Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 105 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Scierie, usine d'emballage et conditionnement
    Scierie, usine d'emballage et conditionnement Margaux - 2 rue Joliot-Curie - en village - Cadastre : 2008 AH 10
    Historique :
    construit au début du 20e siècle. Il abritait peut-être une caisserie (fabrique des caisses de vin) et une
    Dénominations :
    usine d'emballage et conditionnement
    Description :
    Le bâtiment construit en brique est disposé perpendiculairement à la rue, légèrement de biais. Il s'ouvre sur le pignon sud-est par une large porte avec une porte plus étroite de part et d'autre. L'étage de comble est percé de trois baies à arcs segmentaires et agrafes : la fenêtre centrale est surmontée d'une table décorative ne portant aucune inscription. Encadrements et chaînes d'angle sont en pierres de
    Titre courant :
    Scierie, usine d'emballage et conditionnement
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Montsoué - Bahus-Juzanx - en écart
    Historique :
    . IM40002352) et de Biais fils aîné et Rondelet (numéro 260 de leur catalogue de 1877). D'autres exemplaires -de-Paul, Saint-Pandelon et Laluque. Celui de Bourriot-Bergonce présente un format et un cadre identiques à ceux de Bahus-Juzanx. De nombreuses autres séries, de qualité et de format variables, ont été
    Auteur :
    [fabricant marchand] Biais et Rondelet
    Emplacement dans l'édifice :
    vaisseaux nord et sud
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Saint-Vincent-de-Paul - en village
    Inscriptions & marques :
    . (= très honoré) Père FIAT / Supérieur Général / des prêtres de la Mission / et des Filles de la Charité
    Historique :
    l'église de Bourriot-Bergonce, réf. IM40002352) et de Biais fils aîné et Rondelet (numéro 260 de leur septembre 1878 au 29 juillet 1914, et par la Mère Marie-Joséphine Maurice, supérieure des Filles de la 1914, après l'achèvement de la construction de la nouvelle église et avant le 29 juillet, date à catalogue de 1877). D'autres exemplaires, sur toile et également non signés, sont conservés à Gabarret (réf . IM40003350), à Hagetmau (réf. IM40003801) et à Saint-Pandelon près de Dax (réf. IM40004207). La marque M B "maison Biais" ? Le modèle exact des cadres de laiton se retrouve dans le chemin de croix de Cussangy
    Représentations :
    de quelques nuages et de montagnes. Le pourtour des cadres de laiton est orné de motifs feuillagés et
    Description :
    bordure en chêne teinté, découpée selon le même dessin. La touche picturale est menue et d'une grande
    Auteur :
    [fabricant marchand] Biais et Rondelet
    Illustration :
    Station V : détail (le Christ et Joseph d'Arimathie). IVR72_20124000213NUC2A Station XIV : détail (le Christ mort et Nicodème). IVR72_20124000229NUC2A Station XIV : détail (Joseph d'Arimathie et la Vierge). IVR72_20124000230NUC2A
  • Chemin de croix
    Chemin de croix Saint-Pandelon - en village
    Historique :
    l'église de Bourriot-Bergonce, réf. IM40002352) et de Biais fils aîné et Rondelet (numéro 260 de leur ), propriétaire de l'ancien château des évêques à Saint-Pandelon et bienfaitrice de son église, et fut revendiqué ), à Hagetmau (réf. IM40003801) et à Saint-Vincent-de-Paul (réf. IM40004282) : le premier, de même séries, de qualité et de format variables, ont été repérées dans toute la France.
    Description :
    chêne et doré sur enduit (cartel, croix sommitale).
    Auteur :
    [fabricant marchand] Biais et Rondelet
    États conservations :
    station X ; le cartel de la station IX est déposé ; écaillements et lacunes de la couche picturale au bas
  • Ostensoir
    Ostensoir Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Dossier :
    Marque de la maison Biais et Rondelet à l'intérieur de la boîte d'ostensoir. Ostensoir
  • Ostensoir
    Ostensoir Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    horizontal). Marque de marchand sur une étiquette ronde à l'intérieur de la boîte : BIAIS AINÉ FILS / ET RONDELET / PLACE St SULPICE / RUE BONAPARTE 74 / PARIS / ORNEMENTS D'ÉGLISE / FOURNISSEURS DE N.S.P. LE PAPE (en haut, tiare et clés de saint Pierre).
