Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine Montaut - en village
    Historique :
    Le mobilier de l'église Sainte-Catherine (siège officieux de la paroisse de Montaut dès 1685, puis officiel en 1808) est documenté à partir du XVIIIe siècle par des archives (lacunaires) de la fabrique et ). Ces ensembles, toutefois, ont subi plusieurs modifications, à la suite notamment des destructions dans les premières décennies du XXe, le reste de l'édifice fut progressivement remeublé grâce à des des orfèvres parisiens (J.-C. Cahier, Bertrand-Paraud, Martin et Dejean, A. Renaud, M. Chéret) et
    Parties constituantes non étudiées :
    tableau commémoratif des morts
    Référence documentaire :
    Registre d’inscription des personnes agrégées aux confréries du S[ain]t Sacrement et du Rosaire de -bêche) "Registre de l’Archiconfrérie du très saint et immaculé cœur de Marie pour la conversion des datte du 20 novembre 1845 et affiliée à l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires le 27 9bre 1845 Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906). églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Annexe :
    Inventaire des églises de Montaut et de Brocas, 22 novembre 1791 (AD Landes, E dépôt 1 P 18) SAINTE ornement de toute couleur de satin damassé tout blanc avec des fleurs, galonné et festonné en or - 1 autre blanc de damas avec son écharpe, galon en or et frange en… - 1 ornement en satin avec des fleurs, galon missels (un propre, un vieux fort usé, un usé) - 2 cahiers usés pour les messes des morts - 1 rituel - 4 antiphonaire usés - 3 cahiers usés pour les messes des morts - 3 rituels les deux réformés - 1 petite clochette Extraits du registre paroissial de Montaut-Brocas concernant des travaux aux deux églises et des de la chambre des députés, curé, a offert six chandeliers argentés et une croix (d’un prix d’au moins à Montaut pour 5000 fr. Abbé Daydrein (1866-1900) 1868 : installation des sœurs à Montaut métairies pour fonder une école de garçons. L’abbé Daydrein s’est ainsi attiré la haine des héritiers (décret signé par le président). En 1884, l’école n’est toujours pas ouverte. 1887 : installation des
    Illustration :
    Tableau commémoratif des curés de la paroisse de Montaut. IVR72_20174010295NUC4A Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des curés de la paroisse. IVR72_20174001243NUC2A Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des confréries établies dans les églises de Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des confréries établies dans les églises de
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Tercis-les-Bains - en village
    Historique :
    sources, des dons des titulaires successifs du marquisat de Tercis (les Du Val, puis les Verthamon à partir de 1736) et de célèbres curistes des thermes locaux, telle la reine douairière d'Espagne Marie achevé en 1831. Dès la fin des travaux, la fabrique se préoccupe de meubler le chœur : en 1830, elle acquiert du peintre dacquois J. Mauméjean un nouveau tableau d'autel représentant La remise des clés à plusieurs décennies) et une chaire à prêcher est exécutée en 1839 sur un dessin de l'architecte Lacombe . L'ensemble des objets du culte, déjà partiellement renouvelé au tournant des XVIIIe et XIXe siècles avec des les années 1860 par des achats auprès d'orfèvres lyonnais (Favier frères) et le don par Napoléon III matériau des instruments précédents (respectivement livrés par F.-D. Delestan en 1849, L.-R. Delestan en habitants de Tercis. Le dernier aménagement a lieu au milieu des années 2000, avec la commande par l'abbé
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 24 février 1906. Registres des délibérations du conseil municipal (textes transcrits par Charles Blanc, président de Capbreton, 1970, t. II, p. 433-437 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D
    Auteur :
    [architecte, auteur du modèle] Lacombe
    Annexe :
    l’entrepreneur Thévenin sous la direction de l’architecte Arthaud. Réception définitive des travaux le 21 , architecte à Dax ?). Supprimée à une date inconnue. Tableau : Remise des clefs à saint Pierre. Huile sur Liste des oeuvres non étudiées. Croix de cimetière [allée centrale du cimetière] (ill imposte au-dessus des portes latérales de la nef ; motifs de demi-cercles combinés avec des rinceaux ou feuilles. [Jean Hennau, né à Issy-les-Moulineaux en 1947, a créé un premier atelier en 1978 à Brocas « L’Atelier du Vitrail ».] Ensemble crédence, ambon, 3 fauteuils de célébrant et croix [chœur] (ill ) ; loges latérales avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; corniche des loges latérales tribune) ; l = 45 (bénitiers des portes latérales). Meuble de sacristie (commode-armoire de sacristie : rinceaux sur les faces du pied, trilobes aux extrémités des bras de la croix. Chandeliers : h = 51 (sans le emboîtant avec croix pattée soudée. Ciboire (des malades ?) [sacristie] (ill. 20124000016NUC2A) 2e moitié
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges Saint-Geours-d'Auribat - en village
    Historique :
    des années 1830 grâce aux registres conservés des comptes de la fabrique. Parmi de nombreux achats double face du XVIIe siècle à l'effigie des saints Georges et Jean l’Évangéliste (en réalité une bannière d'après le célèbre modèle d'A. Besqueut) sont acquises au tournant des XIXe et XXe siècles. En 1943, le première moitié du XXe siècle, des pièces d'orfèvrerie signées de fabricants parisiens (M. Thierry, A . Jolivet) et lyonnais (L. et P. Gille) de la seconde moitié du XIXe siècle et des débuts du siècle suivant.
