Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 447 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tombeau de Jean Louis Marie et Victoire Boussat de Salles
    Tombeau de Jean Louis Marie et Victoire Boussat de Salles Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe : Ici reposent / JEAN LOUIS MARIE / BOUSSAT DE SALLES / décédé LE 23 AVRIL 1852 / à l'age (sic) de 81 ans / ET VICTOIRE / BOUSSAT DE SALLES / née LAROUTURE / décédée le 11 7bre 1858 / à l'âge
    Historique :
    Jean Louis Marie Boussat de Salles (Dax 1772 - Dax 13 avril 1852), fils d'un conseiller du roi et septembre 1858). Le couple eut un fils et une fille, mariés respectivement dans les familles Lacouture et
    Titre courant :
    Tombeau de Jean Louis Marie et Victoire Boussat de Salles
    États conservations :
    Le dessus du sarcophage est fendu sur toute sa longueur. Le marbre blanc est sali et corrodé par la
    Appellations :
    de Jean Louis Marie et Victoire Boussat de Salles
  • Ensemble de 2 tombeaux de Louis-Martin Lage et Marie-Adèle Lage (plates-tombes et stèles)
    Ensemble de 2 tombeaux de Louis-Martin Lage et Marie-Adèle Lage (plates-tombes et stèles) Onard - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe gravée sur la stèle et la plate-tombe du tombeau de gauche (Marie-Adèle Lage) : ICI REPOSE / [...] MARIE ADE[...] / LAGE [sur la stèle] ; NEE A POUILLON / DECEDEE A YCHOUX / MARS 1900 [A] 74 ANS / PIEUSE ET BONNE / [...] PLEUREE / - / AVE MARIA [sur la plate-tombe]. Épitaphe gravée sur la stèle et la plate-tombe du tombeau de droite (Louis-Martin Lage) : ICI REPOSE / [...]IS MARTIN / LAGE [sur la stèle
    Historique :
    desservant d'Onard, et de sa sœur Marie-Adèle (1826-1900). L'abbé Lage fit à sa mort un legs à la fabrique de Ces tombeaux jumeaux abritent les dépouilles de Louis-Martin Lage (1825-1904), ancien curé
    Référence documentaire :
    Dons et legs à la fabrique : Françoise Pussacq (1811-1813), Louis Jean Martin Lage (1904-1905).
    Titre courant :
    Ensemble de 2 tombeaux de Louis-Martin Lage et Marie-Adèle Lage (plates-tombes et stèles)
    Appellations :
    de Louis-Martin Lage et Marie-Adèle Lage
    Illustration :
    Tombeau de Louis-Martin Lage : épitaphe sur la stèle. IVR72_20134000816NUC2A Tombeau de Marie-Adèle Lage : épitaphe sur la stèle. IVR72_20134000814NUC2A Tombeau de Marie-Adèle Lage : épitaphe sur la plate-tombe. IVR72_20134000815NUC2A Tombeau de Louis-Martin Lage : épitaphe sur la plate-tombe. IVR72_20134000817NUC2A
  • Tombeau de sœur Louise Marie Caroline du Sault (stèle)
    Tombeau de sœur Louise Marie Caroline du Sault (stèle) Coudures - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe : SŒUR / Louise Marie Caroline / DU SAULT / fille de la charité / pieusement endormie dans
    Historique :
    Tombe de Louise Marie Caroline du Sault (1801-1900), fille de la Charité, issue d'une famille de vicaire général du diocèse et curé de Saint-Sever de 1849 à 1875.
    Emplacement dans l'édifice :
    carré sud-est, au croisement des allées longitudinale et transversale
    Titre courant :
    Tombeau de sœur Louise Marie Caroline du Sault (stèle)
    Appellations :
    de sœur Louise Marie Caroline du Sault
  • Tombeau de Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire et de Dax
    Tombeau de Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire et de Dax Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Inscriptions & marques :
    / DE / LOUIS MARIE OLIVIER ÉPIVENT / ÉVÊQUE D'AIRE ET DE DAX / NÉ À St BRIEUX (sic) / LE 30 JUIN 1805 [1ère plaque] / SACRÉ ÉVÊQUE / LE / 20 NOVEMBRE 1859 / DÉCÉDÉ / À AIRE LE 24 JUILLET 1876 / ET INHUMÉ À ; support : deux rameaux d'olivier en sautoir ; devise sur banderole : FIDE ET CARITATE. Signature et date (gravées sur le matelas, à gauche) : A. BELLOC NIORT 1877 [les initiales A et B reliées].
