Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Sever
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Sever Villenave - en village
    Historique :
    Tourmeau fils, avaient été bénites le 13 octobre 1862 et "les tableaux du chemin de croix" (sans doute des autel néoclassique attribuable à la fabrique bordelaise Daux et qui correspond sans doute à l'un des deux autels secondaires (le maître-autel avait été vendu dès 1896). Proviennent également de l'ancien -autel en marbre est acheté dès 1894 à la maison Périé d'Aurillac (les dessins conservés du projet, avec Édouard Cazalis par comparaison avec d'autres meubles très proches repérées dans des communes voisines . Les clôtures en fonte du chœur et des chapelles sont sorties des établissements Durenne de Sommevoire . Enfin, un nouveau vestiaire aux couleurs liturgiques est constitué au tournant des XIXe et XXe siècles . Les pièces d'orfèvrerie, quant à elles, sont l'œuvre d'ateliers parisiens (Jamain et Chevron, Capello
    Parties constituantes non étudiées :
    tableau commémoratif des morts clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    AC Villenave. Dossier de construction de la nouvelle église par l'architecte Henri Depruneaux, 1893 Dossier de construction de la nouvelle église par l'architecte Henri Depruneaux, 1893. AD Landes. 70 V 393/9-11. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 9 mars 1906 Inventaire des
    Annexe :
    Liste des œuvres non étudiées Tableau commémoratif des morts (de la guerre de 1914-1918) [porche en marbre gris, fixés au sol et entourés d'une grille fer forgé scellée au mur".] Clôture des fonts , bagués et fuselés, reliés aux traverses de l'assise par des consoles ; assise trapézoïdale. h = 43 ; la tiroir de ceinture de la largeur des battants centraux ; panneautage des battants à moulures clouées. h = 22. État : lettre éventuelle des lithographies dissimulée par le cadre. Ensemble de 3 canons d'autel . Lithographies : Calvaire avec sainte Madeleine (canon central), Agonie au jardin des oliviers (canon du lavabo = 22. État : lettre des lithographies dissimulée par le cadre. Ensemble de 2 chandeliers d'autel (nœud) ; Christ (représenté mort), quadrilobes avec les symboles des Évangélistes (bras de la croix ), boutons en forme de fleur (nœud), médaillons quadrilobés crucifères (extrémités des bras). h = 58,5 ; la couvercle des burettes, gravé sur la panse des burettes). Ensemble de 2 encensoirs [sacristie] (ill
    Illustration :
    Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918 (porche). IVR72_20184001760NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Coudures - en village
    Historique :
    dans ses Notes. La totalité des meubles et objets date des XIXe et XXe siècles, essentiellement du toulousain Jules Guiraud, complétés par des statues et un chemin de croix livrés par le fabricant F.-D. Monna , également toulousain. Le directeur des Domaines Émile Leconte offrit en 1898 le lambris du chœur. Peu après connut plus dès lors que de rares adjonctions, dont un monument aux morts à l'issue de la Grande Guerre . Gasca, exécute des peintures murales dans les chapelles des collatéraux, dédiées à leurs titulaires cette année-là décrit des ornements vieux et usés), un ensemble de vases sacrés et d'objets cultuels en métal précieux issus d'ateliers parisiens (Poussielgue-Rusand, Demarquet frères, J.-Ph.-A. Dejean) et série de livres liturgiques sortis des maisons Mame, Pélagaud, Monteilhet et Lainé et Havard. Les quatre
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906). fourniture des verrières de l'église, 1890-1894. p. 200 SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.
    Annexe :
    , cahier des charges, rapport de l'architecte) par l'architecte Navarre. Plans : façade ouest, élévation et Liste des oeuvres non étudiées Autel (maître-autel) [chœur] 4e quart 20e s. Grès. Autel-table "face , croix sommitale fleurdelisée et nimbée (loge centrale), quatre pinacles à crochets, frises des festons portillon devant chacun des trois autels (à battants jumelés pour le maître-autel, à battant unique pour les autels latéraux). Décor : losanges et quadrilobes (appui), volutes affrontées dessinant des motifs restauration de l'église en 1868.] Clôture des fonts baptismaux [collatéral sud, à l'ouest (en 1990)] 4e quart = 19,5. État : tige raccourcie. Paire de chandeliers d’église (n° 1) [collatéral sud, chapelle des fonts de vigne (fleurons des bras). h = 250 environ. Paire de troncs à quêter [sacristie] Milieu 20e s des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 Coudures, registres des délibérations du conseil municipal : - 1825 (12 mai) : mentionne un "plan et devis
    Illustration :
    Clôture des fonts baptismaux (partie gauche). IVR72_20174000423NUC2A Peinture murale de l'arc d'entrée de la chapelle des fonts baptismaux. IVR72_20174000425NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine
    Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Catherine Montaut - en village
    Historique :
    Le mobilier de l'église Sainte-Catherine (siège officieux de la paroisse de Montaut dès 1685, puis officiel en 1808) est documenté à partir du XVIIIe siècle par des archives (lacunaires) de la fabrique et ). Ces ensembles, toutefois, ont subi plusieurs modifications, à la suite notamment des destructions dans les premières décennies du XXe, le reste de l'édifice fut progressivement remeublé grâce à des des orfèvres parisiens (J.-C. Cahier, Bertrand-Paraud, Martin et Dejean, A. Renaud, M. Chéret) et
    Parties constituantes non étudiées :
    tableau commémoratif des morts
    Référence documentaire :
    Registre d’inscription des personnes agrégées aux confréries du S[ain]t Sacrement et du Rosaire de -bêche) "Registre de l’Archiconfrérie du très saint et immaculé cœur de Marie pour la conversion des datte du 20 novembre 1845 et affiliée à l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires le 27 9bre 1845 Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906). églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.
