Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 1908 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château de Lamarque
    Château de Lamarque Lamarque - en village - Cadastre : 1826 A1 290, 291 2009 AB 28
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    , achète les seigneuries de Beychevelle et de Lamarque. En 1717, son neveu, Étienne-François de Brassier . Son fils François-Armand (1723-1768), puis son autre fils, Étienne-François (1725-1787), dernier sud du château. Delphine de Brassier hérite seule du domaine après le décès de son frère, jusqu’au Le château de Lamarque semble établi au 11e siècle par le duc d´Aquitaine, bien que le nom de la seigneurie de Lamarque apparaisse pour la première fois dans les rôles gascons en 1277. La forteresse est élevée dans les marais des bords d'estuaire afin de contrôler cet axe stratégique. De cette époque datent probablement les soubassements et une partie de la chapelle. Au cours du 13e siècle, la seigneurie est en possession de Thalésie, dame de Lamarque et l´une des sœurs du seigneur de Blanquefort. Le château actuel est construit par Pons de Castillon, chevalier, seigneur de Castillon, de la Marque et de Montendre, dans la seconde moitié du 14e siècle sur les restes de l´ancienne forteresse : élévation du donjon, du corps de
    Référence documentaire :
    folio 87, 88. AD Gironde. 3 U 2290. Vente par licitation du domaine de Lamarque. 19 décembre 1825. folio 165 à 235. AD Gironde. 3 U 2361. Vente sur saisie immobilière du domaine de Lamarque avec Carte de la situation des places qui desservent l'entrée de la Garonne et de leurs environs de Blaye, 1691, par François Ferry. Plan du Fort du Médoc et de ses environs, 1707. Dessin, encre et lavis. Château de Lamarque. Dessin, par Monsau, 1841. pl. 13 Commission des monuments et documents historiques du département de la Gironde. Paris, 1848. ARCHITECTURE (direction). Bureau de recensement des monuments anciens. Casier archéologiqe. Gironde (?) . ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t.1. p. 39 à 45 CAUSSAN, A. Le château de Lamarque. Les Cahiers Médulliens, 1998, n° 29.
    Canton :
    Castelnau-de-Médoc
    Représentations :
    La poterne est ornée du blason de la famille de Fumel : D'or au trois fumets montant d'azur ; supporté par deux lions ; surmonté de la couronne du Comte.
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Description :
    Le château de Lamarque est localisé au nord du bourg, sur le bord méridional d´un marais desséché ´effectue par une longue allée bordée d’une double rangée d’arbres qui part de la rue principale du bourg . Le château est composé de l´ancienne forteresse construite en pierre de taille au sud et de . Au sud, la forteresse est constituée, d´ouest en est : d’une tour, du corps de logis, d´un donjon ornés de mâchicoulis et d’une chapelle. Celle-ci, éclairée par des vitraux, est divisée en deux parties : une chapelle haute de plain-pied avec le premier étage du château et d´une chapelle basse au niveau du sol composée d’une nef et d’une abside. La tour sud-ouest, à la base circulaire, se compose de deux étages octogonaux et abrite l'escalier d'honneur. Le corps de logis présente sa façade principale au nord, ouvrant sur la cour : un escalier mène à la porte d’entrée encadrée de bossage et couronnée d´un , est ornée de créneaux et percée de baies en arc segmentaire : ces baies sont dotées de balcon avec
    Auteur :
    [propriétaire] Brassier (de) Etienne-François [propriétaire] Lancastre (de) Humphrey [propriétaire] Nogaret de La Valette (de), duc d'Epernon Jean-Louis [propriétaire] Foix-Candale (de) Henri
    Titre courant :
    Château de Lamarque
    Annexe :
    1760, c´était encore le chef lieu d´une juridiction dont M. de Brassier était encore seigneur. Après qu Extrait de La Guienne militaire, Léo Drouyn, 1865 DROUYN, Léo. La Guienne militaire. 1865, t.2, p . 343-346 "Le château de Lamarque, dont le plan d´ensemble est fort irrégulier, est situé au nord du bourg de Lamarque, sur le bord méridional d´un marais desséché, traversé par une jalle qui se jette dans la Gironde, en face de Blaye ; il se compose de deux parties : le château proprement dit, et une vaste basse-cour au nord. Toutes les deux étaient autrefois entourées de fossés, dont il ne reste que de -cour sont épais de deux mètres, et bâtis, surtout dans leur soubassement au sud-est en petits moellons plusieurs époques. Dans l´angle nord-est de cette basse-cour existait une échauguette, démolie depuis peu d ´années. Il est probable que l´angle nord-ouest était protégé de la même manière, peut-être aussi par une tour. La porte devait être comme aujourd’hui. Dans le château proprement dit, il ne reste plus de la
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Illustration :
    Extrait de la carte de la situation des places qui desservent l'entrée de la Garonne et de leurs environs de Blaye : 1691. IVR72_20103306218NUCA Extrait du plan du fort du Médoc et de ses environs : 1707. IVR72_20103306330NUCA Extrait de la carte de l'embouchure de la Garonne, 1759 : indication du château Extrait du plan cadastral de 1826, section A : parcelle 28. IVR72_20103306015NUCA Illustration tirée de l'ouvrage de Gustave de Galard, 1835. IVR72_20113300902NUCA Dessin du château de Lamarque, 1841, par Monsau. IVR72_20103306382NUCA Lithographie publiée dans l'ouvrage de Cocks de 1868. IVR72_20153300836NUC2A Lithographie publiée dans l'ouvrage de Cocks de 1874 puis en 1893. IVR72_20153300837NUC2A Corps de logis, façade nord, porte principale : état en 1972. IVR72_19723300309Z
  • Bannière de procession de saint Étienne (bannière de paroisse)
    Bannière de procession de saint Étienne (bannière de paroisse) Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'iconographie (brodée en lamé doré au-dessus de la figure) : ST ÉTIENNE P
    Précision dénomination :
    bannière de paroisse
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    Effigie de saint Étienne couronné de roses, vêtu d'une dalmatique dorée semée de fleurs et de saint Etienne diacre dalmatique palme feuilles en métal doré, tenant la palme du martyre de la main droite.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Face et revers en velours uni de coton et soie rouge grenat, bordure inférieure à trois lambrequins de la dalmatique) et dentelle au crochet (aube), laiton doré (motifs végétaux de la dalmatique
    Localisation :
    Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Titre courant :
    Bannière de procession de saint Étienne (bannière de paroisse)
    Appellations :
    de saint Étienne
  • Bannière de procession du Tiers-Ordre de saint François
    Bannière de procession du Tiers-Ordre de saint François Coudures - en village
    Inscriptions & marques :
    1883. Devise (au revers, au-dessus et au-dessous de la croix) : LOUÉ SOIT N.S. J.C. / TOUJOURS !
    Historique :
    La confrérie du Tiers-Ordre de Coudures, comme l'indique une inscription brodée sur sa bannière chapelle bâtie au sud du chœur à partir de 1890. La bannière actuelle ne fut acquise qu'en 1901, date mentionnée dans un récapitulatif des dépenses de la paroisse : "Exercice 1901. Ornements. Bannière T[iers] O
    Matériaux :
    soie violette chaîne trame gros de Tours moiré brodé application sur textile
    Référence documentaire :
    Diplôme d'érection de la confrérie du Tiers-Ordre de saint François à Coudures, par le pape Léon année 1901 Comptes de la fabrique : relevé sommaire des dépenses des travaux de restauration de l'église de Coudures depuis avril 1890 jusqu'en 1904.
