Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 31 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Calice et patène
    Calice et patène Montgaillard - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la coupe et le pied du calice et sur la patène. Poinçon de fabricant : DEMARQUET
    Historique :
    Calice exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris (poinçon insculpé en 1868, biffé en 1890).
    Représentations :
    Sur le pied, quatre cartouches ovales bombés à motifs gravés (croix tréflée, roseau, fouet et verges, échelle, lance et porte-éponge) encadrés par trois bouquets de feuilles ; feuilles d'eau et boutons sur le nœud ; feuilles lancéolées et festons à trèfles sur la fausse-coupe. Croix pattée dans des
    Description :
    Calice à pied hexalobé, tige tubulaire, nœud torique à côtes, une bague, fausse-coupe découpée et repercée, coupe à bord droit ; décor repoussé, estampé et ciselé sur fond amati. Patène dépourvue d'ombilic
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
    Titre courant :
    Calice et patène
  • Calice et patène
    Calice et patène Saint-Jean-de-Lier - en village
    Inscriptions & marques :
    fabricant (sur le pied et la coupe du calice) : DEMARQUET / FRERES, une salamandre (losange horizontal Poinçons à la Minerve (Paris) sur la coupe et le pied du calice et sur la patène. Poinçon de
    Historique :
    Le calice porte le poinçon de la fabrique parisienne Demarquet frères (poinçon insculpé en 1868 , biffé en 1890). La patène qui lui est associée, dépourvue de poinçon de fabricant et d'une style
    Représentations :
    Croix tréflée, fleuronnée et rayonnante rapportée sur le pied du calice ; motifs de festons et de points poinçonnés sur fond amati sur le pied, la tige, le nœud et la fausse-coupe. Monogramme IHS avec croix rayonnante et les trois clous gravés sur la patène.
    Description :
    Style néogothique. Pied circulaire, tige tubulaire, nœud et collerette inférieure toriques, fausse -coupe pleine à bord découpé festonné ; argent doré alternativement bruni et amati ; croix du pied fondue et soudée. Patène à ombilic saillant et décor gravé.
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
    Titre courant :
    Calice et patène
  • Calice et patène (n° 2)
    Calice et patène (n° 2) Saint-Sever - Sainte-Eulalie - en écart
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la coupe et le pied du calice et sur la patène. Poinçon de fabricant : DEMARQUET
    Historique :
    Ensemble exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris (poinçon insculpé en 1868, biffé en
    Représentations :
    Sur le pied, trois médaillons polylobés émaillés (rouge, bleu et or) à motifs végétaux stylisés lancéolées gravées sur l'embase du pied ; fleurons amatis et feuilles d'eau sur le nœud ; mêmes rouelles
    Description :
    Calice à pied hexalobé, tige tubulaire, nœud torique à côtes, une bague, fausse-coupe découpée et repercée, coupe à bord droit ; décor repoussé, estampé et ciselé sur fond amati ; médaillons émaillés du
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
    Titre courant :
    Calice et patène (n° 2)
  • Ensemble calice, patène
    Ensemble calice, patène Oeyreluy - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe et la patène. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / Fres, une
    Historique :
    Ensemble exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890.
    Représentations :
    Figurines de la Sainte Famille, debout sur des consoles gothiques, en haut relief (fondues et émaillée bleue sur le pied ; motifs végétaux et bandeau à inscription gravés sur la coupe ; cœur sacré de
    Description :
    imitant une fausse-coupe ; patène à ombilic saillant (soudé) et décor gravé. Les fonds du talus du pied
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
    Illustration :
    Détail du pied du calice avec le médaillon de la Foi et les figurines du Christ et de saint Joseph Détail du pied du calice avec le médaillon de l'Espérance et les figurines de saint Joseph et de la
  • Ciboire (n° 1)
    Ciboire (n° 1) Vicq-d'Auribat - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe et le couvercle. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / Fres, une
    Historique :
    Ciboire exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890.
