Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 321 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tombeau de la famille de Laborde-Lassale
    Tombeau de la famille de Laborde-Lassale Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    9.10.1921), épouse de leur petit-fils Élie de Laborde-Lassale. La deuxième tombe est celle de Marie Aymée LABORDE-LASSALE / ... / ANCIEN DIRECTEUR / DU PORT DE BORDEAUX / CHEV. DE S. LOUIS / ... / DÉCÉDÉ A ST SEVER / LE ... NOVEMBRE 1853. [La première tombe est celle de Joseph Alexandre de Laborde-Lassale (Saint Marguerite Rosalie de Laborde-Lassale (Labeyrie 24.2.1771 - Saint-Sever 30.6.1850), sœur aînée célibataire de Joseph Alexandre, et de Marie-Henriette de Laborde-Lassale, comtesse Molinier (17.7.1880 - 1942), fille aînée d'Élie de Laborde et Marie-Louise d'Arblade de Séailles. La troisième tombe est celle de Jean -Baptiste Victor de Laborde-Lassale (Saint-Sever 14.5.1783 - Saint-Sever 15.11.1853), directeur du port de LABORDE / LASSALE NÉ /... DECEMBRE 1776 / DÉCÉDÉ LE 23 / AOÛT 1840 / PRIEZ POUR EUX. 2) [croix] / CI GIT -Sever 5.12.1776 - Saint-Sever 23.8.1840), de son épouse Angélique Françoise de Laborde-Lissalde (Bayonne Épitaphes (presque entièrement effacées) sur les plates-tombes : 1) ... JOSEPH ALEXANDRE / DE
    Historique :
    L'histoire de la famille de Laborde-Lassale est connue grâce aux travaux de l'un de ses membres le château de Laféourère à Eyres-Moncube, édifié après 1809 par Joseph Alexandre de Laborde (1776 de Laborde-Lissalde (1781-1823), de son frère cadet Jean-Baptiste Victor (1783-1853), ancien -1840) et cédé en 1985 aux religieuses bénédictines de Saint-Eustase. Elle fut aussi la bienfaitrice de cimetière de Saint-Sever abrite les tombes du même Joseph Alexandre et de sa femme, née Angélique Françoise directeur du port de Bordeaux, de leur sœur célibataire Marguerite Rosalie (1770-1850), et de deux autres femmes de la famille. Le cimetière ayant été inauguré entre 1839 et 1844, la réalisation du tombeau pourrait remonter au décès de Joseph Alexandre en 1840 ou à celui de Marguerite Rosalie dix ans plus tard.
    Référence documentaire :
    LABORDE-LASSALE André de. Monographie. Une famille de la Chalosse, 1723-1852. Saint-Sever : Séverin
    Description :
    La sépulture est constituée de trois plates-tombes en grès, rectangulaires à tête en plein cintre , posées sur une dalle de ciment cantonnée de huit bornes en forme d'obélisque, en pierre, reliées par des chaînes de fer.
    Titre courant :
    Tombeau de la famille de Laborde-Lassale
    États conservations :
    Concession réputée à l'état d'abandon : procédure de reprise en cours.
    Appellations :
    de la famille de Laborde-Lassale
    Catégories :
    taille de pierre
  • Croix de procession (n° 3)
    Croix de procession (n° 3) Eyres-Moncube - en village
    Historique :
    , estimées 20 [francs]" signalées dans l'inventaire du 5 mars 1906 (n° 14). Élie de Laborde-Lassale (1851 -Chalosse). Il pourrait s'agir de l'une des "deux croix de procession données en 1879 par M. Élie de Laborde -1908), copropriétaire du château de Laféourère à Eyres, avait ainsi offert, à l'occasion de son mariage avec Marie-Louise d'Arblade de Séailles, un maître-autel, la verrière axiale du chœur et divers autres
    Référence documentaire :
    n° 14 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Dénominations :
    croix de procession
    Représentations :
    Christ représenté vivant, le regard tourné vers le ciel au moment de l'invocation au Père, les pieds cloués l'un à côté de l'autre reposant sur le suppedaneum ; titulus en forme de cartouche à cuirs enroulés néo-XVIIe siècle ; nœud en urne aplatie à canaux, festons et tore de laurier rubané ; godrons sur la collerette ; fleurons à volutes en forme de lyre à grappe de raisin aux extrémités des bras.
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [donateur] Laborde-Lassale Élie de
    Titre courant :
    Croix de procession (n° 3)
    Dimension :
    h 100.0 hauteur de la croix avec la douille, sans la hampe
    États conservations :
    Il manque peut-être une gloire à la croisée, comme dans d'autres exemplaires connus de ce modèle.
  • Croix de procession (n° 2)
    Croix de procession (n° 2) Eyres-Moncube - en village
    Historique :
    , estimées 20 [francs]" signalées dans l'inventaire du 5 mars 1906 (n° 14). Élie de Laborde-Lassale (1851 Cet objet pourrait être l'une des "deux croix de procession données en 1879 par M. Élie de Laborde -1908), copropriétaire du château de Laféourère à Eyres, avait ainsi offert, à l'occasion de son mariage avec Marie-Louise d'Arblade de Séailles, un maître-autel, la verrière axiale du chœur et divers autres meubles et objets. Des croix en tout point identiques sont conservées à Créon-d'Armagnac (canton de Gabarret, réf. IM40003145), à Narrosse (canton de Dax sud). et à Audignon dans le même canton de Saint
    Référence documentaire :
    n° 14 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Dénominations :
    croix de procession
    Représentations :
    ornementation feuille de vigne guirlande fruit cartouche Christ représenté vivant, les yeux au ciel, les pieds cloués l'un à côté de l'autre ; titulus en forme de parchemin déroulé ; deux anges orants au corps phytomorphe reliés par une guirlande de fleurs et de fruits sur le nœud ; ove dans un cartouche à cuirs sur le fleuron au bas du montant de la croix ; gloire de rayons à la croisée ; fleurons cordiformes ajourés à feuilles de vigne aux extrémités des bras.
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [donateur] Laborde-Lassale Élie de
    Titre courant :
    Croix de procession (n° 2)
    États conservations :
    Il manque une effigie de la Madeleine au revers du montant (comme sur les exemplaires de Créon -d'Armagnac et de Narrosse).
