Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 288 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune de Saint-Amand-de-Coly
    Présentation de la commune de Saint-Amand-de-Coly Saint-Amand-de-Coly
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    vallon de la forêt de Coly. Les contours de la commune correspondent approximativement à ceux de la également le territoire de la paroisse de Coly. Les premiers dénombrements des feux de la paroisse datent du début du XVIIIe siècle. Saint-Amand compte 236 feux en 1709, soit autour d'un millier d'habitants. Ce avec 301 habitants recensés. Depuis la fin des années 1980, la population croît légèrement. Saint-Amand -de-Coly compte 386 habitants au recensement de 2008. Une chapelle Notre-Dame-des-Neiges existait à son souvenir. Brugière évoque également l'existence de l'église paroissiale Saint-Laurent située à Le ruisseau "la Chironde" (ou Hironde), issu du latin "equoranda", considéré comme un toponyme de frontière, marquerait une partie de la limite orientale du territoire des Pétrucores avec celui des mobilier de l'âge du Bronze et de la Tène finale, une statuette d'Apollon en bronze du IIe siècle a été découverte en 1995. La commune tient son nom d'un ermite originaire du Limousin, Amand, venu évangéliser le
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par Lacoste, 1818. DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly en p. 118-119 CARLES Alcide. Dictionnaire des paroisses du Périgord. Bayac : Editions du Roc de Périgord Noir. Périgueux : Société Historique et Archéologique du Périgord, supplément aux bulletins de .). Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1997 (Carte archéologique de la Gaule). p. 294-295 TANET Chantal, HORDE Tristan. Dictionnaire des noms de lieux du Périgord TANET Chantal , HORDE Tristan. Dictionnaire des noms de lieux du Périgord. Périgueux : Fanlac, 2000.
    Description :
    La commune de Saint-Amand-de-Coly est située à l'extrémité orientale du canton de Montignac. Son sud au nord par la Chironde, affluent du Coly et le Doiran, affluent de la Vézère. Sur le plan territoire qui comprend le chef-lieu communal et une cinquantaine de lieux-dits, s'étend sur 2640 hectares . Principalement composé de collines boisées, le relief varie de 114 m d'altitude (niveau de la Chironde à la Grande Prade) à 284 m (près du hameau de Lasserre). Le paysage est façonné par deux vallées creusées du géologique, une faille sépare un petit quart nord-est du reste de la commune. Au sud de cette ligne se
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Saint-Amand-de-Coly
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410161NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410162NUC4A Paysage automnal dans la vallée du Doiran à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410163NUC4A Noyeraie dans la brume automnale près de Larnaudie à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410164NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410165NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410166NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410167NUC4A Noyeraie à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410168NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410169NUC4A Paysage automnal à Saint-Amand-de-Coly. IVR72_20162410170NUC4A
  • Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de-Coly
    Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de-Coly Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 B2 509-512, 514, 686, 688 1986 ZC 87-89
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Genre :
    de chanoines réguliers de saint Augustin
    Historique :
    dernier serait à l'origine de Saint-Amand-de-Coly. Le monastère est attesté pour la première fois en 1048 , ont confirmé la tradition d'un peuplement ancien, suggérée par la légende de saint Amand arrivé ici au , Cyprien et Amand. Le premier aurait fondé l'abbaye de Terrasson, le second, celle de Saint-Cyprien et le . 78). En 1358, l'abbé Hélie de Marcillac, abbé de Saint-Amand et seigneur haut justicier de la désertification comme le souligne l'abbé Bernard de Bonald dans une lettre de 1449 : " Le monastère de Saint-Amand , sont délogés par Henri de Noailles. En 1746, la mense monacale de Saint-Amand revient au collège de l'intervention d'Anatole de Baudot, architecte entre autres de l’église Saint-Jean de Montmartre. La protection Des fouilles menées récemment (Jean-Luc Piat, Hadès, 2000) dans l'enceinte actuelle de l'abbaye , avec la découverte de vestiges antiques et d'un mobilier céramique gallo-romain ou du haut Moyen Age VIe siècle. Les textes hagiographiques, notamment la vita sancti Sori et un fragment de la vita sancti
