Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 367 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de l'autel de saint Vincent de Paul (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel de saint Vincent de Paul (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Monogramme SV (pour saint Vincent) sur le panneau central de l'autel.
    Historique :
    Cet autel fut offert par Gabrielle de Neurisse de Laluque, sans doute en même temps que la verrière . Le meuble fut revendiqué lors de l'inventaire de février 1906, après la mort de Mlle de Laluque, par de Saint Vincent de Paul qui le surmonte (réf. IM40004433), posée par le Bordelais Dagrant en 1894 Mme Vauquelin, sans doute sa parente. Il remplaçait dans le déambulatoire l'ancien autel de saint Éloi , installé sous l'Ancien Régime pour la confrérie des forgerons et ferronniers de Dax.
    Matériaux :
    fonte de fer noir peint doré
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale de la cathédrale, par l'archiprêtre Pierre Lorreyte, vers 1887. Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.
    Représentations :
    saint Vincent de Paul doré, de style néo-Renaissance, entre les colonnettes cannelées de l'autel : panneaux verticaux avec le monogramme SV (au centre) et des rinceaux, sous des lunettes cintrées ornées d'un motif en éventail et de du socle de la statue. Statue : saint Vincent de Paul en soutane, surplis et étole, le bras droit levé. Décor de la clôture : volutes adossées en C et affrontées en cœur sur les panneaux dormants et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel néo-Renaissance, entièrement en marbre blanc à l'exception de la porte du tabernacle, en ; massif postérieur légèrement débordant, pourvu de chaque côté d'une petite crédence en tablette suspendue polychrome. Clôture d'autel en fonte de fer et bois (appui), à angles antérieurs coupés, ouvrant sur la face
    Auteur :
    [donateur] Neurisse de Laluque Gabrielle de
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de l'autel de saint Vincent de Paul (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture
    Dimension :
    Dimensions du tombeau d'autel. Gradin : h = 19. Tabernacle : h = 76, la = 52 ; h = 66,5 (socle de
    Appellations :
    de saint Vincent de Paul
  • Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes (baies 3 et 4)
    Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes (baies 3 et 4) Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    famille de Neurisse de Laluque (baie 4, lancette gauche : "De sinople à trois têtes de léopard d'or" [sic : les Neurisse portaient "d'azur" et non "de sinople"] ; écu timbré d'une couronne de baron et tenu par / DOMINI / 1893. Monogramme et date (en bas à droite de toutes les lancettes, sauf celle de droite de la deux baies) : 1893. Inscription concernant l'iconographie (baie 3) : COMMENT / SAINT VINCENT / PARTI DE SAINTES / DEBARQUE A / ST JEAN DE LUZ (lancette droite) ; COMMENT / SAINT VINCENT / EVANGELISAI[T] [L]A / NOVEMPOPULANIE (lancette centrale) ; COM.T / ST VINCENT / AYANT CONVERTI LE TEMPLE / DE LUCINE EN ORATOIRE CHRETIEN / FONDA LE ST SIEGE / EPISCOPAL DE / DAX (lancette gauche). Inscription concernant l'iconographie (baie 4) : COM.T / SS. VINCENT ET / LOETUS AYANT REFUSE / DE SACRIFIER AUX IDOLES / REMPORTERENT LA SUR / LE TOMBEAU DE / ST VINCENT (lancette centrale) ; COM.T / APRES LA TRANSLATION / DU SIEGE / EPISCOPAL A DAX / (XIe SIECLE) / LE CHAPITRE DE LA / CATHEDRALE SE RENDAIT / CHAQUE ANNEE / EN PROCESSION
    Historique :
    . La verrière 4 fut offerte par Gabrielle de Neurisse de Laluque, marraine en 1885 de la petite cloche Neurisse de Laluque (1765-1829) et Ursule Alix de Carrère de Loubère (née en 1795, fille d'un préfet des lancettes gauche et droite. Mlle de Laluque devait encore offrir l'année suivante à la cathédrale Notre-Dame l'hagiographie locale) de saint Vincent et de son frère Lætus, fondateurs supposés du diocèse de Dax. La légende de Vincent de Xaintes, ignorée de Grégoire de Tours, ne s'est sans doute formée au plus tôt qu'au Xe de l'église (réf. IM40004420), en mémoire de ses parents (mariés en 1818), le baron Bernard-Marie de Landes et sœur d'un maire de Mont-de-Marsan sous la Restauration), dont les armes figurent à la tête des une verrière du même Dagrant dédiée à saint Vincent de Paul. Elle adressa à cette occasion au verrier une lettre (2 juillet 1894) lui annonçant l'envoi d'une "empreinte des armes de son cachet" et formulant le vœu que ce nouveau travail soit aussi réussi que "ceux de notre église de St-Vincent".
    Référence documentaire :
    AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église. Dessin à la mine de plomb et à une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894 Lettre de cathédrale de Dax, 2 juillet 1894.
    Représentations :
    saint Vincent de Xaintes cycle narratif Chacune des lancettes comporte, au centre, une scène de la vie de saint Vincent sous un dais architecturé et sur un soubassement à arcature ; le tout est inscrit dans un long médaillon oblong sur fond de grisaille à motifs de rinceaux fleuris ; au bas de chaque lancette, un médaillon polylobé portant la légende de la scène ; à la tête, un médaillon armorié (sauf celui de la lancette centrale de la baie 3, qui droite de la baie 3 pour s'achever avec la lancette droite de la baie 4. Baie 3, de droite à gauche : Vincent et son frère Lætus, partis de Saintes, débarquent à Saint-Jean-de-Luz (Vincent est déjà revêtu des ornements épiscopaux, Lætus d'une dalmatique de diacre) ; Vincent évangélisant les peuples de la ) ; Vincent, accompagné de Lætus, fonde le diocèse de Dax et commande la transformation du temple de Lucine en , de gauche à droite : décapitation de Vincent et de Lætus pour avoir refusé de sacrifier aux idoles (à
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrières à trois lancettes séparées, celle du centre plus haute. Les fonds de paysage sont peints
    Auteur :
    [donateur] Neurisse de Laluque Gabrielle de
    Titre courant :
    Ensemble des 2 verrières hagiographiques du transept : Scènes de la vie de saint Vincent de Xaintes
    Dimension :
    Dimensions de la lancette centrale (d'après les dessins de Dagrant) ; lancettes latérales : h = 395
    Annexe :
    Lettre de Gabrielle de Laluque à Gustave-Pierre Dagrant, 2 juillet 1894. Lettre de Gabrielle de Laluque de Neurisse au verrier Gustave-Pierre Dagrant, concernant les armoiries à apposer sur une verrière considération très distinguée. / G. de Laluque." de saint Vincent de Paul par elle offerte à la cathédrale Notre-Dame de Dax, 2 juillet 1894 (AD que l'empreinte des armes de mon cachet habituel, que vous aviez déjà mais concernant les couleurs du blason je transcrirai la légende des lettres patentes : / "Pour mon Père : de sinople à trois têtes de léopard d'or, écu timbré d'une couronne de Baron. / Pour celles de ma Mère, de Carrère : d'azur au vol abaissé d'argent sommé d'un croissant du même et accosté de deux lions couchés rampants aussi d'argent , celui de dextre surmonté d'un chevron d'or, l'écu timbré d'une couronne de comte." / Je désire que les verrière destinée à St V. de Paul ait le cachet de bon goût que vous apportez à tous vos travaux, que... de
    Illustration :
    Baie 4 : armoiries de la famille de Neurisse de Laluque. IVR72_20124000928NUC2A Baie 3 : saint Vincent et Laetus débarquant à Saint-Jean-de-Luz. IVR72_20124000854NUC2A Baie 3 : saint Vincent fondant le siège épiscopal de Dax. IVR72_20124000853NUC2A Baie 3 : armoiries de Mgr Delannoy, évêque d'Aire et de Dax. IVR72_20124000856NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_20124000847NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_20124000924NUC2A Baie 4 : serment prêté sur le tombeau de saint Vincent. IVR72_19844000074XA Baie 4 : procession du chapitre de la cathédrale de Dax à Saint-Vincent. IVR72_20124000848NUC2A Baie 4 : procession du chapitre de la cathédrale de Dax à Saint-Vincent. IVR72_20124000925NUC2A Baie 4 : armoiries de la ville de Dax. IVR72_20124000850NUC2A
  • Tombeau de Gabriel Despax
    Tombeau de Gabriel Despax Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (sur la face du cippe, sous le médaillon) : 1878 1922 / À Gabriel DESPAX / Avocat / Ancien Maire de Dax / Député des Landes / Conseiller Général / Prést de l'Office Cantonal Pupilles Nation / Ses Amis. Signature et date (sur le médaillon de bronze, en bas à gauche) : Firmin / Michelet / 1925.
