Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 337 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maisons d'ouvriers de la Compagnie des Consommateurs de Pétrole
    Maisons d'ouvriers de la Compagnie des Consommateurs de Pétrole Pauillac - le Pré-Neuf - route de Cagnon - en ville - Cadastre : 2012 AR 184, 50
    Historique :
    chenal du Gahet. Les bâtiments sont implantés à l'ouest du site et consistaient en trois habitations , une habitation double, une habitation avec loge du concierge et des bureaux avec un laboratoire.
    Description :
    à étage, accessible par un escalier droit couvert greffé sur la façade latérale et des annexes en rez-de-chaussée ; une autre présente une travée formant pignon et des linteaux des fenêtres traités en brique et pierre.
    Titre courant :
    Maisons d'ouvriers de la Compagnie des Consommateurs de Pétrole
  • Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus
    Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus Poyanne - en village
    Inscriptions & marques :
    OMNI OPERE / DEDIT / CONFESSIONEM / SANCTO / ET EXCELSO / IN VERBO GLORIA / DE OMNI / CORDE SVO ses œuvres il a rendu grâces au Dieu saint, et il a béni le Très Haut par des paroles pleines de sa ORE / QVASI MEL / INDVLCABITVR / EJVS / MEMORIA / IPSE / EST DIRETVS / IN POENITENTIAM / GENTIS / ET peuple dans la pénitence, et il a exterminé les abominations de l'impiété. L’Ecclésiastique, 49, 2-3 ; traduction : "Je n'ai pas celé ta justice au fond de mon cœur, j'ai dit ta fidélité et ton salut, je n'ai pas caché ton amour et ta vérité à la grande assemblée") ; inscription grecque (panneau de droite ; extrait
    Historique :
    consacré aux figures fondatrices de la Compagnie de Jésus. Après la révolution espagnole de 1868 et la chute de la reine Isabelle II, le gouvernement provisoire anticlérical supprima la Compagnie et expulsa la Compagnie et sur son rayonnement universel, en un moment où son existence même était menacée. Les . Après quelques mois d'errance, le supérieur général de la Compagnie, le Père Felipe Gomez, acheta le 3 la maison professe et le noviciat de la province de Castille. La demeure accueillit ainsi dans un premier temps soixante-douze jésuites espagnols puis, au fil des années, jusqu'à cent religieux et autant moururent au château et furent inhumés au cimetière communal, où leur tombeau collectif est toujours visible . A une date non précisée, un ou plusieurs membres de la communauté, avec l'accord du maire Coudroy et toute proche et à peine achevée - sa consécration eut lieu le 6 septembre 1869, quatre mois après fondèrent la Compagnie avec Ignace de Loyola à Montmartre le 15 août 1534 - saint François Xavier, Alfonso
    Référence documentaire :
    Pyrénées et des Landes LARTIGAU Pierre. "Triduum solennel célébré dans l'église de Poyanne". L'Écho religieux des Pyrénées et des Landes. Semaine religieuse des diocèses de Bayonne, Tarbes et Aire-Dax, août
    Représentations :
    les triplets des 1ère et 3e travées) ou des inscriptions en diverses langues (pour les 2e et 4e ), puis dans la 3e travée côté gauche et ainsi de suite. 4e travée, côté gauche : saint François Xavier (1506-1552) portant étole, bourdon et coquille de baptême, allusion à son rôle majeur dans l'évangélisation des Indes et du Japon. 4e travée, côté droit : Jacques (Diego) Lainez (1512-1565), deuxième , carquois, arc et flèches, lances, pique, scie ; à droite, ostensoir, livre ouvert, lance, glaive, flèche ouvert, carquois, arc et flèches, lance, pique ; à droite, calice et hostie, livre fermé, mitre, crosse , étole, bourdon, bénitier, lance et pique. 2e travée, côté gauche : Claude Le Jay (1504-1552), jésuite gourde, carquois et flèches, étole, couronne de laurier ; à droite, calice et hostie, livre fermé, mitre , crosse, étole, bourdon, bénitier, lance et pique. 1ère travée, côté droit : Jean Codure (1508-1541 ), jésuite provençal, tenant un livre fermé. Trophées liturgiques : à gauche, calice et hostie, livre ouvert
    Description :
    Les peintures sont exécutées à l'huile, en camaïeu de brun et de beige, sur des toiles découpées en arc brisé ; celles-ci sont marouflées et clouées dans les arcatures aveugles, groupées en triplet, qui
    Titre courant :
    Peinture monumentale du vaisseau central : Les fondateurs de la Compagnie de Jésus
    Annexe :
    Extrait de l'"Écho religieux des Pyrénées et des Landes", aout 1873, p. 573-574. "Triduum solennel Favre (Lefebvre) de la Compagnie de Jésus, béatifié par le Souverain Pontife Pie IX, le 5 septembre 1872
    Illustration :
    Saint François Xavier et inscriptions hébraïques. IVR72_20134000986NUC2A Jacques Lainez et inscriptions latines. IVR72_20134000983NUC2A Nicolàs Bobadilla et trophées liturgiques. IVR72_20134000989NUC2A Simao Rodrigues et trophées liturgiques. IVR72_20134000980NUC2A Claude Le Jay et inscriptions grecques. IVR72_20134000991NUC2A Alfonso Salmeron et inscriptions arabes. IVR72_20134000978NUC2A Pasquier Brouet et trophées liturgiques. IVR72_20134000994NUC2A Jean Codure et trophées liturgiques. IVR72_20134000975NUC2A Jean Codure et trophées liturgiques. IVR72_20134000976NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Hinx - en village
    Historique :
    ), leur envoi au dépôt de Dax le 26 ventôse an 2 et la construction d'un autel de la Patrie le 3 frimaire : en 1829, l'église, menacée d'interdiction et "ouverte", ne possède encore qu'un '"autel renversé ; un vieil autel de Notre-Dame est orné "de dorures et marbrures" par le peintre-doreur qui a œuvré au sacristie "un calice en argent et ses accessoires [sans doute le calice acquis en 1827 de F.-J. Bertrand -Paraud], un second calice et patène en argent, un porte-Dieu et une custode en argent, un ostensoir avec croissant en argent, six nappes une pour le maître-autel et une pour Notre-Dame, deux croix, une bannière des deux cloches, en 1836, 1850 (par François-Dominique Delestan) et 1874 (par son fils Louis-Rémy ). La construction d'un second bas-côté en 1866 entraîne un renouvellement partiel du mobilier et , surtout, l'exécution d'un décor mural (aujourd'hui disparu) par le peintre toulousain Laurent Barthe et la pose de verrières figurées et décoratives par le verrier palois Jules-Pierre Mauméjean. Quelques ajouts
    Référence documentaire :
    Chapelle du hameau de Saint-André : démolition, aliénation des matériaux et des dépendances, 1817 Dons et legs à la fabrique, 1760-1811. Statues du Sacré-Cœur et de sainte Jeanne d'Arc. Diapositive, 1991. (Donateurs et créateurs).
