Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1805 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 2 statues : Sacré-Coeur, Sainte Jeanne d'Arc
    Ensemble de 2 statues : Sacré-Coeur, Sainte Jeanne d'Arc Oeyreluy - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabrique sur un cachet sur le socle de la Jeanne d'Arc : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS.
    Historique :
    dans le catalogue n° 59 de La Statue religieuse (Doc. 1). L’œuvre originale, dite "de Madame Royer Ces deux statues furent fabriquées, à quelques années d'intervalle, par la maison parisienne La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle). Le modèle du Sacré-Cœur figurait déjà, sous le n° 174 , d'Œyreluy, dont l'épouse avait offert une statue identique à l'église de Gourbera (réf. IM40003864). La statue de Jeanne d'Arc correspond au modèle dit "écoutant ses voix", créé en 1909 pour la béatification , dans le catalogue du prédécesseur de la fabrique, Ignaz Raffl. Il est reproduit sous le même numéro " (car inspirée d'un récit de cette visionnaire), fut offerte en avril 1876 par la maréchale de Mac Mahon à la basilique provisoire du Sacré-Cœur de Montmartre. Le modèle, approuvé par Léon XIII en mars de l'héroïne et portant le n° 3500 dans le même catalogue de la fabrique (Doc. 2).
    Référence documentaire :
    p. 34, n° 174 et p. 100, n° 3500 Catalogue n° 59 de la maison "La Statue religieuse" (Pacheu Statue du Sacré-Cœur (en 1992). Statue de Jeanne d'Arc (en 1992).
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    la Passion à ses pieds. Jeanne d'Arc figurée en bergère, les mains jointes, écoutant ses voix ; sur
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse
    Emplacement dans l'édifice :
    escalier de la tribune
    Titre courant :
    Ensemble de 2 statues : Sacré-Coeur, Sainte Jeanne d'Arc
    Dimension :
    Sacré-Cœur : h = 104 ; la = 88 ; Jeanne d'Arc : h = 133 ; la = 44.
    États conservations :
    Le statue de Jeanne d'Arc a été entièrement repeinte.
    Illustration :
    Extrait du catalogue n° 59 de la fabrique La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron & Peaucelle), 64 Extrait du catalogue n° 59 de la fabrique La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron & Peaucelle), 64
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc offrant son épée à Dieu après la victoire
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc offrant son épée à Dieu après la victoire Eyres-Moncube - en village
    Historique :
    le catalogue n° 57 de la fabrique La Statue parisienne (Pacheu, Lecaron et Peaucelle, ancienne maison en douze tailles, de la figurine de 15 centimètres à la statue monumentale d'un mètre 90, et en Le socle porte un cachet de fabricant effacé et la date 1912, qui est celle du cinquième centenaire de la naissance de Jeanne d'Arc. Le modèle, toutefois, fut créé trois ans plus tôt à l'occasion de la Raffl), avec le titre de Jeanne d'Arc offrant son épée à Dieu après la victoire. Le modèle était décliné
    Référence documentaire :
    p. 94, 99, 103 Catalogue n° 57 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl, actuellement
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    Jeanne est représentée en pied, revêtue de son armure, le regard levé vers le ciel, tenant de la main gauche son étendard qu'elle presse sur sa poitrine et brandissant son épée de la dextre, telle une croix, dans un geste d'offrande à Dieu en remerciement de la victoire.
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Description :
    or. La statue avec fixée par des pattes métalliques à un piédestal en bois peint (non étudié). Socle quadrangulaire homogène avec la figure, hampe de l'étendard et épée rapportés et peints faux
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc offrant son épée à Dieu après la victoire
    Dates :
    1912 porte la date
  • Statue : Saint Jean-Baptiste
    Statue : Saint Jean-Baptiste Toulouzette - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabricant (cachet en creux sur le côté droit du socle) : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS l'iconographie (peinte sur la face du socle) : St JEAN-BAPTISTE.
    Historique :
    Cette statue porte la marque de la maison parisienne "La Statue religieuse" (fondée par Ignaz Raffl -Baptiste figurant au catalogue de la fabrique (n° 39 et 114) ne correspond à la sculpture ici étudiée. Le parisiennes, qui fournit également une statue de Sainte Quitterie à Toulouzette (réf. IM40006113).
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    Le saint, vêtu de la mélote, tenant la croix et la coquille baptismale, est figuré dans l'acte de la prédication, un agneau couché à ses pieds.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Socle homogène avec la figure ; bras droit, coquille et croix rapportés.
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Titre courant :
    Statue : Saint Jean-Baptiste
    Dimension :
    la 29.0
  • Statue de saint Vincent de Paul
    Statue de saint Vincent de Paul Pontonx-sur-l'Adour - en village
    Inscriptions & marques :
    Cachet de fabricant (sur le socle de la statue, à droite) : MAISON RAFFL / PARIS.
