Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 38 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 2 verrières du bras sud du transept : Sainte Famille dans l'atelier de Joseph, Visitation (baies 110 et 118)
    Ensemble de 2 verrières du bras sud du transept : Sainte Famille dans l'atelier de Joseph, Visitation (baies 110 et 118) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    avait été fondée dans la cathédrale dès 1874. Le carton de la Sainte Famille dans l'atelier, utilisé par l'atelier en 1874 pendant sa période bayonnaise, la Visitation en 1900, après son installation à Bordeaux . La première fut offerte, un an après la pose des trois verrières d'Oudinot (réf. IM40004439), par Mme transept qui a des losanges blancs", elle fut commandée le 14 mars 1900, pour la somme de 1000 francs, par Dagrand/t dès 1866 à Capbreton, le sera à nouveau à l'abbatiale Saint-Sever en 1875 (verrière détruite ) en 1881, etc. - et, hors des Landes, à Castelnaud-de-Gratecambe et Brugnac (Lot-et-Garonne
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour des verrières à lancette du transept et des fenêtres hautes de la nef et Plan sommaire de la cathédrale avec nomenclature des verrières, par le verrier G.-P. Dagrant, 9 Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant le paiement de p. 68, 112, 114, 218, 232 SUAU Jean-Pierre (dir.). Le vitrail dans les églises des Landes SUAU Jean -Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des
    Représentations :
    en médaillon Sainte Famille atelier le travail ornement à forme végétale ornement à forme Baie 110 : la Sainte Famille dans l'atelier de Nazareth ; la Vierge coud, l'Enfant Jésus, sous le garni d'un réseau de losanges enserrant des fleurs de lys héraldiques ; bordure à fond rouge ornée
    Titre courant :
    Ensemble de 2 verrières du bras sud du transept : Sainte Famille dans l'atelier de Joseph
    États conservations :
    : remplacement des plombs, consolidation des verres, pose de grillages de protection.
    Annexe :
    Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant le paiement de courant / Monsieur Dagrant / Ce matin à 5 heures je me suis informer de la place des verrières auprès de la seule dans cette partie de transept qui a des losanges blancs c'est la que je place la Visitation des losanges, ce déplacement permettra d'avoir le même coloris se faisant vis à vis. En remplacement de la fenêtre C j'en placerai une des fenêtres reçu dont le coloris diffère. A la fenêtre E transept des panneaux, il faut m'envoyer des attaches et de l'étain par retour. J'ai un fer à souder ce qui me la cathédrale avec indication des verrières en question, marquées A / Visitation, B, C, D, E.] treillis démastiquage des pannaux. / Les descendre par la corde dans une caisse à claire-voi faire faire le verrai lundi pour l'impression des vitraux vu qu'il na pu rien voir étant parti mercredi à 3 heures. / Un
    Illustration :
    Baie 110 : Sainte Famille dans l'atelier de Joseph. IVR72_20124090211NUC2A
  • Ensemble des verrières de la cathédrale
    Ensemble des verrières de la cathédrale Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    l'architecte Victor Petitgrand, chargé des travaux de la cathédrale, à son ancien collaborateur le Clermontois Comme la plupart des cathédrales construites aux XVIIe et XVIIIe siècles, celle de Dax n'eut à l'origine que des verrières non colorées, en accord avec l'idéal classique d'une lumière blanche, égale et remplacement des "vitraux" en verre blanc par les vitriers Jean-Baptiste Lalanne et François Lubet. Dans la Vierge dans le bras sud du transept à partir de 1871. Un rapport de l'architecte Sanguinet révèle le nom de l'auteur des trois premières verrières (non signées) posées en 1871 et 1873, le Parisien E.-S . IM40004436). En revanche, la commande des vitraux du collatéral nord échappa à Dagrant et fut confiée par Félix Gaudin. Celui-ci livra en 1899 un remarquable ensemble de style néo-Renaissance sur des cartons de de la nef centrale. Peut-être pour des raisons budgétaires, cette ultime campagne ne fut pas menée à fils Dagrant, Maurice et Charles (réf. IM40004437) ; le reste des baies est garni de verrières
    Référence documentaire :
    Devis de réparations aux vitraux des bas-côtés de la cathédrale, par l'architecte-voyer de la Ville Demande de secours de la fabrique de la cathédrale au maire de Dax pour la restauration des Devis des réparations à faire aux vitraux de la cathédrale, par le vitrier Jean-Baptiste Lalanne État des réparations et fournitures de matériaux à faire pour six vitraux de la cathédrale, par le Adjudication des réparations aux vitraux des bas-côtés de la cathédrale, 28 janvier 1834. l'architecte-voyer Boubé, 9 juillet 1835. Soumission du vitrier Bernard Brunache pour les verrières des bas-côtés de la cathédrale, 13 Réception définitive des travaux de vitrerie et de peinture par Bernard Brunache, 1er février 1884. Croquis préparatoire pour la "rose de façade" et plusieurs verrières des fenêtres hautes de la nef Croquis préparatoire pour des verrières à lancette du transept et des fenêtres hautes de la nef et
    Titre courant :
    Ensemble des verrières de la cathédrale
    Illustration :