    Historique :
    de 1865 à 1879. L'ostensoir fut vendu par la maison parisienne Biais aîné fils et Rondelet (place La poignée de la lunule porte le poinçon des orfèvres parisiens associés Jamain et Chevron, actifs Saint-Sulpice et 74, rue Bonaparte). Sans doute l'ostensoir inventorié sous le n° 44 en 1906.
    Représentations :
    Effigies à mi-corps du Christ, de la Vierge et des Évangélistes sur les médaillons émaillés de la gloire ; grappes de raisin, feuilles de vigne, pommes de pin et frise de perles sur la base et autour de la lunette de la gloire ; rayons droits et flammés sur la gloire ; cabochons de verre rouge, vert , bleu et blanc sur la base, la gloire et la croix sommitale, anneau de faux brillants autour de la
    Description :
    sur la gloire, cabochons de verroterie colorée sur la base, le nœud, la gloire et la croix sommitale ; seule la lunule est en argent doré. Avec boîte en forme, en carton et cuir.
    Auteur :
    [marchand] Biais aîné [marchand] Rondelet
    Illustration :
    Marque de la maison Biais et Rondelet à l'intérieur de la boîte d'ostensoir. IVR72_20124000883NUC2A
  • Ensemble calice, patène et ciboire
    Ensemble calice, patène et ciboire Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Inscriptions & marques :
    , deux étoiles (losange horizontal). Marque de marchand (dans la boîte) : BIAIS Aîné et Cie fabricants Poinçons de garantie et de fabricant sur la coupe, la fausse-coupe et le pied du calice et du ciboire, sur le couvercle du ciboire et sur la patène. Poinçon de fabricant : C / M, deux pipes en sautoir
    Historique :
    maison Biais aîné et compagnie (74, rue Bonaparte et place Saint-Sulpice à Paris). Ensemble exécuté par l'orfèvre parisien Capello-Morel (poinçon insculpé en 1858) et vendu par la
    Représentations :
    Sur le pied, le nœud et la fausse-coupe du calice et du ciboire (et sur le couvercle du ciboire ), des frises de perles, des palmes et des grappes de raisin ; couronne d'épines et clous sur le pied du
    Description :
    Le calice et le ciboire forment un ensemble homogène au décor identique. Ils comportent tous deux un pied quadrilobé à redents, un nœud torique de même plan et une fausse-coupe découpée et ajourée
    Auteur :
    [marchand] Biais aîné
    Titre courant :
    Ensemble calice, patène et ciboire
  • Ornement violet : bourse de corporal, voile de calice, chasuble, étole, manipule
    Ornement violet : bourse de corporal, voile de calice, chasuble, étole, manipule Herm - en village
    Inscriptions & marques :
    Marque de fabricant sur une étiquette cousue au col de la chasuble : BIAIS Frères et Fils / Paris
    Historique :
    Fils et Rondelet à partir de 1865, lorsque Biais s'associe à Jean-Baptiste Rondelet, fournisseur , proposé dans le catalogue de la maison Biais Aîné Fils et Rondelet (n°279), était manifestement déjà d'ornements d'église du pape. Elle connaîtra successivement plusieurs appellations : Biais Aîné et Cie (1889 ), Biais Aîné et Noirot Biais (1897), Biais Frères et Cie (1905), avant de devenir Biais Frères et Fils Cet ornement porte la marque de la maison parisienne Biais, fondée en 1782. Elle devient Biais Aîné vers 1926. Les ateliers de broderie et chasublerie étaient alors installés au 74, rue Bonaparte
    Représentations :
    I.H.S., croix tréflée et clous à la croisée de la croix dorsale de la chasuble ; rinceaux de vigne , d'épis de blé, de lys et de roses épanouies jaune-or et orangé autour de la croix et du col ; intérieur
    Description :
    polychrome (orange et jaune), galon système doré.
    Auteur :
    [] Biais frères et fils
  • Maisons et fermes de la commune d'Eygurande-et-Gardedeuil.
