Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 292 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Croix de cimetière
    Croix de cimetière Saint-Paul-lès-Dax - rue Abbé-Bordes avenue Napoléon-Ier - en ville
    Inscriptions & marques :
    Signature (sur le suppedaneum en fonte) : LARRIEU / ET Cie / ALBI. Epitaphe gravée sur la plaque de
    Historique :
    Le suppedaneum du Christ porte la marque de la fabrique albigeoise Larrieu et Compagnie, dont une
    Représentations :
    suppedaneum), gloire à la croisée et titulus en fonte. Décor de tables saillantes à angles échancrées sur les
    Description :
    sur la face de la stèle ; croix en bois ; Christ, titulus et gloire en fonte de fer.
    Auteur :
    [fabrique] Larrieu et Compagnie
    Emplacement dans l'édifice :
    G et K
    Illustration :
    Marque du fondeur Larrieu sur le suppedaneum de la croix. IVR72_20124000603NUC2A Plan de situation (ensemble et détail). IVR72_20144000025NUC2A
  • Croix de cimetière
    Croix de cimetière Onard - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature (sur le suppedaneum en fonte) : LARRIEU / ET Cie / ALBY (sic). Inscription commémorative
    Historique :
    ). Le suppedaneum du Christ porte la marque de la fabrique albigeoise Larrieu et Compagnie, dont installée en 1885), au cimetière Saint-Pierre de Dax (réf. IM40004337) et à celui de Saint-Paul-lès-Dax (réf
    Représentations :
    suppedaneum) et titulus en fonte. Consoles en volute à la base de la croix.
    Description :
    Haut socle en forme de stèle, en calcaire, à base et corniche moulurées en cavet et doucine, sur degré à deux marches ; croix en fer forgé étayée à la base par quatre consoles en volutes ; Christ et
    Auteur :
    [fabrique] Larrieu et Compagnie
  • Croix de cimetière, monument aux morts de la guerre de 1914-1918
    Croix de cimetière, monument aux morts de la guerre de 1914-1918 Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Historique :
    et Compagnie. celle du cimetière voisin de Saint-Paul-lès-Dax (réf IM40004323), due à la fabrique albigeoise Larrieu
    Description :
    Socle circulaire en ciment, avec plaque de marbre blanc fixée sur la face ; croix, Christ et
    Auteur :
    [fondeur] Larrieu et Compagnie
  • Statue du Sacré-Cœur et son piédestal
    Statue du Sacré-Cœur et son piédestal Gamarde-les-Bains - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabricant sur le socle de la statue, à droite : LARRIEU ET Cie / ALBI. Inscription et
    Historique :
    La statue porte la marque de la fonderie albigeoise Larrieu et Compagnie. Elle fut installée sur
    Description :
    La statue en fonte peinte est fixée sur un piédestal pyramidal en calcaire, à base carrée et
    Auteur :
    [fabricant de statues] Larrieu et Compagnie
    Titre courant :
    Statue du Sacré-Cœur et son piédestal
    Illustration :
    Larque du fabricant Larrieu et Compagnie sur le socle de la statue. IVR72_20134000617NUC2A
  • Château Larrieu-Terrefort
    Château Larrieu-Terrefort Macau - Terrefort - 35 rue du 8 mai 1945 - isolé - Cadastre : 1843 B1 1-7 2013 AK 41
    Historique :
    et traités en moellons enduits pourraient dater de cette époque. En 1810, le premier plan cadastral tout avec aménagements paysagers et plans d'eau. Le logis principal en fond de cour (au nord) date Jules Vieillard rachète le domaine simultanément avec celui de Rose-la-Biche. Il décède en 1868 et l'ensemble passe à son fils Charles qui, d'après l'illustration publiée dans l'ouvrage de Cocks et Féret de
    Référence documentaire :
    COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et p. 136 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux  : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition).