    Devis de réparations aux vitraux des bas-côtés de la cathédrale, par l'architecte-voyer de la Ville Devis de réparations aux vitraux des bas-côtés de la cathédrale, par l'architecte-voyer de la Ville Demande de secours de la fabrique de la cathédrale au maire de Dax pour la restauration des Demande de secours de la fabrique de la cathédrale au maire de Dax pour la restauration des Devis des réparations à faire aux vitraux de la cathédrale, par le vitrier Jean-Baptiste Lalanne Devis des réparations à faire aux vitraux de la cathédrale, par le vitrier Jean-Baptiste Lalanne Devis des réparations à faire aux vitraux de la cathédrale, par le vitrier Jean-Baptiste Lalanne Etat des réparations et fournitures de matériaux à faire pour six vitraux de la cathédrale, par le Etat des réparations et fournitures de matériaux à faire pour six vitraux de la cathédrale, par le Adjudication des réparations aux vitraux des bas-côtés de la cathédrale, 28 janvier 1834
  • Portail sud, chapiteaux et modillons des façades sud et ouest
    Portail sud, chapiteaux et modillons des façades sud et ouest Saint-Vincent-de-Paul - Buglose - en écart
    Historique :
    La structure du portail sud a certainement été construite lors des travaux d'achèvement du gros -œuvre de l'église par l'architecte Gustave Alaux en 1863-1864. L'ouvrage ne fut toutefois complété qu'en 1894 sous la direction de Victor Sanguinet, architecte de la ville de Dax. Le décor sculpté du portail et des façades de la tour sud (chapiteaux, modillons) ainsi, très probablement, que celui de l'avant de la basilique et son portail ont été restaurés en 2012-2013. A cette occasion, des bases et tambours des colonnettes ont été restitués, ainsi que le perron à deux marches d'origine.
    Représentations :
    , dans des volutes perlées surmontant un rang de feuilles (corbeille), deux rangs de besants surmontées de dents de loup ou festons (tailloir) ; rinceaux romans entourant des pommes de pin (corbeille ), rinceaux (tailloir) ; quatre oiseaux affrontés deux et deux et becquetant des grappes et entourant une tête masculine de face (corbeille), damier (tailloir). Coussinets des piédroits : à gauche, rinceaux perlés et . Décor des six modillons de la façade sud (de gauche à droite) : personnage grotesque, nu, courbé vers la , six des) péchés capitaux selon L. Cazaunau et J. Lesbats. Décor des huit modillons de l'avant-corps de (?) coiffé d'une capuce. Décor des quatre chapiteaux de l'avant-corps de la façade ouest (de gauche à droite
    Auteur :
    [architecte] Alaux Gustave [architecte] Sanguinet Victor
    Titre courant :
    Portail sud, chapiteaux et modillons des façades sud et ouest
    États conservations :
    et des trois colonnes de celui de droite, remplacées en 2012 par des blocs équarris en attente de
    Annexe :
    des ateliers de M. Paccard."
  • Lycée Jean-Garnier
    Lycée Jean-Garnier Morcenx - 24 rue Henri Barbusse - en ville - Cadastre : 2017 F 2416
    Historique :
    des bâtiments en barres dont l'atelier et l'internat sont les éléments majeurs. En juillet 1975 paraît l'architecte Anne Le Goff, ce chantier permet la mise aux normes de la cantine et l'amélioration des conditions du lycée professionnel actuel. Le cabinet d'architectes retenu est celui de Pierre Bertrand, Pierre restructuration et d'extension est menée au début des années 2000 et livrée en 2004. Réalisée sous la direction de de vie dans l'internat des garçons. Un autre internat, dédié aux filles, est également ajouté au sud par l'architecte Philippe Bousquet. Ainsi, un bâtiment neuf est élevé, entre la cantine et l'externat , pour y abriter le CDI, une salle d'arts appliqués et la salle des professeurs. A cette occasion, le
    Référence documentaire :
    CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête
    Description :
    d'élévations à travées, à ossature béton, à toit terrasse, excepté les ateliers sous sheds. La cantine est en rez-de-chaussée, l'externat et l'internat des filles a un étage carré, l'internat des garçons deux étages carrés. Dans les bâtiments d'origine non rénovés, les baies rectangulaires possèdent des allèges endroit un bardage en bois. En façade sud, les murs des travées de cet externat sont peintes avec des couleurs vives, tandis qu'en façade nord, l'isolation par l'extérieur a masqué l’embrasure des fenêtres . L'internat des garçons est doté d'une galerie au rez-de-chaussée, comblée par des baies vitrées sur cinq
    Auteur :
    [architecte] Debré Antoine [architecte] Bertrand Pierre [architecte] Bertran de Balanda Pierre [architecte] Le Goff Anne [architecte] Bousquet Philippe
    Illustration :
    Les sheds des ateliers. IVR72_20174001484NUC2A L'intérieur des ateliers. IVR72_20174001486NUC2A L'intérieur des ateliers. IVR72_20174001487NUC2A L'intérieur des ateliers. IVR72_20174001488NUC2A Internat des garçons, façade sud. IVR72_20174001468NUC2A Internat des garçons, façade sud. IVR72_20174001492NUC2A Internat des garçons, façade sud. IVR72_20174001470NUC2A Internat des garçons, façade sud. IVR72_20174001476NUC2A Internat des garçons, façade sud. IVR72_20174001477NUC2A Internat des garçons, galerie. IVR72_20174001480NUC2A
  • Ensemble autel, 2 gradins et tabernacle (maître-autel)
    Ensemble autel, 2 gradins et tabernacle (maître-autel) Gamarde-les-Bains - en village
    Inscriptions & marques :
    Signature (gravée et peinte en rouge sur la plinthe de l'autel, à droite) : ATELIERS St HILAIRE tabernacle) ; Svs PETRVS ; Svs PAVLVS (édicules aux extrémités des ailes).
