Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 23321 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 2 fauteuils et de 4 tabourets de célébrant
    Ensemble de 2 fauteuils et de 4 tabourets de célébrant Mugron - en village
    Historique :
    acolytes" acquis par la fabrique en 1869 auprès d'un tapissier de Mont-de-Marsan nommé Le Belge (registre
    Auteur :
    [tapissier] Le Belge
    Annexe :
    par un tapissier de M[on]t-de-Marsan, le Belge. [...]" Mugron, registre paroissial 1842-1850, année 1869, p. 57) - "Aussitôt que le legs de Madame Bastiat fut approuvé par le gouvernement, que la fabrique traita avec l'ouvrier Larrère pour parachever l'ornementation
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Souprosse - en village
    Historique :
    sera construit le nouvel édifice - ont laissé peu de traces documentaires, carence qui affecte ne sont pas antérieurs à 1614) ont été récolées en 1888 par le curé Jean Dupouy. L'ancienne -autel), à la Vierge, à saint Antoine (abbé) et à saint Roch. Le premier fut doté par le curé Jean Cavaré (ou Gavaré) d'un retable qui fut "achevé de dorer" en septembre 1731 par le doreur Despouys de l'achat à Toulouse, par le même curé Cavaré, d'un calice "pesant 3 marks (sic) sept onces, un gros", dont la dépense de 242 francs fut couverte par le célèbre Antoine Anselme, abbé de Saint-Sever et baron de Souprosse (qui mourut dans la maison abbatiale du bourg en 1737). Le Père Anselme avait aussi offert à la remployés de l'ancienne paroissiale sont une cloche fondue en 1826 par le Lorrain F.V. Decharme et une table Lannéluc (mort en 1856). A ces exceptions près, la totalité du mobilier, dans le style néogothique de la dons de notables locaux (familles de Chauton, de Basquiat-Mugriet, de Clayes, Sourbié, Monié, etc.). Le
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    ) "Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Souprosse. L'an mil neuf cent six, le vingt-trois février à , Georges Cornut, percepteur de Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le . dans le chœur, deux lustres ordinaires à 18 lumières, en cuivre doré. Revendiqués par la famille id. Revendiqué par Mlle Monié Marie de Souprosse - 15. / 17. dans le chœur. Trois vitraux à plâtre, haut. 1m environ, grille en fer et main courante marbre ; sur le côté un vitrail à personnages . Le tout revendiqué par la famille de Chauton de Souprosse. / 25. Un autel de St Joseph en bois et marbre, au dessus statue de St joseph, en plâtre, haut. 1m, grille en fer ; sur le côté, vitrail à personnages. Le tout revendiqué par la famille Monié de Souprosse. / $ 2. Dans le chœur. / 26. Grille en fer . Dans le sanctuaire. / 32. Un autel en pierre sculptée, panneaux, colonnes, table, tabernacle même à 4 portes, haut. 2m20 larg. 3m, fixée au mur. / 41. Une armoire en bois blanc, 2 portes sur le
    Illustration :
    alsaciens de Hagenthal-le-Bas (1939-1989). IVR72_20194000340NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Paul-Ermite
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Paul-Ermite Saint-Paul-lès-Dax - en ville
    Historique :
    doute du retable principal (disparu). Le maître-autel lui-même, en bois doré, a été détruit en 1925 en 1856-1858. A peine les travaux achevés, le menuisier local Jean Bernos réalise, sur les dessins prêcher, deux confessionnaux, deux séries de stalles et un banc d’œuvre. En même temps, le serrurier cette époque ont fait disparaître plusieurs éléments (les autels, la clôture de chœur, le banc d’œuvre fabricant-marchand parisien Haussaire. En 1925, le curé fait remplacer par un autel néoroman l'ancien maître mobilier. Le dernier aménagement, en cours de réalisation lors du présent inventaire, prévoit l'installation d'un nouveau mobilier dû à l'architecte belge Florence Cosse : en inox, verre, béton et chêne, il comprendra un autel cubique, un ambon (en fait, un pupitre), une croix et un siège de célébrant. Le reste du décor, comme le mobilier monumental, n'est pas antérieur au milieu du XIXe siècle. Les verrières posées