    Représentations :
    Bandeaux à feuilles de vigne argentées sur le pied, la fausse-coupe et le couvercle, croix sommitale fleuronnée (rosace et rayons à la croisée, grappes de raisin aux extrémités) sur le couvercle
    Description :
    Pied circulaire, tige tubulaire, nœud torique, une bague, petite fausse-coupe découpée et ajourée ; croix du couvercle fondue. Les frises sur le pied, la fausse-coupe et le couvercle se détachent en
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
  • Ciboire (n° 2)
    Ciboire (n° 2) Gourbera - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe et le couvercle. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / Fres, une
    Historique :
    Ciboire exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890.
    Représentations :
    Feuilles de vigne et grappes de raisin sur le pied, la fausse-coupe et le couvercle, croix
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
  • Ciboire
    Ciboire Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe et le couvercle. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / FRERES, une
    Historique :
    Ciboire exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890.
    Représentations :
    Épis de blé alternant avec des pampres dans les lobes du pied, sur la fausse-coupe et le couvercle
    Description :
    Pied à six lobes, tige tubulaire, nœud torique, une bague, fausse-coupe découpée et ajourée ; croix du couvercle fondue ; décor gravé sur fond amati (pied et couvercle).
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
  • Ciboire (n° 2)
    Ciboire (n° 2) Cassen - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe et le couvercle. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / FRERES, une
    Historique :
    Ciboire exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890. L'église conserve
    Représentations :
    l'Espérance) dans les lobes du pied ; grappes de raisin, pommes de pin et fleurons sur le pied, la fausse -coupe et le couvercle ; longues feuilles lancéolées sur l'embase du pied ; frises de perles sur le bord du pied, de la coupe et du couvercle ; croix sommitale fleuronnée sur le couvercle.
    Description :
    Pied hexalobé à redents, tige tubulaire, nœud torique, une bague, fausse-coupe découpée et ajourée
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
  • Ostensoir
    Ostensoir Cassen - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la base et la gloire. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / FRERES, une salamandre
    Historique :
    Ostensoir exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris, entre 1868 et 1890. L'église conserve
    Représentations :
    Agneau sur le livre aux sept sceaux fondu et rapporté sur la face de la base, triangle trinitaire dans la masse au revers ; tige constituée par un ange debout sur une nuée et désignant le ciel ; angelots, nuées et croix fleuronnée sur la gloire ; pieds en volute à feuille d'acanthe et rocailles.
    Description :
    estampé et fondu sur la base, repoussé et ciselé au trait et au mat sur la gloire ; anneau peint faux émail bleu et or autour de la lunette. Lunule en argent doré et verre taillé.
    Auteur :
    [] Demarquet Arthur et Louis
  • Ostensoir
    Ostensoir Saugnac-et-Cambran - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la lunule. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / Fres, une salamandre (losange horizontal).
    Historique :
    frères Demarquet, orfèvres à Paris entre 1868 et 1890. La présence de deux objets en argent presque identiques à Vielle-Saint-Girons (Landes, réf. IM40001248) et à Allons (Alpes-de-Haute-Provence), dûment marqués au poinçon des Demarquet, permet cependant de leur attribuer avec certitude l'ostensoir de Saugnac.
    Représentations :
    revers, un angelot en haut relief de part et d'autre du nœud ; pieds en volute à acanthe, frise d'oves sur la base ; pampres sur le nœud ; rayons, angelots jumelés, pampres et épis de blé sur la gloire
    Description :
    , Agneau du pied fondu et rivé, angelots du nœud fondus au sable et soudés. Seule la lunule est en argent
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
    Localisation :
    Saugnac-et-Cambran - en village
  • Ostensoir (n° 2)
    Ostensoir (n° 2) Montgaillard - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la lunule. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / FRES, une salamandre (losange horizontal).
    Historique :
    La lunule, seul élément en argent, porte le poinçon des frères Arthur et Louis Demarquet, en usage
    Représentations :
    , pommes de pin stylisées et filets de perles sur la base et sur le pourtour de la lunette, feuilles d'eau rayons droits sur la gloire ; croix fleurdelisée et fleuronnée au sommet de la gloire.
    Description :
    Ostensoir en laiton doré, de style néo-roman, à base hexalobée sur six pieds ajourés, nœud et bague argent fondu et verre.
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
    États conservations :
    Vert-de-gris sur la base et la tige.