    Historique :
    Cet autel, exécuté dans les ateliers Saint-Hilaire à Poitiers (fondés en 1855) par le sculpteur Louis-Amédée Charron (1837-1916) sur un dessin de l'architecte Adolphe Beausoleil, fut mis en place à l'achèvement des travaux de construction de l'église en 1881. Il présente une structure identique et de nombreux détails décoratifs communs (notamment les anges orants du tabernacle et les effigies des saints Pierre et Paul des ailes) avec l'autel installé vers 1886 à l'église Sainte-Madeleine d'Hagetmau (réf donnèrent en même temps trois des verrières de Mauméjean (réf. IM40004802 et IM40004803).
    Représentations :
    Décor figuré : dans les niches trilobées du devant d'autel, des hauts-reliefs représentant le Bon Pasteur entouré des Évangélistes avec leurs symboles ; sur la porte en bronze doré du tabernacle, la cène à Emmaüs ; de part et d'autre de la porte, sous des dais gothiques, deux statuettes d'anges orants ; dans les niches à gable des ailes du tabernacle, huit reliefs illustrant les Béatitudes (de gauche à justice" [homme âgé, barbu et enchaîné]) ; dans les niches des édicules aux extrémités des ailes, les quadrilobes ajourés au-dessus des ailes du tabernacle, flèches octogonales à crochets sur tambour ajouré en amortissement de l'exposition et des édicules latéraux.
    Description :
    -tombeau droit à la face divisée par six colonnettes encadrant des niches trilobées sur colonnettes abritant des reliefs ; gradin droit ; tabernacle architecturé à porte en arc brisé ; ailes latérales de extrémités par des édicules à lanternon et flèche ; exposition à colonnettes fasciculées et flèche octogonale l'exception des reliefs rapportés et statuettes en plâtre durci ou en stuc, de la table d'autel en bois et de
    Auteur :
    [fabricant de mobilier religieux] Ateliers Saint-Hilaire [architecte] Beausoleil Adolphe
    Dimension :
    -reliefs du Bon Pasteur et des Évangélistes : h = 58 ; haut-relief de saint Paul : h = 56.
    Illustration :
    Signature des ateliers Saint-Hilaire sur le côté droit de l'autel. IVR72_20134000671NUC2A
  • Autels de la Vierge et de saint Joseph (2 autels, 2 gradins, 2 tabernacles, 2 retables et 2 statues de Notre-Dame du Sacré-Cœur et de saint Joseph)
    Autels de la Vierge et de saint Joseph (2 autels, 2 gradins, 2 tabernacles, 2 retables et 2 statues de Notre-Dame du Sacré-Cœur et de saint Joseph) Gamarde-les-Bains - en village
    Inscriptions & marques :
    , à gauche pour celui de saint Joseph) : ATELIERS St HILAIRE / CHARRON & BEAUSOLEIL / POITIERS
    Historique :
    Ces deux autels, exécutés comme le maître-autel (réf. IM40004805) dans les ateliers Saint-Hilaire à Poitiers (fondés en 1855) par le sculpteur Louis-Amédée Charron (1837-1916) sur un dessin de l'architecte Adolphe Beausoleil, furent mis en place à l'achèvement des travaux de construction de l'église en 1881 deux des verrières de Mauméjean (réf. IM40004803). L'autel de saint Joseph fut, quant à lui, acquis
    Représentations :
    Chacun des deux autels est orné de trois reliefs rapportés, insérés dans les arcs trilobés de la effigies de saint Vincent de Paul (à gauche) et de saint Louis IX (à droite). Les gradins portent des
    Description :
    sur colonnettes abritant des reliefs ; un gradin droit encastrant un tabernacle architecturé à porte porteur, semées du monogramme SM (sainte Marie) et de fleurs de lys derrière l'autel nord, des mêmes
    Auteur :
    [fabricant de mobilier religieux] Ateliers Saint-Hilaire [architecte] Beausoleil Adolphe
  • Église paroissiale Saint-Pierre
    Église paroissiale Saint-Pierre Gamarde-les-Bains - en village - Cadastre : 2012 C 370
    Historique :
    chapelle funéraire des seigneurs du Rau et la peinture murale du chœur représentant Saint Michel pesant les toutefois) et remplacée par un nouveau bâtiment érigé en face de l'école du village. Les travaux, sur des plans de l'architecte départemental Alexandre Ozanne (1828-1888), furent réalisés de 1880 à 1881 notable par la suite, à l'exception de la suppression des clochetons et lucarnes qui flanquaient la flèche du clocher, visibles sur des cartes postales anciennes.
    Référence documentaire :
    Registre des confréries du Saint-Sacrement et de Notre-Dame des Agonisants (1772-1863). "Cathalogue des confraries du St-Sacrement et de Notre-Dame des agonisans pour l'année 1772". Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. tome II, 1970, p. 131 CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du
    Représentations :
    Crochets feuillagés sur les chapiteaux des piliers de la nef et des colonnettes du chœur.