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Paul-Ermite
    Annexe :
    Extraits de documents concernant le mobilier de l'église. A.D. Landes, 2 O 1851. Église, presbytère (1811-1940), plans 5574 à 5580. - 1834 : refonte de la cloche par le fondeur Delestan de Dax. Coût chaire à prêcher dans le style roman (...) avec son escalier, abat-voix (...) pour 1.200 f. (...), en confessionnaux même bois, même style (...), le plancher du fond et le derrière de la case du milieu seront en appuis de communion (...) 140 f. / 4° Pour la plus-value à allouer pour le siège de célébrant dans les Dax / caporal brancardier / tué à Verdun / le 25 Mai 1916 / administrant un blessé » [1ère plaque ] ; «Félicien LACROUTZET / vicaire de St Paul lès Dax / Lieutenant au 111e / tué à Missy aux Bois / le 3 juin cercles combinés. [Verrières installées en 1976 par le verrier Philippe Devivier, 45, rue du Beau-Site à = 61 ; la = 32. [Autel installé dans le chœur en 1925 par le curé en remplacement de l’ancien maître -autel en bois doré. Le tabernacle, supprimé avant 1992, a été déposé à la sacristie, puis au clocher
  • Maison d'Eugène Le Roy
    Maison d'Eugène Le Roy Montignac - 64 rue de Juillet - en ville - Cadastre : 2011 AO 31
    Historique :
    La majeure partie de l'édifice a probablement été construite entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe ; il figure déjà en partie sur le cadastre de 1813. La façade principale sur la rue de faisaient qu'une. A la fin de ce siècle, il est occupé par le menuisier Manein, qui installe peut-être les maison au romancier Eugène Le Roy, qui y habite jusqu'à sa mort en 1907 et y écrit ses dernières œuvres : "Au pays des pierres" et "Le Parpaillot" (qui paraîtra six ans après son décès sous le titre "L'Ennemi de la Mort"). Au premier étage, la fenêtre de l'ancien cabinet de travail d'Eugène Le Roy est dotée d'un balconnet en fer forgé, tandis que la fenêtre de sa chambre ouvrait sur la rue. Le panneau central possède un décor peint probablement sur le thème de Zéphyr et Flore. De part et d'autre, deux putti
    Description :
    La façade orientale donne sur le jardin. L'étage de soubassement supporte une terrasse en avancée
    Auteur :
    [habitant célèbre] Le Roy Eugène
    Titre courant :
    Maison d'Eugène Le Roy
    Appellations :
    maison d'Eugène Le Roy
    Illustration :
    Eugène Le Roy sur sa terrasse accompagné de Mme Le Roy, 1905. Carte postale. IVR72_20112400056NUC1A
  • Château le Ménaudat
    Château le Ménaudat Saint-Androny - en village - Cadastre : 1832 D 167 à 183 2010 D1 251
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1832, des constructions figurent à l’emplacement des actuelles, désignées , un bâtiment rural et une "aire" ; n°170 : un jardin et n°182 un bâtiment rural. Le registre des à la tête du domaine viticole Le Ménaudat, dont les bâtiments d'exploitation et les vignes se situent au sud du bourg. Dans l’édition de 1898 de Bordeaux et ses vins, le nom de Constantin est associé à celui de son gendre, A. Page. Autour de 1900, une carte postale présente le logis sous le nom de Château de Page, alors que la mention de Château le Ménaudat n’apparaît que dans l’édition de 1949 du
