Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 19849 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Pierre
    Église paroissiale Saint-Pierre Tercis-les-Bains - en village - Cadastre : 2007 AH 23
    Historique :
    Dax, le chevalier de Caupenne (Henri-Nicolas de Caupenne de Saint-Pée, fils du marquis d'Amou, mort à La construction de l'église actuelle fut projetée dès 1819 par l'agent-voyer de l'arrondissement de monuments néoclassiques de Mont-de-Marsan (l'église de la Madeleine, la préfecture et la prison), puis du séminaire de Dax en 1829. C'est en tout cas sous sa direction que les travaux sont exécutés de 1825 à 1831 par l'entrepreneur Thévenin, qui remploya les matériaux de l'édifice précédent. La réception définitive date du 21 décembre 1831. Le clocher, projeté au-dessus de la première travée de la nef dans le de la Ville de Dax, en 1852 (sur un plan de 1847-1848).
    Référence documentaire :
    Plan, élévation antérieure et coupe transversale. Projet pour la construction de l'église de Tercis Elévation antérieure et élévation du presbytère (accolé à l'église). Projet pour la construction de l'église de Tercis, mars 1821 (4 pièces). Croquis : plan, deux élévations, deux coupes. Projet pour la construction de l'église de Tercis Monographie paroissiale de Tercis, vers 1887. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 24 février 1906. Compte de gestion de la fabrique, 1894-1905. Registres des délibérations du conseil municipal (textes transcrits par Charles Blanc, président de la Société de Borda).
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Édifice de style néoclassique, composé d'un vaisseau unique entouré sur trois côtés de galeries à et éclairée par des fenêtres hautes cintrées, ouvre à l'est sur une abside étroite en cul-de-four (à l'origine) à cinq travées de façade. Les murs sont bâtis en moellon calcaire entièrement enduit ; seuls les piliers des arcades extérieures et les encadrements des baies sont en pierre de taille.
    Auteur :
    [] Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Pierre
    Annexe :
    l’église par le chevalier de Caupenne, agent-voyer de Dax. Les travaux sont exécutés de 1825 à 1831 par Extraits de documents concernant la reconstruction de l'église. AD Landes, 2 O 1992. Église , presbytère, cimetière, 1817-1936. - 1819 : plans et devis pour la translation et la reconstruction à neuf de l’entrepreneur Thévenin sous la direction de l’architecte Arthaud. Réception définitive des travaux le 21 décembre 1831. - 1847-1848 : projet de construction du clocher par Boubé, architecte voyer de Dax. Exécuté
    Vocables :
    Saint-Pierre
    Couvrements :
    lambris de couvrement cul-de-four
    Illustration :
    Projet de construction de l'église de Tercis, mars 1821 : plan, élévation antérieure et coupe Projet de construction de l'église de Tercis, mars 1821 : croquis, plan, deux élévations, deux Projet de construction de l'église de Tercis, mars 1821 : élévation antérieure et élévation du Détail de la galerie latérale sud. IVR72_20124000004NUC2A Porte de la sacristie. IVR72_20124000039NUC2A Imposte de la porte de la sacristie. IVR72_20124000040NUC2A Carte de l'entreprise Lacoste de Salies-de-Béarn apposée au beffroi du clocher
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101). Cimetière Saint
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du bâtiment de l'entrée. Cimetière Saint-Pierre
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Lettre du chevalier de Caupenne au maire de Dax concernant la construction du nouveau cimetière (AM Dax, 9 M 101). Cimetière Saint-Pierre
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail de la porte d'entrée. Cimetière Saint-Pierre
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du plan général. Cimetière Saint-Pierre
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Référence documentaire :
    Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement, règlement, aménagements (1832-1903, 1915
    Dossier :
    Devis estimatif pour l'établissement d'un cimetière, par le chevalier de Caupenne, 12 avril 1832 (AM Dax, 9 M 101). Cimetière Saint-Pierre
    Auteur :
    AuteurDocumentReproduit Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle (maître-autel)
    Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle (maître-autel) Candresse - en village
    Historique :
    marbrier anonyme d'après un dessin d'Henri-Nicolas de Caupenne de Saint-Pée, dit le chevalier de Caupenne (mort à Dax en 1835). Le chevalier, fils cadet du marquis Jean-Baptiste d'Amou et de Charlotte de Menou , était alors directeur des travaux de la Ville de Dax et agent-voyer de son arrondissement. Le meuble de la fin du XVIIIe siècle, est curieusement décrit dans un inventaire d'octobre 1846 (registre de
    Représentations :
    Sur la face de l'autel, un cartouche chantourné cordiforme entre deux panneaux échancrés, le tout
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel en marbre polychrome plaqué sur âme de pierre, porté par un degré à deux marches en bois parqueté ; tombeau galbé à structure de marbre blanc, avec socle en brèche rouge des Pyrénées et panneaux en griotte de Campan rouge ; table en marbre blanc ; massif postérieur droit, en marbre blanc revêtu de Campan vert (gradin supérieur) et rouge (gradin inférieur) ; tabernacle parallélépipédique à structure de marbre blanc, porte cintrée à oreilles en brèche rose et grise et cadre en bois doré, sommée d'un fronton en arc segmentaire et flanquée de pilastres en brèche rouge et d'ailerons en volute carrée à la grecque ; exposition de plan carré.