    Maisons et fermes de la commune d'Eygurande-et-Gardedeuil. Eygurande-et-Gardedeuil
    Historique :
    créés au cœur de la forêt de la Double entre les 11e et 14e siècles par le biais de clairières de Des espaces agricoles voués à la polyculture (dont des parcelles de vigne) et à l'élevage, ont été défrichement. Le relief découpé par de nombreux cours d'eau, constitué de multiples collines et de fonds de constitué de quelques hameaux et de fermes isolées (anciennes métairies). Aussi, les constructions qui y un écart. L'implantation des maisons et des fermes figurée sur le cadastre napoléonien et sur le sur la carte de Belleyme et, si le nombre de constructions a augmenté, leur dispersion est similaire.
    Référence documentaire :
    Carte de Cassini, feuille n° 70. Carte de Cassini, feuille n° 70, levée et publiée à partir de 1756 Carte de Cassini, feuille n° 71. Carte de Cassini, feuille n° 71, levée et publiée entre 1762 et Plan cadastral napoléonien d'Eygurande-et-Gardedeuil, 1844 (3 P 3 1813 - 3 P 3 1852). A.D . Dordogne. Plan cadastral napoléonien d'Eygurande-et-Gardedeuil. Dessin et encre sur papier, 1844. historique et archéologique du Périgord. BIRET Maurice. "Chronique doubleaude : salubre ou insalubre, la Double ? ". Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, t. 131, 2004. BUFFAULT Pierre. "La Double du Périgord, étude historique et économique", Bulletin de la section de géographie. BUFFAULT Pierre. "La Double du Périgord, étude historique et économique", Bulletin de la section
    Description :
    20 maisons ou fermes ont été repérées dans le cadre de l'inventaire de la commune d'Eygurande-et -Gardedeuil, dont 3 ont été étudiées (une maison du bourg, la ferme de Fonblanche et la maison de maître de Grand Bonneau, le Grand Chemin, le Grand Fouillèze, le Petit et le Grand Fonmassonnade, la Petite configuration la plus fréquente est celle des fermes au logis individuel et des fermes dissociées linéaires. La d'un quadrilobe et surmonté d'un acrotère, ou la maison du Frappier, dont les jambes en pierre de corniches ou des bandeaux). Les maisons et fermes sont protégées par des toits à longs pans, parfois par des couverture ; on compte quelques exemples de toits en tuiles plates. Quant à la tuile mécanique et l'ardoise , assez rares, elles couvrent des constructions de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle.
    Localisation :
    Eygurande-et-Gardedeuil
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune d'Eygurande-et-Gardedeuil.
    Illustration :
    situent maisons et fermes repérées sont encadrés. IVR72_20182400205NUCA situent maisons et fermes repérées sont encadrés. IVR72_20182400206NUCA situent maisons et fermes repérées sont encadrés. IVR72_20182400207NUCA Le bourg. Appareil en brique et pierre de taille de la façade postérieure. IVR72_20102400453NUC2A Le Frappier. Maison dont les chaînes et les jambes qui rythment la façade sur rue sont surmontées
  • Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent Mugron - en village
    Inscriptions & marques :
    banderoles de part et d'autre de l'ostensoir) ; O SALUTARIS HOSTIA (sur la banderole tenue par l'ange sur le lambrequin) ; SANCTE LAURENTI / ORA PRO NOBIS (sur deux banderoles de part et d'autre de la figure de saint
    Historique :
    d'Arc (réf. IM40005936), inaugurée le 4 du même mois, auprès de la maison parisienne Biais aîné et Sacrement et de St Laurent". L'objet fut probablement acquis, comme la bannière de saint Michel et de Jeanne Saint Sacrement, la première en 1837 ("bannière à deux faces, l'une du St Sacrement et l'autre de St Laurent, patron de notre église", payée 250 francs), la seconde en mai 1869, et sans doute prématurément
    Représentations :
    Sur les deux faces, une mandorle crucifère (en satin vert et drap d'or) entourant un ostensoir détachant sur un fond de velours rouge et entourée d'épis de blé brodés ; les écoinçons en satin vert sont saint Laurent, gril et palme (deuxième face).
    Description :
    Face et revers en velours de soie rouge grenat sur armature de toile, bordure inférieure à lambrequin ; passementerie (galon et franges en cannetilles) en fil métal doré ; décor en application sur les "), fil d'argent et perles de verre coloré. Hampe en bois tourné (moderne).