    Description :
    La demeure est située au nord de la commune et du village, sur la route menant à Labarde, à quelque 500 m des rives de l'estuaire. L'ensemble se compose de bâtiments d'habitation et agricoles qui logis à étage présente côté cour une arcade en rez-de-chaussée et six fenêtres à l'étage surmontée d'un porche et les bâtiments agricoles (grange à foin et étable ?) complètent l'ensemble au sud. Un puits à la résineux (séquoias, cyprès chauves, cèdres) et d'une allée séparant deux viviers. Une autre allée, plantée
    Titre courant :
    Château Larrieu-Terrefort
    Illustration :
    Illustration publiée dans l'ouvrage de Cocks et Féret, 1886. IVR72_20143305434NUC1A Illustration publiée dans l'ouvarge de Cocks et Féret, 1898. IVR72_20143305435NUC1A Corps de logis et pavillon, état en 1976. IVR72_19763302442X Bâtiments d'habitation et pavillon. IVR72_20143305460NUC2A
  • Tombeau de la famille Larrieu
    Tombeau de la famille Larrieu Laurède - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphes : ICI REPOSE / la bien heureuse / ANNE AUREA DEGOS / ÉPOUSE LARRIEU / RAVIE A L'AFFECTION LARRIEU / ÉPOUSE CASTANGS [sic] / RAVIE A L'AFFECTION / DE SA FAMILLE / LE 25 Xbre 1892 / A L'AGE DE 44 ANS / P.P.E. (stèle centrale) ; ICI REPOSE / Jn Bte LARRIEU / CHEVALIER / DU MÉRITE AGRICOLE / maire
    Historique :
    Les stèles de ce tombeau familial ont été érigés à la suite de trois décès en 1891, 1892 et 1899 . Jean-Baptiste Larrieu (1824-1899), propriétaire du domaine d'Urban à Laurède, fut le maire de la Degos, dite Aurea (Pontonx 1828 - Laurède 1891), fille d'André Degos et de Marie-Louise Dufau. Leur Blaise Eugène Foix, frère du célèbre abbé Vincent Foix, qui fut curé de Laurède de 1887 à 1932 et dont la tombe voisine avec celle des Larrieu (réf. IM40005772). Le modèle de la stèle se retrouve sur plusieurs tombeau Larrieu peut être attribué. Les croix sommitales sont identiques à celle de la croix de cimetière
    Emplacement dans l'édifice :
    carré nord-est, à l'intersection des allées longitudinale et transversale
    Titre courant :
    Tombeau de la famille Larrieu
    Appellations :
    de la famille Larrieu
    Illustration :
    Plan de situation des oeuvres étudiées et repérées dans le cimetière. IVR72_20164000647NUC2A Stèle d'Anne Aurea Degos Larrieu. IVR72_20154000506NUC2A Stèle de Noémie Larrieu Castangs. IVR72_20154000507NUC2A Stèle de Jean-Baptiste Larrieu. IVR72_20154000508NUC2A
  • Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus
    Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus Poyanne - en village
    Inscriptions & marques :
    OMNI OPERE / DEDIT / CONFESSIONEM / SANCTO / ET EXCELSO / IN VERBO GLORIA / DE OMNI / CORDE SVO ses œuvres il a rendu grâces au Dieu saint, et il a béni le Très Haut par des paroles pleines de sa ORE / QVASI MEL / INDVLCABITVR / EJVS / MEMORIA / IPSE / EST DIRETVS / IN POENITENTIAM / GENTIS / ET peuple dans la pénitence, et il a exterminé les abominations de l'impiété. L’Ecclésiastique, 49, 2-3 ; traduction : "Je n'ai pas celé ta justice au fond de mon cœur, j'ai dit ta fidélité et ton salut, je n'ai pas caché ton amour et ta vérité à la grande assemblée") ; inscription grecque (panneau de droite ; extrait
    Historique :
    consacré aux figures fondatrices de la Compagnie de Jésus. Après la révolution espagnole de 1868 et la chute de la reine Isabelle II, le gouvernement provisoire anticlérical supprima la Compagnie et expulsa la Compagnie et sur son rayonnement universel, en un moment où son existence même était menacée. Les . Après quelques mois d'errance, le supérieur général de la Compagnie, le Père Felipe Gomez, acheta le 3 la maison professe et le noviciat de la province de Castille. La demeure accueillit ainsi dans un premier temps soixante-douze jésuites espagnols puis, au fil des années, jusqu'à cent religieux et autant moururent au château et furent inhumés au cimetière communal, où leur tombeau collectif est toujours visible . A une date non précisée, un ou plusieurs membres de la communauté, avec l'accord du maire Coudroy et toute proche et à peine achevée - sa consécration eut lieu le 6 septembre 1869, quatre mois après fondèrent la Compagnie avec Ignace de Loyola à Montmartre le 15 août 1534 - saint François Xavier, Alfonso
