Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 42802 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Présentation de la commune de La Cassagne
    Présentation de la commune de La Cassagne La Cassagne - Cadastre : 1825 1986
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    L'implantation humaine à La Cassagne n'est pas attestée avant le Moyen Age (aucune découverte archéologique n'ayant été signalée à ce jour). L'histoire de La Cassagne (appelé "La Cassaigne" en 1251 ou , on apprend dans un fouage de 1365 que La Cassagne comptait alors 52 feux, soit environ 250 habitants La Cassagne disparaît au profit de celui de Terrasson. La commune décline ensuite progressivement en de 150 personnes en 2007, 154 en 2015. Bien que La Cassagne soit connu aujourd'hui pour son "Cassanea" en 1320) commence donc avec celle de son prieuré du XIIe siècle, dépendance de la proche abbaye récents, la paroisse aurait été démembrée de la châtellenie abbatiale de Saint-Amand au XIVe siècle placées sous l'autorité de son seigneur. A ces bâtiments s'ajoute la grange aux dîmes, curiosité architecturale du XIIIe siècle, située face à l'ancienne résidence castrale. Concernant la démographie locale . Du début du XVIIIe jusqu'à la fin du XIXe siècle, la population, bien plus nombreuse qu'au Moyen Age
    Référence documentaire :
    p. 20-22 GIBERT L.-F. "Le moulin à papier de La Cassagne". Mémoire de la Dordogne, Revue des Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825. partie : le canton de Montignac". Bulletin de la Société d'Art et d'Histoire de Sarlat et du Périgord Archives départementales, Conseil général de la Dordogne, n° 3, 1993. p. 56 GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res p. 22-26 GUICHARD Francis. "Au fil des eaux de Coly". Bulletin de la Société d'Art et d'Histoire de planche 23 Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe
    Description :
    Le territoire communal de La Cassagne est délimité au nord par Terrasson, à l'ouest par Saint-Amand . D'une superficie de 14,8 km², La Cassagne comptait en 2015 154 habitants. La géologie locale marque -de-Coly, au sud par Archignac et à l'est par les communes de Jayac et La Dornac. Distante d'une dizaine de kilomètres de la Vézère, la commune participe pourtant de son bassin versant : le ruisseau du Coly prend sa source vers 120 mètres d'altitude au nord-ouest de la commune, au moulin de Ladoux , contigu à la résurgence d'eaux infiltrées de la Doux de Coly venues des plateaux calcaires avoisinants . Bien connue des spéléologues, cette source est une grande vasque d'eau verte et bleue dont la transparence est remarquable, mesurant 172 mètres de circonférence et 10 mètres de profondeur. La puissance de la longueur exceptionnelle est de 5 km. Le site de la " Source de Ladoux ", dont la superficie est de 3 hectares, est inscrit par arrêté du 15 avril 1935. D'autres sources ponctuent la commune
    Localisation :
    La Cassagne - Cadastre : 1825 1986
    Titre courant :
    Présentation de la commune de La Cassagne
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait de la carte de Belleyme, planche 28, 1768. IVR72_20142401017NUC1Y Bassin de la fontaine de Ladoux. IVR72_20112400861NUC2A Bouche à feu de la maison face à l'ancien cimetière. IVR72_20112400867NUC2A Tête sculptée récente remployée sous la fenêtre d'une maison du bourg. IVR72_20112400868NUC2A Date gravée sur un linteau d'une maison située à la Reynie. IVR72_20112400876NUC2A Date figurée en relief sur le linteau d'une maison située à la Reynie, accompagnée des initiales CD
  • Château de la Cassagne, actuellement demeure
    Château de la Cassagne, actuellement demeure La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 D1 18 1986 D1 11