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Biais Aîné et Compagnie
    Titre courant :
    Bannière de procession du Saint Sacrement et de saint Laurent
    Appellations :
    du Saint Sacrement et de saint Laurent
  • Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc Mugron - en village
    Historique :
    Raphaël (1518, Louvre). Les catalogues de la maison parisienne Biais Aîné et Compagnie présentent de : "Dimanche 4 mai, fête de Jeanne d'Arc, bénédiction et inauguration d'une belle bannière de St Michel et Jeanne d'Arc (œuvre de la maison Biais, Paris, 342 fr.), offerte par Mme Louis d'Antin. Aux vêpres de l'A.C.J.F. [Association catholique de la jeunesse française]. Le pavoisement et l'illumination du soir ont été contrariés par les bourrasques de vent et de pluie." La donatrice, Marguerite Ernestine octobre 1911, Louis d'Antin (Mugron 1882-1964), petit-neveu et fils adoptif de Blanche d'Antin-Domenger bannière de procession, à l'effigie de saint Joseph et de l'Ange gardien, fut inaugurée quatre ans plus l'objet à la veille de la Première Guerre d'un culte fervent dans les milieux cléricaux. En 1910 et 1912
    Représentations :
    " ornés de trophées en fil métal doré (à gauche, une branche de lys avec banderole, glaive et couronne de laurier, à droite une lance avec bouclier rond et rameau d'olivier) ; sur les lambrequins au sommet, une grande banderole déployée entourant une croix de Lorraine et des branches de lys ; sur les lambrequins du bas, un grand écusson central à l'italienne flanqué de branches de rosier et de deux médaillons
    Description :
    Face et revers en moire antique de soie blanche sur armature de toile, bordure inférieure à trois lambrequins ; passementerie (galon et franges en cannetilles) en fil métal doré ; décor en application sur les deux faces, en satin de soie jaune or et bleu, drap lamé doré, fil de soie polychrome ("peinture à l'aiguille"), toile peinte à l'huile (têtes et membres des personnages), fil métal doré et perles de verre
    Auteur :
    [fabricant d'ornements religieux] Biais Aîné et Compagnie
    Titre courant :
    Bannière de procession des saints Michel et Jeanne d'Arc
    États conservations :
    Il manque la hampe et la traverse.
    Appellations :
    des saints Michel et Jeanne d'Arc
  • Chais et cuvier du Château La Lagune
    Chais et cuvier du Château La Lagune Ludon-Médoc - La Lagune - 81 avenue de l' Europe - en écart - Cadastre : 2013 BH 78
    Référence documentaire :
    Monuments Historiques du Château La Lagune. Documentation, photographies et relevés, 2011.
    Description :
    Le chai, le cuvier, les locaux administratifs et techniques sont situés dans le prolongement ouest hêtre. La charpente est en lamellé-collé et en métal. Le fruit de la vendange est distribué par gravité par le biais de deux tuyaux-rampes mobiles dans les cuves disposées en demi-cercle. - Le chai est un administratifs (façade à ouvertures verticales) et techniques (succession de 4 pignons).
    Titre courant :
    Chais et cuvier du Château La Lagune
    Illustration :
    Élévation ouest, entrée du cuvier et des locaux administratifs. IVR72_20153302318NUC2A Élévation sud, partie adiministrative et technique. IVR72_20153302317NUC2A Grand cuvier, machines de tri et égrappoir. IVR72_20153302311NUC2A Grand cuvier, cuves inox et bois. IVR72_20153302313NUC2A
  • Maisons et bâtiments agricoles de Monpazier
    Maisons et bâtiments agricoles de Monpazier Monpazier - en village
    Référence documentaire :
    historique et archéologique du Périgord, CXXVI, 1999. DRYJSKI Christophe et Dominique. Bastide de Monpazier : plan de sauvegarde et de mise en valeur L'HONNEUR R. (docteur). Monpazier : logis, gens et faits d'autrefois. Monpazier : s.d. [vers 1950].
