Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 452 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison, actuellement restaurant Le Saint-Julien
    Maison, actuellement restaurant Le Saint-Julien Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - rue de Saint-Julien - en village - Cadastre : 1825 C1 157 2011 C2 471
    Historique :
    Bâtiment figurant à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825.
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - rue de Saint-Julien - en village - Cadastre : 1825 C1
    Titre courant :
    Maison, actuellement restaurant Le Saint-Julien
  • Village de Saint-Julien
    Village de Saint-Julien Saint-Julien-Beychevelle - en village
    Historique :
    La paroisse de Saint-Julien est attestée dès le 15e siècle, mentionnée avec la paroisse voisine de Saint-Mambert (Pauillac). Aucun vestige de cette époque n'est conservé. Le village s'est développé au 18e et 19e siècles autour des châteaux viticoles de Léoville-Poyferré et Léoville-Lascases. Le plan cadastral de 1825 indique "le chemin du port de l'embarcadaire" et montre un habitat réparti de part et d'autre de la route de Bordeaux à Pauillac, le long de laquelle une place appelée "pelouse" est aménagée
    Référence documentaire :
    p. 102-103 BERNARDIN, Eric, LE HONG, Pierre (Photogr.). Crus classés du Médoc : le long de la route
    Description :
    Le village de Saint-Julien s'organise de part et d'autre de la route Bordeaux-Pauillac. La présence à sa transformation. Le village est confronté à l'expansion des bâtiments viti-vinicoles, à la
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - en village
    Titre courant :
    Village de Saint-Julien
    Appellations :
    Saint-Julien
    Illustration :
    Vue du village de Saint-Julien depuis le port, gravure vers 1868. IVR72_20103304522Z Le village de Saint-Julien et paysage viticole. IVR72_20113305861NUCA Le village de Saint-Julien et paysages viticoles. IVR72_20113305862NUCA Lithographie extraite de l'ouvrage de Gustave de Galard, vers 1835 : vue de Saint-Julien prise de la terrasse au bout du jardin de M. le baron de Pichon-Longueville. IVR72_19903302568X Photographie de Stoerk, vers 1868 : place de Saint-Julien. IVR72_19963301036X Carte postale (collection particulière) : vue aérienne du village de Saint-Julien, l'église et la route vers le port, 3e quart 20e siècle. IVR72_20173301662NUC1A Carte postale : le bureau de tabac Cau, route départementale. IVR72_20113305897NUCA Carte postale (collection particulière) : place de Saint-Julien, 3e quart 20e siècle
  • Église paroissiale Saint-Julien
    Église paroissiale Saint-Julien Saint-Julien-Beychevelle - place Saint-Pierre - en village - Cadastre : 1825 C1 147 2011 C2 452
    Historique :
    Deux paroisses co-existaient sur l'actuel territoire de la commune de Saint-Julien-Beychevelle  : Saint-Julien et Saint-Mambert (aujourd'hui sur la commune de Pauillac). L'église de Saint-Julien a été sacristie est construite par E. Bonnore, architecte, et M. Fourcaud, entrepreneur. En 1877, le décor peint transept indique qu'en 1888, Amélie Heine (Château Beychevelle) a financé le décor d'une partie de l'église
    Référence documentaire :
    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1849-1870. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1870-1883. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1884-1885. -Julien, 28 mai 1847.
    Description :
    polygonale. Le premier niveau est percé de quadrilobes, le second de triple arcatures trilobées surmontées de la toiture sont soulignés par une frise d'arcatures. Le portail principal est composé d'une porte . Ces façades latérales sont scandées de contreforts surmontés de pinacles. Le chevet s'articule autour du volume du chœur auquel viennent se greffer les bras et chapelles de transept, le déambulatoire et et surmontées de gâbles avec choux frisés. Le décor du confessionnal du bas-côté nord n'a semble-t-il . Ce passage est ouvert sur le chœur par de grandes arcades trilobées. L'abside à cinq pans est
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - place Saint-Pierre - en village - Cadastre : 1825 C1 147 2011 C2 452
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Julien
    Annexe :