  • Croix de procession (n° 1)
    Croix de procession (n° 1) Eyres-Moncube - en village
    Historique :
    , estimées 20 [francs]" signalées dans l'inventaire du 5 mars 1906 (n° 14). Élie de Laborde-Lassale (1851 Cet objet pourrait être l'une des "deux croix de procession données en 1879 par M. Élie de Laborde -1908), copropriétaire du château de Laféourère à Eyres, avait ainsi offert, à l'occasion de son mariage avec Marie-Louise d'Arblade de Séailles, un maître-autel, la verrière axiale du chœur et divers autres
    Référence documentaire :
    n° 14 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Dénominations :
    croix de procession
    Représentations :
    Christ représenté mort, les pieds cloués l'un à côté de l'autre ; titulus porté par un ange en vol ; cornes d'abondance en sautoir encadrant une étoile à cinq branches, canaux et tores de laurier sur le nœud ; feuilles d'acanthe et godrons sur le fleuron à la base du montant de la croix ; gloire de rayons
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [donateur] Laborde-Lassale Élie de
    Titre courant :
    Croix de procession (n° 1)
  • Moulin Elie
    Moulin Elie Anglade - le Mouilin de Papin les Moulins d'Elie - Cadastre : 1828 C2 2063, 2064, 2083 2010 C5 3691
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Un moulin au lieu dit Moulin Elies figure sur le plan cadastral de 1828. Le bâtiment abritant diminutions de la matrice cadastrale mentionne la construction nouvelle d'une boulangerie en 1865 (sur la
    Description :
    Le moulin, implanté sur une butte, est bâti en moellon enduit et pierre de taille aux ouvertures
    Localisation :
    Anglade - le Mouilin de Papin les Moulins d'Elie - Cadastre : 1828 C2 2063, 2064, 2083 2010 C5
    Titre courant :
    Moulin Elie
    Appellations :
    Moulin Elie
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Extrait du cadastre de 1828 : section C2, parcelles 2063, 2064 et 2083. IVR72_20113305244NUCA Détail de la porte avec pierre d'évier. IVR72_20113305385NUCA
  • Verrière à personnage : Saint Barthélemy (baie 0)
    Verrière à personnage : Saint Barthélemy (baie 0) Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    [armes de la famille de Laborde-Lassale, avec variantes : le champ des quartiers 1 et 4 devrait être . Armoiries (au milieu de la traverse inférieure) : "Écartelé, aux 1 et 4 d'argent au chevron de gueules accompagné en pointe d'un lion du même ; aux 2 et 3 de gueules à trois pommes de pin d'or" ; couronne comtale
    Historique :
    annexées documentent l'installation de cette verrière, offerte en 1879 par Élie de Laborde-Lassale (1851 exécuter le décor peint du chœur, qui porte ses armes d'alliance. La famille de Laborde-Lassale possédait le château de Laféourère à Eyres, édifié après 1809 par le grand-père d'Élie de Laborde. La chapelle fait qu'Élie de Laborde ait acquis au même moment le nouvel autel de l'église auprès de la fabrique L'inventaire du 5 mars 1906 consécutif à la loi de Séparation et les protestations qui lui sont -1908), certainement à l'occasion de son mariage cette année-là avec Marie-Louise d'Arblade de Séailles (1855-1920). Le donateur offrit en même temps un nouveau maître-autel, deux croix de procession et des funéraire de sa sœur aînée la baronne de Saint-Palais est érigée dans le cimetière de l'église. La verrière de signature, elle peut toutefois être attribuée avec une forte probabilité au verrier toulousain Louis-Victor Gesta (1838-1894), fondateur de la fabrique familiale en 1852. Elle présente en effet de
    Référence documentaire :
    p. 165-166 LABORDE-LASSALE André de. En Chalosse. Notes historiques. Saint-Sever : Séverin Serres chapitre II Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Représentations :
    Saint Barthélemy, tenant le couteau de son martyre, est figuré en pied sur un fond de tenture à course de perles ondée entourée de palmettes rouges et bleues.
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [donateur] Laborde-Lassale Élie de
    États conservations :
    grillage de protection
    Illustration :
    Détail : armoiries d'Elie de Laborde-Lassale. IVR72_20164000950NUC2A
  • Ensemble du maître-autel (autel, gradin, tabernacle)
    Ensemble du maître-autel (autel, gradin, tabernacle) Eyres-Moncube - en village
    Historique :
    ". Élie de Laborde-Lassale (1851-1908), qui possédait à Eyres, avec son frère André, le château de annexées documentent l'installation du maître-autel, "acheté à Toulouse en 1879 par M. Élie de Laborde L'inventaire du 5 mars 1906 consécutif à la loi de Séparation et les protestations qui lui sont Laféourère (édifié après 1809 par leur grand-père), épousa en cette même année 1879 Marie-Louise d'Arblade de verrière axiale du chœur, deux croix de procession et des chandeliers, tandis que sa jeune épouse donnait porte ses armes d'alliance. Le meuble est en effet de provenance toulousaine, puisqu'il figure (du moins son tombeau) au catalogue de la célèbre fabrique Virebent, alors dirigée par Gaston Virebent (1837 -1925), fils du fondateur. L'Album Virebent de 1890 (Toulouse, musée Paul-Dupuy) le présente sous le n de style néo-Renaissance plus ou moins riche (le plus élaboré est vendu 650 francs, l'autre 400 francs). Le tabernacle néo-roman qui complète de façon un peu incongrue l'autel d'Eyres est absent, en
    Référence documentaire :
    n° 1 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Représentations :
    ). Le grand bas-relief de la face représente la Sainte Famille accompagnée d'un ange enfant (la Vierge mère). Le cadre du panneau est orné de canaux et d'acanthes en agrafe aux angles. De part et d'autre , deux motifs de plis en serviette. Aux angles du tombeau sont placés de larges pilastres ou consoles en volutes, décorés de grandes feuilles d'acanthe, de guirlandes de raisins et d'épis de blé, et sommés d'un est de style néo-roman : porte ornée d'une croix métallique (moderne), inscrite dans une façade motifs de losanges, couronnement crénelé. Des rinceaux romans à palmettes, épis de "maïs" et bagues perlées en relief sur fond de quadrillage losangé gravé décorent les redents du gradin supérieur.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le meuble, entièrement en terre cuite peinte en blanc (à l'exception de la porte du tabernacle, en bois), est posé sur un degré moderne à deux marches en ciment et carreaux de céramique (plate-forme postérieur flanqué de deux piédestaux rapportés, au décor identique à celui du tombeau. L'autel est associé à
    Auteur :
    [commanditaire, donateur] Laborde-Lassale Élie de [fabricant de mobilier religieux] Virebent Gaston
    États conservations :