    Référence documentaire :
    HERNANDEZ Jean Clément. Le pays blayais, ses 4 cantons, ses 55 communes à travers les cartes
    Description :
    Les bâtiments sont implantés dans le bourg. Ils se composent d’un corps de logis, de logement d’ouvriers et de dépendances. Le logis, en pierre de taille, s’élève sur un étage et est couvert d’un toit à pavillon bâti en moellon, sous un toit à pavillon en ardoise, vient en retrait du logis et dans le , constituent avec les agrafes des baies les seuls éléments décoratifs. Le corps de logis semble s’imbriquer jambages, le bandeau et les corniches. La baie de la travée centrale, à l’étage, porte une date. A l’est et à la suite de l’ensemble formant le logis, se situent les logements d’ouvriers en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Château le Ménaudat
    Appellations :
    Château le Ménaudat
    Annexe :
    maire de Saint-Androny (Gironde), décédé le 7 juin, à l'âge de soixante-quatorze ans. M. Constantin était le beau-père de M. A. Page, conseiller général de la Gironde, maire de Saint-Androny." GUILLON, J .-M. Les grands vins de Bordeaux. Bordeaux : Société de l'annuaire de la Gironde, 1939 : "Le bourg de . L´église, qui est ancienne, a un beau clocher roman. [...] - Le Ménaudat est beaucoup plus . Buard et Constantin, qui l´ont embelli d´un vignoble. [...] Dans le bourg de Saint-Androny, il y a la maison que M. Granier y fit construire en 1776, et qui passa par alliance à la famille Constant, dont le
  • Cinéma Le Monteil
    Cinéma Le Monteil Blaye - - 13 rue Urbain-Albouy - en ville - Cadastre : 2017 AR 155
    Historique :
    salle de cinéma du Monteil a été créée en 1928 et modernisée dans le 4e quart du 20e siècle. Elle a été
    Référence documentaire :
    de cinéma. Bordeaux : Le Festin, 1995.
    Description :
    Le cinéma est implanté sur les hauteurs du Monteil, aligné sur la rue et en rebord de pente à creuses, les toitures à longs pans sont en tuiles mécaniques. L'inscription LE MONTEIL figure sur le mur
    Titre courant :
    Cinéma Le Monteil
    Appellations :
    Le Monteil
  • Château Le Boscq
    Château Le Boscq Saint-Estèphe - le Boscq - isolé - Cadastre : 1825 A1 219, 224 2015 OA 2256, 2258
    Historique :
    , un bail à ferme de neuf années ; la maison de maître est mise à sa disposition avec le contenu des meubles et ses effets personnels. En 1756, Jean Geoffret transmet par donation le domaine à sa cousine Bordeaux et monnayeur en la Monnaie de cette ville, du domaine de Pez avec ses dépendances) ; le bail à domestiques ; les appartements sont entièrement meublés. Outre les outils aratoires et 3 charrettes, le , le bail à ferme est renouvelé entre Guillaume Pénicaut, avocat en la cour du Parlement de Bordeaux et devient pleinement propriétaire du domaine du Boscq. Le nom du domaine apparaît nettement sur la carte de Belleyme vers 1767. En 1773, le bail à ferme avec Thomas Barton est renouvelé mais à des conditions moins . Des travaux sont également prescrits : deux ponts aqueducs pour établir le passage étanche par-dessus ou bien de les bâtir sur un emplacement laissé vide entre le vestibule et le cuvier. Thomas Barton meurt en 1780. Le 16 septembre 1776, Anne Capdeville décède en laissant 5 enfants d’un premier mariage
    Référence documentaire :
    FRUGIER Daniel. Château Le Boscq Saint-Estèphe, cru bourgeois, une page d’histoire sur le domaine p. 145-146 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de
    Description :