    ´agrandissement de l´église. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1844 : Délibération prise par le conseil le ´église, 31 mars 1850. AD Gironde, 2 O 3267 : Tableau donné par l´État à l´église de St Julien : le ARCHIVES AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières  : Inventaire des objets précieux (en argent) dans église, 19 octobre 1792. AC Saint-Julien-Beychevelle , a fait à la lampe du Grand hotel, depuis l´année 1791 et 1792, 7 novembre 1792. AC Saint-Julien cloche ; nous nous sommes transportés en la cour de la cure des dites communes (Saint-Julien et Senessan  : État des travaux exécutés par le sieur Bernard dit la Tendresse, entrepreneur de bâtisse pour la construction du clocher de l´église de la commune de Saint-Julien, 17 septembre 1825. AD Gironde, 2 O 3267 , fournisseur, 1826. AD Gironde, 2 O 3267 : Horloge placée dans le clocher de l´église, par Vaucher, horloger Berthan couvreur ay fait pour la commune l´an 1839 par ordre de M. Lagarde, adjoint au maire de St Julien
    Vocables :
    Saint-Julien
    Illustration :
    église de Saint-Julien. IVR72_19903302568X l'ancienne église de Saint-Julien. IVR72_19903302570X Carte postale : intérieur de l'église Saint-Julien. IVR72_20113305906NUCA Chevet : détail de la croix couronnant le pignon. IVR72_20113303451NUCA Vue de la nef depuis le choeur. IVR72_20113303487NUCA Vue de la nef vers le choeur. IVR72_20113303453NUCA Vue de la nef, depuis la travée de la tribune vers le choeur. IVR72_20113303457NUCA Choeur : verrière, saint Georges terrassant le dragon. IVR72_20113303485NUCA Carte postale (collection particulière) : vue aérienne du village de Saint-Julien, l'église et la route vers le port, 3e quart 20e siècle. IVR72_20173301662NUC1A
  • Port de Saint-Julien
    Port de Saint-Julien Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - isolé - Cadastre : 2011 C3 531 1825 C1 non cadastré
    Historique :
    restauration de la cale du port de Saint-Julien alors envasée. Finalement en 1825, on choisit le parti de tarde pas à être détruit. A cette époque, la chaussée qui relie le bourg de Saint-Julien au port vient au 20e siècle. En 1913, le port de Saint-Julien est décrit comme difficilement accessible car envasé. Sur les cartes de la 1ère moitié du 18e siècle, les ports de Beychevelle et de Saint-Julien ne sont apparaissent en revanche sur la carte de Belleyme (1767). Le plan cadastral de 1825 indique les chemins menant de Saint-Julien au port et de Beychevelle au port. En 1819, les archives mentionnent un projet de seulement d´être aménagée. En 1830, l´ancien peyrat ou jetée de Saint Julien, long de 82 mètres, bénéficie ´échoue sur le peyrat. Ce type d´incident se produit à nouveau en 1848, date à laquelle une goëlette s ´échoue sur le peyrat occasionnant des réparations. En août 1850, la cale est enfin achevée. Au milieu du le dépôt des marchandises. En février 1866, le port est en mauvais état, suite notamment à l
    Référence documentaire :
    à construire à Saint-Julien. Papier, encre, lavis, par Saint-Aubin (ingénieur), 15 janvier 1825 [AD Plan du port de Saint-Julien. Papier, encre, lavis, 22 août 1868 [AD Gironde, SP 1180]. Plan pour fixation des limites du port de Saint-Julien. Calque, encre, lavis, 27 avril 1894 [AD Plan du port de Saint-Julien et profils en travers. Calque, encre, lavis, 1er octobre 1913 [AD AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1849-1870. AC Saint-Julien-Beychevelle : Registre délibérations du conseil municipal 1905-1917. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1870-1883. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1884-1885.
    Description :
    La route menant au port depuis l'église est bordée de fossés en eau et plantée de platanes. Le port de Saint-Julien est aujourd'hui inutilisé, notamment en raison de son envasement progressif. La de débarquement des marchandises sont complètement enherbés. Un pont enjambant le fossé en eau est équipé à d'une pelle à crémaillère servant à gérer le niveau des eaux mais aussi à produire un effet de
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - isolé - Cadastre : 2011 C3 531 1825 C1 non cadastré
    Titre courant :
    Port de Saint-Julien
    Annexe :
    (?) : Le maire attire l´attention sur le mauvais état du port de Saint-Julien, celui de tous les ports du les bateliers attachés à la section de St Julien, et autres ne peuvent opérer le chargement de leurs diminuerait de beaucoup l´importance du port de St Julien, et partant son utilité ; mais le tracé qui paraît  : travaux pour débarrasser le port de St Julien des vases qui l´obstruent et lui conserver sa largeur des eaux du port de St Julien. Le conseil a fait observer avec raison que si ce bassin était envasé, c recherchées comme engrais. Dans ces conditions la commune de St Julien donnait à l´adjudication le curage du julien dont le mouvement ne dépasse pas 3000 tonneaux, la faible distance qui le sépare du port de deux ports auxquels est affecté un cantonnier spécial. Refus de financer le curage du port de St Julien maintenues dans le bassin de retenue, qu´il est maintenant possible d´opérer des chasses. AC Saint-Julien Saint-Julien s´envase continuellement et la rentrée des bateaux devient difficile ; le peyrat du port de