    Description :
    d'Angoulême (contreforts, encadrements des baies), et couvert de tuiles creuses à l'exception du clocher. Il barlongue et une abside à trois pans épaulée par deux sacristies. La première travée des vaisseaux est tribune ouvre sur le vaisseau principal. Celui-ci est séparé des collatéraux par des grandes arcades en briques. Les collatéraux et les parties hautes du vaisseau central sont éclairés par des lancettes simples en arc brisé, le chœur par des fenêtres à deux lancettes et réseau.
    Auteur :
    [architecte départemental] Ozanne Alexandre [architecte] Biès Jean
    Annexe :
    Lourdes. "Les trois autels sont sortis des ateliers de Saint-Hilaire de Poitiers, fondés par le cardinal terre" ayant été donné par l'architecte du département, Alexandre Ozanne. Elle fut bénite et ouverte au , au centre, du Christ et des quatre Évangélistes l'entourant ; sur le "retable", les huit Béatitudes des Pèlerins d'Emmaüs. Le ciborium est porté par quatre colonnes, l'emmarchement est en pierre de Jacques et sainte Marguerite (à gauche). Ceux de la nef sont des grisailles, ceux des bas-côtés des
  • Ensemble de 3 verrières du bras sud du transept : Mariage de la Vierge, Notre-Dame de Buglose, Annonciation (baies 112, 114, 116)
    Ensemble de 3 verrières du bras sud du transept : Mariage de la Vierge, Notre-Dame de Buglose, Annonciation (baies 112, 114, 116) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    Ces verrières non signées sont mentionnées dans un rapport rétrospectif de l'architecte Victor
    Référence documentaire :
    p. 176 SUAU Jean-Pierre (dir.). Le vitrail dans les églises des Landes SUAU Jean-Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012, vol. I
    Représentations :
    cercle en grisaille à motifs de ferronnerie (fleurons, graines, volutes) ; bordure identique à celle des deux verrières à lancette (mais avec des couleurs inversées).
    Description :
    Les verrières 112 et 116, en pendant, sont des verrières-tableaux à lancettes en plein cintre
    États conservations :
    : remplacement des plombs, consolidation des verres, pose de grillages de protection.
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Lahosse - en village - Cadastre : 2014 B 10
    Historique :
    par l'entrepreneur mugronnais Gaulin sur les plans des architectes associés Henri Sajous et Charles projet de reconstruction à neuf par V. Séron, architecte de l'arrondissement de Saint-Sever. Cet édifice arcades en plein cintre sur des bas-côtés dotés d'une travée supplémentaire à l'ouest, celle-ci flanquant le 1er novembre 1902, mais des dissensions au sein du conseil municipal au sujet de l'emplacement du futur édifice entraînèrent des atermoiements, en dépit de l'approbation préfectorale accordée au projet plus, malgré de probables réparations a minima, un rapport de l'architecte Henri Depruneaux (6 novembre Charlemagne (1879), complété par quatre nouveaux vitraux de l'atelier bordelais Delmas. Les chapiteaux en l'église de Brocas, exactement contemporaine (Léglise et Bonnefous, 1928-1930), de l'un des rares édifices
    Observation :
    Rare exemple de construction religieuse de l'entre-deux-guerres dans le département des Landes . Qualité de la mise en œuvre et de la décoration, homogène malgré le remploi des verrières de l'ancienne
    Référence documentaire :
    p. 16 Bulletin de l'Association des architectes anciens combattants, février 1932, n° 2. Registre des délibérations du conseil municipal (séances des 1er novembre 1902, 20 septembre 1903 Dossier du premier projet de reconstruction de l'église par l'architecte V. Séron (1902-1904). Dossier du second projet de reconstruction de l'église par les architectes Sajous et Hébrard (1928 Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 7 mars 1906.
    Description :
    une sacristie ; les collatéraux plus étroits ouvrent sur le vaisseau central par des grandes arcades en plein-cintre portées par des colonnes jumelées à chapiteau unique. A l'ouest, flanqué d'une raidi par des contreforts talutés. Matériaux de construction : fondations en ciment armé, maçonnerie en pierre locale, fût des colonnes de la nef en pierre de Mugron, chapiteaux (et mobilier liturgique) en
    Auteur :
    [architecte d'arrondissement] Séron V. [architecte] Sajous Henri Paul Pierre [architecte] Hébrard Charles [architecte] Nicod Charles-Henri
    Illustration :
    Dossier de la reconstruction de l'église (1902-1904) : bordereau des pièces. IVR72_20144000720NUC2A Dossier de la première reconstruction de l'église (1902-1904) : bordereau des pièces. Détail de la signature de l'architecte V. Séron. IVR72_20144000726NUC2A , par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. IVR72_20144000733NUC2A , par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. Détail du plan. IVR72_20144000734NUC2A , par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. Détail de la coupe. IVR72_20144000735NUC2A élévation occidentale, par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. IVR72_20144000721NUC2A élévation occidentale, par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. IVR72_20144000722NUC2A élévation occidentale, par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. Détail de la coupe élévation occidentale, par l'architecte V. Séron de Saint-Sever, 10 octobre 1902. Détail du plan
  • Lycée professionnel Ambroise-Croizat
    Lycée professionnel Ambroise-Croizat Tarnos - 92 Avenue Marcel-Paul - en ville - Cadastre : 2016 AM 472;593;637;638;640
    Historique :
    , sous la direction des architectes Michel Camborde et Jean-Michel Lamaison. Le terrain de sports est aménagé en 2003 puis le duo d'architectes ajoute un internat en 2005. Enfin, une halle des sports est Depuis l'implantation d'un site sidérurgique à Tarnos en 1881 par la Compagnie des Hauts Fourneaux , Forges et Aciérie de la Marine et des Chemins de fer, la commune a connu un fort développement industriel des Forges de l'Adour est créé en 1932 au sud de l'avenue Jean Jaurès (actuel centre de loisirs). Il construit en 1991-1992, 300 mètres plus loin, sur le crassier des anciennes Forges, par la région Aquitaine conçue en 2015 par le cabinet d'architectes Andrieu Lacoste.
