de l'atlas du département de la Gironde, 1888. IVR72_20173300108NUC1A Carte postale (collection particulière) : chantier de construction de bateaux sur les bords du Carte postale (collection particulière) : vue générale prise de Caruel. IVR72_20173300115NUC1A Paysage : croupe de vigne bordant l'estuaire. IVR72_20153303572NUC2A Paysage : croupes de vignes à Bas Jappeloup. IVR72_20153303574NUC2A Paysage : croupes de vignes à Bas Jappeloup. IVR72_20153303575NUC2A
  • Les moulins de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Les moulins de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Quatre moulins à vent sont indiqués sur les cartes de la seconde moitié du 18e siècle. Trois d'entre eux se situent dans les hameaux de Caruel et de Barateau, formant un alignement sur la première ligne de croupes face à l'estuaire. Le registre des augmentations-diminutions de la matrice cadastrale
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821. Carte de Belleyme, planche n°20 Carte de Belleyme, planche n°20, levée entre 1762-1778. Carte particulière du 54e carré de la générale des côtes du Bas-Poitou, Pays d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse-Guyenne, par Claude Masse, 1724.
    Description :
    Deux des moulins se situent au sud, dans les hameaux de Caruel et de Barateau et le troisième se situe au nord de la commune, à proximité du domaine de Laurensanne. Ils sont bâtis sur le principe du moulin-tour, en moellon avec la pierre de taille utilisée pour les jambages et des encadrements. Aucun
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg
    Titre courant :
    Les moulins de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
  • Les maisons de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Les maisons de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    , telle la maison à Talbot, datée de 1889. La présence de nombreuses carrières de calcaire à Saint-Seurin également construites à l’est de l’église et de la mairie, agrandissant le bourg. Outre quelques exemples, telles qu'une maison à Preybering ou le logis de Château Plouget, le bâti domestique d’Ancien Régime n'est souvent lisible dans les maçonneries qu'à l’état de traces, repérable par le plan cadastral de 1821 ont été remaniées ou reconstruites dans la seconde moitié du 19e siècle même et dans les environs, a favorisé le mouvement de renouvellement du bâti dans la seconde moitié du Prebeyring, portant la date de 1908. Entre la fin du 20e siècle et le début du 21e quelques maisons sont
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    . Il s’agit de maisons en pierre de taille, généralement en rez-de-chaussée avec un comble à surcroît , niveau quasiment toujours ouvert par des jours demi-circulaires. L’arrière de ces maisons est généralement occupé par un chai et un cuvier sous un toit en appentis. Une dizaine de maisons de maître , isolées, sont à la tête des domaines viticoles et portent le qualificatif de "château" : les principales sont Dupeyrat-Plouget et Laurensanne. Il s’agit de demeures à étage, couvertes d’un toit à longs pans
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg
    Titre courant :
    Les maisons de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Maison au bourg, section A, parcelle n°283. IVR72_20153303639NUC2A Logis de Château Dupeyrat-Plouget. IVR72_20153303650NUC2A Logis de Château Laurensanne. IVR72_20163300621NUC2A
  • Les cabanes de vignes de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Les cabanes de vignes de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Aucune cabane de vignes n'est figurée sur le plan cadastral de 1821. Les cabanes de vignes repérées l'essentiel, de resserre à outils ou d'abri temporaire.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Les cabanes sont installées au cœur ou en bordure des parcelles de vignes. Elles sont bâties en pierre de taille et sont traditionnellement couvertes par un toit à longs pans en tuile creuse.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg
    Titre courant :
    Les cabanes de vignes de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Cabane de vignes à Prebeyring, section A2, parcelle n°319. IVR72_20153303550NUC2A Cabane de vignes à Mars, section A2, parcelle n°934. IVR72_20153303552NUC2A Cabane de vignes à Mars, section A2, parcelle n°934. IVR72_20153303553NUC2A Cabane de vignes au Bois de Lauransane, section A1, parcelle n°163. IVR72_20153303576NUC2A
  • Château Tayac
    Château Tayac Bayon-sur-Gironde - Tayac - R. D. 669E1 - isolé - Cadastre : 1820 B1 18 Voir également le plan cadastral de 1821 de la commune voisine de Saint-Seurin-de-Bourg : parcelle 767 (dépendances), 763 (colombier), port de Tayac (parcelles 756 à 760). 2015 B 521 Les dépendances agricoles (parcelle 773) et le colombier (parcelle 780) sont situés dans la commune voisine de Saint-Seurin-de-Bourg.