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    en 1251, La Cassagne (avec les paroisses de Ribeyrac, d’Espéluchat, de Montfort, d’Alhiac, de Carlux de Bergerac. Entre 1308 et 1316, son seigneur, Aymeric de La Cassagne, conseiller à la cour du roi de La Cassagne, notamment de ses droits de basse et haute justice. Ainsi, en 1308, Aymeric est-il une forge et l’extraction de minerai à La Cassagne. Entre temps, Jacques de Pons, seigneur de Pons seigneuries de Salignac, Commarque, Pelvézy, Saint-Geniès, La Cassagne, Giac et la commanderie de Condat sont des membres dépendants. À partir de ce moment, les seigneurs de La Cassagne rendent aveu et hommage au releva le nom de La Cassagne, au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle. Des travaux ont probablement été réalisés par cette famille après la guerre de Cent Ans. Le 24 avril 1498, Hugues de La Cassagne, seigneur contremarches délardées pouvant dater du tournant du XVIe siècle. Hugues de La Cassagne et Marguerite de Hautefort ont pour fils Jean de La Cassagne, seigneur du lieu et de « Belpeuch » en 1529, qui rend hommage
    Référence documentaire :
    section D Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825. plusieurs vidimus d'actes portant jugement du conflit entre Aymeric de La Cassagne et Geoffroy de Pons sur la féodalité et la justice de La Cassagne (1308-1316). Copie de plusieurs vidimus d'actes portant jugement du conflit entre Aymeric de La Cassagne et Geoffroy de Pons sur la féodalité et la justice de La AD Dordogne. B 1178. Dénombrement de la terre et seigneurie de La Cassagne par Jacques d'Hautefort Dénombrement de la terre et seigneurie de La Cassagne par Jacques d'Hautefort, seigneur marquis de Saint p. 56 GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Cassagne (1308-1316). , sénéchal du Périgord (suite) ". Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, tome 5 p. 293-294 PERGOT A.-B. La vie de Saint Sour, ermite et premier abbé de Terrasson, avec une notice
    Description :
    La demeure, de plan rectangulaire, est en réalité une construction de plan en U auquel une -bande clavée en arc segmentaire. Leur symétrie est due à la création de fausses fenêtres sur les dans la roche, est accessible depuis la cave ; il suit deux directions différentes. La porcherie
    Localisation :
    La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 D1 18 1986 D1 11
    Titre courant :
    Château de la Cassagne, actuellement demeure
    Appellations :
    château de la Cassagne
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue d'ensemble de la plateforme de l'ancien château, avec sa tour d'angle nord-ouest, et le Détail de la tour d'angle nord-ouest de la plateforme de l'ancien château. IVR72_20112400722NUC2A Façade orientale et entrée de la cave. IVR72_20112400729NUC2A Vue de l'escalier intérieur de la demeure. IVR72_20112400731NUC2A Vue de la cave prise de l'est. IVR72_20112400735NUC2A Vue de la cave avec escalier en vis prise de l'ouest. IVR72_20112400736NUC2A Soupirail de la cave. IVR72_20112400741NUC2A Mur ouest de la cave : raccord d'un mur en opus spicatum (à gauche) avec un mur appareillé Vue d'une pièce secondaire de la cave prise du nord. IVR72_20112400743NUC2A Vue de la latrine du logis prise du nord-ouest. IVR72_20112400748NUC2A
  • Monument aux morts de la commune de La Cassagne
    Monument aux morts de la commune de La Cassagne La Cassagne - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    bourg. En pierre calcaire, le monument est gravé de l'inscription : "AUX ENFANTS DE LA CASSAGNE MORTS Le monument aux morts est situé au bord de la route départementale 62, à l'écart du noyau ancien du POUR LA FRANCE". Y figurent également les dates de 1914 et 1939 entre le mot "PAX". Une des plaques fixée sur la pierre porte les noms des victimes de la guerre de 1939-1945.