    Titre courant :
    Maisons et bâtiments agricoles de Monpazier
    Texte libre :
    -chaussée, côté rue, se fait logiquement par le biais des grandes arcades repérées çà et là (n°6/dlJ, n°34 Les maisons et édifices agricoles de Monpazier, du 13e au 20e siècle Introduction Ce dossier collectif consacré aux maisons et remises de Monpazier prolonge une partie de l’étude menée dans les années analyse typochronologique des édifices de la bastide visant à dégager des styles et grandes tendances de construction par période. Le présent inventaire, mené entre 2011 et 2014 dans Monpazier, permet d’affiner cette première étude par une analyse bien plus détaillée des bâtiments et des programmes architecturaux. Une attention particulière est portée dans ce dossier aux 13e-16e siècles, période d’éclosion et imbrication entre la maison et le projet urbain initié en 1284 [2]. Ce dossier pointe des tendances dans l'élaboration et l'évolution des cadres de vie domestiques, mais souligne aussi des particularités et, surtout . Cette synthèse reste cependant focalisée sur la seule bastide de Monpazier et il est certain qu’une
    Illustration :
    FACADE. La maison du chapitre, dont la construction est réalisée au tournant des 13e et 14e siècles BAIE. Vue d'une baie géminée construite au tournant des 13e et 14e siècles (27-31/ND
  • Maisons et fermes de la commune de Saint-Sauveur-Lalande
    Maisons et fermes de la commune de Saint-Sauveur-Lalande Saint-Sauveur-Lalande
    Historique :
    modeste ; l'habitat est dispersé sur le territoire communal : écarts et fermes isolées. Les espaces agricoles, voués à la polyculture, dont parfois un peu de vigne, se sont implantés par le biais de clairières de défrichement (la Cavaillarde, les Petites Salles). L'essentiel du bâti date des 19e et 20e
    Référence documentaire :
    . Plan cadastral napoléonien de Saint-Sauveur-Lalande. Dessin et encre sur papier, 1844.
    Description :
    Les données du repérage des maisons et des fermes sur la commune ne permettent pas une synthèse statistique du bâti actuel. Ce repérage a mis en évidence une grange-étable au Bournazeau (18e s. ?), et des constructions diverses des 19e et 20e siècles, pour la plupart à vocation agricole, à la Cavillarde
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune de Saint-Sauveur-Lalande
    Illustration :
    situent maisons et fermes repérées sont encadrés. IVR72_20182400381NUCA
  • Maisons et fermes de la commune de Saint-Martial-d'Artenset
    Maisons et fermes de la commune de Saint-Martial-d'Artenset Saint-Martial-d'Artenset
    Historique :
    la forêt du Landais par le biais de clairières de défrichement (la Picarotte, le Merle) et, pour les bourg et le hameau de Bénévent, ancienne bastide et écart le plus vaste de la commune, il s'est implanté aux abords des voies de communication. L'habitat est dispersé dans des hameaux au nord et au sud de la commune et au sein de quelques fermes isolées. Si certaines constructions sont vraisemblablement
    Référence documentaire :
    . Dordogne. Plan cadastral napoléonien de Saint-Martial-d'Artenset. Dessin et encre sur papier, 1844.
