Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Remi
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Remi Hauriet - en village
    Historique :
    sacristie vers 1835 et B. Cabiro un bénitier en pierre en 1836. Il faut attendre la seconde moitié du siècle G.-P. Dagrant livre une rose décorative (aujourd'hui disparue) pour la façade occidentale, complétée
    Auteur :
    [peintre-verrier] Dagrant ou Dagrand Gustave-Pierre [fabricant d'ornements religieux] Clergue F. ou G.F.
    Annexe :
    la fabrique bordelais de Gustave-Pierre Dagrant (AD Gironde) conservent un croquis de verrière cm). Fourni par le peintre-verrier bordelais Gustave-Pierre Dagrant (1839-1915) en 1881. Le fonds ] Indatable. Pierre peinte. Vasque de plan grossièrement rectangulaire. h = 16 ; la = 20. Prie-Dieu étrangère, que l'absence de tout poinçon ou marque empêche de préciser.] Thabor [sacristie] (ill Dagrant (AD Gironde, non classé) conserve un dessin à la mine de plomb (légendé "Hauriet Landes") et une publics ou notables à Nous présentée par les membres du conseil général de la commune de Hauriet réuni , / Nous avons nommé et nommons fabriciens de l'église succursale de ladite commune les sieurs - Pierre [sic] la somme de cent francs au nommer [sic] Antoine Ducasse, maçon et tailleur de pierres qui accepte ferait honneur aux premières églises du diocèse". - 1860 (29.7) : installation du nouveau curé Pierre sur l'acceptation ou le refus d'une armoire que M. Detchemendy, curé de Hauriet, avait fait faire à la
    Illustration :
    Dessin pour une verrière destinée à l'église de Hauriet, par G.-P. Dagrant, s.d. (1881 Extrait d'un registre de comptes de la fabrique de G.-P. Dagrant concernant l'achat d'une verrière Statue : Sacré-Coeur ou Christ Roi. IVR72_20144000444NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Coudures - en village
    Historique :
    la maison parisienne Raffl et une verrière commandée au Bordelais G.-P. Dagrant (1903). Le décor ne
    Référence documentaire :
    Mémoire et facture du verrier bordelais Gustave-Pierre Dagrant pour la verrière de la chapelle du Dons et legs à la fabrique (1837-1898) : Marguerite Dutournier (1840-1841), Pierre Belloc (1843
    Auteur :
    [éditeur] Vignancour Jean-Pierre
    Annexe :
    pierre reconstituée. Cuve circulaire à bord droit, sans feuillure, trou d'évacuation des eaux ; maçonnée ° 2) [sacristie] 2e moitié 19e s. Bois résineux (pin ou sapin) teinté faux chêne. Deux battants ° 3) [chapelle sud-est (du Tiers-Ordre)] (ill. 20174000438NUC2A) 4e quart 19e s. Bois résineux (pin ou ° 4) [pièce au-dessus de la sacristie] (ill. 20174000260NUC2A) 4e quart 19e s. Bois résineux (pin ou : palmettes grecques, feuilles, godrons, trois angelots, vase ou urne (bouton de prise du couvercle). h = 27,5 fabrique d'harmoniums Rodolphe fut fondée à Paris en 1850 par Pierre-Louis-Alphonse Rodolphe, installé , sable, clous) pour 300 francs. - 1884 (9 juin) : Pierre Dencausse, fondeur à Soues près de Tarbes une pierre au-dessus du portail d'entrée du clocher. Mais cette église ne comportait que la nef
    Illustration :
    Lettre du verrier Gustave-Pierre Dagrant au curé Éloi Foy, annonçant l'envoi d'une verrière, 5 août Facture du verrier Gustave-Pierre Dagrant pour une verrière adressée au curé Éloi Foy, 5 août 1903
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx Montsoué - Bahus-Juzanx - en écart
    Historique :
    (1864), du Toulousain Henri Gesta (1898) et du Bordelais Gustave-Pierre Dagrant (1911). Les deux cloches maître-autel entraîne sa restauration par le doreur aturin Roquejoffre (ou Roquegeoffre) et le postérieur d'une ou deux décennies. La vitrerie, hétérogène, comporte des verrières du Nancéien Ernest Stelzl
    Annexe :
    dt Babus, ou tous les parroissiens de Sarraziet et de Babus s'assemblent, d'autant que l'église du dt l'art. 280 des statuts, sont inscrits : 1° les usages, coutumes, traditions de la paroisse avec plafon du dessus (?) de l'autel, la voûte avait été anciennement blanc[...], mais c'était fort dégradé place devant l'église, qui s'étendait jusque contre les maisons, était un mur fermant cette place, ne entièrement enlevés et vendus en partie ou en partie employés à d'autres réparations. Le nouveau clocher fut table de communion ou le balustre fut aussi renouvelé en 1837 et changé de place, il fut reculé leur clocher / qu'ils reposent en paix." h = 110,5 ; la = 55. Tabernacle [sacristie] 1ère moitié ou environ ; d = 50 environ. État : électrifié. Armoire [sacristie] 4e quart 19e s. Sapin ou pin teinté faux ; pieds en sabot ; plateau à rive droite. Commode [sacristie] Milieu 19e s. (ou copie 20e s. ?). Bois plus de place au curé ; que les murs du clocher soient recrépis ; que soit fait une croix de pierre de
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges Saint-Geours-d'Auribat - en village
    Historique :
