Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Faculté de médecine et de pharmacie
    Faculté de médecine et de pharmacie Bordeaux - place de la Victoire rue Paul-Broca rue Elie-Gintrac rue Leyteire - en ville
    Historique :
    débute en 1880 selon les plans de l’architecte Jean-Louis Pascal. La faculté est inaugurée en 1888. La
    Référence documentaire :
    p. 105-120 RICHARD-BAZIRE Anne. « La Faculté de médecine et de pharmacie de Bordeaux par Jean-Louis
    Auteur :
    [architecte] Pascal Jean-Louis
  • Chapelle du château d'Abbadia
    Chapelle du château d'Abbadia Hendaye
    Auteur :
    [] Chertier Jean-Alexandre
    Illustration :
    . Emblèmes des évangélistes saint Jean et saint Marc. Détail de l’inscription « Memento morieris
  • Présentation de l'opération d'inventaire du patrimoine architectural du domaine d'Ognoas en Armagnac landais
    Présentation de l'opération d'inventaire du patrimoine architectural du domaine d'Ognoas en Armagnac landais Arthez-d'Armagnac - Domaine d'Ognoas - isolé
    Référence documentaire :
    CHARNEAU Bertrand, DEHEZ Benoît, FRITZ Jeanne-Marie et al. Le Domaine d'Ognoas en Armagnac landais
  • Maison de maître, dite domaine de Malagar et maison d'écrivain François Mauriac
    Maison de maître, dite domaine de Malagar et maison d'écrivain François Mauriac Saint-Maixant - Malagar - 17 route de Malagar - isolé - Cadastre :
    Historique :
    comme bien national, le 27 janvier 1792, à Jean-François Moulinié, courtier en vin, résidant paroisse Saint-Michel à Bordeaux. Les propriétaires de Malagar se succédèrent ensuite jusqu'à la vente à Jean Mauriac, l'arrière-grand-père de François Mauriac. Jean Mauriac (1797-1869) Jean Mauriac acquit Malagar François Mauriac de 1936 à 1968 sous la forme d'un journal intime. Dès 1843, Jean Mauriac fit réhabiliter billetterie). Ce pavillon ne figure pas sur le cadastre de 1811 mais bien sur celui de 1847. Jean Mauriac plantant exclusivement des vignes. Jean Mauriac repensa également les abords de la maison. En 1844, 500 charmilles en 1847. Jean Mauriac paracheva les travaux en créant, à l’est, un verger qu’il délimita au sud par un alignement de tilleuls. Les travaux réalisés par Jean Mauriac démontrent sa volonté de mort prématurée de son fils Jean-Paul, père de François Mauriac, Jacques Mauriac dressa un état des François Mauriac, Claude, Claire, Luce et Jean, décidèrent de donner Malagar à la Région Aquitaine, à
    Référence documentaire :
    MAURIAC Jean, DES GARETS Eric. Malagar : entretien avec Éric des Garets. Sables, 1998. MAURIAC Jean TOUZOT Jean, (sous la dir.). François Mauriac, Paris, Édition de L’Herne, 1985. TOUZOT Jean, (sous
    Annexe :
    passage sur la Garonne. Quelques années plus tard, le 8 mai 1628, c'est au tour de Jean Duhard, gendre de environ 3 hectares. Le 16 juin 1632, Jean Duhard vendit à François de Leymonerie, également bourgeois et et vignes incultes et non travaillées ny béchées ». François de Leymonerie et par la suite Jean de Meslon – qui avait hérité des biens de son frère Jean – vendit Malagar pour 5 600 livres à Arnaud Duthoya de chemises. L'acte précise également que le frère d'Arnaud, Jean Duthoya de la Garonnelle, devait , tel que Jean Mauriac l'acquit en 1843, était déjà constitué pour l'essentiel. Les bâtiments connurent , fut finalement vendu aux enchères comme bien national, le 27 janvier 1792, à Jean-François Moulinié plan cadastral de 1811, Jean Prom en 1813 et Joseph Moulis en 1817. De 1817 à 1843, Malagar resta dans la même famille, avant que les quatre enfants de la fille de Joseph Moulis, Jeanne Fleury, le missent en vente. La naissance d’une demeure de plaisance : Malagar au XIXe siècle Jean Mauriac (1797-1869
    Illustration :
    travaux de Jean Mauriac (création de la terrasse et des charmilles). IVR72_20183300408NUC4A Portrait de Jean-Paul Mauriac, par Henri Panajou, photographe à Bordeaux, fin XIXe siècle (Centre sur carton, attribuée à Gagneron, élève de Jean Aufort. IVR72_20143390436NUC2A Salon : commode du mur nord-ouest, portrait photographique de Jean-Paul Mauriac Salon : commode du mur nord-ouest, portrait photographique de l'abbé Jean Mauriac, frère de bas), Jean-Paul Mauriac et Claire Mauriac, née Coiffard. IVR72_20143390444NUC2A Bureau de François Mauriac : Jeanne Mauriac allongée lisant un recueil de poèmes d'André Lafon Salle à manger : Jean Mauriac lisant à une table, par Jean Aufort (1898-1988), aquarelle sur papier Couloir du premier étage : Arcachon, plage des Abatilles, par Jean Aufort (1898-1988), huile sur Premier étage : paysage, par Jean Aufort (1898-1988). IVR72_20143390397NUC2A
  • Château d'Abbadia
    Château d'Abbadia Hendaye
    Historique :
    émotion un makila d’honneur lors des fêtes de Saint-Jean-de-Luz en 1892. Sa passion pour la langue et la
    Description :
    l’émailleur sur verre Philippe-Joseph Brocard, le peintre Adrien Guignet, la faïencerie de Gien, les orfèvres
  • Maison dite
    Maison dite "chalet Mauriac" Saint-Symphorien - Jouanet - 14 Cours de Verdun - en écart
    Historique :
    villégiature, « un chalet style Arcachon » selon les mots de François Mauriac. A la mort de son époux, Jean
    Illustration :
    Madame Mauriac, née Coiffard, et ses cinq enfants : Germaine, François, Pierre, Jean, et Raymond
1