    Description :
    -dits le Bleuil et Puymartin). La moitié de ces édifices se trouve dans le bourg, d'autres sont en écart (7) ou isolés (5). Les fermes au logis individuel et les fermes dissociées linéaires sont les types comble. 2 édifices seulement possèdent une cave. La majorité des propriétés comporte une cour et un construction ; il est associé à la brique et à la pierre de taille (encadrement des baies, chaînes d'angle , jambes). Les toitures sont à longs pans et croupes, dans 70% des cas, généralement avec un égout
    Titre courant :
    Maisons et fermes de la commune de Saint-Martial-d'Artenset
    Illustration :
    Extrait de la carte IGN 1/25 000, Saint-Médard-de-Mussidan 1735 Est et Sainte-Foy-la-Grande 1736 Est. Les toponymes des lieux-dits où se situent maisons et fermes repérées sont encadrés. Partie ouest Extrait de la carte IGN 1/25 000, Saint-Médard-de-Mussidan 1735 Est et Sainte-Foy-la-Grande 1736 Est. Les toponymes des lieux-dits où se situent maisons et fermes repérées sont encadrés. Partie est Extrait de la carte IGN 1/25 000, Saint-Médard-de-Mussidan 1735 Est et Sainte-Foy-la-Grande 1736 Est. Les toponymes des lieux-dits où se situent maisons et fermes repérées sont encadrés. Partie sud Rébéchamp. Ferme en pan de bois avec logis et grange-étable indépendants (n°22
  • Groupe sculpté (non relié) : Christ en croix entre la Vierge et saint Jean
    Groupe sculpté (non relié) : Christ en croix entre la Vierge et saint Jean Doazit - en village
    Historique :
    regards de la Vierge et de saint Jean, qui devraient être tournés vers le Christ crucifié, indiquent que les deux figures latérales auraient dû être placées sur des socles au sol, légèrement en biais par
    Représentations :
    sur la croix en forme de tau par des clous plantés dans les poignets (et non dans les paumes, comme il croix grecque nimbée de rayons. La Vierge et saint Jean, debout dans une attitude hiératique, le corps
    Description :
    contre le mur et fixé à lui par des crampons de fer. Les figures de la Vierge et de saint Jean, disposées de part et d'autre (mais sans doute selon une orientation fautive), sont des rondes-bosses également
    Titre courant :
    Groupe sculpté (non relié) : Christ en croix entre la Vierge et saint Jean
    Dimension :
    h 144.0 hauteur de la Vierge et de saint Jean
  • Présentation de l'inventaire du patrimoine du thermalisme et de la villégiature dans les Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques)
    Présentation de l'inventaire du patrimoine du thermalisme et de la villégiature dans les Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques)
    Copyrights :
    (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour
    Titre courant :
    Présentation de l'inventaire du patrimoine du thermalisme et de la villégiature dans les Pyrénées
    Texte libre :
    biais d'expositions, de visites commentées et autres animations à destination du public. Il vise in fine Universités de Pau et des Pays de l'Adour et Perpignan-Via Domitia, ainsi que les services régionaux d'Inventaire d'Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, il consiste en deux axes fondamentaux constitués par une culturelle à l'attention du grand public et des acteurs publics et privés du territoire. Un inventaire multidisciplinaire agrégeant le patrimoine bâti, paysager et immatériel Le patrimoine bâti L'opération d'inventaire vise en priorité à l'étude du patrimoine bâti et immatériel généré par l'activité du thermalisme. En ce approfondissement des recherches, il prend en compte tout type de constructions et d'aménagements réalisés dans le , thermes, buvettes, parcs et jardins, promenades, hippodromes), les infrastructures facilitant l'accès aux stations thermales (ponts, passerelles, voies routières et ferroviaires, gares), sans oublier d'origine locale comme les Bains de Secours ou la source de Camou-Cihigue. En fonction de l'histoire et de
  • Les maisons et les fermes de la commune de La Bastide-Clairence
    Les maisons et les fermes de la commune de La Bastide-Clairence La Bastide-Clairence
    Référence documentaire :
    française, Corpus des genres, des types et des variantes). basques et maisons vasconnes. Bayonne : Société des amis du Musée Basque, 2001. p. 104-112 . REGNIER Jean-Marie. « Maisons de Labastide-Clairence aux XVII et XVIIIe siècles » REGNIER Jean-Marie. "Maisons de Labastide-Clairence aux XVII et XVIIIe siècles", Ekaina, n°10, Juin 1984.