    L'ensemble du meuble a été recouvert d'une épaisse couche de peinture blanche qui empâte les
    Illustration :
    Détail du relief de l'autel : la Sainte Famille avec un ange. IVR72_20164001005NUC2A Détail de l'autel : pilastre de gauche. IVR72_20164001006NUC2A Détail de l'autel : pilastre de droite. IVR72_20164001008NUC2A Tabernacle : façade de l'armoire eucharistique. IVR72_20164001007NUC2A Modèle n° 3060 de l'Album Virebent, 1890, p. 83 (Toulouse, musée Paul-Dupuy). IVR72_20174000028NUC1 Modèle n° 3060 de l'Album Virebent, 1890, p. 94 (Toulouse, musée Paul-Dupuy). IVR72_20174000029NUC1
  • Peintures monumentales du chœur : La Vierge, Jésus parmi les docteurs, la Cène
    Peintures monumentales du chœur : La Vierge, Jésus parmi les docteurs, la Cène Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    de la famille de Laborde-Lassale : les meubles des quartiers 1 et 4 devraient être d'or sur champ Inscription (peinte sur l'arc d'entrée de l'abside) : OCULI MEI APERTI AURES MEŒ ERECTŒ COR MEUM inférieur du faux appareil de l'abside, à droite de la baie axiale) : AUTEL PRIVILÉGIÉ. Armoiries (peintes dans l'abside) : du pape Léon XIII (à gauche de la baie axiale), de Victor Jean-Baptiste Paulin Delannoy, évêque d'Aire et Dax (à droite de la baie axiale : " Coupé, au 1 d'azur à la Vierge à la Treille d'argent, au 2 parti, en A de gueules à deux bâtons d'or passés en sautoir, en B de sinople à l'ancre d'argent", couronne, mitre, crosse, chapeau d'évêque). Armoiries (dans l'abside, à droite de la baie sud ) : "Écartelé, aux 1 et 4 d'or au chevron de gueules accompagné en pointe d'un lion du même, aux 2 et 3 de gueules à trois pommes de pin d'or" ; couronne de comte ; supports : deux lions (interprétation des armes d'azur). Armoiries (dans l'abside, à gauche de la baie nord) : "D'or au lion de gueules tenant une épée
    Historique :
    sud) et d'Arblade (au nord) : elles appartiennent donc à Élie de Laborde-Lassale (1851-1908) et à sa en décembre 1876. Quant aux armoiries civiles, elles sont celles des familles de Laborde-Lassale (au 1879. A l'occasion de ce mariage, Élie de Laborde (comme le signale le même inventaire de 1906) offrit Les sources d'archives qui concernent l’exécution de ce décor peint sont ténues et en partie contradictoires. Selon une mention assez imprécise de l'inventaire du 5 mars 1906 (consécutif à la loi de Séparation), ou plutôt de la protestation de la fabrique qui lui est annexée, le curé Jean-Victor Langouet aurait, en 1875, "fait peindre à ses frais l'église, le chemin de croix et les tableaux que l'on y voit montois Louis-Anselme Longa (1809-1869), en arguant de leur similarité avec les peintures de mêmes sujets exécutées par Longa entre 1856 et 1867 à l'église Saint-Jacques de Tartas. Or, l'identité des compositions de Tartas et d'Eyres ne procède probablement pas de l'influence des premières sur les secondes, mais
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906. p. 169-170 (chapitre X : Les peintures de Longa ont-elles été copiées après sa mort ?) ABBATE Simone. Louis-Anselme Longa, une vie de peintre. AAL-ALDRES, Mont-de-Marsan, 2008. Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de la commune d'Eyres-Moncube
    Représentations :
    Description du décor, d'ouest en est. Arc triomphal : feuilles romanes et fleurs de lys alternant de l'arcade), rinceaux sur fond beige (intrados de l'arcade). Travée droite de chœur : arcature en plein cintre sur fond de faux appareil gris (registre inférieur des murs nord et sud) ; faux appareil beige semé de motifs végétaux en sautoir (registre supérieur des murs) ; tiges feuillues à fleurs de lys des tentures semées de médaillons crucifères, sous des arcades bilobées à rinceaux bleus sur fond blanc ; sur le faîte du berceau, un bandeau à bordure bleue, fond jaune et frise de cercles tangents à croix grecque fleurdelisée et nimbée de couleur rouge. Abside : arc d'entrée peint de rinceaux romans et de bandeaux (fût), de feuilles d'acanthe (chapiteau), de rinceaux symétriques (extrados de l'arcade ), d'imbrications en perspective incluant des oiseaux fantastiques (intrados de l'arcade) ; fausses tentures orangées semées de motifs végétaux et de médaillons quadrilobés (registre inférieur du mur en hémicycle
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le décor, probablement exécuté à la chaux, couvre la totalité des murs et des voûtes du chœur et de l'abside, ainsi que l'arc triomphal et l'arc d'entrée de l'abside.
    Auteur :
    [donateur] Laborde-Lassale Élie de [donateur] Laborde-Lassalle Marie-Louise de
    États conservations :
    cul-de-four de l'abside a été recréé en totalité, ainsi que celui du registre inférieur du mur de l'abside (tentures feintes) et celui de la totalité des murs de la travée droite de chœur (arcature feinte repeints dans le courant du XXe siècle, ont été eux aussi recréés ex nihilo à partir d’œuvres de Raphaël ; l'un des apôtres, très indistinct, dans le groupe à droite de la Cène a été supprimé et plusieurs
    Illustration :
    Détail du mur de l'abside : armoiries de la famille de Laborde-Lassale. IVR72_20164000999NUC2A Cul-de-four de l'abside. IVR72_20164000990NUC2A Détail du cul-de-four de l'abside : la Vierge des roses. IVR72_20164000991NUC2A Détail du mur de l'abside : armoiries du pape Léon XIII. IVR72_20164000992NUC2A Détail du mur de l'abside : armoiries de Mgr Delannoy, évêque d'Aire et Dax. IVR72_20164000993NUC2A Détail du mur de l'abside : armoiries de la famille d'Arblade de Séailles. IVR72_20164000998NUC2A Partie sud de la voûte de la travée droite de choeur : Jésus parmi les docteurs Partie sud de la voûte de la travée droite de choeur : Jésus parmi les docteurs. Détail : le Christ Partie sud de la voûte de la travée droite de choeur : Jésus parmi les docteurs. Détail : docteurs Partie nord de la voûte de la travée droite de choeur : la Cène. IVR72_20164000994NUC2A
  • Villa Joseph-Elie puis Saint-Marc puis La Havane
    Villa Joseph-Elie puis Saint-Marc puis La Havane Arcachon - 16 allée Hennon - en ville - Cadastre : 2012 AC 79
    Historique :
    1896, période de sa construction. Elle est alors appelée Joseph-Elie. En 1930 elle est appelée Saint La villa ne figure pas sur le Plan-Guide de la Ville d'Hiver dressé par Marcel Ormières en 1889 . Elle apparaît pour la première fois sur le Plan de la Ville d'hiver établi par l'architecte Ormières en
    Référence documentaire :
    LEROUGE Renée. Les villas de la ville d'Hiver d'Arcachon de 1863 à nos jours. T.E.R. de maîtrise d'Histoire de l'art moderne et contemporain sous la direction de M. Daniel Rabreau. - Bordeaux : Université Michel de Montaigne, 1991.