    Représentations :
    les triplets des 1ère et 3e travées) ou des inscriptions en diverses langues (pour les 2e et 4e ), puis dans la 3e travée côté gauche et ainsi de suite. 4e travée, côté gauche : saint François Xavier (1506-1552) portant étole, bourdon et coquille de baptême, allusion à son rôle majeur dans l'évangélisation des Indes et du Japon. 4e travée, côté droit : Jacques (Diego) Lainez (1512-1565), deuxième , carquois, arc et flèches, lances, pique, scie ; à droite, ostensoir, livre ouvert, lance, glaive, flèche ouvert, carquois, arc et flèches, lance, pique ; à droite, calice et hostie, livre fermé, mitre, crosse , étole, bourdon, bénitier, lance et pique. 2e travée, côté gauche : Claude Le Jay (1504-1552), jésuite gourde, carquois et flèches, étole, couronne de laurier ; à droite, calice et hostie, livre fermé, mitre , crosse, étole, bourdon, bénitier, lance et pique. 1ère travée, côté droit : Jean Codure (1508-1541 ), jésuite provençal, tenant un livre fermé. Trophées liturgiques : à gauche, calice et hostie, livre ouvert
    Description :
    Les peintures sont exécutées à l'huile, en camaïeu de brun et de beige, sur des toiles découpées en arc brisé ; celles-ci sont marouflées et clouées dans les arcatures aveugles, groupées en triplet, qui
    Titre courant :
    Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus
    Illustration :
    Saint François Xavier et inscriptions hébraïques. IVR72_20134000986NUC2A Jacques Lainez et inscriptions latines. IVR72_20134000983NUC2A Nicolàs Bobadilla et trophées liturgiques. IVR72_20134000989NUC2A Simao Rodrigues et trophées liturgiques. IVR72_20134000980NUC2A Claude Le Jay et inscriptions grecques. IVR72_20134000991NUC2A Alfonso Salmeron et inscriptions arabes. IVR72_20134000978NUC2A Pasquier Brouet et trophées liturgiques. IVR72_20134000994NUC2A Jean Codure et trophées liturgiques. IVR72_20134000975NUC2A Jean Codure et trophées liturgiques. IVR72_20134000976NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine Goos - en village
    Historique :
    Manuel Corrales en 1767 (détruites). Les seuls meubles conservés sont un chasublier et une armoire de sacristie de la première moitié du XIXe siècle, d'un style rocaille tardif, et le maître-autel néoclassique deux cloches fondues entre 1839 et 1845 par le Dacquois F.-D. Delestan, sans doute avec le matériau des cloches de 1767. Hormis ces quelques exceptions, la quasi-totalité du mobilier et du décor a été acquise sur nouveaux frais à l'issue de la reconstruction de 1892. Les autels de la Vierge et de saint Joseph , sortis des ateliers Giscard de Toulouse, furent offerts par des notables locaux en 1892 et 1894. L'unique confessionnal, par le menuisier Pierre Lacomme de Préchacq, fut placé en 1904, et la chaire néogothique complète le décor au début du XXe siècle par l'achat ou le don de plusieurs statues de série et surtout par et les chapelles, dues au décorateur Raphaël Peyruquéou de Mugron. Parallèlement, le vestiaire et les l'orfèvre bayonnais Charles-François Morlet (reçu maître en 1782, mais l'objet ne date que de 1819-1838) et
    Référence documentaire :
    et maisons anciennes. Association Les Amis des Vieilles Pierres de Goos, 2011. SOUSSIEUX Philippe. L'église de Goos, notes historiques et descriptives. Association Sur les pas du Ostensoir, deux croix de procession et chandelier d'autel. Diapositive, 1991. Chasuble dorée et étoles. Diapositive, 1991.