    Historique :
    L'avocat Gabriel Despax (Dax 22 novembre 1878 - Pissos 9 mai 1922) fut maire de Dax de 1913 à 1919 aux morts de Michelet, en souvenir du frère cadet de Gabriel Despax, Émile (1881-1915), jeune poète , puis député radical-socialiste des Landes de 1919 à sa mort. Après sa disparition subite, ses amis lui firent ériger ce monument funéraire en 1925, date gravée sur le médaillon de bronze à son effigie. Celui -ci fut exécuté par le sculpteur tarbais Firmin-Marcel Michelet (1875-1951), élève de Falguière , Mercié et Marqueste, qui réalisa également le monument aux morts de Dax en ces mêmes années. Une stèle (avec médaillon de bronze par Robert Wlérick) fut érigée par la Ville de Dax, à proximité du monument tué au début de la Grande Guerre.
    Référence documentaire :
    l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.
    Représentations :
    côtés, à la manière d'un poêle posé sur un cercueil. Sur la face du cippe, au-dessus de l'épitaphe, un médaillon circulaire en bronze à l'effigie du défunt (tête de trois-quarts vers la droite, portant moustache
    Description :
    Le tombeau est composé d'un sarcophage sur degré, de plan incliné, adossé à un cippe carré
    Titre courant :
    Tombeau de Gabriel Despax
    Appellations :
    de Gabriel Despax
    Catégories :
    taille de pierre
  • Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête, Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan, Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9)
    Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête, Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan, Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    cartel) : écu à dextre : "De sinople à trois têtes de léopard d'or" (famille de Neurisse de Laluque (en bas à droite) ; monogramme GD (lettres entrelacées) 1896 (en bas à droite de la scène figurée ) 1898 (en bas à droite de la scène figurée). Inscription concernant l'iconographie (sur un cartel au bas , aux 1 et 4 de sinople à un chien braque d'or passant surmonté d'une palme d'argent en fasce, aux 2 et 3 bandé de vair et de gueules de six pièces" ; couronne de marquis ; supports : deux lévriers colletés d'or ; devise sur phylactère : FIDELIS ET AUDAX (famille Le Quien de La Neufville). Baie 9 . Signature et date (en bas à droite de la scène figurée) : monogramme GD (lettres entrelacées) 1894 bas) ; CARITAS (sur le cartouche à la clef de l'arc). Armoiries d'alliance (deux écus jumelés sous le ) ; écu à senestre : "D'azur à un pal retrait d'or, mouvant de la pointe, soutenant un croissant d'argent et accosté de deux lions affrontés d'or, chaque lion surmonté d'un chevron d'or" (famille de Carrère
    Historique :
    Gabrielle de Neurisse de Laluque, donatrice du vitrail de Saint Vincent de Paul (baie 9) et de l'autel qu'il même Mlle de Laluque avait déjà fait appel à Dagrant l'année précédente pour une verrière de l'église cet ensemble, parmi lesquels un grand croquis daté 1896 et incluant les neuf verrières (dont celle de de correspondance en rapport avec l'une des verrières : une lettre du 2 juillet 1894 dans laquelle surmonte (réf. IM40004450), décrit au verrier les armoiries familiales à apposer au bas de l’œuvre - la Saint-Vincent-de-Xaintes (réf. IM40004389). Les autres verrières sont datées par les millésimes inscrits , quand ils sont lisibles, et par les dessins précités. La baie 3 est ainsi de 1896, ce qui doit être illisible). La verrière de Saint Charles Borromée (baie 7) pose un problème particulier : son croquis est la date de l'exécution, accompagne la signature). Frappée aux armes de Charles Le Quien de La descendant de la famille, disparu précisément en cette année 1892, sans doute en laissant à la fabrique la
    Référence documentaire :
    AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la Croquis préparatoire pour la verrière de saint Charles Borromée. Dessin à la mine de plomb, 1893. Croquis préparatoire pour une verrière du déambulatoire (sans doute le Vincent de Paul, baie 9 ). Dessin à la mine de plomb, 1894. Croquis préparatoire pour l'ensemble des 8 verrières du déambulatoire. Dessin à la mine de plomb et une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894 Lettre de cathédrale de Dax, 2 juillet 1894.
    Représentations :
    saint Charles Borromée et les pestiférés de Milan eucharistie foule maladie cathédrale armoiries saint Vincent de Paul recueillant les enfants abandonnés infirme secours neige ville les Vertus . Baie 3 : Jésus bénissant les enfants. Baie 4 : mort de saint Joseph. Baie 5 : le Christ apaisant la tempête. Baie 6 : la Sainte Famille dans l'atelier de Joseph. Baie 7 : saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan (au fond, la silhouette du Dôme de Milan). Baie 9 : saint Vincent de Paul recueillant des enfants abandonnés et secourant un infirme (dans l'encadrement de la porte de l'orphelinat , une fille de la Charité tenant un nourrisson emmailloté). Ornementation. Chaque scène est inscrite dans un cadre architecturé de style Renaissance, à pilastres et arc cintré surmonté d'un fronton. Ces encadrements sont de trois modèles : le premier (baies 1, 2, 7) à motifs dorés en candélabre sur les pilastres , angelot et coquille à la clef de l'arc, volutes d'acanthe dorées sur les rampants du fronton ; le deuxième
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Verrières cintrées en arc segmentaire. Fonds de paysage en camaïeu bleu ou gris.