    Historique :
    Cette statue porte la marque de la fabrique parisienne La Statue religieuse, fondée par le
    Dénominations :
    statue
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statue en fonte de fer peinte (polychromie récente), sur socle homogène à angles coupés. Piédestal
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse [fabricant de statues] Raffl Ignaz
    Emplacement dans l'édifice :
    devant la façade du clocher, à gauche
    Titre courant :
    Statue de saint Vincent de Paul
    Dimension :
    h 145.0 hauteur approximative de la statue
    États conservations :
    Il manque le bras droit de l'enfant porté par saint Vincent. La polychromie partielle (vêtements
    Illustration :
    Extrait du catalogue de la fabrique La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle), n° 59, p . 128, modèle 191 (2e en partant de la gauche). IVR72_20194001517NUC2Y
  • Ensemble de 7 statues de série : Notre-Dame de Lourdes, Saint Joseph, Sacré-Cœur, Sainte Jeanne d'Arc, Sainte Bernadette Soubirous, Sainte Thérèse de Lisieux, Saint Antoine de Padoue
    Ensemble de 7 statues de série : Notre-Dame de Lourdes, Saint Joseph, Sacré-Cœur, Sainte Jeanne d'Arc, Sainte Bernadette Soubirous, Sainte Thérèse de Lisieux, Saint Antoine de Padoue Saint-Sever - Péré - Rond-point du Pavillon - en écart
    Inscriptions & marques :
    date (statue de sainte Thérèse, sur la nuée, à droite) : ...llard [Rouillard ?] / 192[5 ?]. Inscription concernant l'iconographie (peinte sur la face du socle) : Ste BERNADETTE. Signature et
    Historique :
    catalogue n° 59 de La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle), successeur de Raffl. L’œuvre Ces statues de série, disposées par paires en pendant dans le chœur et de part et d'autre de la nef plusieurs fabricants statuaires. La statue de Jeanne d'Arc reproduit le modèle de Charles Desvergnes édité , illustrent les "nouvelles" dévotions mises à l'honneur par l'Église dans la seconde moitié du XIXe siècle et les premières décennies du XXe, peu avant la construction de la chapelle de Péré : le Sacré-Cœur (auquel Pie IX avait voué la catholicité en 1875 et Léon XIII le genre humain tout entier en 1899), la ° 174, dans le catalogue de la fabrique parisienne d'Ignaz Raffl, puis sous le même numéro dans le par la maréchale de Mac Mahon à la basilique provisoire du Sacré-Cœur de Montmartre. Le modèle
    Référence documentaire :
    p. 34, n° 174 et p. 100, n° 3500 Catalogue n° 59 de la maison "La Statue religieuse" (Pacheu
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    la Passion à ses pieds. Jeanne d'Arc : au sacre de Charles VII, revêtue de son armoire, son étendard à la main. Bernadette Soubirous : en bergère, les mains jointes. Thérèse de Lisieux : debout sur une
    Description :
    Statues en plâtre polychrome avec socle inhérent. Les deux statues en pendant du chœur (Notre-Dame gothiques à gâble et pinacles peintes sur le mur. Les statues de Saint Antoine et de Sainte Thérèse sont
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse [fabricant de statues] Marron Marcel
    Titre courant :
    Ensemble de 7 statues de série : Notre-Dame de Lourdes, Saint Joseph, Sacré-Cœur, Sainte Jeanne
    États conservations :
    Il manque la main droite de la statue du Sacré-Cœur.
  • Statue du Sacré-Cœur et sa console
    Statue du Sacré-Cœur et sa console Cassen - en village
    Historique :
    Le modèle figure au catalogue de la maison parisienne La Statue religieuse.
    Référence documentaire :
    AD Landes. 1338 W 160 : canton de Montfort-en-Chalosse. Statue du Sacré-Coeur (en 1991) Statue du
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    Le Sacré-Cœur, les bras levés, est debout sur le globe. Décor de la console : grappes de raisin et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Socle rectangulaire à angles coupés, homogène avec la statue ; console d'applique moulée en un seul élément. La couronne de la statue est en laiton doré estampé avec cachons de verroterie montés en bâte.
