Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Phare de Richard
    Phare de Richard Jau-Dignac-et-Loirac - Matte de Richard la Matte commune - passe de Richard - isolé - Cadastre : 2013 B 1971
    Historique :
    1980. En 1984, des jeunes de Jau-Dignac et Loirac décident de nettoyer les abords du phare afin de le et fort ancien se trouvait placé sur la côte du Médoc, à l’est du village de Jau et servait d’amer . La digue est aménagée avec des escaliers et des parkings sont créés. Les passes de Dignac et du Phare , bien après sa disparition, sur une carte datant de 1837 et fut finalement remplacé en 1843 par une le 2 septembre 1840 par l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Deschamps. La tour est bâtie en 1843 par la Maison Prieau de Bordeaux. Elle est haute de 18 mètres et repose sur des fondations en garde-fou métallique et de la lanterne. A l’intérieur se trouve un escalier en vis en pierre de taille -chaussée. Le phare est mis en service le 15 mars 1845. Toutefois, le phare n’étant pas assez haut et donc l'ingénieur Lecointre et construit par la Société Nouvelle des Forges et Chantiers de Méditerranée, à détruit le 17 janvier 1956 et démantelé pièce par pièce. Quant au phare maçonné, il est mis en vente aux
    Référence documentaire :
    . L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac. Pauillac : Société archéologique et historique du Médoc AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Phare AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Phare. Projet p. 1-27 DAHLQUIST Jacqueline. « Le Phare de Richard de la commune de Jau-Dignac-Loirac » DAHLQUIST Jacqueline. « Le Phare de Richard de la commune de Jau-Dignac-Loirac ». Cahiers Médulliens, 21, juin 2014. CHAILLOT Roger. Petite histoire de Jau-Dignac-Loirac CHAILLOT Roger. Petite histoire de Jau-Dignac p. 50-53 MONGUILLON Chantal. L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac, 2018 MONGUILLON Chantal -Loirac. 1973.
    Description :
    tronconique, et s'élève à 18 mètres de hauteur. La tour en maçonnerie est coiffée d'une plateforme et d’une détruit. Le site est aménagé d'un parking et d'une aire de pique-nique.
    Localisation :
    Jau-Dignac-et-Loirac - Matte de Richard la Matte commune - passe de Richard - isolé - Cadastre
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière), 1ère moitié du 20e siècle : L'ancien et le nouveau phare Photographie (collection du musée) : lanterne du phare en 2006 et 2009. IVR72_20133300628NUC1A Parking et aire de pique-nique. IVR72_20133300918NUC2A
  • Phare Saint-Nicolas
    Phare Saint-Nicolas Le Verdon-sur-Mer - la Claire - isolé - Cadastre : 2013 AE 121
    Historique :
    hauteur de 6300 francs l'édification des phares de Richard (côté estuaire, à Jau-Dignac-et-Loirac) et de est modifiée en 1912. L'érosion et l'évolution du trait de côte ont été observées à partir du phare était à 26 m. Le phare a fonctionné au pétrole jusqu'en 1936 ; à cette date, il est déclassé et confié à
    Référence documentaire :
    p. 70-73 CHAILLOT Roger. Petite histoire du Verdon et de la Pointe de Grave CHAILLOT Roger. Petite histoire du Verdon et de la Pointe de Grave. [S.I.] : R. Chaillot et Louis Jung, 1974. p. 103 FICHOU Jean-Christophe, LE HENAFF Noël, MEVEL Xavier. Phares. Histoire du balisage et de l ´éclairage des côtes de France. Collab. Michel Bescond, Michel Caron, Jean-Pierre Gestin et al. Douarnenez p. 3 Mémoire de Verdonnais : Les années 1920-1939, bulletin de l'Association "Histoire et 1975-1990 (1ère partie), bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais. et Traditions", Foyer communal Verdonnais.
    Description :
    Le phare situé sur la dune de la Claire, côté océan, présente un plan rectangulaire et est couvert -ouest), le tout surmonté de la toiture bombée avec corniches moulurées et fronton percé d'un oculus. Il s'agit d'un "phare orienté", qui émet un rayon lumineux unique et fixe dans un secteur déterminé et invariable. Il n'a pas de lanterne, seule la fenêtre permettait à l'émission lumineuse dirigée et fixe de se propager à l'extérieur : il suffisait d'ouvrir les volets et d'allumer le feu, accessible par un escalier
    Illustration :
    Plan de l'embouchure de la Gironde, levé en 1812 et 1815 : indication de la balise St Nicolas Carte des côtes de France (Embouchure de la Gironde et ses environs), 1825 : représentation de la Atlas du Département la Gironde, 1888 : représentation de la balise St Nicolas et du feu St Nicolas Vue d'ensemble : faces est et nord. IVR72_20133301312NUC2A Vue d'ensemble : faces sud et ouest. IVR72_20133301314NUC2A
1