    Titre courant :
    Les maisons et les fermes de la commune de La Bastide-Clairence
    Texte libre :
    typologie est définie par deux biais d'analyse : leur orientation et leur extension. Leur orientation est L'enquête sur l'architecture domestique et agricole de La Bastide-Clairence, effectuée en 2018-2019 résidences principales et 105 résidences secondaires, dont 395 "maisons". Dans le cadre de l'enquête, le repérage a été effectué depuis la voie publique ou les cours de ferme, et les observations consignées dans l'ampleur des remaniements ne permettait plus une analyse architecturale et d'en proposer une datation ont l'organisation interne des bâtiments (distribution, situation et structure de l'escalier...), et pour l'examen : Pessarou, La Chapelle, Touron, Lassarrade, Bidon, Agnescous et La Côte. Le paysage est fortement vallonné , parcouru de deux cours d'eau principaux : l'Aran, appelé localement La Joyeuse, et L'Arbéroue. L'activité agricole est dominée par l'élevage extensif d'ovins et de bovins, façonnant un paysage de prairies, et pour quasiment disparu aujourd'hui. Comme dans le reste du Pays basque, l'"etxe" (ou maison), et par extension
    Illustration :
    Détail du plan cadastral de 1835, représentant les fermes Sarthou, Barruch et Marouche, disparues Relevé de l'occurrence des matériaux des maisons et fermes des quartiers. IVR72_20196402229NUC2A Triangle des trois fermes Barrandegui, Peyruga et Zaharra vues depuis l'est. IVR72_20186402211NUC2A Détail d'un pan de mur : vestiges de cheminée et d'une pierre d'évier. IVR72_20186401454NUC2A Ancienne ferme et construction neuve à l'arrière portant le même nom. IVR72_20186401245NUC2A
  • Ensemble de 42 verrières : Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, Mystères du Rosaire, symboles christiques et mariaux, Litanies de la Vierge (baies 0 à 28, 101 à 113)
    Ensemble de 42 verrières : Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, Mystères du Rosaire, symboles christiques et mariaux, Litanies de la Vierge (baies 0 à 28, 101 à 113) Maylis - en village
    Inscriptions & marques :
    Baie 0. Inscription concernant l'iconographie (au bas) : EGREDIETUR VIRGA DE RADICE JESSE / ET FLOS / de Mlles / MADELEINE / et SOPHIE / DE CLAYE. Inscription concernant l'iconographie : AVE GRATIA PLENA l'iconographie (dans le quadrilobe central) : Xtus / DILEXIT NOS / ET TRADIDIT / SEMETIPSUM / PRO NOBIS / (EPHES . 5. 2.) ["le Christ nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous", Éphésiens, 5, 2]. Baie 8 . Inscription concernant le donateur (dans un écu au bas) : DON / DE / Mr E.P. / et / Mme M.S. Baie 9. Date (dans un écu au bas) : 1898. Baie 10. Inscription concernant le donateur et date (dans un écu au bas . Baies 13 et 14. Néant. Baie 15. Armoiries d'alliance (deux écus accolés, au bas) : écu à dextre : de gueules à la croix écartelée d'argent et d'azur, cantonnée de quatre fleurs de lys d'or [de Saint-Légier de la Sausaye] ; écu à senestre : écartelé, aux 1 et 4 d'azur au chevron d'or accompagné en pointe d'un lion du même, aux 2 et 3 de gueules à trois pommes de pin d'or [de Laborde-Lassalle] ; couronne de
    Historique :
    et moins homogène, le programme de célébration mariale le plus complet conçu pour une église landaise verrières du chœur, des absidioles et du transept furent posées les premières en 1898-1899, suivies en 1903 par celles des collatéraux et des fenêtres hautes de la nef et du clocher. Ces dessins indiquent n'ont pas été reportés sur les verrières). La plupart des familles notables de Chalosse et des journal monarchiste La Nouvelle Chalosse et maire du village voisin d'Eyres-Moncube, qui offrit la verrière 4, et sa sœur Marie-Élisabeth, comtesse Pierre Guillaume de Saint-Légier de La Sausaye (1840-1901 chapelles des Saints-Anges et de saint Joseph dans la dernière travée des collatéraux entraîna la suppression (et la destruction ?) des verrières 19 et 20 (Présentation de la Vierge au temple et Mort de la ) et des Litanies de la Vierge (baies hautes de la nef). Il s'enrichit, dans le chœur, d'une histoire de la Chute et de la Rédemption à travers le parallèle antithétique traditionnel entre Ève et Marie
    Observation :
    L'un des ensembles vitrés parmi les plus importants et cohérents de Chalosse.
    Référence documentaire :
    (chœur, absidioles et transept), par Gustave-Pierre Dagrant, 1898 Croquis préparatoire pour 15 verrières de l'église de Maylis (chœur, absidioles et transept), par Gustave-Pierre Dagrant, 1898. nef et clocher), par Gustave-Pierre Dagrant, 1903. , son histoire & pèlerinage. Aire-sur-l'Adour : Laffitau et Labonne, Imprimerie centrale, 1936.