    Auteur :
    [éditeur] Desclée et Compagnie
    Annexe :
    romain [réserve nord] 1909. DESCLÉE et Compagnie, éditeur à Bruges. Papier, carton, cuir. Page de titre : MISSALE ROMANUM [...] / DESCLEE ET SOCII [...] 1909. Frontispice : Messe de saint Grégoire. Livre autels, un tabernacle et 2 faux tabernacles (maître-autel, autels de la Vierge et de saint Joseph) [chœur ] (ill. 20134002801NUC1A et 20134000790NUC2A) Vers 1970-1980. Marbre noir et gris Autels tables sur , accotoir et guichet à jalousie. [Confessionnal acquis en 1902 par la fabrique.] Confessionnal de sacristie support en fer forgé. h = 95 ; la = 80 (vasque). [Fonts supprimés avant 2013 et remplacés par des fonts (commode-armoire) [sacristie] (ill. 20134002799NUC1A) Milieu 20e s. Chêne teinté et verni. Commode [sacristie] 2e moitié 19e s. Laiton peint (argenté). Style classique. Décor : godrons sur la base et le bord . Décor : godrons sur la base et le bord du couvercle, canaux sur les flancs de la coupe, arabesque en réserve sur le couvercle. h = 8,5 ; la = 13. Seau à eau bénite et goupillon [sacristie] 20e s. Alliage
    Illustration :
    Autel de la Vierge et statue de l'Immaculée Conception (repeinte). IVR72_20134000790NUC2A Statues du Sacré-Coeur et de sainte Jeanne d'Arc (en 1991). IVR72_20134002802NUC1A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Gouts - en village
    Historique :
    XVIIe ou du début du XVIIIe siècle, un tabernacle rocaille des années 1750-1770 et une statue en pierre incidemment dans un champ pendant l'entre-deux-guerres et restituée à l'église en 1934. Le reste du mobilier la fin du XIXe siècle par Jeanne Mamique et quelques statues de série - n'est pas antérieur aux années 1970 (autels du Sacré-Cœur et de saint Joseph, autel "face au peuple" et tabernacle mural). Trois tableaux des époux Kosiak ("PierréMarie") ont été offerts en 1994 et 1996. De la vitrerie de l'église avant Stelzl ; les autres verrières (chœur et nef) ont été réalisées par la maison Mauméjean frères à comporte des pièces parisiennes (J.-B. Martin, Demarquet frères) et lyonnaises (J.-P. Pernolet) de la seconde moitié du XIXe siècle et des premières décennies du siècle suivant.
    Référence documentaire :
    AD Landes. 70 V 141/10. Dons et legs à la fabrique (1825-1878) Dons et legs à la fabrique (1825 Capbreton, 1970, t. II, p. 63 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas
    Auteur :
    [éditeur] Desclée, Lefebvre et Compagnie [éditeur] Desclée et Compagnie [éditeur] Mame Alfred et fils
    Annexe :
    1924. D. Missel romain (n° 1). DESCLÉE et Compagnie, Tournai, 1898. In-quarto. Reliure en cuir noir . Missel romain (n° 2). DESCLÉE et Compagnie, Tournai-Rome, 1913. In-quarto. Reliure en cuir rouge doré au ] A. Graduel romain. J. MINGARDON et Compagnie, Marseille, 1872. Reliure en cuir brun clair. Page de recognitum. / Parisiis, Insulis, Lugduni, Sumpt. et Typis Societ. S. Joannis Evang. / Desclée, Lefebvre et et Typis Societ. S. Joannis Evangelistae / Desclée et Socii, S. Sedis Apost. et S. Rituum Cong à 10 heures du matin, En présence de MM. 1° Jean Carrère, desservant à Gouts, 2° et J. Fargues, J . Castets, Dartiguelongue, Bats et Fosse, membres du conseil de fabrique, demeurant tous à Gouts / Nous , soussigné, Chastang, receveur des domaines à Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Gouts. Chapitre I d'autel vieilles - 1. / 12. 5 devants d'autel, guipure et coton - 2,50. / 13. 12 serviettes fil, usées - 6
    Illustration :
    Missel romain (Desclée, 1913) : frontispice avec la Messe de saint Grégoire. IVR72_20184001133NUC2A d'Aire et Dax, 22 juin 1917. IVR72_20184001134NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Préchacq-les-Bains - L'Église - en écart
    Historique :
    mobilier de l'édifice primitif, une cuve baptismale apparemment conçue pour le baptême par immersion et dans l'église, fait explicable dans la mesure où celle-ci aurait subi une dévastation complète et un , datent un chandelier pascal en bois doré et surtout le maître-autel, ou du moins son tabernacle au riche -Baptiste et Martin, patrons principal et secondaire de la paroisse). Le reste du mobilier et du décor, à le matériau des cloches exécutées en 1828 par le Lorrain F.-V. Decharme) et l'installation de statues de série (par les fabricants Brisson frères de Bordeaux et Monna de Toulouse), la constitution d'un vestiaire complet et celle d'un jeu de vases sacrés acquis auprès d'orfèvres parisiens (A. Renaud , H. Chevron) et surtout lyonnais (Favier frères, Berger et Nesme, Villard et Fabre). Le dernier ajout
    Référence documentaire :
    Dons et legs à la fabrique (1812-1880) : Duguis dit Marqueton (1812-1813), Jean Maisonnave (1828 Quatre chapes (une blanche, une violette, deux noires) et un ornement blanc. Diapositive, 1991. Chape blanche et trois ornements (vert, violet, rouge). Diapositive, 1991.
