Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 341 à 359 sur 359 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison, ancien bureau de tabac et épicerie Hilaret
    Maison, ancien bureau de tabac et épicerie Hilaret Jau-Dignac-et-Loirac - le Centre - 3 rue du 3 Mars 1962 - en village - Cadastre : 2013 B5 914
    Dossier :
    la maison Hilaret au Centre. Les puits de la commune de Jau-Dignac et Loirac Carte postale (collection particulière), 1ère moitié du 20e siècle : Bureau de tabac et épicerie, A . Hilaret, propriétaire. Maison, ancien bureau de tabac et épicerie Hilaret
  • Maison
    Maison Jau-Dignac-et-Loirac - Noaillac - 1 chemin de la Hille - en écart - Cadastre : 1833 D6 136, 137 2013 D3 422, 2389
    Dossier :
    de Jau-Dignac et Loirac Cuvier avec baie de décharge (1 chemin de la Hille à Noaillac). Les chais et cuviers de la commune
  • Hameau de Noaillac
    Hameau de Noaillac Jau-Dignac-et-Loirac - Noaillac - chemin de Tousquiron - en écart - Cadastre : 1833 2013
    Dossier :
    ). Les moulins de Jau-Dignac et Loirac Extrait du plan cadastral de 1833 : présence du moulin de Noaillac et d'une maison sur les
  • Hameau de Goulée
    Hameau de Goulée Jau-Dignac-et-Loirac - Goulée - chemin de Richard chemin de Goulée - en écart - Cadastre : 1833 B2 2013 B
    Dossier :
    moulins de Jau-Dignac et Loirac Ancien moulin de Goulée sur le plan cadastral de 1833. Maison et ancien moulin de Goulée
  • Hameau du Port de Goulée
    Hameau du Port de Goulée Jau-Dignac-et-Loirac - Port de Goulée - pas du Port route de Valeyrac - en écart - Cadastre : 1833 B2 1753 à 1810 2013 B
    Dossier :
    fermes de la commune de Jau-Dignac et Loirac Alignement d'anciens logis de douaniers (2, 4, 4bis chemin du Port de Goulée). Les maisons et les
  • Hameau de Goulée
    Hameau de Goulée Jau-Dignac-et-Loirac - Goulée - chemin de Richard chemin de Goulée - en écart - Cadastre : 1833 B2 2013 B
    Dossier :
    Extrait de la carte de Masse, 1709 : indication du moulin de Goulée. Les moulins de Jau-Dignac et Loirac
  • Les moulins de Jau-Dignac et Loirac
    Les moulins de Jau-Dignac et Loirac Jau-Dignac-et-Loirac
    Dossier :
    ). Les moulins de Jau-Dignac et Loirac
  • Groupe scolaire
    Groupe scolaire Saint-Vivien-de-Médoc - 18 cours Pierre-Lassalle - en village - Cadastre : 2014 C2 409
    Historique :
    dû à Edouard Bonnore. On peut aussi mentionner les écoles de Jau-Dignac-et-Loirac (Godet, architecte et la maison d'école jusqu'alors installés dans des bâtiments en location. Finalement, l'école ne pour y construire un groupe scolaire permettant d'accueillir les 197 filles et garçons entre 5 et 13 ), de Saint-Estèphe et de Talais (Bonnore, architecte).
