Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 10 sur 10 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maisons et bâtiments agricoles de Monpazier
    Maisons et bâtiments agricoles de Monpazier Monpazier - en village
    Référence documentaire :
    GARRIGOU-GRANDCHAMP Pierre. "L'architecture domestique des bastides périgourdines". Congrès architectural des immeubles situés autour de la place des Cornières. 2003, 2 vol.
    Dénominations :
    atelier
    Texte libre :
    1990 par les architectes en charge du secteur sauvegardé [1] : ce bureau d’étude s’était non seulement analyse typochronologique des édifices de la bastide visant à dégager des styles et grandes tendances de première étude par une analyse bien plus détaillée des bâtiments et des programmes architecturaux. Une imbrication entre la maison et le projet urbain initié en 1284 [2]. Ce dossier pointe des tendances dans l'élaboration et l'évolution des cadres de vie domestiques, mais souligne aussi des particularités et, surtout , nuance des dispositions qui sont souvent appliquées de manière trop génériques aux maisons de bastides références et l’essentiel de l’illustration. Abréviation des noms de places, rues et routes : PCo : place des Cornières ND : Notre-Dame. SJa : Saint-Jacques. SJo : Saint-Joseph. SP : Saint-Pierre. Tro : du . Tra : transversale. L : de la lumière. FS : foirail sud. FN : foirail nord. B : de Beaumont. E : des est le matériau le plus employé pour la construction des maisons de Monpazier. Il s’agit
    Illustration :
    Beaucoup des maisons sont aujourd'hui un patchwork de styles architecturaux, témoin de leurs Carte des maisons de Monpazier conservant des vestiges des 13e - 16e siècles. IVR72_20142400914NUDA sont souvent des reconstructions récentes. IVR72_20142400653NUC2A FACADE. La maison du chapitre, dont la construction est réalisée au tournant des 13e et 14e siècles BAIE. Vue d'une baie géminée construite au tournant des 13e et 14e siècles (27-31/ND
  • Maison
    Maison Le Pian-Médoc - Louens - route de Soulac - en écart - Cadastre : 2012 BP 21
    Historique :
    La maison daterait de la fin des années 1970 ou début des années 1980. Elle aurait été construite d'après les plans fournis par l'architecte Michel Sadirac, de l'agence d'Yves Salier et Courtois. La
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier
    Référence documentaire :
    RICROS François. La Girolle. Salier, Courtois, Sadirac, Lajus, Atelier d'architecture. Séminaire
    Description :
    Louens. Elles se compose d'un corps de bâtiment unique, en rez-de-chaussée, percé au sud par des baies vitrées séparées par des refends, distinguant la distribution intérieure. Au nord, des petites baies prolongement est a été adjoint un atelier-établi.
    Auteur :
    [architecte] Sadirac Michel
  • Maison Chilo-Noguès-Bonnecare
    Maison Chilo-Noguès-Bonnecare La Bastide-Clairence - - Rue du Moulin Rue de derrière - en village - Cadastre : 1835 A 511 2016 A 1123, 1249 Ensemble divisé en deux parcelles.
    Historique :
    La maison apparaît dès 1589 sous le nom Chilo dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas directement la galerie du premier étage à la rue est montée. Des latrines sont aménagées au-dessus de l'écurie véritable villa de villégiature. Dessiné par les architectes Soupre de Bayonne, il correspond à la vogue du d'aménagement plus ponctuels. Au début des années 2000, la maison Chilo et son extension sud, appelée Bonnecare indépendantes. Des aménagements intérieurs ont été nécessaires pour cela.
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier
    Référence documentaire :
    Archives de la confrérie de Saint-Nicolas Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des
    Description :
    l'encadrement en pierre forme des arcs segmentaires, la porte au centre est surmontée d'une grande plaque de
    Auteur :
    [architecte] Soupre Jean [architecte] Soupre Joseph
  • Maison
    Maison Le Pian-Médoc - Louens - route de Soulac - en écart - Cadastre : 2012 BP 17
    Historique :
    La maison daterait du milieu des années 1980. Elle aurait été construite d'après les plans fournis par l'architecte Yves Salier, pour le compte d'un membre de la famille Bertoncello.