    Auteur :
    [éditeur] Desclée et Compagnie [fabricant marchand] Biais Aîné et Compagnie
    Annexe :
    ) Après 1852. Papier, carton, cuir. Jacques LECOFFRE et Compagnie, éditeur à Paris. Titre : RITUALE . Ill. 20134001917NUC2A et 20134001918NUC2A. B. Missel romain (n° 2). DESCLÉE LEFEBVRE, Tournai, 1894 . Titre : MISSALE ROMANUM […] Tornaci / DESCLÉE LEFEBVRE 1894». C. Missel romain (n° 3). Alfred MAME et François-Victor Decharme (1792-1875) (Faivre et Matéos, 2011, p. 13). Refondues en 1869 par le Dacquois , avec battant en plein cintre à claire-voie (remplage à deux lancettes et rose quadrilobée de réseau ) ; loges latérales à linteau ajouré et festonné, avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; corniche amortie d'une frise faîtière ajouré à trèfles et arceaux. Dimensions approximatives :h = 210 ; la reposant sur une base moulurée de même plan. h = 108,5 ; la= 66 ; pr = 51. Lutrin à armoire [clocher et tribune occidentale] (ill. 20134002026NUC2A) 2e moitié 19e s. Chêne teinté et ciré. Armoire à battant unique, ornée de pilastres à chapiteau feuillagé et d'arcs cintrés (sur le battant et sur les faces
    Illustration :
    Quatre chapes (une blanche, une violette, deux noires) et un ornement blanc (en 1991 Chape blanche et trois ornements (vert, violet, rouge) (en 1991). IVR72_20134002897NUC1A Rituel romain (Jacques Lecoffre et associés, vers 1852) : page de titre. IVR72_20134001919NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Caupenne - en village
    Historique :
    Caupenne a conservé une part importante de son mobilier et de son décor porté d'Ancien Régime. Aucun élément n'est toutefois antérieur au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, époque de l'acquisition de la baptismaux et un bénitier en marbre des Pyrénées, l'autre ajout majeur du milieu du XVIIIe siècle. Enfin, en pourtour de l'église, incluant des stalles dans le chœur et des confessionnaux dans les collatéraux. Ce fut toutefois achevé tardivement, témoin les copies d'après Heinrich Mücke et Wilhelm von Schadow qui ornent son retable), ainsi, probablement, que le mobilier et le lambris de la sacristie. La seconde de l'église avec la pose de verrières décoratives (anonymes) et surtout l'exécution en 1870 de dépourvu de cloches au lendemain de la Révolution, la fabrique et l'abbé Farthouat purent récupérer deux cloches anciennes (1627 et 1632) provenant respectivement de Heugas et de Sabres ; si la première est exécutées entre 1800 et 1880 par des orfèvres parisiens (Martin et Dejean, J.-P.-A. Dejean, Chevron frères
    Référence documentaire :
    Église : acquisition de mobilier et d'ornements (1876-1889). Dons et legs à la fabrique (1880-1889) : don abbé Darrieutort (1880), legs Marguerite Tachoires Confrérie du Saint Scapulaire de Caupenne : conditions d'admission et devoirs. p. 32 Archives diocésaines, Dax. Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882) Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882). 1872, p. 266-271 (visite pastorale de Mgr Epivent) Petite revue catholique du diocèse d'Aire et de tome II, p. 123-129 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I p. 128 DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Desclée et Compagnie [imprimeur-éditeur] Mame Alfred et fils
    Annexe :
    . Missel romain. DESCLÉE et Compagnie, Tournai, 1912. Reliure noire, dos à cinq nerfs, décor gravé au fer . Missel romain. Jean-Benoît PELAGAUD et Compagnie, Lyon, 1854. Reliure noire, décor gravé au fer (bordure sur les plats (croix fleurdelisée). Page de titre : "Missale romanum [...] / Desclée et Socii, S , trèfles), pinacles et crochets. Paire de luminaires d’applique d'église (bras de lumière) [sacristie] 4e (couronnes de lumière) [vaisseau central, dans les grandes-arcades] 4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés . Lustres à couronne de style néogothique, avec six lumières à bobèche et binet et croix en pendentif néoclassique. Base triangulaire, tige cannelée, bobèche en vase Médicis et binet. Décor : bustes de la Sainte croix d'autel et d'un chandelier d’autel [sacristie] 4e quart 19e s. Bronze doré. Style néo-médiéval . Base triangulaire. Décor : feuilles et pommes de pin stylisées sur la base, feuilles de vigne aux [sacristie] 2e moitié 19e s. Bois découpé et ajouré. h = 50 ; la = 27. [N° 47, inv. 1906.] Paire de vases
    Illustration :
    Vue intérieure vers le choeur, avec les trois autels-retables et la chaire à prêcher Statuettes et croix déposées au clocher. IVR72_20144002044NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Oeyreluy - en village
    Historique :
    remise de la règle de saint Augustin à saint Norbert. Un calice et un ciboire bordelais de la seconde moitié du même siècle (le ciboire aujourd'hui déplacé à l'église de Rivière-Saas-et-Gourby, réf baptismaux de pierre sont datables du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Le reste du mobilier a été mis en nouveaux autels secondaires et surtout la pose de verrières figurées par le Toulousain Louis Saint-Blancat . La totalité du mobilier de la sacristie ainsi que les sièges du chœur et le chandelier pascal ont été d'Ancien Régime déjà mentionnées, des objets sortis d'ateliers parisiens (Demarquet frères) et lyonnais deux instruments précédents, livrés respectivement par François Bardan ou Bardau en 1812 et par le
    Référence documentaire :
    DUFOURCET Eugène. "Œyreluy et la porte romane de son église", Bulletin de la Société de Borda. Dax Capbreton, 1970, t. II, p. 291 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas FAVREAU Robert, MICHAUD Jean et al. Corpus des inscriptions de la France médiévale. 1985, vol. 10
    Auteur :
    [éditeur] Desclée et Compagnie
    Annexe :