    Localisation :
    La Cassagne - en village
    Titre courant :
    Monument aux morts de la commune de La Cassagne
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Les maisons et les fermes de la commune de La Cassagne
    Les maisons et les fermes de la commune de La Cassagne La Cassagne - Cadastre : 1825 1986
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Très dispersé, l'habitat est définitivement fixé au XVIIIe siècle comme le montre la carte de étaient recensées sur l'ensemble de la commune. Les espaces agricoles sont voués à la polyculture, dont la vigne et le tabac. La lecture du cadastre napoléonien de 1825 révèle l'absence de certaines fermes et également dans le courant du XIXe siècle que la lauze des toitures anciennes est réutilisée comme "égout
    Description :
    Le moellon et la pierre de taille, en calcaire, sont les seuls matériaux de construction rencontrés sur l'ensemble du corpus des maisons et des fermes repérées, la pierre de taille étant réservée aux seuls chaînages d'angle et à l'encadrement des baies. Un enduit à la chaux, qui recouvre le moellon des bâtiments couverts avec ce matériau. La tuile mécanique, assez présente, couvre 22,7 % des maisons et des fermes. La lauze de calcaire est largement minoritaire avec 6,8 %. En revanche, elle est utilisée pour l'égout des façades des logis (52,3 %). L'implantation d'habitations à flanc de coteau a imposé la % des fermes présentent des modèles dissociées où la grange est adossée au logis. Le "balet" (escalier -étable sont situés sous le même toit sont anecdotiques. La taille des fermes (relativement modeste) et le type de dépendances reflètent une agriculture vivrière, avec la prédominance de la grange-étable, du
    Localisation :
    La Cassagne - Cadastre : 1825 1986
    Titre courant :
    Les maisons et les fermes de la commune de La Cassagne
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Four à pain de la ferme à la Tuilière. IVR72_20112400814NUC2A Porcherie de la ferme aux Marcheix. IVR72_20112400816NUC2A Grange-étable à la Bouygue. IVR72_20112400818NUC2A Elévation postérieure de la grange-étable à la Bouygue. IVR72_20112400819NUC2A Citerne attenante à la grange-étable à la Bouygue portant le millésime 1914. IVR72_20112400820NUC2A Sol en pisé d'une ferme à la Roche. IVR72_20112400821NUC2A Détail du pisé d'une ferme à la Roche. IVR72_20112400822NUC2A Bujadier (four pour la cuisson des aliments des porcins) d'une ferme à la Roche Maison ruinée à la Bouygue. IVR72_20112400878NUC2A
  • Édifice fortifié puis grange et étable, actuellement maison de la culture dite maison du patrimoine
    Édifice fortifié puis grange et étable, actuellement maison de la culture dite maison du patrimoine Saint-Amand-de-Coly - en village - Cadastre : 1818 B2 683, 684 1986 ZC 71
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Cet édifice présente des vestiges datant probablement de la première moitié du 13e siècle : une jour en plein-cintre (à coussinets), autant de caractéristiques qui sont à rapprocher de la tour -maîtresse du château de La Salle, à Saint-Léon-sur-Vézère. Cette porte est peut-être à mettre en relation été agrandi vers le nord et transformé en grange-étable. Racheté par la municipalité, il a été aménagé en maison de la culture et abrite l'accueil de la structure et une salle d'exposition au rez-de
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Dénominations :
    maison de la culture
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    d'épaisseur en pierre de taille. Sur le gouttereau ouest, un contrefort marque la séparation entre l'édifice brisé fait communiquer la pièce d'entrée avec la salle d'exposition. A l'est, un escalier récent permet l'accès à l'étage abritant la bibliothèque.