    Auteur :
    [donateur] Neurisse de Laluque Gabrielle de [donateur] Le Quien de La Neufville Charles [donateur] Saunhac-Belcastel Marie Ursule Joséphine de
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 8 verrières du déambulatoire : Sacré-Cœur consolateur, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus bénissant les enfants, Mort de saint Joseph, Jésus apaisant la tempête , Sainte Famille dans l'atelier, Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan , Charité de saint Vincent de Paul (baies 1 à 7, 9)
    Dimension :
    Dimensions des verrières 1 et 2 (d'après le dessin préparatoire de Dagrant). Verrières 4 et 6 : h
    États conservations :
    grillage de protection
    Illustration :
    Baie 9 : détail des armoiries Neurisse de Laluque et Carrère de Loubère. IVR72_20124090123NUC2A Croquis préparatoire pour la verrière de saint Charles Borromée. Dessin à la mine de plomb, 1893 Croquis préparatoire pour une verrière du déambulatoire (sans doute le Vincent de Paul, baie 9 ). Dessin à la mine de plomb, 1894. IVR72_20144000192NUC2A Baie 4 : Mort de saint Joseph. IVR72_20124090115NUC2A Baie 7 : Saint Charles Borromée donnant la communion aux pestiférés de Milan Baie 7 : détail des armoiries Le Quien de Laneufville. IVR72_20124090117NUC2A Baie 9 : Charité de saint Vincent de Paul. IVR72_20124090122NUC2A
  • Urne du cœur du général Augustin Darricau et sa console
    Urne du cœur du général Augustin Darricau et sa console Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription commémorative gravée et dorée sur la face de l'urne et sur celle du socle : CETTE URNE RENFERME LE CŒUR / DU GÉNÉRAL DE DIVISION / DARRICAU (AUGUSTIN) / NÉ À TARTAS LE 5 JUILLET 1773, / DÉCÉDÉ À DAX LE 6 MAI 1819. / - / BARON DE L'EMPIRE / GRAND OFFICIER DE LA LÉGION D'HONNEUR / CHEVALIER DE LA COURONNE DE FER. / - / ÉLU CAPITAINE DU BATAILLON DES VOLONTAIRES / DES LANDES 1792, / COLONEL DE LA 32ÈME DEMI-BRIGADE 1800 / GÉNÉRAL DE BRIGADE EN 1807 / GÉNÉRAL DE DIVISION EN 1811. / - / ITALIE-ÉGYPTE -ALLEMAGNE-ESPAGNE-FRANCE / - [sur l'urne] ; CONFIÉ À LA GARDE / DE MONSIEUR LE CURÉ DE L’ÉGLISE / CURIALE DE du général Darricau (gravées au sommet de l'urne) : Écartelé : au 1 d'azur à la pyramide d'argent ; au 2 des barons militaires ; au 3 de gueules au vol d'argent sur lequel broche un cœur d'or ; au 4 d'azur au pont d'or, adextré d'une tour de même, cantonnée à senestre d'un foudre d'or, le tout soutenu d'un fleuve d'argent. Toque de baron de l'Empire, colliers de la Légion d'honneur et de la Couronne de
    Historique :
    ). Par sa mère, il était l'oncle à la mode de Bretagne de Gabrielle de Neurisse de Laluque, qui offrit à -1782) et de Catherine de Neurisse de Laluque (1735-1809), mena sous la Révolution et l'Empire une Augustin Darricau (Tartas 1773 - Dax 1819), fils de Jean-Marc Darricau, baron des Traverses (1738 brillante carrière militaire couronnée par le grade de général de division (1811) et le titre de baron de l'Empire (1808). Son nom est inscrit sous l'arc de triomphe de l’Étoile à Paris (pilier sud, colonne 27 la cathédrale l'autel de saint Vincent de Paul (réf. IM40004450) et la verrière qui le surmonte (réf confiée au curé de la cathédrale et scellée, semble-t-il dès l'origine, à son emplacement actuel.
    Référence documentaire :
    p. 152-157 COURCELLES Jean-Baptiste-Pierre Jullien, Chevalier de. Dictionnaire historique et p. 158-159 LIEVYNS A., VERDOT Jean Maurice, BEGAT Pierre. Fastes de la Légion d'honneur : biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. 3 , Bureau de l'administration, 1844.
    Précision dénomination :
    urne de coeur
    Dénominations :
    urne de viscères
    Représentations :
    Console en forme de volute sculptée d'une grande feuille d'acanthe et de feuilles d'eau sur l'enroulement, de rinceaux à rosaces et grappes de raisin sur les côtés.
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Description :
    Urne ovoïde en marbre noir, à couvercle en doucine renversée, sur socle à redent de même matériau
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Dimension :
    h 68.0 hauteur de l'urne avec son socle h 38.0 hauteur de la console
  • Buste : Gabriele d'Annunzio
    Buste : Gabriele d'Annunzio Arcachon - avenue du Parc allée Gabriele d'Annunzio - en ville - Cadastre : 2017 BC 109 Le buste est sur la place (non cadastrée, proche parcelle 109) Gabriele d'Annunzio (angle avenue du Parc et allée Gabriele d'Annunzio).
    Historique :
    Le 5 octobre 1958, à l'occasion du 20e anniversaire de la mort de Gabriele d'Annunzio, en souvenir d'Antino, a été inauguré en présence de Gabriel Delaunay, préfet d'Aquitaine, de Robert Kemp de l'Académie de son séjour au Moulleau et pour honorer sa mémoire, un buste du poète œuvre du sculpteur Nicola française, du représentant de M. l'Ambassadeur d'Italie, du maire et du Conseil municipal d'Arcachon. Dans réalisé en juin 1993 d'après une copie en plâtre (conservée à la marie d'Arcachon) par le sculpteur de
    Référence documentaire :
    p. 201-202 DE LUCA Bianca Dir. Il Museo d'arte "Costantino Barbella". Catalogue, Province de Chieti , 1992. DE LUCA Bianca Dir. Il Museo d'arte "Costantino Barbella". Catalogue, Province de Chieti, 1992.
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Stade de création :
    copie de sculpture
    Description :
    Buste coupé au niveau de la base du cou ; revers sculpté, intérieur creux. Copie en résine d'un
    Localisation :
    Arcachon - avenue du Parc allée Gabriele d'Annunzio - en ville - Cadastre : 2017 BC 109 Le buste est sur la place (non cadastrée, proche parcelle 109) Gabriele d'Annunzio (angle avenue du Parc et allée Gabriele d'Annunzio).