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly en p. 30-64 SALET Francis. L'église de Saint-Amand-de-Coly. Congrès archéologique du périgord Noir -Coly MANDIN Jules. Le plan d'une abbatiale de religieux augustins en sarladais, Saint-Amand-de-Coly Saint-Amand-de-Coly. p. 271 et suiv. CARRIER J. "Ouverture du tombeau de W. (Guillaume), abbé de Saint-Amand-de-Coly , 1124-1130" CARRIER J. "Ouverture du tombeau de W. (Guillaume), abbé de Saint-Amand-de-Coly, 1124-1130 et Saint-Amand-de-Coly en Périgord" PIAT Jean-Luc. "Interventions archéologiques sur les églises de sites fortifiés de Jayac et Saint-Amand-de-Coly en Périgord". COCULA Anne-Marie et COMBET Michel (dir p. 52-56 MANDIN Jules. Le plan d'une abbatiale de religieux augustins en Sarladais, Saint-Amand-de Bnf, ms. Occidentaux, fonds latin, 17, 105-17, 106 : Titres de l'abbaye de SAint-Amand, diocèse de
    Précisions sur la protection :
    L'église, l'ensemble de l'enceinte de l'abbaye, le sol des terrains compris dans cette enceinte
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    -rectangulaire d'une cinquantaine de mètres de long sur près de quarante mètres dans sa plus grande largeur ruiné, notamment ses élévations nord et l'angle sud-ouest : il est constitué d'un parement en pierre de l'enceinte : l'une percée au sud, dite porte de Salignac, la seconde, à l'ouest, donnant sur le parvis de édifice occupant l'angle nord-ouest de l'enceinte. Construit en pierre de taille et couvert en lauze de calcaire, il abrite une pièce à feu. On y accède par un escalier de pierre depuis le parvis. Des vestiges de baies, de niches, d'escaliers et de cheminées se distinguent également sur les élévations intérieures de l'enceinte.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 B2 509-512, 514, 686, 688 1986 ZC 87-89
    Titre courant :
    Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de-Coly
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Vocables :
    Saint-Amand
    Illustration :
    Carte des possessions de l'abbaye de Saint-Amand après 1318. IVR72_20132402247NUC1A Extrait du plan cadastral de 1818, section B2. IVR72_20132402248NUC1A Vue d'ensemble du sud-ouest. Dessin de Eugène Joubert, 1843, lithographie de Larie publiée dans "la Elévations nord. Plan aquarellé par Anatole de Baudot, 1888. IVR72_20112400983NUC1A Coupes est-ouest et nord-sud. Plan aquarellé par Anatole de Baudot, 1888. IVR72_20112400984NUC1A Vue et coupe axonométrique du nord-ouest. Plan aquarellé par Anatole de Baudot, 1889 Elévations ouest et est. Plan aquarellé par Anatole de Baudot, 1888. IVR72_20112400985NUC1A Vue d'ensemble prise de l'ouest. Carte postale (Lacoste éditeur), vers 1900. IVR72_20112400979NUC1A Vue axiale prise de l'ouest. Carte postale (Lacoste éditeur), vers 1900. IVR72_20112400980NUC1A Plan schématique des parties constituantes de l'abbaye et des toitures des différents bâtiments
  • Les maisons et les fermes de la commune de Saint-Amand-de-Coly
    Les maisons et les fermes de la commune de Saint-Amand-de-Coly Saint-Amand-de-Coly
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    édifices du Moyen Age et de la Renaissance. Ils se rencontrent principalement dans le bourg de Saint-Amand Quelques baies en place ainsi que des vestiges de fenêtres murées permettent de dater de rares et les hameaux de Brégégère et de Cheyrat. Plus de la moitié du bâti repéré remonte aux 18e et 19e par l'étude des millésimes (83 dates relevées) avec plus de 60 % de dates portées entre 1851 et 1925 reflètent également les variations démographiques révélées par les différents recensements de la population XIXe siècle puis un long déclin depuis la fin de ce même siècle. Très dispersé, l'habitat est fixé dès le XVIIIe siècle comme le figure la carte de Belleyme. Bien que de nombreuses fermes se trouvent isolées sur le territoire (près de 30 % des édifices repérés), elles sont majoritairement regroupées en hameaux de trois ou quatre exploitations, exception faite de "la Vignolle", écart le plus important de la les coteaux les mieux exposés, la vigne avait une place importante. Aujourd'hui, la production de
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par Lacoste, 1818. Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Seuls deux édifices d'origine médiévale et situés dans le bourg de Saint-Amand sont construits, en partie, en pierre de taille. Le reste du corpus des maisons et fermes repérées est bâti en moellons de calcaire liés avec de la terre maçonne, la pierre de taille est réservée aux chaînages et à l'encadrement des baies. Un enduit à la chaux est présent sur près de 30 % des édifices. Certaines habitations fenêtres. Corniches et génoises sont rares : moins de 7 %. On rencontre cependant sur près d'un tiers des édifices, un couronnement des murs réalisé à l'aide de trois rangs de lauzes posés en encorbellement. Les matériaux de couverture sont divers, avec prédominance de la tuile mécanique (43 %) sur la tuile plate (32 %) et l'ardoise (22 %). La lauze de calcaire est encore présente sur 21 % des toits, mais de nombreux jusqu'au début du XXe siècle. Elle a ensuite été remployée pour rehausser les murs de bâtiments, souvent agricoles, couverts alors en tuile mécanique. Sur la commune, l'usage de la tuile creuse reste anecdotique