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Titre courant :
    Statue du Sacré-Cœur et sa console
    Dimension :
    h 140.0 hauteur approximative de la statue
  • Ensemble de 4 statues avec leurs consoles : Sacré-Cœur, Saint Jean-Baptiste, Saint Antoine de Padoue, Saint Vincent de Paul
    Ensemble de 4 statues avec leurs consoles : Sacré-Cœur, Saint Jean-Baptiste, Saint Antoine de Padoue, Saint Vincent de Paul Laluque - en village
    Historique :
    fabrique parisienne La Statue religieuse, fondée par le sculpteur d'origine allemande Ignaz Raffl à Paris Ces quatre statues aux consoles identiques forment un ensemble homogène. Toutes sont sorties de la les statues de la Vierge et de saint Joseph fournies en 1873 par le fabricant Champigneulle, ne cite mention d'archives les concernant est l'inventaire du 24 février 1906, qui omet curieusement la statue de (64, rue Bonaparte), puis dirigée après sa mort par Pacheu, Lecaron et Peaucelle. Au catalogue de la ), du Saint Antoine (p. 100, n° 120) et du Saint Vincent de Paul (p. 128, n° 191). Le modèle de la console figure sous le n° 4 à la page 31. Le registre paroissial du curé Pierre Lartigau, qui mentionne pas les quatre plâtres actuellement à l'entrée de la nef (dans le collatéral nord jusqu'à la restauration intérieure de 2007), qui ont donc pu être acquis après la mort de l'abbé en 1882. La première Saint Jean-Baptiste mais énumère "une statue du Sacré-Cœur en stuc de 1m de haut - 25" (n° 47 bis), "une
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    ciel, tenant la croix de roseau et la coquille du baptême, un agneau couché à ses pieds ; saint Antoine de Padoue, un lys sous le bras et son rosaire à la ceinture, tenant un livre ouvert sur lequel est
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statues en plâtre, peintes au naturel (carnations, chevelures) et en blanc crème (vêtements) avec rehauts dorés à la peinture faux or (attributs) ; socle à pans coupés solidaire avec la figure. Les cinq statues sont posées sur des consoles d'applique identiques, également en plâtre peint crème à rehauts
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Emplacement dans l'édifice :
    entrée de la nef, murs nord et sud
    Titre courant :
    Ensemble de 4 statues avec leurs consoles : Sacré-Cœur, Saint Jean-Baptiste, Saint Antoine de
    Dimension :
    h 160.0 hauteur approximative des quatre statues
    États conservations :
    Bon état général ; quelques petites lacunes dans la polychromie.
    Annexe :
    Extrait de document concernant les quatre statues à l'entrée de la nef de l'église de Laluque Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Laluque, 24 février 1906 (AD Landes, 70 V 170/10) : "Nef et bas-côtés. / 47 bis. Une statue du Sacré-Cœur en stuc de 1m de haut - 25. / 48. Une statue de St consoles scellées au mur. / 49. Une statue de St Vincent de Paul en stuc de 1m10 haut. Revendiquée par
    Illustration :
    Statue du Sacré-Cœur. IVR72_20194001284NUC2A Statue de saint Jean-Baptiste. IVR72_20194001286NUC2A Statue de saint Antoine de Padoue. IVR72_20194001283NUC2A Statue de saint Vincent de Paul. IVR72_20194001285NUC2A
  • Paire de statues en pendant : Sacré-Cœur de Jésus, Vierge à l'Enfant dite Vierge d'Overbeck
    Paire de statues en pendant : Sacré-Cœur de Jésus, Vierge à l'Enfant dite Vierge d'Overbeck Rion-des-Landes - place des Droits-de-l'Homme - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature (en creux sur le globe de la statue du Sacré-Cœur) : non déchiffrée. Inscription concernant le donateur (sur un cartel de cuivre apposé sur le socle de chaque statue, à droite pour le Sacré -Cœur, à gauche pour la Vierge) : OFFERT PAR MADAME SAINT-MARTIN / ET MONSIEUR SAINT-MARTIN / NOTAIRE A
    Historique :
    la fin du XIXe siècle, comme La Statue religieuse (n° 4 du catalogue 57, n° 675 du catalogue 59) ou emplacement actuel dans la monographie de l'abbé Daugé en 1912. La statue du Sacré-Cœur porte une signature Ces statues, offertes par le notaire rionnais Saint-Martin et son épouse, sont signalées à leur qui n'a pu être déchiffrée. Le modèle de la Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame du Sacré-Cœur, Vierge
    Référence documentaire :
    p. 84, n° 675 Catalogue n° 59 de la maison "La Statue religieuse" (Pacheu, Lecaron & Peaucelle), 64
    Dénominations :
    statue
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statues en plâtre ou en carton-pierre peint en blanc avec socle inhérent (octogonal pour le Sacré -Cœur, rectangulaire à angles abattus pour la Vierge), posées sur des consoles tronconiques en fausse
    Titre courant :
    Paire de statues en pendant : Sacré-Cœur de Jésus, Vierge à l'Enfant dite Vierge d'Overbeck
    États conservations :
    Il manque la main gauche de l'Enfant (statue de Notre-Dame du Sacré-Cœur).