    Le château du Boscq est situé sur une "croupe" de vignes qui domine les terres basses de "palus " vers l'estuaire. Les bâtiments s'organisent autour de trois cours : -la cour principale avec le logis . Côté est, le corps de logis principal à étage est encadré de deux ailes basses. Il s'organise selon 5 jardin en contrebas. Côté cour, à l'ouest, le corps de logis principal présente également 5 travées : au
    Localisation :
    Saint-Estèphe - le Boscq - isolé - Cadastre : 1825 A1 219, 224 2015 OA 2256, 2258
    Titre courant :
    Château Le Boscq
    Appellations :
    Le Boscq
    Illustration :
    Extrait de la carte de Belleyme, vers 1767 : "Le Bosq". IVR72_20163301063NUC1A Le Bosc appartenant à Mr Armand Darmaillac (St Estèphe) : lithographie, vers 1835 Carte postale, début 20e siècle (collection particulière) : Château Le Boscq Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR72_20163302258NUC2A Vue d'ensemble depuis le moulin de Loumède. IVR72_20163302257NUC2A
  • Ferme dite Le Château
    Ferme dite Le Château La Bastide-Clairence - Quartier Pessarou Le Touron - - isolé - Cadastre : 1835 C 351 Emplacement répertorié comme "grange" dans le plan cadastral napoléonien. 2016 C 468
    Historique :
    Le plan cadastral de 1835 représente sur cet emplacement une simple grange. Dans la matrice, elle est mentionnée sous le nom de Borde Rouspide, bâtiment rural détenu par Pierre Caillava en 1842, puis
    Description :
    fenêtre en béton ouvrant sur un comble à surcroît. Des stabulations ont été ajoutées vers le nord.
    Localisation :
    La Bastide-Clairence - Quartier Pessarou Le Touron - - isolé - Cadastre : 1835 C 351 Emplacement répertorié comme "grange" dans le plan cadastral napoléonien. 2016 C 468
    Titre courant :
    Ferme dite Le Château
    Appellations :
    Le Château
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud-est. IVR72_20186402123NUC2A Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR72_20186402127NUC2A Vue de la métairie depuis le nord. IVR72_20186402125NUC2A
  • Maison dite Le Logis
    Maison dite Le Logis Le Verdon-sur-Mer - le Logit - 27 avenue de la Pointe de Grave - en écart - Cadastre : 2013 AK 248
    Description :
    l'inscription Le Logis. Toiture et ferme débordantes. Encadrements des baies, chaînage d'angle, bandeau et . Alternance brique et pierre pour le chaînage d'angle de la travée centrale. Agrafes sculptées avec motifs de
    Localisation :
    Le Verdon-sur-Mer - le Logit - 27 avenue de la Pointe de Grave - en écart - Cadastre : 2013 AK 248
    Titre courant :
    Maison dite Le Logis
    Appellations :
    Le Logis
  • Château Le Crock
    Château Le Crock Saint-Estèphe - German - en écart - Cadastre : 1825 C1 729, 730 2015 OC 21, 42
    Historique :
    D'après le Dictionnaire des Personnalités d'Edouard Féret, Pierre Merman acquiert le domaine du enfants : Le Crock revient à son fils unique Antoine (1786-1843). Des bâtiments figurent à cet emplacement sur le plan cadastral de 1825, au lieu-dit German. Le château est représenté sur une lithographie , ni de terrasse et les balustrades de toiture n'existent pas. Le noyau de la construction date donc deux fils : Georges reçoit le château du Crock, tandis que Jules hérite du domaine de Marbuzet. Ce sont parcelle C730 (correspondant au château) en 1863. Dans l'édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, le remarque que le couronnement central avec coquille n'est pas construit. L'illustration publiée dans remplacé par une terrasse ; des balcons à balustrades et le couronnement à coquille ont été ajoutés. En 1903, le domaine est acquis par la famille Cuvelier.