    Typologies :
    maison de ville
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly
    Titre courant :
    Les maisons et les fermes de la commune de Saint-Amand-de-Coly
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Le hameau de Lasserre vu depuis le nord. IVR72_20112401124NUC2A Bombel, ferme à balet, détail de la porte (cada : ZP 114). IVR72_20112401054NUC2A Drouille, fenêtre à bandeau peint au lait de chaux (cada : ZV 83). IVR72_20112401057NUC2A La Grande Peytivie, logis de ferme (cada : ZT 8). IVR72_20112401060NUC2A La Tour, logis de ferme (cada : ZD 68). IVR72_20112401071NUC2A Lauchie, clé de porte de grange millésimée (cada : ZX 61). IVR72_20112401074NUC2A Le Meymy, clé de grange millésimée (cada : ZT 110). IVR72_20112401078NUC2A Leymarie, logis de ferme (cada : ZR 89). IVR72_20112401079NUC2A Leymarie, évier millésimé dans un logis de ferme (cada : ZR 89). IVR72_20112401080NUC2A Brégégère, logis de ferme réhaussé pour l'installation d'un séchoir à tabac (cada : ZL 82
  • Forteresse dit château de Montignac
    Forteresse dit château de Montignac Montignac - le Château - rue de la Liberté - en ville - Cadastre : 1813 C 165 2011 AP 548, 549, 551, 883
    Historique :
    spicatum (comme aux murs de l'enceinte de l'abbaye de Saint-Amand-de-Coly) ; la grande cheminée était , Fanlac, Saint-Léon, Saint-Pierre et Saint-Thomas de Montignac, Sergeac, Thonac et Valojoulx (Lespine, t toute découverte. Depuis que mondit seigneur Guillaume fut trépassé, monseigneur de Saint-Bonet, fut Le castrum de Montignac est mentionné dès le milieu du Xe siècle dans les chroniques du moine Adhémar de Chabannais : le vicomte de Limoges, Guy, y emprisonne le comte Hélie Ier de Périgord . Forteresse devenue le siège d’une importante châtellenie au cours de la « révolution castrale » du XIe siècle le vocable Saint-Sauveur (attestée en 1153), et une motte castrale (appelée, au XVIIe siècle, la motte de Vilhac). Entre 1031 et 1092, une fille du seigneur de Montignac épouse Boson III, comte de Périgord, et lui apporte en dot la seigneurie de Montignac, qui passe ensuite à Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, puis à Roger Bernard, comte de Périgord. Quatorze paroisses dépendaient de la châtellenie de
    Référence documentaire :
    Mention des travaux de construction réalisés peu avant 1502 AD Pyrénées-Atlantiques. E 669 . Mémoires envoyés au seigneur d’Albret par les officiers ordinaires des châtellenies et autres lieux de la vicomté de Limoges et comté de Périgord (1502) Mémoires envoyés au seigneur d’Albret par les officiers ordinaires des châtellenies et autres lieux de la vicomté de Limoges et comté de Périgord (1502) . Mémoire généalogique des messieurs de Boussiers en Périgord, qui n’en sont point originaires mais suivant une tradition, 1766 Mémoire généalogique des messieurs de Boussiers en Périgord, qui n’en sont point 8-12. Procédure pour l’hommage de la seigneurie de Mouneix portant mention de l’aliénation d’une partie de la châtellenie de Montignac en 1598, 1662. AD Dordogne. 2 E 1828 (1-113). Fonds d'Hautefort 320. Commune de Montignac-sur-Vézère. Commune de Montignac-sur-Vézère. Extrait de la "Carte des rivières de la Dordogne et de la Vézère" levée pour François de Ferry
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Situés sur un éperon rocheux dominant le bourg de Montignac et la Vézère, les vestiges du château s'inscrivent dans une enceinte fortifiée formant la limite extérieure des parcelles 548, 549, 551 et 883. De la côté du bourg, de la Vézère et de la route de Terrasson qu'elle domine et surveille, est un bel exemple de tour à canons de l'époque moderne : son niveau inférieur - une casemate - est encore percé d'une canonnière munie d'une énorme embrasure extérieure "à la française" (elle a une largeur de près de 2 m) ; sa
    Localisation :
    Montignac - le Château - rue de la Liberté - en ville - Cadastre : 1813 C 165 2011 AP 548, 549
    Titre courant :
    Forteresse dit château de Montignac
    Appellations :
    château de Montignac