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    Sur la face, les Conformités de saint François (bras du Christ et de saint François croisés et emblème Christ saint François d'Assise bras croix chapelet cordelière croix ancrée La couronne rayonnante ; croix ancrées aux angles, monogramme SF (= saint François) en bas au centre.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Face et revers en moire de soie violette violette, bordure inférieure à trois lambrequins application sur la face, en fil de soie polychrome (orangé, beige, rouge, blanc) et drap d'argent (nuée) ; une véritable cordelière de membre du Tiers-Ordre, cousue, complète le motif.
    Titre courant :
    Bannière de procession du Tiers-Ordre de saint François
    Appellations :
    du Tiers-Ordre de saint François
    Illustration :
    Diplôme d'érection de la confrérie du Tiers-Ordre de saint François à Coudures, par le pape Léon
  • Tableau de l'autel de saint Étienne : Vision de saint Étienne
    Tableau de l'autel de saint Étienne : Vision de saint Étienne Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Historique :
    Le tableau pourrait être un vestige du décor de l'autel de saint Étienne avant la Révolution. Il thème de la vision de saint Étienne - illustré, notamment, par deux tableaux des XVIIe et XVIIIe siècles n'est toutefois pas documenté et n'est pas même mentionné explicitement dans l'inventaire des biens de la fabrique dressé en mars 1906. La facture "populaire" de l’œuvre désigne la main d'un praticien local influencé par la gravure (la figure du saint éponyme dérive sans doute d'une image de piété). Le à la cathédrale de Cahors - est tiré des Actes des Apôtres (7, 55 : "il vit la Gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu"). Toutefois, la composition de Caupenne diffère des représentations habituelles du sujet par deux détails : le saint n'y est pas figuré au moment de son jugement (comme le spécifie le texte sacré) ni à celui de son martyre (comme c'est le cas le plus souvent dans la peinture absente de la scène (et en tout cas du passage cité des Actes des Apôtres), est ici représentée
    Observation :
    Ce tableau, à la facture de saveur "populaire", ne bénéficie d'aucune protection juridique, au contraire de celui du maître-autel. Son sujet est identifié à tort comme un Saint Laurent sur le site des
    Référence documentaire :
    p. 19 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Représentations :
    Saint Étienne est debout dans un paysage vallonné où se dressent un groupe de maisons et un château scène saint Etienne diacre vision Dieu le Père Christ Vierge nuée attribut pierre livre fond de paysage château maison fortifié. Revêtu de ses ornements diaconaux (aube, dalmatique rouge damassée, manipule) et tenant la palme du martyre et un livre sur lequel sont posées les pierres de son supplice, il lève le regard vers le triangle trinitaire), du Christ (tenant la croix) et de la Vierge agenouillée, cette dernière intercédant
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    ; deux bras de lumière en fer forgé, à bobèche et binet, sont cloués aux montants du cadre et complétés par deux tiges horizontales avec anneau destiné au maintien de la bougie.
    Titre courant :
    Tableau de l'autel de saint Étienne : Vision de saint Étienne
    États conservations :
    La couche picturale présente de nombreux écaillements (notamment dans le quart supérieur droit) et un réseau dense de craquelures sinueuses.
    Illustration :
    Détail : saint Étienne. IVR72_20144002222NUC2A Détail : saint Étienne, Dieu le Père, le Christ et la Vierge dans les nuées. IVR72_20144002220NUC2A
  • Bannière de procession de saint Étienne et de saint Michel (bannière de paroisse)
    Bannière de procession de saint Étienne et de saint Michel (bannière de paroisse) Nousse - en village
    Inscriptions & marques :
    Inscription concernant l'iconographie (sur une banderole au-dessus de chacune des figures) : ST ETIENNE PRIEZ POUR NOUS (face) ; ST MICHEL PRIEZ POUR NOUS (revers).
    Historique :
    Cette bannière est dédiée aux patrons principal et secondaire de la paroisse, les saints Étienne et Michel. L'effigie du second est inspirée du célèbre tableau de Raphaël dit Grand saint Michel (Louvre ) ; celle du saint diacre dérive sans doute d'une estampe populaire dans le genre de celles de la maison
    Précision dénomination :
    bannière de paroisse
    Dénominations :
    bannière de procession
    Représentations :
    saint Etienne diacre palme pierre Sur chaque face est représenté un personnage en pied sur fond de paysage, inscrit dans un encadrement architecturé de style néogothique entièrement doré, composé d'un arc en accolade fleuronné flanqué de deux niches à gâble et pinacles abritant des anges orants ; sur le soubassement des niches, le monogramme IHS en lettres gothiques ; au sommet de l'encadrement, une large banderole déroulée portant unie invocation au saint figuré. Le damas est orné d'un motif de grosses fleurs épanouies.
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    copie de peinture
    Description :
    Bannière double face, rectangulaire, en damas de soie rouge bordé de passementerie (galon, franges
    Titre courant :
    Bannière de procession de saint Étienne et de saint Michel (bannière de paroisse)
    Appellations :
    de saint Étienne et de saint Michel
    Illustration :
    Face avec saint Etienne : détail de la figure. IVR72_20134001837NUC2A Face avec saint Etienne : détail de l'encadrement néogothique (ange orant). IVR72_20134001838NUC2A Face avec saint Etienne. IVR72_20134001836NUC2A Face avec saint Michel : détail de la figure. IVR72_20134001839NUC2A
  • Tableau : Lapidation de saint Étienne
    Tableau : Lapidation de saint Étienne Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Historique :
    Ce tableau non documenté, qui représente le martyre du saint titulaire de l'église, devait être décor lambrissé. Son état de dégradation ne permet guère de se prononcer sur une datation précise, mais composition semble un collage de différentes sources gravées : le bourreau de dos est une copie presque littérale de celui du carton disparu de Raphaël pour la tenture de la chapelle Sixtine (1515-1516), gravé à plusieurs reprises, où la figure d'un officier romain assis de profil à droite est ici remplacée par celle de Saul dans la même position. Les figures de Dieu le Père, du Christ et de l'ange, ainsi que le dessin des murailles de Jérusalem, dérivent d'assez près du célèbre tableau d'Annibal Carrache
    Référence documentaire :
    AD Landes. 1338 W 286. Tableau : Lapidation de saint Étienne (en 1990) Tableau : Lapidation de saint Étienne. Diapositive, 1990.