    Illustration :
    Statue du Sacré-Cœur : détail de la signature. IVR72_20184002310NUC2A Statue de la Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame du Sacré-Cœur, Vierge Mère ou Vierge d'Overbeck Carte au nom des donateurs (les époux Saint-Martin sur la statue de la Vierge à l'Enfant Statue du Sacré-Cœur. IVR72_20184002309NUC2A
  • Statue de Notre-Dame de Montuzet dite Vierge des marins
    Statue de Notre-Dame de Montuzet dite Vierge des marins Plassac - les Cailloux - Chemin de la Vierge - isolé - Cadastre : 1832 A2 1376 2011 B1 606, 1753
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    religieuse (catalogue n° 59, planche 82, n° 9009). L'édicule formant le socle de la statue possédait des soutien du cardinal Donnet, la statue est implantée plus à l'est, sur une parcelle de vignes dominant l'estuaire ; la cérémonie de bénédiction, en présence du cardinal, a lieu le 8 juin 1874. La statue correspond au modèle dit de la Vierge d'Overbeck, qui figure au catalogue de la firme parisienne de la Statue pèlerinage des marins des fleuves Dordogne et Garonne se déroulant depuis la fin du Moyen Âge au moins sur le site de l'ancienne chapelle de Montuzet. Avec la réactivation de ce pèlerinage au 19e siècle avec le statuettes, détruites par la foudre en 1965.
    Dénominations :
    statue monumentale
    Représentations :
    La base de l'édicule est ornée de fleurs. Des agrafes décorées d'une feuille de chêne et un cordon soulignent le couronnement. Ce dernier est couvert en écaille. La Vierge à l'Enfant est vêtue d'un manteau et
    Description :
    Rey et la ferme dite Le Gros. La statue, tournée vers le village et l'estuaire, est élevée sur un statuettes. Il est couvert d'un dôme en pierre. La statue de la Vierge à l'Enfant est en fonte.
    Auteur :
    [fabricant] La Statue religieuse
    Localisation :
    Plassac - les Cailloux - Chemin de la Vierge - isolé - Cadastre : 1832 A2 1376 2011 B1 606, 1753
    Titre courant :
    Statue de Notre-Dame de Montuzet dite Vierge des marins
    Annexe :
    , 1955 : p. 68 : "D’après le chanoine Dupeyron, ce petit sanctuaire aurait été érigé sur le coteau de la Mothe et béni en 1874 par le cardinal Donnet […]. Mais si l’on en croit la légende, le cardinal Donnet se trouvait un jour face à Lamarque sur un bateau qui le ramenait de la côte médocaine vers Bordeaux lorsqu’une violente tempête s’abattit soudain sur la région. Dans la très forte houle et sous les vagues ne perdit à aucun moment son sang froid, il exhorta tous ses suivants à la prière et les mit sous la protection de la Vierge. […] En signe de reconnaissance, un sanctuaire surmonté de la Vierge fut érigé sur le plus haut coteau près du fleuve et dédié aux marins ; il abritait dans ses niches des statues de saint Pierre, saint Paul et sainte [ ?] qui furent toutes détruites par la foudre en 1965."
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Détail de la Vierge à l'Enfant. IVR72_20123305215NUCA
  • Statue de Notre-Dame de Lourdes et son piédestal
    Statue de Notre-Dame de Lourdes et son piédestal Tartas - place Saint-Martin - en ville
    Historique :
    subi, mais qui est certainement celui de la fabrique parisienne La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron . La statue porte un cachet d'atelier, aujourd'hui illisible en raison de l'épais repeint qu'elle a & Peaucelle). Le modèle, qui figure au catalogue n° 59 de la maison (page 37, n° 26), fut créé par son fondateur, le sculpteur allemand Ignaz Raffl (1828-1883). L'original est installé sur l'esplanade de la
    Matériaux :
    dans la masse gravé
    Référence documentaire :
    p. 37, n° 26 Catalogue n° 59 de la fabrique La Statue religieuse Catalogue n° 59 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl, actuellement Pacheu, Lecaron et Peaucelle", 64 rue Bonaparte, Paris
    Dénominations :
    statue
    Statut :
    propriété de la commune
    Dates :
    1901 porte la date
    Inscriptions & marques :
    Cachet de fabricant (rectangle horizontal, sur le côté gauche du socle de la statue) : illisible (en raison de l'empâtement dû au repeint récent). Inscription commémorative (gravée sur la plaque de
    Représentations :
    Statue de Notre-Dame de Lourdes. Décor du piédestal : aux quatre angles, une colonnette nichée à sculptée en réserve entre deux volutes gravées sur l'entablement ; frise de billettes sous la corniche , frise d'oves sur la moulure supérieure de la corniche.
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Description :
    Statue en fonte peinte (en blanc et bleu pour la robe et la ceinture, en noir et vert pour le socle calcaire mouluré et sculpté en relief dans la masse, avec plaque de marbre gris veiné encastrée sur la face
    États conservations :
    La statue a été récemment repeinte.
    Dimension :
    h 140.0 hauteur approximative de la statue
    Titre courant :
    Statue de Notre-Dame de Lourdes et son piédestal
    Illustration :
    Détail de la marque de fabricant sur le socle de la statue. IVR72_20194000718NUC2A Statue. IVR72_20194010038NUC4A Statue. IVR72_20194010039NUC4A
  • Statue : Saint Joseph
    Statue : Saint Joseph Saint-Paul-lès-Dax - rue Victor-Hugo - en ville
    Inscriptions & marques :
    / PARIS. Inscription concernant l'iconographie (peinte en noir sur la face du socle) : ST JOSEPH.
