Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 14632 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château Ferrière
    Château Ferrière Margaux - Segones - en écart - Cadastre : 1826 D1 355, 356, 358 2008 AD 37
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    est mentionnée dans les matrices cadastrales. Le château tient son nom de la famille Ferrière Les bâtiments figurent sur le cadastre de 1826 et datent en partie du 18e siècle (baies à arc -de-chaussée a été rehaussée, peut-être en 1886, date à laquelle la construction nouvelle d'une maison , propriétaire depuis le 18e siècle et jusqu'en 1914, époque à laquelle Henri Ferrière le vend à Armand Feuillerat, alors propriétaire du château Marquis de Terme. Sa fille en confie le fermage et l'exploitation au château Lascombes. L'édition de 1908 de l'ouvrage de Cocks et Féret retrace l'histoire de la famille Ferrière et propose une illustration des bâtiments : on note qu'à cette époque, la partie en rez -de-chaussée a bien été rehaussée. Aujourd'hui, les bâtiments appartiennent au château Lagurgue -Ferrière.
    dc_f8bcf12d-9682-48af-958b-c7ac12c2786d_7 :
    piliers de portail ; mur de clôture
    Parties constituantes non étudiées :
    mur de clôture
    Référence documentaire :
    p. 113 COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 81 COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e p. 204-205 COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969
    Canton :
    Castelnau-de-Médoc
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    un rez-de-chaussée, suivi d'un autre logis à étage carré, lui-même prolongé par un logis en rez-de espaces de remise, hangar et logements secondaires (présence de cheminées).
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Titre courant :
    Château Ferrière
    Appellations :
    Ferrière
    Annexe :
    son cousin germain, qui se prénomme aussi Gabriel. Le frère de ce dernier, Jean Ferrière, dont la du classement de 1855, le château est la propriété de madame Veuve Jean ferrière. En 1914, le cru change de famille, Henri Ferrière le vend à Armand Feuillerat, propriétaire à l´époque du château Marquis DOCUMENTATION COMPLEMENTAIRE - Documentation fournie par le domaine de Lascombes "Ce domaine de quatre hectares, le plus petit des crus classés en surface, est resté dans la famille Ferrière du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Le premier des Ferrière, Gabriel, fonctionnaire royal vend la propriété à famille est nombreuse et célèbre, est maire de Bordeaux en 1795, après la chute de Robespierre. Au moment de Terme, 4e cru classé. Sa fille, Madame Durand-Feuillerat, en confie le fermage et l´exploitation à château Lascombes, où il est vinifié. Une partie de ce petit vignoble, contiguë à Lascombes, a la particularité d´être complètement close d´un mur, en plein coeur du village de Margaux. La bâtisse en elle-même
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1826 : parcelles 355, 356, 358. IVR72_20103302648NUCA Détail de l'étage de la maison principale. IVR72_20103302576NUCA
  • Château Lagurgue-Ferrière
    Château Lagurgue-Ferrière Margaux - en village - Cadastre : 1826 B 52 (?) 2008 AC 129 à 131
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    Les vignes du château Lagurgue faisaient autrefois partie du prieuré de la paroisse de Margaux et en sont détachées en 1791, lors de leur vente comme bien national. Elles sont achetées par le banquier Peixotto, propriétaire de Lagurgue. La famille Lanoire en devient propriétaire en 1825 : Joseph façade) et est à l'initiative, entre 1860 et 1875, de nombreux travaux comme l'indiquent les matrices cadastrales. Édouard Guillon donne une description de la demeure reconstruite en 1866 : "c'est une grande maison, de forme à peu près carrée et couverte d'une toiture en ardoises, d'où s'échappe le sommet d'une précédé d'un joli jardin, fermé par une grille". En revanche, Gustave de Galard en donne une représentation lithographiée très différente dans son Album vignicole de 1835 : on y voit une maison entourée ménagée devant le château se trouvent un kiosque et un bâtiment ouvert de grandes baies vitrées qui pas à cet emplacement sur le cadastre de 1826 et les matrices cadastrales n'indiquent pas de
    dc_f8bcf12d-9682-48af-958b-c7ac12c2786d_7 :
    grille ; piliers de portail ; mur de clôture
    Référence documentaire :
    2e livraison, n°3 GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d p. 114 COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux p. 86 COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1908 (8e p. 207 COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1969 p. 37 FERET, Edouard. Supplément à la Statistique générale de la Gironde (partie vinicole p. 277 GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.