    Représentations :
    scène biblique lapidation de saint Etienne bourreau officier cavalier saint Paul de Tarse jeune fond de paysage rempart tour A gauche, saint Étienne agenouillé en prière, vêtu d'une aube blanche et d'une dalmatique rouge Paul), assis de profil, garde les vêtements des bourreaux. Dans l'angle supérieur droit, Dieu le Père à Étienne la couronne et la palme du martyre. Dans le fond, les remparts crénelées et une porte fortifiée de Jérusalem.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    être examiné, le tableau étant fixé au mur par deux pattes de fer.
    Localisation :
    Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Titre courant :
    Tableau : Lapidation de saint Étienne
    États conservations :
    Toile en très mauvais état, percée de nombreux trous (dont un grand dans l'angle supérieur droit ) et accrocs, zébrée de balafres ; couche picturale largement écaillée et lacunaire, révélant la préparation rouge de la toile ; traces d'humidité, traces du châssis.
    Illustration :
    Détail : saint Étienne. IVR72_20194000603NUC2A
  • Tableau : Lapidation de saint Etienne
    Tableau : Lapidation de saint Etienne Narrosse - en village
    Historique :
    créations originales, la Lapidation de saint Étienne semble bien n'être que la reprise d'une œuvre ancienne conseil municipal de Narrosse au peintre "Lacroix" - certainement Joseph Eugène Milliès, dit Eugène Lacroix ou Milliès-Lacroix (Montauban 1809 - Dax 1856), père et grand-père de deux maires de Dax (le tombeau familial est au cimetière Saint-Pierre de Dax, réf. IM40004368). Le panneau et les deux pendants , en grande partie repeinte par Lacroix. Le support de bois, très inhabituel pour une peinture d'église du milieu du XIXe siècle, et les disparités notables de facture et de style dans le traitement des différents personnages - saint Étienne paraît entièrement repeint, les bourreaux, l'ange et le fond quart du XVIIe siècle, époque probable de la réfection complète du décor et du mobilier du chœur, comme partiellement un célèbre tableau d'Annibal Carrache (1560-1609), donné par le duc de Montausier à Louis XIV en inverse, donc d'après l'une des estampes en contrepartie qui furent tirées de l'original. Les trois
    Représentations :
    A droite, saint Etienne agenouillé en prière, vêtu d'un surplis et d'une dalmatique rouge brodée de saint Etienne, martyre, bourreau, pierre, enfant, ange : en vol, palme fond de paysage : rempart, porte de ville troisième bourreau saisissant les pierres que tient un enfant dans sa chemise relevée ; au-dessus de ce
    Statut :
    propriété de la commune
    Stade de création :
    copie interprétée de peinture
    Description :
    Tableau carré, cintré à oreilles dans le haut. Support (en remploi) constitué de 9 planches de pin verticales de largeur inégale ; préparation blanche ; cadre en bois mouluré et doré à la feuille d'or sur apprêt crayeux, sans décor. Le revers n'a pu être examiné, le tableau étant fixé au mur par des pattes de
    Titre courant :
    Tableau : Lapidation de saint Etienne
    Illustration :
    Détail : buste de saint Etienne. IVR72_20114001069NUC2A Détail : tête de saint Etienne. IVR72_20114001070NUC2A Détail : dalmatique de saint Etienne. IVR72_20114001065NUC2A Détail : dalmatique de saint Etienne. IVR72_20114001066NUC2A A gauche, la "Lapidation de saint Étienne" de Narrosse ; en bas, la "Lapidation de saint Étienne Détail : saint Etienne. IVR72_20114001062NUC2A " d'Annibal Carrache (Louvre) ; à droite, détails inversés du tableau de Carrache. IVR72_20144000091NUC2A
  • 6 verrières à personnages des chapelles de la Vierge et du Sacré-Cœur (transept) : Saint Louis roi, Sainte Germaine de Pibrac, Notre-Dame de Buglose, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Saint Étienne, Saint François de Sales (baies 5 à 10)
    6 verrières à personnages des chapelles de la Vierge et du Sacré-Cœur (transept) : Saint Louis roi, Sainte Germaine de Pibrac, Notre-Dame de Buglose, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque, Saint Étienne, Saint François de Sales (baies 5 à 10) Pontonx-sur-l'Adour - en village
    Inscriptions & marques :
    ) ; de François Touzet, évêque d'Aire et de Dax (baies 6 et 10) ; de Victor Jean-Baptiste Paulin Delannoy concernant l'iconographie : STS LVDOVICVS REX (baie 5) ; STA GERMANA (baie 6) ; N-D DE BUGLOSE / SALVETE 10). Dédicaces : EN / MÉMOIRE DE / Mr L'ABBÉ / LOUIS LABADIE ENFANT / DE LA / PAROISSE (baie 5) ; EN / MÉMOIRE DE Mgr / TOUZET / ÉVÊQUE D'AIRE / ET DE / DAX (baie 6) ; EN / MÉMOIRE DU / CHANOINE / PÉDEGERT ENFANT / DE LA / PAROISSE (baie 9) ; EN / MÉMOIRE DE Mgr / TOUZET / ÉVÊQUE D'AIRE / ET DE / DAX (baie 10 Cazaumayou, la date 1909 est celle de sa nomination à Pontonx]. Armoiries : du royaume de France (baie 5 , évêque d'Aire et de Dax (baie 7) ; du pape Pie X (baie 8) ; du chapitre cathédral d'Aire-sur-l'Adour (baie 9 ; "De gueules à un saint Jean d'argent").