    Auteur :
    [fabricant de statues, fondeur] Larrieu et Compagnie
    Annexe :
    . 20134002611NUC2A) 4e quart 19e s. LARRIEU et Compagnie, Albi (?). Fonte partiellement peinte. Croix en fonte brute albigeoise Larrieu et Compagnie, dont deux croix aux Christs identiques ont été recensées à Saint-Paul-lès -Dax (réf. IM40004323) et à Horsarrieu (datée 1885, réf. IM40003520).] Ensemble de 2 tableaux intérieure de 2013 ; déplacé à cette date dans l'ancienne chapelle des fonts baptismaux et surmonté d'un groupe en plâtre de Saint François d'Assise recevant le corps du Christ crucifié (réf. IM40004919) et de . 20134002705NUC2A) 19e s. et 20e s. Pierre, béton. Vasque ovale en pierre, à bord saillant, fixée sur un pied cylindrique et une base carrée en béton. h = 104,5 ; la = 63 (vasque). [Bénitier naguère placé à l'entrée du . Vasque d'applique en demi-lune. la = 18. Lutrin [collatéral sud] 1ère moitié 19e s. (?) et 2e moitié 20e ), verre transparent moulé et taillé à facettes. Lustre à huit lumières ; branches à bobèche et binet portant six lumières à bobèche et binet. État : électrifié. Ensemble de 10 chandeliers d’autel [sacristie
    Illustration :
    Ostensoir, deux croix de procession et chandelier d'autel (en 1991). IVR72_20134002784NUC1A Chasuble dorée et étoles. IVR72_20134002787NUC1A
  • Statue du Sacré-Cœur et son piédestal
    Statue du Sacré-Cœur et son piédestal Gamarde-les-Bains - en village
    Dossier :
    Larque du fabricant Larrieu et Compagnie sur le socle de la statue. Statue du Sacré-Cœur et son
  • Ensemble calice, patène et ciboire
    Ensemble calice, patène et ciboire Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de garantie et de fabricant sur la coupe, la fausse-coupe et le pied du calice et du ciboire, sur le couvercle du ciboire et sur la patène. Poinçon de fabricant : C / M, deux pipes en sautoir , deux étoiles (losange horizontal). Marque de marchand (dans la boîte) : BIAIS Aîné et Cie fabricants
    Historique :
    maison Biais aîné et compagnie (74, rue Bonaparte et place Saint-Sulpice à Paris). Ensemble exécuté par l'orfèvre parisien Capello-Morel (poinçon insculpé en 1858) et vendu par la
    Représentations :
    Sur le pied, le nœud et la fausse-coupe du calice et du ciboire (et sur le couvercle du ciboire ), des frises de perles, des palmes et des grappes de raisin ; couronne d'épines et clous sur le pied du
    Description :
    Le calice et le ciboire forment un ensemble homogène au décor identique. Ils comportent tous deux un pied quadrilobé à redents, un nœud torique de même plan et une fausse-coupe découpée et ajourée
    Titre courant :
    Ensemble calice, patène et ciboire
  • Chenal et port de Neyran
    Chenal et port de Neyran Soulac-sur-Mer - Port de Neyran - - isolé - Cadastre : 2017 OC 292, 295 Chenal non cadastré. 1833 C Chenal non cadastré.