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait de la carte de Belleyme, planche 23, levée en 1768. IVR72_20122401445NUC1Y Extrait du plan cadastral de 1813, feuille C1. IVR72_20122401446NUC1A Château de Montignac-le-Comte pris du clocher de l'église, par Léo Drouyn, 1847. Etat avant les Château de Montignac-le-Comte relevé et dessiné par Léo Drouyn, 1847. État avant les lourds travaux du début du 20e siècle : plan du château, détail d'un culot sculpté, vue de la porte principale et vue de la grande salle à l'est. IVR72_20182403171NUC2A Plan du château de Montignac, avec localisation des principaux vestiges, par Léo Drouyn, 1854. État Essai de reconstitution du plan du château-fort de Montignac au 16e siècle par Philippe Laroche Plan de phasage des vestiges du château de Montignac, sur fond de plan par Philippe Laroche, 1882 Château de Montignac-le-Comte en 1793, d'après un dessin du conventionnel Bouquier, par Jules de
  • Château de la Cassagne, actuellement demeure
    Château de la Cassagne, actuellement demeure La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 D1 18 1986 D1 11
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    , pourrait remonter au XIe ou XIIe siècle : la fourrure des murs d’enceinte de l’abbaye de Saint-Amand-de -Coly du XIIe ou du XIIIe siècle et du château de Limeuil, qui date peut-être de la même époque, ainsi seigneuries de Salignac, Commarque, Pelvézy, Saint-Geniès, La Cassagne, Giac et la commanderie de Condat sont 1675 et 1677, Jacques de Hautefort, seigneur marquis de Saint-Chamans, fait proclamation du Au Moyen Âge, le château, situé à l'écart du bourg, est la demeure de la famille éponyme et le siège d’une seigneurie, qui relève de la vicomté de Turenne. De l’édifice primitif, il reste sans doute qu’aux murs gouttereaux de l’église du Cheylard (Les Farges), entre le IXe et le XIIe siècle, présentent un appareillage similaire. À partir du démembrement de la vicomté de Turenne par Blanche de Castille en 1251, La Cassagne (avec les paroisses de Ribeyrac, d’Espéluchat, de Montfort, d’Alhiac, de Carlux , de Creisse, de Larche, de Terrasson et de Jayac) relève alors des possessions d’Hélie Rudel, seigneur
    Référence documentaire :
    , seigneur marquis de Saint-Chamans, au roi de France à cause de son comté de Périgord, 1675-1677 Dénombrement de la terre et seigneurie de La Cassagne par Jacques d'Hautefort, seigneur marquis de Saint p. 293-294 PERGOT A.-B. La vie de Saint Sour, ermite et premier abbé de Terrasson, avec une notice historique sur l'abbaye de Terrasson PERGOT A.-B. La vie de Saint Sour, ermite et premier abbé de Terrasson p. 56 GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France). section D Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825. Archives nationales, Paris, Fonds Noailles, t. 193 /10 (domaines de Larche et Terrasson). Copie de plusieurs vidimus d'actes portant jugement du conflit entre Aymeric de La Cassagne et Geoffroy de Pons sur la féodalité et la justice de La Cassagne (1308-1316). Copie de plusieurs vidimus d'actes portant
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    La demeure, de plan rectangulaire, est en réalité une construction de plan en U auquel une construction annexe couverte d'un toit brisé fut adossée au sud, entre les deux ailes en retour. L'ensemble de ces corps de logis est couvert en ardoise. Les façades sont rythmées par de grandes fenêtres à plate -bande clavée en arc segmentaire. Leur symétrie est due à la création de fausses fenêtres sur les trumeaux (au droit des murs de refend). A l’intérieur, un couloir central commande les pièces du rez-de surmontée du poulailler, derrière le logis, n'apparaît pas sur le cadastre de 1825.
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Château de la Cassagne, actuellement demeure
    Appellations :
    château de la Cassagne
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1825, section D1. IVR72_20142401007NUC1A Vue d'ensemble de la plateforme de l'ancien château, avec sa tour d'angle nord-ouest, et le Détail de la tour d'angle nord-ouest de la plateforme de l'ancien château. IVR72_20112400722NUC2A Vue d'ensemble avec une tour prise de l'ouest. IVR72_20112400724NUC2A Vue de l'environnement du château depuis ses combles. IVR72_20112400727NUC2A Façade orientale et entrée de la cave. IVR72_20112400729NUC2A Vue de l'escalier intérieur de la demeure. IVR72_20112400731NUC2A Etage de comble : pièce en galetas au débouché de l'escalier. IVR72_20112400732NUC2A Vue de la cave prise de l'est. IVR72_20112400735NUC2A Vue de la cave avec escalier en vis prise de l'ouest. IVR72_20112400736NUC2A