    Historique :
    outre, dans le recueil de modèles de la fabriques, une vignette à l'effigie de saint Étienne qui servit églises girondines, l'Apparition du Sacré-Cœur à Saint-Ciers-sur-Gironde. Le carton du Saint François de En 1911, le nouveau curé Joseph Cazaumayou (cousin de l'abbé Latourette, curé d'Hagetmau et commanditaire en 1886 de la vitrerie de cette église à Gustave-Pierre Dagrant) décida de faire remplacer six verrières en "grisaille riche" des bras du transept, posées par Dagrant lors de la première campagne de vitrerie en 1888, par des vitraux à personnages. Les lettres conservées de l'abbé Cazaumayou au verrier , conservées dans le fonds Dagrant (Archives départementales de la Gironde), recèlent de nombreux renseignements sur les circonstances de la commande : choix des sujets à représenter (une Apparition de Lourdes d'abord prévue fut remplacée par Notre-Dame de Buglose), critiques sur les compositions projetées (notamment le Saint Étienne), coût des œuvres, concurrence des maisons Mauméjean et Feur (préférées par
    Référence documentaire :
    destinées aux chapelles du transept de l'église de Pontonx, par G.-P. Dagrant, 1911 Croquis ("tracés au 10e ") pour six verrières à personnages destinées aux chapelles du transept de l'église de Pontonx, par G.-P AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Lettres de l'abbé Joseph Cazaumayou, curé de Pontonx, à Gustave-Pierre Dagrant, verrier à Bordeaux, concernant la commande de verrières pour les chapelles du transept de l'église de Pontonx, 1911 Lettres de l'abbé Joseph Cazaumayou, curé de Pontonx, à Gustave -Pierre Dagrant, verrier à Bordeaux, concernant la commande de verrières pour les chapelles du transept de l'église de Pontonx, 1911. AD Gironde. Fonds Dagrant, non classé. Correspondance de l'abbé Charles Brèthes, curé de Pontonx , avec la maison Dagrant de Bordeaux concernant la restauration des verrières de l'église de Pontonx , 1948 Correspondance de l'abbé Charles Brèthes, curé de Pontonx, avec la maison Dagrant de Bordeaux
    Représentations :
    : saint Étienne diacre ; baie 10 : saint François de Sales. Personnage en pied sur un carrelage mis en saint François de Sales évêque bénédiction saint Etienne diacre palme pierre Baie 5 : saint Louis IX, roi de France ; baie 6 : sainte Germaine Cousin ou de Pibrac ; baie 7 : Notre-Dame de Buglose ; baie 8 : apparition du Sacré-Cœur à sainte Marguerite-Marie Alacoque ; baie 9 perspective, devant un fond de ciel bleu, dans un médaillon oblong perlé, trilobé aux extrémités, se détachant sur un fond rouge orné de rinceaux néoromans à feuilles bleues et demi-palmettes jaunes ; le médaillon central est agrafé par deux anneaux perlés à deux autres médaillons quadrilobés, celui de la tête armorié , celui de la base portant une inscription dédicatoire ; la bordure à fond rouge et bleu est décorée de frises d'arceaux et de palmettes jaunes et vertes.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    , Saint Étienne, Saint François de Sales (baies 5 à 10) 6 verrières à personnages des chapelles de la Vierge et du Sacré-Cœur (transept) : Saint Louis roi , Sainte Germaine de Pibrac, Notre-Dame de Buglose, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Alacoque
    Dimension :
    Dimensions totales (d'après le croquis de Dagrant).
    États conservations :
    grillage de protection
    Annexe :
    crosse - le François de Sales de Philippe de Champagne. En revanche, le St Étienne déplaît. On le . Marie, au bas du vitrail : armoiries de Pie X. A droite : St François de Sales - à gauche Ste Germaine , Lourdes. A droite, St Étienne diacre martyr - à gauche, St Louis roi de France. / Peut-être que ce choix orner nos vitraux. / Le St François de Sales est celui que vous préférez vous-même - sans mitre - sans vous ! ... Et moi, je ne le regrette pas... / Chapelle du Sacré-Cœur : St François de Sales sans mitre Sales et de Ste Germaine : En mémoire de Mgr Eug. François Touzet, évêque d'Aire et de Dax. ; et au ; (milieu) N.D. de Buglose, chiffre de Marie... ; St Étienne diacre, armes de chapitre ou simplement de peut-être / Au-dessus de St Étienne : En mémoire de l'abbé Pédegers chanoine d'Aire, enfant de Pontonx donc mieux... St Étienne, peut-être à genoux, voyant les cieux entrouverts et Jésus à droite de son aurions donc / au-dessus du Sacré-Cœur : armes de Pie X / de St François de Sales, de Ste Germaine : armes
    Illustration :
    verrières de la chapelle gauche (saint Étienne, Immaculée Conception, saint Louis). IVR72_20194001513NUC2Y Alacoque, saint François de Sales). IVR72_20194001512NUC2Y Saint Étienne. Vignette conservée dans le recueil de modèles de la fabrique de vitrail Dagrant Baie 10 : Saint François de Sales. IVR72_20194010428NUC4A Croquis ("tracés au 10e") pour six verrières à personnages destinées aux chapelles du transept de l'église de Pontonx, par G.-P. Dagrant, 1911 (AD Gironde, fonds Dagrant, non classé) : détail des trois Croquis ("tracés au 10e") pour six verrières à personnages destinées aux chapelles du transept de l'église de Pontonx, par G.-P. Dagrant, 1911 (AD Gironde, fonds Dagrant, non classé) : détail des trois verrières de la chapelle droite (sainte Germaine de Pibrac, Apparition du Sacré-Cœur à Marguerite-Marie Baie 6 : Sainte Germaine Cousin ou de Pibrac. IVR72_20194010427NUC4A
  • Autel de saint François d'Assise
    Autel de saint François d'Assise Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    années 1760-1770. Placé sous la verrière de la Stigmatisation de saint François, il porte l'emblème franciscain des "Conformités de saint François". La ville de Dax comptait au XVIIIe siècle deux couvents Ce meuble est l'un des trois derniers autels de la cathédrale datant de l'Ancien Régime (elle en comptait au moins onze au XVIIIe siècle). Son style et le profil de son galbe permettent de le dater des d'obédience franciscaine, celui des cordeliers ou récollets (où le futur saint Vincent de Paul fit ses études ) à l'emplacement de l'actuelle place de la Course, et celui des capucins ; le meuble, qui a les dimensions d'un maître-autel, pourrait provenir de l'un d'eux.
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.