    Historique :
    Louis Marie Olivier Épivent (Pordic près Saint-Brieuc 1805 - Aire-sur-l'Adour 1876), archiprêtre de la cathédrale de Saint-Brieuc, fut nommé évêque d'Aire et de Dax le 30 juillet 1859, après la mort de Mgr Hiraboure. C'est à lui qu'incombèrent la reprise et l'achèvement des travaux de construction et de translation et au couronnement solennel de la statue de Notre-Dame. Décédé à Aire le 22 juillet 1876, il fut Aristide Belloc (Nantes 1827 - 1888/1908), alors actif à Niort (après avoir travaillé à Bordeaux et à même année 1877 les autels de l'église landaise de Lesperon (réf. IM40002171 et IM40002172), sur l'un
    Référence documentaire :
    Demande de restitution d'une cloche, d'une horloge et d'un bénitier (1817-1818), réparations (1848 ), sépultures de Mgrs Epivent, Delannoy et Touzet. tome II, 1970 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 p. 509-518 MOUYEN Sylvie. "Monseigneur Épivent (1859-1876), évêque d'Aire et de Dax". Bulletin de
    Représentations :
    ) reposant sur un coussin damassé, la crosse posée à son côté ; il est revêtu d'une soutane et d'une aube colonnettes jumelées avec chapiteaux à volutes et feuilles, des palmettes à l'antique en acrotère aux extrémités du fronton et une croix fleurdelisée et nimbée au sommet de celui-ci ; le panneau de fond est
    Description :
    quadrilobé au pied) et supportant un gisant en haut relief ; derrière le gisant, appliqué au mur, un édicule fronton à acrotères et croix sommitale ; le fond de l'édicule est gravé d'une tenture feinte, peinte en
    Titre courant :
    Tombeau de Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire et de Dax
    Appellations :
    de Louis Marie Olivier Épivent, évêque d'Aire et de Dax
    Illustration :
    Signature et date. IVR72_20124010092NUC4A
  • Mécanisme d'horloge
    Mécanisme d'horloge Banos - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque d'horloger (sur le cadran émaillé) : M. & L. JOLY / FERRIÈRES (Oise). Inscription concernant
    Historique :
    Ce mécanisme d'horloge porte la marque de Marie et Louis Joly, horlogers à Ferrières (Oise), qui Captan, le château de Captan à Audignon, commune limitrophe de Banos et dont il fut le maire pendant
    Représentations :
    Volutes affrontées et adossées, découpées sur les faces antérieure et postérieure du châssis.
    Description :
    Le mécanisme d'horloge à poids repose sur un châssis rectangulaire en fonte et fer à montants , un balancier pendulaire, deux ensembles de roues dentées en bronze fixées sur des tambours et un
    Auteur :
    [horloger] Joly Marie et Louis
  • Villa Saint-Louis
    Villa Saint-Louis Arcachon - 18 avenue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 2012 AB 272
    Historique :
    et P pour E. Peyredieu (famille Peyredieu du Charlat commanditaire). Elle est désormais une
    Description :
    étage carré et un étage de comble éclairé par des lucarnes pendantes. Le toit à longs pans (égouts retroussés, pignon couvert) est couvert de tuile mécanique. Les chaînes d'angle et les encadrements des baies , pinacles) est néogothique. Deux statues (Le Moyen Age et La Renaissance) qui ornaient le perron ont disparu
    Localisation :
    Arcachon - 18 avenue Sainte-Marie - en ville - Cadastre : 2012 AB 272
    Titre courant :
    Villa Saint-Louis
    Appellations :
    dite villa Saint-Louis
  • Tombeau de Louis Spazzi
    Tombeau de Louis Spazzi Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (sur la face ouest de la stèle, en partie effacée) : Ici repose / LOUIS SPAZZI / 1809-1881
    Historique :
    Louis Spazzi, stucateur et marbrier né (sous le nom de Luigi Mansueto Spazzi) à San Giorgio, Pellio s'installer à son compte avec son compatriote Jacques Galimberti. Marié à Saint-Sever, le 10 décembre 1850 , avec Marguerite Rose Barrère (Saint-Sever 9.12.1819 - ?), il en eut une fille unique, Jeanne Marie Madeleine (née à Saint-Sever 11 septembre 1851), qui épousa en 1876 le serrurier Henry Paul Renard. Louis Spazzi mourut à Saint-Sever (rue du Belloc) le 23 mars 1881. Les églises de Montgaillard et de Boulin
    Titre courant :
    Tombeau de Louis Spazzi
    Appellations :
    de Louis Spazzi
  • Tableau : Portrait de Louis-Marie de Suarez d'Aulan, évêque de Dax
    Tableau : Portrait de Louis-Marie de Suarez d'Aulan, évêque de Dax Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    Louis-Marie de Suarez d'Aulan (Avignon 1696 - 1785), fils d'un consul d'Avignon, fut grand : il présente le même cartel et le même nœud de ruban "Louis XVI" que celui du portrait de Mgr de La retirer dans sa ville natale. Il fit achever la construction de la cathédrale Notre-Dame en 1755 et attira vainement en 1741 et 1766, en sa qualité de président du Bureau, d'imposer l'union des deux hôpitaux de Saint-Eutrope et du Saint-Esprit, fusion qui ne devait être réalisée qu'en 1778, sous son successeur Charles Le Quien de La Neufville. Bien après la fin de son épiscopat et son retour en Provence, il dota en 1780 le nouvel hôpital général de 300 livres "pour l'apothicairerie et le dortoir" et d'une rente annuelle de 720 livres (abbé Degert, Histoire des évêques de Dax), et fit encore de nouveaux dons en 1781 (1467 livres) et 1783 (792 livres). En signe de gratitude, les administrateurs de l'hôpital statuèrent que le portrait du prélat et celui de son successeur seraient exposés à perpétuité dans leur salle du
    Référence documentaire :
    p. 29-46 PEYRESBLANQUES Jean. "Louis-Marie de Suarez d'Aulan, évêque de Dax (1737-1771)". Bulletin
    Représentations :
    le cadre : frise de patenôtres (perles et olives) sur la moulure intérieure ; perles et volutes sur le cartel ; grand nœud de ruban Louis XVI en couronnement.
