Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château Beychevelle
    Château Beychevelle Saint-Julien-Beychevelle - Beychevelle - isolé - Cadastre : 1825 D1 17 à 20 2011 D2 1918
    Historique :
    Un château féodal est attesté dès le 14e siècle, appartenant aux comtes de Foix. L'évêque François , fait reconstruire la partie centrale du château en 1644 (contrats avec les architectes, Gassiot Delerm premier fait aménager des écuries et le second apporte de nombreuses modifications et agrandissements comme en attestent les augmentations et diminutions des matrices cadastrales : construction nouvelle l'aile nord qui a été modifiée et augmentée à cette époque avec le concours de l'architecte Henri Duphot à Bordeaux un atelier d'objets pieux et de "chasublerie", une collection d'objets sacrés. A la mort bâtiment d'accueil (1991), réception des vendanges (1992). Un nouveau cuvier avec salle de dégustation est
    Observation :
    Dès 1876, Armand Heine pense à une mise en bouteilles au château ; il écrit à son architecte Duphot
    Référence documentaire :
    , encre, aquarelle, par Duprat, Ferdinand (architecte ; paysagiste), 1928 [Collection particulière]. (architecte ; paysagiste), 1929 [Collection particulière]. des châteaux. Bordeaux : Editions Sud Ouest, 2010. p. 181-217 BERTALL, Charles-Albert d'Arnould, connu sous le nom de. La Vigne, voyage autour des GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des p. 9-16 BRAQUEHAYE Charles. Documents pour servir à l'histoire des arts en Guienne. Bordeaux
    Description :
    sculpté. Des jambes à bossage renforcent également le rythme de la façade. Les baies sont en arc segmentaire avec chambranle mouluré à crossettes. Une corniche moulurée règne sur l'ensemble des façades et
    Auteur :
    [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    corps de logis avec la chambre des filles, la chambre des coffres, d´une chapelle, du ché (sic) (grand ché et petit ché attenant), cuvié (sic). -2 floréal an 2, municipalité responsable des biens mis sous Extraits des éditions de Bordeaux et ses vins, Cocks et Féret COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins Beychevelle est une des plus importantes et des plus anciennes terres du pays de Médoc. Au XIVe siècle, il des quatrièmes crus de Médoc, et qui jouit, à l’étranger comme en France, d'une grande réputation. Une (...) Au quatorzième siècle, il était château féodal et l'une des propriétés des comtes de Foix Candale vendit pour acquitter les dettes des d'Epernon. On estime qu'à l'époque de la Révolution, le marquis de , en face de Blaye sur la Gironde, il possède le port de Beychevelle, l'un des plus importants de ce GMF qui s'associe en 1989 au groupe japonais Suntory pour créer la société des Grands Millésimes de servir à l'histoire des arts en Guienne. Bordeaux : Feret et Fils, 1897-1898. Extrait des Mémoires de la
    Illustration :
    Vue intérieure : salon, détail des lambris. IVR72_20113305953NUCA Vue intérieure : salon, lambris, détail des initiales. IVR72_20113305954NUCA Vue intérieure : cheminée des anciennes cuisines. IVR72_20113305957NUCA Aile 19e siècle : dessus-de-porte avec décor sculpté sur le thème des arts. IVR72_20173301586NUC2A
  • Château Cantemerle
    Château Cantemerle Macau - Cantemerle - - isolé - Cadastre : 1810 C1 58 1843 C2 255 2013 AS 52
    Historique :
    commune voisine de Ludon-Médoc, au sud des métairies dites de Cantemerle. Le château actuel semble avoir mémorise le nom de l'architecte. Il s'agit probablement de Théodore-Henri Duphot, auteur de la mairie de 1851" ; le registre des augmentations/diminutions mentionne une construction fortement taxée et achevée
    Référence documentaire :
    XVIIIe siècle, communiqués par M. Nicolaï. Election de Bordeaux. Etat du vingtième des biens fonds des derniers siècles - état actuel des domaines. Paris : Chez E. DENTU (Librairie), 1856.