    Historique :
    un tracé légèrement sinueux. Il alimentait les marais salants et était donc utilisé comme port cartes de Masse au début du 18e siècle et sur la carte de Belleyme en 1774-1776. Au début du 18e siècle envahissements des eaux, entre le chenal de Soulac et celui de Neyran. Le plan cadastral de 1833 représente précisément la digue protégeant les terres entre le chenal de Neyran et celui de Talais, puis un tronçon au nord du chenal de Neyran et enfin la "digue du Conseiller" au Verdon. Les chemins ou passes aménagés prés doux de Soulac, puis en 1843 devient syndicat des marais de Soulac) et le syndicat du Conseiller plus s'écouler et les terres sont inondées. A partir de 1847, le syndicat des marais de Soulac prévoit l'aménagement d'une cale et de quais près de la route départementale pour en faciliter l'accès. Le problème du salants de Soulac, résidant au domaine de Neyran, se plaint du désordre dans lequel les matériaux et marchandises sont déposés sur le port. En 1886, un projet de cale inclinée avec perré est proposé. Les Ponts et
    Référence documentaire :
    p. 50 BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1. transformations d'un territoire littoral entre la Gironde et l'Atlantique. Thèse d'histoire, Université de La
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique
    Description :
    un tracé quasi rectiligne. Il collecte les eaux des fossés secondaires et du marais de la Palu ou de Lilhan. Il joue un rôle essentiel dans l'assainissement de ces terres marécageuses et des terres basses
    Titre courant :
    Chenal et port de Neyran
    Annexe :
    compagnie des marais de Soulac serait chargée de l'entretien et de la manœuvre d'un bac cureur. AD Gironde les denrées. On ignore si un ancien port, appellé Lairon, et dont il est fait mention dans une charte sont au nombre de trois ; savoir, le chenal de Nayran, celui du Vieux Soulac et le chenal de la Pointe pratiqué au Midi, et à la distance d'environ deux lieues de ce premier. Il ne s'étend pas beaucoup dans la ponts en bois, pour faciliter la communication de la paroisse de Soulac avec Lesparre et les autres Gironde, G 236 1332-1402 : Vente de sel provenant des salines de Soulac indivises entre l'archevêque et le prieur de Soulac ; objets donnés en paiement du sel : drap blanc, plumes pour les lits et barils de . Protestation au nom de dom Pierre Brun, « prieur, seigneur tamporel et spirituel du bourg et parroisse de fort entien dans laditte parroisse de Soulacq, que, lorsqu'on y fait l'antouin et estimation du sel des marais de lad. parroisse, les seigneurs de Lesparre et seigneurs et prieur de Soullacq proceddent
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1833, section C : Neyran et salines. IVR72_20173301883NUC2A , 6 décembre 1886 : coupe du perré et de la cale. IVR72_20173302127NUC2A Chenal et ancienne digue au nord. IVR72_20173301870NUC2A
  • Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent Mugron - en village
    Inscriptions & marques :
    banderoles de part et d'autre de l'ostensoir) ; O SALUTARIS HOSTIA (sur la banderole tenue par l'ange sur le lambrequin) ; SANCTE LAURENTI / ORA PRO NOBIS (sur deux banderoles de part et d'autre de la figure de saint
    Historique :
    Sacrement et de St Laurent". L'objet fut probablement acquis, comme la bannière de saint Michel et de Jeanne d'Arc (réf. IM40005936), inaugurée le 4 du même mois, auprès de la maison parisienne Biais aîné et Compagnie, spécialiste du genre. Il remplaçait deux bannières successivement achetées par la confrérie du Saint Sacrement, la première en 1837 ("bannière à deux faces, l'une du St Sacrement et l'autre de St Laurent, patron de notre église", payée 250 francs), la seconde en mai 1869, et sans doute prématurément
    Représentations :
    Sur les deux faces, une mandorle crucifère (en satin vert et drap d'or) entourant un ostensoir détachant sur un fond de velours rouge et entourée d'épis de blé brodés ; les écoinçons en satin vert sont saint Laurent, gril et palme (deuxième face).
    Description :
    Face et revers en velours de soie rouge grenat sur armature de toile, bordure inférieure à lambrequin ; passementerie (galon et franges en cannetilles) en fil métal doré ; décor en application sur les "), fil d'argent et perles de verre coloré. Hampe en bois tourné (moderne).
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Biais Aîné et Compagnie
    Titre courant :
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Appellations :
    du Saint Sacrement et de saint Laurent
  • Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe)
    Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe) Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Historique :
    (1822-1916) et de Marie Madeleine Eugénie Farbos de Luzan (1835-1933), sa cousine et son épouse depuis sanctuaire marial de Buglose et d'un vitrail d'Émile Richard à l'église de Lagrange (réf. IM40003274).
    Référence documentaire :
    . Armorial des Landes. Bordeaux : Veuve Justin Dupuy et Compagnie, 1863.