    Historique :
    Raffl à la tête de la maison "La Statue religieuse"), son modèle n'apparaît pas dans les catalogues Bien que cette statue porte la marque du fabricant parisien Peaucelle-Coquet (successeur d'Ignaz successifs de la fabrique. La statue de Saint-Paul-lès-Dax fut offerte avant mars 1906, date à laquelle elle
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    Le saint, le regard baissé, la main gauche sur le cœur, tient de l'autre une branche de lys.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Socle rectangulaire à angles coupés, homogène avec la statue.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Peaucelle-Coquet
    Titre courant :
    Statue : Saint Joseph
    Dimension :
    h = 141 ; la = 44.
  • Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
    Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 Gouts - en village
    Inscriptions & marques :
    Cachet d'atelier (sur la terrasse du groupe sculpté, à gauche) : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS . Dédicace (gravée et dorée sur la plaque de marbre) : AUX MORTS GLORIEUX / DE LA PAROISSE DE GOUTS / 1914
    Historique :
    Le groupe du Soldat couronné par la Victoire porte la marque de la fabrique parisienne La Statue religieuse (Pacheu, Lecaron et Peaucelle, successeurs d'Ignaz Raffl). L'ancienne église Saint-Laurent d'Audon
    Matériaux :
    chêne tourné décor en relief décor dans la masse ciré
    Représentations :
    Lebel à la main et son casque Adrian posé devant lui, se tournant vers la Victoire (ou un ange ?) aux ailes déployées, qui lui tend une couronne de laurier de la main droite et désigne de la gauche le ciel qui sera la récompense de son sacrifice. La plaque de marbre est gravée à son sommet d'une croix Edmond Castets et François Darrieutort) et une croix de la Légion d'honneur le premier d'entre eux.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le monument, inséré dans la niche formée par l'ancienne porte d'entrée de l'église (mur sud de la socle. Celle-ci comporte deux colonnettes à chapiteau feuillagé sur la face et un panneau plein au fond aux morts de la paroisse. La table, à la largeur exactement adaptée à celle de la terrasse du groupe
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse
    Titre courant :
    Monument aux morts de la guerre de 1914-1918
    Dimension :
    la 110.0 largeur totale Table-socle : h = 110 ; la = 110 ; pr = 85. Plaque de marbre : h = 86 ; la = 82. Groupe sculpté : h = 163 ; la = 110.
    Appellations :
    de la guerre de 1914-1918
    Illustration :
    Groupe sculpté : détail de la marque de fabricant. IVR72_20184001146NUC2A
  • Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars
    Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Inscriptions & marques :
    Titre, signature et date (sur la petite plaque de laiton fixée sur le pan coupé droit du socle ) : LE Bx CURÉ D'ARS / PAR LOUIS NOËL 1911 / STATUE EN BOIS SCULPTÉ. Marque (gravée et peinte sur le côté gauche du socle) : RAFFL PARIS. Inscription concernant les donateurs (sur la grande plaque de laiton fixée sur la face du socle) : 1886 Souvenir de notre Jubilé Sacerdotal 1911 / MM / J. CASTAING / J
    Historique :
    par la maison parisienne Raffl (La Statue religieuse), comme en témoignent les exemplaires d'Ars-sur Séminaire de Dax), la statue resta jusqu'à la fin du XXe siècle à la maison Saint-Jean, établissement de statue du curé d'Ars (béatifié par Pie X l'année précédente) qui fut ensuite éditée en plâtre et en fonte -Formans (fonte) et de Goussainville (plâtre). L'exemplaire de Buglose porte la marque de Raffl sur son socle, bien que le matériau utilisé (le bois) soit très rarement employé dans la production de série. En , statue en bois sculpté") introduit un doute sur le caractère sériel de l'exécution, même s'il semble aux intempéries, la sculpture a été récemment transportée dans l'avant-nef de la basilique. Jean-Marie
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    La saint, revêtu de ses ornements sacerdotaux (soutane, surplis, collet noir, étole dorée), tient
    Description :
    La statue, en bois tendre (tilleul ?), au revers sculpté, est apparemment monoxyle (à l'exception
    Auteur :
    [fabricant de statues] Raffl
    Titre courant :
    Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars
    Dimension :
    h 143.0 hauteur de la statue sans le socle la 50.0 largeur de la statue la 55.0 largeur du socle
    États conservations :
    Plusieurs fentes de retrait verticales. La polychromie de la statue, longtemps exposée aux
    Dates :
    1911 porte la date
  • Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Maylis (n° 2)
    Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Maylis (n° 2) Maylis - en village
    Historique :
    Vierge que compte le catalogue de La Statue religieuse à la fin du XIXe siècle, la statue servit par la Cette statue, créée en 1883 pour remplacer l'ancienne statue de la Vierge de Maylis (réf belge Auguste Verrebout (1836-1889), successeur en 1879 d'Ignaz Raffl à la tête de la maison La Statue polychromie originelle de la statue a été remplacée par une dorure uniforme qui a fait disparaître la citation religieuse (64, rue Bonaparte à Paris), et fut inaugurée le 19 août 1883. L'œuvre reproduit un dessin dû au d'Aire, qui s'inspira du texte fameux d'Isaïe (Is., 11, 1 : "Un rameau sortira de la souche de Jessé . IM40005340, à Bourdalat). L'image fut aussi diffusée via la production vitraillère (réf. IM40005210) et campanaire (réf. IM40004699), la paramentique, les objets cultuels (réf. IM40004409), etc. En 1975, à l'occasion de la restauration intérieure de l'église (et de la suppression quasi-totale de son mobilier), la d'Isaïe inscrite sur le phylactère et qui révélait le sens de l’œuvre. Les couronnes de la Vierge et de
    Matériaux :
    bois peint polychrome doré à la feuille d'or à l'huile
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    La Vierge, debout sur la souche d'un arbre auquel s'adossent des branches de lys épanouis, soutient
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statue grandeur nature en bois peint polychrome et doré à la mixtion sur assiette rouge (remplaçant par le tronc de l'arbre, homogène avec la figure. Autrefois placée en couronnement du maître-autel , sous la verrière de L'Arbre de Jessé).