    Titre courant :
    Édifice fortifié puis grange et étable, actuellement maison de la culture dite maison du patrimoine
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Ebrasement intérieur de la baie médiévale. IVR72_20112401154NUC2A Porte d'accès à la salle d'exposition. IVR72_20112401155NUC2A
  • Croix de cimetière
    Croix de cimetière La Cassagne - - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    mouluré, est un remontage. La partie sommitale présente une inscription tournée à 90° et presque illisible : "JHS", "MARIA"?, le dé central n'est pas lié au fût de la colonnette. Les bras de la croix sont traités
    Localisation :
    La Cassagne - - en village
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Détail d'une face de la croix. IVR72_20122410461NUC1A Détail d'une face de la croix. IVR72_20122410463NUC1A
  • Croix de chemin
    Croix de chemin La Cassagne - - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Située à proximité de l'église, cette croix de chemin a sans doute été réalisée à la fin du XIXe
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Cassagne - - en village
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Croix de chemin de Jarnel
    Croix de chemin de Jarnel La Cassagne - Jarnel - - isolé
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Située à proximité de la ferme isolée de Jarnel, cette croix de chemin a sans doute été réalisée au
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Cassagne - Jarnel - - isolé
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Croix de chemin
    Croix de chemin La Cassagne - - en village
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Cassagne - - en village
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Croix de chemin
    Croix de chemin La Cassagne - Le Château - - isolé
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Située non loin du château de La Cassagne, cette croix de chemin a sans doute été réalisée à la fin
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Cassagne - Le Château - - isolé
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Croix de chemin de Salojour
    Croix de chemin de Salojour La Cassagne - Salojour - - en écart
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Statut :
    propriété de la commune
    Localisation :
    La Cassagne - Salojour - - en écart
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
  • Présentation de la commune de Coly
    Présentation de la commune de Coly Coly - Cadastre : 1825 1986
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Le ruisseau "la Chironde" (ou Hironde), issu du latin "equoranda", est un petit affluent du Coly , qui passe sur le territoire de la commune : il est considéré comme un toponyme de frontière et marquerait une partie de la limite orientale du territoire des Pétrucores avec celui des Lémovices. Aucun matériel archéologique n'a été retrouvé sur la commune. L'histoire de Coly est intimement liée à celle de la proche abbaye de Saint-Amand : sous l'Ancien Régime, le territoire paroissial de Coly était compris dans la seigneurie abbatiale de Saint-Amand-de-Coly ; la présence de l'ancien château des abbés dominant la vallée à Coly en témoigne encore aujourd'hui. Un bourg a ainsi profité de la fortification du : "juxt terram de la Buxeria" ; et encore en 1460 : "Iter quo itur de Ponte de Coly versus fontem de Boex ". Les contours de la commune correspondent approximativement à ceux de l'ancienne paroisse figurée sur la carte de Belleyme de 1768 : plus de la moitié du territoire de la paroisse est alors constituée
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    planche 23 Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe Plan cadastral de la commune de Coly, dessin aquarellé par Mazin, 1825. p. 80 et 244 GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris p. 94 GAILLARD Hervé. La Dordogne GAILLARD Hervé. La Dordogne, 24/1. Michel Provost (Dir.). Paris : Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1997 (Carte archéologique de la Gaule).
    Description :
    s'effectue 300 m. au nord-est du bourg. Coly est située entre La Cassagne, qui accueille la source du Coly et traversé par le ruisseau le Coly d'orientation nord-sud et son affluent la Chironde dont la confluence Condat-sur-Vézère, qui voit se jeter la rivière dans la Vézère. La route départementale 62 qui contourne le bourg traverse la commune du nord au sud dans la vallée. Composé de collines boisées, le relief varie de 109 m. d'altitude (vallée du Coly) à 251 m., point culminant confinant à la commune de de la vallée, dont l'ancien "Bois de l'Abbaye" au Nord-Ouest, qui confine à la commune de Saint-Amand -de-Coly. La commune ne possède aucun monument historique ou site remarquable dans son territoire.