    Titre courant :
    Buste : Gabriele d'Annunzio
    Illustration :
    Ensemble de face. IVR72_20163310338NUC4A
  • Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline
    Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline Laurède - en village
    Inscriptions & marques :
    ] VIRGINIS / ET SANCTORUM GABRIELIS ET JACOBI. / MARIE GABRIELLE JACQUELINE / PARRAIN MR GERARD DORNON / MARRAINE MME GABRIELLE LACOSTE / MAIRE MR LOUIS BEULACQ / ADJOINT MR JOSEPH CAZEAUX / CURE MR JUSTIN
    Historique :
    Cloche fondue en 1957 par le Tarbais Marcel Fourcade, successeur de la fabrique Dencausse, sans
    Précision dénomination :
    de clocher
    Représentations :
    Madeleine agenouillée étreignant le montant de la croix. Frise d'arcatures gothiques à orbevoies et accolades sur le vase supérieur de part et d'autre de la dédicace, frise de feuilles de laurier ou d'olivier
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloche suspendue, de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne constituée d'un disque plat entouré de quatre anses ; mouton cintré en fonte de fer ; battant en poire, en fer.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Fourcade Marcel
    Titre courant :
    Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline
    États conservations :
    Cloche couverte de fientes, inscription et décor presque illisibles.
    Appellations :
    dite Marie Gabrielle Jacqueline
    Catégories :
    fonderie de cloches
  • Villa Isabelle-Anne puis Saint-Gabriel
    Villa Isabelle-Anne puis Saint-Gabriel Arcachon - 7 allée Charles-Rhoné - en ville - Cadastre : 2012 AC 69
    Historique :
    La villa est mentionnée, sous le nom de Isabelle-Anne, pour la première fois dans l'Avenir d'Arcachon du 15 janvier 1888, période de sa construction. Elle apparaît sous ce même nom sur le Plan-Guide de la Ville d'Hiver dressé par l'architecte Marcel Ormières en 1889. Elle prend le nom de Saint -Gabriel en 1907 puis reprend son nom d'origine. Elle a été récemment restaurée.
    Référence documentaire :
    LEROUGE Renée. Les villas de la ville d'Hiver d'Arcachon de 1863 à nos jours. T.E.R. de maîtrise d'Histoire de l'art moderne et contemporain sous la direction de M. Daniel Rabreau. - Bordeaux : Université Michel de Montaigne, 1991.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    La villa est construite en brique. Elle comprend un rez-de-chaussée et un étage carré. Les baies de
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Villa Isabelle-Anne puis Saint-Gabriel
    Appellations :
    dite villa Saint-Gabriel
  • Lycée des métiers d'art Gabriel-Haure-Placé
    Lycée des métiers d'art Gabriel-Haure-Placé Coarraze - - 6 rue Carmel-Lasportes - Cadastre : 2018 AD 24
    Historique :
    bâtiments du lycées (bâtiments de plan allongé formant une cour rectangulaire) sont visibles sur la prise de vue aérienne de 1978. Le groupe de bâtiments situé à l'ouest, (plan en S inversé, abritant des salles de classes et des dortoirs à l'étage) sont visibles sur les vues de 1979. L'architecte Michel d’œuvre. Jean-Guillaume Larribeau est le maître d’œuvre notamment du bâtiment de la demi pension (1984
    Référence documentaire :
    CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Le lycée est situé au nord-ouest de la commune, en limite communale à l'ouest et au bord de la route départementale (doublée par la voie de chemin de fer) à l'est. Les bâtiments en S inversé situés à l'ouest abritent les dortoirs (R+1). Ils sont construits en éléments préfabriqués (plaques de ciment), les toits sont à longs pan et croupe, tuile creuse mécanique. Les bâtiments situés à l'est (plan en forme de charpente sont en lamellé-collé, des lanternons apportent la lumière. Les ateliers (le long de la route à
    Titre courant :
    Lycée des métiers d'art Gabriel-Haure-Placé
    Appellations :
    Lycée des métiers d'art Gabriel-Haure-Placé
    Illustration :
    Plaque commémorative au souvenir de Gabriel Haure-Placé (mur sud du CDI). IVR72_20196400050NUC2A Bâtiment de l'administration et infirmerie. Vue depuis le sud-est. IVR72_20196400049NUC2A Panneau du plan général de l'établissement (entrée principale). IVR72_20196400053NUC2A Mur de pelote basque. IVR72_20196400055NUC2A Vue de la cour intérieure pavée. IVR72_20196400058NUC2A Aile nord du bâtiment de salles d'enseignement général et des dortoirs. IVR72_20196400059NUC2A Aspirateur de poussières de bois. IVR72_20196400067NUC2A Ateliers de travaux du bois. IVR72_20196400068NUC2A Ateliers de travaux du bois. IVR72_20196400069NUC2A Ateliers de travaux du bois. IVR72_20196400070NUC2A
  • Croix de Faux Cœur
    Croix de Faux Cœur Plassac - Montuzet - en écart - Cadastre : 2017 0A 1972
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Selon la tradition, la croix en pierre de Faux Cœur aurait été érigée par Charlemagne, vainqueur des Sarrasins dans le Blayais. Elle date plus vraisemblablement de la fin du Moyen Âge ou de l'époque moderne. Une nouvelle croix en fonte a été érigée à proximité en 1853. La base actuelle de la croix est
    Référence documentaire :
    P. 21. EMARD Gabriel. "Croix de Fault-Cœur ou de Faux-Cœur, dite de Charlemagne, à Plassac-Montuzet
    Dénominations :
    croix de chemin
    Titre courant :
    Croix de Faux Cœur
    Appellations :
    Croix de Faux Coeur
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Photo extraite des Cahiers de Vitrezais, numéro d'octobre 1973. IVR72_20123305151NUC
  • Ensemble d'un lambris de hauteur, d'un meuble de sacristie, de deux placards, d'un fauteuil-coffre de fabrique et de deux prie-Dieu de sacristie
    Ensemble d'un lambris de hauteur, d'un meuble de sacristie, de deux placards, d'un fauteuil-coffre de fabrique et de deux prie-Dieu de sacristie Caupenne - en village
    Historique :
    Au contraire du lambris de l'église et des meubles qui lui sont annexés, qui datent de 1785, le lambris et le mobilier intégré de la sacristie datent certainement (contrairement aux assertions de l'abbé P. Lartigau) des premières années du ministère du curé Augustin Farthouat, dit "le Père de Caupenne ", qui fut en charge de la paroisse de l'an VIII (1799-1800) à 1851. Les techniques d'assemblage et les de l'église Saint-Jacques de Laurède (réf. IM40005799), l'un des plus beaux décors de sacristie de la
    Référence documentaire :
