Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 3 sur 3 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Coudures - en village
    Historique :
    dans ses Notes. La totalité des meubles et objets date des XIXe et XXe siècles, essentiellement du toulousain Jules Guiraud, complétés par des statues et un chemin de croix livrés par le fabricant F.-D. Monna , également toulousain. Le directeur des Domaines Émile Leconte offrit en 1898 le lambris du chœur. Peu après connut plus dès lors que de rares adjonctions, dont un monument aux morts à l'issue de la Grande Guerre . Gasca, exécute des peintures murales dans les chapelles des collatéraux, dédiées à leurs titulaires cette année-là décrit des ornements vieux et usés), un ensemble de vases sacrés et d'objets cultuels en métal précieux issus d'ateliers parisiens (Poussielgue-Rusand, Demarquet frères, J.-Ph.-A. Dejean) et série de livres liturgiques sortis des maisons Mame, Pélagaud, Monteilhet et Lainé et Havard. Les quatre
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906). fourniture des verrières de l'église, 1890-1894. p. 200 SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.
    Annexe :
    commandé par l'abbé Gilbert Lavigne, curé de Coudures, à l'atelier de marqueterie du lycée des Métiers , cahier des charges, rapport de l'architecte) par l'architecte Navarre. Plans : façade ouest, élévation et Liste des oeuvres non étudiées Lambris de demi-revêtement [déposé, chapelle du Tiers-Ordre] (ill du battant et les linteaux des loges latérales ; fronton rapporté, plaqué au mur (décor de losange baptismaux [collatéral sud, à l'ouest, chapelle des fonts] (ill. 20174000422NUC2A) 19e s. (?). Calcaire et pierre reconstituée. Cuve circulaire à bord droit, sans feuillure, trou d'évacuation des eaux ; maçonnée plan droit, régnant sur la largeur de l'église, avec portillon devant chacun des trois autels (à . État : les trois portillons ont été supprimés. Clôture des fonts baptismaux [collatéral sud, à l'ouest , chapelle des fonts] (ill. 20174000423NUC2A) 4e quart 19e s. Fer forgé peint (en noir et doré) et fonte reliés par des billes à des volutes affrontées, fleurons et feuilles ; croix latine à bras fleuronnés à
    Illustration :
    Clôture des fonts baptismaux (partie gauche). IVR72_20174000423NUC2A Peinture murale de l'arc d'entrée de la chapelle des fonts baptismaux. IVR72_20174000425NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Gamarde-les-Bains - en village
    Historique :
    collection de livres sacrés des XVIIIe et XIXe siècles. L'ensemble mobilier et décoratif actuel, d'une remarquable homogénéité, a été installé dès l'achèvement des travaux de construction, grâce aux libéralités de verrières, pour la plupart à l'effigie des saints patrons des donateurs, sont posées en 1880 et 1882 par le verrier palois Jules-Pierre Mauméjean (petit-fils de l'orfèvre précédemment mentionné). Les Ateliers Saint offert par H. Ducournau et son épouse), tandis qu'un menuisier anonyme livre une chaire à prêcher et des des XIXe et XXe siècles, un décor peint est ajouté probablement dans les années 1920-1930. En 1928, le Lisieux, nouvellement canonisée. C'est au même abbé Bordes, héros des deux guerres fusillé en Allemagne en
    Parties constituantes non étudiées :
    ampoule à huile des malades
    Référence documentaire :
    "Cathalogue des confraries du St-Sacrement et de Notre-Dame des agonisans pour l'année 1772". Registre des confréries du Saint-Sacrement et de Notre-Dame des Agonisants (1772-1863). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du
    Annexe :
    Lourdes. "Les trois autels sont sortis des ateliers de Saint-Hilaire de Poitiers, fondés par le cardinal Liste des oeuvres non étudiées. Tambour de porte [vaisseau central, à l'ouest] Vers 1881. Chêne torique, bobèche à bord festonné, binet. Décor : feuilles de vigne (pied), rosaces dans des caissons aux extrémités des bras. h = 45 ; la = 19. Croix d’autel (n° 2) [sacristie] 2e moitié 19e s. Laiton la Vierge sur les faces de la base, palmettes Louis XIV aux extrémités des bras. h = 82 ; la = 30 , laiton doré (armature des burettes). Burettes en forme d'aiguière ; bassin ovale en verre. h = 9 angles) reliés par des guirlandes de roses et de marguerites. h = 19,5 ; la = 36. État : dorure refaite à des malades [sacristie] 19e s. Argent (non poinçonné). Ampoule cylindrique avec couvercle en dôme (points d'ancrage des chaînes). h = 17. Encensoir (n° 2) [sacristie] 2e moitié 19e s. Laiton argenté , pinacles latéraux) ; personnages en demi relief sur fond de paysage peint à l'huile. Numéros des stations
    Illustration :
    Détail des peintures murales du vaisseau central (côté sud). IVR72_20134000651NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Georges Saint-Geours-d'Auribat - en village
    Historique :
    des années 1830 grâce aux registres conservés des comptes de la fabrique. Parmi de nombreux achats double face du XVIIe siècle à l'effigie des saints Georges et Jean l’Évangéliste (en réalité une bannière d'après le célèbre modèle d'A. Besqueut) sont acquises au tournant des XIXe et XXe siècles. En 1943, le première moitié du XXe siècle, des pièces d'orfèvrerie signées de fabricants parisiens (M. Thierry, A . Jolivet) et lyonnais (L. et P. Gille) de la seconde moitié du XIXe siècle et des débuts du siècle suivant.
    Référence documentaire :
    État des revenus des fabriques extérieures et intérieures en 1808 (1809). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. Registre des délibérations du conseil de fabrique de l'église Saint-Georges (1825-1856). Registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges (1830-1859). Le Second Empire, essor des Landes, 1852-1870. Catalogue d'exposition, Mont-de-Marsan, 1980-1981.
    Annexe :
    sont sortis des ateliers du jeune M. Dagrand, de Bayonne, et sont du plus bel effet. Enfin, M. Auguste Liste des oeuvres non étudiées Confessionnal [chapelle droite] (ill. 20134002904NUC1A) 2e moitié battants juxtaposés ouvrant sur une série de tiroirs superposés, et deux tiroirs sur battants, et des parties latérales en retrait à battant unique ouvrant sur des placards ; crédence en niche à découpe vivant), titulus (cartouche ovale à cuits néo-17e) et palmettes en lyre (aux extrémités des bras) fondus extrémités des bras) fondus et rivés ou soudés. Décor : rinceaux romans sur le nœud et sur les bras de la croix, gloire à rayons alternant avec des fleurettes, fleurons polylobés aux extrémités des bras. h la croisée, rinceaux polychromes enserrés dans des couronnes fleuronnées et entourant des roses et des chardons. Ill. 20134002915NUC1A. C. Damas de coton et soie blanc, tapisserie polychrome au petit (passementerie). Motif de fond du damas : bouquets et feuilles dans des quadrilobes. Décor (croix dorsale en
    Illustration :
    Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de l'église Saint-Georges, 1825-1856 Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint Extrait du registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges, 1830-1859 (AP Saint
1