    Représentations :
    François" (bras du Christ et de saint François entrecroisés sur une croix) dans un cartouche cordiforme à symbole bras Christ saint François d'Assise Décor en bas relief : au milieu de la face, l'emblème franciscain des "Conformités de saint rocailles et cuirs entouré de guirlandes de fleurs et couronné d'un panier d'osier fleuri ; le panier est relié par des rameaux feuillus à de grandes feuilles d'acanthe soulignant les angles antérieurs du tombeau ; le réglet au-dessus de la gorge est sculpté d'une course de ruban.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    Autel de style rocaille. Tombeau galbé à profil en doucine, gorge sommitale en cavet, table à angles adoucis en quart-de-rond. Les reliefs du devant d'autel et des angles du tombeau sont dans la
    Localisation :
    Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Titre courant :
    Autel de saint François d'Assise
    Appellations :
    de saint François d'Assise
    Illustration :
    Détail du cartouche central avec les "Conformités de saint François". IVR72_20124090152NUC2A
  • Peinture murale de l'autel de saint Étienne
    Peinture murale de l'autel de saint Étienne Caupenne - Saint-Laurent - en écart
    Historique :
    Cette peinture, peut-être datable de la fin du XVIIIe siècle ou des premières décennies du siècle suivant, simule un retable-cadre à fronton. Sa largeur, toutefois, ne correspond pas à celle de l'autel et du tableau qu'elle surmonte, et son inachèvement laisse supposer que ce projet de décoration fut jugé
    Référence documentaire :
    p. 19 CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Représentations :
    fenêtre chantournée encadrée de volutes végétales et ouvrant sur un ciel d'azur fictif ; des fleurettes jaunes ornent les écoinçons de la baie feinte et une palmette de même couleur timbre son sommet.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Peinture murale de l'autel de saint Étienne
  • Lycée François-Mauriac
    Lycée François-Mauriac Bordeaux - 1 rue Henri-Dunant - en ville - Cadastre : 2019 BN 6
    Historique :
    qu'un CDI et un bâtiment de salle de cours. En 2019 l'agence d'architecte Triangle a procédé à une rénovation et réfection des façades avec isolation par l’extérieur et réfection de l’étanchéité. Un remplacement des menuiseries extérieures avec mise en place de brises soleil. Le traitement de l’acoustique et de l’éclairage des circulations intérieures ont également été étudiés dans cette opération. Œuvre du panneaux d'ardoise représentaient "L'étude de Notre système solaire et planétaire". Œuvre est aujourd'hui
    Référence documentaire :
    Archives de la région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux. 2466 w9, 2743 w6. Lycée François-Mauriac
    Précision dénomination :
    Lycée général et technologique François-Mauriac
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Le lycée François-Mauriac est situé sur la rive droite de la Garonne dans le quartier de la Benauge , mitoyen de la caserne des pompiers à l'ouest, proche de la Garonne vers le sud. Le lycée se compose de plusieurs bâtiments en barre. Le bâtiment 1 des salles de classes à l'est : barre en éléments préfabriqués en béton et structure métallique, 4 niveaux d'élévation, 46 travées, toit en terrasse couvert de matériaux synthétiques. Le bâtiment 2, salles de classes, Le gymnase (béton, toit terrasse) est situé à
    Typologies :
    système constructif industriel de préfabrication
    Titre courant :
    Lycée François-Mauriac
    Appellations :
    Lycée François-Mauriac
    Illustration :
    Entrée du lycée avant resctucturation de 1995 (cliché lycée François-Mauriac s.d Début du chantier de construction du lycée. Photographie aérienne (IGN, 1961 Entrée du lycée avant resctucturation de 1995. Le mur de vitraux est alors encore en place. (cliché lycée François-Mauriac s.d.) IVR72_20193301450NUC2A Passage couvert dans la cour le long du bâtiment 1 (salle de cours). IVR72_20193301434NUC2A Ancien mur de vitraux du bâtiment d'entrée du lycée. IVR72_20193301436NUC2A Couloir de circulation, rez-de-chaussée, bâtiment 2 (au sud, salles de cours Bâtiment 1 vu de l'étage du bâtiment 2, côté cour. IVR72_20193301438NUC2A Salle de cour du bâtiment 2. IVR72_20193301441NUC2A Bâtiment de la salle polyvalente et de la maison des lycéens : espace lycéens
  • Église paroissiale Saint-Étienne
    Église paroissiale Saint-Étienne Nousse - en village - Cadastre : 2014 C 342
    Historique :
    L'histoire de la paroisse de Nousse n'est pas documentée. La dédicace de l'église au protomartyr saint Étienne plaide en faveur d'une fondation ancienne, mais le plan à vaisseau unique et abside plus percement de nouvelles baies et la construction d'un porche au sud à la fin du XIXe siècle empêchent toutefois de préciser davantage la datation.
    Référence documentaire :
    Église : paiement de travaux d'embellissement exécutés par Lagarde, doreur à Saint-Sever, 1831. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. Compte de gestion de la fabrique, 1894-1906. Le clocher de Nousse. Périodique, 1929-1970.
    Statut :
    propriété de la commune
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Étienne
    Vocables :
    Saint-Étienne
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Détail de la charpente du vaisseau. IVR72_20134001799NUC2A Détail de la charpente du clocher. IVR72_20134001820NUC2A
  • Église paroissiale Saint-Étienne
    Église paroissiale Saint-Étienne Narrosse - en village - Cadastre : 2007 AM 2
    Historique :
    Le nom de la paroisse "Sanctus Stephanus de Bedoiosse" apparaît dans le Liber rubeus du diocèse de Dax à la fin du XIIe siècle. La partie la plus ancienne de l'édifice actuel, le chevet en abside semi -circulaire, est datable de la première moitié ou du milieu du même siècle grâce au décor sculpté de ses baies (besants, tresses et molettes), similaire à ceux des églises de Heugas (voisine d'Heugas, réf. IA40001548 ) et de Louer (canton de Montfort-en-Chalosse, réf. IA40001567). La présence d'enduits sur les élévations de la nef principale et l'absence d'éléments datants ne permettent pas d'en préciser l'époque de construction, peut-être contemporaine, au moins en partie, de celle du chevet. Le collatéral nord a été ajouté tardivement, sans doute au XVIe ou au XVIIe siècle. Un projet de reconstruction totale en 1848 fut abandonné au profit d'une simple réfection : la fausse voûte d'ogives de la nef, le plafond du collatéral et le repercement de leurs baies fut peut-être réalisé à cette occasion. Enfin, un clocher-tour est construit en
    Référence documentaire :
    Église et presbytère : projet de réparation et de transfert de l'église, location du presbytère Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 8 mars 1906.
    Représentations :
    Décor du linteau de la baie axiale du chevet : trois rouleaux concentriques séparés par des cordons en tresse et ornés, de l'intérieur vers l'extérieur, de 3 besants, de 5 besants et de 5 molettes ajourées entourées de cercles.
    Murs :
    pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    chœur en abside semi-circulaire, épaulé au nord par une sacristie. Le mur nord de la nef est percé de . Le vaisseau principal est couvert de fausses croisées d'ogives sur culs de lampe, en plâtre ; le collatéral, d'un plafond cintré sur faux doubleaux de plâtre. Une tribune en bois s'appuie sur le mur antérieur de la nef. A l'ouest, un clocher-tour carré, hors-œuvre, est couvert d'une flèche octogonale en ardoise cantonnée de pyramidions.