    Canton :
    Castelnau-de-Médoc
    Murs :
    pierre de taille
    Description :
    Le logis est situé à distance de la route, sa façade principale donnant au sud. Il est composé d'un tour d'escalier polygonale hors-œuvre ornée dans sa partie supérieure de faux mâchicoulis et de créneaux. La façade principale est organisée selon cinq travées, la travée centrale étant encadrée de tables affleurées en pierre de taille moulurée et des bandeaux composés d'une succession de glyphes . Chaque linteau de baie est également sculpté de rinceaux avec une clé ornée de motifs végétaux. Au-dessus de la porte principale, un cartouche est orné des lettres entrelacées JL. La façade postérieure est composée des deux ailes en retour, coiffées de toits à longs pans à croupe, et au centre d'une tour polygonale à quatre niveaux. Cette façade enduite est traitée de manière beaucoup plus modeste avec pour simple décor un bandeau continu séparant rez-de-chaussée et étage carré. Les baies sont aveugles. Les angles du rez-de-chaussée sont occupés par deux petits massifs greffés. Les façades latérales sont
    Étages :
    étage de comble
    Titre courant :
    Château Lagurgue-Ferrière
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Destinations :
    château Ferrière
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1826 : parcelle 52 (?). IVR72_20103302633NUCA Domaine de Mr J.B. Lanoire attenant au Château Margaux. IVR72_19903302534X Illustration extraite de l'ouvrage de Cocks et Féret, 1874. IVR72_20113310265NUC2A Façade postérieure : détail de la tour IVR72_20103302810NUCA Vestige de fontaine ou de pièce d'eau dans le parc IVR72_20103302811NUCA Vestige de pièce d'eau dans le parc. IVR72_20103302812NUCA Ruine de bâtiment dans le parc. IVR72_20103302813NUCA Ancien cuvier (vestiges de baies de décharge). IVR72_20103302804NUCA Maquette (Fabien Pédelaborde, architecte) : réaménagement des bâtiments de dépendance Maquette (Fabien Pédelaborde, architecte) : réaménagement des bâtiments de dépendance
  • Château de Sauveboeuf
    Château de Sauveboeuf Aubas - Sauveboeuf - isolé - Cadastre : 2015 AB 01 1813 B1 2
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Dordogne
    Historique :
    passe au milieu du siècle à Jean II de Ferrières, qui fait une brillante carrière à la cour de France et mineur, Jean III de Ferrières. Celui-ci fait un mariage qui lui est fort favorable le 3 octobre 1595 avec destructions intervenues au cours de la guerre de Cent Ans. Jean de Ferrières, après avoir été fait chevalier Mentionné dès 1365, l’"hospitium de Sauvebuo" appartient au XVe siècle à la famille de Ferrières , et est ladite métayrie franche de guet commun". Dès cette époque, les Ferrières sont l’une des d'Excideuil et de Hautefort. Partisan de Gaston d’Orléans qu’il tente de soutenir en levant des troupes, Jean de Ferrières sort vaincu avec les autres insurgés à la bataille de Castelnaudary remportée par " en 1633. En réalité, Sauvebœuf ne fut que dérasé. Bien que Charles-Antoine de Ferrières retrouve peu l'ensemble de ses parties hautes. Un acte du 9 février 1657 précise que Charles-Antoine de Ferrières "demeur titre prestigieux de premier baron du Limousin. La descendance de Charles-Antoine de Ferrières s’éteint
    Cadre de l'étude :
    inventaire topographique Vallée de la Vézère
    Référence documentaire :
    Jean [III] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II] de Ferrières, 12 septembre 1572 . Procuration donnée par Gilles de Noailles pour accepter la tutelle de Jean [III] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II] de Ferrières, 12 septembre 1572. ] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II] de Ferrières, 1er octobre 1572. Sentence du sénéchal du Périgord pourvoyant aux tuteurs de Jean [III] de Ferrières, écuyer, fils mineur de feu Jean [II . Acte d’acquisition par Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, de la haute, moyenne et basse justice 951, pièces n° 6-9. Acte d’acquisition par Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, de la haute justice d'Aubas en faveur de Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, 1598-1599. AD Pyrénées faveur de Jean de Ferrières, seigneur de Sauvebœuf, 1598-1599. Périgord à Jean de Ferrières, sieur de Sauvebœuf, etc., 1600. B. 1916. (Carton. 4 pièces, papier). Vente
    Description :
    Situé dans un méandre de la vallée de la Vézère, en bordure immédiate de la rive gauche et face à un versant karstique qui domine à cet endroit la vallée depuis l’autre rive, le château de Sauvebœuf se dresse isolé dans la plaine alluviale, surplombant de quelques mètres le cours de la rivière. Il comprend un corps de logis principal en fond de cour (au nord), flanqué de deux grands pavillons quadrangulaires, et un corps de galerie en retour d’équerre à droite (est). Deux pavillons antérieurs (au sud nord et en appliques aux rez-de-chaussée de l’aile droite.
    Étages :
    étage de soubassement
    Auteur :
    [auteur commanditaire] Ferrières Jean de
    Titre courant :
    Château de Sauveboeuf
    Aires d'études :
    Vallée de la Vézère
    Illustration :
    Photomontage des fragments retrouvés des fontaines du château par J.E. de Ferrières de Sauveboeuf Esquisses de restitution des quatre fontaines hypothétiques du château par J.E. de Ferrières de . de Ferrières de Sauveboeuf, 2012 ; modification : X. Pagazani). IVR72_20152403018NUC2Y Extrait de la carte de Belleyme, planche levée en 1768. IVR72_20152403001NUC1Y Extrait du plan cadastral ancien de la commune d'Aubas, section B1, 1813. IVR72_20152403002NUC1A Héliogravure de la fontaine monumentale dans la cour du château, s.d. (vers 1891 Héliogravure représentant la cour du château avant les travaux d'E. Oberkampff de Dabrun, s.d . Oberkampff de Dabrun, s.d. (vers 1893). IVR72_20152403007NUC2Y . Oberkampff de Dabrun, s.d. (vers 1900). IVR72_20152403008NUC1A Carte postale représentant le château au nord, du côté de la Vézère, s.d. (vers 1900
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Larbey - en village - Cadastre : 2014 C 383
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    jusqu'à la Révolution du grand archiprêtré de Chalosse (siège à Saint-Jean d'Aulès, Doazit). L'église celui du portail de Saint-Jean d'Aulès). Une tour massive, formant porche au rez-de-chaussée, est Comme l'ont montré les travaux de l'abbé Lamaignère (1940), la paroisse de Larbey fit partie , liée à la présence d'un établissement hospitalier destiné aux pèlerins de Saint-Jacques, est une édifices voisins, comme les églises de Nerbis, Caupenne et Saint-Aubin. Le bâtiment primitif comportait un murée) et d'étroites baies à linteau échancré ; la travée droite de chœur et l'abside semi-circulaire accolée à la façade dans le courant du XIVe siècle. Un collatéral, de même longueur que l'ancienne nef romane, est ajouté au nord, probablement au lendemain de la guerre de Cent Ans dans la seconde moitié du sculpté de quelques clefs ; la poussée de ces nouvelles voûtes entraîne l'étaiement du chevet par d'épais (inscription au-dessus de la fenêtre extérieure "Fait par Blaise le 1er août 1720") et dans l'ajout, de part et
    Observation :
    Rare exemple de construction religieuse de l'entre-deux-guerres dans le département des Landes . Qualité de la mise en œuvre et de la décoration, homogène malgré le remploi des verrières de l'ancienne
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale de Larbey, par le curé Jean Harambure, s.d. (vers 1883-1890). p. 29-31 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques Église : secours de l'État pour réparations (1865), réparation du clocher et de la toiture du porche (1884-1885), secours de l'État pour acquisition d'ornements (1885). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 23 février 1906. Registre de la confrérie du Saint-Sacrement (1721-1738). Registre de la confrérie du Saint-Sacrement (1722-1773, 1833-1883). Registre des délibérations de la fabrique de Larbey (1837-1883). Liasse de documents divers. tome I, 1860, p. 460 (Procès-verbal des églises du diocèse d'Aire) Revue de Gascogne.
