Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Michel
    Église paroissiale Saint-Michel Margaux - en village - Cadastre : 1826 B 174 1960 B 77
    Historique :
    longtemps à l´archevêché de Bordeaux, elle passe entre les mains de l'abbaye de Vertheuil à une date inconnue. Des éléments de description de l´édifice sont présents dans les rapports de visites épiscopales été découvert sous l´enduit dans le bas-côté sud : il s´agit des armes de Jean-Denis d´Aulède de l´église ait été largement reconstruite peu avant 1784-1786, comme l´indique l´abbé Baurein dans son nef et bas-côtés. Ces aménagements peuvent être rapprochés du chantier contemporain de l´église de entre les deux façades pourraient tendre vers l´attribution des travaux de l´église de Margaux à cet architecte. Selon Édouard Guillon (1866), l´église aurait été édifiée en 1829, date inscrite sur la grille délibération du conseil municipal montre que la reconstruction de l´église n´était pas achevée du moins en ce Lesparre, et construit par l´entrepreneur Jean Déjean. A cette époque, la sacristie est également décrite Monuments historiques, qui s'oppose la destruction de l´ancienne abside présentant un intérêt archéologique
    Description :
    Située à distance du village mais à proximité du château Margaux et entourée du cimetière, l´église bossage. L´ensemble est couronné par une corniche moulurée et une génoise. La chapelle sud abritant l , qui correspond à l´ancien chœur de l´église arasé et remplacé par la sacristie. A l´intérieur, la nef -dessus, se trouve l´inscription peinte : "Notre-Dame du Sacré Coeur, priez pour nous". Une grille de dédiée au Sacré-cœur, une inscription peinte figure sur l´arcade de la chapelle : « Voilà ce cœur qui a figurent à l´arrière-plan l´église de Margaux et le château Margaux. Le chœur conserve des vestiges de
    Annexe :
    toiture de l´église, grande nef du grand autel au clocher, bas-côté nord ; entrepreneur R. Bensac à . Beaucourt (plan calque du bourg pour l´emplacement de l´église en 1868). - 1867-1878, nouvelle église emplacement de l´église projetée, dressé par Théodore Vidal en novembre 1867. 2e plan avec autre emplacement la sacristie à reconstruire à l´église de Margaux (élévation de la façade principale, coupe prise sur  : plan général de l´église et du cimetière de la commune de Margaux, Déjean. - 1866 : devis pour démolition du mur du fond de l´abside, plan au sol de l´église et plan d´un bas-côté, non signés. - 1882-1883 clocher, par J. Hosteing aîné architecte à Lesparre, chargé de la direction des travaux du clocher de l ´église ; travaux exécutés par Déjean. 1858 : porte ouverte sur le mur nord du clocher, carrelé, l´entrée de l´escalier, par Gélinard, entrepreneur de bâtisse. 10 mai 185 ? : Commission des Monuments reconstruction de l´absidiole servant de sacristie : rejet. Séance du 10 février 1860 : toujours rejet du projet
    Illustration :
    Projet de la sacristie à reconstruire à l´église de Margaux, Déjean, 2 mai 1858 Plan général de l´église et du cimetière de la commune de Margaux, Déjean, 2 mai 1858 Plan du bourg avec emplacement de l´église projetée, dressé par Théodore Vidal en novembre 1867 Plan du bourg avec emplacement de l´église projetée, dressé par Théodore Vidal en novembre 1867 Plan du bourg avec emplacement de l´église projetée, dressé par Théodore Vidal en novembre 1867 Plan du bourg avec emplacement de l´église projetée, vers 1867. IVR72_20103303547NUCA Plan du bourg avec emplacement de l´église projetée, vers 1867 (détail). IVR72_20103303548NUCA
  • Château Kirwan
    Château Kirwan Cantenac - Kirwan - en écart - Cadastre : 1826 C 645 à 664 2009 AC 192 à 198
    Historique :
    Marc Kirwan fait l´acquisition, à la fin du 18e siècle, du domaine de Colling Wood (nom du bureau et une maison en maison. Il sollicite l´architecte Ernest Minvielle pour la rénovation du logis
    Description :
    La demeure est construite sur une terrasse fermée par un garde-corps en pierre ajouré. L´élévation centrale se compose de la porte d´entrée, de la porte-fenêtre de l´étage s´ouvrant sur un balcon avec un sont en plein-cintre. La toiture d'ardoise est percée de deux autres lucarnes en œil-de-bœuf en zinc. L perpendiculairement. L'un abrite un logement dont les ouvertures, encadrées de pierre de taille sont chanfreinées ; l pigeonnier (?) est située au sud du château. Un vivier délimite le jardin au sud-est, selon un plan en L : des passerelles et un pont un pierre portant une inscription ([C] A R) permettent de l'enjamber. Il
    Annexe :
    terrasse, qui s´étend sur toute la longueur de l´édifice, on jouit de points de vue admirables ; la grande largement l´hospitalité, et qu'il sait remplir avec un goût exquis les devoirs qu'impose la propriété d'un dressèrent à la suite de l´Exposition de 1855". GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de
1