    p. 39-40 Archives diocésaines, Dax. Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882) Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882). Monographie paroissiale de Caupenne, par le curé Darrieutort, mai 1881. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906. Lambris de la sacristie (détail). Diapositive, 1992. p. 20-21 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Dénominations :
    lambris de hauteur meuble de sacristie coffre de confrérie prie-Dieu de sacristie
    Représentations :
    ornementation corps de moulure tige feuille chute végétale canal rosace oreilles, les panneaux des deux registres médians à angles coupés, les panneaux de l'attique (séparés du battants du chasublier sont sculptés de deux ornements d'écoinçon évoquant le lauburu basque (mais à trois branches hélicoïdales et non deux) ; les battants de l'armoire, de feuilles ou palmettes en agrafe, de tiges fleuries combinées avec des motifs rocaille et de chutes de feuilles sur les faux dormants ; la traverse supérieure, d'une frise de canaux. Une croix rayonnante, sur socle, est sculptée au centre du
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les quatre murs de la sacristie sont entièrement couverts d'un lambris de hauteur qui inclut, au sud, une porte à deux battants flanquée de deux placards (respectivement à deux battants jumelés pour . Au nord, un meuble de sacristie en chêne et pin ou sapin (panneaux intérieurs), surélevé sur un degré parqueté et composé de deux corps : un chasublier à plateau d'assemblage et six battants juxtaposés jumelés deux à deux, chaque paire pourvue d'un faux-dormant solidaire du battant de gauche et séparée de la , leur décor sculpté dans la masse ; les fiches à vases (deux par battant) et les entrées de serrure faisant corps avec le registre inférieur du lambris, posé sur un degré et servant de confessionnal de sacristie : au centre, un siège de confesseur à accotoirs découpés en volutes, le dossier formé par le panneau du lambris auquel il s'adosse, l'assise en forme de caisse fermée par un battant à trois serrures et faisant fonction de coffre de fabrique ; de part et d'autre, un prie-Dieu de sacristie avec
    Titre courant :
    Ensemble d'un lambris de hauteur, d'un meuble de sacristie, de deux placards, d'un fauteuil-coffre de fabrique et de deux prie-Dieu de sacristie
    Dimension :
    h 98.0 hauteur du chasublier du meuble de sacristie h 188.0 hauteur de l'armoire du meuble de sacristie la 496.0 largeur du meuble de sacristie
    Annexe :
    Extraits du registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882 ), concernant l'abbé Farthouat (Archives diocésaines de Dax, communiqué par l'abbé Dominique Bop). P. 39-40 sous le nom de Père Arnaud, curé de Caupenne depuis 1801, y est décédé en 1831 à l'âge de 88 ans. Il avait d'abord été maçon et il avait commencé tard ses études ecclésiastiques à l'âge de 20 ans, si je ne Monseigneur de Laneufville, évêque de ce diocèse.] Il est demeuré caché dans le pays pendant toute la révolution. [Note : Monseigneur de La Neufville, en se réfugiant en Espagne, avait prié quelques prêtres fidèles et jeunes de demeurer cachés dans le pays pour y exercer le St ministère et leur avait donné tout pouvoir à cet effet.] Il allait exercer le St ministère, souvent au péril presque évident de sa vie , partout où on l'appelait, mais déguisé en grossier paysan, avec de gros sabots et une besace sur le cou curé de Caupenne et il y est toujours demeuré. En 1825, il refusa la cure d'Amou lorsque M. Turon, curé
    Illustration :
    Siège de confesseur et deux prie-Dieu (mur ouest). IVR72_20144090111NUC2A
  • Ensemble de 35 clefs de voûte
    Ensemble de 35 clefs de voûte Nerbis - en village
    Inscriptions & marques :
    Écus aux armes de France sur les clefs 3 (avec couronne), 16 et 33. Au-dessus de l'écusson de la clef 16 est sculptée, à l'envers, la date 1247. Inscription (sur le pourtour de la clef 5) : STIENE DVCOM. Inscription (au bas de la clef 19) : ARBO. Inscription concernant une restauration (peinte en bleu sur la clef 7) : GABRIEL PIERRE / DUCASSE CADEL / 1862 (les prénoms et le patronyme disposés en
    Historique :
    peu près simultané des deux vaisseaux furent sans doute réalisés autour de 1500, époque d'une vaste reprise architecturale dans de nombreux lieux de culte chalossais. Le type de voûte à liernes et tiercerons et le profil des moulures prismatiques, de même que l'absence de chapiteaux - les nervures se déployant d'une seule venue du sol à la clef de voûte - confirment cette datation. Les clefs, contemporaines de ces campagnes de travaux, mais redécorées pour certaines (clefs 7 et 2, respectivement en 1862 et . La clef 5, à l'entrée de la nef, est sculptée en relief du nom de STIENE (pour Étienne) DVCOM, qui Nerbis et dans la paroisse voisine de Mugron au moins depuis le XVIIe siècle. La clef 19 - placée en position éminente près de l'autel et la plus richement sculptée et ajourée - porte le nom d'ARBO, qui est celui de l'une des principales familles chalossaises depuis la fin du Moyen Âge. La branche nerbisienne de la lignée compta plusieurs marguilliers de l'église Saint-Pierre jusqu'à la Révolution. Aux XVe et
    Référence documentaire :
    CABANOT Jean. "L'église de Nerbis". Bulletin de la Société de Borda, 1965, n° 3 (p. 225-246) et n p. 46-49 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Dénominations :
    clef de voûte
    Représentations :
    fleurs de lys, entouré d'une cordelière à nœuds et houppes et sommé d'une couronne (clef 3) ; fleur à cinq pétales formant rosace (clef 4) ; petite croix grecque dans un cercle entouré de l'inscription STIENE DVCOM (clef 5). 2e travée : lune anthropomorphe, de profil vers la gauche (clef 6) ; disque plat fleurs de lys avec la date 1247 inversée en chef, l'écu entouré de lobes gothiques évidés, la bordure , entouré d'une couronne de douze cercles ajourés (clef 18) ; écu (bord arrondi à la pointe) chargé, à l'envers, de deux fleurs de lys entourant un motif mutilé (couronne ?) et surmontant le mot ARBO, le tout entouré de dix lobes ajourés (clef 19) ; monogramme IHS, la barre du H ornée d'un petit arc plein cintre en son milieu (clef 20). Collatéral sud, d'ouest en est. 1ère travée : rosace entourée de cinq motifs rayonnants piriformes (clef 21) ; buste d'homme de profil vers la gauche, coiffé d'un casque fantaisiste à ailes ("Mercure" ?) (clef 22) ; angelot aux ailes déployées (clef 23) ; lune anthropomorphe de profil
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    d'entre elles sont ajourées (clefs 18 et 19, la seconde au nom de d'Arbo), une troisième a des motifs de autres sont sculptées dans la masse de motifs au relief plus ou moins accentué.