    Description :
    Toile en un seul lé, à tissage serré et régulier, avec préparation blanche ; cadre en bois mouluré et doré à la feuille (cartel ovale et motif de couronnement rapportés).
    Titre courant :
    Tableau : Portrait de Louis-Marie de Suarez d'Aulan, évêque de Dax
    États conservations :
    Dorure du cadre usée, laissant apparaître l'assiette rouge ; chocs et éclats.
  • Cloche dite Marguerite-Marie
    Cloche dite Marguerite-Marie Maylis - en village
    Inscriptions & marques :
    Dédicace et date (en deux parties sur les deux faces du vase) : JE SUIS DEDIEE AU SACRE-COEUR DE JESUS / JE M'APPELLE MARGUERITE-MARIE / CLOCHE COMMUNALE // PARRAIN M. LE BARON DOMINIQUE DE LATAULADE / MARRAINE MME MARIE JOSEPHINE AMELIE LACAZE / SACRE COEUR DE JESUS AYEZ PITIE DE NOUS. Marque d'auteur
    Historique :
    Escoubet fils. L'instrument est dédié au Sacré-Cœur de Jésus et nommé d'après Marguerite-Marie Alacoque les fondeurs François-Dominique Delestan, de Dax, et Jean Malet, de Samadet. La cloche de 1908 est de Séparation des Églises et de l’État en 1905, et dont une seule autre production, exécutée l'année . Faivre et V. Matéos (2011, p. 91), les fontes seraient l’œuvre du fondeur gersois Bertrand Escoubet, dit , inspiratrice du culte du Sacré-Cœur, béatifiée en 1864. Son parrain, le baron Louis François Bernardin
    Titre courant :
    Cloche dite Marguerite-Marie
    Appellations :
    dite Marguerite-Marie
  • Ensemble de 2 cloches, dites Marie Assomption et Marie Joseph Roch
    Ensemble de 2 cloches, dites Marie Assomption et Marie Joseph Roch Baigts - en village
    Inscriptions & marques :
    Dédicace, signature et date de la cloche 1 (en trois lignes sur le vase supérieur, les différentes sections séparées par des rosettes) : JE ME NOMME MARIE ASSOMPTION * PARRAIN MR HENRI JEAN DUCOURNAU * / GUSTAVE DELESTAN FONDEUR A DAX L'AN 1892. Dédicace, signature et date de la cloche 2 (en trois lignes sur le vase supérieur, les différentes sections séparées par des rosettes) : JE ME NOMME MARIE JOSEPH
    Historique :
    succédé à son frère Louis-Rémy à la tête de la fabrique familiale (1896). Elles furent exécutées avec le première avait été fondue en 1868, précisément par Louis-Rémy Delestan ; la seconde en 1873 par le Tarbais de 1868 fut payée en trois termes (1868, 1869 et 1870) pour une somme totale de 978,40 francs ; celle actuelles qu'une dépense cumulée de 772,90 francs entre 1893 et 1895, somme étonnamment modique qui ne doit Despériers de Lagelouse (1808-1871), et sa grand-tante Jeanne Lartigau-Despériers contribuèrent en 1866 à la
    Référence documentaire :
    années 1893 et 1894 Comptes de la fabrique (1840-1905). Cloche 2 dite Marie Joseph Roch. Diapositive, 1991.
    Représentations :
    feuilles d'acanthe sur le vase supérieur, au-dessus de la dédicace ; filets à la faussure et à la pince.
    Description :
    un plateau avec bride horizontale en fonte (système breveté en 1878 par Louis-Rémy Delestan, frère de Gustave) permettant de tourner l'instrument à volonté et de présenter une nouvelle surface à la frappe.