    Illustration :
    Extrait du plan du port de Saint-Julien, le 22 août 1868. IVR72_20113308027NUCA représentant le nouveau débarcadère. IVR72_20113308029NUCA Pont et vanne du port de Saint-Julien : gravure vers 1868. IVR72_20103304522Z Plan pour fixation des limites du port de Saint-Julien, 27 avril 1894. IVR72_20113308024NUCA Plan du port de Saint-Julien, 1er octobre 1913. IVR72_20113308023NUCA Carte postale : la gabarre "Ida-Inès" dans le Port. IVR72_20113305889NUCA Carte postale (collection particulière) : vue aérienne du village de Saint-Julien, l'église et la route vers le port, 3e quart 20e siècle. IVR72_20173301662NUC1A Vue du village depuis le port. IVR72_20113305674NUCA Carrelet, vu depuis le port. IVR72_20113305675NUCA
  • Cloche (n° 3) dite Victoire Pauline Julienne
    Cloche (n° 3) dite Victoire Pauline Julienne Montaut -
    Inscriptions & marques :
    Dédicace (non lue, transcription d'après le registre paroissial) : DA PACEM DOMINE IN DIEBUS
    Historique :
    Une note du curé Lafitte dans le registre de la paroisse précise que 1928 fut une année importante instrument avec le matériau des deux petites cloches exécutées entre 1889 et 1898, pour 1 200 francs, par Émile Vauthier, de Saint-Émilion : c'est la cloche ici étudiée. Le choix des parrains de la nouvelle : l'institutrice du village, Pauline Lapeyre, y avait perdu ses trois fils (voir tableau commémoratif) ; Julien Man le même esprit, cite l'antienne Da pacem Domine in diebus nostris.
    Représentations :
    Sur le vase : effigie de Notre-Dame de Lourdes.
    Titre courant :
    Cloche (n° 3) dite Victoire Pauline Julienne
    Appellations :
    dite Victoire Pauline Julienne
    Annexe :
    en une seule (marraine Mme Lapeyre, parrain Julien Man), le tout pour la somme de 11.300 francs payée Histoire des cloches de Sainte-Catherine de Montaut de 1836 à 1954 (d'après le registre paroissial de 420 kg. Celle-ci cessa de fonctionner en 1853 et le fondeur Tourmeau fils, de Mont-de-Marsan, se le prix de 1.200 francs (elles eurent pour marraines Coralie Burguerieu et Mme Darrieutort et pour sonna le tocsin de la fin de la guerre ; elle fut refaite par le tarbais André Darricau en 1928 fut refondue en 1954 par le fondeur tarbais Marcel Fourcade. "Le mobilier de l’église étant juridiquement communal, la question des travaux à faire n’était pas de
    Illustration :
    Vue des trois cloches dans le beffroi. IVR72_20174001184NUC2A
  • Les croix monumentales de Saint-Julien-Beychevelle
    Les croix monumentales de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    repérée en 1974 n'a pas été retrouvée. Le nom d'un sculpteur (Yann Larhantec) est inscrit sur l'une
    Description :
    chemins ou de routes, sur la place de la mairie ou encore dans le cimetière.
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les croix monumentales de Saint-Julien-Beychevelle
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Larbey - en village
    Historique :
    Le mobilier de l'église de Larbey avant la Révolution n'est connu que par quelques mentions peu ", ce qui, sous la plume de l'abbé Lamaignère, désigne plus probablement le XVIIe, voire le XVIIIe siècle, que le XVIe. La confrérie du Saint Sacrement, fondée dans l'église en 1645, possédait peut-être surtout des peintures murales datées de 1603 et 1610, récemment découvertes dans le chœur et la nef, que , caractères et anecdotes). La reconstitution du mobilier après le rétablissement du culte au lendemain de la , Blanche Domenger d'Antin offre à la paroisse le grand maître-autel en marbre à baldaquin et le bénitier de monumental, exécuté en 1835 par le marbrier Graciette de Bagnères-de-Bigorre, entraîne le déplacement (et, à l'église de peintures ornementales par le décorateur mugronnais Tiburce Meyranx, destinées à mettre en valeur le nouvel ensemble mobilier - c'est probablement à cette occasion que furent recouvertes les peintures du début du XVIIe siècle. Dans la première moitié du XXe siècle, le curé Henri Garralon fait
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale de Larbey, par le curé Jean Harambure, s.d. (vers 1883-1890).