    Représentations :
    Décor sculpté des baies romanes du chevet : feuilles lisses, palmes et pommes de pin sur les , billettes sur les archivoltes. Décor sculpté des culots aux angles du porche du XIVe siècle : feuilles de -dessus de l'armoire eucharistique sur le mur sud du chœur : monogramme IHS en lettres gothiques. Décor peint des quatre clefs de voûte des deux vaisseaux : armoiries de Louis-Marie Epivent, évêque d'Aire et de Dax (1859-1876) sur fond rouge (1ère travée du vaisseau principal), armoiries du pape Pie IX (1846
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    romanes (chevet, vaisseau principal) et gothiques (collatéral nord), en pierre de taille irrégulière et mêlée de moellon pour le clocher, en moellon calcaire pour la sacristie et le porche moderne. La couverture est en tuiles creuses, à l'exception de celle de la flèche du clocher, en ardoises. Le vaisseau travée droite de chœur voûtée en berceau et par une abside semi-circulaire couverte d'un cul-de-four. Le chevet, surélevé d'un niveau fortifié en moellon enduit, est percé de cinq grandes fenêtres romanes encadrées de colonnettes à chapiteau sculpté et reliées par un bandeau, en grande partie mutilées et dissimulées par des contreforts talutés destinés à étayer le chevet après le voûtement de la nef au XVIe siècle. le mur sud du chœur est percé d'une armoire eucharistique datable de la fin du XVe siècle par le du chœur. Un collatéral nord de deux travées, de même longueur que la nef romane, ouvre sur celle-ci deux vaisseaux sont couverts de croisées d'ogives, dont les nervures retombent sur des demi-colonnettes
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Annexe :
    sacrement établie dans la parroisse St Jean Baptiste de Larbey l'année mil six cens quarante cinq suivant . Mr Me Jean Despoys lors curé de Larbey / Catalogue des confrères et sœurs [...]". - "Ordonnance ) : "Inventaire des objets que possédait l'église de Larbey lors de mon [du curé Jean Harambure] arrivée dans la calice". - 1912 (29.3) : facture de la Maison Leseigneur à Ferrières (Oise), Mme Blanche Tellier St Michel pour Missel, 3 Offices St Michel pour bréviaire, 6 Offices St Jean-Baptiste et de St Joseph pour bréviaire, 2 Messe St Jean-Baptiste et St Joseph pour Missel". - 1912 (25.11) : facture de la ) : facture de la maison "A Jeanne d'Arc" Genin (47, rue de Sèvres à Paris) pour "2 gerbes lys". - 1913 (13.10 Toulouse à Lourdes) au curé Garralon, relative au prix d'une "statue de St Jean [Baptiste], décorée, 1m30 Extraits de la monographie paroissiale de Larbey, par le curé Jean Harambure (vers 1883-1890 ) Vocable : église Saint-Jean-Baptiste ; puis, à partir de 1701, ajout de "des Royaux". Maison presbytérale
    Vocables :
    Saint-Jean-Baptiste
    Illustration :
    Portail est du cimetière (face extérieure) : détail de la clef de l'arcade. IVR72_20144001599NUC2A Détail d'un pilier de la nef avec congé sculpté. IVR72_20144001619NUC2A Détail d'un pilier de la nef avec congés sculptés. IVR72_20144001620NUC2A Départ de voûte dans le collatéral nord. IVR72_20144001633NUC2A Choeur : détail du piédroit nord de l'arc triomphal. IVR72_20144001640NUC2A Monogramme IHS sculpté au-dessus de l'armoire eucharistique sur le mur sud du choeur Porte de la chapelle des fonts baptismaux. IVR72_20144001623NUC2A Clocher : volume intérieur vu depuis le palier de la chambre des cloches. IVR72_20144001736NUC2A Charpente du clocher : détail de la date 1861 sur une poutre. IVR72_20144001734NUC2A Clocher : palier supérieur de l'escalier. IVR72_20144001737NUC2A
  • Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc Mugron - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    SM (sur l'écu au bas de la face de saint Michel) ; BIENHEUREUSE JEANNE D'ARC (sur une banderole au sommet de la face de Jeanne d'Arc) ; PROTEGEZ LA FRANCE (sur le socle de la figure de Jeanne d'Arc ) ; armoiries de Jeanne d'Arc (sur l'écu au bas de la face de Jeanne d'Arc). de la face de saint Michel) ; QUIS UT DEUS (sur le socle de la figure de saint Michel) ; monogramme
    Historique :