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    La villa comprend un rez-de-chaussée et un étage carré. L'étage est éclairé par une porte-fenêtre sous le pignon, donnant sur une petite terrasse (garde corps en bois découpé) aménagée sur le corps de bâtiment d'entrée en sailli sur l'élévation antérieure. Le toit à longs pans est couvert de tuile mécanique
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Villa Joseph-Elie puis Saint-Marc puis La Havane
  • Hôtel Laborde
    Hôtel Laborde Saint-Sever - 6 place du Tour du Sol - en ville - Cadastre : 1809 K 122 Parcelle commune avec toutes les constructions nord de la place 1844 K 645 2015 AY 181
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Sever
    Historique :
    Durant l'Ancien Régime, la maison appartient à la famille Laborde. Grande famille commerçante de la "P.L." au centre du balcon du premier étage évoquent Pierre de Laborde, propriétaire de la demeure au ville, elle est liée par alliance à la famille de Lespès propriétaire de l'hôtel voisin. Les initiales milieu du 18e siècle, et probable commanditaire de la construction de l'hôtel à cette époque. La forme du fenêtres et la modénature de façade se rattachent à cette période. Des cartes postales du début du 20e . Lors de l'aménagement de l'hôtel en agence bancaire dans les années 1990, des fenêtres sont percées sur
    Observation :
    Bien que la maison fut modifiée en intérieur, la façade est un élément incontournable de la ville de Saint-Sever. La position de la maison dans la ville, sur la place principale, lui confère un
    Référence documentaire :
    Plan d'alignement de la place du Tour du Sol, 1809. Dessin encre et lavis. Section K Plan cadastral napoléonien de Saint-Sever, 1809. Section S Plan cadastral napoléonien de Saint-Sever, 1844. Rapport de l'huissier au tribunal civil de Saint-Sever pour la destruction de la maison Guyon, 4 Baron de CAUNA, Clergé et noblesse des Landes : Armorial. Bordeaux : Justin Dupuy, 1864.
    Représentations :
    Les garde-corps des balcon et balconnets sont composés de panneaux à volutes. Le carré d’appui et
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    La maison est composée d'un corps de bâtiment donnant sur la place centrale de la ville. Trois l'exception des encadrements et de la corniche en doucine où la pierre calcaire jaune coquillée est laissée
    Localisation :
    toutes les constructions nord de la place 1844 K 645 2015 AY 181
    Titre courant :
    Hôtel Laborde
    Illustration :
    Plan d'alignement de la place du Tour du Sol, 1809. IVR72_20154001558NUC2A Vue de la place du Tour du Sol, avant 1903. IVR72_20154001914NUC2A Vue de l'hôtel depuis la place du Tour du Sol. IVR72_20154090322NUC2A Vue des arceaux de l'hôtel. IVR72_20154090321NUC2A Terrasse et façade postérieures des corps de bâtiments B et C. IVR72_19704000071V Corps de bâtiment A, façade postérieure. IVR72_19704000080V Corps de bâtiment A, façade postérieure, ensemble avec façade postérieure de la maison n°4 Petite cour intérieure : détail de l'arcade de la galerie et du puits. IVR72_19704000066V Corps de bâtiment A, façade latérale sud, détail de la fenêtre au 1er étage à gauche Corps de bâtiment A, vue du départ de l'escalier et des 1ère et 2ème volées. IVR72_19704000074V
  • Ferme Lassalle
    Ferme Lassalle Saint-Androny - Lassalle - isolé - Cadastre : 1832 B 236 2010 B 230
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    de Lassalle est mentionnée dans un aveux et dénombrements de 1761. Les constructions figurent sur le plan cadastral de 1832. Des dépendances situées dans le prolongement ont été en partie tronquées.
    Référence documentaire :
    AD Gironde. C 2257. Métairie de Lasalle. Aveux et dénombrements des biens, domaines et devoirs seigneuriaux relevant du Roi, à cause de son duché de Guienne, savoir la maison noble de Tirepeau ou Cruzeau , près Libourne : métairie de Lasalle à Saint-Androny, 28 mai 1761 Aveux et dénombrements des biens , domaines et devoirs seigneuriaux relevant du Roi, à cause de son duché de Guienne, savoir la maison noble de Tirepeau ou Cruzeau, près Libourne : métairie de Lasalle à Saint-Androny, 28 mai 1761.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Localisation :
    Saint-Androny - Lassalle - isolé - Cadastre : 1832 B 236 2010 B 230
    Titre courant :
    Ferme Lassalle
    Appellations :
    Lassalle
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
  • Maison La Béarnaise ou Maison Pérez-Laborde ou Maison Arrécot
    Maison La Béarnaise ou Maison Pérez-Laborde ou Maison Arrécot Eaux-Bonnes - 3 rue Louis-Barthou - en village - Cadastre : 2018 AN 269
    Copyrights :
    (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour
    Historique :
    garnies" en 1869, sous le nom de Maison Pérer-Laborde. Jusqu'en 1897, Marie Fourcade, veuve de Joseph Pérès-Laborde et domiciliée à Laruns, est propriétaire de la bâtisse ainsi que d'un autre édifice voisin (non localisé). A cette date, lui succède Marie-Louise Pérez-Laborde, épouse de Victor Minvielle et -Bonnes en 1841, la Maison La Béarnaise endosse dès l'origine la fonction de pension pour touristes . Relevant de la deuxième vague de construction de la station après les abords immédiats de l'établissement thermal, elle compte parmi les plus anciens gîtes de l'actuelle rue Louis-Barthou. L'édifice est désigné de 1849 évoquant la volonté du dénommé Péré de construire une seconde Maison Arrécot sur le chemin vicinal qui deviendra la rue de la Cascade. Ainsi, la pension pour voyageurs de la rue Louis-Barthou est d'une maison de 76 ouvertures au jardin Darralde. La demeure abrite de nos jours une résidence privée.