    Représentations :
    de fonte : montants en forme de torches funéraires, guirlandes et bouquets de roses dans des volutes
    Titre courant :
    Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe)
    Appellations :
    d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin
  • Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux
    Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux Goos - en village
    Représentations :
    Décor de volutes combinées formant des compartiments oblongs, avec feuilles et pommes de pin
    Description :
    Clôtures en fonte et fer forgé (montants, appui) peints en noir et doré (rehauts). La clôture de ouvrant respectivement sur le chœur et sur les autels de saint Joseph (au nord) et de la Vierge (au sud ). La clôture des fonts comporte un portillon (supprimé) et deux panneaux dormants.
    Auteur :
    [fabrique] Capitain-Gény et Compagnie
    Emplacement dans l'édifice :
    choeur et collatéraux
    Titre courant :
    Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux
    États conservations :
    La partie centrale de la clôture de sanctuaire, avec son portillon, a été déposée, et le portillon supprimé et déposé dans la réserve nord de l'église.
  • Épée française d'officier subalterne de toutes armes et d'administration modèle 1872
    Épée française d'officier subalterne de toutes armes et d'administration modèle 1872 Herm - en village
    Inscriptions & marques :
    Talon : Coulaux. Talon : D couronné et encerclé, B couronné et encerclé.
    Historique :
    chêne et de laurier, devient celui de la République. Il est destiné à tous les officiers subalternes de gendarmerie et de la Garde républicaine le 11 août 1885, et aux agents du Commissariat des troupes coloniales les 12 avril 1892 et 29 mai 1902. Celle-ci porte la marque de la Société Coulaux à Klingenthal.
    Représentations :
    Le clavier réniforme est orné d'une couronne formée de rameaux de chêne (à gauche) et de laurier (à
    Description :
    Lame à double tranchant et deux pans creux sur la moitié de la longueur. Monture en laiton fondu
    Auteur :
    [fabricant] Coulaux et Compagnie
    Titre courant :
    Épée française d'officier subalterne de toutes armes et d'administration modèle 1872
    Appellations :
    épée française d'officier subalterne de toutes armes et d'administration modèle 1872
  • Villa les Rossignols et les Roselins
    Villa les Rossignols et les Roselins Arcachon - 48-50 avenue Victor-Hugo - en ville - Cadastre : 2012 AH 55
    Historique :
    La villa appelée au départ Robinson a été construite vers1865 pour le compte de la Compagnie des . Elle prend plus tard les noms de Les Roselins (à gauche) et Les Rossignols (à droite).
    Référence documentaire :
    d'Histoire de l'art moderne et contemporain sous la direction de M. Daniel Rabreau. - Bordeaux : Université
    Description :
    La villa comprend un sous-sol (pierre apparente) abritant des garages à voitures et un rez-de
    Titre courant :
    Villa les Rossignols et les Roselins
    Appellations :
    dite villa Robinson puis les Rossignols et les Roselins
  • Épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853
    Épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853 Herm - en village
    Inscriptions & marques :
    Talon : Klingenthal ; clavier : Coulaux ainé & Cie. Talon : B couronné et encerclé ; contre-clavier : D couronné et encerclé. Virole supérieure : 29 ; contre-clavier : 67.
    Historique :
    d'identifier une épée modèle 1853, en service jusqu'en 1872 et attribuée aux sous-officiers et brigadiers de la gendarmerie de la Garde de Paris et de la gendarmerie de la Garde impériale (J. Lhoste, 1997, p. 294). Par , ancien entrepreneur, racheta aux enchères les bâtiments et ateliers d'armes blanches. Il fonda une entreprise civile sous la raison sociale Coulaux aîné et Cie (devenue Coulaux et Cie en 1840), dont on correspondre au poinçon du contrôleur de l'entreprise Coulaux et Cie, actif entre 1838 et 1860 (J. Lhoste, 1994 1853 et 1860.