  • Calice
    Calice Cassen - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied et la coupe. Poinçon de fabricant : DEMARQUET / Fres, une salamandre (losange
    Historique :
    Ensemble exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris (poinçon insculpé en 1868, biffé en
    Représentations :
    Feuilles de vigne gravées sur le pied et le nœud du calice ; grandes feuilles découpées sur le
    Description :
    Pied hexalobé, tige tubulaire, nœud torique, une bague, fausse-coupe à bord découpé et repercé
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis
  • Ciboire
    Ciboire Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur le pied, la coupe, la fausse-coupe et le couvercle. Poinçon de fabricant : DEMARQUET
    Historique :
    Ciboire exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris (poinçon insculpé en 1868, biffé en 1890 "Madame de Laborde" (Marie-Louise d'Arblade de Séailles, Mme Élie de Laborde-Lassalle, 1856-1920) comme un correspond certainement au calice également sorti de la fabrique Demarquet frères : l'achat des deux objets
    Représentations :
    Décor de feuilles lancéolées en relief sur fond quadrillé gravé sur le pied et le couvercle ; côtes en relief et quadrillage gravé sur le nœud ; course de perles sur le bord du pied et du couvercle ; croix du couvercle à motifs de volutes et de pommes de pin et à croisée évidée.
    Description :
    ; croix du couvercle fondue ; décor repoussé et gravé.
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis [donateur] Laborde-Lassalle Marie-Louise de
  • Calice
    Calice Eyres-Moncube - en village
    Inscriptions & marques :
    Poinçons sur la coupe et sur la partie supérieure de la tige. Poinçon de fabricant : DEMARQUET
    Historique :
    Calice exécuté par les frères Demarquet, orfèvres à Paris (poinçon insculpé en 1868, biffé en 1890 Laborde" (Marie-Louise d'Arblade de Séailles, Mme Élie de Laborde-Lassalle, 1856-1920) comme un des correspond certainement au ciboire également sorti de la fabrique Demarquet frères : l'achat des deux objets
    Représentations :
    Sur le pied, une croix tréflée ciselée et quatre médaillons circulaires à bordure de perles et palme et un livre), entourés de feuilles de vigne ciselées sur fond amati ; fleurons avec cabochons de verre violet sur le nœud ; feuilles lancéolées, fleurons dans des médaillons circulaires et fleurs de
    Description :
    Pied hexalobé à redents, tige tubulaire, nœud torique à côtes, une bague, fausse-coupe découpée et repercée, coupe à bord droit ; décor repoussé et ciselé sur fond amati ; quatre médaillons émaillés sur le
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis [donateur] Laborde-Lassalle Marie-Louise de
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Saugnac-et-Cambran - en village
    Historique :
    maître-autel et de l'autel de la Vierge (ce dernier remanié et mutilé) remontent probablement aux Peyrehorade), exécuté en 1713-1714 par les sculpteurs dacquois Giraut et Royer. L'ensemble du chœur a été , patron de la paroisse) avec sa garniture (six chandeliers et croix), et par un tableau de la Remise des 1786. Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, on ajoute une clôture de chœur en fer forgé (déposée après 1992) et des stalles de chêne, identiques à celles de Mimbaste (canton de Pouillon). Les cloches respectivement par le Dacquois F.-D. Delestan en 1837 et par le Parisien A. Hildebrand en 1862. Le décor est Mauméjean (1885), l'installation d'un chemin de croix peint sur toile d'après J. von Führich (vers 1860) et première moitié du XIXe siècle, renferme un bel ensemble d'orfèvrerie (L. Kaeppler, P.-H. Favier, Demarquet frères, Villard et Fabre), récemment enrichi par le dépôt de plusieurs pièces intéressantes provenant de
    Référence documentaire :
    AD Landes. 16 J 19. Monographie paroissiale de Saugnac-lès-Dax [aujourd’hui Saugnac-et-Cambran Chapes blanche et dorée.