    Auteur :
    [dessinateur, auteur du modèle] Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Historique :
    La création d'un nouveau cimetière au faubourg Saint-Pierre est décidée par la Ville de Dax en 1832 les plans du chevalier de Caupenne, ancien agent-voyer de la ville, et de son successeur Boubé, qui celui, plus populaire, du quartier Saint-Vincent, à l'instar des maires de la ville au tournant des XIXe donne le dessin des portes en pierre de Bidache et celui du logement du gardien. La plantation de 80 cyprès en 1833 marque la fin de cette première tranche. En 1852, Boubé fait construire par le maçon dacquois Jean Maisonnave et Pierre Ducamp. De nouveaux agrandissements sont réalisés en 1922 (emplacement réservé aux soldats morts pour la patrie, sur la bordure occidentale), en 1927-1932 (par le directeur de terrains Lataste, Séron et Vignes-Lafargue). Outre la grande croix centrale et le monument aux morts de la guerre de 1870-1871 (érigé en 1902), le cimetière abrite des tombeaux d'époques et de types variés (plate -tombes, sarcophages, stèles, chapelles). Les plus remarquables, situés pour la plupart le long de l'allée
    Référence documentaire :
    Dossier Cimetière Saint-Pierre (1921-1977) Cimetière Saint-Pierre : sépultures de militaires Dossier Cimetière Saint-Pierre (1918-1953) Cimetière Saint-Pierre : sépultures de militaires Dossier Cimetière Saint-Pierre (1832-1978) Cimetière Saint-Pierre : construction, agrandissement Dossier Cimetière Saint-Pierre (1883-1977) Cimetière Saint-Pierre : concessions (1883-1977) p. 195-204 SABATHIER-DAGÈS Jean-Pierre. "Le Souvenir Français dans les Landes". Bulletin de la Société de Borda, 490, Dax, 2008.
    Représentations :
    Le portail percé sur la face nord du bâtiment de l'entrée principale est flanqué de deux pilastres ou massifs en pierre de taille, dépassant la ligne du toit ; leur sommet cintré est sculpté en ). Sur la face sud du bâtiment est apposée une plaque de marbre portant un quatrain gravé : ICI TOUT SE
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le cimetière est implanté au sud-est de la ville (faubourg Saint-Pierre), sur un terrain allongé ancienne s'organise en un réseau de lanières à peu près orthogonal autour de deux allées parallèles sur de cimetière. Un carré militaire (aménagé en 1922) occupe le centre approximatif de l'allée occidentale (on y remarque quatre tombes de soldats musulmans). Le terrain est clos de murs en moellon ) couvert de tuiles, percé sur sa face nord d'un portail cintré (raidi par des pilastres en pierre de taille ) et entièrement ouvert au sud par des arcades sur piliers épaulés de contreforts talutés. Deux entrées secondaires ouvrent au sud (au droit de l'allée principale) et à l'ouest (partie moderne du cimetière). Un puits couvert est implanté à cheval sur le mur de clôture à l'ouest du bâtiment d'entrée.
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Auteur :
    [agent voyer] Caupenne de Saint-Pée Henri-Nicolas de
    Localisation :
    Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Titre courant :
    Cimetière Saint-Pierre
    Vocables :
    Saint-Pierre
    Illustration :
    Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101 Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail de la Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du plan Lettre du chevalier de Caupenne au maire de Dax concernant la construction du nouveau cimetière (AM Devis estimatif pour l'établissement d'un cimetière, par le chevalier de Caupenne, 12 avril 1832 Premier projet de construction d'un préau et d'une maison de gardien au cimetière Saint-Pierre, par Second projet pour la construction d'un préau et d'un logement de gardien au cimetière Saint-Pierre Second projet pour la construction d'un préau et d'un logement de gardien au cimetière Saint-Pierre Second projet pour la construction d'un préau et d'un logement de gardien au cimetière Saint-Pierre
  • Coeur de dévotion ex-voto du comte et de la comtesse de Caupenne
    Coeur de dévotion ex-voto du comte et de la comtesse de Caupenne Saint-Pandelon - en village
    Inscriptions & marques :
    reconnaissance / à notre bon et aimable Protecteur / St Joseph / Cte et Ctesse de Caupenne / Juillet 1871.
