Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Tercis-les-Bains - en village
    Historique :
    saint Pierre (disparu) ; après quelques années d'atermoiements, le vieux maître-autel en bois, ruiné
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    Christ qui donne les clefs à St Pierre ». Placé au-dessus du maître-autel, il est encore signalé en . 20124000005NUC2A et 20124000007NUC2A) 4e quart 19e s. Pierre, fonte de fer. Croix ajourée en fonte (décorée sur fond végétal stylisé en grisaille (fleurettes) ; bordures colorées à dominante rouge (5) ou bleue (5 imposte au-dessus des portes latérales de la nef ; motifs de demi-cercles combinés avec des rinceaux ou autels et trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux autres »). Saint Pierre (chœur, niche du maître-autel [en 1992] puis angle sud-ouest de la nef [en 2012] ; plâtre trois statues (sans valeur) St Pierre sur le maître-autel, St Joseph et une Vierge sur les deux autres de 6 pieds sur 4 de large » sur le sujet de « N.S. Jésus Christ qui donne les clefs à St Pierre la maison Dagrant, 7, cours de la Marne à Bordeaux. _______________________________________________________________________
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Larbey - en village
    Historique :
    ensemble d'Ancien Régime : des fonts baptismaux en pierre, datables sous réserves du XVIIe siècle, et grâce à des dons particuliers ou des souscriptions : un harmonium en 1909, une bannière de la Vierge en
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Clergue F. ou G.F. [fabricant d'ornements religieux] Nissen Pierre
    Annexe :
    Dax. - 1901 (29.4) : ordre de paiement de "vitraux d'art" au verrier bordelais Gustave-Pierre Dagrant perlé entouré de rinceaux à feuilles d'acanthe, pommes de pin et chardons (ou grenades ?). Ill possibles, et pour lequel il s'établit une fête et une foire, le concours de tous les villages voisins siège d'une foire, dont l'usage du moins n'aurait pas été renouvelé depuis 50 ou 60 ans. Ne peut-on pas Favens, dont il n'eut point d'enfant. Après les nombreuses publications le baron de Basquiat de la , du Saint-Siège, de Danemark et Norvége, etc., etc." - Baron C. DE CAUNA. Au moment même venait de / Bannières (mauvais) 2 / Aspersoir ou goupillon 1 / Chapes noires 1 ; blanches 2 / Ostensoir 1 / Missels d'hortensias". - 1922 (28.10) : facture de Pierre Nissen, "chasublerie, linges d'église" (45, rue Carnot à ancienne, fondée en 1645), du Saint Scapulaire. Église du XIVe siècle, bâtie en pierre de taille. Clocher à
    Illustration :
    Facture de Pierre Nissen, "chasublerie, linges d'église" (45, rue Carnot à Versailles) pour
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques Laurède - en village
    Historique :
    deux statues en bois doré des saints Pierre et Paul, remployées dans le chœur actuel, paraissent provenir d'un retable (non documenté) de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. La grande campagne d'importance est celui des verrières, posées par le Bayonnais G.-P. Dagrand en 1867, à l'occasion d'un
    Annexe :
    ) : devis de Gustave-Pierre Dagrand, peintre-verrier à Bayonne, pour des verrières destinées à l'église de (24.1) : signature du contrat entre Dagrand, peintre-verrier à Bayonne, et le maire Jean-Baptiste à Magescq, à Mugron, enfin à Laurède il tint la cure pendant près d'un demi-siècle, de 1887 à sa . 20164000658NUC1A) 19e s. Marbre et pierre reconstituée. Composite : pied octogonal sur socle carré (pierre marbre blanc et noir".] Bénitier d'applique (n° 2) [sacristie] (ill. 20154090094NUC2A) 19e ou 20e s . (?). Faïence de Samadet ou d'Auvillar. Petite vasque galbée surmontée d'un panneau rectangulaire vertical , chef-lieu du canton, ils ont été repérés en 2014.] Paire d'ampoules aux saintes huiles [sacristie
    Illustration :
    Bénitier en faïence (de Samadet ou d'Auvillar ?). IVR72_20154090094NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame Onard - en village - Cadastre : 2014 C 372
    Historique :
    exception de fonts baptismaux en pierre peut-être datables du XVIIe siècle. Hormis ceux-ci, les éléments les . Dagrant. La chaire "en bois verni" et les deux confessionnaux en chêne mentionnés dans l'inventaire de
    Auteur :
    [fondeur de cloches] Bodega Pierre
    Annexe :
    .-20e s. Pierre. Vasque semi-circulaire godronnée soutenue par deux consoles en fer forgé. d = 47 ; scènes en bas et demi relief sur fonds de paysage ou d'architecture peints à l'huile. [Chemin de croix ; h = 145, la = 43 ; offerte en 1898, repeinte vers 1990 ; sur socle pilier en pierre). Sainte Jeanne , fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle. Autel tombeau galbé à décor peint (cœurs sacrés de Jésus et murales : Les sept péchés capitaux. Peintures de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle dont quelques la gourmandise. Bibliographie : Suau Jean-Pierre, Gaborit Michelle, Peintures murales des églises de la Grande-Lande, Bordeaux : Confluences, 1998, p. 93 ; Suau, Jean-Pierre, "Peintures murales
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx Montsoué - Bahus-Juzanx - en écart
    Historique :