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    cantine scolaire. La nouvelle "maison d'école" est construite en 1879 sur les plans de l'architecte ruines des bâtiments conventuels de l'abbaye. L'école a été agrandie récemment par la municipalité. Sa cave sert de dépôt pour les archives communales.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    L'école, la cour et le préau se tiennent dans l'enceinte de l'abbaye de Saint-Amand-de-Coly, au sud de l'église abbatiale. L'accès principal empreinte la porte dite "de Salignac". L'école se compose d'une maison d'habitation à étage autrefois destinée à l'accueil de l'instituteur, et d'une classe qui se développe contre la façade postérieure de la maison. Une seconde classe a été édifiée à l'angle nord-est de la première.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Coupe sur la classe, façade latérale et coupe en long. Dessin aquarellé de l'architecte Bouillon Plan du rez-de-chaussée, dessin aquarellé de l'architecte Bouillon, 1866. IVR72_20112401005NUC2A Façade principale, dessin aquarellé de l'architecte Bouillon, 1866. IVR72_20112401006NUC2A Façade de derrière. Dessin aquarellé par l'architecte Bouillon, 1866. IVR72_20112401009NUC2A Extrait du plan cadastral de 1986, section ZC. IVR72_20132402209NUC1A
  • Château de la Grande Filolie
    Château de la Grande Filolie Saint-Amand-de-Coly - la Grande Filolie - isolé
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    de La Salle à Saint-Léon et du manoir de Cramirac à Sergeac, tous deux datés par dendrochronologie XVIIIe siècle était chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. La carte de Belleyme montre Le domaine doit certainement son nom à la famille de La Filolie qui possédait au Moyen Âge des biens à Montignac et dans ses environs. Selon toute vraisemblance, les biens de cette famille sont passés au XVe siècle à la famille de Beaulieu. En 1496, Antoine de Beaulieu est procureur de Montignac ; il dresse avec Antoine de Salaignac, gouverneur pour le sire d'Albret en Périgord et Limousin, le procès-verbal de la prise de possession des comté et vicomté pour celui-ci. C'est à lui que peut être attribuée dans ces années la construction à l'extrémité d'un éperon un premier logis composé de deux corps . Un jardin, au nord, à la pointe de l'éperon, borde directement le corps de logis principal. Les fenêtres sont caractéristiques de la période comprise entre 1490 et 1510 (comparables à celles du château
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    Section E, 1ère feuille Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et p. 25-29 ARAGUAS Philippe. "Saint-Amand-de-Coly, château de la grande Filolie" ARAGUAS Philippe . "Saint-Amand-de-Coly, château de la Grande Filolie". Congès Archéologique du Périgord Noir, 137e session Testament de Marguerite de Souliac, dame de La Filolie, 18 septembre 1642. AD Dordogne. 3 E 2267 Inventaire des effets du sieur de la Filolie (1692) AD Dordogne. 3 E 2286 Inventaire des effets du sieur de la Filolie (1692) Inventaire des effets du sieur de la Filolie (1692). AD Dordogne. Q 385. Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809 Procès-verbal de visite du Planche n° 23 (1768) Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN. Plan du domaine de La Grande Filolie, 1809 (AD Dordogne. Q 385). Plan du domaine de La Grande
    Représentations :
    La clé de l'arc de la porte du logis ouest porte des armoiries non identifiées : écartelé au de trois tours, deux au chef une en pointe, au quatrième de trois cornes d'abondance, deux en chef une en pointe. Les frontons-pignons de deux lucarnes portent des coquilles sculptées en creux.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le site occupe un éperon peu élevé pointant vers le nord et bordé de deux vallons. Le vallon occidental est parcouru par le Doiran, ruisseau affluent de la Vézère. Il alimente l'étang du moulin . Organisé autour d'une cour ouverte à l'est, le château se compose, au nord, d'un corps de logis construit éclairés de lucarnes à fronton-pignon. L'aile nord se prolonge vers l'ouest par un logis en rez-de-chaussée devant lequel s'élève une tour polygonale liant le manoir au corps de logis ouest. Celui-ci, très développé en longueur surmonte un étage de soubassement voûté d'un berceau segmentaire abritant le chai. Une tour rectangulaire occupe l'angle sud-ouest de ce corps. Une seconde, de plan identique, le flanque à l'extrémité nord de son gouttereau. Elles sont couronnées par un chemin de ronde sur mâchicoulis. Des bouches sud, une seconde lucarne à croupe domine une porte d'accès. La clé de son arc porte un écu armorié la nef également voûtée d'ogive et au choeur en berceau plein-cintre, puis un logis modeste en rez-de
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé étage de comble
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - la Grande Filolie - isolé
    Titre courant :
    Château de la Grande Filolie
    Appellations :
    de la Grande Filolie
    Annexe :