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Coly
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Extrait de la carte de Belleyme, planche n° 23, levée en 1768. IVR72_20142401018NUC1Y Demi-croisée (murée) de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle dans une maison du bourg
  • Présentation de la commune de Cantenac
    Présentation de la commune de Cantenac Cantenac
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Dès le Moyen Âge, l´histoire de Cantenac est liée à celle de la seigneurie d´Issan, rendant foi et hommage à la châtellenie de Blanquefort. Sous l´administration anglaise, en 1283, le roi Édouard Ier autorise un certain Gombaud Mercato à élever un mur d´enceinte autour de son manoir, et le nommer La Motte de Cantenac. Il existait également la maison noble d´Angludet, relevant au début du 14e siècle de la seigneurie d´Audenge. Au 17e siècle, les seigneurs d´Issan disposent de la haute justice sur le territoire de une implantation religieuse : la paroisse rattachée à l´archiprêtré de Moulis est dotée d´un prieuré de moines de Saint-Augustin, appartenant à l´abbaye médocaine de Vertheuil. Les revenus de la cure de Cantenac, issus notamment de la culture de la vigne, sont si faibles jusqu´au 17e siècle que l´abbaye revenus de la cure sont tels qu´ils permettent la construction d´une nouvelle église en 1771. La culture , Cantenac forme l´appellation (A.O.C.) Margaux, en août 1954. La renommée et le succès commercial des vins
    Référence documentaire :
    KORSAK, Mariola, CASSAGNE, Jean-Marie (co-auteur). Origine des noms de villes et villages de la Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Plan visuel du tènement de la Banqueyresse palu et paroisse de Cantenac en Médoc, fief de la [Archives départementales de la Gironde, 2 Fi 929]. Profil des ouvrages à exécuter sur la longeur et la largeur de la levée de Cantenac, route de [Archives départementales de la Gironde, 2 Fi 1045]. Plan cadastral. Encre couleurs, papier, par s.n. (géomètre), 1826 [Archives départementales de la BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la Dans : " Les grands vins de la Gironde illustrés" / Henri Guillier, Libourne-Bordeaux : [s.n Le patrimoine des communes de la Gironde. Tome 1 Paris : Flohic éditions, 2001.
    Description :
    La commune est bornée au nord-ouest par Margaux ; au sud par les communes d'Arsac, de Labarde et le ruisseau de la Laurina ; à l´est par la Gironde, le ruisseau de la Maqueline délimitant l'ancien île aux vaches et des zones de terres basses inondables (palus) ; à l´ouest, la commune d´Avensan est limitrophe . Elle possède un port sur la Gironde, dit port d´Issan, aménagé sur les rives de l'île d'Issan rattachée à la terre ferme par des envasements successifs. D´une superficie de 14.26 km², la commune se Lagunegrand. Elle est établie dans une plaine avec un sol de graves propice à la culture de la vigne dont la avec Labarde, puis le long de l´estuaire, les terres de palus servant de prairie. Traversée par la
    Titre courant :
    Présentation de la commune de Cantenac
    Annexe :
    Extraits documentaires KORSAK, Mariola, CASSAGNE, Jean-Marie (co-auteur). Origine des noms de villes et villages de la Gironde. Saint-Jean-d'Angély : J.-M. Bordessoules imprimeur, 2001. Cantenac et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils , Benqueyres, Ninote, les Eycarts, Lagunegrand, Matheus, la Pallu, Issan, Bartazac. Cette paroisse est bornée vers le levant par celle de Labarde et par la rivière de Gironde, vers midi par la Paroisse d´Arssac fait parvenir les lettres, soit par la petite Poste, dont il y a un Bureau dans la Paroisse ; soit par la grande Poste, en les adressant à Castelnau en Médoc. L´étendue de cette Paroisse est de cinq quarts de lieue du levant au couchant ; le Village le plus éloigné est à la distance de trois quarts de lieue de l´Église. Cantenac est dans une plaine et dans un pays de graves, propre pour la culture de la vigne. Il y a à la vérité, quelque peu de terrein (sic) sablonneux ; mais il y existe aussi dans la
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Extrait de la carte de Claude Masse. IVR72_20103305579NUCA Extrait de la carte du cours de la Garonne, 1759. IVR72_20103305571NUCA Plan de la partie sud-ouest de la commune, autour d'Angludet, 1771 : détail de la partie droite Plan de la partie sud-ouest de la commune, autour d'Angludet, 1771 : détail de la partie gauche Plan visuel de Cassena, prés et au Levant du bourg de Cantenac, fief de la Chapelle de Banqueyre Profil des ouvrages à exécuter sur la longeur et la largeur de la levée de Cantenac, route de Profil des ouvrages à exécuter sur la longeur et la largeur de la levée de Cantenac, route de Extrait de l'Atlas Départemental de la Gironde, publié en 1888. IVR72_20103305577NUCA Gravure : Port de Margaux et Cantenac sur la Gironde. IVR72_20103301467NUC1A Carte postale ancienne : vue aérienne de la commune. IVR72_20103301464NUC1