    Référence documentaire :
    Plan géométrique de la ville des Eaux-Bonnes, et visuel pour les promenades qui sont indiquées par des lignes ponctuées, terminé sur le terrain dans le courant du mois de juillet 1841. Dessin par F Lettre de Lafont, agent-voyer, 18 octobre 1849. JAM (BOUILLÉ R. de). Guide de Pau aux Eaux-Bonnes : suite des excursions à pied. Pau, E. Vignancour de calque.
    Précision dénomination :
    pension de voyageurs
    Dénominations :
    hôtel de voyageurs
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Description :
    thermale, l'ancienne maison Pérez-Laborde ou Arrécot s'inscrit dans le contexte du développement urbain de Située à proximité du jardin Darralde dans l'enfilade de constructions à l'entrée de la station la station, participant de ce fait au singulier ensemble architectural des Eaux-Bonnes. Son architecture mêle les prérogatives de l'urbanisme haussmannien naissant et les influences vernaculaires ossaloises. Comptant parmi les premiers édifices de l'entrée de la station, elle s'appuie sur un plan carré pour dresser ses deux étages de logements. Elle a en outre fait l'objet d'extensions sous forme d'appentis sur l'élévation postérieure, au bord du précipice du Valentin. La façade principale composée de trois travées est recouverte d'un enduit jaune similaire à celui de l'hôtel Continental, excepté au niveau des chaînages d'angle, des bandeaux et du soubassement, tous en pierre de taille grise d'Arudy . Concernant les baies, les persiennes d'autrefois ont laissé place à des volets ordinaires blancs de série
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Maison La Béarnaise ou Maison Pérez-Laborde ou Maison Arrécot
    Appellations :
    Maison Pérez-Laborde
    Illustration :
    Cadastre des Eaux-Bonnes, 1866. Détail de la maison Arrécot. IVR72_20186400795NUC2A Vue des Eaux-Bonnes vers 1850 avant l'aménagement de la place de la Poste. Cliché de Louis Alphonse Détail des baies et de la modénature au rez-de-chaussée. IVR72_20186400408NUC2A Elévation sur le Valentin. Maison Arrécot (troisième en partant de la gauche
  • Tombeau de la famille de Laborde d'Arbrun
    Tombeau de la famille de Laborde d'Arbrun Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    Épitaphes (gravées sur les tiroirs de la face ouest) : BLANCHE DE LABORDE / née DE CHAUTON / 1851 -1922 / P. P. E. ; RAYMOND DE LABORDE / 1851-1926 / P. P. L. Inscription (gravée sur la tranche ouest du
    Historique :
    Ce sarcophage constitue la sépulture de la famille de Laborde d'Arbrun, qui donna un maire à Saint -Sever en la personne de l'avocat Xavier de Laborde (1796-1865), maire d'août 1852 à août 1859, puis de gendre. Sont inhumés avec Xavier de Laborde : sa fille Marie (1854-1919), épouse d'Adolphe du Sault, à Laborde (1851-1926) - dont la mairie de Saint-Sever conserve un tableau - et l'épouse de ce dernier, Marie septembre 1865 à septembre 1870. Il avait épousé en 1846 Jeanne Emma Gaüzère, fille de Pierre Gaüzère, qui fut également maire à deux reprises (1835-1838 et 1844-1847) et dont la tombe avoisine celle de son son tour maire par intérim de 1914 à 1919 ; son fils, le journaliste et peintre amateur Raymond de Louise Blanche de Chauton (1851-1922).
    Référence documentaire :
    d'Aquitaine sous la Troisième République. Presses Universitaires de Bordeaux, 1998. p. 183 (notice de Jean-Claude Drouin) SUAU Bernadette (dir.). Mémoire des Landes, dictionnaire biographique. Comité d'études sur l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.
    Description :
    Le tombeau est un sarcophage massif en granit, posé sur une dalle de ciment et fermé par un
    Titre courant :
    Tombeau de la famille de Laborde d'Arbrun
    Appellations :
    de la famille de Laborde d'Arbrun
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Détail : épitaphe de Blanche de Laborde, née de Chauton. IVR72_20174000814NUC2A Détail : épitaphe de Raymond de Laborde. IVR72_20174000815NUC2A
  • Maison, ancien Château Lassalle
    Maison, ancien Château Lassalle Jau-Dignac-et-Loirac - la Salle - chemin du Centre - isolé - Cadastre : 1833 C1 457, 460 et 461 2013 C4 831, 1556 à 1559
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Cocks et Féret indique que "le Château-Lassalle est situé sur un coteau élevé qui commande un domaine de siècle (Masse, Carte de l’embouchure de la Garonne, Belleyme). Le logis est très certainement construit segmentaire et le décor de la porte principale. D’après une source orale, le domaine est vendu comme bien national à la Révolution à la famille Bedel qui en devient alors propriétaire. Sur le plan cadastral de 1833, le lieu-dit La Salle est composé d’une maison, de deux bâtiments ruraux et d’un jardin , appartenant à Antoine Bedel, maire de la commune à cette époque. Des parcelles plantées en vigne entourent les bâtiments. Dans la seconde moitié du 19e siècle, le registre de la matrice cadastrale indique la construction d'une remise en 1860 et une augmentation de construction de maison en 1874 (parcelle 460). Les éditions de l’ouvrage de Cocks permettent de constater la chute de la production du domaine : de 1850 à 1893, on passe de 70 tonneaux à 30 tonneaux, sans doute en raison de la crise du phylloxéra. Vers 1882
    Référence documentaire :
    p. 254 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 238 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux  : Féret, 1898, revue et augmentée de 450 vues de châteaux viticoles (7e édition). COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse
    Canton :
    Saint-Vivien-de-Médoc
    Description :
    table décorative présentant l’inscription sculptée en relief DOMAINE DE LASSALLE. Le niveau de plancher Le domaine est situé à l'est du hameau de Loirac, à l'écart, au bout d’un chemin. Il est composé d’un logis, de bâtiments de vinification et de remises agricoles, l’ensemble clos par un muret avec piliers de portail. La demeure à étage est bâtie en moellons de calcaire enduits. La pierre de taille est utilisée pour les encadrements de baies, les chaînages d’angle et la corniche. La façade principale , encadrée de pilastres cannelés à bossage plat un-sur-deux, soutenant un entablement avec métopes et triglyphes surmonté d'une corniche moulurée. Les façades latérales sont rythmées chacune de 3 travées et dissimulée sous une végétation abondante et, à l’est, d’anciens piliers de portail sont traités en partie en vinicoles. Le chai et le cuvier à étage sont bâtis en moellon de calcaire enduit. Les encadrements des baies sont traités en brique et pierre de taille. Les toitures débordantes sont équipées d’aisseliers en bois
    Titre courant :
    Maison, ancien Château Lassalle
    Appellations :
    Lassalle
    Annexe :
    -Lassalle est situé sur un coteau élevé qui commande un domaine de 38 hectares répartis en vignes, jardins ° 4, p. 39. LASALLE désigne, comme on sait, une partie de château féodal. -Charles, FÉRET Édouard . Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : 6e éd. Féret, 1893, p. 254. Le Château atteindra avant peu une production de 60 tonneaux, quand les nouvelles plantations seront en rapport.