    [sacristie] 1962. DESCLÉE ET COMPAGNIE. Reliure en cuir rouge, signets dorés en soie de couleur. Titre / DESCLEE & SOCII / S. Sedis Apostolicae et S. Rituum Congregationis typographi / Printed in Belgium Neurisse Baron de Laluque, ancien capitaine de cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de St -1840) et la belle-mère de Laurence de Bachelier, marraine de la 2e cloche. Cloche (n° 2) Bronze, 1818 , marraine de la cloche de 1812, et la mère du donateur des verrières de l’église, Abdon d’Armana (réf les noms des soldats morts, flanqué de pilastres ioniques et couronné d’une lunette ou tympan en demi soubassement, un trophée constitué d’un casque et d’une croix de Guerre flanqués de deux drapeaux soutenus par translucide coloré et taillé à facettes. Lancettes étroites en plein cintre. Motifs géométriques aux couleurs à claire-voie (trois barreaux) et fronton sommital ; loges latérales ouvertes avec accotoir , agenouilloir et guichet à jalousie ; décor de style Art déco : billettes, croix pattée dans un hexagone (loges
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Eugénie
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Eugénie Candresse - en village
    Historique :
    Landes au temps de Louis XV et Louis XVI. Vandalisé pendant "la tourmente révolutionnaire" si l'on en . IM40003918). En 1846 et 1853, deux inventaires réalisés par les marguilliers décrivent pourtant, dans une église "tombant de vétusté", un ensemble mobilier en mauvais état et "d'une saleté dégoûtante" ; les vases sacrés et objets du culte sont, eux, en passe d'être "frappés d'interdit". Des achats réguliers refondues respectivement par François-Dominique et Louis-Rémy Delestan en 1865 et par leur fils et frère , et une plus récente produite par un autre Delestan (sans doute Jean [1762-1828]). Les objets cultuels en métal précieux sont acquis auprès d'orfèvres lyonnais (Guillat, Favier frères) et parisiens ornement en drap d'or par l'impératrice Eugénie. Plusieurs artisans et marchands dacquois (liste en annexe
    Référence documentaire :
    Livre de comptes destiné à constater les recettes et les dépenses de l’église de Candresse, 1848 Chaire à prêcher et éléments disparus du mobilier et du décor (lambris de demi-revêtement, chemin Capbreton, 1968, t. I, p. 93 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas
    Auteur :
    [éditeur] Desclée, Lefebvre et Compagnie [] Desclée et Compagnie
    Annexe :
    ° 1). 1909. Titre : « Missae pro defunctis […] Romae Tornaci / DESCLÉE ET SOCII [1909] ». F. Messe des , feuilles d’acanthe, pommes de pin et volutes. h = 250 environ. Fonts baptismaux [nef, niche du mur nord ] 19e s. Calcaire (pied), grès (cuve). Cuve ovale sur pied en balustre et socle carré. h = 112 ; la = 75 nord] 19e s. Bois taillé et tourné. Porte à deux battants, la moitié inférieure pleine à panneaux : instruments de la Passion dans des médaillons ovales, perles (pied et couvercle). h = 30. [Objet repéré en . Jules JAMAIN et Eugène CHEVRON, Paris. Argent doré. Décor gravé : calice et hostie rayonnants dans des godrons. h = 8. Seau à eau bénite et goupillon [sacristie] 20e s. Alliage doré. Seau : base circulaire ] (fig. 07-08) 1859 ( ?). Laiton argenté, bronze doré. Style néoclassique. Hampe et douille emboîtante en et d’autre du nœud, cœurs sacrés jumelés sur la face du nœud et titulus (porté par un ange en vol ) fondus, dorés et rivés ; fleurons à feuilles d’acanthe aux extrémités des bras. h = 99,5 (avec la douille
    Illustration :
    Santon (serviteur noir des mages et dromadaire). IVR72_20114000576NUC2A La chaire à prêcher et des éléments disparus du mobilier et du décor : lambris de demi-revêtement
  • Horloge d'édifice et mécanisme d'horloge
    Horloge d'édifice et mécanisme d'horloge Rion-des-Landes - Boos - en écart
    Historique :
    Alexandre Labedade, de Rion-des-Landes, représentant local de la maison Prudent-Lamy et Compagnie , manufacture d'horlogerie et de lunetterie fondée en 1860 à Morez du Jura, et localisée au début du XXe siècle
    Description :
    pendulaire suspendu au centre, deux ensembles de roues dentées en bronze fixées sur deux tambours de fer et
    Auteur :
    [fabricant, horloger] Prudent-Lamy et Compagnie
    Titre courant :
    Horloge d'édifice et mécanisme d'horloge
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Larbey - en village
    Historique :
    précises dans des procès-verbaux de visites pastorales et par les recherches de l'abbé Raphaël Lamaignère comportait un petit retable à colonnes et que l'autel latéral, dédié à la Vierge, était "de style Renaissance Pieter de Witte et Jan I Sadeler). A l'exception de cette toile, peu de vestiges subsistent de cet ensemble d'Ancien Régime : des fonts baptismaux en pierre, datables sous réserves du XVIIe siècle, et surtout des peintures murales datées de 1603 et 1610, récemment découvertes dans le chœur et la nef, que de Larbey, aux dires de l'abbé Morellet (Historiettes) et du moraliste Chamfort (Maximes et pensées , caractères et anecdotes). La reconstitution du mobilier après le rétablissement du culte au lendemain de la faux marbre (déposé par la suite et finalement détruit en 2010). Quelques années plus tard, les deux cloches sont refondues, respectivement par les fondeurs Chabaud en 1822 et F.-V. Decharme en 1824. En 1868 , Blanche Domenger d'Antin offre à la paroisse le grand maître-autel en marbre à baldaquin et le bénitier de
    Référence documentaire :
    Église : secours de l'État pour réparations (1865), réparation du clocher et de la toiture du p. 317 CHAMFORT Sébastien-Roch Nicolas, dit. Maximes et pensées, caractères et anecdotes CHAMFORT Sébastien-Roch Nicolas, dit. Maximes et pensées, caractères et anecdotes. Paris : GF-Flammarion, 1968.