  • Maison
    Maison La Cassagne - les Grèzes - isolé - Cadastre : 1986 B2 414
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Cette maison, qui ne figure pas sur le cadastre napoléonien, a été construite dans la première moitié du XXe siècle ; elle porte la date de 1937.
    Description :
    aux encadrements des fenêtres, aux chaînages d'angle et le long de la façade antérieure. La façade participent également au décor. Le millésime 1937 figure au-dessus de la fenêtre du comble. La toiture à longs
    Localisation :
    La Cassagne - les Grèzes - isolé - Cadastre : 1986 B2 414
    Dates :
    1937 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure du logis prise du sud. IVR72_20112400558NUC2A Vue rapprochée de la façade antérieure du logis prise du sud. IVR72_20112400559NUC2A Vue d'ensemble de la façade postérieure prise du nord-ouest. IVR72_20112401031NUC2A Vue d'une ferme située à l'arrière de la maison. IVR72_20112401032NUC2A Millésime en bas-relief de 1926 situé au-dessus de la porte de grange. IVR72_20112401033NUC2A
  • Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison
    Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 C1 491 1986 C1 198
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Commanderie de Saint-Jean à Condat. Elle était peut-être liée à l'ancien château fort de La Cassagne qui La tradition locale voit dans ce bâtiment une grange aux dîmes dépendante des Templiers de la dominait la construction ; cette dernière aurait alors pu faire partie intégrante de l'ensemble castral. La et la tour d'escalier semi-dans-oeuvre ont été dérasés au moment de l'installation d'une charpente de
    Référence documentaire :
    La Cassagne. Château. Plan du rez-de-chaussée. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Coupe longitudinale. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Plan du deuxième étage. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Pignon nord : entrée. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Coupe transversale. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Pignon sud. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Plan du premier étage. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Façade orientale. Dessin, mine de plomb. La Cassagne. Château. Façade occidentale. Dessin, mine de plomb. section C1 Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825.
    Description :
    soubassement, d'un rez-de-chaussée surélevé et d'un comble. On accède à la salle basse par le pignon nord, dont fait à l'ouest par une porte en arc brisé. La grande salle basse, qui devait être un réfectoire encore visibles, ainsi qu'un pisé au sol. A noter également la présence de mesures à grain le long des
    Localisation :
    La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 C1 491 1986 C1 198
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue de la porte d'entrée en arc brisé, des pierres de taille à l'angle du bâtiment et de Vue de la grange et de son avant-bec prise du nord. IVR72_20112400948NUC2A Vue de la façade orientale. IVR72_20112400950NUC2A Détail d'une baie de la façade orientale. IVR72_20112400952NUC2A Vestiges de l'évier de la façade orientale. IVR72_20112400953NUC2A Vue de la salle basse prise du nord. IVR72_20112400957NUC2A Voûtement de la salle basse. IVR72_20112400958NUC2A Détail d'une voûte d'ogives de la salle basse. IVR72_20112400959NUC2A Mur occidental de la salle basse avec mesures à grains et cheminée d'angle. IVR72_20112400960NUC2A Détail de l'escalier de la salle d'exposition. IVR72_20112400964NUC2A
  • Ferme
    Ferme La Cassagne - les Chauffours - isolé - Cadastre : 1986 C2 568
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    Le lieu-dit "les Chauffours" n'apparaissant ni sur la carte de Belleyme ni sur le plan cadastral de 1825, on peut supposer que la ferme fut construite ex nihilo dans la deuxième moitié du XIXe siècle . Les matériaux employés traditionnels (ardoises et lauzes, pierres de taille, moellons) et la forme des segmentaire pour la porte de l'étage de soubassement) suggèrent cette datation.