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1833, section C1 : parcelles 457, 460 et 461. IVR72_20143301004NUC1A Illustration extraite de l'ouvrage de Cocks, 1893. IVR72_20143301109NUC1A Corps de logis, façade principale (sud) : état en 1974. IVR72_19743302148X Corps de logis, façade principale (sud), travée centrale : état en 1974. IVR72_19743302147Z Corps de logis, élévation ouest : état en 1974. IVR72_19743302146X Corps de logis, façade ouest, porte : état en 1974. IVR72_19743302149Z Corps de logis, façade sud. IVR72_20143301024NUC2A Corps de logis, façade sud. IVR72_20143301029NUC2A Corps de logis, façade sud : détail de la porte. IVR72_20143301030NUC2A Corps de logis : façade ouest. IVR72_20143301021NUC2A
  • Tombeau de la famille Laporte-Lassalle
    Tombeau de la famille Laporte-Lassalle Mugron - route de Pomarez - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (gravée sur la face de la stèle) : SEPULTURE / DE LA FAMILLE / LAPORTE-LASSALLE. Épitaphe (gravée sur le sarcophage, partiellement illisible) : [...] LAPORTE-LASSALLE [...]. Inscription sur la base de la stèle : CONCESSION à PERPETUITE. Marque d'auteur (gravée sur la base de la stèle, à droite
    Historique :
    carrières de calcaire de Mugron, à l'ouest de la ville.
    Représentations :
    Croix sommitale de la stèle à extrémités bilobées ; chrisme gravé sur la face de la stèle.
    Description :
    Tombeau en pierre calcaire de Mugron, composé d'un sarcophage posé sur une dalle et surmonté à sa
    Auteur :
    [tailleur de pierre] Pradet
    Localisation :
    Mugron - route de Pomarez - en village
    Titre courant :
    Tombeau de la famille Laporte-Lassalle
    Appellations :
    de la famille Laporte-Lassalle
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Plan de situation dans le cimetière (n° 4). IVR72_20164001475NUC2A Détail de la marque du carrier. IVR72_20154000219NUC2A
  • Tombeau d'Éloi Laborde (plate-tombe et stèle)
    Tombeau d'Éloi Laborde (plate-tombe et stèle) Clermont - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe gravée sur la stèle : CI GIT / ELOI LABORDE / DECEDE 27 9BRE 1905 / AGE DE 23 ANS / J [...] DARRECAMP / DECEDEE 7 MAI 1922 / AGEE DE 6[...] ANS / PASCAL LABORDE / DECEDE 25 FER 1924 / AGE DE 74 ANS.
    Historique :
    furent inhumés à leur tour en 1922 et 1924. Un certain J. Laborde, sans doute un parent, fut parrain de Cette tombe fut sans doute construite à la mort du jeune Éloi Laborde (1882-1905). Ses parents y la petite cloche de l'église en 1871.
    Représentations :
    Le sommet en arc brisé de la stèle est orné d'acrotères, de modillons ou consoles et d'une draperie
    Titre courant :
    Tombeau d'Éloi Laborde (plate-tombe et stèle)
    États conservations :
    La pierre de la plate-tombe est fendue ; il manque la partie supérieure de la croix de la stèle.
    Appellations :
    d'Éloi Laborde
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Stèle : détail de l'épitaphe. IVR72_20134000417NUC2A
  • Maison noble de La Salle puis Château de Lassalle de Pez, puis Château de Pez
    Maison noble de La Salle puis Château de Lassalle de Pez, puis Château de Pez Saint-Estèphe - Pez - isolé - Cadastre : 1825 F2 2058 2015 OF 1147
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    , Lassalle de Pez appartient à la famille Lawton qui y produit 70 à 100 tonneaux. Guillaume Lawton engage à compte 100 ha dont 36 ha de vignes d'un seul tenant. En 1898, Château Lassalle de Pez appartient à W L'abbé Baurein indique la maison noble de Pès, dont Jean de Briscos, damoiseau, était propriétaire en 1452. Noble homme Ducos est qualifié de seigneur de Pès, dans la paroisse de Saint-Estèphe de Calones en Médoc, suivant un titre du 22 décembre 1526. A la fin du 16e siècle, la maison noble de Pez est entre les mains de la famille de Pontac. Geoffroy de Pontac (1576-1649) est chevalier, seigneur de Salles, de Belin, de Beliet, de Haut-Brion, de Pès, de Podensac, de Gueyrac, de Bignac et de l'Isle-de -Jau. Il a la charge de conseiller du roi en ses conseils d'état et privés, et de président à mortier en 1617 en la cour du parlement de Bordeaux. La propriété, qui relève de la seigneurie de Lesparre , appartient par la suite à son fils Arnaud de Pontac (1599-1681), conseiller du roi, premier président du
    Référence documentaire :
    ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1. p. 142 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 270 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux FRUGIER Daniel. Archives du domaine des Ormes-de-Pez, Historique (volume 1) et Catalogue PIJASSOU René. Un vignoble de qualité : Le Médoc. Paris : Tallandier, 2 volumes, 1980. "Mémoire concernant la maison noble de Pez, fonds Dié, bibl. mun. de Bordeaux, année 1766 ", Archives historiques du département de la Gironde, 1910, p. 435, n°CLXXXIII. Plans du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron.