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    "port de Tayac" se trouvait un peu plus au sud, à Saint-Seurin-de-Bourg ; deux chemins en permettaient Edouard Guillon mentionne dans son ouvrage les origines médiévales de Tayac, sans que ces éléments aient pu être vérifiés : il évoque une forteresse du 14e siècle sur les bords de l'estuaire ; au 15e siècle, elle en possession de la famille de Dreux : en 1503, Regnier de Dreux était qualifié de "seigneur de la Maison Noble de Tayac". Un terrier de l'an 1562 est également mentionné : "ce terrier, composé de 143 feuilles de parchemin, artistiquement écrit, contient le dénombrement des biens de Tayac, qui , c'est l'acquisition en 1598 par François de Fournel, écuyer et baron de Grateloup et de Foucarville, de la maison noble de Tayac appartenant alors à Anthoine Benoist, écuyer, seigneur de Tayac et Saugeron , domaynes, vignes des "gogues", prédz, bois de haulte fustaye, coudrées et autres taillis, ensemble la pièce de terre quy est sur la roque appellée la pièce de la Roque". Au début du 17e siècle, Raphaël de
    Référence documentaire :
    p. 263 COCKS, Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite , reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984, réédition. p. 316 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 400 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 538 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 586 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux  : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition). p. 814 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux tome 2, p. 211 GUILLON Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux AD Gironde. 3 E 5702. Acquisition de la maison noble de Tayac par François de Fournel, 2 août 1598
    Représentations :
    balustre denticule tête de femme tête d'homme volute colonne fronton cuir découpé monogramme
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le château se situe à la limite avec la commune voisine de Saint-Seurin-de-Bourg, dominant cuvier avec cuves en béton (de marque André DEMEURAN cimentier Bourg-sur-Gironde) et des chais. Il l'estuaire de la Gironde et le Bec d'Ambès. Il est accessible au nord-est par un portail formé de deux arches couronnées d'un entablement et de pots en amortissement et par une longue allée encadrée de palmiers. De plan , percé de la porte principale encadrée de deux colonnes à chapiteaux composites avec fronton interrompu à volutes rentrantes. Le châssis de porte traité en fonte est orné des initiales MD, que l'on retrouve également en agrafe sculptée au-dessus de la triple baie de l'étage à traverses et double meneaux. De part et d'autre de l'avant-corps, trois travées d'ouvertures sont composées au rez-de-chaussée de porte et fenêtres avec un encadrement en pierre de taille à bossage en table. Les portes sont ornées deux agrafes sculptées, l'une avec un portrait d'homme, l'autre un portrait de femme, probablement les propriétaires qui
    Étages :
    étage de comble
    Localisation :
    cadastral de 1821 de la commune voisine de Saint-Seurin-de-Bourg : parcelle 767 (dépendances), 763 colombier (parcelle 780) sont situés dans la commune voisine de Saint-Seurin-de-Bourg. (colombier), port de Tayac (parcelles 756 à 760). 2015 B 521 Les dépendances agricoles (parcelle 773) et le
    Précision localisation :
    oeuvre située en partie sur la commune Saint-Seurin-de-Bourg
    Annexe :
    Documentation complémentaire AD Gironde, 2 E 1264. Titres de Famille. Fournel (de). 1604-1747 . Exporles consenties par Jean de Bonnefont en faveur de noble François de Fournel, seigneur et baron de Grateloup et de la maison noble de Tayac et autres en date des 22 septembre 1604, 15 mai 1730 et 9 avril 1747. AD Gironde, E suppl. 2456 GG.3. Inventaire série E. 1722-1741. Mention de la chapelle de Tayac (11 novembre 1726). AM Bayon-sur-Gironde. Registre de délibérations de la commune, 1790. Séquestre du bien de Tayac, 7 germinal an 2 (27/03/1794). Maison ci-devant noble appartenant et jouie par la veuve des Aygues de Salles, appelé A Tayac, laquelle consiste en un grand corps de bâtisse pour le maître et autres espèces de bâtisses, cour et autre eyzines, jardin, vignes et terre le tout entouré et clos de mur sauf le midi qui borde les rivières de Dordogne et Bec d'Ambès, maison sur la matte (?) dans chambres de maisons pour les paysans, vignes et régail (?), terre en pleine (?) et prés le tout en