    Description :
    encadrements de baies, les pilastres et chaînages d'angle, les bandeaux et corniches, les tables décoratives filles et garçons ainsi que les logements des instituteurs. Un muret avec une grille sépare l'école de la rue. Préaux et cours sont situés à l'arrière. Les matériaux utilisés sont la pierre de Petit Bourg et
    Annexe :
    être découverte et l'instituteur n'y peut plus loger. AD Gironde. 2 O 3657. Lettre de l'Inspecteur . Lassalle qui s'est fait construire une maison d'habitation et l'habite depuis un an, près de l'école ; il maison d'école et de logement pour l'instituteur, 4 novembre 1888. Une partie de l'ancienne salle de la mairie et l'autre partie de la salle de classe et portion du logement de l'instituteur serait mise prolongée jusqu'au mur qui séparait les archives et le cabinet du maire du logement de l'instituteur et que groupe scolaire, 21 octobre 1882. Visite des terrains de M. Fauchey à Bel Air, à Godery et au Moulinat et de M. Verdier à Goderie et de M. Solivet, et de M. Hourcade à Bel-Air : choix du terrain de M . Solivet avec une parcelle de vigne de M. Fauchey et un lopin de terre de M. Hourcade, le tout situé à Bel Air ; nécessité de démolir la maison et ses dépendances construites sur le dit emplacement. AD Gironde. 2 O 3658. Questionnaire de l'Instruction publique et des Beaux-Arts concernant la construction ou
  • Phare Saint-Nicolas
    Phare Saint-Nicolas Le Verdon-sur-Mer - la Claire - isolé - Cadastre : 2013 AE 121
    Historique :
    hauteur de 6300 francs l'édification des phares de Richard (côté estuaire, à Jau-Dignac-et-Loirac) et de est modifiée en 1912. L'érosion et l'évolution du trait de côte ont été observées à partir du phare était à 26 m. Le phare a fonctionné au pétrole jusqu'en 1936 ; à cette date, il est déclassé et confié à
    Référence documentaire :
    p. 70-73 CHAILLOT Roger. Petite histoire du Verdon et de la Pointe de Grave CHAILLOT Roger. Petite histoire du Verdon et de la Pointe de Grave. [S.I.] : R. Chaillot et Louis Jung, 1974. p. 103 FICHOU Jean-Christophe, LE HENAFF Noël, MEVEL Xavier. Phares. Histoire du balisage et de l ´éclairage des côtes de France. Collab. Michel Bescond, Michel Caron, Jean-Pierre Gestin et al. Douarnenez p. 3 Mémoire de Verdonnais : Les années 1920-1939, bulletin de l'Association "Histoire et 1975-1990 (1ère partie), bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais. et Traditions", Foyer communal Verdonnais.
    Description :
    Le phare situé sur la dune de la Claire, côté océan, présente un plan rectangulaire et est couvert -ouest), le tout surmonté de la toiture bombée avec corniches moulurées et fronton percé d'un oculus. Il s'agit d'un "phare orienté", qui émet un rayon lumineux unique et fixe dans un secteur déterminé et invariable. Il n'a pas de lanterne, seule la fenêtre permettait à l'émission lumineuse dirigée et fixe de se propager à l'extérieur : il suffisait d'ouvrir les volets et d'allumer le feu, accessible par un escalier
    Illustration :
    Plan de l'embouchure de la Gironde, levé en 1812 et 1815 : indication de la balise St Nicolas Carte des côtes de France (Embouchure de la Gironde et ses environs), 1825 : représentation de la Atlas du Département la Gironde, 1888 : représentation de la balise St Nicolas et du feu St Nicolas Vue d'ensemble : faces est et nord. IVR72_20133301312NUC2A Vue d'ensemble : faces sud et ouest. IVR72_20133301314NUC2A
  • Présentation de la commune de Saint-Vivien-de-Médoc
    Présentation de la commune de Saint-Vivien-de-Médoc Saint-Vivien-de-Médoc
    Historique :
    probablement l'origine de la famille de Morin (d'Eycard et de Rupsan) qui était propriétaire de nombreuses réseau des canaux qui quadrillent le territoire. L'élevage et l'agriculture se développent ; à la fin du 19e siècle avec la présence de haras et d'une écurie de monte (à Dargassan). Les activités aquacoles se substituent aux marais salants : pêcheries et ostréiculture profitent de la proximité de
    Référence documentaire :
    p. 248-251 BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd . p.172-173 COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux vins, quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez
    Description :