    Description :
    par des tours circulaire (sud) et carrée (est) ; une tourelle d'escalier en encorbellement est greffée à l'angle des deux ailes du logis. Un grand pavillon rectangulaire est accolé sur la façade sud de . L'ensemble des fenêtres du corps de logis possède de simples moulures tandis que le grand pavillon et la tour carrée présentent des décors soignés (corniches à denticules, guirlandes, chambranles à crossettes , bossage, tables décoratives, lucarnes à volutes et fronton triangulaire...). L'aile ouest présente des
    Auteur :
    [architecte] Duphot Théodore Henri
    Annexe :
    Extrait de la notice des châteaux vinicoles d'Edouard Guillon, 1867 "Les dernières restaurations aigus. Cet édifice est isolé parmi des parterres et des cours ; puis, au Nord et à l’Ouest, s’étendent des bâtiments immenses encadrant plusieurs vastes cours. Dans la première se trouvent : le logement du mis en bouteilles pour l’expédition. Il y a dans cette même cour un atelier de menuiserie pour la fabrication des caisses ; puis viennent des hangards et d’autres constructions désignées sous le nom de servitudes. Le tout apparaît de loin comme un grand village. C’est une des belles installations vinicoles du Etat des revenus de M. De Villeneuve, conseiller au Parlement, 1754-1755 Pour Macau, Ludon dehors Extrait de la notice des châteaux de la Gironde d'Henry Ribadieu, 1856 Ribadieu parle de transformations ou plutôt de restaurations qui sont dues [EN NOTE] : "aux plus grands architectes que nous ayons eu depuis Louis. Deux des anciennes tourelles ont été reconstruites, et sont l’œuvre de M. Dufau ; le
  • Château d'Abbadia
    Château d'Abbadia Hendaye
    Historique :
    la quête mythique des sources du Nil, à laquelle il se plaisait à rêver en lisant les récits de l’Académie des sciences, dont il devint membre titulaire en 1867 à la nouvelle section de géographie et de Éthiopie, il s’investit fortement dès son retour dans le mécénat et la valorisation de cette culture divers villages des deux versants des Pyrénées. Tant et si bien que ses congénères basques lui attribuèrent le doux pseudonyme de « Euskaldunen aita » (le Père des Basques) et lui décernèrent avec force émotion un makila d’honneur lors des fêtes de Saint-Jean-de-Luz en 1892. Sa passion pour la langue et la pratique des sciences, sous l’égide de la foi chrétienne et des philosophies de saint Thomas d’Aquin et de l’échec sanglant des Jésuites au XVIIe siècle. Pour son engagement aux côtés de l’Église de Rome . Elle partageait un grand nombre de points communs avec son prétendant, dont une vision austère des considérait les d’Abbadie comme des « Basques renforcés » et ses « vieux amis du château ». Virginie est à
    Description :
    , grâce à la conjonction des massifs arborés, des sentiers et des prairies, une apparence illusoirement soubassement de caves, des combles et deux niveaux d’habitation bourgeoise, au centre duquel se trouve le central sont dédiés aux mondanités et à l’accueil des invités, l’aile Est essentiellement composée de la Viollet-le-Duc qui y conjugua ses principes rationalistes en s’inspirant de l’architecture gothique des de la redécouverte des décors antiques au XIXe siècle. Les espaces intérieurs du château sont en effet principalement recouverts de peintures murales ou de tissus peints, pour la plupart inspirés des méthodes du Moyen Age. C’est par exemple le cas des scènes éthiopiennes du vestibule qui, pourtant , représentent des sujets exotiques et contemporains. Duthoit sut en outre y introduire subtilement les sources d’inspiration orientales si chères à d’Abbadie. En plus de la collection et des décors éthiopiens, il imagina des salles inspirées par l’imaginaire de l’Orient islamique, telles que le salon arabe, le fumoir
    Auteur :
    [architecte] Viollet-le-Duc Eugène-Emmanuel [architecte] Duthoit Edmond [architecte paysagiste] Bühler Eugène
  • Château d'Arsac
    Château d'Arsac Arsac - Château d'Arsac - 1 allée du Comte - isolé - Cadastre : 1827 D1 30 2012 AW 62
    Historique :
    sous l'Ancien Régime. Par des plans du 18e siècle et jusqu'au milieu du 19e siècle, la bâtisse conserve , jeune architecte diplômé. En 1890, l'homme d'affaires Aimé-Ernest Dubosc transforme Arsac en "modèle " viticole médocain. Il fait construire l'ensemble des dépendances et aménagements dont certains subsistent aujourd'hui : le cuvier, les écuries, la bascule, l'atelier, le plan d'eau, etc. En 1986, Philippe Raoux par l'intermédiaire de l'architecte Patrick Hernandez construit de nouveaux chais et restaure le cuvier ainsi que les
    Référence documentaire :
    Lettre Lettre envoyée par Richard-François Bonfin au comte de Ségur et présentation des deux projets pour le château d'Arsac des rez-de-chaussées et premiers étages en 1768. derniers siècles - état actuel des domaines. Paris : Chez E. DENTU (Librairie), 1856.
    Description :
    Le château s'inscrit au centre d'une grande parcelle paysagère comprenant également des dépendances charpente apparente depuis l'extérieur. Elles sont éclairées par des lucarnes à fronton triangulaires et et
    Annexe :
    l'homme d'affaires, logements des paysans, granges, bâtiments d'exploitation, vignes, prairies, terres des plans du château de M. le comte de Segur, j’ay l’honneur de vous envoyer les deux différentes . 1er. L’affaire des Carmelittes pour laquelle il m’a falû moi-même lever le plan de l’ilot pour fixer n’ayant point de confiance en l’homme qui fait ordinairement l’allignement des rües, ont prié messieurs n’est plus indisposé contre moy. Je fais abstraction des travaux de France puisque M. le maréchal le tacherai d’y joindre le plan des environs du château où j’ai tracé des allées qui d’un côté iront au grand bois et de l’autre à Loustalaut. J’y joindrai si la chose est possible le plan du détail des écuries et mon ange tutélaire auprés de M. le comte. Ma femme vous remercie des compliments que vous avez la Châtellenie de Blanquefort. Elle appartient à la famille éponyme -qui apparaît dans des actes dès la fin du , héritent des biens paternels. Jacquette, se marie à Thomas de Montaigne (peu après 1563) à qui elle apporte
    Illustration :
    Extrait d'un plan des paroisses d'Avensan, Cantenac et Arsac. Détail du château, 18e siècle Charpente, détail des marques. IVR72_20143301652NUC2A
1