    Historique :
    Ce cœur de dévotion fut offert en juillet 1871 par le comte Augustin Maurice de Caupenne d'Aspremont (Mont-de-Marsan 19 janvier 1837 - 8 janvier 1934), aîné de la maison de Caupenne et titré marquis couple s'était marié dans l'ancienne église de Saint-Pandelon le 31 mars 1869 et résidait dans la commune . D'après l'inscription dédicatoire, l'objet était destiné à orner la statue de saint Joseph offerte par le comte pour surmonter l'autel dédié au saint (le donateur revendiqua la statue à l'occasion de en 1890, et par sa femme Marie Anne Le Pellerin de Gauville (6 septembre 1848 - 30 janvier 1931). Le l'inventaire de 1906, n° 18). Un modèle de cœur identique figure dans le catalogue de la maison parisienne Poussielgue-Rusand, mais ce genre d'objet était fabriqué par la plupart des orfèvres-bronziers de l'époque.
    Dénominations :
    coeur de dévotion
    Représentations :
    de deux branches de lys en sautoir.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    un anneau de suspension au revers de la flamme sommitale ; décor et inscription gravés sur les deux
    Auteur :
    [donateur] Caupenne d'Aspremont comte de Augustin Maurice [donateur] Caupenne d'Aspremont comtesse de Marie Anne
    Localisation :
    Saint-Pandelon - en village
    Titre courant :
    Coeur de dévotion ex-voto du comte et de la comtesse de Caupenne
    États conservations :
    Il manque la chaînette qui permettait la suspension de l'objet.
    Appellations :
    du comte et de la comtesse de Caupenne
  • Ensemble de 2 tombeaux (obélisques) de François de Cès-Caupenne et d'un inconnu
    Ensemble de 2 tombeaux (obélisques) de François de Cès-Caupenne et d'un inconnu Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Inscriptions & marques :
    Épitaphe (gravée sur trois faces de l'obélisque de François de Cès-Caupenne, partiellement / ...8 (face sud) ; SUB [brisé] / ...OCEM / JACET / D. FRANCISCUS DE CES / DE CAUPENNE / PRO BONE PASTORE
    Historique :
    réservé aux prêtres de la paroisse de Saint-Sever), de part et d'autre de l'entrée de l'allée désigne la sépulture de François de Cès-Caupenne. Né à Doazit en 1757 du baron Bernard de Cès-Caupenne et d'Isabeau d'Amieu de Montbrun, il devint en 1784 curé de Caupenne, le fief familial (dont il fit rebâtir en 1785 le bas-côté de l'église), se cacha pendant la Révolution à Horsarrieu et à Saint-Sever, puis fut nommé en 1803 à la cure de Saint-Sever, qu'il occupa jusqu'à sa mort en 1849, à 92 ans (Lamaignère, 1941 l'église de Caupenne. longitudinale nord. Si l'épitaphe du tombeau oriental est entièrement effacée, celle de son pendant occidental ). Sa tombe compte parmi les plus anciennes du cimetière, ouvert en 1844. Les sépultures du frère de l'abbé de Cès, le baron Raymond-Joseph (1747-1822) et de ses descendants se trouvent dans le porche de
    Référence documentaire :
    religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale p. 32 Archives diocésaines, Dax. Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882) Registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882).
    Description :
    d'une plinthe chanfreinée. L'épitaphe du tombeau ouest (François de Cès-Caupenne) est gravée sur les faces sud, ouest et nord de l'obélisque.