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Extrait de la carte de Belleyme, levée entre 1762 et 1778. IVR72_20183301893NUC1A Carte postale (collection particulière), début 20e siècle : Domaine de Tayac Carte postale (collection particulière), début 20e siècle : Château Tayac, Bourg-sur-Gironde ; M Carte postale (collection particulière), début 20e siècle : Domaine de Tayac Château, façade sud : détail de l'agrafe sculptée d'une porte. IVR72_20183301180NUC2A Château, façade nord : détail de l'avant-corps. IVR72_20183301191NUC2A Château, façade nord : détail de la porte principale. IVR72_20183301192NUC2A Château, façade nord : détail de la porte principale. IVR72_20183301195NUC2A Château, façade nord : détail de l'avant-corps. IVR72_20183301193NUC2A Château, façade nord : détail du décor sculpté de l'avant-corps. IVR72_20183301194NUC2A
  • Hameau de Saint-Seurin-Vieux
    Hameau de Saint-Seurin-Vieux Saint-Seurin-de-Bourg - Saint-Seurin-Vieux - en écart - Cadastre : 1821 section unique 393, 396, 397, 400 à 407 2014 A2
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    de Saint-Seurin devient une annexe de Bayon, elle-même érigée en succursale de Bourg-sur-Gironde . Dès lors, l’ancien village devient le hameau de Saint-Seurin-le-Vieux. Entre la fin du 19e siècle et Une église paroissiale, dédiée à Saint-Seurin, est attestée dès le début du 12e siècle sur le site d'un curé, comme "la plus ancienne du Bourgeais". Le village figure sur le plan cadastral de 1831 , composé de quelques maisons organisées autour d’une cour, de l’église et du cimetière. Le lieu est décrit par le curé de Bayon, dans une lettre du 15 novembre 1837, comme "désert et peu central" et dans un "état de délabrement complet et menace d’une ruine totale et prochaine". Après la Révolution, l’église . L’usage de l’église et du cimetière est alors abandonné au profit de l’église de Bayon et du cimetière de Camillac (ancienne paroisse, rattachée à Bourg-sur-Gironde). Dès que la nouvelle église et le presbytère sont bâtis au début des années 1860 à quelques centaines de mètres plus à l'est, la municipalité est
    Référence documentaire :
    Registres des matrices cadastrales de Saint-Seurin-de-Bourg, 1853-1913. section unique Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821. Fonds de l'archevêché, doyennes, doyenné de Bourg. Érection de Saint-Seurin-de-Bourg en succursale BIRON REGINALD, GIRAUDIN, BRUTAILS J.A. Précis de l'histoire religieuse des anciens diocèses de COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Murs :
    calcaire pierre de taille enduit
    Description :
    Le hameau, implanté sur une croupe à l’est de la commune, est organisé de part et d’autre du chemin rural n°105, en surplomb du ruisseau le Gourrou. Le bâti est réparti de chaque côté du chemin avec au nord un alignement de logis. Il comprend d’est en ouest : une première maison s’élevant sur un étage avec un étage de comble. La façade principale tournée vers le sud a son rez-de-chaussée traité en baies sont à chambranle. La porte est ornée d’une agrafe. Les fenêtres de l’étage sont surmontées d’un troisième maison, en saillie, est également à étage. Son rez-de-chaussée est totalement remanié. L’élévation maisons sont à étage. La première, sous enduit, est couronnée d’une génoise ; la seconde, en pierre de est lisible par la présence de chais et de cuviers.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Bourg - Saint-Seurin-Vieux - en écart - Cadastre : 1821 section unique 393, 396
    Titre courant :
    Hameau de Saint-Seurin-Vieux
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Maison située sur la parcelle n°265, vue panoramique de l'élévation nord-ouest Alignement de logis situé sur les parcelles n°250 à 253, vue d'ensemble depuis le sud Maison située sur la parcelle n°250, ornement de la porte d'entrée. IVR72_20153303563NUC2A
  • Village de Saint-Seurin
    Village de Saint-Seurin Saint-Seurin-de-Cadourne - en village - Cadastre : 1831 A2 2014 A3
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Le patronage Saint Seurin, répandu à l’époque mérovingienne à quelques paroisses autour de Bordeaux prieuré Saint-Vivien de Saintes. Aucune trace de l’époque médiévale n’est conservée dans le bourg. Les -Seurin est considérée comme chef lieu de la commune en 1822 au détriment de celle de Saint-Martin de qui serait une subordonnée de celle de Saint-Martin de Cadourne, dépendant comme cette dernière du époque. Les bâtiments sont principalement construits ou reconstruits au 19e siècle. L’église de Saint dehors des limites du bourg ancien, principalement le long de la voie principale de communication qui , plaiderait pour une occupation ancienne et un lieu de culte entre les 5e et 8e siècles. D’après l’abbé Baurein, deux titres, en 1411 et 1458, mentionnent cette paroisse et un pouillé de 1648 évoque l’église cartes du 18e siècle indiquent la présence de plusieurs constructions autour de l’église : certains bâtiments construits en moellon et présentant des baies en arc segmentaire peuvent être datés de cette
    Référence documentaire :
    AC Saint-Seurin-de-Cadourne. Registre de délibération 1865-1878. Village. Embellissement de la rue , 31 décembre 1876. Embellissement de la rue, 31 décembre 1876.