    Référence documentaire :
    RICROS François. La Girolle. Salier, Courtois, Sadirac, Lajus, Atelier d'architecture. Séminaire
    Auteur :
    [architecte] Salier Yves
  • Maison
    Maison Le Pian-Médoc - Louens - route de Soulac - en écart - Cadastre : 2012 BP 18
    Historique :
    des années 2000.
    Référence documentaire :
    RICROS François. La Girolle. Salier, Courtois, Sadirac, Lajus, Atelier d'architecture. Séminaire
    Auteur :
    [architecte] Salier Yves
  • Maison
    Maison Le Pian-Médoc - Louens - route de Soulac - en écart - Cadastre : 2012 BP 20
    Historique :
    La maison daterait de la fin des années 1970. Elle aurait été construite d'après les plans fournis
    Référence documentaire :
    RICROS François. La Girolle. Salier, Courtois, Sadirac, Lajus, Atelier d'architecture. Séminaire
    Auteur :
    [architecte] Salier Yves
  • Château Lynch-Bages
    Château Lynch-Bages Pauillac - Bages - en écart - Cadastre : 1825 G 583 à 586 2012 AZ 278
    Historique :
    Saint-Cricq, réalisé à partir des archives du château. Le village de Bages est attesté dès la première grange, des parcs, un pigeonnier, des vignes, des terres labourables, des prés, pastens et bois, le tout bœufs pour le labourage (4 pour Bages ; 2 pour Madrac), des charrettes, des outils aratoires, 1 pressoir , 2 mets, 8 cuves grandes et petites, des douils et autres vaisseaux vinaires qui sont dans le cuvier biens, acquis pour la somme de 70 000 livres, relève des seigneuries de Lafite et de Beychevelle. Par ´occasion de répertorier l´ensemble des possessions de Michel Lynch. Sont alors établis un inventaire de la cuvier et des chais, un inventaire des bestiaux, un inventaire du matériel de l´exploitation, un inventaire de la vaisselle et des ustensiles pour les vendanges. À partir de 1818, Michel Lynch reprend la possession pleine et entière de la propriété. Puis le domaine, amputé des métairies de Haut-Madrac et de Moussas, est vendu en 1824 à Sébastien Jurine, propriétaire à Genève. Des bâtiments organisés autour
    Observation :
    Sébastien Jurine aurait introduit l'utilisation de briques en terre cuite pour réaliser des aqueducs permettant le drainage des vignes. Intérieurs de la demeure non visités et archives non
    Description :
    orientée côté nord et s'organise selon trois travées. La porte présente un chambranle avec des tables -fenêtres, celles de l'étage donnant accès à un balcon. Une corniche moulurée règne sur l'ensemble des
    Auteur :
    [architecte] Maître Louis-Alfred
    Annexe :
    fermages de 1808-1809 sont l´occasion de répertorier l´ensemble des possessions de Michel Lynch. Un vaisselle et des objets. Puis, un inventaire du cuvier et des chais : le cuvier se compose de 7 grandes cuvier du Petit Madrac, on signale trois trouils (soit treuils = pressoirs). Enfin, un inventaire des courbes avec leur garniture et ferrements ; 5 jougs garnis ; 2 tirre-fiants et des ciseaux à tailler les des minutes du greffe du Tribunal de première instance de Bordeaux du 9 septembre 1862, font état de Jurine-Bages, le domaine de Magnolia à Caudéran et une maison sise 7 rue des Fossés de l´Intendance à classer premier cinquième grand crû du Médoc, est situé sur un des plateaux, le plus élevés de cette belle et riche contrée, à un demi-kilomètre de la ville de Pauillac et des bords de la Gironde, qu´il . Au nord de la dite maison sont les logements des paysans, compris dans un corps de bâtiments qui se chambre et de deux greniers. Au couchant de la dite maison de maître sont : un atelier pour les tonneliers
  • Maison
    Maison Le Pian-Médoc - Louens - route de Soulac - en écart - Cadastre : 2012 BP 21
    Historique :
    La maison est datée de 1955 (source orale), réalisée d'après les plans dressés par l'architecte
    Référence documentaire :
    RICROS François. La Girolle. Salier, Courtois, Sadirac, Lajus, Atelier d'architecture. Séminaire
    Description :
    . Le couloir donne accès aux chambres de 9 m2, recouvertes, comme l'ensemble des pièces, d'enduit
    Auteur :
    [architecte] Gombeaud Louis
    Illustration :
    Partie est, fenêtre des chambres. IVR72_20143302805NUC2A
  • Maison
    Maison Monpazier - 6 rue de la Porte-de-Campan - en village - Cadastre : 1845 SU 585, 586 1986 AC 109
    Historique :
    La cave voûté qui occupe la totalité de la parcelle contient des aménagements, notamment un placard " ; le document liste des réparations secondaires, mais précise toutefois la présence d'une cour et d'un le tiers postérieur de la parcelle, alors agencé en atelier ou remise. Ce dernier vend à François Andrieux (quincailler) dès 1853, mais l'ensemble du lot passe à Pierre Bonis en 1863, qui procède à des travaux d'agrandissement répertoriés dans le registre des augmentations et diminutions en 1878 ; ces
    Référence documentaire :
    Procès verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron, 1778.