    Description :
    Le château présente un plan en U. Un corps de logis principal est encadré de deux pavillons carrés ouvertures présentent des encadrements en pierres de taille harpées. Les pavillons couverts d'ardoise sont dotés d'un étage et d'un étage de comble avec lucarnes passantes à frontons triangulaires. Ils sont percés de fenêtres à traverses et meneaux et de demi-croisées à traverse. Les grandes croisées sont couronnées de corniches et de tables décoratives. L'aile sud est plus courte que l'aile nord ; elle présente un traitement des ouvertures identique à celles des pavillons. Elle est couronnée sur l'ensemble de ses façades d'une corniche moulurée à denticules. L'aile nord est percée de fenêtres avec encadrement en pierres de taille harpées ; les baies du rez-de-chaussée présentent des traverses et des meneaux.
    Titre courant :
    Maison noble de La Salle puis Château de Lassalle de Pez, puis Château de Pez
    Annexe :
    Frugier Daniel. Archives du domaine des Ormes-de-Pez, volume 2 : actes concernant La Salle de Pez Sélection d'actes recensés par Daniel Frugier : (137) Acte sous seing privé de Joseph de Fumel, seigneur de la Salle de Pez, daté du 26 avril 1772, qui vend un fonds à Guillaume Pénicaut : une pièce de terre , avec les arbres qui s’y trouvent située entre l’ancienne maison de Lheriteyre : confronts à l’ouest la maison de Lhériteyre et à l’est le mur jardin de la maison de Pez. (140) Exporle, acte notarié de François Berard notaire à Saint-Estèphe, 30 septembre 1599. Mention de Isabeau de Chassaigne, dame de la terre et seigneurie de Jaubert et de la maison noble de Betailhe, veuve de feu monsieur maître Ramond de Pontac, conseiller du roi et président de la cour de Parlement de Bordeaux, seigneur de Salles, Belin Belier ; laquelle au nom et comme usufruitière des biens de monsieur maître Geoffroy de Pontac, aussi conseiller du roi en la dite cour, fils du sieur Président de Pontac et d’elle, seigneur des maisons et fiefs
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Carte postale, début 20e siècle (collection particulière) : Château Lassalle-de-Pez Extrait de la carte de Belleyme, 1767 : La Salle. IVR72_20163301063NUC1A Extrait du plan cadastral de 1825 : parcelle 2658. IVR72_20163301060NUC1A Plan du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron : "Vieux premier ; Vieux rez-de-chaussée BIS Plan du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron : "Vieux rez-de-chaussée BIS" (milieu 19e siècle Plan du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron : escalier (milieu 19e siècle Plan du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron (milieu 19e siècle?). IVR72_20173302150NUC2A Plan du domaine de Pez appartenant à Mme Tarteiron (milieu 19e siècle?). IVR72_20173302151NUC2A Corps central, façade ouest : détail de croisée. IVR72_20163302704NUC2A Aile sud : détail de porte. IVR72_20163302706NUC2A
  • Appareil de projection dit lanterne magique
    Appareil de projection dit lanterne magique Vicq-d'Auribat - 8 place de la Mairie - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabricant gravée sur l'objectif : E. MAZO / 8, Bd Magenta / Paris. Inscription gravée au couteau sous la marque de fabricant : Ralliement.
    Historique :
    Cette lanterne magique porte la marque du fabricant Élie Mazo (1861-1936), qui fonda en 1892 à Paris (au 8, boulevard Magenta, puis au 33, boulevard Saint-Martin à partir de 1909) une entreprise spécialisée dans le matériel photographique et les projections lumineuses. La lanterne de Vicq-d'Auribat, qui servait à l'école communale du bourg, porte la première adresse du fabricant et date donc de la période 1892-1909. Elle correspond au "modèle C" de la lanterne Hélios. L'inscription "Ralliement" gravée sous la marque de fabricant n'a pu être expliquée.
    Dénominations :
    appareil de projection
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Boîte en tôle de fer, perforée au bas d'une série de trous ronds pour assurer la ventilation de l'intérieur et dotée d'un battant latéral carré, articulé sur charnière, avec ouverture circulaire cerclée de fonctionnait sans doute à la lampe à alcool. Les plaques de projection n'ont pas été conservées.
    Auteur :
    [opticien] Mazo Élie Xavier
    Localisation :
    Vicq-d'Auribat - 8 place de la Mairie - en village
    Titre courant :
    Appareil de projection dit lanterne magique
    Illustration :
    Partie postérieure de la boîte (ouverte). IVR72_20134000191NUC2A Partie latérale de la boîte. IVR72_20134000192NUC2A Détail de l'objectif. IVR72_20134000193NUC2A Marque de fabricant gravée sur l'objectif. IVR72_20134000190NUC2A
  • Chapelle funéraire de la famille de Lande d'Aussac de Saint-Palais
    Chapelle funéraire de la famille de Lande d'Aussac de Saint-Palais Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    Laborde-Lassale). Couronne à fleurons. Monogramme (forgé sur la clôture) : LS couronné (pour Lande de REPOSENT / Marie-Victoire de LABORDE-LASSALE / Baronne de SAINT PALAIS / 1843-1875 / - / Henry de LANDE chargée de trois tourteaux du champ et accompagnée en chef de trois croissants d'argent et en pointe d'une oie nageante du même" (de Lande d'Aussac). Écu à senestre : "Écartelé, aux 1 et 4 d'azur au chevron d'or accompagné en pointe d'un lion du même ; aux 2 et 3 de gueules à trois pommes de pin d'or" (de Saint-Palais). Épitaphes (sur les trois plaques funéraires). Première plaque (à droite de l'autel) : ICI D'AUSSAC / de SAINT PALAIS / 1872-1878 / - / Charles de LANDE D'AUSSAC / VIIe Baron de SAINT PALAIS / 1839 -1914 // Baron Frédéric de ROQUEMAUREL / de TAURIGNAN / 1862-1933 / - / Anna de LANDE D'AUSSAC de SAINT PALAIS / Baronne de ROQUEMAUREL de TAURIGNAN / 1870-1937 / - / François-Xavier de LANDE D'AUSSAC / VIIIe Baron de SAINT PALAIS / 1875-1953. Deuxième plaque (à gauche de l'autel) : ICI REPOSENT / MARGUERITE DE
    Historique :