    Représentations :
    Chute et de la Rédemption par le biais d'un parallèle entre Ève et Marie, la "Nouvelle Ève". Les trois cycle narratif création d'Eve tentation d'Eve reproches de Dieu à Adam et Eve Adam et Eve chassés la Genèse, une scène de la vie de la Vierge (en pendant" typologique" de la précédente) et l'une des figurations de la Vierge selon les Litanies mariales. Les verrières 5 et 6 poursuivent le cycle des Litanies ), Achaz et Ézéchias, la Vierge à l'Enfant sous les traits de Notre-Dame de Maylis. Baie 1 : de bas en haut , Joseph avec un sceptre et coiffé du némès...). Baie 2 : de bas en haut, la tentation d'Adam et Ève en haut, les reproches de Dieu à Adam et Ève ; la Vierge de pitié ; la Vierge des sept douleurs en agneau, sainte Catherine d'Alexandrie avec la roue et l'épée). Baie 4 : de bas en haut, Adam et Ève archanges (Michel avec l'épée et la balance, Gabriel avec le lys et un phylactère portant la salutation angélique, Raphaël avec un bâton de pèlerin). Baie 5 : grisaille décorative (motifs végétaux et géométriques
    Description :
    et 28 à l'extrémité antérieure des collatéraux (roses à cinq lobes) et de celles des baies 111 à 113
    Emplacement dans l'édifice :
    choeur (baies 0 à 6) ; absidioles (baies 7 à 14) ; transept (baies 15 à 18, 101 et 102
    Titre courant :
    Ensemble de 42 verrières : Scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, Mystères du Rosaire , symboles christiques et mariaux, Litanies de la Vierge (baies 0 à 28, 101 à 113)
    Dimension :
    ; la = 69. Baies 27 et 28 : d = 53,5. Baies 101 à 110 : h = 265 ; la = 58. Baies 111 à 113 : h = 400
    États conservations :
    Les verrières des baies 19 (Mort de la Vierge) et 20 (Présentation de la Vierge au temple) ont été déposées et sans doute détruites lors de la construction des chapelles des saints anges et de saint Joseph
    Illustration :
    Baie 0 : Arbre de Jessé avec David et Salomon, Notre-Dame de Maylis. IVR72_20154090142NUC2A Baie 2 : faute d'Adam et d'Eve, Annonciation, la Vierge reine des prophètes. IVR72_20154090151NUC2A Baie 2 : détail (faute d'Adam et d'Eve). IVR72_20154090152NUC2A Baie 3 : reproches de Dieu à Adam et Eve, Vierge de pitié, la Vierge reine des martyrs Baie 3 : détail (reproches de Dieu à Adam et Eve). IVR72_20154090156NUC2A Baie 4 : Adam et Eve chassés du Paradis, Assomption, les trois archanges, couronnement de la Vierge Baie 4 : détail (Adam et Eve chassés du Paradis). IVR72_20154090160NUC2A Baie 4 : détail (les trois archanges et le couronnement de la Vierge). IVR72_20154090162NUC2A Baie 8 : Joseph et Pharaon, mariage de la Vierge, mort de saint Joseph. IVR72_20154090171NUC2A Baie 8 : détail (Joseph et Pharaon). IVR72_20154090172NUC2A
  • Calice, patène
    Calice, patène Herm - en village
    Inscriptions & marques :
    lettre F et flanquées des lettres B à gauche, F à droite ; poinçon d'argenture (2 sur le pied, 1 sur la plaque rapportée sous le pied) : carré, deux clefs croisées au centre surmontées de la lettre F et messe : EGO SUM VIA VERITAS ET VITA (coupe) ; HIC EST ENIM CALIX SANGUINIS MEI (pied) ; HOC EST ENIM
    Historique :
    Ce calice de style Art déco, réalisé par la maison parisienne Biais frères et fils, a probablement comptes, recettes et dépenses de la Fabrique..." à l'occasion de sa restauration par l'orfèvre dacquois
    Description :
    ou gravé et d'une inscription sur fond amati inscrite dans un bandeau. Le nœud torique, également
    Auteur :
    [orfèvre] Biais frères et fils
1 2 3 4 6 Suivant