    Titre courant :
    Ensemble de 2 cloches, dites Marie Assomption et Marie Joseph Roch
    Appellations :
    dites Marie Assomption et Marie Joseph Roch
    Annexe :
    mademoiselle Marie-A. Bustarrat. M. Farthouat curé. M. François Testelin maire. M. Cazeils adjoint. Louis Inscriptions des cloches de 1868 et 1873 refondues en 1892 (d'après la monographie paroissiale de 1888) - Grosse cloche (1868) : "Je me nomme Marie Joseph Roch. Parrain M. Prosper Napias. Marraine
    Illustration :
    Cloche 1 dite Marie Assomption. IVR72_20144000889NUC2A Cloche 2 dite Marie Joseph Roch. IVR72_20144000890NUC2A Cloche 2 dite Marie Joseph Roch (en 1991). IVR72_20134002763NUC1A
  • Ensemble de 3 cloches dites Marie Immaculée et Madeleine
    Ensemble de 3 cloches dites Marie Immaculée et Madeleine Clermont - en village
    Inscriptions & marques :
    * / * MARIE CONCUE SANS PECHE PRIEZ POUR NOUS *. Dédicace, signature et date de la cloche 2 (en quatre lignes Dédicace, signature et date de la cloche 1 (en quatre lignes sur le vase supérieur, le début de * / ANNO MDCCCLXXI * LS DELESTAN FONDEUR A DAX * / * MARIE CONCUE SANS PECHE PRIEZ POUR NOUS *. Dédicace , signature et date de la cloche 3 (en quatre lignes sur le vase supérieur, le début de chaque ligne marqué CLERMONT] PATRINO J LABORDE / MATRINA MARIA [...] / LOUIS DELESTAN FONDEUR A DAX [...].
    Historique :
    Stanislas Seguin (ou de Seguin) et sa femme Marie d'Astugue de Soréac de Buzon (née en 1832, mariée en 1861 Cloches fondues en 1871 par le Dacquois Louis-Rémy Delestan (1843-1896), successeur en 1865 de son père François-Dominique. Le parrain de la première cloche et la marraine de la seconde, Joseph Eudoxe -1844), fils et frère de deux maires de Clermont, avait offert en 1866 le maître-autel de l'église
    Représentations :
    liserons (cloche 1) ou de lierre (cloche 2). Les débuts de ligne de la dédicace des cloches 1 et 3 sont
    Description :
    ; mouton en barre en fonte de fer à quatre brides rondes fondues (cloches 1 et 2) ou en bois à quatre
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Delestan Louis-Rémy [] Seguin Marie
    Titre courant :
    Ensemble de 3 cloches dites Marie Immaculée et Madeleine
    États conservations :
    Les moutons en fonte des cloches 1 et 2 sont remplacés. Cloche 2 : forte usure à la frappe.
    Appellations :
    dites Marie Immaculée et Madeleine
  • Ensemble de 2 cloches dites Jean-Baptiste et Marie
    Ensemble de 2 cloches dites Jean-Baptiste et Marie Lahosse - en village
    Inscriptions & marques :
    SEPZ RENTIER [fleuron] MARRAINE MARIE-LOUISE DE LALUQUE [fleuron] JOSEPH DAREGERT CURE / [main -BAPTISTE. Signature de date de la cloche 1 (à la faussure, de part et d'autre du socle de la croix une frise de chevrons] / PAROISSE DE LA/HOSSE DEDIEE A / LA STE VIERGE MARIE / DON FAIT PAR / BERNARD faussure, de part et d'autre du socle de la croix) : DELESTAN FONDEUR EN 1854.
    Historique :
    à Baigts. La marraine, Marie-Louise de Laluque, est un membre non identifié de la famille de ), avait épousé à Saint-Cricq-Chalosse en juin 1818 François Fayet (et non Faget comme le porte l'inscription), propriétaire né et mort à Lahosse (1781-1851).
    Titre courant :
    Ensemble de 2 cloches dites Jean-Baptiste et Marie
    Appellations :
    dites Jean-Baptiste et Marie
    Illustration :
    Cloche 1 : détail de la croix sur le vase et de la marque du fondeur. IVR72_20144000664NUC2A Cloche 2 : détail du battant et de la bélière. IVR72_20144000659NUC2A
  • Verrière à personnages : Saint Joseph et saint Louis IX (baie 2)
    Verrière à personnages : Saint Joseph et saint Louis IX (baie 2) Dumes - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature et date (lancette de droite, en bas à gauche et à droite) : HIRSCH // PARIS 1889. Date soubassement) : Écartelé, aux 1 et 4 d'azur au lion d'or, aux 2 et 3 losangé d'argent et de sable ; couronne de
    Historique :
    Navailles, fille des châtelains de Dumes Henry de Navailles-Banos et Louise Lafitte, avec son cousin germain d'origine lorraine Émile Hirsch (1832-1904), fut offerte à l'occasion du mariage de Marie-Thérèse de Louis de Boussès de Fourcaud (Beaumarchès, Gers 1851 - idem 1914) - la date de la cérémonie, le 11 mars 1889, est inscrite au sommet de la verrière. Louis de Fourcaud, poète parnassien, fameux historien d'art et critique musical, ami de César Franck et de John Singer Sargent (qui le portraitura), biographe et thuriféraire de Wagner, laissa une œuvre abondante dans ses différents domaines d'étude. Il fut pendant, est certainement due à Hirsch lui-même, qui fut tout au long de sa carrière peintre et cartonnier et Saint Paul de l'église Saint-Jean-Baptiste de Sceaux, œuvres tardives de 1899, sont particulièrement proches du vitrail dumois, tant par le type des personnages et leur facture que par le décor
    Observation :
    Hirsch ; don du célèbre critique d'art Louis de Fourcaud.