    Référence documentaire :
    CHAIGNE Yann. L'Architecture des lycées en Aquitaine de 1986 à 2006 : Les étapes d'une quête
    Description :
    , la cour inférieure est entourée par le bâtiments des enseignements généraux et les ateliers. L'entrée béton enduit ou l'essentage en aluminium des murs des ateliers. Les toitures sont en zinc, à sheds dans le cas des ateliers. Globalement, le lycée privilégie les lignes horizontales et parfois courbes Le lycée Ambroise-Croizat de Tarnos est situé au nord de la cité des Forges, sur l'ancien crassier des Forges de l'Adour. Respectant la dénivellation du terrain, il se présente sur deux niveaux : à se fait par un vaste parvis donnant accès à un hall doté d'un patio central avec des arbres. Ce hall
    Auteur :
    [architecte] Camborde Michel [architecte] Lamaison Jean-Michel
    Illustration :
    Façade ouest des ateliers IVR72_20164000165NUC2A Atelier chaudronnerie IVR72_20164000158NUC2A Intérieur de l'atelier maintenance automobile IVR72_20164000161NUC2A Intérieur de l'atelier électrotechnique IVR72_20164000157NUC2A Foyer des lycéens IVR72_20164000166NUC2A Vue aérienne du lycée avant construction de la halle des sports IVR72_20164000179NUC1A Dates de construction des différents bâtiments IVR72_20164000172NUDA
  • Ensemble de 5 verrières décoratives du transept et de la nef centrale (baies 113, 117, 119 à 121)
    Ensemble de 5 verrières décoratives du transept et de la nef centrale (baies 113, 117, 119 à 121) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    trésorier de la fabrique, Paul Darrigan (1843-1913). Le fonds Dagrant conserve également des esquisses pour renouvellement complet de l'ensemble, mais l'état des finances de la fabrique ne le permit pas, ce qui explique l'hétérogénéité actuelle de la vitrerie des parties hautes de l'église. Endommagées par la tempête Klaus de
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour des verrières à lancette du transept et des fenêtres hautes de la nef et Dessin d'armatures pour les verrières à lancette des fenêtres hautes de la nef. Dessin à la plume Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant concernant la commande de trois Plan sommaire de la cathédrale avec nomenclature des verrières, par le verrier G.-P. Dagrant, 9 Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant le paiement de
    Représentations :
    couvert de rinceaux polychromes enserrant des médaillons circulaires à croix fleuronnée sur fond bleu
    Description :
    La verrière 113 est une rose, les verrières 117 et 119-121 sont des lancettes en plein cintre. Ces dernières occupent les baies hautes des deux travées orientales nord et de la dernière travée orientale sud
    Dimension :
    Dimensions des 4 verrières à lancettes (d'après le tracé au 10e des archives Dagrant). Rose : d
    États conservations :
    : remplacement des plombs, consolidation des verres, pose de grillages de protection.
    Annexe :
    , et comme d'ailleurs j'ai dit à Mr l'archiprêtre ainsi qu'à l'architecte, tous ces panneaux, dont le la rosace, j'en prendrai la longueur et le nombre. Ces barrettes se mettent dans des crampons rivés à avoir ajusté les panneaux que l'on pourra y tracer la place des barrettes et y souder les attaches Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier Gustave-Pierre Dagrant, concernant la commande Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant le paiement de l'architecte, Mr Lalanne, que ne je puis rencontrer qu'à une heure. Comme il était pressé, il me renvoya à son celles d'une des grisailles de la nef, qui devra se placer vis à vis de la première, mais je vous les Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier G.-P. Dagrant, concernant la fourniture de ouvertures de la haute-nef. Quant à la rose, simplifiez-[là] tout en lui conservant la facture des grisailles
  • Abattoir
    Abattoir Saint-Sever - avenue du Général-de-Gaulle - en ville - Cadastre : 2015 AY 1 à 2
    Historique :
    La construction de l'abattoir débute en novembre 1865 selon les plans de l'architecte et agent et posés par l'entreprise Juin et Fils de Bordeaux. Un des rails a été conservé, devant la porte dans les années 1990 et reconverti en atelier municipal.
    Observation :
    L'édifice est un témoin de la diffusion des abattoirs municipaux dans les campagnes landaises à la
    Description :
    corps de bâtiments organisés autour du corps central. L'ensemble des façades est enduit. Le corps . Les ouvertures sont en plein cintre. Leur encadrement est saillant. Des bandeaux horizontaux et destinée à l'acheminement des bestiaux, communique avec le corps central.