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet Arthur et Louis [éditeur] Desclée, Lefebvre et Compagnie
    Localisation :
    Saugnac-et-Cambran - en village
    Annexe :
    [sacristie] (ill. 20114000862NUC2A et 20114000863NUC2A) 1868-1890. Arthur et Louis DEMARQUET, Paris. Argent Marie-Louise par M. Bernard Bauretère et Mme Navailles, née Mary Vergers, mes parrain et marraine. / A Liste des œuvres non étudiées. Ensemble de 2 verrières (verrières décoratives) [chœur, baies 1 et 2 ] 20e s. Verre transparent imprimé et peint. Verrières en plein cintre. Décor : médaillon à monogramme (M.A. pour la baie 1, J.H.S. pour la baie 2) sur fond à motifs géométriques et végétaux stylisés. h droit, accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; panneaux moulurés rectangulaires. h = 216 ; la doré. Bras de lumières à trois branches, avec bobèche et binet. Décor floral. h = 20 ; la = 25 , bobèche dentelée, broche. h = 46. Croix d’autel [sacristie] 4e quart 19e s. Laiton et bronze dorés et argentés. Style néo-roman éclectique. Base triangulaire ; Christ, titulus et nœud fondus et argentés. Décor en relief dans la masse : palmettes (pied), feuilles d’eau (nœud), pommes de pin et feuilles
    Illustration :
    Patène : détail de l'ombilic et du médaillon avec le Christ en croix. IVR72_20114000862NUC2A Chapes blanche et dorée. IVR72_20114000978NUC2A
  • Ensemble de 2 verrières décoratives (baies 3 et 5)
    Ensemble de 2 verrières décoratives (baies 3 et 5) Dumes - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature et date (au bas de chacune des lancettes, dan un cartel au centre de la bordure) : A
    Historique :
    en 1889 de la fille des châtelains de Dumes avec le critique d'art Louis de Fourcaud, et celles du landaise (il produisit également neuf verrières pour le cimetière parisien du Père-Lachaise et offrit en ). Quant au donateur (et probable commanditaire), dont il n'a pas été possible de préciser l'identité, il coïncidence, Saint-Genest est aussi le nom de plume du journaliste monarchiste Emmanuel-Arthur Bucheron (1834 -1902), collaborateur du Figaro et des Annales politiques et littéraires au tournant des XIXe et XXe siècles, qui s'opposa à Louis de Fourcaud (le commanditaire de la verrière de Hirsch déjà citée) dans son
    Référence documentaire :
    , vol. I (Donateurs et créateurs).
    Représentations :
    Les lancettes sont ornées de motifs géométriques répétitifs, deux quadrilobes et un demi-quadrilobe à bord rouge (avec au centre une croix grecque tréflée rouge dans un carré posé sur la pointe) et quatre demi-cercles à bord jaune, reliés par des traits et des fermaillets rouges à fleurette . L'intérieur des figures géométriques et le champ de la verrière sont garnis de rinceaux de feuilles avec peintes de feuilles vertes trilobées et de fleurettes blanches quadrifoliées. L'oculus sommital est peint
    Description :
    . Verre teinté dans la masse pour les bordures et pour le contour extérieur des motifs géométriques, verre
    Emplacement dans l'édifice :
    nef, mur nord (baies 5 et 7)
    Titre courant :
    Ensemble de 2 verrières décoratives (baies 3 et 5)
    États conservations :
    Grisaille usée (baie 5), motifs figurés des oculi partiellement effacés (baies 3 et 5), lobe
    Illustration :
    Baie 5 : détail de la signature et du nom du donateur. IVR72_20164001090NUC2A
  • Carillon (60 cloches et machine à carillonner) dit carillon de Buglose
    Carillon (60 cloches et machine à carillonner) dit carillon de Buglose Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Historique :