    Référence documentaire :
    p. 376-378 FOURCAUD Louis de. Les arts décoratifs aux Salons FOURCAUD Louis de. "Les arts , 2012, vol. I (Donateurs et créateurs). , du Monde diplomatique et de la Noblesse. Paris, 1902.
    Représentations :
    avec un lys et un maillet de charpentier, à droite saint Louis IX couronné présentant la couronne figure saint Joseph saint Louis roi d'épines) ; soubassement architecturé et armorié avec baies à remplages, dais à gâbles gothiques et
    Auteur :
    [donateur] Boussès de Fourcaud Louis de [donateur] Boussès de Fourcaud Marie-Thérèse de
    Titre courant :
    Verrière à personnages : Saint Joseph et saint Louis IX (baie 2)
    Annexe :
    collaborateur M. de Fourcaud vient d'épouser sa cousine Mlle Marie-Thérèse de Navailles, fille du baron et de la gascon qui commanda la garde royale écossaise au siège de Corbie, sous Louis XI, et reçut de si belles baronne Henry de Navailles-Banos. / La famille Boussès de Fourcaud est l'une des meilleures et des plus . / Pour les Navailles, ils sont de race béarnaise et de vieille illustration. La commanderie de Bessaut , de l'Ordre de Saint-Jacques-de-l'Épée, était dans leur maison à titre héréditaire et ils étaient qualifiés premiers barons de Béarn. / Le mariage de M. L. de Fourcaud et de Mlle de Navailles a eu lieu le et prononcé un éloquent discours. Les témoins du fiancé étaient le vicomte Fernand de Loubens de Verdalle et le comte Henry de Castelbajac, ceux de la fiancée, MM. de Ladoue et Guittau. / S. S. le pape réception au château et fête populaire après la cérémonie. / Remarqué parmi les assistants : / M. E. de Ladoue, baron de Gavardie, ancien sénateur, et baronne de Gavardie ; M. et Mme G. Guittau, M. et Mme
    Illustration :
    Détail de l'oculus de réseau portant la date du mariage de Marie-Thérèse de Navailles-Banos et de Louis de Boussès de Fourcaud. IVR72_20164001076NUC2A Détail de la lancette de gauche : armoiries de Marie-Thérèse de Navailles-Banos Détail de la lancette de droite : armoiries de Louis de Boussès de Fourcaud. IVR72_20164001078NUC2A
  • Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline
    Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline Laurède - en village
    Inscriptions & marques :
    ] VIRGINIS / ET SANCTORUM GABRIELIS ET JACOBI. / MARIE GABRIELLE JACQUELINE / PARRAIN MR GERARD DORNON Dédicace, signature et date (en dix lignes sur une face du vase) : IN HONOREM BEATA[E] MARIA[E / MARRAINE MME GABRIELLE LACOSTE / MAIRE MR LOUIS BEULACQ / ADJOINT MR JOSEPH CAZEAUX / CURE MR JUSTIN
    Représentations :
    Sur le vase, figuration du Calvaire : le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean, la Madeleine agenouillée étreignant le montant de la croix. Frise d'arcatures gothiques à orbevoies et accolades sur le vase supérieur de part et d'autre de la dédicace, frise de feuilles de laurier ou d'olivier
    Titre courant :
    Cloche (n° 2) dite Marie Gabrielle Jacqueline
    États conservations :
    Cloche couverte de fientes, inscription et décor presque illisibles.
    Appellations :
    dite Marie Gabrielle Jacqueline
  • Eglise paroissiale Notre-Dame-du-Bon-Secours et de Saint-Louis
    Eglise paroissiale Notre-Dame-du-Bon-Secours et de Saint-Louis Le Verdon-sur-Mer - cours de la République - en village - Cadastre : 2013 AL 156
    Historique :
    en 1869 et les travaux commencèrent au mois de mars 1871 selon les plans de l'architecte Édouard l'architecte. Plusieurs verrières de l'atelier Lieuzère et fils sont conservées ; d'autres ont été endommagées pendant la Seconde Guerre mondiale et restaurées ou remplacées par les ateliers G. P. Dagrant dans les les deux sections qui composaient alors l'unique commune de Soulac, celle de Soulac même et celle du cessera d'être l'objet de débats et de travaux de consolidation.