    Auteur :
    [architecte voyer] Sorbets Jean-Marcellin
  • Ensemble de 22 verrières géométriques du chœur, du transept, de la nef centrale et de la coupole de la croisée (baies 103 à 109, 111, 122 à 127, 201 à 208)
    Ensemble de 22 verrières géométriques du chœur, du transept, de la nef centrale et de la coupole de la croisée (baies 103 à 109, 111, 122 à 127, 201 à 208) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    conservés dans le fonds d'atelier du Bordelais Gustave-Pierre Dagrant. Une maquette de la rose occidentale temps que des vitrages pour la sacristie (remplacés depuis) et au moins quatre des fenêtres hautes de la nouvelles verrières figurées et décoratives (réf. IM40004438 et IM40004440), restaurent la plupart des verrières "à losanges blancs" du chœur, du transept et des baies hautes de la nef. Une lettre de Descant
    Référence documentaire :
    Croquis préparatoire pour la "rose de façade" et plusieurs verrières des fenêtres hautes de la nef Plan sommaire de la cathédrale avec nomenclature des verrières, par le verrier G.-P. Dagrant, 9
    Représentations :
    Les lancettes ne comportent que des losanges incolores ou légèrement colorés de jaune, rose pâle et
    Description :
    Toutes les verrières sont des lancettes en plein cintre, sauf celle de la baie 127, qui est la rose
    Dimension :
    Dimensions des verrières à lancette (d'après les dessins préparatoires de Dagrant). Rose : d = 336
    Annexe :
    , et comme d'ailleurs j'ai dit à Mr l'archiprêtre ainsi qu'à l'architecte, tous ces panneaux, dont le la rosace, j'en prendrai la longueur et le nombre. Ces barrettes se mettent dans des crampons rivés à avoir ajusté les panneaux que l'on pourra y tracer la place des barrettes et y souder les attaches Lettre de l'architecte Alexandre Lalanne au verrier Gustave-Pierre Dagrant, concernant la commande courant / Monsieur Dagrant / Ce matin à 5 heures je me suis informer de la place des verrières auprès de la seule dans cette partie de transept qui a des losanges blancs c'est la que je place la Visitation des losanges, ce déplacement permettra d'avoir le même coloris se faisant vis à vis. En remplacement de la fenêtre C j'en placerai une des fenêtres reçu dont le coloris diffère. A la fenêtre E transept des panneaux, il faut m'envoyer des attaches et de l'étain par retour. J'ai un fer à souder ce qui me la cathédrale avec indication des verrières en question, marquées A / Visitation, B, C, D, E.]
  • Ensemble de 2 cloches (n° 1)
    Ensemble de 2 cloches (n° 1) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    SANGUINET VICTOR ARCHITECTE DE LA VILLE * LAUDATE D[o]M[i]NUM IN CYMBALIS BENE SONANTIBUS * DELESTAN FONDEUR
    Historique :
    fabrique de Notre-Dame. La marraine, Ursule Alix de Carrère de Loubère (née en 1795), fille d'un préfet des ), adjudicataire des travaux de restauration de la chapelle de la Vierge à la cathédrale en 1864-1871.
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.
    Illustration :
    Trou ménagé dans le plancher de la chambre des cloches pour le passage des cordes de tintement
  • Église paroissiale Saint-Georges
    Église paroissiale Saint-Georges Saint-Geours-d'Auribat - en village - Cadastre : 2014 C 360
    Historique :
    , érigée au centre du bourg par l'entrepreneur Jules Charpentier sur des plans de l'architecte de "lourd, sans grâce et dégradé par les injures des siècles" dans la monographie paroissiale de 1890
    Référence documentaire :
    État des revenus des fabriques extérieures et intérieures en 1808 (1809). Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906. Registre des comptes de la fabrique de l'église Saint-Georges (1830-1859). Registre des délibérations du conseil de fabrique de l'église Saint-Georges (1825-1856). Le Second Empire, essor des Landes, 1852-1870. Catalogue d'exposition, Mont-de-Marsan, 1980-1981.