    -Dame, du moins dans sa première phase (1894-1902). L'étude la plus complète est celle de l'abbé Louis Dulucq et de Denis-Pierre Sallenave (l'actuel carillonneur titulaire), fondée sur ce corpus d'archives . La première idée du projet semble due à l'évêque d'Aire et de Dax, Victor Delannoy, qui, originaire de la région de Lille, connaissait et appréciait les fameux carillons des Flandres. L'énergique abbé branle" et donnaient l'accord parfait de fa (IM40004690, IM40004692, IM40004697 et IM40004698) : elles suivant et installées en août 1895 sous la direction du chanoine Jean Maisonnave (1850-1927), professeur pèlerins, de quatre évêques et de cent cinquante prêtres. En même temps est inaugurée la "machine à et sol) qui seront remplacées deux ans plus tard, intervint la commande du bourdon (do grave) qui devait, dans l'esprit des commanditaires, compléter et achever le carillon. L'instrument de deux tonnes , fondu en janvier 1901, fut installé dans la tour nord (inachevée) et béni le 6 mai 1901, mais dut être
    Référence documentaire :
    Correspondance du chanoine Ramazeilles, supérieur de Notre-Dame de Buglose, et de l'évêque Delannoy septembre 1893, 21 octobre 1893, 29 octobre 1893, 24 novembre 1893 et 6 février 1894. Correspondance avec Lage, Saint-Pé et Loustalot, 1899-1901. Lettres des 29 mars 1899, 11 juillet 1900, 3 août 1900, 9 octobre 1900, 18 mars 1901, 30 mars 1901, 6 mai 1901 et 13 mai 1901. Correspondance du chanoine Ramazeilles, supérieur de Notre-Dame de Buglose, et de l'évêque Delannoy Paccard d'Annecy, concernant la commande et l'installation du bourdon, 1895-1902. Lettres des 16 septembre 1902 et 28 mars 1902, 30 mars 1901 (sic pour 1902). mars, 7 mars, 11 mars, 20 mars, 25 mars, 31 mars, 8 avril, 16 avril, 20 avril et 21 avril 1902. p. 193-198 RITZ Jean. "Les carillons de la Maison Georges et Francisque Paccard d'Annecy-le-Vieux d'horlogerie et des chambres syndicales, novembre 1910.
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Paccard Louis
    Titre courant :
    Carillon (60 cloches et machine à carillonner) dit carillon de Buglose
  • Le mobilier de l'église paroissiale et abbatiale Notre-Dame de Maylis
    Le mobilier de l'église paroissiale et abbatiale Notre-Dame de Maylis Maylis - en village
    Historique :
    mois d'août 1883 par une nouvelle sculpture dessinée par le chanoine Ramazeilles et exécutée par le fabricant parisien Verrebout. Le mobilier proprement dit et les décors furent installés dans la décennie qui surmontait, les mosaïques des chapelles du Sacré-Cœur et de saint Joseph, la clôture du sanctuaire et sans célébrants et d'acolytes, ainsi que les huit confessionnaux nécessaires pour cet important pèlerinage marial -1899 pour celles du chœur, des absidioles et du transept, 1903 pour celles des collatéraux et des fenêtres hautes de la nef et du clocher). Plusieurs notables et ecclésiastiques locaux participèrent à leur Crouzet-Hildebrand (1878), Dencausse, Bollée (1909 et 1978). En 1946, le sanctuaire et le couvent attenant dans les collatéraux deux petites chapelles dédiées aux saints anges et à saint Joseph, toutes deux ornées de statues (1955 et 1961) par le célèbre sculpteur Henri Charlier, lui-même oblat de la subsistent donc in situ que le décor porté (verrières et sculptures ornementales, mais non les mosaïques de
    Référence documentaire :
    ) Petite revue catholique du diocèse d'Aire et de Dax. 1873 (p. 318, 669-670, 686-687, 696, 734 Écho religieux des Pyrénées et des Landes, Pau. LABARRÈRE Antoine. Histoire de N.-D. de Maylis. Bordeaux : veuve Justin Dupouy et Compagnie, 1864. , son histoire & pèlerinage. Aire-sur-l'Adour : Laffitau et Labonne, Imprimerie centrale, 1936. Notre-Dame de Maylis, son sanctuaire, son abbaye. Lyon : Lescuyer et Fils, 1962.