    Auteur :
    [fabricant de statues] Verrebout Auguste
    Titre courant :
    Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Maylis (n° 2)
    États conservations :
    remise en place de la statue dans la niche axiale du chœur. Les diadèmes en laiton doré et verre coloré dorés (à motifs de branches de lys pour le manteau de la Vierge) et de galons à pierreries ; le phylactères ont été entièrement dorés à la mixtion après la destruction du maître-autel en 1975 et avant la qui couronnaient les deux têtes ont sans doute été supprimés à la même occasion. Il manque l'annulaire de la main droite de l'Enfant.
    Illustration :
    La statue sur l'exposition du maître-autel, avant la destruction du meuble et les repeints de la La statue sur l'exposition du maître-autel, avant la destruction du meuble et les repeints de la
  • Statue : Immaculée Conception, dite Vierge de l'Angèle ou de Stoupignan
    Statue : Immaculée Conception, dite Vierge de l'Angèle ou de Stoupignan Mugron - croisement des routes de Lourquen et de Pomarez (D 3) - en écart - Cadastre : 2016 G 465
    Inscriptions & marques :
    Marque de fondeur (sur le demi-globe de la statue) : VAL D'OSNE. Dédicace et date (gravées sur la M'ONT ÉTABLIE / LA GARDIENNE / DE LEUR CITÉ [face sud ; traduction de la citation précédente].
    Historique :
    Cette statue, qui porte la marque des fonderies du Val d'Osne, figure dans le volume 3 du catalogue piédestal à l'initiative du doyen Loubère. La tradition locale selon laquelle l’œuvre serait la statue de de la fabrique, planche 706 ("Vierges immaculées"), n° 6. L'auteur du modèle, le sculpteur Mathurin Paris en 1841, collabora avec la Société du Val d'Osne de 1849 à 1879. L'exemplaire de Mugron, installé à l'origine sur la place principale du village (actuelle place Frédéric-Bastiat), devant la façade de la nouvelle église Saint-Laurent, en fut délogé en 1878 au profit du monument commémoratif au célèbre économiste Frédéric Bastiat (réf. IM40005869). Transportée derrière la sacristie de l'église, la statue y demeura jusqu'en 1954, année mariale au cours de laquelle, pourvue d'un socle surhaussé, elle dominant la ville et la campagne. Une nouvelle plaque en marbre fut apposée à cette occasion sur le "Marie Immaculée" installée sur la place du village en mars 1836 (Besselère, p. 85) est évidemment
    Référence documentaire :
    -d'Osne. Album n° 3 : fontes d'art, religieuses et funéraires Société Anonyme des Hauts-Fourneaux et Fonderies du Val-d'Osne. Album n° 3 : fontes d'art, religieuses et funéraires. [1867]
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    la Faute.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue, en fonte de fer peinte polychrome, est fixée sur un piédestal en granit, de plan carré sommet cintré à oreilles est rivée sur la face ouest du piédestal ; des inscriptions sont gravées sur ses
    Titre courant :
    Statue : Immaculée Conception, dite Vierge de l'Angèle ou de Stoupignan
    Dimension :
    h 170.0 hauteur de la statue seule la 60.0 largeur de la statue
    États conservations :
    La polychromie de la statue est refaite. Le socle en moellon supportant le piédestal d'origine est un ajout de 1954, ainsi que la plaque de marbre sur la face du piédestal.