    La commune s'étend sur une superficie de 29,4 km2. Elle est bordée au sud par Jau-Dignac-et-Loirac , au nord par Talais, à l'ouest par Grayan-L'Hôpital et Vensac, et à l'est par l'estuaire de la Gironde et de fossés en eau. Le village est situé bien en retrait de l'estuaire ; la commune est parcourue village et de quelques hameaux. Plusieurs fermes et domaines sont isolés. A l'ouest, le paysage se
    Annexe :
    de Jau, Dignac et Loirac, situés au milieu des marais. Les mattes sont d’antiques délaissements de la Documentation concernant la station de monte et les haras AC Saint-Vivien-de-Médoc. Registres de solides, bien aérés, et parfaitement saine ; deux chambres sous le hangar pour faire la monte avec le banc dont une avec lit garni de couches et couvertures ; fournitures d'écurie, seaux, fourches, balai et coffre à grains ; une maison pour le second, avec lit, couches et couvertures, deux chaises, table et Saint-Vivien-de-Médoc (pour distinguer de Saint-Vivien-de-Blaye et Saint-Vivien-de-Monségur) ; démarches Extraits d'ouvrages BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t , où se tiennent les marchés chaque semaine et où il est plus aisé de se pourvoir de tout ce qui est , est orné en dehors de différentes figures d’hommes, d’oiseaux et d’animaux ; ce qui annonce une
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière) : attelage et char médocains (début 20e siècle Carte postale (collection particulière) : attelage et char médocains (début 20e siècle Mattes de Cabireaux et anciennes installations ostréicoles, vue aérienne (2002 Mattes des Cabireaux et anciennes installations ostréicoles, vue aérienne (2002
  • Présentation de la commune de Bégadan
    Présentation de la commune de Bégadan Bégadan
    Historique :
    De nombreuses découvertes archéologiques (par exemple des haches de silex, de grès et de diorite et celle de la Bernède, connue par un titre de 1362. Il ne reste aucune trace du bâti. D’après l’abbé Baurein, Bégadan dépendait de la juridiction de Lesparre et était placée sous la haute justice du duc de par les travaux d’assèchement des marais ainsi que leur partage entre les seigneurs de Lesparre et de . Entre la fin du 18e siècle et la première moitié du 19e siècle, les principales ressources sont le bois , le vin et les céréales. Par ailleurs, en 1831, Bégadan compte 9 moulins à vent. Avec l'expansion de la vigne au cours de la seconde moitié du 19e siècle, la plupart des moulins sont démolis et la
    Référence documentaire :
    Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Carte du marais de Bégadan et de Saint-Christoly dépendant des fiefs de Lesparre et de Castillon en Marais de Castillon et de Bégadan, dans la juridiction de Lesparre. Papier, encre brune, par s.n BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd . Gironde - districts de Bazas, Cadillac, La Réole, Lesparre et Libourne. Bordeaux : [s.n.], t. 2, 1912. COCKS Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins, classés par ordre de mérite, reproduction intégrale de l'édition de 1850. Bordeaux : Ed. Féret et Fils, 1984. , quantités récoltées par chaque propriétaire et prix de vente 1874. Dessins. Eugène Vergez. Bordeaux : Féret FRANCK William. Traité sur les vins du Médoc et les autres vins rouges et blancs du département de
    Description :
    -Dignac-et-Loirac, à l’ouest par Queyrac, au sud par Civrac, Couquèques et Saint-Christoly-Médoc, et à La commune s’étend sur une superficie de 22,5 km². Elle est bordée au nord par Valeyrac et Jau l’est par l’estuaire de la Gironde. Les secteurs nord et est sont occupés par des terres basses et humides. Elles sont parcourues de fossés et de chenaux qui en assurent le drainage. Le bourg est situé au sud et en retrait de l’estuaire et du port de By, à 4 km environ. L’habitat se concentre principalement dans le bourg et dans les hameaux. Ces derniers ont été étudiés à travers 11 dossiers qui mettent l'accent sur cette organisation du bâti, qui subit depuis quelques années d'importantes mutations et ", avec demeures cossues et dépendances viticoles et agricoles. 171 dossiers documentaires ont été réalisés. 110 éléments patrimoniaux ont été repérés et 55 ont été sélectionnés pour leur intérêt historique et patrimonial.