    Description :
    surcroît aménagé en étage de comble. La façade antérieure, orientée au sud, a perdu son enduit, laissant apparaître l'appareil en moellon de calcaire. Sur la façade postérieure, la pierre d'évier est visible sous la fenêtre de la cuisine. Dans le prolongement de l'habitation, un fournil est couvert en ardoise couvert en tôle ondulée. Enfin, en contrebas, une grange-étable remaniée et un hangar complètent la ferme.
    Localisation :
    La Cassagne - les Chauffours - isolé - Cadastre : 1986 C2 568
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue de la façade antérieure du logis prise du sud. IVR72_20112400509NUC2A Vue de la façade postérieure du logis prise du nord-est. IVR72_20112400511NUC2A Fournil et enclos de la porcherie. IVR72_20112400514NUC2A Vue de la porcherie. IVR72_20112400515NUC2A Vue du four à pain, de la porcherie et de la citerne prise de l'ouest. IVR72_20112400517NUC2A Vue de la grange-étable prise du sud-ouest. IVR72_20112400518NUC2A
  • Lavoir de Genèbre
    Lavoir de Genèbre La Cassagne - la Genèbre - isolé - Cadastre : 1825 D1 non cadastré 1986 D1 154
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    La fontaine de la Genèbre, dénommée "fontaine de La Cassagne" sur le cadastre napoléonien, porte la date de 1838 mais le bâti protégeant la source semble plus ancien. En effet, on peut noter la présence siècle. D'après la carte de Belleyme, le Genèbre aurait été un domaine noble ; on peut supposer que la fontaine a été commanditée par un noble local, dont les armes figuraient sur l'écu. La fontaine aurait
    Référence documentaire :
    section D1 Plan cadastral napoléonien de La Cassagne, dessin aquarellé, 1825.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La fontaine, creusée dans la roche, communique directement avec le lavoir. Elle est ornée d'une tête sculptée d'un animal, peut-être un mouton, accompagnée du millésime "1838". La source est protégée par la voûte naturelle d'une cavité rocheuse ainsi que par un bâti maçonné dont le toit est couvert de
    Localisation :
    La Cassagne - la Genèbre - isolé - Cadastre : 1825 D1 non cadastré 1986 D1 154
    Dates :
    1838 porte la date
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Vue de la charpente du lavoir. IVR72_20112400933NUC2A Entrée du bâti maçonné protégeant la source. IVR72_20112400936NUC2A Cavité rocheuse et captage de la source. IVR72_20112400938NUC2A
  • Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison
    Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 C1 491 1986 C1 198
    Référence documentaire :
    La Cassagne. Château. Façade occidentale. Dessin, mine de plomb.
  • Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison
    Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 C1 491 1986 C1 198
    Référence documentaire :
    La Cassagne. Château. Façade orientale. Dessin, mine de plomb.
  • Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison
    Bâtiment conventuel, dit grange dîmière ou le Temple, actuellement maison La Cassagne - le Château - en écart - Cadastre : 1825 C1 491 1986 C1 198
    Référence documentaire :
    La Cassagne. Château. Pignon sud. Dessin, mine de plomb.