    Titre courant :
    Ensemble de 35 clefs de voûte
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Plan de situation des clefs de voûte dans l'édifice. IVR72_20164001748NUC2A Voûte du vaisseau principal et de la croisée du transept, depuis l'est. IVR72_20144090242NUC2A Voûte de la croisée du transept. IVR72_20144090241NUC2A Voûte de la 1ère travée du collatéral sud. IVR72_20144090256NUC2A
  • Bannière de procession de sainte Anne
    Bannière de procession de sainte Anne Coudures - en village
    Historique :
    Cette bannière était sans doute celle de l'association ou confrérie des mères chrétiennes de la Pavet de Courteille, ornait depuis 1891 le collatéral nord de l'église.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    sainte Anne Education de la Vierge monogramme Sur la face, effigie de sainte Anne éduquant la Vierge debout sur une terrasse herbue, dans un encadrement orné de fleurs et de vrilles végétales ; au revers, le monogramme de sainte Anne (SA).
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    , houppes et franges à cannetilles) en fil de soie et coton jaune et orangé ; décor brodé en fil polychrome
    Titre courant :
    Bannière de procession de sainte Anne
    Appellations :
    de sainte Anne
  • Statue de carrefour et son piédestal : L'archange Gabriel, dit
    Statue de carrefour et son piédestal : L'archange Gabriel, dit "L'Ange de l'Ave Maria" ou "L'Ange désignant la basilique" Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - rue des Pélerins route du Marensin - en écart - Cadastre : 2012 AK 674
    Inscriptions & marques :
    Maria). Inscription (gravée sur la face du du piédestal) : PÈLERINS / SALUEZ NOTRE-DAME / AVE MARIA / - / ST GABRIEL / PROTÉGEZ-NOUS. Inscription concernant le donateur (gravée sur les faces postérieure et ). Marque de fabricant (sur le côté gauche du socle de la statue) : VERMARE / LYON.
    Historique :
    Cette statue est une production de la fabrique lyonnaise Vermare sur un modèle du sculpteur André -César Vermare (1869-1949), Prix de Rome en 1898, fils du fondateur de la maison, Pierre (1835-1906). La composition semble fortement inspirée de la célèbre effigie de Sainte Philomène montrant la direction de la basilique d'Ars, créée en 1881 par Charles Dufraine, le professeur de Vermare à l'école des beaux-arts de Lyon. L'exemplaire de Buglose fut installé en 1914, à l'occasion du jubilé sacerdotal d'un groupe de prêtres landais. Comme son modèle probable, la figure de l'ange désigne aux pèlerins arrivant à Buglose le chemin du sanctuaire marial. Reproduite dès son installation sur de nombreuses cartes postales, l’œuvre y est nommée indifféremment L'Ange de l'Ave Maria ou L'Ange montrant la direction de la basilique. Le lys que tenait la figure à l'origine est aujourd'hui déposé dans l'escalier de la maison Notre-Dame , derrière le chevet de la basilique.
    Matériaux :
    fonte de fer en plusieurs éléments peint
    Représentations :
    ; il désigne de la main gauche le chemin de la basilique de Buglose.
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Description :
    carré de même matériau. Piédestal parallélépipédique en pierre reconstituée, peint en blanc crème.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Vermare André-César
    Localisation :
    Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - rue des Pélerins route du Marensin - en écart - Cadastre : 2012
    Titre courant :
    Statue de carrefour et son piédestal : L'archange Gabriel, dit "L'Ange de l'Ave Maria" ou "L'Ange
    États conservations :
    de pierre est repeint en blanc crème ; les inscriptions gravées, autrefois soulignées de noir, sont à peine lisibles aujourd'hui. Le lys que tenait l'ange de la main droite est déposé à la maison Notre-Dame.
    Appellations :
    L'Ange de l'Ave Maria
    Illustration :
    "Buglose (Landes). Statue de Saint-Gabriel". Carte postale, Yobled (Marcel Delboy), avant 1941 "Buglose (Landes). L'Ange qui montre la direction de la Basilique". Carte postale, n.s., n.d. (1ère "Notre-Dame de Buglose (Landes). L'Ange montrant la direction de la Basilique". Carte postale, n.s "Buglose (Landes). L'Ange de l'Ave Maria (par Bermare [sic])". Carte postale, n.s., n.d. (1ère Ensemble de face. IVR72_20124000814NUC2A Ensemble de trois quart gauche. IVR72_20144000334NUC2A Ensemble de trois quart droit. IVR72_20144000333NUC2A Détail du socle : marque de la fabrique Vermare. IVR72_20144000336NUC2A
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Montsoué - Bahus-Juzanx - en écart
    Inscriptions & marques :
    Titre de chaque station peint sur la base de la croix sommitale du cadre : Jésus condamné à mort / I ; [titre de la station II (Jésus chargé de la croix) manquant] ; Jésus tombe la 1re fois / III Véronique / VI ; Jésus tombe la 2me fois / VII ; Jésus console les filles de Jérusalem / VIII ; Jésus tombe la 3me fois / IX ; Jésus dépouillé de ses vêtements / X ; Jésus attaché à la croix / XI ; Jésus élevé sur la croix / XII ; Jésus descendu de la croix / XIII ; Jésus mis dans le tombeau / XIV.
    Historique :
    -de-Paul, Saint-Pandelon et Laluque. Celui de Bourriot-Bergonce présente un format et un cadre Le modèle de ce chemin de croix, dont l'auteur n'est pas identifié, a été commercialisé dès le de Lucien Chovet (voir l'exemplaire offert par Napoléon III à l'église de Bourriot-Bergonce, réf . IM40002352) et de Biais fils aîné et Rondelet (numéro 260 de leur catalogue de 1877). D'autres exemplaires identiques à ceux de Bahus-Juzanx. De nombreuses autres séries, de qualité et de format variables, ont été
    Dénominations :
    chemin de croix
    Représentations :
    Croix sur base chantournée en forme de mont au sommet des cadres.
    Statut :
    propriété de la commune
    Lieu d'exécution :
    lieu d'exécution Ile-de-France, 75, Paris
    Titre courant :
    Chemin de croix
    États conservations :
    Il manque la base de la croix sommitale de la station II.
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Poyartin - en village
    Inscriptions & marques :
    Numéro de chaque station en chiffres romains, peint en doré dans un quadrilobe sur le gâble du cadre. Inscription concernant le donateur (peinte en doré sur un petit cartouche de bois découpé fixé au mur sous chacune des stations) : DON / DE L’ABBÉ / JEAN SAINT-GERMAIN (station I) ; DON / DE LA FAMILLE / GRANGÉ-MASSEY (station II) ; DON / DE LA FAMILLE / DE LABORDE (station III) ; DON / DE LA FAMILLE / SOMBIELLE-DU[...]OTY (station IV) ; DON / DE LA FAMILLE / JEAN HAYET (station V) ; DON / DE LA FAMILLE / GERBET / PRESB[...] (station VI) ; DON / DE LA FAMILLE / LABORDE-CASTAINGS (station IX) ; DON / DE LA FAMILLE / POURTAU / À MAPOURA (station X) ; DON / DE EVA DEHOTS / ET DE GEORGETTE SOUSSOTTE (station XI) ; DON / DE LA FAMILLE / DUPRAT (station XII) ; DON / DE LA FAMILLE / VILLENAVE (station XIII ) ; DON / DE LA FA[MILLE] / ROBERT / À ESTÉBENON (station XIV).