    Description :
    Le château du Crock est situé à l'ouest du hameau German, sur le flanc d'une "croupe" de vignes et dominant le parc qui s'étend au sud. Il est accompagné de bâtiments de dépendances à l'est. S'adaptant à la dénivellation du terrain, le château présente un étage de soubassement abritant les chais accessibles par les élévations latérales est et ouest. Coté nord, le rez-de-chaussée surélevé est accessible par un escalier en fer à cheval. Le niveau de soubassement est traité en bossage percé de fenêtres rectangulaires. Les . Un couronnement vient magnifier les travées centrales, orné d'une table décorative portant le nom LE triangulaire ; pots à feu, volutes et pommes de pins surmontent l'ensemble en amortissement. A l'intérieur, le (Lafitte, Margaux, Latour, Haut-Brion), et le Crock. L'escalier décentré dans la partie est du château donne accès aux combles. Le caveau voûté en anse de panier avec arcs doubleaux de confortement abrite les chais sous la demeure ; le cuvier se trouvait dans l'aile en retour à l'ouest du château : un
    Titre courant :
    Château Le Crock
    Appellations :
    Le Crock
    Annexe :
    Catherine Bellacla, né le 28 mars 1750 ; succède à son père dans la qualité de bourgeois de Bordeaux et exerce la profession de courtier. 9 juin 1785 : mariage avec Marie Tallarie, née le 11 janvier 1758 dans Médoc et de feu demoiselle Marie-Anne Daron de Maisonneuve ; contrat de mariage le 10 mai 1785, notaire Deyrem à Soussans. Le 29 octobre 1785, par lettres patentes du roi Louis XVI, Pierre Merman est pourvu du Bordeaux et tout le bordelais. Le 8 nivôse an II (28 décembre 1793), Pierre Merman figure sur le tableau . Décès de Pierre Merman le 22 août 1818, dans sa maison cours du Jardin Public n°126. Il a eu 6 enfants dont Antoine, né le 24 février 1786 [et Marie-Nancy née le 29 novembre 1791 mariée à Bernard Capdeville , négociant, le 18 mai 1815 ; décédée le 27 octobre 1846]. Les domaines du Médoc furent attribués : Le Crock à son fils unique Antoine ; le domaine de Gillet, commune de Ludon, à sa fille Thérèse-Delphine, épouse de Frédéric Focke ; le domaine de Lamarque à sa fille Marie-Nancy, épouse de Capdeville ; le domaine
    Illustration :
    Le domaine du Crock (St Estèphe) appartenant à M. Merman : lithographie, vers 1835 Plan du domaine dit Château Le Crock, situé commune de Saint-Estèphe (Médoc) appartenant à M Carte postale, début 20e siècle (collection particulière) : Château Le Crock et son parc Vue d'ensemble depuis le nord-ouest. IVR72_20163302352NUC2A Vue d'ensemble depuis le nord-ouest : en 2008 (avec château d'eau ?). IVR72_20083300049NUC2A Vue d'ensemble depuis le parc au sud. IVR72_20163302333NUC2A Façade sud : détail des portes-fenêtres donnant sur le balcon. IVR72_20163302311NUC2A Façade sud : colonnes soutenant le balcon principal. IVR72_20163302308NUC2A Façade sud : détail du chapiteau d'une colonne soutenant le balcon. IVR72_20163302317NUC2A Chais construits dans le prolongement des anciennes dépendances agricoles. IVR72_20163302326NUC2A
  • Château Le Bourdieu
    Château Le Bourdieu Valeyrac - le Bourdieu - isolé - Cadastre : 1831 C2 514, 515 2011 C3 469, 484
    Historique :
    Sur les cartes du 18e siècle, une construction est indiquée au "Bourdieu" ou "le Bordieu". Selon les propriétaires, le domaine aurait appartenu au cours de la seconde moitié du 18e siècle à Philippe Delacourt, ingénieur géographe, à qui fut confié le levé de la région du Médoc pour la carte de Belleyme. En 1831, au moment de la réalisation du plan cadastral, le domaine est partagé entre Descurac et Bonnore . D’après le registre des matrices des propriétés foncières, Arnaud Bonnore acquiert en 1835 les parcelles d'Arnaud Bonnore, sous-préfet de Lesparre nommé en 1836. Le registre des augmentations-diminutions de la propriétaires successifs : Eyquem entre 1850 et 1873, Izard en 1873 et à partir de 1875 Léon Gaillard. Le logis siècle. Le vignoble prend le nom de Château le Bourdieu autour de 1900. D’après les propriétaires actuels , une grande partie du vignoble est détruit par le gel en 1956. L'activité s'oriente vers l’élevage de
    Référence documentaire :
    Château Le Bourdieu. Carte postale, édition Ch. Goulée, s.d. [vers 1900].