    Auteur :
    [facteur d'orgues] Debierre Louis
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale et abbatiale Notre-Dame de Maylis
    Annexe :
    d'Hagetmau, réf. IM40003546) et Laurède (canton de Mugron, réf. IM40005780). / SPEM ET ADJUVENTUM DOMINI SUB / PENNIS SANCTORUM ANGELORUM / REVERENDI[SSI]MUS AC DILECTI[SSI]MUS DOM[I ]NUS / AUGUSTINUS MARIA GORCE ABBAS / FUNDATOR ET PATER MONASTERUM / MAYLISIENSIS CONGREGATIONIS / OLIVETANAE O.S.B. MDCCCXCII - MCMLXII / PULVIS ERAT ET IN PULVEREM / REVERSUS EST SUBVENIAT / ILLI TUA des saints anges, le très révérend et très aimé seigneur Augustin Marie Gorce, abbé, fondateur et père était poussière et est retourné à la poussière. Secours-le de ta compassion, ô Marie). h = 80 environ , 20154000859NUC2A, 20154000860NUC2A) Limite 19e s.-20e s. Louis DEBIERRE, facteur d'orgues à Nantes. Bois, étain , ivoire. Composition : un seul clavier de cinq jeux et demi (Bourdon 16 [ajouté en 1946], Bourdon 8 nantais Louis Debierre (1842-1920, actif de 1863 à 1919) pour la couvent des ursulines d'Aire-sur-l'Adour , transporté à Maylis après l'expulsion des religieuses consécutive à la loi sur les congrégations et installé
    Illustration :
    Le choeur et l'ancien maître-autel des aterliers Saint-Hilaire de Poitiers. Carte postale, années L'ancien maître-autel des aterliers Saint-Hilaire de Poitiers et la statue de Nottre-Dame. Carte L'ancien maître-autel des aterliers Saint-Hilaire de Poitiers et la statue de Nottre-Dame
  • Maison de maître, dite domaine de Malagar et maison d'écrivain François Mauriac
    Maison de maître, dite domaine de Malagar et maison d'écrivain François Mauriac Saint-Maixant - Malagar - 17 route de Malagar - isolé - Cadastre :
    Historique :
    création des deux grands auvents et de la construction du petit pavillon situé au nord (actuelle remit également à niveau les terres agricoles de son domaine, en supprimant les « joualles » et en grande prairie située au nord. Mais l’aménagement le plus important fut la création de la terrasse et des charmilles. Ils ne doivent pas être dissociés du remplacement, au pied de la terrasse et du verger, des cuisine et à partir de 1880 un pavillon fut bâti à l'extrémité sud de l'aile des communs. En 1887, à la tête des affaires avec son beau-frère Louis Mauriac, désormais tuteur de ses enfants. A partir de cette de crête dominant d’un côté la vallée et longeant de l’autre les vignes, 130 cyprès qui font encore qu’il dota d’un garde-corps en ferronnerie du XVIIIe siècle et d’un banc. Lieu de recueillement et de volume du cuvier, un bureau au rez-de-chaussée, accessible par le salon, ainsi que deux chambres et trois François Mauriac, Claude, Claire, Luce et Jean, décidèrent de donner Malagar à la Région Aquitaine, à
    Référence documentaire :
    CASSEVILLE Caroline, CRON Eric, DUBAU Michel (Photographe) et al. Mauriac, Malagar et Johanet DES GARETS Eric, AUDINET Eric et al. Malagar. Bordeaux : Editions Confluences, 1993. DES GARETS Eric, AUDINET Eric et al. Malagar. Bordeaux : Centre François Mauriac de Malagar et Editions
    Description :
    l'ouest et de deux chais en retour d'équerre sur la cour, l'un consacré au vin rouge (à l'est) et l'autre au vin blanc (à l'ouest). Une aile de communs comprenant une étable, des écuries et des pièces annexes complète l'organisation générale. Cette aile, pourvue de deux auvents à l'est et à l'ouest, a été moellons de calcaire. Le pavillon central de la maison de maître a été rehaussé dans un second temps et
    Titre courant :
    Maison de maître, dite domaine de Malagar et maison d'écrivain François Mauriac
    Annexe :