    Dates :
    1954 porte la date
    Illustration :
    Détail : marque de la fonderie du Val d'Osne sur le demi-globe de la statue. IVR72_20154000400NUC2A Détail : statue. IVR72_20154000398NUC2A Détail : plaque de marbre sur la face est du piédestal. IVR72_20154000399NUC2A Détail : inscription sur la face sud du piédestal. IVR72_20154000401NUC2A Détail : inscription sur la face nord du piédestal. IVR72_20154000402NUC2A
  • Paire de statuettes en pendant : Immaculée Conception, Saint Joseph
    Paire de statuettes en pendant : Immaculée Conception, Saint Joseph Villenave - en village
    Inscriptions & marques :
    Cachet d'atelier (ovale horizontal, sur la face du socle de la statuette de saint Joseph, à droite
    Historique :
    La statuette de saint Joseph porte la marque de la célèbre fabrique toulousaine Virebent frères Virebent à partir de 1835. L'Album Virebent de 1890 (Toulouse, musée Paul-Dupuy) présente le modèle à la . Les deux exemplaires de Villenave sont en plâtre et non en terre cuite, contrairement à la plupart des , conserve une statue identique de saint Joseph, mais en terre cuite polychrome.
    Matériaux :
    plâtre en un seul élément peint polychrome faux marbre doré à la feuille d'or à l'huile avec
    Observation :
    Statuettes représentatives de la production de statuaire religieuse de la maison toulousaine
    Référence documentaire :
    n° 43 AD Landes. 70 V 393/9-11. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 9 mars 1906 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 9 mars 1906.
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    La Vierge est figurée les bras ouverts, debout sur un demi-globe, foulant aux pieds le serpent de la Faute ; son manteau est orné d'un semis de fleurs à cinq, six ou huit pétales ("marguerites ") gravées en reparure. Saint Joseph, la dextre posée sur la poitrine, tenait à l'origine un lys fleuri dans
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Statuettes en plâtre doré à la mixtion sur assiette rouge et peint en polychromie (carnations , chevelures, serpent de la Faute) ; revers sculpté non doré (préparation ocre jaune) ; décor d'apprêt gravé
    Auteur :
    [fabricant de statues] Virebent frères [fabricant de statues] Virebent François Augustin Isidore, dit Auguste
    Dimension :
    la 36.5 largeur de l'Immaculée Conception la 28.0 largeur de saint Joseph
    États conservations :
    Il manque le pouce de la main droite de l'Immaculée Conception, la main gauche de saint Joseph et
    Illustration :
    Statue de l'Immaculée Conception (face). IVR72_20184001795NUC2A Statue de l'Immaculée Conception (revers). IVR72_20184001797NUC2A Statue de l'Immaculée Conception : détail du décor en reparure du manteau. IVR72_20184001796NUC2A Statue de saint Joseph (face). IVR72_20184001792NUC2A Statue de saint Joseph (revers). IVR72_20184001794NUC2A Statue de saint Joseph : détail du cachet d'atelier sur le socle. IVR72_20184001793NUC2A
  • Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Goudosse
    Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Goudosse Souprosse - Goudosse - en écart
    Historique :
    La statue de Notre-Dame de Goudosse figure, avec celles de Buglose et de Maylis, au nombre des l'antiquité supposée du culte marial à Goudosse. Quoi qu'il en soit, la présence d'une statue de la Vierge est noirs et moitié rouges, qui a été suspendu au cou de la dite Vierge". La statue actuelle, pour des a tenté d'assigner à cette dévotion une origine très ancienne (la première moitié du XIe siècle selon l'abbé Jean Dupouy dans sa monographie de 1888), il semble qu'aucun document ne l'atteste avant la fin du XVIe siècle. L'indult accordé le 19 novembre 1616 par le pape Paul V à la confrérie de Notre -Dame, qui constitue la première mention assurée de cette compagnie, ne fait pas davantage allusion à signalée pour la première fois dans le registre de la confrérie en août 1621, date à laquelle Marise de Lafitte, abbesse du couvent de Sainte-Claire à Dax, donne à l'occasion de son "enrôlement" dans la confrérie une "chesne [chaîne] d’ambre bleu" "pour l’ornement de l’image de la Sainte Vierge". Suivent
    Matériaux :
    tilleul (?) doré à la feuille d'or à l'eau peint polychrome
    Référence documentaire :
    n° 121 AD Landes. 70 V 369/10. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 23 février 1906 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 23 février 1906.
    Dénominations :
    statue
    Représentations :
    La Vierge, la tête voilée, vêtue d'une robe serrée à la taille par une ceinture et d'un manteau drapé sur l'épaule gauche et le bras droit, porte l'Enfant sur son bras gauche tout en soutenant de la main droite le pied gauche de son fils ; celui-ci, entièrement nu (la main de la Vierge posée sur son ventre tient lieu de linge de pudeur), bénit de la dextre et porte dans l'autre main le globe crucifère
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La statue, sans doute taillée dans du tilleul, présente un revers évidé à peine dégrossi, ni peint le globe) et son avant-bras droit, la couronne de la Vierge. Le socle semi-circulaire est homogène avec la figure et peint en faux marbre blanc. Les vêtements et la couronne sont dorés à la feuille d'or et à la mixtion (deux tons d'or pour la robe et le manteau de la Vierge) ; des restes de dorure cheveux en brun foncé, le globe de l'Enfant et les chaussures de la Vierge en rouge sang de bœuf. La statue est aujourd'hui présentée sur un socle moderne parallélépipédique en bois.