    Description :
    Le domaine se situe au sud de la commune. Les bâtiments sont regroupés et implantés au cœur du vignoble. La demeure s’élève sur un étage. Sa façade principale de huit travées s’ouvre vers le sud-est bandeaux moulurés et la corniche à modillons se prolongent en partie sur la façade postérieure. Le toit à dépendances viticoles sont attenantes au logis. L’aile bâtie dans le prolongement du logis, percée par 5 baies de décharges, correspond à d’anciennes écuries. Elle abrite désormais le chai à barriques tandis que le bâtiment situé à l’arrière du logis renferme le cuvier. Ces dépendances, s’élevant sur un seul
    Localisation :
    Valeyrac - le Bourdieu - isolé - Cadastre : 1831 C2 514, 515 2011 C3 469, 484
    Titre courant :
    Château Le Bourdieu
    Appellations :
    Château Le Bourdieu
    Annexe :
    mérite. Bordeaux : Féret, 1922 (9e édition), p. 328 : "Le château Le Bourdieu, appartenant à M. François Grégoire, commande un domaine d’environ 22 hectares. Le vignoble, d’une superficie de 12 hectares et demi moyenne de 50 tonneaux d’un vin très apprécié dans le commerce. Le reste du domaine est en terres
  • Maison dite Le Nid
    Maison dite Le Nid Le Verdon-sur-Mer - 12 boulevard Lahens - en village - Cadastre : 2013 AL 82
    Description :
    Travée centrale formant pignon avec table décorative et inscription : Le Nid. Toiture et pannes
    Localisation :
    Le Verdon-sur-Mer - 12 boulevard Lahens - en village - Cadastre : 2013 AL 82
    Titre courant :
    Maison dite Le Nid
    Appellations :
    Le Nid
  • Château Le Raux
    Château Le Raux Cussac-Fort-Médoc - le Raux - isolé - Cadastre : 1826 A1 409, 410 2010 ZO 7
    Historique :
    Des bâtiments figurent sur les cartes anciennes à partir de 1691 et en 1751 sous le nom Pénico . Puis sur le cadastre de 1826, les bâtiments sont organisés en U autour d'une cour. A cette date, le château actuel est probablement déjà construit. Le domaine est mentionné dans l'édition de l'ouvrage de
    Description :
    Un portail à piliers et une allée donnent accès aux bâtiments organisés autours d'une cour en U, le logis en fond de cour et deux ailes en retour d'équerre abritant au nord le cuvier et les chais et au sud des logements d'ouvriers. Le logis est composé d'un corps central de trois travées et d'un étage donnant sur le jardin : on observe la modification de certaines fenêtres, cintrées à l'origine. A l'intérieur, le corps central abrite deux vastes salles distribuant des pièces annexes de part et d'autre étable à vaches et une écurie ; des espaces pour le stockage du foin étaient ménagés dans les combles à
    Localisation :
    Cussac-Fort-Médoc - le Raux - isolé - Cadastre : 1826 A1 409, 410 2010 ZO 7
    Titre courant :
    Château Le Raux
    Appellations :
    château Le Raux
    Annexe :
    et Poujol, 1866-1869, t. 3. p.230 Le Rau est encore une des jolies habitations de Cussac ; c'est une petite villa avec des pièces d'eau et des parterres ; elle appartient à M. Eyrem. Le Rau a été maison
    Illustration :
    Carte postale, début 20e siècle : Château Le Raux (collection particulière). IVR72_20123310003NUC4A Vue d'ensemble depuis le sud-ouest. IVR72_20123310006NUC4A
  • Maison dite Le Chalet
    Maison dite Le Chalet Blaye - ouest Croisette - 45 rue Marc-Pauzet - isolé - Cadastre : 2018 AO 4