    Représentations :
    La fusée est décorée d'un enroulement de rameaux de chêne, de laurier et d'un faux filigrane. Le
    Description :
    Lame à double tranchant et deux pans creux sur la moitié de la longueur. Monture en laiton fondu doré ; pommeau ovoïde et bouton de rivure simple ; arc de jointure uni à pans terminé par un quillon en trompette ; fusée moulée au décor fondu et repris au ciselé ; clavier réniforme au décor fondu repris au
    Auteur :
    [fabricant] Coulaux et Compagnie
    Titre courant :
    Épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853
    Appellations :
    épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853
  • Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc Mugron - en village
    Historique :
    Raphaël (1518, Louvre). Les catalogues de la maison parisienne Biais Aîné et Compagnie présentent de : "Dimanche 4 mai, fête de Jeanne d'Arc, bénédiction et inauguration d'une belle bannière de St Michel et de l'A.C.J.F. [Association catholique de la jeunesse française]. Le pavoisement et l'illumination du soir ont été contrariés par les bourrasques de vent et de pluie." La donatrice, Marguerite Ernestine octobre 1911, Louis d'Antin (Mugron 1882-1964), petit-neveu et fils adoptif de Blanche d'Antin-Domenger bannière de procession, à l'effigie de saint Joseph et de l'Ange gardien, fut inaugurée quatre ans plus l'objet à la veille de la Première Guerre d'un culte fervent dans les milieux cléricaux. En 1910 et 1912
    Représentations :
    " ornés de trophées en fil métal doré (à gauche, une branche de lys avec banderole, glaive et couronne de laurier, à droite une lance avec bouclier rond et rameau d'olivier) ; sur les lambrequins au sommet, une grande banderole déployée entourant une croix de Lorraine et des branches de lys ; sur les lambrequins du bas, un grand écusson central à l'italienne flanqué de branches de rosier et de deux médaillons
    Description :
    Face et revers en moire antique de soie blanche sur armature de toile, bordure inférieure à trois lambrequins ; passementerie (galon et franges en cannetilles) en fil métal doré ; décor en application sur les deux faces, en satin de soie jaune or et bleu, drap lamé doré, fil de soie polychrome ("peinture à l'aiguille"), toile peinte à l'huile (têtes et membres des personnages), fil métal doré et perles de verre
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Biais Aîné et Compagnie
    Titre courant :
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    États conservations :
    Il manque la hampe et la traverse.
    Appellations :
    des saints Michel et Jeanne d'Arc
  • Dépendances agricoles et viticoles de Château Pomys
    Dépendances agricoles et viticoles de Château Pomys Saint-Estèphe - Pomys - - isolé - Cadastre : 1825 E2 2447 2015 OE 3141, 3143, 3147, 3029
    Historique :
    cour à l'ouest du château : les chais et cuvier au nord et la partie agricole au sud. Ils sont remaniés et augmentés par Louis Gaspard d'Estournel, peut-être vers 1845, si l'on se fie à la date portée sur la porte en plein-cintre, entre le logement du maître valet et le hangar agricole. En comparant le plan cadastral de 1825 et le plan des bâtiments dressé en 1886, on peut déterminer les modifications château et ceux de Cos d'Estournel. L'élévation latérale ouest de la grange est construite en moellons de bœufs avec leurs jougs et accessoires, une paire de chevaux pour la charrue, 8 charrettes avec leurs cordes, 4 tombereaux pour les bœufs et un pour les chevaux, (...) un gros charriot à 4 roues pour comprend 13 cuves cerclées en fer, pouvant écouler ensemble 180 tonneaux soit 1627 hl 20l et 4 pressoirs . Dans le chai, on dénombre 240 barriques neuves "de l'année dernière", du bois merrain et des barriques comme les dépendances au nord-ouest et les deux volières (également indiquées sur le plan de 1886), dont
    Représentations :
    Les frontons du cuvier et de la grange sont ornés de bas-reliefs illustrant la fonction de chacun des bâtiments : -du jus de raisin s'écoulant remplit une coupe puis déborde et retombe dans deux cornes d'abondance. -un râteau et un outil forment un triangle enrichi d'épis de blé et de fleurs, qui entoure une gerbe de blé. Une flûte de pan et une petite trompe y sont attachés avec un ruban.
    Description :
    Les bâtiments de vinification forment l'aile nord du château : cuvier et chais sont disposés est composé de deux volées divergentes, puis de deux volées convergentes donnant accès au perron et au rythmée de trois arcades abritant porte et fenêtre au niveau du comble. Les extrados sont formés de logements d'ouvriers et d'un hangar agricole, largement remaniés.
