Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 1 sur 1 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Maison dite
    Maison dite "chalet Mauriac" Saint-Symphorien - Jouanet - 14 Cours de Verdun - en écart
    Historique :
    des communs, le chantier fut confié en 1889 à l'architecte Marcel Ormières (1853-1941). L'analyse Situé au cœur des landes girondines, Saint-Symphorien bénéficia de l'essor de l'exploitation des Le Nizan-Saint-Symphorien-Sore favorisa ainsi l'écoulement des marchandises et constitua une étape importante du développement de ce territoire. Elle fut à l'origine de la construction d'un atelier de réparation de wagons et de fabrication de pièces métalliques, aujourd'hui protégé au titre des Monuments historiques. Sous l'égide des propriétaires forestiers de Saint-Symphorien, un cercle ouvrier fut par ailleurs bourg, sur les terres des exploitations forestières de la famille, au lieu-dit Jouanet, une maison de construction d'une résidence secondaire à Saint-Symphorien, loin des sites balnéaires prisés de la fin du XIXe siècle, n'est pas sans originalité. Si elle est le reflet de l’ascension sociale des Mauriac, elle traduit surtout la volonté de ne pas s'éloigner de leurs métairies et renforce l'enracinement des membres
    Référence documentaire :
    p. 85-93 FLAUJAC Robert de. "Des lieux de Mauriac". Revue de l'Agenais, 137eme année, 4, 2010.
    Description :
    entière, qui se distingue par des incrustations dans les boiseries de carreaux de céramique réalisés par l'eau courante à chaque niveau. La maison se démarque des constructions locales par l'utilisation d'un , s'oppose à la maçonnerie enduite des autres niveaux. Des chaînes harpées de brique et pierre soulignent les travées de fenêtres ou les angles, tandis que des éléments de décor en terre cuite simple ou vernissée, de couleur verte, jaune, bleue ou rouge, enrichissent le décor. Des plaques de terre cuite moulées aux motifs date vraisemblablement des années 1930. La toiture de tuiles mécaniques s'orne de crêtes décoratives le niveaux des bureaux, des salons, des bibliothèques, une salle de travail et des chambres.
    Illustration :
    Détail de l'une des bornes de l'entrée du parc. IVR72_20153391006NUC2A Façade antérieure : détail des balustres en terre cuite du perron. IVR72_20123310166NUC4A Le hall d'entrée-salle de billard : détail des carreaux de céramique au-dessus des portes
1