    Description :
    des demi-colonnettes à chapiteau feuillagé (nef, chœur, chapelles) ou sur des culots (porche et chevet. La couverture est entièrement en tuiles creuses à l'exception de celle des tourelles
    Auteur :
    [architecte départemental] Ozanne Alexandre
    Annexe :
    sont sortis des ateliers du jeune M. Dagrand, de Bayonne, et sont du plus bel effet. Enfin, M. Auguste -d'Auribat) A. Registre des comptes de la fabrique de l’église Saint-Georges (1830-1859) - « État des dépenses faites par J. Coudroy pour l’église de St Geours l’an 1830 » : RAS. - « État des recettes de l’an 1830 » : « J’ai retiré de la chapelle de St George (sic) la somme de 15 fr. 8 c. […] ». - « État des confessionnal – 16 #. » - « 1836. État des dépenses faites dans cette année » : « 13. Pour l’achat d’une croix… 32 #. » « Achat d’étoffe pour réparer le dais et faire les soutanes des enfants de cœur (sic)… 35 #. » « Déplacement des fonts baptismaux… 40 #. » - « Année 1854 » : « Achat d’un orn[ement]t blanc… 74 # 30 c qui a été rectifié à la suite de la recette des chaises pour l’année 1856 – Voir d’autre part Note importante de rectification ».) - « Fabrique de St Geours d’Auribat 1856 / Liste des maisons ou ménages qui ont payé le plaçage des chaises à raison de 1 f. chacune » : « Note importante […]. Rectification du
  • Sculpture en briques
    Sculpture en briques Morcenx - - 24 rue Henri-Barbusse - en ville - Cadastre : 2018 OF 2416
    Historique :
    En avril 1969, les architectes de la Cité scolaire de Morcenx, Pierre Bertrand, Pierre Bertran de Balanda et Antoine Debré suggèrent, pour la décoration au titre du 1%, au Ministère des Affaires Thévenin (1931-2016). La candidature de ces artistes ayant déjà provoqué des réserves de la commission ministérielle, le Chef du Service de la Création artistique, Bernard Anthonioz, propose aux architectes de ne décoration ne paraissait pas souhaitable et aurait été de nature à retarder la mise à disposition des locaux valeur des abords et s'intégrant au paysage semble une solution intéressante. [...] Dans cette perspective, nous proposons la réalisation, au titre du crédit de la 2ème tranche, des deux entrées portails à l'aide de grilles en fer et d'éléments en bronze qui viendraient s'agrafer sur des bâtis en ), émet, en janvier 1972, un avis sévère sur ce projet. Il écrit : " Le traitement des parties ouvrantes des grilles est inutilement compliqué, et détruit l'effet que pourrait produire la présence d'éléments
    Description :
    Au centre des bâtiments et marquant l'accès des élèves aux ateliers, l’œuvre formait un espace
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste Mées - en village
    Historique :
    , certainement sous l'autorité de l'architecte Hippolyte Durand, principal maître d’œuvre de la construction. Il par P. Chambon). Des familles de paroissiens, comme les Castets, les Capdupuy et les Dumora Arquiche), sauf le grand ostensoir, sorti de l'atelier parisien de Jamain et Chevron - ont disparu en
    Parties constituantes non étudiées :
    tableau commémoratif des morts ciboire des malades
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 12 février 1906. Ciboire des malades, reliquaire de saint Vincent de Paul et 2 lunules.
    Annexe :
    Liste des œuvres non étudiées. Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918 [nef, mur sautoir. h = 225 ; la = 110. Dédicace : EN GLORIEUSE MÉMOIRE DES ENFANTS / DE MÉES / MORTS POUR LA FRANCE [suit la liste des 28 morts et des 5 disparus, disposés en deux colonnes]. Confessionnal [escalier du battants, ceux des extrémités à battant unique. Décor forgé : volutes et entrelacs. h = 72. [N° 4, inv tiroirs juxtaposés ouvrent dans la traverse supérieure, au-dessus des battants. h = 115 ; la = 262. [N° 1 des Évangélistes (médaillons circulaires) ; cabochons en verroterie colorée rouge et verte. h = 15 une étiquette collée sous le pied du calice) : « Louis ORLANDO doreur ». [Le poinçon des orfèvres de Foix (cf. baiser de paix à l’église d’Arsague, canton d’Amou (réf. IM40001539).] Ciboire des emboîtant, en alliage ; coffret rectangulaire en buis. Marque gravée sur le récipient des ampoules : SC : grands bouquets de roses et de fleurs des champs. Décor brodé (croix dorsale de la chasuble) : Agneau
    Illustration :
    Tableau commémoratif des morts de la guerre de 1914-1918. IVR72_20114000405NUC2A Ciboire des malades, reliquaire de saint Vincent de Paul et 2 lunules. IVR72_20114000544NUC2A
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent de Boulin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Laurent de Boulin Montsoué - Boulin - en écart
    Historique :
    Comme sa voisine de Bahus-Juzanx, l'église Saint-Laurent de Boulin subit en 1569 le sac des troupes , cloches". Elle dut être progressivement remeublée au sortir des guerres, mais l'édifice ne conserve sans doute datable du XVIIIe siècle. A cette unique exception près, la totalité des meubles et objets a l'église dès les années 1880 avec d'autres familles locales, comme les Lacoste (lustre offert en 1878). La vitrerie de l'église, hétérogène (peut-être en raison de la pluralité des donateurs), est l’œuvre du Fortuné en 1873 (sans doute responsable des peintures de la voûte du chœur, seules conservées aujourd'hui en 1885 (peintures ornementales des murs du chœur). Une copie de l'Immaculée Soult de Murillo par la . la sacristie renferme, outre un vestiaire complet acquis au tournant des XIXe et XXe siècles, un riche ensemble d'orfèvrerie (provenant en partie de l'annexe de Bahus-Juzanx) sorti d'ateliers parisiens