    La Filolie, sittué dans les communes de Montignac et Saint-Amant provenant de Bauroire Vilhac et cedé quatre vingtz douze dans le chasteau de la Filolie, parroisse de Sainct Amand apres midy, regnant Louis Losse, faict en faveur de damoiselle Anne de Saint Clar, femme du seigneur de Losse, par Geraud, Pierre ANNEXE II : Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809 (AD Dordogne. Q 385) Nota : Les la résidence de Montignac, au département de la Dordogne, expert nommé par arrêté de Monsieur le Préfet du département, à l'effet de procéder à l'expertise valeur de 1790 du revenu actuel du château de à la Caisse d'amortissement en exécution de la loi du 24 avril 1806. Nous sommes transporté avec Monsieur le receveur des domaines au bureau de Montignac, au dit château de La Filolie, où nous avons trouvé Monsieur Boredon, fermier du domaine, auquel nous avons fait connaitre le motif de notre transport . Nous avons ensuitte de concert avec le dit sieur receveur procédé à l'estimation des biens ainsi qu'il
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Texte libre :
    commune de Saint-Amand-de-Coly, 1818 (AD24. 3P3 4062-4077), section E, 1ère feuille. Bibliographie . S.l. : Tallandier, 1966, p. 232-233. - ARAGUAS Philippe. "Saint-Amand-de-Coly, château de la Grande Reynaux, deux à Fontas et une à Play) et les six autres à Saint-Amand (les métairies de Laborie, La : en 1339 notamment, Bernarde de Saint-Fergoeix, femme de Guillaume de la Filolie, vend à Raimond Duval , seigneur de "Palautzy" (Pelvézy, à Saint-Geniès), une parcelle de vigne située sur la paroisse de Brénac la période comprise entre 1490 et 1510 (comparables à celles du château de La Salle à Saint-Léon et à la fin du XVIIIe siècle était chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. La carte de NOTE DE SYNTHÈSE Les origines et la première campagne de travaux Le domaine doit certainement son nom à la famille de La Filolie qui possédait au Moyen Âge des biens à Montignac et dans ses environs (AD Pyrénées-Atlantiques, E 607, Inventaire des archives du château de Montignac en 1546, N° 13, fol
    Illustration :
    Le domaine de la Grande Filolie en 1769 d'après la carte de Belleyme (planche n° 23 Plan du domaine de la Grande Filolie levée en 1809 accompagnant le procès-verbal de visite du Extrait du plan cadastral de 1818, section E1. IVR72_20132402202NUC1A Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809, fol. 1r° (AD Dordogne, Q 835 Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809, fol. 1v° (AD Dordogne, Q 835 Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809, fol. 2r° (AD Dordogne, Q 835 Procès-verbal de visite du château, 9 avril 1809, fol. 2v° (AD Dordogne, Q 835 Plan schématique des toitures et des phases de construction du château de la Filolie Plan restitué du rez-de-chaussée du château, état phase I (fin XVe-début XVIe siècle). En gris Plan d'ensemble restitué du château de la Grande Filolie, état phase II (fin XVIe-début XVIIe
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
    Dossier :
    Coupe sur la classe, façade latérale et coupe en long. Dessin aquarellé de l'architecte Bouillon
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
    Dossier :
    Façade principale, dessin aquarellé de l'architecte Bouillon, 1866. École primaire
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
    Dossier :
    Façade de derrière. Dessin aquarellé par l'architecte Bouillon, 1866. École primaire
  • École primaire
    École primaire Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1986 ZC 87
    Référence documentaire :
    Maison d'école de Saint-Amand-de-Coly, plan, coupes et façades, par Bouillon, architecte
    Dossier :
    Plan du rez-de-chaussée, dessin aquarellé de l'architecte Bouillon, 1866. École primaire
  • Cabane
    Cabane Saint-Amand-de-Coly - Brégégère - isolé - Cadastre : 2013 ZL 109
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    de la commune de Saint-Amand. De fait, la cabane est située dans une zone autrefois couverte de Le fait que la cabane ne figure pas sur le plan cadastral de 1818 ne veut rien dire : certains vignes, comme l'atteste la carte de Belleyme (planche n° 23 levée en 1768). Cette cabane a pu être
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Description :
    Cabane de plan circulaire édifiée en moellons de calcaire liés avec de la terre maçonne et en partie enduits. L'encadrement de la porte est en pierre de taille. Le toit est couvert de lauze assemblée en tas de charge. Il est dominé par un épi de faîtage massif en calcaire.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - Brégégère - isolé - Cadastre : 2013 ZL 109
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Cabane
    Cabane Saint-Amand-de-Coly - Lauchie - isolé - Cadastre : 2013 ZX 66
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Le fait que la cabane ne figure pas sur le plan cadastral de 1818 ne veut rien dire : certains géomètres en charge du levé ne les figuraient pas. Elle a pu aussi être bâtie après 1818, lors de l'intensification de la viticulture en Dordogne.