    Historique :
    Un bâtiment figure déjà sur le plan cadastral de 1832, à l'angle de 2 voies. La maison a été reconstruite à la fin du 19e siècle : le registre des augmentations et diminutions de la matrice signale une
    Titre courant :
    Maison dite Le Chalet
    Appellations :
    Le Chalet
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le sud. IVR72_20113306151NUC2A
  • Maison dite Le Perchoir
    Maison dite Le Perchoir Blaye - - 23 rue Urbain-Chasseloup - en ville - Cadastre : 1832 B3 1474 2017 AL 124
    Historique :
    La parcelle, autrefois enclavée et dégagée de mitoyenneté à l'est, apparaît déjà bâtie sur le plan
    Description :
    Maison bâtie sur une parcelle étroite, adossée en appentis à un bâtiment située à l'arrière. Le
    Titre courant :
    Maison dite Le Perchoir
    Appellations :
    Le Perchoir
    Illustration :
    Vue d'ensemble depuis le nord. IVR72_20113304288NUC2A
  • Domaine Le Roc
    Domaine Le Roc Saint-Estèphe - Leyssac - 56 rue du Médoc - en écart - Cadastre : 2015 OE 2753, 3361 1825 E2 2217
    Historique :
    Un bâtiment figure à l'emplacement des bâtiments de dépendance sur le plan cadastral de 1825. En probablement construite dans le 4e quart du 19e siècle et semble ne pas avoir été achevée. Le Roc est mentionné
    Description :
    retrait de la route et de bâtiments de dépendance sur rue. Le logis à étage ne présente que deux travées dépendance construits en moellons sont composés d'un cuvier dont le pignon percé d'une porte haute permet le chargement de le vendange. Un long vaisseau disposé perpendiculairement abrite les chais à barriques. Un logement complète l'ensemble. Une table décorative sur le pignon du cuvier porte l'inscription : LE ROC.
    Titre courant :
    Domaine Le Roc
    Appellations :
    Le Roc
    Illustration :
    Détail du fronton du cuvier avec l'inscription LE ROC. IVR72_20163301392NUC2A
  • Château Le Tertre
    Château Le Tertre Arsac - Le Tertre - 14 allée du Tertre - isolé - Cadastre : 1827 A1 332 2012 AH 178
    Historique :
    cours du 19e siècle, le château développe sa dimension viticole et intègre les 5e grands crus dans le -1920). Le 20e siècle ne voit pas d'évolutions majeures jusqu'à l'arrivée d'Eric Albeda Jelgersma en ) aboutit à la construction de l'orangerie, du bassin de 68m ainsi que les agréments alentours. Le cabinet
    Description :
    Le château, campé sur une croupe graveleuse, domine son vignoble qui l'entoure. Ce dernier est château. Une succession de deux portails mène à la demeure à l'est. Le château s'inscrit dans une parcelle nord, et orangerie précédée d'un grand bassin au sud. La partie habitation, le château à proprement
    Localisation :
    Arsac - Le Tertre - 14 allée du Tertre - isolé - Cadastre : 1827 A1 332 2012 AH 178
    Titre courant :
    Château Le Tertre
    Appellations :
    Château Le Tertre
    Annexe :