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Desclée et Compagnie [imprimeur-éditeur] Mame Alfred et fils
    Annexe :
    . l'abbé Saurin [...] / Desclée, Paris 1939". [Ont disparu les livres fournis par la maison Alfred Mame et Jeune et Compagnie, Grande Rue Cazaud à Aurillac, pour "un ombrelino de procession du T.S. Sacrement" et . 20144001716NUC2A) 1868. Grès. Décor gravé (à la tête de la dalle) : livre et étole. l = 108 ; la = 51. Épitaphe calcaire, sur-même posé sur un degré à deux marches. Inscription (gravée et peinte sur le socle) : MISSION forgé peint (noir et doré), bois. Autel "face au peuple" installé après le concile de Vatican II régnant sur la largeur du chœur (portillon central à deux battants) et du collatéral nord devant l'autel côté ; barreaux sur deux registres ; décor de croix et de volutes adossées. h = 160. [Encore en place 20e s. Bois tourné et sculpté, velours rayé rouge et vert (garniture). Style Louis XIII. h = 130 . Chromolithographie, bois mouluré et doré (cadres). Canon central en trois éléments cintrés. Décor figuré (canon ) ; la = 30,5. Ensemble de 3 canons d'autel (n° 2) [sacristie] (ill. 20144001593NUC2A et
    Illustration :
    Facture de P. Laveissière Jeune et Compagnie, Grande Rue Cazaud à Aurillac, pour un ombrellino de Jeu de trois canons d'autel : canons du lavabo et du dernier évangile. IVR72_20144001594NUC2A procession du T.S. Sacrement" et un conopée, 17 juillet 1912 (AP Larbey). IVR72_20164000625NUC2A Facture de la maison Alfred Mame et fils, de Tours, pour livres de messe, 19 octobre 1912 (AP chandeliers, souches, canon, signets de missel et Christ destinés à "l'autel des soldats", 28 octobre 1922 (AP Facture de la maison Alfred Mame et fils de Tours pour un "Missel édition vaticane, pro Gallia", 21 Facture de Henri Chantrel fils, "L'Art et l’Église" (72, boulevard de La Tour-Maubourg à Paris
  • Statue du Sacré-Cœur et son piédestal
    Statue du Sacré-Cœur et son piédestal Gamarde-les-Bains - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabricant sur le socle de la statue, à droite : LARRIEU ET Cie / ALBI. Inscription et
    Historique :
    La statue porte la marque de la fonderie albigeoise Larrieu et Compagnie. Elle fut installée sur
    Description :
    La statue en fonte peinte est fixée sur un piédestal pyramidal en calcaire, à base carrée et
    Auteur :
    [fabricant de statues] Larrieu et Compagnie
    Titre courant :
    Statue du Sacré-Cœur et son piédestal
    Illustration :
    Larque du fabricant Larrieu et Compagnie sur le socle de la statue. IVR72_20134000617NUC2A
  • Ensemble calice, patène et ciboire
    Ensemble calice, patène et ciboire Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    Poinçons de garantie et de fabricant sur la coupe, la fausse-coupe et le pied du calice et du ciboire, sur le couvercle du ciboire et sur la patène. Poinçon de fabricant : C / M, deux pipes en sautoir , deux étoiles (losange horizontal). Marque de marchand (dans la boîte) : BIAIS Aîné et Cie fabricants
    Historique :
    maison Biais aîné et compagnie (74, rue Bonaparte et place Saint-Sulpice à Paris). Ensemble exécuté par l'orfèvre parisien Capello-Morel (poinçon insculpé en 1858) et vendu par la
    Représentations :
    Sur le pied, le nœud et la fausse-coupe du calice et du ciboire (et sur le couvercle du ciboire ), des frises de perles, des palmes et des grappes de raisin ; couronne d'épines et clous sur le pied du
    Description :
    Le calice et le ciboire forment un ensemble homogène au décor identique. Ils comportent tous deux un pied quadrilobé à redents, un nœud torique de même plan et une fausse-coupe découpée et ajourée
    Titre courant :
    Ensemble calice, patène et ciboire
  • Chenal et port de Neyran
    Chenal et port de Neyran Soulac-sur-Mer - Port de Neyran - - isolé - Cadastre : 2017 OC 292, 295 Chenal non cadastré. 1833 C Chenal non cadastré.