    Titre courant :
    Église paroissiale Saint-Étienne
    Vocables :
    Saint-Étienne
    Couvrements :
    lambris de couvrement
    Illustration :
    Détail de la baie axiale du chevet. IVR72_20114001006NUC2A Détail de la porte d'entrée sud : tympan de menuiserie. IVR72_20114000992NUC2A Face orientale de l'arc d'entrée du choeur, avec écu armorié (?) bûché à la clef Détail d'un cul-de-lampe dans la nef. IVR72_20114001081NUC2A
  • Villa Cottage François Legallais
    Villa Cottage François Legallais Arcachon - place de Verdun - en ville - Cadastre : 2011 AK 203
    Historique :
    François Legallais. Le plan général de l'agence Ducos établi en 1906, montre une villa Louis au centre Le plan général de la ville d'Arcachon dressé par l'architecte Marcel Ormières en 1896 ne mentionne aucune construction aux abords immédiat de la place Deganne à l'emplacement actuel de la villa Cottage faux pans de bois de la villa actuelle, permettent d'affirmer qu'elle a été construite dans les années
    Précision dénomination :
    maison de villégiature
    Description :
    Construction de plan rectangulaire, les murs de refends présentent des encorbellements sur l'élévation antérieure. La maison comprend un rez-de-chaussée et un étage carré. L'élévation antérieure est constituée de 3 travées. La travée centrale en saillie est percée par une fenêtre en plein au rez-de-chaussée . La travée de droite comprend une loggia devant la porte d'entrée et une loggia à l'étage.
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Localisation :
    Arcachon - place de Verdun - en ville - Cadastre : 2011 AK 203
    Titre courant :
    Villa Cottage François Legallais
    Appellations :
    villa Louis puis Cottage François Legallais
  • Eglise Saint-Etienne
    Eglise Saint-Etienne Saint-Estèphe - - place des Anciens combattants - en village - Cadastre : 2015 OA 1951 1825 A5 1620
    Copyrights :
    (c) Conseil départemental de la Gironde
    Historique :
    son mobilier. François de Sourdis exige alors, "sous peine d’interdiction de lad[ite] église", que cet restauration de l'église en 2015, les origines de l'église et de la paroisse restent floues. Un édifice préexiste certainement au Moyen Âge : des éléments de maçonnerie seraient conservés dans les parties basses de la nef. Les visites pastorales fournissent des indications sur l'aspect de l'église aux 16e et 17e siècles. En 1578, lors des Guerres de religion, l'église est probablement dévastée. En 1603, le curé, Pierre de Crusiau, demande au cardinal de Sourdis de lui venir en aide pour réparer l’église et édifice "en pauvre estat, ruinée et dénuée de tous ornemens et meubles requis au service divin et décoration" soit rapidement pourvu de tout ce qui était nécessaire au culte et que les réparations prévues cimetière sont éboulés, ceux de l’église en piètre état et la porte ne ferme plus. L’intérieur est dévasté Pierre Frapereau, vicaire général de l’archevêché de Bordeaux, se rend alors à Saint-Estèphe et dresse
    Référence documentaire :
    ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1. GOUTAL Michel, LEULIER Renée. Saint-Estèphe, église Saint-Etienne, étude préalable, restauration campagnes bordelaises", Revue historique de Bordeaux, tome XXVII, 1978-1979. Commission des Monuments historiques, Travaux de restauration et d'entretien, Saint-Estèphe, 1839
    Représentations :
    fronton croix de Lorraine volute
    Murs :
    calcaire pierre de taille
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    est orné d'un imposant retable dont la toile peinte centrale évoque le martyr de Saint-Etienne. de clocher, l'ensemble étant construit en pierre de taille. En partie basse, cette façade s'organise bossage plat continu ; deux pilastres toscans soulignent les extrémités de la façade. Le niveau supérieur est également encadré de pilastres toscans traités avec des tables décoratives et percé d'une baie en et dissimulent les toitures latérales. Le troisième niveau, celui des cloches, est encadré de croix à double traverse. La façade latérale sud construite en moellons enduits conserve la trace de (cette dernière probablement ajoutée au cours d’une campagne de travaux au début du 19e siècle). Le retable ; seules deux fenêtres percées latéralement au nord et au sud éclairent donc le chœur. De petits travée encadrée au nord d’une chapelle et au sud de l'escalier d'accès au clocher. L'espace de la nef est couvert d'un plafond lambrissé peint, en anse de panier. Les murs latéraux sont ornés de lambris et
    Titre courant :
    Eglise Saint-Etienne
    Annexe :
    objet 1996/09/04. -Toile peinte : La lapidation de Saint-Étienne, signée et datée Lacour 1772 : classé Archives AD Gironde, 2 O 3121, Devis des ouvrages à faire pour rétablir la voûte de l'église de St posée de plat et en plâtre façon de plafond ; ces matériaux mal liés entre eux et trop pesants se sont la voûte de l'église de St Estèphe, par Tannay, ingénieur ordinaire, 3 mai 1807. AD Gironde, 2 O 3121 , État des paiements faits par moi Jn Hostein Père, marguillier de la fabrique extérieure de l'église de St Estèphe et son trésorier, an 12 (1803-1804) à 1809. Raccommodage des plombs et vitres de l'église ; carrelage de l'église, démolition du reste de la voûte ; pour couvrir le clocher de l'église, plancher à faire sous les cloches. AD Gironde, 2 O 3121, Réunion des marguilliers de la fabrique concernant les plans et devis de la reconstruction de la voûte de l'église dressé par M. l'ingénieur ordinaire des ? ; acceptent les plans proposés avec voûte en bois de nerva. Archives nationales, Conseil général des Bâtiments
    Aires d'études :
    Estuaire de la Gironde (rive gauche)
    Vocables :
    Saint-Etienne
    Illustration :
    Carte postale, début 20e siècle (collection particulière) : maître-autel de l'église Saint-Etienne Carte postale, début 20e siècle (collection particulière) : Intérieur de l'église Saint-Etienne Vue intérieure : tableau du maître-autel, la lapidation de saint Étienne (P. Lacour, 1772 Elévation géométrale de l'une des 29 fermes qui doivent soutenir le lambris de la voûte de la nef de l'église de St Estèphe en Médoc, par Corcelle, Dessin à l'encre, 31 juillet 1816 Plan de l'église ; coupes avec charpente existante, par Corcelle, Dessin à l'encre, 31 juillet 1816 Plan de l'église ; coupes avec charpente existante, par Corcelle, Dessin à l'encre, 31 juillet 1816 Plan de l'église ; coupes avec charpente existante, par Corcelle, Dessin à l'encre, 31 juillet 1816 Extrait du plan cadastral de 1825 : parcelle 1620. IVR72_20163301010NUC2A Vue de Saint-Estèphe (Médoc) : lithographie, vers 1835. IVR72_19903302558X
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne Narrosse - en village
    Historique :
    Le mobilier ancien de l'église Saint-Étienne n'est connu qu'au travers de mentions imprécises dans des procès-verbaux de visite pastorale et surtout grâce à la monographie paroissiale rédigée par le premier chef le maître-autel "en bois sculpté et doré" dédié au saint titulaire. De cet ensemble, qui datait certainement de la fin du XVIIe siècle, ne subsistent aujourd'hui que quelques vestiges déposés : le motif d'amortissement d'une aile de tabernacle, dont le style renvoie aux productions dacquoises de la fin du règne de Louis XIV (réf. IM40003991), et des éléments décoratifs du retable, de la même époque mais de qualité inférieure (réf. IM40003990). Les trois tableaux de la fin du XVIIe siècle qui qui repeignit (sur une composition du XVIIe ou du XVIIIe siècle) le tableau de saint Eutrope, ancien patron de la paroisse, qui ornait l'autel secondaire dans le bas-côté nord (réf. IM40003994). Enfin, une belle clôture de chœur en fer forgé, datable des années 1760-1780, encore presque intacte en 1992, a été