    (1864), du Toulousain Henri Gesta (1898) et du Bordelais Gustave-Pierre Dagrant (1911). Les deux cloches maître-autel entraîne sa restauration par le doreur aturin Roquejoffre (ou Roquegeoffre) et le postérieur d'une ou deux décennies. La vitrerie, hétérogène, comporte des verrières du Nancéien Ernest Stelzl
    Annexe :
    dt Babus, ou tous les parroissiens de Sarraziet et de Babus s'assemblent, d'autant que l'église du dt l'art. 280 des statuts, sont inscrits : 1° les usages, coutumes, traditions de la paroisse avec plafon du dessus (?) de l'autel, la voûte avait été anciennement blanc[...], mais c'était fort dégradé place devant l'église, qui s'étendait jusque contre les maisons, était un mur fermant cette place, ne entièrement enlevés et vendus en partie ou en partie employés à d'autres réparations. Le nouveau clocher fut table de communion ou le balustre fut aussi renouvelé en 1837 et changé de place, il fut reculé leur clocher / qu'ils reposent en paix." h = 110,5 ; la = 55. Tabernacle [sacristie] 1ère moitié ou environ ; d = 50 environ. État : électrifié. Armoire [sacristie] 4e quart 19e s. Sapin ou pin teinté faux ; pieds en sabot ; plateau à rive droite. Commode [sacristie] Milieu 19e s. (ou copie 20e s. ?). Bois plus de place au curé ; que les murs du clocher soient recrépis ; que soit fait une croix de pierre de
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges Saint-Geours-d'Auribat - en village
    Historique :
    de sacristie du début du XIXe siècle. La totalité du mobilier et du décor porté a été acquis ou exécuté pour le nouvel édifice, l'année même ou peu de temps après son achèvement : maître-autel et autels décoratives par le Bayonnais G.-P. Dagrand, etc. Les deux cloches sont fondues respectivement par Louis-Rémy Delestan en 1877 et par son frère Gustave en 1893. Plusieurs statues de série (dont une Jeanne d'Arc
    Référence documentaire :
    Dons et legs à la fabrique (1839-1884) : Pierre Vanoosterom et Jeanne Fillon Labat (1839-1846
    Annexe :
    . Chêne et pin ou sapin. Meuble à deux corps : commode-chasublier à partie centrale saillante avec deux ). Armoire de sacristie [sacristie] (ill. 20134002903NUC1A) Limite 19e s.-20e s. pin ou sapin teinté faux et rivés ou soudés. h = 205 (avec la hampe). Croix de procession (n° 2) [sacristie] Limite 19e s extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés. Décor : rinceaux romans sur le nœud et sur les bras de la tige, utilisable comme telle ou comme support d'un bouquet de lumière à quatre branches (trois importante de rectification ».) - « Fabrique de St Geours d’Auribat 1856 / Liste des maisons ou ménages qui 1855), d’où il en est résulté un déficit de 134 fr. 35 c., tandis que ce déficit n’est en réalité que . 1. La pierre sacrée du maître-autel sera renouvelée, ainsi que celle de l’autel de la Vierge , Toulouse, orfèvrerie sacrée et bronzes » (2 octobre 1882).Mandat de 411,75 francs à l’abbé Pierre Mauriac sont sortis des ateliers du jeune M. Dagrand, de Bayonne, et sont du plus bel effet. Enfin, M. Auguste
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine et du cimetière
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine et du cimetière Clermont - en village
    Historique :
    murs de l'église reconstruite après 1865. Ont disparu en revanche l'autel de saint Pierre et son et des verriers sollicités (dont le Bordelais G.-P. Dagrant en 1883 et le Toulousain L. Saint-Blancat
    Annexe :
    . Décor à la molette : feuilles d'eau ou rais-de-cœur. h = 8,8. Croix d’autel [sacristie] 2e moitié 19e s à fond vert ou beige, avec monogramme IHS et croix grecques fleurdelisées. Ensemble de 11 ornements Christ de douleur ou Ecce Homo, couronné d'épines, un roseau à la main ; la Vierge de douleur tenant la
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine Montaut - en village
    Référence documentaire :
    Registre "Confrérie de St Pierre établie à Brocas en l’année mil-six cents nonante neuf par ), Jean Man (1861-1863), Pierre Lalande (1868-1871), Jeanne Fanny de Loubès (1872-1874), Jeanne Ferminie
    Annexe :
    frange - 1 blanc en damas, galon en argent - 4 bouquets pour le maître-autel en soie. SAINT-PIERRE de .). 1873 (Noël) : la chaire en pierre de l’église s’est effondrée pendant la messe. Remplacée en 1874 par du XVIe siècle". Vitraux de Dagrand de Bordeaux "d’après mes indications". Est : scènes de vie et mort de sainte Catherine. Ouest : vie et mort de saint Pierre. Chapelle du Sacré Cœur : Apparition du changés (1000 fr.). 1898 (avril) : installation d’une nouvelle tribune à Montaut, par le menuisier Pierre : "Deux ou trois ans avant sa mort [1908], on me demanda à Brocas de faire refondre la plus petite des boiserie, présentait un problème : "il était impossible de s’y installer sans que les chasubles ou chapes souscription. P. 20-21. Les confréries. Il existait à Brocas une ancienne confrérie de saint Pierre. En 1900 l’histoire de la relique : le prêtre Pierre Cassiet, natif de Montaut, reçut cette relique de la cours de .) Ce premier projet a finalement été abandonné au profit de la construction d’une tour "plus ou moins
1