    Référence documentaire :
    p. 2-26 « Religion et mentalités au Verdon XVIIIe-XXe siècles ». Histoire et traditions du Verdon
    Description :
    clocher-porche, la façade et les contreforts qui soutiennent les murs. Le massif occidental est composé d'un portail en arc brisé souligné par des voussures et encadré de deux colonnettes engagées. Quatre dotée de quatre lucarnes et percée de jours. Sa base de plan carré est cantonnée d'amortissements. Une corniche à modillons règne sur les façades latérales et le chevet. Les pignons du transept présentent un unique compte 3 travées voûtées d'ogives et percées de baies en arc brisé, dotées de verrières à motifs
    Auteur :
    [peintre-verrier] Lieuzère et fils
    Titre courant :
    Eglise paroissiale Notre-Dame-du-Bon-Secours et de Saint-Louis
    Annexe :
    Marie MICHELOT curé 1872 Nef, 1ère travée : 2 verrières à motifs géométriques signées LIEUZERE et Fils IX PON. MAX. ANN. XXVI), Sacré-Cœur et saint Louis avec armoiries du cardinal Donnet (inscription Inventaire sommaire du mobilier et du décor porté Nef, 1ère travée : Bénitier surmonté d’une table BONNORE ARCHITECTE 1872 ; avec plan de l’église, équerre et autres instruments. Nef, 2e travée : Axis REVERSE MAIRE . LÉON ALBERT ADJOINT 1872 ; motif végétal. Nef, 3e travée : JULIEN MARIE MICHELOT CURÉ 1872 ; croix, étole, calice et patène. Croisée du transept : AD FINEM FORTITER OMNIA SUAVITER ; armes ; motif végétal. Bras de transept sud : ERNEST-IRMISSE ET JOSEPH LAHENS ; motif végétal. Chœur : AGNUS ). Statues dans le bras de transept nord : saint Louis, Notre-Dame de Lourdes / Immaculée Conception ) et les plaques commémoratives avec les noms des soldats du Verdon morts pour la France Saint Joseph l’Enfant, Sacré-Cœur, autel à gradins entouré de deux anges en prière et enfant en prière. Verrières
    Vocables :
    Saint-Louis
    Illustration :
    Verrière (choeur), saint Louis : détail de la signature (L et Fils) et des armes du cardinal Donnet Nef, 3e travée, clé de voûte sculptée : Julien Marie Michelot 1872. IVR72_20133301500NUC2A Bras de transept sud, clé de voûte sculptée : Ernest-Irmisse et Joseph Lahens Verrière à motifs géométriques (nef, 1ère travée) : détail de la signature LIEUZERE et FILS à Bordeaux et de la date 1872. IVR72_20143300072NUC2A Verrière (bras de transept nord) : détail du quadrilobe surmontant les deux lancettes et orné du Verrière (bras de transept sud) : détail du quadrilobe surmontant les deux lancettes et orné du Verrière (choeur) : saint Louis. IVR72_20143300092NUC2A
  • Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars
    Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Inscriptions & marques :
    ) : LE Bx CURÉ D'ARS / PAR LOUIS NOËL 1911 / STATUE EN BOIS SCULPTÉ. Marque (gravée et peinte sur le côté Titre, signature et date (sur la petite plaque de laiton fixée sur le pan coupé droit du socle
    Historique :
    Le sculpteur Hubert-Louis Noël, dit Louis-Noël (Saint-Omer 1839 - Paris 1925), réalisa en 1905 une statue du curé d'Ars (béatifié par Pie X l'année précédente) qui fut ensuite éditée en plâtre et en fonte -Formans (fonte) et de Goussainville (plâtre). L'exemplaire de Buglose porte la marque de Raffl sur son outre, l'inscription gravée sur une plaque en laiton ("le bienheureux curé d'Ars par Louis Noël 1911 petit félibre de Pissos", et le chanoine Paul Lahargou, auteur en 1909 d'un ouvrage sur Le Grand aux intempéries, la sculpture a été récemment transportée dans l'avant-nef de la basilique. Jean-Marie Vianney avait été nommé patron des prêtres de France par Pie X en 1905, au moment de sa béatification, et
    Représentations :
    saint Jean Marie Vianney soutane surplis étole prière
    Description :
    possible des mains jointes) et recouverte de sa polychromie d'origine. Le socle à pans coupés, en bois
    Auteur :
    [sculpteur, auteur du modèle] Noël Hubert Louis
    Titre courant :
    Statue : Saint Jean-Marie Vianney, curé d'Ars
  • Cloche (n° 2) dite sainte Marie
    Cloche (n° 2) dite sainte Marie Mugron - en village
    Inscriptions & marques :
    Dédicace et signature (sur le vase supérieur, en deux lignes) : SANCTA MARIA ORA PRO NOBIS JAN [sic ] BAPTISTE MARSAN CURE PIERRE JAN DE DIEU BARON D'ANTIN MAIRE PARRAIN LOUIS THOMAS D'ANTIN MARRAINE DEMOISELLE CATHERINE DE BRUN / DELESTAN PERE ET FILS FONDEURS.