    Annexe :
    : 1260 hab. Cocks et Féret, Bordeaux et ses vins : - 1850 : 1200 hab. - 1868 : 1467 hab. - 1874 : 1536
    Illustration :
    Carte du marais de Bégadan et de Saint-Christoly ..., 1702 (?) IVR72_20183300303NUC2A Grand chenal de By et petit chenal de By : pelles à coulisse. IVR72_20143391177NUC4A Paysage de vigne et bords d'estuaire près du Château de La Tour de By. IVR72_20133310317NUC4A Paysage de vigne et bords d'estuaire près du Château de La Tour de By. IVR72_20133310318NUC4A Chais et cuvier de Château Laujac. IVR72_20143391094NUC4A
  • École primaire
    École primaire Bégadan - 1 route de port de By - en village - Cadastre : 2012 A 1029
    Historique :
    , également dû à Edouard Bonnore. On peut aussi mentionner les écoles de Jau-Dignac-et-Loirac (Godet Entre 1837 et 1891, l’école est installée dans une maison située au sud de l’église. Jugeant le local insalubre et trop exigu, le conseil municipal décide de faire bâtir une nouvelle école . L’architecte Jean-Édouard Bonnore fournit les plans et devis. Le chantier est confié à l'entrepreneur Justin Taurelle. En 1904, le conseil municipal décide de faire agrandir l’école des garçons et de faire bâtir une école pour les filles. L’architecte Godet en signe les plans et les travaux sont exécutés par l'entrepreneur Galloin. Le nouveau bâtiment est construit au nord et parallèlement au premier, en conservant les formes et proportions comme préconisé par le conseil municipal en juillet 1904. Les travaux sont terminés au cours de l’année 1907. Dans les années 1950, l’aménagement d’un préau, l’installation de l’eau et , architecte), de Saint-Estèphe et de Talais (Bonnore, architecte).
    Référence documentaire :
    Correspondance entre l'académie et la préfecture relative au projet de faire construire une Vente de l'ancienne maison d'école et du jardin dépendant, 15 janvier 1893. Arrêté d'approbation du projet d'agrandissement de l'école des garçons et la construction d'une
    Description :
    par la cour de récréation et reliés, à l’ouest, par des bâtiments récents abritant de nouvelles salles de classe, des sanitaires et un préau. Le bâtiment sud (ancienne école des garçons) est formé d'un corps central en rez-de-chaussée ou vert de quatre baies à traverse et meneau, flanqué de deux ailes à . Chaînes d'angle à bossage, bandeaux et encadrements en pierre de taille soulignent l'architecture. Le
  • Village de Jau-Dignac-et-Loirac, dit Le Centre
    Village de Jau-Dignac-et-Loirac, dit Le Centre Jau-Dignac-et-Loirac - le Centre Camhaut - en village - Cadastre : 1833 B 2013 B
    Dossier :
    Plan du bourg, 1890. Village de Jau-Dignac-et-Loirac, dit Le Centre Plan du bourg vers 1890 : indication de la maison Hilaret. Maison, ancien bureau de tabac et
  • Maison de maître, dite de Dignac puis Château Saint-Aubin