    Titre courant :
    Dépendances agricoles et viticoles de Château Pomys
    Annexe :
    particulière (Château Pomys), non coté, Courrier à entête de l'Atelier de recherches et d'échanges Les Amis des Marthe de Maniban, fille de Guy de Maniban président de la Cour des Aydes et Marie de Lavie ; la fille de Guy de Maniban : Guy Destournel Maniban (petit-fils de Raymond de la Coste et de Marthe) est (1723-1791) et Marguerite Laforgue. Actes évoqués du 17e au 20e siècle : Collection particulière (Château Pomys), non coté, Contrat de mariage entre Raymond Lacoste d'Estournel et Marthe de Maniban, 10 ; bourdieu la Croix Maron (dans la palue de Bordeaux) ; lieux appelés A Lauzac et A Lacoste (paroisse de ladite maison avec 6 cuves, 2 qui écoulent 6 tonneaux chacune et les autres quatre tonneaux et demi chacune fort usées, un pressoir fort usé, une foulloire et six douils et 3 gargouilles, 6 bastes et 2 garnies avec deux araires ; dans le chay : 3 barriques de vidange, et de là sommes montés au grenier ; Maison A Geniquet paroisse de St Girons en Blayès ; inventaire des titres et papiers conservés dans le
    Illustration :
    Plan du Château Pomys et de ses bâtiments d'exploitation (...), 1886. IVR72_20163302915NUC2A Cuvier et chais. IVR72_20143310376NUC4A Chais : façade postérieure, vestiges de corniches et de baies. IVR72_20163302842NUC2A Grange et remise. IVR72_20163302897NUC2A Grange et remise. IVR72_20163302894NUC2A Grange et remise : détail du fronton sculpté. IVR72_20163302895NUC2A Écuries et grange. IVR72_20143310345NUC4A Grange, remise et écurie : façade postérieure IVR72_20163302898NUC2A Anciennes boulangerie et cuisine des vendanges. IVR72_20163302890NUC2A Anciennes boulangerie et cuisine des vendanges : cheminée avec four à pain. IVR72_20163302891NUC2A
  • Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard
    Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard Audignon - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription (gravée et dorée, en 30 lignes) : Marthe Josèphe de COMMARIEU / Dame de BOURDEAU
    Historique :
    un hôtel particulier et acquit au sud de la ville un château du XIVe siècle auquel elle donna son nom . Celui-ci était, au début du XIXe siècle, la propriété du baron Pierre Joseph de Captan (1769-1857) et de sa femme Marie-Paule Camille de Bourdeau d'Audigeos de Castera (1781-1864), fille de Pierre Martin et canton de Saint-Sever (1901-1911) et maire d'Audignon pendant quarante ans (1888-1928), hérita du château (1837-1853), sœur aînée du marquis Bertrand, et le fils de celui-ci, Pierre (1884-1893), fut sans doute , Madeleine, baronne Bernou de Rochetaillée (1887-?), et Amélie, marquise du Dresnay (1895-1990). La gravure de l'inscription, en effet, est d'une facture parfaitement homogène et sans trace d'ajout jusqu'à la encore signalée par le tombeau familial, par un ornement liturgique brodé à leurs armes et par une cloche offerte en 1911 par le marquis Bertrand et son épouse. Le même Bertrand offrit en 1913 une horloge à
    Référence documentaire :
    . Armorial des Landes. Bordeaux : Veuve Justin Dupuy et Compagnie, 1863.
    Représentations :
    volute et encadrant sous la traverse deux volutes adossées enserrant une feuille d'eau et un fleuron d'acanthe ; fronton chantourné flanqué de volutes angulaires et orné d'une croix latine rayonnante épaulée
    Description :
    Plaque en marbre veiné gris, à inscription gravée et dorée, entourée d'un cadre en carton-pierre au
    Titre courant :
    Plaque commémorative des familles de Captan et de Galard
    Appellations :
    des familles de Captan et de Galard
1 2 3 4 15 Suivant