    Auteur :
    [orfèvre] Le Camus Julien
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Annexe :
    à la maison Le Roux (Julien Le Camus successeur) de Paris (voir facture : ill. 20164000637NUC2A drap mortuaire". - 1912 (18.12) : facture de la maison d'ornements d'église Le Roux, J. Le Camus (gravée, partiellement illisible) : Ci gît / ARNAUD / LABORDE LABAN / CURÉ de Larbey / DÉCÉDÉ / le 20 Décembre 1868 / Priez pour lui (?). Croix de cimetière [cimetière, derrière le chevet] (ill calcaire, sur-même posé sur un degré à deux marches. Inscription (gravée et peinte sur le socle) : MISSION forgé peint (noir et doré), bois. Autel "face au peuple" installé après le concile de Vatican II moitié 19e s. Fer forgé. Clôture à deux panneaux en équerre, avec portillon à deux battants sur le petit en 1992 dans le collatéral nord en 1992, déposée depuis lors au clocher.] Chaise [chœur] 1er quart ornés de rinceaux fleuris (tulipes, bleuets...) dans le goût des enluminures de la fin du 15e siècle , incluant (pour le canon central) des bannières bleues avec trophées épiscopaux dorés et des tentures à
    Illustration :
    Facture de la maison d'ornements d'église Le Roux, J. Le Camus successeur (94, rue de Rennes à Facture de la maison d'ornements d'église Le Roux, J. Le Camus successeur (94, rue de Rennes à Facture de la maison d'ornements d'église Le Roux, J. Le Camus successeur (94, rue de Rennes à
  • Maison des vins de Saint-Julien, ancien château Saint-Julien, ancien local postal
    Maison des vins de Saint-Julien, ancien château Saint-Julien, ancien local postal Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - rue des Platanes - en village - Cadastre : 2011 C2 489
    Historique :
    -Médoc-Graves appartenant à Elme Bila et produisant 18 tonneaux dans le bourg de Saint-Julien. Le Aucun bâtiment ne figure à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825. Le bâtiment date probablement de la fin du 19e siècle. Une carte postale du début du 20e siècle représente le bâtiment sous le titre de Château Saint-Julien. L'édition de 1908 de l'ouvrage de Cocks mentionne un Château Saint-Julien bâtiment a également abrité le local postal en 1934.
    Description :
    Les bâtiments sont situés sur la place du village de Saint-Julien et se composent de deux parties
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - Saint-Julien - rue des Platanes - en village - Cadastre : 2011 C2 489
    Titre courant :
    Maison des vins de Saint-Julien, ancien château Saint-Julien, ancien local postal
    Appellations :
    Maison des vins de Saint-Julien Château Saint-Julien
    Annexe :
    au bourg de la commune de St Julien en façade sur la place élevée sur terre plein d´un rez-de , une chambre, cour et passage et cuvier (section C406) ; avec appellation Château Saint-Julien
    Illustration :
    Carte postale (carte postale) : château Saint-Julien. IVR72_20113305901NUCA
  • Les demeures et châteaux de Saint-Julien-Beychevelle
    Les demeures et châteaux de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    Le château le plus ancien est celui de Beychevelle, siège d'une seigneurie depuis le 14e siècle et , sont pour la plupart des constructions du 18e siècle, agrandies et remaniées au 19e siècle. Seul le
    Description :
    présentent un rez-de-chaussée surélevé, abritant en soubassement des chais. Sur le modèle de la chartreuse , en simple rez-de-chaussée, le château de Léoville est encadré de deux pavillons et d'ailes de dépendance en retour d'équerre formant une cour. Le château Talbot présentait également ce même plan, mais a été complété dans la 1ère moitié du 19e siècle d'un pavillon à étage. Le château Branaire-Ducru, le château Lagrange et le château Gruaud-Larose sont dotés d'une même façade ordonnancée avec un léger avant -corps surmonté d'un fronton triangulaire. Le château Saint-Pierre a été agrandi à plusieurs reprises et tuiles creuses). Le château du Glana se distingue avec l'utilisation de la brique pour le
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les demeures et châteaux de Saint-Julien-Beychevelle
    Carte :
    Châteaux viticoles de Saint-Julien
  • Présentation de la commune de Saint-Julien-Beychevelle
    Présentation de la commune de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    Beychevelle qui constitue l'un des pôles de la commune avec le bourg de Saint-Julien. Ce hameau s'est disparu) avant d'atteindre le bourg de Saint-Julien ; elle a été déviée, contournant le château de parallèle à la route initiale, rejoignant le bourg de Saint-Julien, comme l'indique le plan cadastral de commune prend le nom de Saint-Julien-Beychevelle. Une plaque commémorative inaugurée le 15 octobre 1978 rappelle la première liaison postale aérienne Villacoublay-Saint-Julien, qui eut lieu le 13 octobre 1913  : l´avion, un Morane-Saulnier, atterrit à 14h à Saint-Julien dans la prairie de Monsieur Barton ; le Des découvertes archéologiques attestent d'une implantation humaine à Saint-Julien-Beychevelle, à -Julien de Rignac était autrefois unie avec celle de Saint-Mambert (disparue en 1789 et rattachée à Pauillac). On en trouve trace dans les archives dès le 13e siècle. L'histoire de ce territoire est à la fin du 18e siècle. A proximité du château Beychevelle, s'est développé le hameau de
    Référence documentaire :
    GINESTET Bernard. Saint-Julien. Paris : Nathan, 1984. (Le Grand Bernard des vins de France). AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1849-1870. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1870-1883. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1884-1885. AC Saint-Julien-Beychevelle : Registre délibérations du conseil municipal 1927-1942. BERNARDIN, Eric, LE HONG, Pierre (Photogr.). Crus classés du Médoc : le long de la route des FEDIEU Dominique. « Le pont de l'Archevêque, frontière de deux mondes viticoles : histoire de Cussac et Saint-Julien de 1826 à 1936 ». Les Cahiers Médulliens, mars 2011, n° Hors-Série.