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Description :
    Cabane de plan carré édifiée en moellons de calcaire liés avec de la terre maçonne et couverte de lauze assemblée en tas de charge et formant deux pans. Un linteau en bois surmonte la porte d'accès.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - Lauchie - isolé - Cadastre : 2013 ZX 66
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
    Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 2013 ZC 90
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Ce monument commémoratif remplace le premier monument aux morts de la guerre de 1914-1918 implanté à côté de l'entrée de l'abbaye et visible sur les cartes postales anciennes. Ce premier édifice a années 1960 après l'installation de la mairie dans le presbytère et mentionne également une victime de la
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Plaque commémorative intégrée au mur extérieur de la mairie, encadrée de pilastres en pierre
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 2013 ZC 90
    Titre courant :
    Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
    Appellations :
    de la guerre de 1914-1918
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue de face. IVR72_20132402235NUC2A
  • Cabane
    Cabane Saint-Amand-de-Coly - Lauchie - isolé - Cadastre : 2013 ZX 66
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Le fait que la cabane ne figure pas sur le plan cadastral de 1818 ne veut rien dire : certains
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Description :
    Cabane de plan circulaire édifiée en pierre sèche (moellons de calcaire) et couverte de lauzes assemblées en tas de charge.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - Lauchie - isolé - Cadastre : 2013 ZX 66
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Voie ferrée
    Voie ferrée Mauzens-et-Miremont
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    la Vézère et de la franchir en aval du château de Belcayre jusqu'à la station de Saint-Léon-sur -Vézère. De là, la ligne doit franchir la Vézère par deux fois, en aval du pont métallique de Saint-Léon Après la banqueroute de la compagnie du Grand-Central de France, une partie des concessions chantiers dès 1860 sous la houlette de l'ingénieur des Ponts et Chaussées Krantz et celui du PO, Thirion. La ligne est ouverte le 3 août 1863. Elle emprunte celle de Brive jusqu'à Niversac où elle bifurque vers le sud. Une partie de son tracé est à voie unique. La ligne est toujours exploitée de nos jours. La ligne ligne est ouverte en 1899. Le tronçon de Hautefort à Terrasson est déclassé en 1941 et la ligne de Condat-le Lardin à Sarlat fermée en 1951. Au début des années 1870, se pose la question de la desserte de Montignac et de Sarlat dans le cadre du développement du réseau d'intérêt local. Si le tracé de la ligne Nontron-Sarlat par Hautefort est déjà arrêté puis inscrit dans la loi Freycinet de 1879, bien que la ligne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    LAGRANGE Jacques. Le chemin de fer en Périgord (1850-1871) LAGRANGE Jacques. Le chemin de fer en Pont ferroviaire de la Valade (AD 24. S 1494) "Chemin de fer de Nontron à Sarlat, section de Condat à Sarlat, projet d'exécution des travaux, 10e, lot, 1ère partie, ouvrage d'art, pont de 3 arches Viaduc de Muratel, 1884 (AD24. S 1457) "Viaduc de Muratel, Chemin de fer de Nontron à Sarlat , section d'Hautefort à Condat, enquêtes parcellaires, commune de Beauregard, D II 1 : plan général au 1 MARABOUT Vincent. Par monts et vaux MARABOUT Vincent. "Par monts et vaux : Muratel et le chemin de fer", Mémoire de Beauregard, La revue de la section Histoire et Patrimoine du Foyer laïque, n°2, avril
    Description :
    sud-est et pénètre sur la commune de Saint-Amand-de-Coly qu'elle traverse principalement par le tunnel de la Bachellerie et des Farges puis traverse le sud de la commue du Lardin-Saint-Lazare avant de deux fois), Saint-Cirq, Le Bugue (nouveau franchissement de la Vézère) et Saint-Chamassy où elle brièvement l'aire d'étude en deux endroits : le sud de la commune de Saint-Chamassy où elle se raccorde avec celle de Périgueux-Le Buisson, et le sud de la commune de Saint-Cyprien où le chemin de fer franchit la L'aire d'étude est traversée par quatre lignes de chemin de fer. Au nord-est, la ligne Périgueux étant sur la commune de Terrasson-Lavilledieu, au lieu-dit Charpenet. Cette seconde ligne traverse brièvement l'est de la commune de Beauregard-de-Terrasson, notamment à Muratel où se situent le tunnel (IA24001481) et le viaduc (IA24001476) du même nom et coupe, également sur une courte distance, le nord-est de la commune du Lardin-Saint-Lazare pour aboutir à Charpenet. Cette ligne se poursuit depuis le Lardin
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly Savignac-de-Miremont Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil Saint-Cirq Saint-Chamassy Saint-Cyprien Saint-Geniès Le Lardin-Saint-Lazare Beauregard-de-Terrasson