    Description :
    Le village de Saint-Seurin-de-Cadourne est composé d'un noyau ancien, établi à l’est de la voie de communication principale (R. D. 2), à proximité de l'église. L'organisation du bâti est irrégulière, en îlots autour de l’église, composés d'unités d'habitation, de dépendances et de cours. De nombreuses baies de décharge, encore visibles, correspondent à d’anciens cuviers et permettaient la réception de la vendange . Ils sont pour la plupart abandonnés ou transformés, et témoignent ainsi d'une forme de passé viticole révolue. Les habitations sont principalement situées en alignement sur la voie, en rez-de-chaussée avec un comble ou à étage carré. Certaines maisons présentent une façade soignée, bâties en pierre de taille village s'est étendu au cours du 20e siècle à l’ouest, à proximité de la route départementale. On y trouve
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne - en village - Cadastre : 1831 A2 2014 A3
    Titre courant :
    Village de Saint-Seurin
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Vue du bourg de Saint-Seurin-de-Cadourne depuis le château Charmail. IVR72_20153300563NUC2A Extrait du plan cadastral de 1831, section A : le bourg. IVR72_20153300629NUC1A Carte postale (collection particulière) : Vue aérienne du bourg, début 20e siècle Carte postale (collection particulière), 2e moitié du 20e siècle : vue aérienne du bourg Carte postale (collection particulière) : Vue aérienne du bourg, début 20e siècle Carte postale (collection particulière) : Vue aérienne du bourg ancien, début 20e siècle Carte postale (collection particulière) : Vue générale du bourg, début 20e siècle Carte postale (collection particulière) : rue de l'Eglise, début 20e siècle. IVR72_20153300772NUC1A Carte postale (collection particulière) : rue de l'Eglise, début 20e siècle. IVR72_20153300767NUC1A Carte postale (collection particulière) : Rue de la Poste, début 20e siècle. IVR72_20153300798NUC1A
  • Les maisons de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les maisons de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    bourg et plusieurs hameaux, disposé le long des voies de communication ou perpendiculaire à celles-ci du logis), 1817 (porte), 1821 (porte) Le plan cadastral de 1831 montre un habitat regroupé dans le . La majorité de maisons ont été construites, transformées ou démolies dans la seconde moitié du 19e siècle, période de prospérité économique. Les registres des augmentations/diminutions des matrices cadastrales indiquent : 255 constructions nouvelles entre 1850 et 1884, 106 augmentations de constructions entre 1860 et 1887 et 79 démolitions entre 1849 et 1883. Le nombre de constructions nouvelles augmente à partir de 1855 et atteint un pic entre 1876 et 1880. Parmi ces maisons, plusieurs constituent le siège d'un domaine viticole et sont alors appelées "château". Elles bénéficient parfois d'un décor de façade portée 1910 au-dessus de la porte).
    Description :
    83 maisons ont été repérées ; 7 étudiées. Les maisons sont regroupées dans le bourg de Saint-Seurin et dans les nombreux hameaux de la commune. Elles sont en majorité à étage (51) ; 38 maisons sont en rez-de-chaussée ; 18 présentent un comble à surcroît. Elles sont pour la plupart construites en moellon ; 28 sont en pierre de taille, tout au moins la façade principale, les élévations latérales et présentent une toiture en ardoise. On note souvent une asymétrie des pans de toiture ménageant à l'arrière de l'habitation un espace utilisé comme chai. Ces habitations sont effectivement souvent accompagnées de bâtiments de dépendance à vocation viticole ou agricole.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les maisons de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Mouvement de la construction dans la commune de Saint-Seurin-de-Cadourne (1846-1887), d'après Dans le bourg : logis portant la date de 1817 sur le linteau de la porte. IVR72_20163300058NUC2A Dans le bourg, maison en rez-de-chaussée. IVR72_20163300119NUC2A Dans le bourg, ilot composé de maisons en alignement. IVR72_20163300033NUC2A Dans le bourg : maison à étage carré à l'ange de deux voies. IVR72_20163300001NUC2A Maison datée de 1815, au hameau de la Maréchale. IVR72_20153300914NUC2A A Lestage : maison datée de 1821. IVR72_20153300877NUC2A Frise de rosettes ornant une corniche d'un logis à étage, à Lestage. IVR72_20153300875NUC2A Maison (rue du 19 mars 1962) : pentes de toiture asymétriques, avec chai à l'arrière de Au Mont, maison en rez-de-chaussée avec jours. IVR72_20153300899NUC2A
  • Les croix de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les croix de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    ; celle située dans le bourg de Saint-Seurin, à proximité du château Grandis, est élevée 1914. La croix Parmi les 8 croix repérées, 4 figurent sur le plan cadastral de 1831. L'une d'elles, située à Cadourne, le long du mur de clôture du château Coufran, est datée de 1826. La croix de Quimper, également travaillée en métal, pourrait dater du milieu du 19e siècle. La croix de cimetière est érigée en 1881 au port de la Maréchale est installée en 1985 en mémoire des marins péris en mer. Les photographies prises lors de l'inventaire mené en 1974 permettent de constater le remaniement de certaines croix.
