Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Chais et cuviers de Château Latour
    Chais et cuviers de Château Latour Pauillac - Latour - isolé - Cadastre : 1825 H 187 2012 OE 67
    Historique :
    1999 et 2003, menés par l'atelier d'architecte Mazières et le décorateur Bruno Moinard. Aujourd'hui, 66 l'occasion de l'achat d'une partie de Latour par les négociants Barton et Guestier et Johnston, le cahier des paires de bœufs, 2 paires de chevaux et 3 vaches laitières". L'architecte Duphot propose en décembre la proie des flammes sans compter la "maréchalerie" et quelques autres barriques de vin. Les travaux furent sommairement évalués par l'architecte Géraud (ou Gérand ?) à 58 500 francs, outillage et barriques neuves à acheter compris. Ils commencèrent dès le mois d'août 1892 et furent achevés vers le mois de juin réfectoire des vendanges" et un chai nouveau "pour les piquettes". A cette époque, des modernisations furent apportées au cuvier : cimentage en 1898, remplacement des vieilles presses ; il fallait trouver une solution d'eau fut élevé en 1913 selon les plans de l'architecte Lacroix : la maison Gaden de Bordeaux installa fut équipé d´une installation électrique. L'album photographique d'Henry Guillier fournit des
    Référence documentaire :
    p. 142 BUTEL Paul. Grands propriétaires et production des vins du Médoc au XVIIIe siècle
    Description :
    cuvier et enfin les chais. Des chais souterrains augmentent encore la capacité de stockage du vin en principalement au stockage et à la mise en bouteilles. Depuis 2007, un procédé de traçabilité des bouteilles a été mis en place pour éviter la fraude et les contrefaçons. L'ensemble des installations sont
    Auteur :
    [architecte] Atelier des Architectes Mazières [architecte] Duphot Théodore Henri [architecte] Gérand G. [architecte] Cazalis et Lacroix
    Annexe :
    dire, l'architecte avait divisé la demeure en deux appartements séparés : au midi, celui des , l'architecte se ralliait aux exigences des propriétaires ; il présentait un autre projet de construction, plus [...]. On se passa des services de l'architecte et on confia l'exécution des travaux à des entrepreneurs grand registre vert "Latour 1854 à 1865" ; ils sont au nombre de dix-neuf, dont deux sont des ébauches tracées par le marquis de Beaumont-Villemanzy lui-même ; l'architecte Duphot en signa dix-sept ; ils même dispositif, mais il était un peu moins ambitieux ; l'architecte avait supprimé deux pièces cas, la naissance des combles était soulignée par une série de lucarnes rondes à œil de bœuf. A vrai , l'architecte défendait fermement son premier projet : "notre construction ne serait peut-être pas traitée à travailla sur une ébauche que lui présenta le marquis de Beaumont. Le plan tracé par l'architecte tint compte des observations des propriétaires, le devis estimatif, daté du 20 septembre 1862, s'élevait à 45
    Illustration :
    Vue intérieure de l'aile ouest : atelier de conditionnement des bouteilles. IVR72_20123304143NUCA Plan du vignoble de la Tour avec les noms des plantiers et leurs contenances métriques, s.d Vue intérieure du cuvier : espace haut de réception des vendanges. IVR72_20123304131NUCA Vue intérieure des chais : escalier permettant l'accès au chai souterrain. IVR72_20123304137NUCA Vue du chai souterrain : espace de gestion de la thermorégulation et du nettoyage des barriques Vue intérieure de l'aile ouest : conditionnement des bouteilles. IVR72_20123304144NUCA
  • Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande
    Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande Pauillac - Pichon-Longueville - isolé - Cadastre : 2012 BI 622, 623, 505, 190 1825 H 207 à 235
    Historique :
    d'un atelier de tonnellerie (H 218) est mentionné en 1853 dans le registre des augmentations et l'hôtel de ses parents à Bordeaux, l'Hôtel de Lalande, actuel musée des Arts Décoratifs. Le château (1785-1858), sœur de Virginie, qui fréquenta à Paris l’atelier du peintre François Gérard. Il s’agit de portraits, notamment celui de son beau-frère Henri de Lalande, ainsi que des paysages, parmi lesquels une d'Henry Guillier donne des indications sur les dépendances qui accompagnaient la demeure et qui ont en présence d'une tour crénelée qui pouvait servir de citerne. Un courrier de l'architecte Henri Duphot daté restauration du château dont la réalisation est confiée à Bernard Mazières, en 1988-1989, le réaménagement du parc. Elle présente également sa collection de verres dans une des salles du château. Depuis 2007, le