    Annexe :
    Inventaire des églises de Montaut et de Brocas, 22 novembre 1791 (AD Landes, E dépôt 1 P 18) SAINTE ornement de toute couleur de satin damassé tout blanc avec des fleurs, galonné et festonné en or - 1 autre blanc de damas avec son écharpe, galon en or et frange en… - 1 ornement en satin avec des fleurs, galon missels (un propre, un vieux fort usé, un usé) - 2 cahiers usés pour les messes des morts - 1 rituel - 4 antiphonaire usés - 3 cahiers usés pour les messes des morts - 3 rituels les deux réformés - 1 petite clochette Extraits du registre paroissial de Montaut-Brocas concernant des travaux aux deux églises et des de la chambre des députés, curé, a offert six chandeliers argentés et une croix (d’un prix d’au moins à Montaut pour 5000 fr. Abbé Daydrein (1866-1900) 1868 : installation des sœurs à Montaut métairies pour fonder une école de garçons. L’abbé Daydrein s’est ainsi attiré la haine des héritiers (décret signé par le président). En 1884, l’école n’est toujours pas ouverte. 1887 : installation des
    Illustration :
    Tableau commémoratif des curés de la paroisse de Montaut. IVR72_20174010295NUC4A Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des curés de la paroisse. IVR72_20174001243NUC2A Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des confréries établies dans les églises de Extrait du registre paroissial de Montaut : liste des confréries établies dans les églises de
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Pierre Tercis-les-Bains - en village
    Historique :
    sources, des dons des titulaires successifs du marquisat de Tercis (les Du Val, puis les Verthamon à partir de 1736) et de célèbres curistes des thermes locaux, telle la reine douairière d'Espagne Marie achevé en 1831. Dès la fin des travaux, la fabrique se préoccupe de meubler le chœur : en 1830, elle acquiert du peintre dacquois J. Mauméjean un nouveau tableau d'autel représentant La remise des clés à plusieurs décennies) et une chaire à prêcher est exécutée en 1839 sur un dessin de l'architecte Lacombe . L'ensemble des objets du culte, déjà partiellement renouvelé au tournant des XVIIIe et XIXe siècles avec des les années 1860 par des achats auprès d'orfèvres lyonnais (Favier frères) et le don par Napoléon III matériau des instruments précédents (respectivement livrés par F.-D. Delestan en 1849, L.-R. Delestan en habitants de Tercis. Le dernier aménagement a lieu au milieu des années 2000, avec la commande par l'abbé
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 24 février 1906. Registres des délibérations du conseil municipal (textes transcrits par Charles Blanc, président de Capbreton, 1970, t. II, p. 433-437 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D
    Auteur :
    [architecte, auteur du modèle] Lacombe
    Annexe :
    l’entrepreneur Thévenin sous la direction de l’architecte Arthaud. Réception définitive des travaux le 21 , architecte à Dax ?). Supprimée à une date inconnue. Tableau : Remise des clefs à saint Pierre. Huile sur Liste des oeuvres non étudiées. Croix de cimetière [allée centrale du cimetière] (ill imposte au-dessus des portes latérales de la nef ; motifs de demi-cercles combinés avec des rinceaux ou feuilles. [Jean Hennau, né à Issy-les-Moulineaux en 1947, a créé un premier atelier en 1978 à Brocas « L’Atelier du Vitrail ».] Ensemble crédence, ambon, 3 fauteuils de célébrant et croix [chœur] (ill ) ; loges latérales avec accotoir, agenouilloir et guichet à jalousie ; corniche des loges latérales tribune) ; l = 45 (bénitiers des portes latérales). Meuble de sacristie (commode-armoire de sacristie : rinceaux sur les faces du pied, trilobes aux extrémités des bras de la croix. Chandeliers : h = 51 (sans le emboîtant avec croix pattée soudée. Ciboire (des malades ?) [sacristie] (ill. 20124000016NUC2A) 2e moitié
1