    Historique :
    signée "Delestan père et fils", c'est à dire Jean Delestan (1762-1828) et son fils François-Dominique même temps. Le parrain de la cloche ici étudiée fut le baron Louis Thomas d'Antin (1798-1862), fils du baron Pierre Jean de Dieu, maire de Mugron à cette date. Son fils Charles d'Antin (1838-1914) et sa sœur . IM40005988). La marraine fut Marie Catherine Gabrielle de Brun (1814-1900), alors âgée de huit ans, qui . IM40005003). Sa fille Marie-Émilie de Monck d'Uzer devait épouser en 1868 le marbrier Léon Géruzet, auteur de
    Référence documentaire :
    FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.
    Titre courant :
    Cloche (n° 2) dite sainte Marie
    Appellations :
    dite sainte Marie
  • Lazaret de Trompeloup, dit lazaret Marie-Thérèse
    Lazaret de Trompeloup, dit lazaret Marie-Thérèse Saint-Estèphe - les Prairies de Saint-Vincent - isolé - Cadastre : 2015 OA 1951 1825 A5 1620
    Historique :
    publié en 1822, ainsi qu'à l'ouvrage de Louis Bruyère, édité entre 1823 et 1828. Le plan du lazaret de en Gironde au début du 18e siècle : les bateaux sont interceptés et mis au mouillage à Patiras. En application de l’instruction du 22 pluviôse an IV (11 février 1796), le Département de la Gironde et officier de santé connu et d'un interprète en langue américaine." Puis, le ministère de la Marine autorise fièvre jaune frappe l’Espagne et conduit le gouvernement à réagir en créant une commission d’enquête le passage aux frontières terrestres de la Catalogne et met en place une surveillance accrue de la possibilités sont envisagées, au sud et au nord du chenal dit de Saint-Vincent : c'est finalement cette provisoires sont donc préconisées dans un premier temps. La question de la propriété des terrains et de l'indemnisation des propriétaires est source de discussion avec les habitants des hameaux de Mousset et d'Anseillan d'une part, et avec la commune de Saint-Estèphe d'autre part. En mars 1822, les plans de
    Référence documentaire :
    -Louis, TARDIEU Eugène. Choix d'édifices publics projetés et construits en France depuis le commencement LAGET Pierre-Louis. "Les lazarets et l’émergence de nouvelles maladies pestilentielles au XIXe et Lazaret de Trompeloup (ou lazaret Marie-Thérèse), Bâtiments : travaux d'agrandissement et de . Bordeaux : Fillastre et neveu éditeurs, 1827. AKA, Michel. Une île de l'estuaire. Cussac-Fort-Médoc : Société Archéologique et Historique du p. 66 ERNST. Itinéraires à Royan et Arcachon ou bains de mer du bassin de Bordeaux. Bordeaux : P volume 2, p. 21, planches 101-102 GOURLIER Charles, BIET Léon-Marie Dieudonné, GRILLON Edme-Jean du XIXe siècle. Paris : Louis Colas, 1825-1850, 3 volumes. jeune imprimeur, 1837, tomes 1 et 2. Gironde et de la ville de Bordeaux, 1829.