    d'Arrérac, baron d'Arsac concède un bail à fief à Philippe Lafon le 16 mars 1666, date de la prise de possession. Ce dernier le revend en 1684 à Jean Dastugue, curé d'Arsac. En 1723, l'ingénieur du roi Claude Massé lève sa carte sur le secteur (1723), il y mentionne le château d'Arsac mais ne fait pas apparaître le Tertre, ce qui laisse supposer un domaine encore modeste. Pierre Mitchell, expatrié irlandais , négociant et créateur d'une verrerie en 1723 à Bordeaux va faire l'acquisition le 18 septembre 1724 de "deux passe près de 25 actes notariés entre 1724 et 1749 qui confirment des achats le plus souvent de vignes conserve le Tertre jusqu'en 1782 où elle décide de vendre le domaine pour 135 000 livres au notaire . Le château est classé 5e grand cru en 1855 et connaît un moment de prospérité : ces vins s'exportent fils le rachète puis il passe de main en main jusqu'en 1948, date à laquelle est créée la Société construction, dans les années 1980, d'un chai en béton armé en sous-bassement. En 1997, le Tertre est racheté
  • Groupe sculpté : Le Relais
    Groupe sculpté : Le Relais La Bastide-Clairence - place des Arceaux - en village
    Historique :
    . Commandée par la municipalité en l'an 2000, la sculpture symbolise le "passage de relais" entre les générations "qui se sont succédées (sic) à La Bastide-Clairence" depuis 700 ans (cartel apposé derrière le
    Représentations :
    Le groupe, symbolisant le "passage de relais" entre les générations, est constitué de deux figures collant au corps. Le personnage le plus âgé et le plus grand, placé à gauche, étend son bras derrière les
    Description :
    Groupe relié en bronze constitué de deux figures sur socle-terrasse rectangulaire, posé à même le
    Titre courant :
    Groupe sculpté : Le Relais
    Illustration :
    Plaque apposée derrière le groupe sculpté. IVR72_20196402131NUC2A
  • Immeuble Le Signal
    Immeuble Le Signal Soulac-sur-Mer - - boulevard du Front de Mer - en ville - Cadastre : 2017 AE 2
    Historique :
    L'immeuble dit Le Signal est construit en 1967 à 200 mètres du front de mer, au sud de la station balnéaire. Le permis de construire a été délivré le 28 avril 1965 par le préfet. A partir de 2014, il devient le symbole de l'érosion, la dune étant entamée un peu plus à chaque grande marée, à chaque tempête . L'immeuble est évacué en janvier 2014 et une longue procédure d'expropriation est engagée (voir le jugement
    Titre courant :
    Immeuble Le Signal
    Appellations :
    Le Signal
    Illustration :
    Vue du Signal depuis le boulevard du Front de Mer, au sud. IVR72_20173301748NUC2A
  • Château Le Boscq
    Château Le Boscq Saint-Christoly-Médoc - Le Boscq - en écart - Cadastre : 2012 D 320, 621, 623
    Historique :
    Sur le plan cadastral de 1831, un bâtiment rural, appartenant à Jean Lafaye, figure à l’emplacement des dépendances du domaine actuel. Le logis est construit ex-nihilo en 1880 comme l’indique la date ?], correspondant à la famille Lafaye qui fait édifier le bâtiment. Le domaine prend le nom de "Château du Bosc" au
    Description :
    Le Boscq. Elle se compose d'un rez-de-chaussée surélevé sur un niveau de soubassement, d’un étage carré et d'un étage de comble. Le toit brisé en ardoise est ouvert de lucarnes. Le niveau de soubassement est traité en bossage continu et un tore régnant sépare le soubassement du rez-de-chaussée. La d’entrée par un escalier droit en pierre. Le linteau de la porte d’entrée est orné d’une agrafe sculptée façade postérieure donnant sur l’estuaire reprend le même ordonnancement à l’exception de la porte
    Localisation :
    Saint-Christoly-Médoc - Le Boscq - en écart - Cadastre : 2012 D 320, 621, 623
    Titre courant :
    Château Le Boscq
    Appellations :
    Château Le Boscq