    Le curé Jean-Baptiste Larrère mentionne dans le registre de la paroisse, à la date de 1913 : "Dimanche 4 mai, fête de Jeanne d'Arc, bénédiction et inauguration d'une belle bannière de St Michel et Jeanne d'Arc (œuvre de la maison Biais, Paris, 342 fr.), offerte par Mme Louis d'Antin. Aux vêpres , procession avec la bannière de Jeanne d'Arc portée par M. Louis d'Antin qu'entouraient les membres du Cercle de l'A.C.J.F. [Association catholique de la jeunesse française]. Le pavoisement et l'illumination du soir ont été contrariés par les bourrasques de vent et de pluie." La donatrice, Marguerite Ernestine Renée de Dufau de Lamothe (Bordeaux 1890 - Montfort-en-Chalosse 1982), avait épousé à Arveyres, le 17 octobre 1911, Louis d'Antin (Mugron 1882-1964), petit-neveu et fils adoptif de Blanche d'Antin-Domenger , la bienfaitrice de l'église de Mugron. Louis d'Antin présidait le cercle local de l'A.C.J.F., dont la bannière de procession, à l'effigie de saint Joseph et de l'Ange gardien, fut inaugurée quatre ans plus
    Référence documentaire :
    année 1913 Registre paroissial de l'église de Mugron (1842-1950) ("Diocèse d'Aire, paroisse de Mugron, doyenné de Mugron. Registre paroissial de l'église de Mugron à commencer du 25 août 1842").
    Précision dénomination :
    bannière de confrérie
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    saint Michel terrassant le démon sainte Jeanne d'Arc ornementation trophée de guerre épée bouclier lance couronne végétale laurier olivier rosier lys Sur les deux faces, une effigie en pied (saint Michel terrassant le démon sur la première, Jeanne d'Arc au sacre de Charles VII sur la seconde) debout sur un socle doré à volutes, entre deux "pilastres " ornés de trophées en fil métal doré (à gauche, une branche de lys avec banderole, glaive et couronne de grande banderole déployée entourant une croix de Lorraine et des branches de lys ; sur les lambrequins du bas, un grand écusson central à l'italienne flanqué de branches de rosier et de deux médaillons
    Description :
    Face et revers en moire antique de soie blanche sur armature de toile, bordure inférieure à trois deux faces, en satin de soie jaune or et bleu, drap lamé doré, fil de soie polychrome ("peinture à l'aiguille"), toile peinte à l'huile (têtes et membres des personnages), fil métal doré et perles de verre
    Titre courant :
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    Dimension :
    h 139.0 hauteur de la bannière sans les franges
    Appellations :
    des saints Michel et Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Face avec Jeanne d'Arc : détail de la figure. IVR72_20154000118NUC2A Face avec Jeanne d'Arc : détail de la bannière de la sainte. IVR72_20154000119NUC2A Face avec saint Michel : détail de la figure. IVR72_20154000113NUC2A Face avec Jeanne d'Arc. IVR72_20154000117NUC2A Face avec Jeanne d'Arc : détail des lambrequins. IVR72_20154000116NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Larbey - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    propriété de Lestage, est installé sous une grande toile marouflée due à Jean-Laurent Meyranx (cousin de Le mobilier de l'église de Larbey avant la Révolution n'est connu que par quelques mentions peu précises dans des procès-verbaux de visites pastorales et par les recherches de l'abbé Raphaël Lamaignère (1940), curé de la paroisse dans l'entre-deux-guerres. On sait ainsi que l'ancien maître-autel en bois comportait un petit retable à colonnes et que l'autel latéral, dédié à la Vierge, était "de style Renaissance ", ce qui, sous la plume de l'abbé Lamaignère, désigne plus probablement le XVIIe, voire le XVIIIe aussi son propre autel, qu'aurait pu surmonter un tableau de La Cène toujours conservé (copié d'après Pieter de Witte et Jan I Sadeler). A l'exception de cette toile, peu de vestiges subsistent de cet surtout des peintures murales datées de 1603 et 1610, récemment découvertes dans le chœur et la nef, que leur facture sommaire permet d'attribuer à l'un de ces modestes peintres itinérants qui sillonnaient
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de cimetière clôture de choeur croix de procession
    Référence documentaire :
    Monographie paroissiale de Larbey, par le curé Jean Harambure, s.d. (vers 1883-1890). p. 29-31 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques Église : secours de l'État pour réparations (1865), réparation du clocher et de la toiture du porche (1884-1885), secours de l'État pour acquisition d'ornements (1885). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 23 février 1906. Registre de la confrérie du Saint-Sacrement (1722-1773, 1833-1883). Registre de la confrérie du Saint-Sacrement (1721-1738). Registre des délibérations de la fabrique de Larbey (1837-1883). Liasse de documents divers. tome I, 1860, p. 460 (Procès-verbal des églises du diocèse d'Aire) Revue de Gascogne.