    Localisation :
    Saint-Sever - avenue du Général-Leclerc - en ville
    Emplacement dans l'édifice :
    carré 7, angle sud-est (François de Cès-Caupenne) ; carré 8, angle sud-ouest (inconnu)
    Titre courant :
    Ensemble de 2 tombeaux (obélisques) de François de Cès-Caupenne et d'un inconnu
    États conservations :
    Le sommet de l'obélisque de Cès-Caupenne, brisé, a été grossièrement refixé au ciment ; la pierre
    Appellations :
    de François de Cès-Caupenne et d'un inconnu
    Annexe :
    ), concernant l'abbé de Cès-Caupenne (Archives diocésaines de Dax, communiqué par l'abbé Dominique Bop). P. 32 : "François de Cès-Caupenne, de la noble famille des barons de Caupenne, doyenné de Mugron, chanoine honoraire , archiprêtre de St-Sever depuis 1801, ancien vicaire de Souprosse et curé de Caupenne, où le prit la révolution , Monseigneur de Laneufville de Dax, qu'il avait reçu dans le château de Caupenne. [Note : Il a bâti le bas-côté du midi dans l'église de Caupenne en 1785, avec toutes les boiseries en chêne de l'église et de la Extrait du registre paroissial de Laluque et Boos, par le curé Pierre Lartigau (1853-1882 , excellent confesseur, décédé le 29 juillet 1849 à l'âge de 92 ans, il avait fui en Espagne avec son évêque
    Catégories :
    taille de pierre
    Aires d'études :
    Saint-Sever
    Illustration :
    Tombeau de François de Cès-Caupenne, curé de Saint-Sever. IVR72_20174000766NUC2A Tombeau de François de Cès-Caupenne, curé de Saint-Sever : détail de l'épitaphe sur la face ouest Tombeau de François de Cès-Caupenne, curé de Saint-Sever : détail de l'épitaphe sur la face nod
  • Ensemble de 6 dalles funéraires de la famille de Cès-Caupenne
    Ensemble de 6 dalles funéraires de la famille de Cès-Caupenne Caupenne - en village
    Inscriptions & marques :
    Transcription des épitaphes : 1) CI GIT / RAIMONDI DE CES BAR/ON DE CAUPENNE ANCIEN / MOUSQUETAIRE TRUBESSÉ / BARONNE DE CAUPENNE / DÉCÉDÉE LE 18 FER / 1821 / AGÉE DE 78 ANS / REQUIESCAT IN PACE. 3) CIGIT [sic] / JEAN LUC BARON / DE CÈS CAUPENNE / DÉCÉDÉ LE 18 9BRE / 1823 / A L'AGE DE 46 ANS / REQUIESCAT IN CAUPENNE. 6) SÉPULTURE / DE CÈS CAUPENNE. / CHEVALIER DE ST LOUIS / DÉCÉDÉ LE 20 X 1823 / A L'AGE DE 78 ANS / REQUIESCAT IN PACE. 2) CI GIT / JEANNE DE PACE. 4) CIGIT [sic] / MARIE DE CÈS / MORTE EN 1821 / A L'AGE DE [9 ?] ANS. 5) SÉPULTURE / DE CÈS
    Historique :
    ), conseiller et procureur du roi au siège de Saint-Sever, acquit en 1706 la baronnie de Caupenne et les seigneuries voisines de Bergouey et de Baigts. Dès lors, les Cès-Caupenne furent, à en croire la monographie de décès rapprochés dans la famille, sont celles du baron Raymond-Joseph de Cès-Caupenne (Doazit 13 leur fils aîné le baron Jean-Luc-Joseph (Caupenne 1er mai 1778 - 25 novembre 1823), enfin de la fille dernières dalles, qui portent l'épitaphe générique "sépulture de Cès-Caupenne", abritent peut-être les La famille de Cès, originaire de Doazit, près de Mugron, est connue depuis le début du XVIe siècle . Héritier de plusieurs générations de notaires et de petits officiers, Bernard de Cès (1654-1725 paroissiale du curé Darrieutort (1888), les bienfaiteurs de l'église de leur chef-lieu, toute proche du le porche de l'édifice. Les dalles ici étudiées, posées dans un court laps de temps suite à une série décembre 1747 - 20 décembre 1822), de sa femme Jeanne-Josèphe de Trubessé (vers 1743 - 18 février 1821), de
    Référence documentaire :
    l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Dalles en grès ou en calcaire : épitaphes gravées. Les tombes de Raymond-Joseph de Cès-Caupenne, de sa femme Jeanne de Trubessé et de leur petite-fille Marie se trouvent du côté est du porche, les
    Localisation :
    Caupenne - en village
    Titre courant :
    Ensemble de 6 dalles funéraires de la famille de Cès-Caupenne
    Dimension :
    Dalle de Raymond-Joseph de Cès-Caupenne : l = 167 ; la = 86. Dalle de Jeanne-Josèphe de Trubessé : l = 167 ; la = 75,5. Dalle de Jean-Luc-Joseph de Cès-Caupenne : l = 167 ; la = 69. Dalle de Marie de Cès-Caupenne : l = 167 ; la = 42. Dalle de la famille de Cès-Caupenne (n° 1) : l = 167 ; la = 70 . Dalle de la famille de Cès-Caupenne (n° 2) : l = 167 ; la = 65.
    États conservations :
    Les dalles de Raymond-Joseph et Jeanne de Cès-Caupenne sont fendues longitudinalement.