    Description :
    l'ouest par celle de Saint-Laurent-du-Médoc et à l'est par l'estuaire de la Gironde. Au sud, le chenal du Sud, le chenal du Milieu et la jalle du Nord traversent une zone de marais et en assurent le drainage . La jalle du nord aboutit au port de Beychevelle, traversant une vaste peupleraie, tandis que le chenal du Midi et celui du Milieu se rejoignent au niveau du Pont de l'archevêque et forment le chenal du l'élevage. La rive est protégée par une digue et jalonnée de carrelets. De la commune dépend également le marées et des courants. Le territoire de la commune est en majorité occupé par la vigne, sur des croupes consacrés à la vigne. L'habitat est réparti en deux villages, celui de Saint-Julien qui accueille l'église et la mairie, et celui de Beychevelle. Chacun des villages est doté d'un port. Le patrimoine de la
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Saint-Julien-Beychevelle
    Annexe :
    grain et de farine à l´approche des vendanges. Considérant que le sol des dites communes (Saint-Julien port de St Julien : le chemin vicinal n°7 par priorité n°13 (...) est dans un très mauvais état de hameau de Beychevelle, dont le port, un des plus fréquentés de la côte du Médoc, fait un village plus important que le bourg, de façon que la commune forme deux grandes sections. Elle contient 1568 habitants de Saint-Julien se trouvent les immenses et fertiles marais de Beychevelle, qui s'étendent vers (...). Quoiqu'on ne trouve pas à Saint-Julien de premier crû, cette commune est une de celles qui fournit , relativement à sa production, le plus de vins classés. On y compte : 6 deuxièmes, 2 troisièmes, et 5 quatrièmes Extraits de documents d'archives Terres et communaux AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 laboureurs) et petits propriétaires (les communalistes) pour le pacage des animaux : non contents de faire  ; Considérant combien peut devenir funeste aux habitants de cette commune le dénuement de toutes espèces de
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière) : St-Julien-Médoc, La Scierie Seguin, début 20e siècle Carte postale : bouteille de vin promotionnelle Grand Vin de St Julien Médoc. IVR72_20113305900NUCA Villacoublay - St. Julien Beychevelle, 15 oct. 1913 - 15 oct. 1978. IVR72_20173301650NUC1A Zone de palus le long du chenal du Milieu. IVR72_20113305854NUCA Zone de transition entre vignes et palus, le long du chenal du Milieu. IVR72_20113305855NUCA Inondation des pâturages entre le chenal du Milieu et la jalle du Nord (février 2014
  • Les chais et les cuviers de Saint-Julien-Beychevelle
    Les chais et les cuviers de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    des grands domaines peuvent être datés de manière plus précise : c'est le cas du cuvier de l'ancien moitié du 20e siècle et le début du 21e siècle sont également des époques de forte construction
    Description :
    Le terme générique de chai regroupe à la fois le cuvier qui abrite les cuves pour la fermentation du vin et le chai à barriques pour l'élevage du vin. A ces espaces peuvent s'adjoindre des zones de , reconnaissables à leur baie de décharge qui permettait le chargement de la vendange dans une ou deux cuves. Ces bâtiments peuvent être directement situés dans le prolongement d'un logis ou bien isolés au cœur d'un écart des cuviers de type médocain, c'est-à-dire dotés d'un niveau de plancher permettant le chargement direct de la vendange par le haut des cuves ou bien des cuviers en rez-de-chaussée.
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les chais et les cuviers de Saint-Julien-Beychevelle
    Carte :
    Chais et cuviers de Saint-Julien-Beychevelle
    Illustration :
    Petit cuvier dans le village de Beychevelle. IVR72_20113303124NUCA Chais dans le prolongement d'un logement à étage. IVR72_20113305714NUCA Cuvier et chai dans le prolongement, dépendant aujourd'hui du Château Gloria. IVR72_20113303184NUCA
  • Les lavoirs et les puits de Saint-Julien-Beychevelle
    Les lavoirs et les puits de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    Clauzets, située à proximité du château Ducru-Beaucaillou apparaît sur le plan cadastral de 1825 : en 1844 -1845, elle bénéficie de travaux de restauration. La construction d'un lavoir public dans le village de Saint-Julien est mentionnée en 1846. En 1866, c'est à Beychevelle qu'un lavoir doit être construit. En lavoir. Le puits communal avec sa pompe situé devant la mairie est mentionné en 1870. En 1883, un marché
    Référence documentaire :
    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1849-1870. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1870-1883. AC Saint-Julien-Beychevelle : Registre délibérations du conseil municipal 1927-1942. AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1884-1885.