    de sacristie du début du XIXe siècle. La totalité du mobilier et du décor porté a été acquis ou exécuté pour le nouvel édifice, l'année même ou peu de temps après son achèvement : maître-autel et autels décoratives par le Bayonnais G.-P. Dagrand, etc. Les deux cloches sont fondues respectivement par Louis-Rémy Delestan en 1877 et par son frère Gustave en 1893. Plusieurs statues de série (dont une Jeanne d'Arc
    Référence documentaire :
    Dons et legs à la fabrique (1839-1884) : Pierre Vanoosterom et Jeanne Fillon Labat (1839-1846
    Annexe :
    . Chêne et pin ou sapin. Meuble à deux corps : commode-chasublier à partie centrale saillante avec deux ). Armoire de sacristie [sacristie] (ill. 20134002903NUC1A) Limite 19e s.-20e s. pin ou sapin teinté faux et rivés ou soudés. h = 205 (avec la hampe). Croix de procession (n° 2) [sacristie] Limite 19e s extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés. Décor : rinceaux romans sur le nœud et sur les bras de la tige, utilisable comme telle ou comme support d'un bouquet de lumière à quatre branches (trois importante de rectification ».) - « Fabrique de St Geours d’Auribat 1856 / Liste des maisons ou ménages qui 1855), d’où il en est résulté un déficit de 134 fr. 35 c., tandis que ce déficit n’est en réalité que . 1. La pierre sacrée du maître-autel sera renouvelée, ainsi que celle de l’autel de la Vierge , Toulouse, orfèvrerie sacrée et bronzes » (2 octobre 1882).Mandat de 411,75 francs à l’abbé Pierre Mauriac sont sortis des ateliers du jeune M. Dagrand, de Bayonne, et sont du plus bel effet. Enfin, M. Auguste
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption Heugas - en village
    Historique :
    , tardivement remaniée et surdécorée, et peut-être les fonts baptismaux en pierre, difficilement datables. Le temple de la Raison. En 1811, peu avant sa mort, Pierre Ramonbordes, ancien planteur à Saint-Domingue pose de verrières figurées par le Bordelais G.-P. Dagrant (1873 et 1877). Cet ensemble ne connaîtra
    Annexe :
    , peintre de Bordeaux très estimé», et offerte par Eulalie Ramonbordes (1811- ?), fille de Pierre mêmes moulures en arbalète.] Ensemble de 2 dalles funéraires (fragments) [nef] 19e s. ( ?). Pierre . Pierre. Piédestal cubique appareillé, à base et corniche mouluré, portant une colonne cylindrique sommée ] 19e s. (?). Pierre. Bénitier d’applique, à vasque circulaire à demi encastrée dans le mur. la = 27 teintés. Avec ou sans accotoirs. Ensemble de 2 prie-Dieu [collatéral sud] 19e s. Bois. Accotoir soutenu . 20114001292NUC4A) 19e s. ou 20e s. Cuivre étamé. Récipient circulaire d’élévation oblique, couvercle emboîtant à la Vierge] 2e moitié 19e s. Laiton ou cuivre doré. Base circulaire, tige en gaine, binet en vase F.D. Monna). Immaculée Conception (collatéral sud ; h = 52). Tableau : Christ de douleur ou Ecce Homo [nef, 3e pilier sud, face ouest] 2e moitié 20e s. P.-C. MICIFOL ou MICILOL ( ?). Huile sur toile marouflée sur bois, bois mouluré (cadre). h = 44 ; la = 49 (avec le cadre). Signature : F.C. MICIFOL (ou
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Saubusse - en village
    Historique :
    seigneurs de Bellepeyre. Cette destination funéraire explique la présence d'une statue en pierre de saint . Dagrant (verrières de l'Assomption et du Martyre de saint Eugène, offertes par Marie et Eugène Fialon en
    Annexe :
    Bordeaux, venu à Saubusse il est mort avant l’année 1880 », selon la monographie du curé Brun (1887 ). Supprimée dans les années 1970 ou 1980. Ensemble d’ornements. Aux couleurs liturgiques. Détruits en 1977 .-20e s. Pierre appareillée (socle), fonte de fer (croix). Christ en ronde bosse (fonte) ; croix à bras mural, encastré. Bénitier [nef, au sud-ouest] 16e s. ( ?). Pierre. Bénitier mural ; vasque circulaire chandeliers, croix d’autel) ou des évangélistes Jean, Luc et Matthieu avec leurs symboles (2e paire) sur les à Saubusse il est mort avant l’année 1880. » - Inscriptions des deux cloches. Grande cloche , Larroquette Pierre, Lavielle Bernard ». - « Une pierre tombale dans l’église portant l’inscription : ROBEQS
  • Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame
    Le mobilier de l'église paroissiale Notre-Dame Aurice - en village
    Historique :
    ou du XVe siècle, un Christ en croix et une Vierge à l'Enfant proche de l'effigie plus connue de figurée, est installée par le verrier bayonnais puis bordelais G.-P. Dagrant en 1872 et 1878. Les trois
    Référence documentaire :
    Dons et legs à la fabrique (1862-1905) : Pierre Tay (1862), Jeanne Lesperon (1876), Jeanne Dupeyron
    Annexe :
    tabernacle, un cœur sacré (autel nord) ou un lys (autel sud) ; sur le gradin, des rinceaux. Autel : h = 96 garnitures, qui devaient en compter chacune quatre ou six. Croix d'autel [sacristie] 2e moitié 19e s. Bronze
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    peintures décoratives. La vitrerie fut fournie dès 1893 par le Bordelais G.-P. Dagrant, qui réalisa à cette est celui d'une statue en pierre de saint Vincent (figuré sous l'aspect d'un "athlète de la foi
    Annexe :
    jeune et imberbe, tenant un rabot et une masse de charpentier (saint Joseph ou le Christ adolescent
1