    Appellations :
    de la famille de Cès-Caupenne
    Catégories :
    taille de pierre
    Illustration :
    Dalle de la famille de Cès-Caupenne (n° 1). IVR72_20144002086NUC2A Dalle de Jean-Luc, baron de Cès-Caupenne. IVR72_20144002087NUC2A Dalle de la famille de Cès-Caupenne (n° 2). IVR72_20144002088NUC2A Dalle de Raymond de Cès, baron de Caupenne. IVR72_20144002089NUC2A Dalle de Jeanne de Trubessé, baronne de Caupenne. IVR72_20144002090NUC2A Dalle de Marie de Cès-Caupenne. IVR72_20144002098NUC2A Le château de Caupenne, propriété de la famille de Cès. IVR72_20144002129NUC2A Le château de Caupenne, propriété de la famille de Cès. IVR72_20144002130NUC2A Le château de Caupenne, propriété de la famille de Cès (détail du corps central et de la porte
  • Maison de retraite Saint-Dominique
    Maison de retraite Saint-Dominique Arcachon - 80 boulevard Deganne - en ville - Cadastre : 2012 AP 8
    Historique :
    réaménagée vers 1972 par l'architecte Henri Pfihl, les vitraux sont attribués à Raymond Mirande. L'aile Ouest
    Dénominations :
    maison de retraite
    Description :
    Le bâtiment ancien comprend un corps de bâtiment central (travée centrale percée par un triplet ) avec un corps de bâtiment de part et d'autre (toit à longs pans, pignon couvert, tuile mécanique) Ce bâtiment comprend un rez-de-chaussée, 1 étage carré et un étage de comble. La chapelle est située dans une
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Auteur :
    [entrepreneur de maçonnerie] Le Métayer [] Pfihl Henri-Louis
    Titre courant :
    Maison de retraite Saint-Dominique
    Appellations :
    dite asile hospitalier puis maison de retraite Saint-Dominique
    Illustration :
    Portail d'entrée. Détail de la ferronnerie. IVR72_20113303517NUC2A
  • Porte Saint-Romain
    Porte Saint-Romain Blaye - la Citadelle - en ville - Cadastre : 1832 A1, B2 Non cadastrée. 2014 AW 1 Parcelle non dessinée.
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    l'historien de la fortification Nicolas Faucherre, ce donjon-porte serait à attribuer au roi d'Angleterre, duc La porte Saint-Romain est la principale porte médiévale assurant la communication entre la ville haute et les faubourgs implantés en contrebas, en particulier celui entourant l'abbaye Saint-Romain. La partie la plus ancienne de l'ouvrage d'entrée est un simple passage percé dans l'enceinte urbaine , couvert en arc brisé, qui pourrait dater de la fin du 12e siècle. Ce passage débouche sur un espace quadrangulaire entouré de murs massifs, dont l'ouverture postérieure, autrefois défendue par une herse, était imposantes de l'ouvrage incitent à voir dans ce massif la base d'une ancienne tour-porte, de type keep affirmation du pouvoir Plantagenêt sur la ville dans un contexte de tensions avec le roi de France. La porte est précédée d'une barbacane mentionnée dans le mémoire sur l'état de la forteresse en 1337. Cette barbacane à l'origine détachée, est convertie en un énorme boulevard d'artillerie de la fin du 15e siècle
    Référence documentaire :
    P. 56-60. FAUCHERRE Nicolas. "La citadelle de Blaye". Congrès archéologique de France - Bordelais Planche "Porte Saint-Romain". Exposition sur Blaye et le verrou de l'estuaire, réalisée dans le P. 226. BELLEMER Émile. Petite histoire de la ville de Blaye. Réimpression de l'édition originale de 1886, PyréMonde Princi Negue, 2009. P. 49-52. BESCHI Alain, CRON Eric. Vauban, Blaye et le verrou de l'estuaire. Bordeaux : éditions Fonds concernant la mise en défense du verrou de l'estuaire de la Gironde (17e-19e siècles). AD Gironde. 2J7. Fonds concernant la place de Blaye, le verrou et d'autres sites sur l'estuaire de la Gironde, 19e siècle Fonds concernant la place de Blaye, le verrou et d'autres sites sur l'estuaire de la Gironde, 19e siècle. cadre des Ateliers de Chaillot. École de Chaillot, 2008-2009.