    Description :
    La maison fait partie du "moulon" constituant le front ouest de la place des Cornières ; elle est
    Annexe :
    Procès verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron - 1778. Procès-verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron – 1778 Rédigé en présence de Thomas Cazes, architecte de la ville de Condom en Gascogne, et Pierre Mollié, architecte du duc d'Aiguillon , faisant d'un coté l'un des 4 angles de la place et de l'autre celui des rues St Jacques et porte du Compan fermer une brèche à un des murs. 302. Au 1er étage mettre une pierre en montant à l'appui de la galerie devant, faire 9 toises de plancher, refaire les dormants des volets, 4 panneaux de verre en plomb à enduire les parois des murs de la niche. 312. À la chambre sur le derrière de la maison, fournir quatre porte du Compan, faire une toise de resapement au pied du mur, fournir 5 quartiers de pierre et un des , raccommoder l'une des portes des bouges, fournir 2 serrures dont une à chaque porte, réassurer les cloisons en lambris des bouges et y placer quelques panneaux, réassurer et faire une toise de lambris à la cloison qui
  • Maison dite
    Maison dite "chalet Mauriac" Saint-Symphorien - Jouanet - 14 Cours de Verdun - en écart
    Historique :
    des communs, le chantier fut confié en 1889 à l'architecte Marcel Ormières (1853-1941). L'analyse Situé au cœur des landes girondines, Saint-Symphorien bénéficia de l'essor de l'exploitation des Le Nizan-Saint-Symphorien-Sore favorisa ainsi l'écoulement des marchandises et constitua une étape importante du développement de ce territoire. Elle fut à l'origine de la construction d'un atelier de réparation de wagons et de fabrication de pièces métalliques, aujourd'hui protégé au titre des Monuments historiques. Sous l'égide des propriétaires forestiers de Saint-Symphorien, un cercle ouvrier fut par ailleurs bourg, sur les terres des exploitations forestières de la famille, au lieu-dit Jouanet, une maison de construction d'une résidence secondaire à Saint-Symphorien, loin des sites balnéaires prisés de la fin du XIXe siècle, n'est pas sans originalité. Si elle est le reflet de l’ascension sociale des Mauriac, elle traduit surtout la volonté de ne pas s'éloigner de leurs métairies et renforce l'enracinement des membres
    Référence documentaire :
    p. 85-93 FLAUJAC Robert de. "Des lieux de Mauriac". Revue de l'Agenais, 137eme année, 4, 2010.
    Description :
    entière, qui se distingue par des incrustations dans les boiseries de carreaux de céramique réalisés par l'eau courante à chaque niveau. La maison se démarque des constructions locales par l'utilisation d'un , s'oppose à la maçonnerie enduite des autres niveaux. Des chaînes harpées de brique et pierre soulignent les travées de fenêtres ou les angles, tandis que des éléments de décor en terre cuite simple ou vernissée, de couleur verte, jaune, bleue ou rouge, enrichissent le décor. Des plaques de terre cuite moulées aux motifs date vraisemblablement des années 1930. La toiture de tuiles mécaniques s'orne de crêtes décoratives le niveaux des bureaux, des salons, des bibliothèques, une salle de travail et des chambres.
    Illustration :
    Détail de l'une des bornes de l'entrée du parc. IVR72_20153391006NUC2A Façade antérieure : détail des balustres en terre cuite du perron. IVR72_20123310166NUC4A Le hall d'entrée-salle de billard : détail des carreaux de céramique au-dessus des portes
1