    Historique :
    ; parmi celles-ci figure la famille de Laborde d'Arbrun, issue d'Hippolyte Gabriel Robert (1854-1925 Le chemin de croix fut érigé avec autorisation de Mgr Mathieu, évêque d'Aire et de Dax, datée du 19 décembre 1933. Chacune des stations fut offerte par une famille de paroissiens qui y fit inscrire son nom ), maire de Montfort, qui s'était marié dans l’église de Poyartin en mai 1880 avec Adrienne Lasserre (1859 -1936), marraine de la petite cloche de l'église en 1903 (réf. IM40005251). Un modèle identique de via crucis fut installé à la même époque dans l'église voisine d'Ozourt (à deux kilomètres de Poyartin ), desservie par le même desservant, l'abbé Jean Saint-Germain, probablement responsable de l'achat (réf
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906). Actes et correspondances concernant les biens de la fabrique de Poyartin (1794-1939).
    Dénominations :
    chemin de croix
    Représentations :
    peint à l'huile. Cadres de style néogothique peints en faux bois, à colonnettes, arc brisé à intrados polylobé inscrit dans un gâble à crochets flanqué de pinacles et sommé d'une croix tréflée.
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Titre courant :
    Chemin de croix
  • Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever
    Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    Dédicace (gravée sur la plaque en marbre sur la face sud du socle de la croix) : HUJUSCE PAROCHIŒ LIBERALITER ADJUNXIT / Stæ URSULŒ MONASTERIUM. [traduction : Aux pasteurs de cette paroisse, et en premier lieu à Henri Bernard du Sault, la municipalité et le peuple de la ville, auxquels s'est joint généreusement le monastère de Sainte-Ursule] Inscriptions (gravées sur la face des deux jardinières) : IMPENDAM : Seigneur, j'ai aimé le séjour de ta maison (Psaume 26, 8)] Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire nord, en SEIGNEUR] / PIERRE PAUL EUGÈNE SAINT-PÉ /CHANOINE HONORAIRE / CURÉ ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / 1908-1914 / DÉCÉDÉ LE 11 OCTOBRE 1914 / A L’ÂGE DE 63 ANS / P. P. L. Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire est LE 2 JANVIER 1936 / ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / 1914-1932. Épitaphe (gravée sur la dalle funéraire ouest) : [croix] / ICI REPOSE / MAURICE BUCAU / 1885-1956 / CHANOINE HONORAIRE / ARCHIPRÊTRE DE ST SEVER / - / IL FUT LE BON PASTEUR / DE CETTE PAROISSE / PENDANT 25 ANNÉES / DE 1932 à 1958 / P. P. LUI.
    Historique :
    L'installation de cette croix monumentale n'est pas documentée dans les archives de la commune . Comme l'indique une plaque apposée sur le socle, elle est dédiée "aux pasteurs de la paroisse", et "en premier lieu" à l'abbé Henri Bernard du Sault, curé archiprêtre de 1849 à 1875, par "la municipalité et le peuple de la ville" auxquels se joignit le couvent des Ursulines (installé de 1804 à 1905 dans l'ancien hôtel de Barbotan). La mise en place pourrait donc être contemporaine de la mort de l'abbé du Sault en 1875. Les dalles funéraires qui entourent la croix aux points cardinaux sont celles de quatre successeurs de l'archiprêtre du Sault : Jean-Marie-Gustave Sarrauton (1831-1908), curé de 1882 à 1908 (et auparavant de Gabarret en 1875) ; Pierre-Paul-Eugène Saint-Pé (1851-1914), curé de 1908 à 1914 (après l'avoir été de Saint-Martin-de-Seignanx en 1897, puis d'Aire en 1897), chanoine d'Aire en 1897 ; Laurent Pommiès (1856-1936), curé de 1914 à 1932 ; Maurice Bucau (1885-1958), curé de 1932 à sa mort. Manquent en
    Dénominations :
    croix de cimetière
    Représentations :
    Décor sculpté de la croix : acrotères à feuilles en amortissement sur les rampants et aux angles de la stèle, écailles sur le couvrement ; chapiteau à crochets feuillagés au sommet de la colonne ; Bon croisée de la croix sommitale ; semis de rosettes sur le montant et la traverse de la croix, bague et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Croix de cimetière en calcaire sculpté dans la masse, constituée d'un socle en forme de stèle à cylindrique lisse et chapiteau à crochets ; d'une croix sommitale à montant et traverse de section octogonale , sur socle de même plan. Une plaque dédicatoire en marbre blanc est scellée sur la face sud de la stèle . Aux angles sud-ouest et sud-est du degré sont disposées deux jardinières en marbre blanc de plan carré
    Titre courant :
    Croix de cimetière et 4 dalles funéraires des archiprêtres de Saint-Sever
    États conservations :
    La jardinière sud-est est brisée. L'épitaphe de la dalle funéraire nord est presque effacée.