    Dénominations :
    porte de ville
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Le passage dans l'enceinte, de 2,5 mètres de large, est couvert en arc brisé à claveaux de la ville haute par un massif, dont le départ de la voûte en arc brisé est souligné par un bandeau d'imposte. La partie visible des tours de l'ouvrage d'entrée, conservées sur près de 8 mètres de haut , montrent une maçonnerie rustique de moellons. L'espace intérieur de l'ancienne barbacane est composée de
    Étages :
    étage de soubassement
    Titre courant :
    Porte Saint-Romain
    Appellations :
    Porte Saint-Romain
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive droite)
    Illustration :
    Rue dans l'axe de l'ancienne porte Saint-Romain. IVR72_20113310611NUC4A Porte Saint-Romain et hôpital de siège. IVR72_20113310612NUC4A Entrée du souterrain de la porte Saint-Romain. IVR72_20113310613NUC4A Plan des souterrains du bastion Saint-Romain. Dessin, encre et lavis, 1709. IVR72_20193301991NUC2A Profils divers du bastion Saint-Romain. Dessins, encre et lavis, par Turondel, 1722 Plan des souterrains dans le centre du bastion Saint-Romain. Dessin, encre et lavis, s.d. [18e Plans, élévations et coupes de l'hôpital de siège. IVR72_20023301532VA Plans, et coupes de l'hôpital de siège : détail de la partie inférieure. IVR72_20023301543V Entrée, côté droit : vestiges de l'ouvrage médiéval. IVR72_20113310828NUC4A Entrée, côté droit : vestiges de l'ouvrage médiéval et niche. IVR72_20113310829NUC4A
  • Bannière de procession de l'Immaculée Conception et de saint Joseph
    Bannière de procession de l'Immaculée Conception et de saint Joseph Larbey - en village
    Historique :
    Comme l'indiquent les archives de la paroisse, cette bannière fut acquise par le curé Henri Garralon en 1912, pour une somme de 370,75 francs, grâce à une souscription des paroissiens. Les sources ne
    Référence documentaire :
    liste des souscripteurs pour une bannière de la Vierge Liasse de documents divers. LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse et l'église de Larbey, notes recueillies pour un petit essai
    Précision dénomination :
    bannière de paroisse
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    , elle-même entourée de larges rinceaux feuillus ; au revers, l'effigie de saint Joseph tenant un lys et Immaculée Conception saint Joseph lys équerre Sur la face, effigie de l'Immaculée Conception, debout sur le croissant de lune, nimbée d'étoiles et coiffée d'une couronne fleurdelisée, se détachant sur une gloire flamboyante en forme de mandorle une équerre de charpentier, debout sur une terrasse herbue.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Face et revers en moire de soie et coton blanche, bordure inférieure à trois lambrequins le revers, en satin bleu, blanc et rose, drap lamé doré, fil métal, laiton doré et cabochons de verroterie colorée (couronne et corsage de la Vierge). Hampe et traverse en bois tourné, avec embouts
    Titre courant :
    Bannière de procession de l'Immaculée Conception et de saint Joseph
    Appellations :
    de l'Immaculée Conception et de saint Joseph
    Illustration :
    Revers (saint Joseph) : détail. IVR72_20144001591NUC2A Liste des souscripteurs pour l'acquisition d'une bannière de la Vierge (AP Larbey
  • Bannière de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin
    Bannière de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin Saint-Aubin - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription (en fil doré sur la face) : SOCIÉTÉ DE SECOURS MUTUELS / ST AUBIN / LANDES // N. D. DU
    Historique :
    Les archives de la paroisse mentionnent, dans la seconde moitié du XIXe siècle, plusieurs bannières rouge "appartenant à la société de secours mutuels" figure bien dans un récolement du 25 novembre 1881 , mais elle est, en accord avec la tradition, dédiée à saint Joseph, patron des ouvriers et des artisans , et non à la Vierge du Mont Carmel, titulaire de la bannière conservée. Du reste, cette "bannière de saint Joseph pour les hommes" fut renouvelée en 1901-1902 auprès la maison Périer jeune d'Aurillac "en moire soie antique", et non en velours. Quant à la date 1854 brodée au bas de l'objet étudié, il s'agit sans doute de celle de la fondation, non documentée, de l'association (mais aussi de celle de la congrégation des Sœurs de Notre-Dame du Mont Carmel...). Repérée lors d'un pré-inventaire en 1992, la bannière n'a pas été retrouvée lors de l'enquête de 2014.