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906). Livre des comptes, des recettes et dépenses de la fabrique de l'église de Boulin (1848-1880). Lafaurie, conseiller-maître honoraire à la Cour des comptes à Paris, chevalier de la Légion d'honneur (mort AC Montsoué. Registre des délibérations du conseil municipal de Montsoué (1875-1939) Registre des "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX
    Annexe :
    9bre. Acheté des crochets et des pointes pour le dais... 2,70." 1866. "Le 13 août. Pour échange de deux ... 12,00." 1871. "Le 5 7bre. Dépensé pour l'ouverture des deux croisées de St Laurent et St Jean... 27, 65 Montsoué. Restauration de l'église de Boulin, 1885." - "Devis et cahier des charges. / Art. 1er. Objet du devis, la restauration de l'église de Boulin. / Art. 2. Travaux à faire. 1° De la réparation des murs du des tuiles brisées. 3° Dans l'exécution de peintures décoratives autour des murs du sanctuaire." Un entre autres : de la réfection du carrelage de la nef et des bas-côtés ; de l'établissement d'une grille en fer forgé autour des fonts baptismaux avec porte à deux vantaux, en remplacement d'une grille en Boulin". 2. Extraits des registres des délibérations (1875-1885, 1885-mai 1909 et juin 1909-juin 1928 plans et devis de restauration des églises de Boulin et de Bahus-Juzanx" (leur nature n'est pas précisée nature des réparations nécessaires. 1885 (août) : "sont soumis au conseil municipal les plans et devis
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-André
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-André Gourbera - en village
    Historique :
    pierre Mourguet, de Misson (canton de Pouillon), exécutés d'après des dessins de l'architecte de l'église l'achèvement du nouveau lieu de culte, des contrats sont passés avec plusieurs artisans locaux pour son , un confessionnal et un meuble de sacristie, le tout en chêne. Enfin, un récapitulatif des dépenses plusieurs statues de série en plâtre (des fabricants Raffl et Giscard), la fonte (ou refonte) en 1896 de Leduc. Les objets du culte, tous du XIXe siècle, sont sortis d'ateliers parisiens (J.-F. Mézard
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 21 février 1906. 1875, n° 32, p. 553 Écho religieux des Pyrénées et des Landes, Pau.
    Annexe :
    Liste des oeuvres non étudiées. Croix de cimetière [cimetière] (ill. 20114000245NUC2A et ; porte cintrée à oreilles moulurée, panneaux des pans latéraux de même forme ; décor de cannelures sur la battant unique, deux panneaux dormants. h = 80. État : œuvre déposée. Clôture des fonts baptismaux ». Le même artisan fournira en 1894 les clôtures de chapelles et des fonts baptismaux de l’église Saint sur des accotoirs en volute ; garniture du siège et du dossier en cuir noir fixée par des clous de en ogive. Lettre des lithographies : « Publié par Mayoux – Honoré & Cie Rue des Francs-Bourgeois 26 . Style néogothique. Pied triangulaire, nœud architecturé, bobèche, broche. Décor : effigies des Vertus : rinceaux sur les faces du pied, palmettes sur le nœud. h = 60 (sans le binet). État : des binets ont (représenté vivant), titulus (porté par un ange en vol) et fleurons des bras fondus et rivés (croix). Décor verroterie colorée sur le nœud, fleurs de lys aux extrémités des bras. h = 77. Croix d’autel (n° 2
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Martin Coudures - en village
    Historique :
    dans ses Notes. La totalité des meubles et objets date des XIXe et XXe siècles, essentiellement du toulousain Jules Guiraud, complétés par des statues et un chemin de croix livrés par le fabricant F.-D. Monna , également toulousain. Le directeur des Domaines Émile Leconte offrit en 1898 le lambris du chœur. Peu après connut plus dès lors que de rares adjonctions, dont un monument aux morts à l'issue de la Grande Guerre . Gasca, exécute des peintures murales dans les chapelles des collatéraux, dédiées à leurs titulaires cette année-là décrit des ornements vieux et usés), un ensemble de vases sacrés et d'objets cultuels en métal précieux issus d'ateliers parisiens (Poussielgue-Rusand, Demarquet frères, J.-Ph.-A. Dejean) et série de livres liturgiques sortis des maisons Mame, Pélagaud, Monteilhet et Lainé et Havard. Les quatre
    Parties constituantes non étudiées :
    clôture des fonts baptismaux
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906). fourniture des verrières de l'église, 1890-1894. p. 200 SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.
    Annexe :
    commandé par l'abbé Gilbert Lavigne, curé de Coudures, à l'atelier de marqueterie du lycée des Métiers , cahier des charges, rapport de l'architecte) par l'architecte Navarre. Plans : façade ouest, élévation et Liste des oeuvres non étudiées Lambris de demi-revêtement [déposé, chapelle du Tiers-Ordre] (ill du battant et les linteaux des loges latérales ; fronton rapporté, plaqué au mur (décor de losange baptismaux [collatéral sud, à l'ouest, chapelle des fonts] (ill. 20174000422NUC2A) 19e s. (?). Calcaire et pierre reconstituée. Cuve circulaire à bord droit, sans feuillure, trou d'évacuation des eaux ; maçonnée plan droit, régnant sur la largeur de l'église, avec portillon devant chacun des trois autels (à . État : les trois portillons ont été supprimés. Clôture des fonts baptismaux [collatéral sud, à l'ouest , chapelle des fonts] (ill. 20174000423NUC2A) 4e quart 19e s. Fer forgé peint (en noir et doré) et fonte reliés par des billes à des volutes affrontées, fleurons et feuilles ; croix latine à bras fleuronnés à
    Illustration :
    Clôture des fonts baptismaux (partie gauche). IVR72_20174000423NUC2A Peinture murale de l'arc d'entrée de la chapelle des fonts baptismaux. IVR72_20174000425NUC2A