    Référence documentaire :
    État des revenus des fabriques extérieures et intérieures en 1808 (1809). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. Registre des délibérations du conseil de fabrique de l'église Saint-Georges (1825-1856). Registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges (1830-1859). Le Second Empire, essor des Landes, 1852-1870. Catalogue d'exposition, Mont-de-Marsan, 1980-1981.
    Annexe :
    sont sortis des ateliers du jeune M. Dagrand, de Bayonne, et sont du plus bel effet. Enfin, M. Auguste Liste des oeuvres non étudiées Confessionnal [chapelle droite] (ill. 20134002904NUC1A) 2e moitié battants juxtaposés ouvrant sur une série de tiroirs superposés, et deux tiroirs sur battants, et des parties latérales en retrait à battant unique ouvrant sur des placards ; crédence en niche à découpe vivant), titulus (cartouche ovale à cuits néo-17e) et palmettes en lyre (aux extrémités des bras) fondus extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés. Décor : rinceaux romans sur le nœud et sur les bras de la croix, gloire à rayons alternant avec des fleurettes, fleurons polylobés aux extrémités des bras. h la croisée, rinceaux polychromes enserrés dans des couronnes fleuronnées et entourant des roses et des chardons. Ill. 20134002915NUC1A. C. Damas de coton et soie blanc, tapisserie polychrome au petit (passementerie). Motif de fond du damas : bouquets et feuilles dans des quadrilobes. Décor (croix dorsale en
    Illustration :
    Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de l'église Saint-Georges, 1825-1856 Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur Saint-Yaguen - en village
    Historique :
    Laneufville, dans son ordonnance du 19 mai 1783, recommande de placer "dans l'enceinte des fonts baptismaux un menuisier de Montaut "plus habile à faire des tables de cuisine que des ouvrages d'église". Ces menues la chapelle mariale par des peintures ornementales. Peu de temps auparavant, le vieux maître-autel du des années suivantes, d'autres achats et dons enrichissent l'ensemble, parmi lesquels une nouvelle réalisent dans le chœur des peintures murales à la riche polychromie, tandis que le verrier Dagrant installe en 1904 deux verrières figurées et que des particuliers offrent plusieurs statues de série illustrant demeure quasiment intact jusqu'au milieu du XXe siècle, quand le curé Jean Mauvoisin entreprend dès son Stouffs en 1988) et leur inscription au titre des Monuments historiques en 1976. La sacristie conserve
    Référence documentaire :
    AD Landes. 70 V 345/7-8. Inventaire des biens dépendant de la fabrique (3 mars 1906) Inventaire des AM Saint-Yaguen. Dossier restauration des peintures murales de l'église par Jean-Marc Stouffs (1987 ) Dossier restauration des peintures murales de l'église par Jean-Marc Stouffs (1987). AM Saint-Yaguen. Dossier restauration des verrières de l'église par Brigitte Nogaro (2004) Dossier restauration des verrières de l'église par Brigitte Nogaro (2004). P.110-113 SUAU Jean-Pierre, GABORIT Michelle. Peintures murales des églises de la Grande-Lande P. 288-289 GABORIT Michelle. Des Hystoires et des couleurs. Peintures murales médiévales en
    Annexe :
    . L'autel sortit des ateliers de M. Léopold Gabens de Toulouse et fut mis en place par le Sr Galimberti avons inauguré, le jour de la Dédicace des Églises [25 octobre], une nouvelle chaire sortie des ateliers Liste des œuvres disparues Maître-autel (autel, tabernacle, retable). Bois peint et doré, XVIIe ou , avant d'être vendus au début des années 1960 pour financer l'achat de bancs. Autel de la Vierge. Bois plus habile sans doute à faire des tables de cuisine que des ouvrages d'église." Clôture de chœur (marchand d'articles en fonte, documenté dès 1860). Supprimée dans les années 1960-1970 ? Ensemble de 2 statues. Bois ciré (autrefois polychrome), XVIIe ou XVIIIe siècle. Déposées et vendues au début des années Desbordes] (...). Quelques jours après mon installation, commencèrent des travaux fort considérables à , architecte du département. L'œuvre a été longue et difficile. Il me fallut réagir un autel provisoire sous le complètement livré à la foule des ouvriers et Dieu seul peut dire combien de souffrances morales en résultaient
1