    Titre courant :
    Statue : Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Goudosse
    Dimension :
    la 47.0
    États conservations :
    La restauration de la statue, menée de 1990 à 2011, a permis de retrouver, sous l'épaisse couche de bronzine qui la déparait, une petite partie de la dorure à la feuille posée par le doreur Despouys en 1744
    Annexe :
    (AD Landes, 16 J 17), concernant l'église de Goudosse et la statue de Notre-Dame P. 84-114 : "Paroisse . / [...] Au-dessus du rétable (sic) de l’autel se trouve la statue de la Ste Vierge en bois doré, haute d’un , abbesse du couvent de Ste-Claire des religieuses d’Acqs s’est enrollée en la congrégation de Notre-Dame de Extraits de la monographie paroissiale de Souprosse et Goudosse, par l'abbé Jean Dupouy, vers 1888 on écrivait Godosse, est situé sur les bords de la rive droite de l’Adour, à égale distance de d’un vaste manteau et soutient les chapelets et scapulaires que la dévotion populaire aime y suspendre . La tête repose, il est vrai, sur un cou un peu long, mais non gonflé, comme s’est plu à le dire le correspondant de Mr Masson, et Notre-Dame de Goudosse n’est pas la patronne des goitreux. La figure de la Vierge respire la majesté, la bonté, la douceur. Aujourd’hui qu’elle repose dans sa niche antique, elle a bien l’air d’une reine, de la reine de la miséricorde. Origine de cette dévotion. / Il serait difficile
    Illustration :
    Vue intérieure de l'église de Goudosse vers 1950, avec la statue encore dans la niche au-dessus de La statue de Notre-Dame de Goudosse déplacée sur l'autel de la Vierge à l'église Saint-Pierre de Statue de Notre-Dame de Goudosse. Carte postale, 1923. IVR72_20194000890NUC1A
  • Groupe sculpté : Saint Vincent de Paul et deux enfants
    Groupe sculpté : Saint Vincent de Paul et deux enfants Saint-Vincent-de-Paul - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabrique sur le socle, à droite : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS.
    Historique :
    Groupe fabriqué par la maison parisienne "La Statue religieuse" (Pacheu, Lecaron et Peaucelle) : le modèle figure sous le n° 191 dans le catalogue n° 59 de la fabrique (doc. 01). Il fut offert par Mme
    Référence documentaire :
    p. 128, modèle n° 191 Catalogue n° 59 de la maison "La Statue religieuse" (Pacheu, Lecaron
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse
    Dimension :
    h = 170 ; la = 69.
    Illustration :
    Extrait du catalogue n° 59 de la maison "La Statue religieuse", Paris, vers 1900
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Narrosse - en village
    Inscriptions & marques :
    Cachet de fabricant ovale sur la tranche gauche du cadre de la station I : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS / [DÉPOSÉ ?]. Titre dans un cartel sur la traverse inférieure des cadres ; numéro des stations en chiffres romains sur la croix sommitale.
    Historique :
    Chemin de croix exécuté par La Statue religieuse, fabrique parisienne installée au 64, rue le catalogue n° 57 de la maison, édité entre 1909 et 1920.
    Matériaux :
    plâtre moulé décor en relief décor dans la masse peint doré
    Référence documentaire :
    p. 112, modèle n° 168 Catalogue n° 57 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse
    Dimension :
    h = 63 (avec la croix sommitale) ; la = 49.
    Illustration :
    Page extraite du catalogue n° 57 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl, actuellement Cachet de fabricant sur la station I. IVR72_20114001060NUC2A
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Saint-Paul-lès-Dax - rue Victor-Hugo - en ville
    Inscriptions & marques :
    Numéro des stations en chiffres romains sur la croix sommitale ; titre peint en doré dans un cartel
    Historique :
    Chemin de croix exécuté par La Statue religieuse, fabrique parisienne installée au 64, rue catalogue n° 57 de la maison, édité entre 1909 et 1920. Un autre exemplaire est conservé à l'église voisine
    Matériaux :
    plâtre moulé décor en relief décor dans la masse peint polychrome doré
    Référence documentaire :
    p. 123, n° 26 Catalogue n° 57 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl, actuellement
    Représentations :
    fleuronnées rayonnantes). Les montants du cadre affectent la forme de tours fortifiées à arcatures, gâbles et
    Statut :
    propriété de la commune
    Auteur :
    [fabrique] La Statue religieuse
    Dimension :
    h = 82 ; la = 65.
    Illustration :
    Page extraite du catalogue n° 57 de la fabrique La Statue religieuse, "maison Raffl, actuellement
1 2 3 4 91 Suivant