    Historique :
    un tracé légèrement sinueux. Il alimentait les marais salants et était donc utilisé comme port cartes de Masse au début du 18e siècle et sur la carte de Belleyme en 1774-1776. Au début du 18e siècle envahissements des eaux, entre le chenal de Soulac et celui de Neyran. Le plan cadastral de 1833 représente précisément la digue protégeant les terres entre le chenal de Neyran et celui de Talais, puis un tronçon au nord du chenal de Neyran et enfin la "digue du Conseiller" au Verdon. Les chemins ou passes aménagés prés doux de Soulac, puis en 1843 devient syndicat des marais de Soulac) et le syndicat du Conseiller plus s'écouler et les terres sont inondées. A partir de 1847, le syndicat des marais de Soulac prévoit l'aménagement d'une cale et de quais près de la route départementale pour en faciliter l'accès. Le problème du salants de Soulac, résidant au domaine de Neyran, se plaint du désordre dans lequel les matériaux et marchandises sont déposés sur le port. En 1886, un projet de cale inclinée avec perré est proposé. Les Ponts et
    Référence documentaire :
    p. 50 BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1. transformations d'un territoire littoral entre la Gironde et l'Atlantique. Thèse d'histoire, Université de La
    Site, secteur ou zone de protection :
    zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique
    Description :
    un tracé quasi rectiligne. Il collecte les eaux des fossés secondaires et du marais de la Palu ou de Lilhan. Il joue un rôle essentiel dans l'assainissement de ces terres marécageuses et des terres basses
    Titre courant :
    Chenal et port de Neyran
    Annexe :
    compagnie des marais de Soulac serait chargée de l'entretien et de la manœuvre d'un bac cureur. AD Gironde les denrées. On ignore si un ancien port, appellé Lairon, et dont il est fait mention dans une charte sont au nombre de trois ; savoir, le chenal de Nayran, celui du Vieux Soulac et le chenal de la Pointe pratiqué au Midi, et à la distance d'environ deux lieues de ce premier. Il ne s'étend pas beaucoup dans la ponts en bois, pour faciliter la communication de la paroisse de Soulac avec Lesparre et les autres Gironde, G 236 1332-1402 : Vente de sel provenant des salines de Soulac indivises entre l'archevêque et le prieur de Soulac ; objets donnés en paiement du sel : drap blanc, plumes pour les lits et barils de . Protestation au nom de dom Pierre Brun, « prieur, seigneur tamporel et spirituel du bourg et parroisse de fort entien dans laditte parroisse de Soulacq, que, lorsqu'on y fait l'antouin et estimation du sel des marais de lad. parroisse, les seigneurs de Lesparre et seigneurs et prieur de Soullacq proceddent
    Illustration :
    Extrait du plan cadastral de 1833, section C : Neyran et salines. IVR72_20173301883NUC2A , 6 décembre 1886 : coupe du perré et de la cale. IVR72_20173302127NUC2A Chenal et ancienne digue au nord. IVR72_20173301870NUC2A
  • Livre : Missel romain
    Livre : Missel romain Fargues - en village
    Inscriptions & marques :
    Evan=/gelistae, Desclée, Lefebvre et Sociorum Pont. Edit. 1895. Lettre (au bas de la planche du Titre (sur le dos de la reliure, à l'or) : MISSALE / ROMANUM / - / OFFICINA LITURGICA / DESCLEE LEFEBVRE ET SOC. / TORNACI NERVIORUM. Page de titre (en gothique textura) : MISSALE ROMANUM / ex decreto SS . / et Leonis XIII. auctoritate recognitum. / Tornaci Nerviorum, Sumptibus et Typis Societatis S. Joannis
    Historique :
    Missel édité en 1895 par la maison Desclée, Lefebvre et Compagnie, de Tournai (Belgique), réédition
    Représentations :
    trèfles et de fleurettes quintifoliées, entourée d'un cadre rectangulaire rectiligne ; sur le dos, dans , lance et porte-éponge, dés et bassin de Pilate). Planche du frontispice (en couleurs) : Messe de saint liminaires, p. 21) : Adoration des bergers ; Moïse et le buisson ardent. Illustration à pleine page (Propre , p. "0") : Christ enseignant, trônant et bénissant. Bandeau en tête (Propre, p. 1) : Annonciation entre Isaïe et Daniel. Illustration à pleine page (Propre, p. 46) : Adoration des mages. Bandeau en tête . 499) : Annonciation entre Isaïe et Daniel (identique à celui de la p. 1). Vignette verticale (Propre . 634) : Assomption. Bandeau en tête (Propre, p. 635) : Mort et couronnement de la Vierge. Vignette
    Description :
    blanche, violette et verte. Composition : 1043 pages, dont 43 paginées en chiffres romains ("De anno et ejus partibus / Kalendarium Rubricae generalis Missalis / Praeparatio ad missam") et 1000 en chiffres Arc (Dimanche dans l'octave de l'Ascension)"). Texte sur deux colonnes, imprimé en noir et rouge gravées noir et blanc à pleine page à chaque entrée de section, de vignettes en bandeau en tête de celle -ci et de nombreux culots et culs-de-lampe.