    Description :
    encore au début du 19e siècle la limite entre les communes de Pauillac et de Saint-Estèphe, le lazaret étant donc implanté sur cette dernière. A distance de la Gironde, le site était clos de murs et cerné de côté, de manière symétrique de part et d'autre d'un axe central marqué par la porte d'entrée, la chapelle et le pavillon de l'administration. Une fois passée la porte d'entrée à l'est, deux bâtiments se faisaient face abritant le logement "des préposés à l'assainissement des marchandises et la salle de fumigations" et le logement "des commis aux écritures et du portier". Au nord de l'axe principal un pavillon , la buanderie accompagnée d'un logement et les infirmeries ; en pendant au sud, deux "magasins et un espace libre pour déposer et assainir les marchandises" étaient disposés parallèlement. En progressant à l'ouest, on trouvait la chapelle construite au milieu d'une "grande place plantée d'arbres" : de part et d'Administration encadré de la "cantine et du logement du cantinier", complété par deux édifices abritant le
    Titre courant :
    Lazaret de Trompeloup, dit lazaret Marie-Thérèse
    Appellations :
    Lazaret Marie-Thérèse
    Annexe :
    provisoire Marie Thérèse à Trompeloup pendant l'exercice 1823, 29 décembre 1823. Chemin et débarcadère (pas , 22 et 23 novembre sur la formation par les municipalités d'un état indicatif du nom des différentes en son entier savoir en gros et menu grains dans sa partie nord et en prairie dans sa partie sud Gironde. 5 M 77. Établissement d'un lazaret à Pauillac : explication du plan et aperçu de la dépense, par Pierrugues, 13 novembre 1817. Éviter les endroits marécageux, les lieux bas et exposés aux vents humides, et orientale du fleuve et les îles qu'il renferme et nous rejetait sur la rive gauche ; mais par une circonstance heureuse, cette côte occidentale élevée et seiche aux environs de Pauillac est abritée de l'ouest , par une butte assez considérable et les mouillages d'une bonne tenue y mettent les navires à l'abri de d'établir une batterie sur la côte de Pradine qui servira à maintenir la police dans la rade et à empêcher équipages ; et derrière on a réservé de vastes cours pour les fumigations et les autres opérations de ce
    Illustration :
    Lazaret Marie-Thérèse : division du pavillon d'administration, rez-de-chaussée et premier étage Plan du lazaret provisoire Marie-Thérèse proposé par M. le comte de Breteuil, préfet du département de la Gironde, approuvé par le ministre de l'Intérieur le 28 mars 1822, exécuté sur les dessins et Elévation du côté de terre et coupe sur les deux entrées du Lazaret. IVR72_19753300035V Plan, élévation et coupe du pavillon d'administration, folio 33. IVR72_19753300037V Parloir et logement du portier du côté de la mer et de la chapelle. IVR72_19753300036V Plan, élévation et coupe du pavillon des quarantenaires, folio 35. IVR72_19753300038V Plan, élévation et coupe de l'infirmerie, folio 39. IVR72_19753300040V Cantine et logement des gardiens. IVR72_19753300041V Plan du lazaret avec construction de nouveaux bâtiments et enceinte du lazaret projeté au sud du
  • Tableau : Sacré-Cœurs de Jésus et Marie avec la colombe du Saint-Esprit
    Tableau : Sacré-Cœurs de Jésus et Marie avec la colombe du Saint-Esprit Larbey - en village
    Historique :
    , [...] un cadre représentant, peints sur la toile, les Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie". Il est la seconde moitié du XIXe siècle. Le cadre, au riche décor pastichant le style Louis XIV, est
    Référence documentaire :
    LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse et l'église de Larbey, notes recueillies pour un petit essai
    Représentations :
    Coeur Sacré de Jésus Coeur Sacré de Marie Saint-Esprit colombe nuée cœur dans une main (celui du Christ avec la croix et la couronne d'épines, celui de la Vierge percé d'un glaive). Au registre supérieur, la colombe du Saint-Esprit en vol. Ornementation de style Louis XIV du cadre : palmettes en lambrequins aux coins, volutes d'acanthe et tournesols et tiges fleuries
    Description :
    Toile en un seul lé, à tissage serré et régulier, sans préparation, tendue sur la rive d'un châssis en croix. Cadre en bois sculpté et doré à la feuille.
    Titre courant :
    Tableau : Sacré-Cœurs de Jésus et Marie avec la colombe du Saint-Esprit
  • Stèle funéraire de Jean-Baptiste Louis Amable de Castaignos
    Stèle funéraire de Jean-Baptiste Louis Amable de Castaignos Toulouzette - en village
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe : CI GÎT / Jn Bte LOUIS AMABLE / DE CASTAIGNOS / DÉCÉDÉ LE 31 AOÛT 1831, / À L'ÂGE DE 45 ANS. / - / Les qualités de son Cœur / et de son esprit en firent / le modèle des Amis / Que les Hommes conservent sa Mémoire / et que Dieu daigne récompenser / celui dont la main fut toujours / ouverte aux Malheureux. / - / PRIEZ POUR LUI. Signature (gravée au bas, à gauche et à droite) : GALIMBERTI
    Historique :
    Jean-Baptiste Louis Amable de Castaignos, baron de Diusse et seigneur de Projean (1786 - 31 août 1831), fut maire de la commune de Toulouzette. Fils de Joseph de Castaignos et d'Angélique de Batz de Diusse, mariés à Aurice le 23 mai 1785, il épousa lui-même en 1817 Marie-Madeleine de Pausader, laquelle et neveu des premiers associés de Galimberti à Saint-Sever, a apparemment été taillée sur le modèle
    Titre courant :
    Stèle funéraire de Jean-Baptiste Louis Amable de Castaignos
    Appellations :
    Jean-Baptiste Louis Amable de Castaignos
1 2 3 4 23 Suivant