    Auteur :
    [fabricant de statues, marchand] Romain
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Annexe :
    Mme Comet, "offerte sous M. Harambure [le curé Jean Harambure, 1883-1906] par les Comet, de Beaulieu St Michel pour bréviaire, 6 offices St Jean-Baptiste et de St Joseph pour bréviaire, 2 Messe St Jean sacrement établie dans la parroisse St Jean Baptiste de Larbey l'année mil six cens quarante cinq suivant . Mr Me Jean Despoys lors curé de Larbey / Catalogue des confrères et sœurs [...]". - "Ordonnance ) : "Inventaire des objets que possédait l'église de Larbey lors de mon [du curé Jean Harambure] arrivée dans la calice". - 1912 (29.3) : facture de la Maison Leseigneur à Ferrières (Oise), Mme Blanche Tellier St Michel pour Missel, 3 Offices St Michel pour bréviaire, 6 Offices St Jean-Baptiste et de St Joseph pour bréviaire, 2 Messe St Jean-Baptiste et St Joseph pour Missel". - 1912 (25.11) : facture de la ) : facture de la maison "A Jeanne d'Arc" Genin (47, rue de Sèvres à Paris) pour "2 gerbes lys". - 1913 (13.10 Toulouse à Lourdes) au curé Garralon, relative au prix d'une "statue de St Jean [Baptiste], décorée, 1m30
    Illustration :
    Facture de la Maison Leseigneur à Ferrières (Oise), Mme Blanche Tellier-Leseigneur à Ressons-sur Facture de la maison "A Jeanne d'Arc" Genin (47, rue de Sèvres à Paris) pour "2 gerbes lys", 21 Vue intérieure de l'église au début du XXe siècle. Carte postale, Dupouy éditeur, vers 1900 Croix de cimetière. IVR72_20144001609NUC2A Clôture de choeur (déposée au clocher). IVR72_20144001717NUC2A Jeu de trois canons d'autel : canon central. IVR72_20144001593NUC2A Jeu de trois canons d'autel : canons du lavabo et du dernier évangile. IVR72_20144001594NUC2A Ensemble de trois ornements dorés (en 1992). IVR72_20144001754NUC1A Ensemble de deux ornements rouges (en 1992). IVR72_20144001755NUC1A Ensemble de quatre ornements (un blanc, un vert, deux violets) en 1992. IVR72_20144001757NUC1A
  • Tombeau de Jean-Baptiste Farthouat
    Tombeau de Jean-Baptiste Farthouat Laurède - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (gravée sur la stèle) : CI-GIT / JEAN-BAPTISTE / FARTHOUAT / DECEDE / LE 13 AVRIL 1892 / AGE DE 20 ANS.
    Historique :
    La famille du jeune Jean-Baptiste Farthouat (vers 1871-1892) possédait la maison Sazoué à Laurède . L'étole de prêtre visible sur la croix en fonte (un modèle de série) ne paraît pas avoir de rapport avec
    Matériaux :
    fonte de fer moulé
    Représentations :
    Le pourtour de la croix en fonte est orné de volutes, sa croisée d'une étoile à huit branches dans un losange ajouré entouré d'un quadrilobe, les extrémités des bras d'ornements en forme de cassolette ; la base du montant est flanquée de deux anges agenouillés sur des consoles et tenant une guirlande funéraire et une étole de prêtre.
    Description :
    La tombe, dépourvue de dalle, est simplement composée d'une stèle cintrée à oreilles amortie par
    Emplacement dans l'édifice :
    carré sud-ouest, près de la clôture sud
    Titre courant :
    Tombeau de Jean-Baptiste Farthouat
    États conservations :
    Croix de fonte rouillée.
    Appellations :
    de Jean-Baptiste Farthouat
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Plan de situation des oeuvres étudiées et repérées dans le cimetière. IVR72_20164000647NUC2A Détail de la croix : anges tenant une guirlande funéraire. IVR72_20154000487NUC2A
  • Chapelle Saint-Jean de Péré
    Chapelle Saint-Jean de Péré Saint-Sever - Péré - Rond-point du Pavillon - en écart - Cadastre : 2015 AE 30
    Copyrights :
    (c) Commune de Saint-Sever
    Historique :
    chapelle Saint-Jean est financée par des propriétaires de la région. Les vitraux datés de 1924 sont signés L'urbanisation du quartier de Péré dans la seconde moitié du 19e siècle entraine l'érection d'une
    Observation :
    La chapelle de Péré est intéressante pour la compréhension de l'évolution du hameau. Elle est un
    Représentations :
    quadrilobe. La pignon de la façade principale est couronné d'un croix.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    est construite en matériaux mêlés recouverts d'enduit. La pierre de taille est visible aux portant l’inscription "Chapelle Saint-Jean" dans une graphie néo-médiévale. Une voussure à deux rouleaux . Les trois travées intérieures sont percées de baies en arc brisé. Des pilastres soutiennent les voûtes d'ogives quadripartites. Une petite chapelle rectangulaire s'ouvre sur la troisième travée sud-ouest de la nef. Elle est dédiée aux donateurs ayant permis la construction de l'édifice.