    Description :
    escalier en fer à cheval. La travée centrale est délimitée par des tables décoratives étroites et en présentent un chambranle mouluré. Allèges et dessus de baies sont traités en léger ressaut formant des tables chacun des pavillons. De hautes souches de cheminées en pierre de taille sont reliées à la toiture par des tirants métalliques. La façade orientale donnant sur l'estuaire de la Gironde se distingue de la ardoise, abrite un escalier en vis. Elle est percée de fenêtres aux appuis saillants soutenus par des composés des anciennes écuries avec une tourelle carrée ayant abrité un pigeonnier : l'ensemble a été bien visibles, indiquant une organisation de type "cuvier médocain". On y trouve aujourd'hui des cuves en béton, tandis qu'un cuvier inox lui a été adjoint. Le chai souterrain présente des voûtes en béton coffré et des arcs surbaissés reposant sur des files de colonnes. Une salle de réception offre une belle vue panoramique sur la Gironde. Cet ensemble est en cours de transformation : une grande partie des
    Auteur :
    [architecte] Mazières Bernard [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    des poutres du cuvier et du chai à vin nouveau, que nous baisserions peut-être s'il le fallait. Il a ). 1853 : Pichon et La Lande : construction nouvelle d'un atelier de tonnellerie (H 218). 1860 : de l'Histoire des Châteaux de la Gironde, par H. Ribadieu ; il est situé à l'O. et à côté du vignoble de La-Tour réalisée par les architectes Duphot et Benquet : maison de maître avec ses servitudes, appartements et dépendances ; des écuries, remises, parcs à bœufs et à vaches, maisons des ouvriers, volières, etc ; des hangars, tonnellerie, orangerie, murs de clôture, etc ; du cuvier et des deux chais de vins vieux et départementale, à l'ouest limité par une haie séparant le jardin de la pièce de vigne dite des Petites Bories, au des deux pièces de vigne dites du Cuvier et des Châtaigniers, formant en tout 10 journaux (4 ha 11 située sur la pièce de la Cabane. Partage des vignes.
    Illustration :
    Vue intérieure : salon nord, détail des moulures du plafond. IVR72_20123304316NUCA Vue intérieure, salle à manger : détail des moulures du plafond. IVR72_20123304317NUCA Tableau : vue des quais de Pauillac, s.d. [milieu 19e siècle], s.n. (conservé au Château Pichon Cour des dépendances. IVR72_20123304291NUCA Cour des dépendances : ancien pigeonnier. IVR72_20123304292NUCA Cour des dépendances. IVR72_20123304293NUCA
  • Château Gruaud-Larose
    Château Gruaud-Larose Saint-Julien-Beychevelle - Château Gruaud-Larose - isolé - Cadastre : 1825 D2 174 à 184 2011 D3 189
    Historique :
    bâtiments. Les propriétaires auraient fait appel à l'architecte Duphot pour dresser les plans des époque. Les chais ont été réaménagés en 1996 par le bureau d'architectes bordelais Mazières, avec enfants qui doivent se partager ce bien. Finalement la cour d'appel de Bordeaux ordonne le partage des les Sarget et les descendants des Balguerie, Mme de Bethman et sa sœur Mme de Boisgérard. A partir de constructions et des bâtiments. En 1867, le domaine est divisé entre le baron Sarget d'une part, et MM. Ed. et organisés autour d'une cour plantée d'arbres. Des parterres sont reconnaissables à l'est du château, ainsi qu'un potager. Le plan cadastral de 1825 indique la même disposition des bâtiments. Plusieurs illustrations permettent de reconstituer l'évolution des bâtiments. En 1835, l'album de Gustave de Galard diminutions des matrices cadastrales montrent effectivement plusieurs modifications dans les années 1870-1880 mondiale : les pierres du château auraient été utilisées pour construire la salle des fêtes de Beychevelle
    Référence documentaire :
    des châteaux. Bordeaux : Editions Sud Ouest, 2010. GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des PIJASSOU, René. Gruaud Larose. Le vin des rois, le roi des vins. Paris : Editions Stock, 1997.