    Description :
    Seul le lavoir de la Mouline est conservé. Il est composé de deux bassins couverts par une toiture
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les lavoirs et les puits de Saint-Julien-Beychevelle
    Annexe :
    profondeur. Achat d´une pompe à eau pour le puits (10 février 1870). AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de litres, viennent se perdre dans le fleuve à Saint-Julien et ne peuvent jaillir dans le puits de  : M. Merlet 11 novembre 1890. -17 mai 1894 : lavoir de Saint-Julien, étude pour voir le moyen d ´amener l´eau du ruisseau de Reignac au lavoir de Saint-Julien. -16 août 1894 : décision de cimenter le , maçon à Beychevelle . AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844 observer qu´il est absolument nécessaire d´établir un lavoir public à Beychevelle dans l´endroit le plus , recherche dans le quartier de Beychevelle du lieu le plus convenable à la construction d´un lavoir public Brassat appartenant partie aux époux Lagarde Jean aîné tonnelier et partie à le veuve Martin, représentée communal construit devant la mairie, que le conseil l´a autorisé à acheter, est établie depuis quelques communale de garçons. Réception des travaux le 9 janvier 1870 (entrepreneur : sieur Robert) : 28, 55 m de
  • Les moulins à vent de Saint-Julien-Beychevelle
    Les moulins à vent de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Historique :
    Justices et l'autre situé à proximité de l'actuel château Langoa. La carte de Belleyme (1767) indique le moulin de la Justice, non loin de Ducru-Beaucaillou (Maucailleau), le Moulin de la Bridane et le Moulin les Gacheux, à la limite avec la commune de Pauillac. Le moulin de la Bridane est aussi mentionné dans le registre de délibérations de la commune pour l'année 1792 : le meunier est alors un certain Gautier. Le plan cadastral de 1825 indique le moulin de château Talbot et le Moulin Riche. Certains toponymes font également référence à la présence de moulins (la Mouline, le Moulin Neuf).
    Référence documentaire :
    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières.
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les moulins à vent de Saint-Julien-Beychevelle
    Annexe :
    livres le quart. Mention de Antoine Martin et Jean Bébeyran (?), boulangers. AC Saint-Julien-Beychevelle ARCHIVES AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de délibérations du conseil municipal 1793-1794 . -4 floréal (an 3 ?) : le citoyen Berthaud, couvreur, vient de se plaindre qu´il a donné à moudre au avoine, observant que la mesure du dit froment lui a coûté (?) le prix de 800 livres ce qui fait 200
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1826, indiquant le Moulin Riche. IVR72_20113303144NUCA
  • Les maisons et fermes de Saint-Julien-Beychevelle
    Les maisons et fermes de Saint-Julien-Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle
    Description :
    d'Hortevie, château Gloria, Château Julien). Elles possèdent en majorité un étage carré ; 3 d'entre elles sont construites en pierres de taille, notamment la façade, ou bien en moellons. Les toitures sont le
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle
    Titre courant :
    Les maisons et fermes de Saint-Julien-Beychevelle
    Illustration :
    Maison probablement construite dans le 2e quart du 19e siècle. IVR72_20113305749NUCA Maison, ancien Château Julien. IVR72_20113305814NUCA
  • Hameau Le Long
    Hameau Le Long Saint-Julien-Beychevelle - le Long - en écart - Cadastre : 2011 C1 227 2011 B2 154, 219, 220
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1825, des bâtiments sont représentés au lieu-dit Tastas (section B1 section C2, parcelles 700 à 708. Le bâtiment actuel reprend le même alignement. Un autre alignement est comme un ensemble de maisons construites sur le même modèle dans les années 1960 (?). Ces ensembles de
    Description :
    maisons dont le pignon est recouvert d'un bardage bois.
    Localisation :
    Saint-Julien-Beychevelle - le Long - en écart - Cadastre : 2011 C1 227 2011 B2 154, 219, 220
    Titre courant :
    Hameau Le Long
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Oeyreluy - en village
    Historique :
    moitié du même siècle (le ciboire aujourd'hui déplacé à l'église de Rivière-Saas-et-Gourby, réf baptismaux de pierre sont datables du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Le reste du mobilier a été mis en place dans le courant du XIXe siècle, notamment un nouveau maître-autel néoclassique en marbre (déplacé dans une chapelle après Vatican II, puis remis dans le chœur avant 2011). Une campagne de restauration nouveaux autels secondaires et surtout la pose de verrières figurées par le Toulousain Louis Saint-Blancat . La totalité du mobilier de la sacristie ainsi que les sièges du chœur et le chandelier pascal ont été (Favier frères). Les deux cloches ont été fondues en 1953 par le Tarbais Fourcade avec le matériau des deux instruments précédents, livrés respectivement par François Bardan ou Bardau en 1812 et par le
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale d’Œyreluy-Seyresse, par le curé Darracq, 1888.