    Titre courant :
    Chapelle Saint-Jean de Péré
    Appellations :
    Chapelle de Péré
    Vocables :
    Saint-Jean
    Illustration :
    Détail d'un vitrail de la chapelle Saint-Jean du Péré. IVR72_20164090147NUC2A Vu de l'intérieur de la chapelle, vers 1930. IVR72_20154001453NUC2A Vue de l'entrée de la chapelle. IVR72_20154001455NUC2A Vue du chevet de la chapelle. IVR72_20154001458NUC2A Vue de la nef depuis le choeur. IVR72_20154001457NUC2A Vue de la chapelle des donateurs depuis la nef. IVR72_20164000560NUC2A Détail de la signature sur un vitrail de la chapelle. IVR72_20164000561NUC2A
  • Tombeau de Jean Dumas (cippe)
    Tombeau de Jean Dumas (cippe) Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Contributeur :
    Redacteur Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (gravée sur la plaque d'ardoise de la face principale) : ICI REPOSE / DUMAS JEAN / CHEVALIER D'EMPIRE ET DE ST / LOUIS, OFFICIER DE LA LÉGION / D'HONNEUR, DÉCÉDÉ LE 10 OCTOBRE / 1833 À L'ÂGE DE 60 ANS, COLONEL / DES CUIRASSIERS. / Simple soldat en 1794, ce noble débris / des Pyramides et de Waterloo, emporte / dans sa tombe les regrets de l'armée, / ceux de la garde nationale de Dax / qu'il
    Historique :
    Le tombeau dut être érigé peu de temps après la mort de Jean Dumas (Pouillon 1760 - Dax 1833 . Sur le personnage, voir : Christian Tastet, "Jean Dumas, commandant la Garde Nationale de Dax, et le ), ancien colonel de cuirassiers dans l'armée impériale puis royale, commandant de la Garde nationale de Dax dernier événement marquant de sa vie, l'accueil d'officiers polonais en 1833", Bulletin de la Société de
    Description :
    Le tombeau est constitué d'un cippe classique de plan carré, avec socle mouluré en doucine
    Titre courant :
    Tombeau de Jean Dumas (cippe)
    États conservations :
    SOUVENIR FRANCAIS fixée sur la face et transcription de l'épitaphe sur une plaque métallique apposée sur le
    Appellations :
    de Jean Dumas
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Transcription de l'épitaphe apposée par le Souvenir français en 2006. IVR72_20124001261NUC2A
  • Bannière de procession de la Vierge et de saint Jean-Baptiste
    Bannière de procession de la Vierge et de saint Jean-Baptiste Lahosse - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    L'inventaire de février 1906 ne mentionne (sous le n° 48) qu'une seule bannière, dite "en drap doré
    Précision dénomination :
    bannière de paroisse
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    , entourée de deux tiges de lys nouées par un nœud de ruban ; au revers, l'effigie de saint Jean-Baptiste Immaculée Conception saint Jean-Baptiste prédication Sur la face, effigie de l'Immaculée Conception, debout sur une nuée et écrasant le Serpent
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Face et revers en satin de soie blanc, bordure inférieure à trois lambrequins ; passementerie
    Titre courant :
    Bannière de procession de la Vierge et de saint Jean-Baptiste
    Appellations :
    de la Vierge et de saint Jean-Baptiste
  • Bannière de procession de saint Jean-Baptiste et de l'Enfant Jésus
    Bannière de procession de saint Jean-Baptiste et de l'Enfant Jésus Laurède - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'iconographie (sur le phylactère de la croix de saint Jean-Baptiste) : ECCE
    Historique :
    Les effigies de l'Enfant Jésus et de saint Jean-Baptiste enfant reproduisent sans doute des images pieuses de grande diffusion, dans le goût de Murillo.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    couronne d'épines et le globe crucifère, devant l'étable de Bethléem avec l'âne et le bœuf ; saint Jean saint Jean-Baptiste agneau coquille croix -Baptiste enfant accoudé sur un agneau et tenant sa croix de roseau (avec l'inscription ECCE AGNUS DEI) et la coquille baptismale, devant un paysage de palmiers. Entourant les médaillons, des bouquets de lys et des palmettes en drap doré. Décor de fond du damas, de style néo-roman : médaillons circulaires contigus, bordés d'une frise de cœurs, entourant de grands oiseaux affrontés. galon à motif d'éventails.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Bannière double face en damas de coton blanc, à deux lambrequins, avec médaillon ovale en toile
    Titre courant :
    Bannière de procession de saint Jean-Baptiste et de l'Enfant Jésus
    Appellations :
    de saint Jean-Baptiste et de l'Enfant Jésus
    Illustration :
    Ensemble (face avec saint Jean-Baptiste) : détail. IVR72_20154000686NUC2A
  • Tableau double face (ancienne bannière de procession) : Saint Georges et saint Jean l’Évangéliste
    Tableau double face (ancienne bannière de procession) : Saint Georges et saint Jean l’Évangéliste Saint-Geours-d'Auribat - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    de saint Jean l’Évangéliste, même si elle relève d'un esprit différent et plus "moderne" (nuée bannière de procession à l'origine. L'effigie équestre de saint Georges, patron de la paroisse, pourrait , draperie flottante), semble toutefois de la même main que le saint Georges, qui présente des traits communs .). L’œuvre a été restaurée en 1986 par Claudine Passicos, de Laurède.
    Observation :
    Rare exemple conservé de bannière de procession ancienne.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    figure biblique saint Jean l'Evangéliste nuée Sur l'une des faces, l'effigie de saint Georges à cheval terrassant de sa lance le dragon étendu au sol ; le saint est coiffé d'un casque du type bourguignotte. Sur l'autre face, saint Jean
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    La peinture est exécutée à l'huile sur les deux faces d'une toile de lin au tissage régulier et
    Titre courant :
    Tableau double face (ancienne bannière de procession) : Saint Georges et saint Jean l’Évangéliste
    Dimension :
    Dimensions de la toile.
    États conservations :
    changement de fonction La face avec saint Georges présente une forte usure de la couche picturale, réduite à presque rien
    Illustration :
    Seconde face : saint Jean l'Evangéliste. IVR72_20134001389NUC2A Seconde face : saint Jean l'Evangéliste (détail). IVR72_20134001390NUC2A
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc Garrey - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabrique (gravée sur le socle) : PIERACCINI. PELISSIE[R] / EDITEUR.