    Maison de maître, dite de Dignac puis Château Saint-Aubin Jau-Dignac-et-Loirac - Dignac - 27 chemin de Dignac - en écart - Cadastre : 1833 B1 176, 177, 178, 187, 190, 192, 194,, 2013 B1 174, 175, 176, 3290, 3291,
    Dossier :
    moulins de Jau-Dignac et Loirac Extrait du plan cadastral napoléonien de 1833, section B. Maison de maître, dite de Dignac puis Extrait du plan cadastral de 1833, section B : indication de l'église de Dignac (parcelle 156 ). Ancienne église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens de Dignac Extrait du plan cadastral de 1833, section B : indication du moulin de Dignac (parcelle 122). Les Extrait du plan cadastral de 1833, section B : Indication du cimetière entourant l'église de Dignac (parcelle 157). Ancien cimetière de Dignac, puis place publique Extrait du plan cadastral de 1833 : parcelle 182. Ancien presbytère de Dignac Extrait du plan cadastral napoléonien de 1833, section B : ancien bourg de Dignac. Ancien village de Dignac
  • Château Listran
    Château Listran Jau-Dignac-et-Loirac - Listran - chemin de la Brasserie - isolé - Cadastre : 1833 A2 533 à 554 2013 A3 1386
    Dossier :
    Noaillac et du Broustera. Les moulins de Jau-Dignac et Loirac Extrait de la carte de Belleyme, 1763-1764 : indication de l'église de Dignac. Ancienne église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens de Dignac Extrait de la carte de Belleyme, 1763-1764. Ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Jau Extrait de la carte de Belleyme, 1763-1764 : indication de l'église de Loirac. Ancienne église paroissiale Saint-Romain de Loirac Extrait de la carte de Belleyme, 1763-1764. Ancien village de Loirac Extrait de la carte de Belleyme, 1763-1764. Ancien village de Jau
  • Exploitation ostréicole
    Exploitation ostréicole Talais - les Baluards - isolé - Cadastre : 2013 OA 1, 225
    Historique :
    . Des décrets sont mis en œuvre en 1852 et 1853 pour la pêche à pied et à la drague. Ce n´est vraiment lieu-dit "La Fosse", situé entre Talais et Saint-Vivien-de-Médoc. Des gisements ont ainsi commencé à ) ont été organisés en parcs et concessions, du chenal de Goulée jusqu´à Soulac. A Talais, quatre parcs 1970, à la suite de virus et à la pollution cadmium des eaux estuariennes (en provenance d´anciennes mines de l´Aveyron). Le projet de développement de l´avant-port du Verdon et l´envasement de l´estran
    Référence documentaire :
    BARTHOU Jacques. L'exploitation des gisements d'huîtres de l'estuaire de la Gironde et de son vivent avec le rivage : pêche côtière et exploitation du littoral. Caen : 14-Condé-sur-Noireau Imprimeur BARTHOU Jacques. "Un siècle d'activités ostréicoles à l'embouchure et dans l'estuaire de la Gironde ". Actes des 1er et 2e colloques du Conservatoire de l'estuaire de la Gironde. Blaye : Éd. Confluences p. 202-203 BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .
    Description :
    du chenal, sur les bords de l'estuaire. Il est composé de claires d'affinage et de cabanes en bois.