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Desclée, Lefebvre et Compagnie
    Illustration :
    Début du Canon de la messe et planche du Calvaire. IVR72_20174000620NUC2A
  • Livre : Missel romain (n° 1)
    Livre : Missel romain (n° 1) Pontonx-sur-l'Adour - en village
    Inscriptions & marques :
    Evan=/gelistae, Desclée, Lefebvre et Sociorum Pont. Edit. 1895. Titre (sur le dos de la reliure, à l'or) : MISSALE / ROMANUM / - / OFFICINA LITURGICA / DESCLEE LEFEBVRE ET SOC. / TORNACI NERVIORUM. Page de titre (en gothique textura) : MISSALE ROMANUM / ex decreto SS . / et Leonis XIII. auctoritate recognitum. / Tornaci Nerviorum, Sumptibus et Typis Societatis S. Joannis
    Historique :
    Missel édité en 1895 par la maison Desclée, Lefebvre et Compagnie, de Tournai (Belgique), réédition
    Représentations :
    Décor doré au fer sur la reliure : sur les plats, une croix latine à bras fleurdelisés et base fleuronnée entre l'alpha et l'oméga dans une mandorle, entourée de deux bandeaux (In nomine Patris et Filii / et Spiritus Sancti Amen) et inscrite dans un cadre rectangulaire à croisillons cantonné de quatre médaillons quadrilobés avec les symboles des Évangélistes, le tout cerné d'une bordure à étoiles et molettes . Bandeau en tête (Pièces liminaires, p. 21) : Adoration des bergers ; Moïse et le buisson ardent . Illustration à pleine page (Propre, p. "0") : Christ enseignant, trônant et bénissant. Bandeau en tête (Propre , p. 1) : Annonciation entre Isaïe et Daniel. Illustration à pleine page (Propre, p. 46) : Adoration tête (Propre, p. 499) : Annonciation entre Isaïe et Daniel (identique à celui de la p. 1). Vignette page (Propre, p. 634) : Assomption. Bandeau en tête (Propre, p. 635) : Mort et couronnement de la
    Description :
    moirée blanche (à motifs polychromes de feuilles de chardon), violette et rouge. Composition : 1153 pages , dont 153 paginées en chiffres romains ("De anno et ejus partibus / Kalendarium Rubricae generalis Missalis / Praeparatio ad missam") et 1000 en chiffres arabes, avec quatre ensembles à pagination autonome sur deux colonnes, imprimé en noir et rouge, illustré d'un frontispice en couleurs, de compositions gravées noir et blanc à pleine page à chaque entrée de section, de vignettes en bandeau en tête de celle -ci et de nombreux culots et culs-de-lampe.
    Auteur :
    [imprimeur-éditeur] Desclée, Lefebvre et Compagnie
  • Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent Mugron - en village
    Inscriptions & marques :
    banderoles de part et d'autre de l'ostensoir) ; O SALUTARIS HOSTIA (sur la banderole tenue par l'ange sur le lambrequin) ; SANCTE LAURENTI / ORA PRO NOBIS (sur deux banderoles de part et d'autre de la figure de saint
    Historique :
    Sacrement et de St Laurent". L'objet fut probablement acquis, comme la bannière de saint Michel et de Jeanne d'Arc (réf. IM40005936), inaugurée le 4 du même mois, auprès de la maison parisienne Biais aîné et Compagnie, spécialiste du genre. Il remplaçait deux bannières successivement achetées par la confrérie du Saint Sacrement, la première en 1837 ("bannière à deux faces, l'une du St Sacrement et l'autre de St Laurent, patron de notre église", payée 250 francs), la seconde en mai 1869, et sans doute prématurément
    Représentations :
    Sur les deux faces, une mandorle crucifère (en satin vert et drap d'or) entourant un ostensoir détachant sur un fond de velours rouge et entourée d'épis de blé brodés ; les écoinçons en satin vert sont saint Laurent, gril et palme (deuxième face).
    Description :
    Face et revers en velours de soie rouge grenat sur armature de toile, bordure inférieure à lambrequin ; passementerie (galon et franges en cannetilles) en fil métal doré ; décor en application sur les "), fil d'argent et perles de verre coloré. Hampe en bois tourné (moderne).
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Biais Aîné et Compagnie
    Titre courant :
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Appellations :
    du Saint Sacrement et de saint Laurent
  • Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe)
    Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe) Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Historique :
    (1822-1916) et de Marie Madeleine Eugénie Farbos de Luzan (1835-1933), sa cousine et son épouse depuis sanctuaire marial de Buglose et d'un vitrail d'Émile Richard à l'église de Lagrange (réf. IM40003274).
    Référence documentaire :
    . Armorial des Landes. Bordeaux : Veuve Justin Dupuy et Compagnie, 1863.
    Représentations :
    de fonte : montants en forme de torches funéraires, guirlandes et bouquets de roses dans des volutes
    Titre courant :
    Tombeau d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin (cippe et plate-tombe)
    Appellations :
    d'Henri et Madeleine de Bonnehé-Tauzin
  • Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux
    Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux Goos - en village
    Représentations :
    Décor de volutes combinées formant des compartiments oblongs, avec feuilles et pommes de pin
    Description :
    Clôtures en fonte et fer forgé (montants, appui) peints en noir et doré (rehauts). La clôture de ouvrant respectivement sur le chœur et sur les autels de saint Joseph (au nord) et de la Vierge (au sud ). La clôture des fonts comporte un portillon (supprimé) et deux panneaux dormants.
    Auteur :
    [fabrique] Capitain-Gény et Compagnie
    Emplacement dans l'édifice :
    choeur et collatéraux
    Titre courant :
    Clôture de sanctuaire et clôture des fonts baptismaux
    États conservations :
    La partie centrale de la clôture de sanctuaire, avec son portillon, a été déposée, et le portillon supprimé et déposé dans la réserve nord de l'église.