    -Victoire, Élie de Laborde-Lassale (1851-1908), offrit en 1879, à l'occasion de son mariage avec Marie Laborde-Lassale, fut probablement érigée par Charles de Lande d'Aussac, 7e baron de Saint-Palais (1839 -1914), après le décès de son épouse Marie-Victoire de Laborde-Lassale (1843-1875), troisième fille de Jean-Gratien Théodore de Laborde-Lassale et de Marie Josèphe Alice de Cès-Caupenne (dont les grands est toujours propriété de la même famille, la dernière inhumation ayant eu lieu en 2009. Les Laborde -Lassale possédaient à Eyres le château de Laféourère, édifié après 1809 par le grand-père de la baronne de La chapelle, dont le pignon ouest porte les armes d'alliance des familles de Lande d'Aussac et de -parents et l'oncle paternels reposent dans le porche de l'église Saint-Martin de Caupenne). La chapelle Saint-Palais et cédé en 1985 aux religieuses bénédictines de Saint-Eustase. Les Lande de Saint-Palais firent, quant à eux, construire en 1913 la villa "de la Cize" à Saint-Sever. Le frère de la baronne Marie
    Matériaux :
    fonte de fer moulé
    Référence documentaire :
    LABORDE-LASSALE André de. En Chalosse. Notes historiques. Saint-Sever : Séverin Serres, 1907 (rééd
    Représentations :
    Vierge de Pitié Chrisme Alpha et Oméga Le décor sculpté extérieur de la chapelle est de style néoroman. L'arcade de la façade évoque un sur socle mouluré ; les angles de la façade, par de courts pinacles fleuronnés. Les corniches rapportées en terre cuite sont décorées de frises de perles et pirouettes (en haut) et de denticules (en bas ), ainsi que de modillons à têtes de félins et fleurons. La clôture en fer forgé est ornée d'un réseau de l'alpha et l'oméga dans un médaillon circulaire sur le panneau de fond de la table d'autel, croix rayonnante sur le faux tabernacle, rinceaux sur ses ailes, feuillages dans les écoinçons des arcs de la table d'autel. Surmontant l'autel, un groupe de la Vierge de pitié (inspiré d'Annibal Carrache et du groupe de Nicolas Coustou à Notre-Dame de Paris).
    Description :
    Chapelle de style néoroman bâtie en calcaire appareillé (façade) et en moellon de pierre et de sa largeur d'une grande arcade en plein cintre, en forme de portail roman, dont la voussure est et fonte de fer, ferme l'arcade sur les deux tiers de sa hauteur. Chacun des murs latéraux est percé extérieurement de ciment. A l'intérieur, contre le mur du fond, est adossé un faux autel en pierre reconstituée flanqué d'ailes. Au-dessus de l'autel, un piédestal parallélépipédique supporte un groupe sculpté en terre cuite. De part et d'autre de l'autel et sur le mur latéral sud sont apposées trois plaques funéraires
    Auteur :
    [commanditaire] Lande d'Aussac de Saint-Palais Charles de
    Titre courant :
    Chapelle funéraire de la famille de Lande d'Aussac de Saint-Palais
    Appellations :
    de la famille de Lande d'Aussac de Saint-Palais
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Détail du pignon occidental : armoiries des Lande d'Aussac de Saint-Palais et des Laborde-Lassale Détail du pignon occidental : armoiries des Lande d'Aussac de Saint-Palais et des Laborde-Lassale Détail de la corniche en terre cuite (mur nord). IVR72_20164000884NUC2A Détail de la clôture de l'arcade d'entrée : monogrammes LS. IVR72_20164000876NUC2A Détail de la clôture de l'arcade d'entrée : monogramme LS. IVR72_20164000877NUC2A Autel à l'intérieur de la chapelle. IVR72_20164000878NUC2A Groupe sculpté (Vierge de pitié) sur l'autel à l'intérieur de la chapelle. IVR72_20164000879NUC2A Plaque funéraire à gauche de l'autel. IVR72_20164000881NUC2A Plaque funéraire à droite de l'autel. IVR72_20164000880NUC2A Plaque funéraire sur le mur sud de la chapelle. IVR72_20164000882NUC2A
  • Ensemble de 3 clefs de voûte
    Ensemble de 3 clefs de voûte Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription et date (sur la clef de la première travée du collatéral nord) : MR / DUP[...]Y / CURÉ / D'EYRES / 1789. Inscription et date (sur la clef de la deuxième travée du collatéral sud) : LANCOUET
    Historique :
    L'époque de la construction des collatéraux de l'église n'est pas précisément connue, mais doit être postérieure à la fin de la guerre de Cent Ans, sans doute dans le courant du XVIe siècle. Les effet la date gravée 1789, et la clef orientale de son pendant au sud celle de 1843, avec les noms des curés respectifs à ces dates, les abbés Dupoy de Monicane et Langouet (fautivement orthographié "Lancouet" sur la clef). Le premier, curé d'Eyres en 1769, syndic du diocèse d'Aire aux États Généraux de 1789, s'opposa, avec son confrère de Dax l'abbé Domec, à l'élection de leurs évêques respectifs, et , ainsi qu'un chemin de croix et "des tableaux" aujourd'hui perdus.
    Référence documentaire :
    p. 222-225 (rééd. 2010, p. 174-175) LABORDE-LASSALE André de. En Chalosse. Notes historiques. Saint , BONNEFOUS, Jean. "Les églises fortifiées des Landes". Bulletin de la Société de Borda, 2001, 464, p. 459-498. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906. Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de la commune d'Eyres-Moncube
    Dénominations :
    clef de voûte
    Représentations :
    fleur de lys croix étoile La clef de la première travée du collatéral sud est sculptée de trois fleurs de lys. La clef de la deuxième travée comporte, au-dessus de son inscription gravée, une croix latine sur tertre entre deux
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les trois clefs sont monolithes. Le décor de la clef de la première travée sud est en très bas relief rehaussé de peinture, les inscriptions des deux autres clefs sont gravées et soulignées de
    Titre courant :
    Ensemble de 3 clefs de voûte
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Clef de la première travée du collatéral nord. IVR72_20164000978NUC2A Clef de la première travée du collatéral sud. IVR72_20164000979NUC2A Clef de la deuxième travée du collatéral sud. IVR72_20164000980NUC2A Clef de la deuxième travée du collatéral sud. IVR72_19694000310V Clef de la première travée du collatéral nord. IVR72_19694000311V
1 2 3 4 17 Suivant