    Annexe :
    de Richard à Jau-Dignac et Loirac. 1883 : création et agrandissement de parcs à huîtres sur le créer des établissement huîtriers et un réservoir à poissons. 1879 : Service administratif des pêches et qui seront faites avec le produit des excavations opérées à l'intérieur du périmètre, sans emploi visibles à toute hauteur de murées et entretenues constamment en bon état". 1881 : autorisation d'établir une véritable richesse et sont une source de revenus indispensables aux nombreux ostréiculteurs , ayant uniquement pour objet de permettre à ces derniers de pêcher librement sur les bancs et d´importer Maritimes et du pêcheur du Verdon, prend à l´unanimité la délibération suivante : Considérant que les bancs locale et sont une source de revenus pour les populations du bas-Médoc, qu´actuellement ils alimentent ´arrêté du 18 août 1822 de Monsieur le sous-secrétaire d´État de la Marine Marchande et des pêches en ce huîtres, pour qui les dits règlements sont lettre-morte et qui se [?] comme les années précédentes à de
  • Les chenaux de Saint-Vivien
    Les chenaux de Saint-Vivien Saint-Vivien-de-Médoc
    Historique :
    Polder de Hollande a été asséchée entre 1639 et 1643 avec les chenaux de Richard (Jau-Dignac-et-Loirac du 8 avril 1599 et de janvier 1607, puis l'édit de Louis XIII du 22 octobre 1611. La zone appelée ) et du Guy (Bégadan) puis un troisième chenal fut établi : Grand Chenal du Guy. La carte de Masse de 1706 et celle de l'embouchure de la Garonne en 1759 indiquent le chenal du Gua ou Vieux chenal et le importante inondation, décision est prise de hausser et de fortifier les digues et de construire un nouveau (Vieux), le chenal des Flamands (Neuf) et le chenal de la Fosse. L'écluse de la Coulisse est indiquée distinguant du syndicat du marais de Saint-Vivien. En 1820, les propriétaires des marais de Saint-Vivien et du Gâ décident de reconstruire le Pont des Paysans avec deux portes ouvrantes et fermantes. Le plan cadastral de 1833 représente le chenal du Gat ou Vieux chenal et le Petit chenal ou Chenal Neuf, ainsi que le chenal de la Fosse : écluses, ponts, digues et passes sont également signalés. La loi du 16
    Référence documentaire :
    p. 249-251 BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd . p. 138-142 DIENNE Édouard (comte de). Histoire du dessèchement des lacs et marais en France avant
    Description :
    secondaires et des fossés de drainage. Ils concourent à l'écoulement des eaux dans cette zone de marais particulièrement humide. Ils sont également soumis aux marées de l'estuaire et dotés de vannes pour gérer le niveau des eaux. On distingue le chenal du Gua au cours sinueux, le chenal Neuf et le chenal de la Fosse et à la Pointe aux oiseaux. A la Coulisse, le chenal du Gua et le chenal Neuf se trouvent côte à côte : deux ponts permettent le passage de la route et plusieurs écluses gèrent le niveau des eaux. Une maison
    Annexe :
    invariable et annuelle de 2 fr 24 par ha. Le marais occupe sur le territoire de Vensac 470ha 77a 25ca, de Jau contribuer au curage du chenal du Gâ en amont et en aval du Pont des Paysans ; mention de travaux en cours à le marais lui appartient depuis près de deux siècles en vertu de déclarations et d'arrêts revêtus de dunes, des landes, du marais du Gâ et des costières qui le bordent, et, par conséquent sous l'eau la plus grande partie de l'année. On traversait alors au moyen de batelets du pays, et lorsque pendant chemins, ni ponts. Depuis son origine jusqu'en 1782, le Syndicat a la charge du chenal du Gâ et fait tous ses efforts pour arriver à dessécher le marais. Il construit ou améliore les digues, il creuse et élargit le grand chenal du Gâ afin d'écouler plus facilement les eaux venant du marais du Gâ et des landes . Tout à coup, en 1751, survient une grande inondation. Le syndicat s'émeut, se réunit le 1er avril et décide : que malgré tous les soins qu'il a eu, chaque année, de hausser et de fortifier les digues, les
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière) : le chenal et les ponts de La Coulisse, début 20e siècle Carte postale (collection particulière) : l'écluse, le chenal et le pont de La Coulisse, début 20e Carte postale (collection particulière) : vue aérienne, la plage et le chenal du Gua, 2e moitié 20e Le chenal du Gua et le chenal Neuf : vue aérienne (2002). IVR72_20173300097NUC2A Les chenaux de Saint-Vivien et les installations aquacoles : vue aérienne (2002 Les chenaux de Saint-Vivien et les installations aquacoles : vue aérienne (2002 Chenal du Gua ou vieux chenal : digues en pierre et en béton canalisant le cours du chenal qui Chenal du Gua ou vieux chenal : digues en pierre et en béton canalisant le cours du chenal qui Chenal Neuf, avec bassin aquacole et pâturages de part et d'autre. IVR72_20143304143NUC2A La Coulisse : porte à flots et vannes sur le chenal du Gua et sur le chenal Neuf
  • Mairie-écoles
    Mairie-écoles Le Pian-Médoc - Bertranot - 260 rue Pasteur - en écart - Cadastre : 2012 CE 59
    Historique :
    plus central de la commune", "le plus aéré et le plus sain". Le 6 mai 1863, l'architecte et agent-voyer Champon fourni les plans et description des bâtiments : une mairie et les classes perpendiculaires sur est posée pour le vestibule et que Dutruch, tuilier à Canteloup (Arsac), est payé pour la fourniture . L'architecte bordelais Gaston Grelet est mandaté et Léon Gautier se charge des travaux. C'est sûrement durant coupés et adjugés à Léon Gautier en avril 1914. L'ajout d'une extension à l'est et au sud du corps de
    Référence documentaire :
    Édifices publics, écoles. Plans, lettres et devis concernant les nouveaux aménagements, 1840-1940.