    Description :
    travées, les deux travées centrales formant un léger ressaut, délimitées par des chaînes d'angle à bossage . Des jambes à bossage encadrent les deux travées centrales. Les baies sont dotées de corniches et d'appuis saillants soutenus par des consoles. Une rampe donne accès à une cave. La façade latérale nord balustrade. Ce déséquilibre dans le traitement des deux façades latérales s'explique sans doute par la présence du château Gruaud-Larose-Faure au sud, la séparation des domaines ayant entraîné une orientation des bâtiments vers l'est et le nord. L'intérieur de la demeure conserve des éléments de décor portant
    Auteur :
    [architecte] Mazières Bernard [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    Extraits des éditions de Bordeaux et ses vins Cocks et Féret COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins vins, vendus à la bouteille, ne sortent du château qu'avec des marques authentiques, telles qu'étampes , étiquettes, bouchons, capsules, et, en Angleterre comme en France, ils sont les heureux rivaux des Château étrangers, qui chaque année, abondent dans le Médoc, surtout à l'époque des vendanges. Une des grandes comme Alcatel Alsthom en 1993, qui investit des sommes considérables dans l'outil de vinification (cuvier bois et ciment, chais thermo-régulés, station de traitements des effluents vinicoles). Depuis 1997 par des méthodes organiques et en favorisant la lutte intégrée par le non usage de produits chimiques Archives communales, Salle des fêtes de Beychevelle, historique par Lucien Humbert, 2002 style. Le frère de Lucien Humbert (trésorier du comité des fêtes), Gabriel alors directeur chez Cordier proposa au Comité des fêtes les pierres du château à récupérer pour réaliser les piliers de la salle. C
    Illustration :
    Croquis (communiqué par l'Atelier Mazières) : projet du chai à barriques. IVR72_20173301665NUCY Plan du domaine en 1823 : détail des bâtiments du château. IVR72_20113303294NUCA Plan du domaine en 1823 : extrait, récapitulatif des terres. IVR72_20113303295NUCA Château : façade principale, détail des pilastres d'angle. IVR72_20113303328NUCA Tour : façade sud, détail des dates portées. IVR72_20113303339NUCA Ancien chai à barriques : armoiries sculptées du baron Sarget (remploi ; il s'agit peut-être des armoiries qui ornaient le fronton des chais). IVR72_20113303288NUCA Nouveaux chais, niveau souterrain : détail des voûtes en béton. IVR72_20113303274NUCA Vue d'ensemble des bâtiments : côté ouest. IVR72_20113303347NUCA Vue d'ensemble des bâtiments depuis l'ouest. IVR72_20113303265NUCA
  • Château Beychevelle
    Château Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle - Beychevelle - isolé - Cadastre : 1825 D1 17 à 20 2011 D2 1918
    Historique :
    Un château féodal est attesté dès le 14e siècle, appartenant aux comtes de Foix. L'évêque François , fait reconstruire la partie centrale du château en 1644 (contrats avec les architectes, Gassiot Delerm premier fait aménager des écuries et le second apporte de nombreuses modifications et agrandissements comme en attestent les augmentations et diminutions des matrices cadastrales : construction nouvelle l'aile nord qui a été modifiée et augmentée à cette époque avec le concours de l'architecte Henri Duphot à Bordeaux un atelier d'objets pieux et de "chasublerie", une collection d'objets sacrés. A la mort bâtiment d'accueil (1991), réception des vendanges (1992). Un nouveau cuvier avec salle de dégustation est