    Auteur :
    [sculpteur, auteur du modèle] Camus Étienne
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    Œyreluy an 1812. François Bardan [Bardau ?] fondeur ». Le parrain était Bernard-Marie de Neurisse, baron . Fournie par le fondeur Chabaud de Dax (AD Landes, 2 O 1492). La réalité de son installation effective est toutefois incertaine. Cloche (n° 3) Bronze, 1858. Fondue par le Dacquois François-Dominique Delestan (1806 refondue en 1953 par le fondeur tarbais Fourcade (réf. IM40004014). _______________________________________________________________________ ) [chapelle sud] (ill. 20114001196NUC2A) Vers 1920. Hippolyte MIQUEL d’après un modèle d’Étienne CAMUS , Toulouse. Plâtre polychrome. Tableau formant retable, en deux éléments : le tableau proprement dit, portant -lune ; un soubassement rapporté. Bas-relief sur le tableau : à droite, une femme en deuil, voilée , agenouillée dans un cimetière militaire ; à gauche, devant le pilastre, un ange debout sur une nuée, tendant une palme au-dessus de la liste des soldats morts ; sur le pilastre de droite, une chute de feuilles de chêne. Sur le tympan cintré, Vierge de pitié en bas-relief. Couronnement : une croix rayonnante
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Gilles
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Gilles Montgaillard - en village
    Historique :
    marquis de Castelnau-Tursan, devenue le siège de la paroisse après 1802, n'a conservé aucun vestige de son Daniel Filhot en 1657, et le maître-autel lui-même, devenu autel de la Vierge après sa réaffectation dans -reconstruction de l'église du bourg en 1849-1852 ou postérieurs de quelques décennies. Le maître-autel, don des époux Poydenot, fut installé en 1849-1850 par le marbrier saint-severin Alexandre Spazzi, l'autel de saint Gilles (et la statue qui le couronnait) par son frère cadet Louis Spazzi en 1854 - le même Louis avait fourni en 1851 le tombeau du maître-autel de la vieille église, devenu, on l'a dit, autel de la ateliers parisiens de Demarquet frères et J.-P.-A. Dejean. Le XXe siècle apporte peu de modifications à cet : deux scènes évangéliques dans les collatéraux par le peintre bordelais Louis Gouillaud, copiées d'après Trébuchet dans le chœur. Le dernier ajout en date est une verrière de Gérard Dupré pour la baie axiale du chœur en 1983. Le mobilier a été en grande partie restauré entre 2010 et 2016, en même temps que
    Référence documentaire :
    Réponse à la circulaire de mai 1905, renseignements sur les églises et le presbytère.
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Gilles
    Annexe :
    ] PRIEUR DE MONTGAlLLARD. Le Prieur de Montgaillard est dépendant de l'abbaye séculière et auparavant d'aider ou de faire aider le curé du dt Montgaillard a dire les messes parroissialles et administrer les l'université de Paris en la faculté de théologie et fait faire le service par un Sacristain qu'il y a commis — Si est ce qu'il y est troublé en la possession et y a procès par devant le Senechal des Lannes au siège de St Sever entre Messire fortis Castay complaignant et le dt Duvignau et Me Dominique de Laborde chanoine D'Aire, qui réside au dt Aire, et va souvent faire le service et exhorte les peuples, et le divin Service et administrent les Sacremens comme était accoutumé. L'église parroissialle de Montgaillard et aussi la chapelle qui étoit dans le lieu, ont été ruinées et découvertes, les autres églises Garnison que le S' de Montaman tenoit et la ville de S' Sever et par un nommé Seris trésorier de la cause en la dte ville, en sorte que le curé n'en a rien joui.
    Illustration :
    départementales des Landes, repr. J. Camus). IVR72_20174000978NUC2A
  • Verrière de la rose occidentale : Le Christ docteur, le Saint-Esprit et des saints (baie 119)
    Verrière de la rose occidentale : Le Christ docteur, le Saint-Esprit et des saints (baie 119) Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Inscriptions & marques :
    DOMINICA (sic) ; SANCTVS FRANCISCVS SALESIVS. Inscription (sur le livre de saint François de Sales) : Philo
    Historique :
    Verrière exécutée par le Bordelais Joseph Villiet (1823-1877), sans doute en même temps que celles deux au moins sont allemands : le Saint François Xavier et le Saint François Régis reproduisent des lithographies de Friedrich August Ludy (1823-1890/96) d'après le peintre Edward von Steinle (1810-1886
    Référence documentaire :
    p. 191 CAZAUNAU Léon, LESBATS Julien. Buglose. Nogaro : Dauba frères, 1970.