    Description :
    Les croix sont situées au croisement de chemins ou le long d'une voie de communication. La croix du port de la Maréchale est une croix commémorative rappelant les marins péris en mer. La croix de fonte moulée ; deux sont en bois ; la croix de cimetière était probablement en pierre. 8 croix ont été
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les croix de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Croix de chemin à Cadourne, datée 1826 (état en 1974). IVR72_19743301984Z Croix de cimetière (1881). IVR72_20153300659NUC2A Croix à l'est du Trale, au carrefour des routes de la route du Trale et la route du Cabaleyran Croix au port de la Maréchale (1985). IVR72_20153300756NUC2A
  • Les cabanes de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les cabanes de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Les cabanes semblent dater de la seconde moitié du 19e siècle ; celle de Mapon porte la date de 1897. Ces cabanes servaient parfois de poulailler, les volatiles permettant d'éradiquer les insectes vingtaine de carrelets ponctuent les rives de l'estuaire : ces cabanes de pêche sur pilotis datent essentiellement de la 2e moitié du 20e siècle.
    Description :
    Les cabanes de vigne sont bâties en moellons de calcaire, couvertes d’un toit à longs pans en tuile . Certaines sont dotées d’une cheminée. Les cabanes servant de poulailler sont dotées de reposoirs composés de pierres de taille en saillie disposées régulièrement sur l’un des côtés. Les cabanes de pêcheur , ou carrelets, sont construites sur pilotis sur l'estran. La cabane de Mapon, située en léger retrait
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les cabanes de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Cabane de pêche dite de Mapon. IVR72_20153390347NUC4A Cabane de vigne. IVR72_20153390360NUC4A Cabane de vigne dite de Ribeous. IVR72_20153390361NUC4A Cabane de vigne dite à l'Orme. IVR72_20153390363NUC4A Cabane de vigne. IVR72_20153390364NUC4A
  • Les moulins de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les moulins de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Mesurtau (?). Deux moulins sont situés à l'ouest de la commune, un entre le bourg et l’estuaire, un autre à Six moulins à vent sont indiqués sur la carte de Masse en 1709, dont les moulins de Mourlan et de l’est du hameau le Trale. Les mêmes sont indiqués sur la carte du cours de la Garonne en 1759 ainsi que sur les cartes de Belleyme, levées entre 1763 et 1767. Toutefois, ils apparaissent sous des toponymes différents : moulin de Lauquey, de Picaudet, deux moulins de Sénillac, moulin de la Taillotte et du Tralle . Un moulin à eau, appelé le moulin d’Eau, est également indiqué au sud-est de la commune, au sud de Mapon. Sur le plan cadastral de 1831 sont mentionnés : le Grand Moulin, les moulins de Jeanlot, de Mourlan, de la Rose, de Belair, de la Pelère et du Trale. Le moulin à eau est toujours visible. Les moulin de Belair en bâtiment rural en 1878 (parcelle B 303), la démolition du moulin de la Rose en 1879 (parcelle B 309) et la conversion du moulin de Pelère en bâtiment rural en 1880 (parcelle C 772). L’Atlas de
    Référence documentaire :
    Atlas du Département de la Gironde, 22 planches, 67,5 x 93 cm à l'échelle de 1/40 000, 1888. Carte de Masse, carré 10, 1709 Carte du 10e quarré de la généralle du Médoc de la basse Guienne et partie de Saintonge. Dessin, encre, couleur, papier, par Claude Masse (géographe), 1709 [IGN, non coté]. Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, planche n°12, levés en 1767, publiée en Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1 p. 236-341 LEE Nathaniel Armitage. Quand le Médoc avait des ailes : un inventaire de ses anciens
    Description :
    Il ne reste sur la commune que l'ancien moulin-tour dit de Pelère, en ruine, bâti en moellon de