    Parties constituantes non étudiées :
    croix de cimetière meuble de sacristie plateau de communion bourse de corporal
    Référence documentaire :
    Église et presbytère : projet de réparation et de transfert de l'église, location du presbytère Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 8 mars 1906.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Marron Marcel [éditeur] Repos Étienne
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne
    Annexe :
    l’autel du patron, St Étienne, et au haut de la nef du bas-côté, l’autel de St Eutrope, sur le tabernacle réfection. 1853 : nouveau projet de refonte des cloches par François-Dominique Delestan, fondeur à Liste des œuvres non étudiées. Croix de cimetière [cimetière, allée centrale] (ill ; colonne à fût cylindrique et abaque carré ; croix à montant et traverse de section carrée. Ensemble de 2 tableaux commémoratifs des morts (de la guerre de 1914-1918) [nef] Vers 1920. Marbre blanc et gris-noir en marbre gris ; inscriptions gravées et dorées. Ensemble de 5 verrières [chœur (baies 0 à 2 . Décor de losanges aux couleurs pastel. Ensemble autel, gradin d’autel et tabernacle (autel secondaire ) [collatéral nord, à l’ouest] (ill. 20114001091NUC2A) 1ère moitié 20e s. Marbre gris plaqué sur âme de pierre totales : h = 162 ; la = 190. [A remplacé après 1887 l’ancien autel de saint Eutrope à l’extrémité des fonts baptismaux et des trois tableaux restaurés de l’ancien retable du maître-autel.] Armoire
    Illustration :
    Croix de cimetière. IVR72_20114001000NUC2A Autel secondaire et statues du Sacré-Coeur, de Notre-Dame de Lourdes et de saint Joseph à l'Enfant Ensemble de chandeliers d'autel (de 3 garnitures). IVR72_20114001106NUC2A Ensemble de chandeliers d'autel (de 3 garnitures). IVR72_20114001107NUC2A Ensemble de chandeliers d'autel (de 3 garnitures). IVR72_20114001108NUC2A Statue : Saint Etienne. IVR72_20114001119NUC2A Ensemble de 4 missels. IVR72_20114001105NUC2A
  • Statue : Saint Étienne
    Statue : Saint Étienne Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Historique :
    Cette statue fut peut-être installée au moment de la campagne de rénovation de l'église au début modèle ne figure pas, toutefois, au catalogue de la célèbre maison Virebent (qui propose en revanche un
    Représentations :
    Saint Étienne (titulaire de l'église) est revêtu de sa dalmatique aux orfrois ornés de médaillons saint Etienne diacre dalmatique pierre palme livre crucifères, de fleurettes et de quadrillages pointés ; le manipule au bras gauche, il tient à la main gauche les pierres de sa lapidation et de la dextre la palme du martyre et un livre fermé.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    . Le décor des orfrois de la dalmatique est incisé et sculpté en léger relief.
    Localisation :
    Souprosse - Saint-Étienne - en écart
    Titre courant :
    Statue : Saint Étienne
    États conservations :
    traces de peinture Il ne reste de la polychromie d'origine que quelques traces sur l'aube blanche et sur les orfrois de la dalmatique.
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne Nousse - en village
    Historique :
    Le mobilier de l'église de Nousse est aussi peu documenté que l'édifice lui-même. L'ensemble actuel prêcher et une armoire de sacristie, sont datables des premières décennies du XIXe siècle. En 1831, le doreur Guillaume Lagarde de Saint-Sever exécute des "travaux d'embellissement" de nature non spécifiée , meuble de sacristie, statues de série (dont deux par la fabrique toulousaine Giscard) - fut installé précieux, dont l'ensemble est incomplet - un calice et un jeu de burettes ont récemment disparu -, sont
    Parties constituantes non étudiées :
    lambris de demi-revêtement croix de cimetière clôture de choeur fauteuil de célébrant tabouret de célébrant armoire de sacristie dais de procession bannière de procession croix de procession chemin de croix
    Référence documentaire :
    AD Landes. 70 V 242/8. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 6 mars 1906 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 6 mars 1906. Compte de gestion de la fabrique, 1894-1906. Le clocher de Nousse. Périodique, 1929-1970.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Giscard
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Étienne
    Annexe :
    . 20134001793NUC2A). Saint Étienne (porche sud, niche au-dessus de la porte d’entrée ; h = 90 environ ; manquent les Liste des oeuvres non étudiées Lambris de demi-revêtement [chœur] 4e quart 19e s. Chêne teinté et ciré. Panneaux moulurés simples sur deux registres. h = 213. Tableau commémoratif des morts (de la guerre de 1914-1918) [porche sud] (ill. 20134001835NUC2A) Vers 1920. Marbre blanc veiné, bois peint faux : LA COMMUNE DE NOUSSE / à ses Enfants MORTS pour LA FRANCE (suit la liste des 16 noms ou disparus ). Croix de cimetière [cimetière, au sud de l'église] (ill. 20134001830NUC2A et 20134001831NUC2A) 4e quart 19e s. Pierre, ciment, fonte de fer. Croix en fonte de fer sur socle parallélépipédique en pierre et ciment et double degré. Décor de la croix : lancettes et orbevoies gothiques, fleurons, écu à la croisée . Ensemble de 4 verrières (verrières géométriques) [nef, baies 3 à 6] 20e s. Verre transparent coloré, plomb chêne. Trois loges sur plan à angles abattus ; battant de la loge centrale à claire-voie (trois barreaux
    Illustration :
    Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918. IVR72_20134001835NUC2A Croix de cimetière. IVR72_20134001830NUC2A Croix de cimetière (détail). IVR72_20134001831NUC2A Fonts baptismaux et bannière de procession de la Vierge. IVR72_20134001878NUC2A Clôture de choeur : partie sud. IVR72_20134001886NUC2A Clôture de choeur : détail de la partie sud. IVR72_20134001887NUC2A Clôture de choeur : un battant du portillon déposé. IVR72_20134001801NUC2A Chandelier funéraire (d'une série de 8). IVR72_20134001847NUC2A Dais de procession (démonté). IVR72_20134001802NUC2A Chandelier d'autel (d'une série de 8). IVR72_20134001848NUC2A
  • Lycée François-Magendie
    Lycée François-Magendie Bordeaux - 10 rue des Treuils - en ville - Cadastre : 2018 DY 35 1851 V1 152
    Historique :
    Henri Hourtic en 1960-1961 (voir l’article de l'Architecture d'Aujourd'hui). L'établissement est alors édifié dans un contexte de forte démographie et répond d'une part à l'exigence d’accueillir un grand nombre d'élèves et d'autre part à l'obligation de correspondre aux normes alors en vigueur pour les établissements scolaires (trame de 1m 75, nombreuses et larges baies vitrées...). Le bâtiment, déclaré obsolète -1998 par les architectes Brochet-Lajus-Pueyo avec Michel Sadirac, Nadine Guardiola et Michel Dupuy de (langage des ombres) ornent une série de ces piliers métalliques formant la grille.