    Description :
    surmontent l'ensemble. Les extensions sont bâties en pierre de Daignac (Jau-DaIgnac-et-Loirac). Au sud, se La mairie-école se situe dans le hameau de Bertranot, entre l'église et Louens. Elle présente une façade à huit travées dont cinq forment le corps principal d'origine, en pierre de Bourg et de Saint -Germain-du-Puch. Des pilastres à bossages marquent les angles, une corniche moulurée et un fronton à redan
    Illustration :
    Plan. Coupe en long sur les classes et le logis par Champon, 1863. IVR72_20143302448NUC2A Plan. Coupe sur la maison et la charpente par Champon, 1863. IVR72_20143302450NUC2A
  • Maison, ancien domaine viticole
    Maison, ancien domaine viticole Saint-Vivien-de-Médoc - Darieux - isolé - Cadastre : 1833 D2 51 2014 D 1255
    Historique :
    que des dépendances qui l'accompagnent : au nord un vaste chai et cuvier (transformés aujourd'hui en logement) ; à l'ouest, une écurie, une remise, une étable, un hangar attenant construit en pierres et planches, couvert en tuiles, poulailler et pigeonnier au sud, jardin potager au devant de la maison
    Description :
    La maison à étage carré présente une façade à quatre travées. Les angles sont arrondis et moulurés condamnée donnait peut-être accès aux chais et aux cuviers attenants : cette partie remaniée correspond
    Annexe :
    Méric, Jau-Dignac-et-Loirc) à M. Paul Walter, 13 février 1939. Me Henri Garat, notaire à Lesparre Documentation complémentaire Collection particulière. Vente par M. et Mme Lagarde (demeurant à couverte en tuiles, élevée sur terre-plein d'un rez-de-chaussée et d'un premier étage comprenant : Au rez vestibule entre la cuisine et la pièce servant de bureau, salle à manger à côté de ce bureau, salon en , vaste chai et cuvier ; un peu plus loin au couchant de la maison, bâtiments d'exploitation comprenant : écurie, remise, étable, hangar attenant construit en pierres et planches, couvert en tuiles, poulailler et pigeonnier au midi, jardin potager au-devant de la maison d'habitation ; cour avec bosquets entre ces bâtiments ; lesque au couchant, bois au midi ayant sa sortie non loin de la voie ferrée et par labourable (n°52, 2ha20a40ca) ; une pièce de terre et vigne (n°53p, 1ha11a) ; une prairie (n°46p, 1ha44a30ca ) ; pièce de terre (n°43p, 44, 4ha35a98ca) ; une pièce de bois (n°106 et 107p, 29 a65ca), une pièce de bois
    Illustration :
    Façade latérale nord et dépendances. IVR72_20143303200NUC2A