    Observation :
    Dès 1876, Armand Heine pense à une mise en bouteilles au château ; il écrit à son architecte Duphot
    Référence documentaire :
    , encre, aquarelle, par Duprat, Ferdinand (architecte ; paysagiste), 1928 [Collection particulière]. (architecte ; paysagiste), 1929 [Collection particulière]. des châteaux. Bordeaux : Editions Sud Ouest, 2010. p. 181-217 BERTALL, Charles-Albert d'Arnould, connu sous le nom de. La Vigne, voyage autour des GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des p. 9-16 BRAQUEHAYE Charles. Documents pour servir à l'histoire des arts en Guienne. Bordeaux
    Description :
    sculpté. Des jambes à bossage renforcent également le rythme de la façade. Les baies sont en arc segmentaire avec chambranle mouluré à crossettes. Une corniche moulurée règne sur l'ensemble des façades et
    Auteur :
    [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    corps de logis avec la chambre des filles, la chambre des coffres, d´une chapelle, du ché (sic) (grand ché et petit ché attenant), cuvié (sic). -2 floréal an 2, municipalité responsable des biens mis sous Extraits des éditions de Bordeaux et ses vins, Cocks et Féret COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins Beychevelle est une des plus importantes et des plus anciennes terres du pays de Médoc. Au XIVe siècle, il des quatrièmes crus de Médoc, et qui jouit, à l’étranger comme en France, d'une grande réputation. Une (...) Au quatorzième siècle, il était château féodal et l'une des propriétés des comtes de Foix Candale vendit pour acquitter les dettes des d'Epernon. On estime qu'à l'époque de la Révolution, le marquis de , en face de Blaye sur la Gironde, il possède le port de Beychevelle, l'un des plus importants de ce GMF qui s'associe en 1989 au groupe japonais Suntory pour créer la société des Grands Millésimes de servir à l'histoire des arts en Guienne. Bordeaux : Feret et Fils, 1897-1898. Extrait des Mémoires de la
    Illustration :
    Vue intérieure : salon, détail des lambris. IVR72_20113305953NUCA Vue intérieure : salon, lambris, détail des initiales. IVR72_20113305954NUCA Vue intérieure : cheminée des anciennes cuisines. IVR72_20113305957NUCA Aile 19e siècle : dessus-de-porte avec décor sculpté sur le thème des arts. IVR72_20173301586NUC2A
  • Château Cantemerle
    Château Cantemerle Macau - Cantemerle - - isolé - Cadastre : 1810 C1 58 1843 C2 255 2013 AS 52
    Historique :
    commune voisine de Ludon-Médoc, au sud des métairies dites de Cantemerle. Le château actuel semble avoir mémorise le nom de l'architecte. Il s'agit probablement de Théodore-Henri Duphot, auteur de la mairie de 1851" ; le registre des augmentations/diminutions mentionne une construction fortement taxée et achevée
    Référence documentaire :
    XVIIIe siècle, communiqués par M. Nicolaï. Election de Bordeaux. Etat du vingtième des biens fonds des derniers siècles - état actuel des domaines. Paris : Chez E. DENTU (Librairie), 1856.