    Historique :
    La statue porte la marque de la fabrique parisienne Pieraccini Pélissier. Elle proviendrait, selon l'ancien desservant Noël Tibur, de l'abbaye prémontrée de Divielle (commune de Goos, à dix kilomètres au nord de Garrey), vendue par ses derniers occupants trappistes à un particulier en 1932. Un autre
    Représentations :
    Jeanne est représentée au sacre de Charles VII : revêtue d'une armure argentée et d'une cotte sainte Jeanne d'Arc armure casque épée étendard
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Auteur :
    [fabricant de statues] Pieraccini Pélissier
    Emplacement dans l'édifice :
    collatéral nord, autel de la Vierge
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Origine :
    lieu de provenance abbaye de Divielle Goos - Divielle - en écart
  • Ensemble croix de cimetière et dalle funéraire du curé Jean-Baptiste Lafaurie
    Ensemble croix de cimetière et dalle funéraire du curé Jean-Baptiste Lafaurie Saint-Jean-de-Lier - en village
    Historique :
    la tombe de l'abbé Jean-Baptiste Lafaurie (1813-1880), curé de Saint-Jean-de-Lier jusqu'à sa mort La croix de cimetière fut installée à l'occasion d'une mission en 1892. Au pied du socle est placée , dont le nom figure sur la petite cloche de l'église, fondue en 1877 par Louis Delestan (réf. IM40005338).
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Matériaux :
    fonte de fer peint monochrome
    Dénominations :
    croix de cimetière
    Statut :
    propriété de la commune
    Emplacement dans l'édifice :
    cimetière, derrière le chevet de l'église
    Catégories :
    taille de pierre
    Inscriptions & marques :
    la dalle funéraire : CI-GIT / [...] LAFAURIE PRËTRE / [curé] de St-Jean de Lier / [PEN]DANT [...] ANS NE A / [...] le 7 Mars 1813 / [MORT A] St JEAN DE LIER / [...] [S]eptembre 1880 à l'âge / DE 67 ANS. Inscription gravée sur la face du socle de la croix : SOUVENIR DE LA / MISSION / 1892. Épitaphe sur
    Précision dénomination :
    croix de mission
    Représentations :
    Le Christ crucifié est représenté vivant, le regard tourné vers le ciel au moment de l'invocation au Père, les pieds cloués l'un à côté de l'autre et reposant sur le suppedaneum. La croix est ornée de vrilles et de volutes forgées en C et en S, adossées et formant des motifs en lyre aux extrémités
    Description :
    Croix constituée d'un haut socle en calcaire peint au lait de chaux, à base et corniche moulurées en cavet et doucine, sur degré maçonné à deux marches, d'une croix en fer avec Christ en fonte de fer
    Localisation :
    Saint-Jean-de-Lier - en village
    Titre courant :
    Ensemble croix de cimetière et dalle funéraire du curé Jean-Baptiste Lafaurie
    Appellations :
    du curé Jean-Baptiste Lafaurie
    Illustration :
    Croix de cimetière. IVR72_20134001466NUC2A Croix de cimetière et dalle funéraire. IVR72_20134001492NUC2A Inscription commémorant la mission de 1892 sur la croix de cimetière. IVR72_20134001493NUC2A
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc Aurice - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    Signature (sur le socle de la statue, à droite) : A. VERMARE.
    Historique :
    Comme le signale une facture conservée dans les archives de la paroisse, cette statue de Jeanne béatification de Jeanne en 1909. d'Arc fut acquise en juillet 1918 auprès de la maison parisienne D. Saudinos-Ritouret (2-6, place Saint -Sulpice), dont le site de fabrication se trouvait à Vertolaye (Puy-de-Dôme). La sculpture porte la marque "A. VERMARE", qui désigne un célèbre modèle d'André-César Vermare (1869-1949), Prix de Rome de sculpture en 1899, fils de Pierre et frère de Frédéric Vermare, tous deux fabricants de statues. Le marbre original avait été exécuté pour l’église romaine de Saint-Louis-des-Français à l’occasion de la
    Représentations :
    Jeanne est représentée au sacre de Charles VII, revêtue d'une armure argentée et d'une cotte sainte Jeanne d'Arc armure casque épée étendard fleurdelisée, portant l'étendard timbré de sa devise Jhesus Maria. La console d'origine porte l'écusson aux armes de la sainte entouré de lys.
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Auteur :
    [fabricant de statues] Saudinos-Ritouret D.