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les moulins de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Extrait de la carte de Masse, 1709. IVR72_20153300620NUC1A Extrait de la carte de l'embouchure de la Garonne, 1759. IVR72_20153300848NUC1A Extrait de la carte de Belleyme levée en 1763-1764. IVR72_20153300621NUC1A Extrait de la carte de Belleyme levée en 1767. IVR72_20153300847NUC1A Extrait du plan cadastral de 1831, section A : indication du moulin à eau (parcelle 479 Extrait du plan cadastral de 1831, section B : détail du moulin de Jeanlot (parcelle 1093 Extrait du plan cadastral de 1831, section B : détail du moulin de Mourlan (parcelle 1192 Extrait du plan cadastral de 1831, section B : détail du moulin de la Rose (parcelle 309) et du moulin de Belair (parcelle 303). IVR72_20153300637NUC1A Extrait du plan cadastral de 1832, section B : détail du Grand Moulin (parcelle 1634
  • Les demeures de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les demeures de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    des maisons de maître commandant un vignoble. Elles se distinguent des simples maisons par un abords (parc, dépendances). La seigneurie de Bardis est attestée au 16e siècle, donnant naissance à celle de Verdus. L'abbé Baurein fait mention vers 1784 de ces deux seigneuries. Il cite également les maisons nobles de Coufran, de Lescalette, de Sénilhac. Il indique aussi qu'"Il y avait outre cela dans cette Paroisse un ancien château appelé Vallenon, qui appartenait à Mme de Charmail. Elle l’a fait conservés sont ceux de l'ancien château de Charmail, aujourd'hui compris dans le domaine de Bardis : on y pavillon couvert d'ardoise de Bardis date sans doute aussi de cette époque, complété par la chartreuse carrée sont des ajouts de la 2e moitié du 19e siècle. Le logis de Verdignan a vraisemblablement la même , Pabeau, du Mont, Charmail, Bel Orme Tronquoy de Lalande, Grandis. Certaines de ces demeures ne sont plus
    Référence documentaire :
    moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1.
    Description :
    architectural de la chartreuse en rez-de-chaussée ou rez-de-chaussée surélevé. Ils sont agrémentés de tours, de en L avec tourelle en encorbellement et tour d'angle. La demeure de Charmail est flanquée de deux marquée par une travée centrale couronnée d'un fronton triangulaire. Le matériau de gros-œuvre est généralement la pierre de taille. Les façades sont ornées de bandeaux, de chaînes d'angle et de corniches . Elles sont accompagnées de parcs ou de jardins arborés et de bâtiments de dépendance.
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les demeures de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Anciens logis et chais de Charmail : élévations nord. IVR72_20173300516NUC2A Colombier de Bardis. IVR72_20143391725NUC4A Château Bel Orme Tronquoy de Lalande. IVR72_19743301967Z
  • Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    cette époque ont également été découverts à Saint-Seurin-de-Cadourne (Coufran, Dovac, La Maréchale celui de Mapon au sud. L'abbé Baurein rapporte que "cette Eglise succursale [de Saint-Seurin] a été de Saint-Germain-d'Esteuil correspond sans doute à la ville de Noviomagus fondée par le peuple des siècle. Des vestiges du 16e ou 17e siècle y sont encore conservés (tour et colombier). L'église de Saint -Martin dépendait du prieuré augustin Saint-Vivien de Saintes : elle est attestée en 1101, date de la 19e siècle. L'église Saint-Seurin est, quant à elle, remaniée dans les années 1840. Plusieurs maisons lieux de passage des pèlerins qui se rendaient à Saint-Jacques de Compostelle ou à Notre-Dame-de-Soulac considérable, occupe une belle position sur une côte graveleuse. Elle renferme aussi le petit bourg de Cadourne Des découvertes de haches polies en silex ainsi que les traces d'un habitat ou camp fortifié au dans le secteur dès le néolithique. A l'époque gallo-romaine, le site de Brion dans la commune voisine
    Référence documentaire :
    Plan cadastral napoléonien de Saint-Seurin-de-Cadourne, 1831-1832 Plan cadastral napoléonien de Saint-Seurin-de-Cadourne, 1831-1832 Carte de Masse, carré 10, 1709 Carte du 10e quarré de la généralle du Médoc de la basse Guienne et partie de Saintonge. Dessin, encre, couleur, papier, par Claude Masse (géographe), 1709 [IGN, non coté]. Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1 moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1. COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984. COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse
    Description :
    regroupé dans le village de Saint-Seurin et dans de nombreux hameaux. Certains ont fait l'objet d'un La commune est limitrophe de Saint-Estèphe au sud, de Saint-Yzans-de-Médoc et Ordonnac au nord , Saint-Germain-d'Esteuil et Potensac à l'ouest, et de l'estuaire de la Gironde à l'est. Elle couvre une superficie de 15,77 km2. La vigne se concentre sur les terrains les plus élevés (quelque 20 m d’altitude ), composés de graves, qui sont cernés par les zones de marais au nord et au sud, et les palus des bords d'estuaire. Les paysages ondulent, entre croupes de grave et terres basses quadrillées de fossés de drainage . La frontière sud est formée par l'Estey d'Un et le chenal de la Calupeyre qui traversent les palus de Reysson et de Beyzac. Au nord, le chenal de la Maréchale draine la zone de marais entourant l'abbaye de l'Isle à Ordonnac. Le port est installé dans le chenal et sur les bords de l'estuaire. L'habitat est dossier documentaire afin de mettre en évidence l'organisation du bâti, largement modifiée ces dernières
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Annexe :
    cette Paroisse une autre église, érigée sous l’invocation de Saint Seurin, et qui est à la distance également un. Les principaux Villages de cette Paroisse sont celui de Saint-Seurin-de-Cadourne, où est renardière (en Gascon renardeyre), un lieu fréquenté par les renards. Saint-Seurin-de-Cadourne Les sous l’invocation de Saint-Seurin, qui existe dans cette Paroisse, est une Église succursale, distante que l’Église de Notre-Dame d’Entre-deux-Arcs, plus voisine du port de Mappon que celle de Saint-Seurin permettait pas d’enfanter un pareil projet, encore moins de l’exécuter. On a vu des titres où Saint-Seurin de Cadourne était appelé Saint-Seurin d’Enplinigi, ou de Pluvigis. Il est assez difficile de se fixer , demeurant, y est-il dit, en la Parropia de Saint-Seurin d’Enplenigi en Médoc, et dans un autre titre du 24 avril 1458, cette même paroisse est appelée Saint-Seurin de Pluvigis. Etait-ce une paroisse distincte de anciens pouillés, postérieurs à ces lièves, font, à la vérité, mention de Saint-Seurin-de-Cadourne, mais
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière) : Saint-Seurin-de-Cadourne 2e moitié 20e siècle Scène de vendange dans les vignoble de Saint-Seurin-de-Cadourne. IVR72_20143391695NUC2A Croupe de vignes au nord de Saint-Seurin-de-Cadourne. IVR72_20143391733NUC4A Paysage de vigne et de marais au sud de la commune, au loin le village de Saint-Estèphe (vue depuis Paysage viticole au sud de la commune, au loin le château d'eau de Saint-Estèphe (vue depuis le Eglise paroissiale Saint-Seurin (état en 1974). IVR72_19743301969Z Carte de l'embouchure de la Garonne, 1759 : extrait. IVR72_20153300620NUC1A Carte de l'embouchure de la Garonne, 1759 : extrait. IVR72_20153300619NUC1A Carte de Belleyme, 1763-1764 : extrait. IVR72_20153300621NUC1A Extrait du plan cadastral de 1831, section B : hameau de Jeandeyts. IVR72_20153300636NUC1A
  • Les chais et cuviers de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Les chais et cuviers de Saint-Seurin-de-Cadourne Saint-Seurin-de-Cadourne
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Certains chais datent probablement de l'Ancien Régime, comme l'indique leur présence sur le plan cadastral de 1831. Toutefois, la majorité correspond à des constructions du 19e siècle. L'édition de 1850 de l'ouvrage Bordeaux et ses vins indique les "vignobles qui couvrent les coteaux pierreux et communes du Médoc. La commune contient 1300 habitants, fournit de 2500 à 3000 tonneaux de vin (...). Les prix des premiers crus varient de 250 à 300 fr. le tonneau". Deux chais sont datés précisément : 1878 (Tour des Graves) et 1905 (Bonneau-Livran), correspondant à un exemple tardif de cuvier à étage, dit médocain. Le cuvier de Pontoise-Cabarrus, à étage également, semble dater de la même période. Durant la seconde moitié du 20e siècle, l’agrandissement du vignoble de Sociando-Mallet (1969) et de la Mothe Grand Moulin (années 1980) conduit à la construction de nouveaux chais. L’ancienne grange du nouveau château
    Référence documentaire :
    p. 223 COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984.