    Description :
    par des tours circulaire (sud) et carrée (est) ; une tourelle d'escalier en encorbellement est greffée à l'angle des deux ailes du logis. Un grand pavillon rectangulaire est accolé sur la façade sud de . L'ensemble des fenêtres du corps de logis possède de simples moulures tandis que le grand pavillon et la tour carrée présentent des décors soignés (corniches à denticules, guirlandes, chambranles à crossettes , bossage, tables décoratives, lucarnes à volutes et fronton triangulaire...). L'aile ouest présente des
    Auteur :
    [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    Extrait de la notice des châteaux vinicoles d'Edouard Guillon, 1867 "Les dernières restaurations aigus. Cet édifice est isolé parmi des parterres et des cours ; puis, au Nord et à l’Ouest, s’étendent des bâtiments immenses encadrant plusieurs vastes cours. Dans la première se trouvent : le logement du mis en bouteilles pour l’expédition. Il y a dans cette même cour un atelier de menuiserie pour la fabrication des caisses ; puis viennent des hangards et d’autres constructions désignées sous le nom de servitudes. Le tout apparaît de loin comme un grand village. C’est une des belles installations vinicoles du Etat des revenus de M. De Villeneuve, conseiller au Parlement, 1754-1755 Pour Macau, Ludon dehors Extrait de la notice des châteaux de la Gironde d'Henry Ribadieu, 1856 Ribadieu parle de transformations ou plutôt de restaurations qui sont dues [EN NOTE] : "aux plus grands architectes que nous ayons eu depuis Louis. Deux des anciennes tourelles ont été reconstruites, et sont l’œuvre de M. Dufau ; le
  • Château Lanessan
    Château Lanessan Cussac-Fort-Médoc - Lanessan - isolé - Cadastre : 1827 D2 1529, 1552 2010 AB 113
    Historique :
    Le lieu-dit Lanessan et des bâtiments organisés autour d'une cour en U apparaissent sur des cartes anciennes dès 1716. Le plan cadastral de 1826 montre des bâtiments organisés selon un plan en T, qui doivent une cour fermée par un portail. Ces bâtiments font l'objet de remaniements en 1844 : l'architecte G isolées imitant des créneaux". L'illustration publiée dans l'ouvrage de Cocks de 1874 permet également de , 49 de terres labourables, 47 plantés de cépages fins. Si des constructions sont mentionnées dans les matrices cadastrales dès 1866 (construction nouvelle d'une maison en 1866, parcelle D1529, et en 1875 l'architecte Henri Duphot en 1876-1878. Les matrices cadastrales indiquent la construction nouvelle du château
    Référence documentaire :
    DES GROTTES Florence. Deux siècles d'histoire à Lanessan, 1793-1993, doc. datyl., 1996. 9e livraison n°2 GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d
    Description :
    sont chantournés. Des lucarnes passantes éclairent l'étage de comble. La façade sud-est reprend les décrochements des différents volumes de l'édifice : le noyau central est en retrait par rapport aux pignons des  : certaines présentent des doubles meneaux. Les toitures en ardoise supportent de hautes souches de cheminée personnel (cuisine, lingerie, chaudières du chauffage central, logement des domestiques). Le vestibule étage est celui des chambres de la famille. L'étage de comble n'est desservi que par l'escalier de service qui s'élève du niveau de soubassement. On y trouve les chambres des enfants, des domestiques ainsi
    Auteur :
    [architecte] Grellet aîné G. J.
    Annexe :
    d'habitation, des ateliers et des magasins. A droite se trouvent de magnifiques écuries, dont la visite commune. Puis elle s'engage dans un sous-bois charmant. On a dès lors le pied sur le domaine. Au delà du de la culture habite cette métairie. Dès l'orée du bois le château détache sur le ciel bleu sa masse placée devant les longs bâtiments des chais. Ces bâtiments et ceux du cuvier ont des pignons en forme de d'autres bâtiments font face. Une autre rue, presque parallèle à la première, est bordée par des maisons beauté de ses lignes architecturales et par la remarquable exécution des détails. Le porche qui protège distinguée des Saint-Julien (...). L'administration des trois domaines médocains de M. Delbos se trouve séparément dans un cuvier qui compte 24 grandes cuves servies par un outillage perfectionné et dans des chais un croisement des races garonnaise et bazadaise : type plus agréable à l’œil et plus ardent au maison noble dont on trouve des traces dans le 15e siècle, époque où Thomas de Blaignan la possédait ; il
    Illustration :
    Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail de l'emplacement du château et du "Parc des Valets Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail du moulin à vent de "Veyrone" et des dépendances Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail du logement des Maragnes. IVR72_20123310190NUC4A
1