    Représentations :
    Le thème de la composition est l'enseignement de la doctrine du Christ par l'intermédiaire du Saint ; à la tête est placé le Christ enseignant (seul personnage figuré en pied) ; dans les médaillons
    Titre courant :
    Verrière de la rose occidentale : Le Christ docteur, le Saint-Esprit et des saints (baie 119)
    Annexe :
    janvier. 21. Payé à Vincent St-Sébastien sculpteur, pour tout le travail de la rosace - 440.
    Illustration :
    Le Christ docteur. IVR72_20124000667NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent Audon - en village
    Historique :
    Peu d'éléments du mobilier de l'ancienne église ont été conservés dans le nouvel édifice bâti en , bénitier, etc.) a été créée pour le nouveau lieu de culte l'année-même de sa construction. Les objets du
    Référence documentaire :
    Extrait d'un livre de comptes du verrier G.-P. Dagrant concernant le paiement de quatre verrières à
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent
    Annexe :
    Tartas, 2° et Badet Julien, maître-tailleur à Tartas. En conséquence, nous avons clos le présent ) Inventaire des biens de la fabrique paroissiale d'Audon. L'an mil neuf cent six, le treize février à 10 assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il . // § 3. Dans le chœur. / 19. Grille de chœur en fonte. / 20. Nappe de communion en fil estimée 3. / 21. 1 constituée par M. Léon de Chauton, de Souprosse, le 12 mars 1848 et dépendant de la succession de M. Jean liquidation passé devant Me Dupoy notaire à St-Aubin, le 1er mars 1884, ci - 30 f. Total de l'estimation faites par l'agent des domaines soussigné seul. Observations. / Dès le début des opérations, la protestation transcrite ci-après et ci-annexée a été produite : "Audon, le 13 février 1906. Monsieur le délégué je veux le croire - mais qui n'en est pas moins un acte attentatoire aux droits sacrés de la Ste exclusivement aux fidèles de cette paroisse, qui, tous depuis le plus pauvre jusqu'au plus riche, ont contribué
    Illustration :
    Calice et patène (n° 1) : le calice (en 1990). IVR72_20184000817NUC1A Calice et patène (n° 2) : le calice. IVR72_20184000721NUC2A Extrait d'un livre de comptes du verrier Gustave-Pierre Dagrand/t, concernant le paiement de huit
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine Montaut - en village
    Historique :
    Le mobilier de l'église Sainte-Catherine (siège officieux de la paroisse de Montaut dès 1685, puis par le procès-verbal d'une visite pastorale de Mgr Sarret de Gaujac en 1755. De cette époque de 1835) et de celle de la Vierge (à l'origine sous le titre de l’Annonciation, puis du Rosaire en 1834 réaffectation de la chapelle de saint Jean au culte du Sacré-Cœur entraîna en 1855-1856 le remplacement de l'autel par la maison Daux de Bordeaux et du tableau par le peintre parisien Didelin. Au XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe, le reste de l'édifice fut progressivement remeublé grâce à des tabourets de célébrant par la maison L. André d'Angers (1927), fonts baptismaux (1930), etc. Dans le même lyonnais (L. et P. Gille, Villard et Fabre), mais aussi régionaux (le Bordelais L. Dupouy) et locaux (N . Affre, de Saint-Sever). Le vestiaire, hormis quelques pièces d'un certain intérêt (dont un ornement doré
    Référence documentaire :
    datte du 20 novembre 1845 et affiliée à l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires le 27 9bre 1845
    Auteur :
    [éditeur] Le Clere Adrien
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Annexe :
    , un blessé de guerre, Julien Man (dont le frère était amputé et le fils décédé), pour parrain d’or - 1 clef d’argent pour ouvrir le tabernacle. Ornements de tous les jours : 1 ornement rouge en , dentelle d'argent. Linge : plusieurs aubes - plusieurs surplis - 5 nappes pour le maître-autel - 2 nappes le balustre- 6 nappes pour les autels - 5 Essuie-mains - 1 croix en laiton - 1 petite clochette - 1 frange - 1 blanc en damas, galon en argent - 4 bouquets pour le maître-autel en soie. SAINT-PIERRE de bourse en velours rouge et galon d'or - 1 clef en argent pour fermer le tabernacle - 2 calices en argent son étole, le manipule et la bourse en satin avec 4 crolles - 3 voiles pour couvrir les croix et un autre pour le sacrement. Linge : 2 aubes en grosse dentèle, l'une bonne l'autre très mauvaise - 2 pour le balustre - 1 devant d'autel - 2 autres en damas de toute couleur, galon d'or - 1 autre en Montaut peintes en faux bois de noyer et de chêne. 1851 et 1852 : même peinture pour le tambour, la chaire
1 2 3 4 23 Suivant