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vestiges du pont ferroviaire de Peysset (Saint-Amand-de-Coly) au-dessus de la D64 Vestiges du pont ferroviaire de Peysset (Saint-Amand-de-Coly), au-dessus de la Chironde, vue en Vestiges du pont ferroviaire de Peysset (Saint-Amand-de-Coly), au-dessus de la Chironde, vue en Tracé schématique des voies ferrées de l'aire d'étude. IVR72_20132402087NUC2A Le viaduc de la Valade (Aubas-La Bachellerie), vu du sud-est. IVR72_20132402088NUC2A Tête d'entrée nord du tunnel de Muratel (Beauregard-de-Terrasson). IVR72_20132402014NUC2A Viaduc de Muratel (Beauregard-de-Terrasson), vue de la grande arche centrale Le chemin de fer de la ligne Périgueux-Brive devant la papeterie de Condat IVR72_20172410729NUC4A Arcade du viaduc de Souffron sur la ligne Périgueux-Le Buisson. IVR72_20162410293NUC4A Partie nord du viaduc ferroviaire de Souffron (ligne Périgueux-Le Buisson). IVR72_20162410294NUC4A
  • Maison de maître, actuellement restaurant scolaire et logements, dit Vieil Hôpital
    Maison de maître, actuellement restaurant scolaire et logements, dit Vieil Hôpital Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 A2 474, 475 1986 ZC 107, 110
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Historique :
    A la fin du 14e siècle, Raymond Vignerot, abbé de Saint-Amand, fait construire un hôpital à propriété de Pierre Chanteloube, maire de Saint-Amand, qui installe l'école à l'étage de sa maison de 1848 à proximité de l'abbaye. Par une bulle du 15 septembre 1381, toute aide à cette fondation est gratifiée, par l'antipape Clément VII, de 100 jours d'indulgences. Les sources n'indiquent pas l'emplacement de cet établissement que la tradition locale situe là où s'élève l'actuelle maison de maître. Celle-ci a peut-être été bâtie par un membre de la famille Laborde au cours du 17e siècle (Delmas). A droite du portail, le pigeonnier porte le millésime 1627. Si le logis montre quelques vestiges datant peut-être de cette période ) visibles au rez-de-chaussée du logis et près de la porte de l'ancienne étable. Le cadastre de 1818 figure
    Référence documentaire :
    p. 72-73 DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de-Coly DELMAS André. L'abbaye de Saint-Amand-de -Coly en Périgord Noir. Périgueux : Société Historique et Archéologique du Périgord, supplément aux bulletins de l'année 1978, 1978.
    Statut :
    propriété de la commune
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée surélevé
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Genre :
    de maître
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier de type complexe en maçonnerie
    Description :
    pigeonnier de plan carré et couvert en lauze jouxte le portail. A gauche, une dépendance a été transformée en logement. Seule la partie ouest du logis est bâtie au-dessus d'une cave voûtée d'un berceau en anse-de -panier. Au pied de la façade occidentale, rythmée de trois travées, un escalier extérieur permet l'accès au rez-de-chaussée. Côté est, ce niveau est équipé d'un évier et présente les traces d'une cheminée disparue. L'ensemble est bâti en moellon de calcaire et couvert en ardoise. Deux rangs de génoise
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 A2 474, 475 1986 ZC 107, 110
    Titre courant :
    Maison de maître, actuellement restaurant scolaire et logements, dit Vieil Hôpital
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1818, section A2. IVR72_20132402244NUC1A Accès à la cave et au rez-de-chaussée. IVR72_20112400659NUC2A Façade ouest, arc et aération de la cave. IVR72_20112400660NUC2A Piédroit de l'étable, millésime "1892". IVR72_20112400663NUC2A Façade postérieure de l'ancienne grange-étable. IVR72_20112400665NUC2A Rez-de-chaussée du logis, cheminée murale nord. IVR72_20112400693NUC2A Rez-de-chaussée du logis, gouttereau est, vestiges de cheminée. IVR72_20112400694NUC2A Rez-de-chaussée du logis, gouttereau est, évier. IVR72_20112400695NUC2A
  • Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de-Coly
    Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de-Coly Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 B2 509-512, 514, 686, 688 1986 ZC 87-89
    Référence documentaire :
    Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par Lacoste, 1818.
    Dossier :
    Extrait du plan cadastral de 1818, section B2. Abbaye d'augustins, dite abbaye de Saint-Amand-de -Coly
  • Moulin de Brégégère
    Moulin de Brégégère Saint-Amand-de-Coly - Brégégère - isolé - Cadastre : 1818 D2 non cadastré 2014 ZL non cadastré Moulin probablement situé sur la parcelle ZL 22 ou à proximité.
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Le moulin est figuré "Mn de la Tour" sur la carte de Belleyme (pl. 23, 1768) et par un unique symbole sur celle de Cassini (pl. 35).
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    section D2 Plan cadastral de la commune de Saint-Amand-de-Coly. Dessin, encre et aquarelle, par
    Description :
    Le cadastre de 1818 figure le bief du moulin, mais le bâtiment proprement dit a déjà disparu à cette date, de sorte qu'il est impossible d'en connaître l'emprise foncière.
    Localisation :
    Saint-Amand-de-Coly - Brégégère - isolé - Cadastre : 1818 D2 non cadastré 2014 ZL non cadastré
    Titre courant :
    Moulin de Brégégère
    Appellations :
    Moulin de Brégégère
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1818, section D2. IVR72_20132402279NUC1A
1 2 3 4 15 Suivant