    Référence documentaire :
    LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes) LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint AD Landes. 1338 W 200. Bannière de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin (en 1992) Bannière de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin. Diapositive, 1992.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    et le Fils tiennent des scapulaires). Étoiles dorées rayonnantes en fil doré aux angles supérieurs de
    Description :
    Bannière à découpe chantournée, en velours coupé rouge sur armature de toile, bordure inférieure à fil polychrome sur carton ; hampe et traverse en bois tourné (les embouts de la traverse, sans doute
    Localisation :
    Saint-Aubin - en village
    Titre courant :
    Bannière de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin
    Appellations :
    de la Société de secours mutuels de Saint-Aubin
    Annexe :
    Mentions de bannières dans les archives de la paroisse de Saint-Aubin - "Bannières, 2" [Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906), récolement du mobilier de l'église, 1er octobre 1876] - "Bannières 2, l'une a été achetée par la paroisse et l'autre m'appartient [au curé Jean-Henri Camicas]." [Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906), "Achats d'ornements d'église divers servant au culte divin depuis mon arrivée (celle du curé Jean-Henri Camicas, en 1876) jusqu'à ce , appartenant à la société de secours mutuels)." [Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906 paroissial (1572-1906) : transcriptions de documents anciens par l'abbé Lamaignère, "Dons faits à l'église ", p. 105-108] - "Bannière de la congrégation. Bannière achetée à la maison Périer jeune d'Aurillac pour 120 f. Elle est due au zèle de Mlles J. et M.D St-Martin et à Mlle Hélène Darrieutort qui ont pour (1572-1906) : transcriptions de documents anciens par l'abbé Lamaignère, "Dons faits à l'église", p. 105
  • Clôture de sanctuaire et garde-corps de tribune
    Clôture de sanctuaire et garde-corps de tribune Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906. p. 19 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Dénominations :
    clôture de choeur garde-corps de tribune
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    partie correspondant au collatéral (chapelle de saint Étienne) semble en revanche n'avoir jamais comporté La clôture de sanctuaire règne sur la largeur du chœur et du collatéral nord, avec un raccord courbe en S reliant les deux parties. Elle est composée de cinq panneaux dormants correspondant, du nord l'escalier de la chaire à prêcher. Un portillon à deux battants (supprimé) ouvrait en outre sur le chœur ; la de portillon. Les panneaux sont garnis d'une série ininterrompue de balustres tournés en candélabre base. Le garde-corps de la tribune occidentale, qui règne sur les deux vaisseaux de la nef, forme
    Localisation :
    Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Titre courant :
    Clôture de sanctuaire et garde-corps de tribune
    Dimension :
    h 60.0 hauteur de la clôture la 1065.5 largeur totale développée de la clôture Partie correspondant au collatéral : la = 373 ; panneau de raccord courbe entre chœur et collatéral : la = 137 ; panneau de raccord droit entre chœur et collatéral : la = 161 ; partie nord du chœur : la
    États conservations :
    Il manque les deux portillons de la clôture de sanctuaire et sans doute une base continue sous les
    Illustration :
    Clôture de sanctuaire : partie nord. IVR72_20144002234NUC2A Clôture de sanctuaire : détail de la partie nord. IVR72_20144002235NUC2A Clôture de sanctuaire : détail de balustres. IVR72_20144002236NUC2A Garde-corps de tribune. IVR72_20144002238NUC2A
  • Meuble de sacristie
    Meuble de sacristie Carcen-Ponson - Ponson - en écart
    Historique :
    Saint-Martin de Caupenne, sans doute installé peu après 1799. Endommagé lors d'un sinistre survenu dans Cet ensemble homogène et de qualité a été spécifiquement conçu pour l'emplacement qu'il occupe antérieur à la fin du siècle, voire aux premières décennies du XIXe, comme l'ensemble très similaire de la sacristie au début des années 2000, le meuble a été partiellement démonté et certains de ses éléments (battants, tiroirs) ont été déposés dans une réserve au bourg de Carcen, dans l'attente d'une
    Observation :
    Meuble de qualité comparable aux ensembles de Caupenne, Lahosse ou Laurède.
    Référence documentaire :
    AD Landes. 1338 W 291. Meuble de sacristie (en 1990) Meuble de sacristie. Diapositive, 1990.
    Précision dénomination :
    commode-armoire de sacristie
    Dénominations :
    meuble de sacristie
    Représentations :
    ornementation corps de moulure lambris garnissant l'embrasure de la fenêtre sud ; quadrilobes redentés sur les battants inférieurs.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Meuble homogène couvrant la moitié sud des murs de la sacristie. Il est composé de deux ensembles distincts, disposés en équerre dans les angles sud-est et sud-ouest de la pièce, de part et d'autre de la fenêtre percée au centre du mur sud et dont l'embrasure est entièrement lambrissée de panneaux au décor assorti à celui du meuble. L'ensemble sud-est comporte un corps inférieur en saillie, avec une paire de deux paires de battants rectangulaires verticaux. L'ensemble sud-ouest reproduit son pendant en miroir tout le pourtour du meuble, y compris dans l'embrasure de la fenêtre sud. Le bâti intérieur du meuble plateaux sont en chêne teinté et ciré. Tous les battants sont mis au mollet et pourvus de feuillures. Les garnitures (entrées de serrure, deux fiches à vase par battant) sont en fer forgé.
    Titre courant :
    Meuble de sacristie
    États conservations :
    mauvaises conditions de conservation
  • Paire de coffres de fabrique et de confrérie
    Paire de coffres de fabrique et de confrérie Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Historique :
    Le coffre à trois serrures était sans doute destiné à conserver les archives et biens de la fabrique ; celui à deux serrures, les papiers et effets de l'une des confréries qui avaient leur siège dans tout point identique au premier, et de mêmes dimensions, est conservé à l'église de la commune voisine de Bergouey (réf. IM40005470).