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Dimension :
    h 150.0 hauteur de la statue sans l'étendard h 190.0 hauteur de la statue avec l'étendard
    États conservations :
    La statue a été repeinte en blanc avec détails rehaussés à la bronzine (garde de l'épée, ceinture
    Illustration :
    Facture de la maison D. Saudinos-Ritouret pour la fourniture d'une statue de Jeanne d'Arc, 23
  • Cloche dite Jeanne-Maylis
    Cloche dite Jeanne-Maylis Doazit - en village
    Historique :
    et "baptisé" le 24 juin suivant (fête de saint Jean-Baptiste, patron de l'église) par Jean-Baptiste Cette cloche, la plus récente de la commune de Doazit, résulte de la refonte d'un instrument exécuté en 1862 par le fondeur tarbais Ursulin Dencausse. La cloche de 1862, comme le signale l'abbé -1983), fondateur en 1931 de la fonderie familiale à Castanet-le-Bas (commune de Saint-Gervais-sur-Mare Lafférère et Antoinette Gabrielle Maylis Personnaz de Gorostarzu (1908-1997), propriétaire du château de Candale au Mus et arrière-arrière-petite-fille de Victor Broca-Perras et Josèphe-Amélie Lacaze, parrains de la cloche de 1862 (Maylis de Gorostarzu est fautivement dite "née Lacaze" - nom de jeune fille de
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Référence documentaire :
    DUBEDOUT Philippe. Les cloches de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin AD Landes. 1338 W 192. Cloche dite Jeanne-Maylis (en 1992) Cloche dite Jeanne-Maylis. Diapositive
    Statut :
    propriété de la commune
    Catégories :
    fonderie de cloches
    Inscriptions & marques :
    . Exc. Mgr Clément Mathieu évêque d'Aire et de Dax / J'ai pour parrain et marraine / Jean-Baptiste Laférrère de Peyroux / Maylis de Gorostarzu née Lacaze, de Candale / Jean-Norbert Ducau de Pébergé maire / Charles Olivier Luquet curé. Inscription (sur l'autre face) : Jeanne-Maylis / Sounats campanetes
    Précision dénomination :
    de clocher
    Représentations :
    ornementation rinceau fleur de lys Christ en croix sur une face du vase, Immaculée Conception sur l'autre face ; frise de rinceaux et de fleurs de lys ; filets à la faussure.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Granier Joseph
    Description :
    Cloche suspendue, de volée ; tintement par actionnement manuel ; couronne d'anses usuelle ; mouton
    États conservations :
    Cloche recouverte de fientes.
    Titre courant :
    Cloche dite Jeanne-Maylis
    Appellations :
    dite Jeanne-Maylis
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc Gousse - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    , à la mystique de "la France éternelle de Jeanne d'Arc". La statue, dépourvue de marque de fabricant, correspond au modèle créé par le sculpteur Martin Pierson (1836-1900) pour l'Institut catholique de Vaucouleurs, fondé par lui en 1865 ; il figure sur la planche 37 du catalogue de la fabrique en 1887 et à la page 7 de celui de 1893 (modèle n° 87), en pendant d'un Saint Louis roi. La date du 4 août 1914 inscrite sur le socle de la statue de Gousse est celle de
    Représentations :
    Jeanne est représentée au sacre de Charles VII : revêtue d'une armure argentée et d'une cotte de sainte Jeanne d'Arc armure casque épée étendard mailles, son casque à ses pieds et l'épée au côté, la main droite posée sur la poitrine, elle tient de l'autre l'étendard semé de fleurs de lys.
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Auteur :
    [fabricant de statues] Union internationale artistique - Institut catholique de Vaucouleurs
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    États conservations :
    Il manque l'extrémité supérieure de l'étendard.
  • Statue : Saint Jean-Baptiste
    Statue : Saint Jean-Baptiste Toulouzette - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Inscriptions & marques :
    marque de marchand peint Marque de fabricant (cachet en creux sur le côté droit du socle) : LA STATUE RELIGIEUSE / PARIS . Marque de marchand (peinte sur le côté gauche du socle) : Th. Ricaud / Bordeaux. Inscription concernant l'iconographie (peinte sur la face du socle) : St JEAN-BAPTISTE.
    Historique :
    , puis reprise par Pacheu, Lecaron et Peaucelle). Toutefois, aucun des deux modèles de Saint Jean Cette statue porte la marque de la maison parisienne "La Statue religieuse" (fondée par Ignaz Raffl -Baptiste figurant au catalogue de la fabrique (n° 39 et 114) ne correspond à la sculpture ici étudiée. Le parisiennes, qui fournit également une statue de Sainte Quitterie à Toulouzette (réf. IM40006113).
    Représentations :
    saint Jean-Baptiste agneau Le saint, vêtu de la mélote, tenant la croix et la coquille baptismale, est figuré dans l'acte de
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Auteur :
    [fabricant de statues] La Statue religieuse
    Titre courant :
    Statue : Saint Jean-Baptiste
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc Téthieu - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    ouvrage intitulé L'Âme de Jeanne d'Arc. Statue de série produite après 1920 par le fabricant toulousain N. Gheusi (l'abréviation de son
    Représentations :
    Jeanne est représentée au sacre de Charles VII : couronnée de lauriers, revêtue d'une armure sainte Jeanne d'Arc armure casque épée étendard
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Auteur :
    [fabricant de statues] Gheusi N.
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc
  • Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc Eyres-Moncube - en village
    Contributeur :
    Maisonnave Jean-Philippe
    Historique :
    de la naissance de Jeanne d'Arc, à l'occasion duquel fut sans doute créé ce modèle, dont l'auteur n'a Le socle porte un cachet de fabricant effacé et la date 1912, qui est celle du cinquième centenaire
    Représentations :
    Jeanne est représentée en pied, revêtue de son armure, le regard levé vers le ciel, brandissant son sainte Jeanne d'Arc armure épée épée de la main droite, telle une croix, et tenant de la gauche son étendard qu'elle presse sur sa
    Statut :
    propriété de la commune (?)
    Stade de création :
    oeuvre de série
    Description :
    Socle quadrangulaire homogène avec la figure, hampe de l'étendard et épée rapportés et peints faux
    Titre courant :
    Statue : Sainte Jeanne d'Arc
    Illustration :
    Ensemble de face. IVR72_20164000967NUC2A Ensemble de face. IVR72_20164000968NUC2A Ensemble de trois quarts gauche. IVR72_20164000969NUC2A