  • Autel, gradin et tabernacle du maître-autel
    Autel, gradin et tabernacle du maître-autel Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    livres entre le 18 juin 1785, date du contrat passé avec la supérieure Rutan, et décembre 1787 (il aurait pourtant dû être achevé dès le mois de mai 1786 aux termes de la convention). Il fut peint et doré après le le galbe de l'autel et son décor sont encore dans la tradition rocaille, dans laquelle Dominique Ferrère et son frère Jean II avaient été formés, le tabernacle, d'une conception originale, présente des lignes droites et des motifs (comme les draperies festonnées) plus proches des réalisations néoclassiques haut-pyrénéennes de Cheust (1760-1770) et de Barbazan-Debat. L'ensemble dacquois a subi plusieurs altérations : le dais d'exposition du tabernacle et plusieurs éléments décoratifs (angelots) furent supprimés dès avant 1866 ; le tombeau d'autel a été détaché du gradin et avancé au milieu du chœur après le
    Référence documentaire :
    . Paris : Société Saint Augustin, et Lille : Desclée de Brouwer, 1908. Archives de l'hôpital Saint-Eutrope de Dax. Dépenses pour la construction et l'ameublement de la Michel Romagnesi, et du tableau de César Mariano Marcos Hombrados Onativia (1910-1977), peint en 1945
    Représentations :
    Sur la face du tombeau d'autel, au centre, un cartouche ovale et bombé en marbre gris entouré d'un cadre en bois doré à couronne de laurier, volutes affrontées et guirlandes de fleurettes, sommé d'un couple d'angelots ; aux angles antérieurs du tombeau, des consoles à palmes et volutes amorties d'une laurier, le bandeau qui le surmonte, de rosaces et de tables échancrées en apprêt gravé. Sur le motifs de couronne de laurier, de palmes et de volutes sont repris sur le support des crédences en tabernacle est sculpté le triangle trinitaire dans une gloire de nuées et de rayons (relief dans la masse sommet de l'armoire, retombent en plis nombreux de part et d'autre de la façade ; des chutes de laurier
    Description :
    , griotte rouge du Languedoc pour les gorges supérieure et inférieure) ; sans doute par souci d'économie, la plinthe et les panneaux des côtés sont en bois peint faux marbre vert et noir ; le bandeau supérieur doré composition originale, comporte une armoire eucharistique entièrement en bois doré, étroite et très haute, à rouge, orné d'épis et de pampres dorés et sommé d'un dais porté par un ange à la draperie flottante (selon la description du contrat). De part et d'autre, des ailes à découpe en cavet renversé, revêtues de sommet des ailes et les angles des pilastres.
    Titre courant :
    Autel, gradin et tabernacle du maître-autel
    États conservations :
    surmontaient ces piédestaux de part et d'autre de l'autel (visibles sur une photographie du début des années
    Annexe :
    Convention entre le doreur Antoine Laussatte et le sculpteur Dominique Ferrère pour la peinture et Lescar, et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour la peinture et la dorure du maître-autel de la ). ________________________ "Entre nous soussignés, Sr Antoine Laussatte, peintre et doreur, habitant de la ville de Lescar, d'une part, et Dominique Ferrère, artiste, habitant de Tarbe (sic), d'autre. A été convenu, savoir que moi , dit Laussatte, promets et m'oblige de peindre et dorer l'autel, tabernacle et accessoires que ledit Ferrère a fait et placé à la chapelle neuve de l'hôpital de Dax. En conséquence, le tabernacle aura toute la face dorée en plein, ainsi que tous les ornements et moulures, mais les côtés ou flancs d'icelui peint en rouge et les pampres, épis et raisins seront dorés. La gloire qui élève l'ange formant le dais aura les nuages et raisins, les ailes, draperie de l'ange ainsi que le petit cercle de fleurs, dorés peintes en belle carnation. Tous les ornements en sculpture, en quoi qu'ils puissent consister, ailes et
    Illustration :
    Etat vers 1950 (avant restauration, suppression des anges adorateurs et remplacement de la statue
  • Peintures murales de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere), Jésus et la Samaritaine, Saints et saintes, Vierges à l'Enfant et sanctuaires mariaux
    Peintures murales de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere), Jésus et la Samaritaine, Saints et saintes, Vierges à l'Enfant et sanctuaires mariaux Pontonx-sur-l'Adour - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature et date (en bas à droite de Jésus et sainte Madeleine) : JEAN RIGAUD 1942.
    Historique :
    d'entrée et les arcades de la nef de son église. Il passa alors commande au jeune artiste Jean Rigaud correspond probablement à son achèvement et à son installation à Pontonx, peu après la libération de Rigaud , qui avait été fait prisonnier de guerre en 1940 et interné au stalag de Moosburg. Les peintures des
    Représentations :
    (lazaristes) et de la compagnie des Filles de la Charité, portant un nourrisson abandonné, et saint Jean . N.B. : bien que l'église ne soit pas orientée, on parlera ici, par convention, de côtés "nord" et "sud nord, Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob. Les deux scènes ont pour thème commun la reconnaissance par le fidèle de la divinité du Christ et l'affirmation de la Foi comme seule voie possible pour approcher Dieu "en esprit et en vérité". Apparition à Madeleine : le Christ, encore drapé dans son suaire , écarte de la main Madeleine agenouillée à ses pieds et qui tend les bras vers lui ; derrière eux, un bouquet de cyprès (symbole de la vie éternelle) ; à l'arrière-plan, le tombeau ouvert et la colline du Golgotha avec les trois croix dressées. Jésus et la Samaritaine : le Christ assis sur la margelle du puits de Jacob, s'adressant à la Samaritaine debout et attentive ; derrière eux, un olivier (symbole de paix et de bénédiction) ; à l'arrière-plan, les maisons de Sychar en Samarie. Le paysage commun aux
    Description :
    , marouflées sur le mur et découpées pour épouser le tracé des arcades en tiers-point qu'elles entourent. Le
    Titre courant :
    Peintures murales de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere), Jésus et la Samaritaine , Saints et saintes, Vierges à l'Enfant et sanctuaires mariaux
    Illustration :
    Mur d'entrée de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere), Jésus et la Samaritaine Mur d'entrée de la nef : Jésus et la Samaritaine. IVR72_19844000370V Détail du mur nord de la nef, 4et et 5e travées : Notre-Dame de Chartres et Notre-Dame de Maylis , anges à la trompette et orant. IVR72_19844000371V Peintures des deuxième et troisième travées sud du vaisseau central : Saint Michel Garicoïts et saint François Xavier, sainte Jeanne d'Arc et saint Louis IX. IVR72_20194010355NUC4A Mur d'entrée de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere), Jésus et la Samaritaine Mur d'entrée de la nef : Jésus et sainte Madeleine (Noli me tangere). IVR72_20194010401NUC4A Mur d'entrée de la nef : Jésus et la Samaritaine. IVR72_20194010402NUC4A Mur nord de la nef, première travée : saint Jean-Marie Vianney et le bienheureux Louis-Édouard
1 2 3 4 17 Suivant