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.
    Précision dénomination :
    coffre de fabrique
    Dénominations :
    coffre de confrérie
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Les deux coffres comportent une caisse en chêne sur quatre pieds équarris montant de fond (avec une de trois (premier coffre) ou deux (deuxième coffre) planches horizontales, la planche supérieure percée de serrures avec entrée en fer découpé (trois pour le coffre de fabrique, deux pour le coffre de
    Localisation :
    Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Titre courant :
    Paire de coffres de fabrique et de confrérie
    États conservations :
    Il manque les deux entrées de serrure en fer forgé du deuxième coffre (de confrérie) ; la planche antérieure de son couvercle est brisée des deux côtés. Manque aussi la traverse frontale rapportée du premier coffre (de fabrique). Pieds rongés par des insectes xylophages.
    Illustration :
    Premier coffre : détail de la serrure centrale. IVR72_20144002160NUC2A
  • Croix de procession
    Croix de procession Caupenne - en village
    Historique :
    siècle, plusieurs croix de procession en argent présentent avec celle de Caupenne de fortes similitudes caractéristiques se retrouvent parfois très tard dans le courant du XVIIe siècle hors du Sud-Ouest (croix de Sainte -Foy-Tarentaise, 1647), il semble que la croix de Caupenne, dépourvue de toute marque en raison de son Cette croix, classée en 1975 comme une œuvre du XVIIe siècle, est en réalité très proche de modèles languedociens de la première moitié et du milieu du XVIe siècle. Parmi les pièces montrées lors de l'exposition du musée Paul-Dupuy de Toulouse consacrée en 2005 aux Trésors d'orfèvrerie en Languedoc au XVIe de composition (croisée carrée, excroissances oblongues au milieu des bras) et de motifs (extrémités , avec la croix de Bias (réf. IM40000626), l'une des rares pièces d'orfèvrerie antérieures aux années
    Dénominations :
    croix de procession
    Représentations :
    des bras (et brochant sur les grandes fleurs de lys) représentent, à gauche, le lion de saint Marc, à droite, le bœuf de saint Luc, au bas du montant l'homme de saint Matthieu (le médaillon sommital avec l'aigle de saint Jean est perdu). Des rosettes décoratives à huit "pétales", de deux tailles différentes ornementation fleur de lys candélabre dauphin rosette croix vase bouquet Les extrémités des bras de la croix affectent la forme d'une fleur de lys héraldique, dont le champ est estampé de vases à bouquets et la base quadrilobée d'une croix grecque fleurdelisée dans un cercle (sur le modèle des monnaies françaises contemporaines). Le champ du montant et de la traverse, délimité par deux rangs de perles, est rempli par des motifs d'inspiration Renaissance : des candélabres constitués de dauphins affrontés phytomorphes et liés autour d'une tige centrale couronnée d'un vase godronné . La croisée carrée est ornée sur ses deux faces d'un médaillon circulaire cantonné de fleurons et
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    âme de bois recouverte de feuilles de laiton repoussées et clouées, au décor en partie estampé, en médaillons circulaires (quatre à l'origine) rapportés par soudure cantonnent les bras de la croix. Des haut relief du Christ crucifié, aujourd'hui perdue, et peut-être une autre figure au revers de la
    Localisation :
    Caupenne - en village
    Titre courant :
    Croix de procession
    Dimension :
    Dimensions de la croisée carrée : h = 7,3 ; la = 7,3.
    États conservations :
    médaillon de saint Matthieu), le médaillon avec l'aigle de saint Jean au sommet du montant, plusieurs Plusieurs éléments sont manquants : la hampe, le Christ sur la face (les trous de fixation des clous sont encore visibles à droite et à gauche de la traverse ainsi qu'au bas du montant, au-dessus du rosettes rapportées dissimulant les clous. Les plaques de laiton, en partie soulevées ou détachées de l'âme de bois, présentent plusieurs trous et lacunes : sur la face, aux angles supérieur droit et inférieur droit de la croisée, au milieu du bras gauche de la traverse, etc. Traces de vert-de-gris sur la face de
    Illustration :
    Détail : lion de saint Marc. IVR72_20144002142NUC2A Détail : boeuf de saint Luc. IVR72_20144002143NUC2A Détail : boeuf de saint Luc. IVR72_20144002144NUC2A Détail : homme de saint Matthieu. IVR72_20144002145NUC2A Détail : homme de saint Matthieu. IVR72_20144002146NUC2A Détail de la croisée (face). IVR72_20144002137NUC2A Détail de la croisée (face). IVR72_20144002138NUC2A Détail de la croisée (face). IVR72_20144002139NUC2A Détail : fleur de lys. IVR72_20144002140NUC2A Détail : fleur de lys. IVR72_20144002141NUC2A