    Référence documentaire :
    CHAIGNE Yann. Le lycée François Magendie de Bordeaux : de la construction en 1960-61 à la Archives de la région Nouvelle-Aquitaine, Bordeaux. 2672 w, 2743 w. Lycée François-Magendie CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête identitaire post-décentralisation. Thèse d'histoire de la l'art sous la direction de Marc Saboya, Université reconstruction en 1997-98. Mémoire de Maîtrise, Université Bordeaux 3, 2003-2004. P. 317 COUSTET Robert, SABOYA Marc. Bordeaux la conquête de la modernité : Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l'agglomération de 1920 à 2003. Bordeaux : Mollat, 2005. Le lycée François Magendie à Bordeaux : L'architecture d'Aujourd'hui, mai 1963 LAURENT Norbert. Le dialogue des pleins et des vides, Lycée François Magendie LAURENT Norbert. Le dialogue des pleins et des vides, Lycée François Magendie, Constructions modernes, n°100, 1999.
    Précision dénomination :
    Lycée François-Magendie
    Statut :
    propriété de la région
    Description :
    Le lycée François Magendie est situé dans le quartier Saint-Genès de la ville Bordeaux, au sud superficie de terrain de 10 000 mètres carrés sur une forte pente nord-sud. Les bâtiments sont construits en éléments de béton préfabriqués selon une trame de 1m 75. L'ossature est en acier. La barre principale nappe" couvre l'ensemble des bâtiments laissant des patios arborés, la conservation de la végétation
    Auteur :
    [architecte] Dupuy de Cazères Michel
    Titre courant :
    Lycée François-Magendie
    Appellations :
    Lycée François-Magendie
    Illustration :
    Bâtiment externat. Plan de masse, plan de situation. Etat des lieux, octobre 1993. Chaveron et Bâtiment externat. Plan du rez-de-chaussée. Etat des lieux, octobre 1993. Chaveron et Bazerque Bâtiment externat. Plan du rez-de-chaussée. Avant projet sommaire, janvier 1994. Chaveron et Reconstruction du lycée. Plan de masse, 10 février 1997. (Michel Sadirac, Nadine Guardiola, Michel Reconstruction du lycée. Plan de rez-de-chaussée, 10 février 1997. (Michel Sadirac, Nadine Lycée François Magendie. Plan d'intérieur et héberges. Dressé par G. Pétuaud-Létang géomètre-expert Reconstruction du lycée. Plan du rez-de-chaussée, 10 février 1997. (Michel Sadirac, Nadine Reconstruction du lycée. Plan du rez-de-chaussée, 10 février 1997. (Michel Sadirac, Nadine Reconstruction du lycée. Plan de masse, 10 février 1997. (Michel Sadirac, Nadine Guardiola, Michel Reconstruction du lycée. Plan des espaces verts et de la végétation. Annexe au CCTP, 7 février 1997
  • Autel du Tiers-Ordre de saint François et statues de saint François d'Assise et de sainte Élisabeth de Hongrie
    Autel du Tiers-Ordre de saint François et statues de saint François d'Assise et de sainte Élisabeth de Hongrie Coudures - en village
    Historique :
    Une confrérie du Tiers-Ordre de saint François fut établie dans l'église de Coudures le 2 janvier contraire, remployé. A l'exception de la verrière de Dagrant, seules les statues de saint François et de Raffl, désignent explicitement la destination de la chapelle. Le Saint François ne correspond à aucun par l'évêque d'Aire le 14 décembre suivant). Donatrice en 1893 de l'une des verrières du Nancéien nouvellement édifiée au sud du chœur (projetée en 1890, achevée en 1897), que les textes contemporains de sa construction désignent sous le vocable de saint Antoine, apparemment modifié dès l'affectation du lieu à la confrérie franciscaine. La mise en place du modeste décor n'est pas documentée, hormis celle de la verrière du Bordelais G.-P. Dagrant, datée de 1903, dont le programme thématique est consacré pour moitié au créateur du Tiers-Ordre, saint François d'Assise. L'autel lui-même, d'un style peu caractérisé et dépourvu de toute référence à l'iconographie franciscaine, pourrait être contemporain de la chapelle ou, au
    Référence documentaire :
    Diplôme d'érection de la confrérie du Tiers-Ordre de saint François à Coudures, par le pape Léon Devis pour la construction de la chapelle Saint-Antoine, mars 1890. Comptes de la fabrique : relevé sommaire des dépenses des travaux de restauration de l'église de
    Représentations :
    vrilles. La statue de saint François le représente stigmatisé, tenant un crucifix de la main droite et un saint François d'Assise crucifix livre sainte Elisabeth de Hongrie religieuse pain rose Décor de l'autel : monogramme IHS sur la face du tombeau d'autel ; sur la fausse porte du tabernacle simulé, une croix tréflée avec gloire, entourée de branches de vigne et émergeant de gerbes de blé nouées par un ruban ; sur les redents du gradin, de larges branches de vigne avec feuilles, grappes et livre fermé de la gauche. Sainte Élisabeth de Hongrie est figurée en tertiaire franciscaine, revêtue du froc à cordelière et du voile noir, tenant un pain et un bouquet de roses, allusion au célèbre miracle des Roses. Les consoles identiques des deux statues sont ornées de larges feuilles grasses trilobées mêlées à des grappes de raisin.
    Statut :
    propriété de la commune
    Description :
    polychrome, posées sur des consoles de même matériau, sont disposées de part et d'autre de l'autel sur les murs latéraux de la chapelle.
    Auteur :
    [fabricant de statues] Raffl
    Titre courant :
    Autel du Tiers-Ordre de saint François et statues de saint François d'Assise et de sainte Élisabeth de Hongrie
    Appellations :
    du Tiers-Ordre de saint François
    Illustration :
    Statue de saint François d'Assise et sa console. IVR72_20174000444NUC2A Diplôme d'érection de la confrérie du Tiers-Ordre de saint François à Coudures, par le pape Léon Ensemble de l'autel. IVR72_20174000442NUC2A Ensemble de l'autel. IVR72_20174000439NUC2A Gradin et faux tabernacle de l'autel. IVR72_20174000440NUC2A Statue de sainte Élisabeth de Hongrie et sa console. IVR72_20174000445NUC2A
1 2 3 4 96 Suivant