    composé d’une maison et de ses dépendances, le tout environné de terres évaluées à 10 journaux, soit environ 3 hectares. Le 16 juin 1632, Jean Duhard vendit à François de Leymonerie, également bourgeois et , terres labourables, bois, prés et pasturages, tout à ung tenant » (AD Gironde, 3E15 726, folio 203. Vente , comme est aussy le pigeonier qui est aud. lieu rompeu, le bois pourry et une partie d’icelluy tombé par et vignes incultes et non travaillées ny béchées ». François de Leymonerie et par la suite Jean de rénover le domaine et à en augmenter la surface par une série d'acquisitions. Lorsqu'en 1680 François de , bourgeois et marchand de Landerneau en Bretagne, l'ensemble était constitué d'une maison avec chai, pressoir et l’ordre des Célestins de Notre-Dame de Verdelais En août 1627, le sanctuaire marial de Notre-Dame de Verdelais, au nord de Saint-Maixant, fut confié aux pères Célestins par le cardinal et archevêque septembre de la même année et le contrat de fondation fut homologué par le parlement de Bordeaux le 6 avril
    Illustration :
    travaux de Jean Mauriac (création de la terrasse et des charmilles). IVR72_20183300408NUC4A Maison de maître avec en retour d'équerre à droite le chai du rouge et à gauche le chai du blanc Chai du rouge au premier plan et bâtiment des communs avec à son extrémité sud le pavillon du Maison de maître et chai du rouge à gauche, bâtiment des communs avec le pavillon du "maître valet Allée pavée entre le chai du rouge et l'auvent ouest du bâtiment des communs Façade nord du bâtiment des communs et de la maison de maître. IVR72_20143390260NUC2A Maison de maître : entrée de la cuisine et pavillon adjacent. IVR72_20143390221NUC2A Vestibule central : commode époque Louis XV. IVR72_20143390337NUC2A Vestibule central : détail des objets situés au-dessus de la commode et de la gravure "Vue de la Ville et Port de Bordeaux" d'après Joseph Vernet. IVR72_20143390345NUC2A
  • Ostensoir (n° 1)
    Ostensoir (n° 1) Maylis - en village
    Inscriptions & marques :
    la gloire, la base de la figurine de la Foi et l'aile d'un dragon de la base. Marque de marchand / d'Espagne et du Portugal / Bayonne / Camille Diharce [en cursives].
    Historique :
    Ostensoir exécuté par la fabrique parisienne Demarquet frères (poinçon en usage de 1890 à 1939) et ostensoir "en métal doré et rayons dorés", qui correspond certainement à celui de Poussielgue-Rusand offert par Napoléon III (réf. IM40005851). L’œuvre des Demarquet aurait donc été acquise après cette date. Le décor de la tige et de la gloire s'inspire étroitement des reliquaires gothiques du XVe siècle, auxquels
    Observation :
    Pièce exceptionnelle dans la production généralement moins élaborée de la maison Demarquet frères.
    Représentations :
    ) et de saint Louis de Gonzague (jeune prêtre glabre en surplis, tenant crucifix et discipline). A saint Jean-Baptiste saint Joseph saint Louis de Gonzague Vierge à l'Enfant ange orant Les instruments de de chien et ailes de chauve-souris, et sur les côtés par des pieds fasciculés reliés par des bandeaux des quatre Évangélistes accompagnés de leurs symboles tétramorphiques et tenant stylet et tablette à inférieure pyramidale de la tige, ornée de remplages en bas relief et amortie d'une couronne de gâbles et de architecturé composé de pinacles, d'arcs boutants et de quatre niches couronnées d'arcs en accolade fleuronnés ; celles-ci abritent les figurines en pied de l'archange saint Michel (cuirassé, tenant son épée) et des présente une alternance de rayons droits et flammés, devant lesquels se détache un important décor découpé et ajouré, composé de deux grandes tours latérales, flanquées de pinacles et sommées de gâbles , la croix et la couronne d'épines, à droite, l'échelle, le fouet et le roseau). La lunette circulaire
    Description :
    fondus ; décor estampé, ciselé au trait et au mat (fonds) et gravé sur la base, découpé et ajouré sur le nœud et la gloire ; lunule en argent doré et verre taillé. Bijoux en remploi sertis sur la tige (broche en étoile à cinq branches en brillants et perles fines), le pourtour de la lunette (une bague en or et brillants, une paire de boucles d'oreilles cordiformes en brillants soudées ensemble, une paire de boucles d'oreilles rondes en brillants et perles), sur les pilastres flanquant la lunette (deux boucles d'oreilles rondes identiques aux précédentes) et sur la croix sommitale (une large broche ronde en or, avec émeraudes, brillants et perles).
    Auteur :
    [orfèvre] Demarquet frères