    Annexe :
    Extraits du registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882 ), concernant l'abbé du Sault (Archives diocésaines de Dax, communiqué par l'abbé Dominique Bop). P. 34 : "L'abbé du Sault, aujourd'hui chanoine honoraire et archiprêtre de St-Sever avec ses 72 ans, curé de Cauna en 1832, fut alors appelé à Versailles par son ami de cœur, l'évêque de cette ville, Monseigneur Blanquart de Bailleul, plus tard archevêque de Rouen, qui lui proposa le titre de son vicaire-général. Ils avaient tous les deux étudié le droit à Paris, puis ils étaient entrés ensemble au séminaire de St-Sulpice famille de St-Sever dont il était originaire, et plein du brillant avenir qui se présentait à lui, informa Monseigneur Savy de l'insigne honneur que lui proposait Monseigneur de Versailles. Monseigneur Savy, qui de lui donner sur le moment un poste honorable pour le conserver, il crut pouvoir lui donner le d'élite, il a été refusé pour l'épiscopat de Grenoble en 1842 à cause de ses opinions politiques
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Détail de la croisée de la croix (face sud) : le Bon Pasteur. IVR72_20184000765NUC2A Détail de la croisée de la croix (face sud) : le Bon Pasteur. IVR72_20174000757NUC2A Détail de la croisée de la croix (face nord) : chrisme entre l'alpha et l'oméga Plaque dédicatoire sur le face sud du socle de la croix. IVR72_20174000759NUC2A Jardinière à l'angle sud-ouest du socle de la croix. IVR72_20174000760NUC2A Jardinière à l'angle sud-est du socle de la croix. IVR72_20174000761NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Pierre-Paul-Eugène Saint-Pé (au sud de la croix Dalle funéraire de l'archiprêtre Maurice Bucau (à l'ouest de la croix). IVR72_20174000763NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Gustave Sarrauton (au nord de la croix). IVR72_20174000764NUC2A Dalle funéraire de l'archiprêtre Laurent Pommiès (à l'est de la croix). IVR72_20174000765NUC2A
  • Ensemble des verrières de l'église
    Ensemble des verrières de l'église Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    commande de Gabrielle de Neurisse de Laluque, qui offrit ici l'une des verrières du transept. Les verrières de la nouvelle église Saint-Vincent furent exécutées en 1893 par le verrier bordelais
    Référence documentaire :
    AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant Gabrielle de Laluque à G.-P. Dagrant concernant une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église. Dessin à la mine de plomb et à Croquis préparatoire pour les verrières des bas-côtés, de la sacristie et des impostes des portes . Dessin à la mine de plomb, 1893. AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de l'architecte E. Ricard à G.-P. Dagrant, 15 mars 1894. Lettre de l'architecte E. Ricard à G.-P. Dagrant, 15 mars 1894. une verrière de saint Vincent de Paul à exécuter pour la cathédrale de Dax, 2 juillet 1894 Lettre de cathédrale de Dax, 2 juillet 1894. AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettre de l'architecte E. Ricard à G.-P. Dagrant, 4
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Ensemble des verrières de l'église
    Annexe :
    Lettre de Gabrielle de Laluque à Gustave-Pierre Dagrant, 2 juillet 1894. Lettre de Gabrielle de Laluque de Neurisse au verrier Gustave-Pierre Dagrant, concernant les armoiries à apposer sur une verrière considération très distinguée. / G. de Laluque." Lettre d'Edmond Ricard à Gustave-Pierre Dagrant, 4 septembre 1894. Lettre de l'architecte Edmond Ricard au verrier Gustave-Pierre Dagrant demandant le prix de verrières pour une église projetée (sans doute celle de Pomarez), 4 septembre 1894 (AD Gironde, fonds Dagrant, non classé). [En-tête : Edmond Ricard / Architecte de la Ville de Dax - Landes] Dax, le 4 7bre 1894 / Monsieur Dagrant, peintre-verrier , cours St Jean, Bordeaux. / Voudriez-vous me donner par retour de courrier, si possible, les renseignements suivants : / Prix du mètre carré de verrière, en verre blanc, avec bande d'encadrement en verre de couleur ; / Idem de vitraux dans le genre de ceux des basses nefs de l'église de St Vincent à Dax. / Idem
    Illustration :
    Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail de la verrière du bras nord du transept (baie 3). IVR72_20144000229NUC2A Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail de la verrière du bras sud du transept (baie 4). IVR72_20144000228NUC2A Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail de la verrière du bras nord du transept (baie 3), inscription de la lancette de gauche Croquis préparatoire pour l'ensemble de la vitrerie de l'église, par G.-P. Dagrant, 1893 : détail
  • Ensemble de 2 cloches (n° 1)
    Ensemble de 2 cloches (n° 1) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    LALUQUE NEE DE CARRERE * EN PRESENCE DE MM. DELMAS PRETRE LAZARISTE BARRERE ET MAURIN VICAIRES ET Inscription de la cloche 1 (d'après la monographie paroissiale de 1887) : JE M'APPELLE SAINT VINCENT DE PAUL * J'AI ETE DONNEE PAR M. GOUJON GIRARDOT ARCHIPRETRE DE LA CATHEDRALE DE DAX ET FONDUE EN 1871 * J'AI EU POUR PARRAIN M. DARRIGAN PRESIDENT DE LA FABRIQUE ET POUR MARRAINE MME LA BARONNE DE SANGUINET VICTOR ARCHITECTE DE LA VILLE * LAUDATE D[o]M[i]NUM IN CYMBALIS BENE SONANTIBUS * DELESTAN FONDEUR A DAX. Extrait de l'inscription de la cloche 2 (d'après la même source) : PARRAIN M. JEAN GISCHIA
    Historique :
    -Marie de Neurisse de Laluque (1765-1829) ; leur fille Gabrielle de Laluque fit plusieurs dons à la Les deux petites cloches de la cathédrale furent fondues respectivement en 1871 et en 1889 par le de la première, l'avocat Jean-Jacques-Camille Darrigan (Dax 1804-1880), était le président de la fabrique de Notre-Dame. La marraine, Ursule Alix de Carrère de Loubère (née en 1795), fille d'un préfet des Landes et sœur d'un maire de Mont-de-Marsan sous la Restauration, avait épousé en 1818 le baron Bernard cathédrale (réf. IM40004433 et IM40004450) et à l'église Saint-Vincent-de-Xaintes (réf. IM40004389). La cloche de 1889 fut parrainée par l'entrepreneur Jean Gischia (Saint-Vincent-de-Xaintes 1820 - Dax 1893 ), adjudicataire des travaux de restauration de la chapelle de la Vierge à la cathédrale en 1864-1871.
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906. p. 3-16 DARMAILLACQ B. "Les cathédrales de Dax".Bulletin de la Société de Borda, 79, 1955.
    Précision dénomination :
    de clocher
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Cloches suspendues de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; mouton en fonte de fer, en barre, à quatre ferrements ; battant en poire, en fer.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Delestan Louis-Rémy
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Ensemble de 2 cloches (n° 1)
    Catégories :
    fonderie de cloches
    Illustration :
    Trou ménagé dans le plancher de la chambre des cloches pour le passage des cordes de tintement
  • 2 statues en pendant : Anges adorateurs, dits saints Gabriel et Michel
    2 statues en pendant : Anges adorateurs, dits saints Gabriel et Michel Poyartin - en village
    Inscriptions & marques :
    GABRIEL (ange de gauche) ; St MICHEL (ange de droite).
    Historique :
    leur socle lors de leur déplacement les identifient désormais aux archanges Gabriel et Michel. Ces deux anges adorateurs, autrefois disposés de part et d'autre du maître-autel, sont aujourd'hui placés dans les collatéraux, près des autels de la Vierge et du Sacré-Cœur. Des inscriptions ajoutées sur
    Représentations :
    ("Gabriel") a les mains jointes en prière, celui de droite ("Michel") les mains croisées. Les deux anges sont figurés à demi-agenouillés sur une nuée, le regard baissé ; l'ange de gauche
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les statues sont solidaires de leur socle, seules les ailes sont rapportées. Peinture blanche uniforme avec rehauts dorés (broderies des robes, bandeau de tête, ailes).
    Titre courant :
    2 statues en pendant : Anges adorateurs, dits saints Gabriel et Michel
    Illustration :
    Ange adorateur de gauche, dit saint Gabriel. IVR72_20134002421NUC2A Ange adorateur de droite, dit saint Michel. IVR72_20134002433NUC2A
1 2 3 4 19 Suivant