    Description :
    formant un U à proximité de la demeure ; ceux du château Saint-Paul ou de l'ancien château Pabeau sont Le terme générique de "chais" regroupe à la fois le cuvier qui abrite les cuves pour la fermentation du vin et le chai à barriques pour l'élevage du vin. On distingue les chais modestes dans le bourg chais modestes, en rez-de-chaussée, sont encore identifiables à leur baie de décharge, en arc segmentaire ou à linteau droit, qui permettait le chargement de la vendange dans une cuve : ils peuvent être isolés, situés dans le prolongement ou à l’arrière du logis. Dans ce cas, les pans de toitures domaines viticoles, les bâtiments d’exploitation sont plus imposants, composés de vaisseaux rectangulaires disposés en L. Les chais et cuviers sont dans la grande majorité en rez-de-chaussée mais aussi semi ). La plupart des chais sont bâtis en moellons de calcaire, recouverts parfois d'un enduit. Une partie du chai de Pontoise-Cabarrus est construite en brique. Les chais du château Charmail, plus récents
    Localisation :
    Saint-Seurin-de-Cadourne
    Titre courant :
    Les chais et cuviers de Saint-Seurin-de-Cadourne
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Cuvier avec baie de décharge dans le bourg. IVR72_20163300015NUC2A Ancien cuvier de Charmail : élévations nord et ouest. IVR72_20173300515NUC2A Chai en rez-de-chaussée du château Tour des Graves (1878). IVR72_20153300692NUC2A Chai en rez-de-chaussée au Château Grandis. IVR72_20153390373NUC4A Ancien cuvier avec baies de décharge au Château La Mothe - Grand Moulin. IVR72_20153390344NUC4A Cuves en inox au Château Moulin de Blanchon. IVR72_20153300590NUC2A Bâtiment de dépendance : chai et cuvier (rue Clément Lemaignan). IVR72_20163300135NUC2A Au Villa : ancien cuvier avec baies de décharge murées, 1er quart 19e siècle Au Trale : ancien cuvier avec baie de décharge murée, 1ère moitié du 19e siècle Ancien cuvier avec baie de décharge au hameau du Mont (parcelles 420, 421). IVR72_20153300862NUC2A
  • Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Saint-Seurin-de-Bourg
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821.
    Dossier :
    Tableau d'assemblage du plan cadastral de 1821. Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg
    Auteur :
    AuteurIllustration Archives départementales de la Gironde
  • Église paroissiale Notre-Dame
    Église paroissiale Notre-Dame Saint-Seurin-de-Bourg - Petit - - en village - Cadastre : 1821 unique 396 2014 A2 277
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821.
    Dossier :
    Extrait du plan cadastral : ancien bourg, 1821. Présentation de la commune de Saint-Seurin-de-Bourg Extrait du plan cadastral, ancien bourg, 1821. Église paroissiale Notre-Dame
    Auteur :
    AuteurIllustration Archives départementales de la Gironde
  • Hameau de Barateau
    Hameau de Barateau Saint-Seurin-de-Bourg - Barateau - en écart - Cadastre : 1821 section unique 705 à 754 2017 A3
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821.
    Dossier :
    Extrait du plan cadastral, 1821. Hameau de Barateau Extrait du plan cadastral, 1821 : section unique, 2e feuille. Hameau de Caruel
    Auteur :
    AuteurIllustration Archives départementales de la Gironde
  • Hameau de Marchais
    Hameau de Marchais Saint-Seurin-de-Bourg - Marchais - en écart - Cadastre : 1821 section unique 353 à 383 ; 565 à 581 2014 A3
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821.
    Dossier :
    Extrait du plan cadastral, 1821 : section unique, 2e feuille. Hameau de Marchais
    Auteur :
    AuteurIllustration Archives départementales de la Gironde
  • Maison de maître, dite Château Dupeyrat-Plouget
    Maison de maître, dite Château Dupeyrat-Plouget Saint-Seurin-de-Bourg - Plouget - en écart - Cadastre : 1821 section unique 83, 84 2014 A1 131, 132
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de Saint-Seurin-de-Bourg, 1821.
    Dossier :
    Extrait du plan cadastral, 1821. Maison de maître, dite Château Dupeyrat-Plouget Extrait du plan cadastral, 1821. Maison de maître, dite Château Bel Air
    Auteur :
    AuteurIllustration Archives départementales de la Gironde
1 2 3 4 54 Suivant