Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 7 sur 7 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château Lagrange
    Château Lagrange Saint-Julien-Beychevelle - Château Lagrange - isolé - Cadastre : 1825 D4 1130 à 1137 2011 D7 1452, 1453, 9996, 1497
    Historique :
    nouveau chai par les architectes bordelais Mazières. Le parc a probablement été aménagé à l'époque du de la Commanderie des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem de Bordeaux, et faisaient partie de de l'Intérieur sous Louis Philippe. Ce dernier est à l'origine des modifications apportées au château maisons ainsi qu'un atelier sont construits (parcelle 1139). Son successeur Louys, quant à lui, fait cuvier et l'actuel bâtiment de conditionnement sont construits, formant une cour en U et remplaçant des
    Observation :
    En 1852, le comte Duchâtel a introduit dans son domaine de Lagrange la technique du drainage des terres avec des tuyaux de poterie. il a également développé une fabrique de tuyaux sur la propriété.
    Référence documentaire :
    GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des Journal des débats politiques et littéraires, 1er mars 1855.
    Représentations :
    associés à des besants. Le garde-corps de la logette présente un remplage d'entrelacs et supporte deux dents de scie. Des bandes lombardes délimitent le 2e et le 3e étage. La triple baie qui ouvre ce dernier est couronnée d'une frise à damiers. La corniche sommitale de la tour présente des modillons à la
    Description :
    Le château est situé au nord de l'ensemble des bâtiments qui constituent le domaine. Sa façade étant en léger ressaut, délimitées par des chaînes d'angle à bossage, et couronnées d'un fronton
    Auteur :
    [] Mazières Bernard [architecte] Visconti Louis
    Annexe :
    Journal des débats politiques et littéraires, 1er mars 1855. "Les essais de drainage que M. le ´Intérieur en Belgique, et connu par des ouvrages sur le drainage qui font autorité en la matière. M. le . Il fallait former des ouvriers pour un genre de travail inconnu dans le pays, lutter contre les  ; enfin, creuser des rigoles entre des rangs de vignes espacés de 1 mètre, et en même temps ne pas de la campagne, l´étendue des drainages à Lagrange sera donc de plus de 58ha de vignes et environ 18 quelque façon l´apparence des vignes qui ont reçu un fumage. En 1853, la société d´Agriculture du universelle) : inventaire des papiers. -contrat de mariage entre la dite dame et le dit feu sieur Arbouet en Augmentations et diminutions des matrices cadastrales D 1134, augmentation de construction du constructions nouvelles de maisons, 1866, Duchâtel. D1139, construction nouvelle d'un atelier, 1866, Duchâtel Extrait des éditions de Cocks et Féret COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de
    Illustration :
    Croquis (communiqué par l'Atelier Mazières) : projet du chai à barriques, vers 1985
  • Phare de Cordouan
    Phare de Cordouan Le Verdon-sur-Mer - Cordouan - isolé - Cadastre : 2013 BW 1
    Historique :
    reconstruction de l'édifice, alors en mauvais état, est décidée et confiée à l'architecte Louis de Foix. Un Foix en 1606, c'est François Beuscher, maître des fortifications du roi en Guyenne, qui termine le chantier. A peine 40 ans plus tard, la tour ayant subi les assauts des flots est en mauvais état. En 1663 consolidées par les architectes Étienne Dardan et Buissière. Une chaussée de débarquement est aménagée de 1739 chef des Ponts et Chaussées de la Gironde, Pairier. La chapelle fait l'objet de travaux avec notamment
    Référence documentaire :
    CASTANER Esteban. L'architecte-ingénieur Joseph Teulère (1750-1824), Maîtrise en Histoire de l'art
    Description :
    pierre de taille. Sont abritées dans les murs de cette plate-forme des espaces affectés aux gardiens (logements, magasins, ateliers, cuisines et bureaux). Une poterne y donne accès depuis la jetée. Dans les soubassements de la tour, des caves voûtées sont aménagées ainsi que des citernes à eau douce recevant les eaux triangulaires. Des niches ou des fenêtres géminées en plein-cintre animent la partie supérieure. La richesse du été placé au-dessus du fronton triangulaire de la porte. Les murs sont rythmés par des niches jour, présentant une belle stéréotomie : la salle des Girondins, la salle des contrepoids, la salle des l'approvisionnement des combustibles à l'aide du treuil situé dans la salle des lampes.
    Auteur :
    [architecte] Foix Louis de [architecte] Beuscher François [architecte] Dardan Etienne [architecte] Buissière Etienne
    Annexe :
    ; - l'adjudication des travaux en faveur d'Étienne Dardan, architecte ; - la construction d'une chaloupe pour le Documentation des Archives nationales (Paris) MAR/D2/50 - Projet de règlement pour l'établissement des gardiens de la Tour de Cordouan, chargés d'allumer les feux, s.d. [18e siècle]. 4 gardiens et un dures de Rausan ; couvrir le dessus de la voûte, haut de la voûte calciné rétabli, rétablissement des galeries et une partie de l'escalier. - Lettre de Boucher mentionnant le mémoire des comptes de la dépense (?). - Règlement proposé pour les gardiens qui seront employés pour l'entretien des feux de la Tour de Cordouan Bitry ; fabrication des fers en Berry par ordre de M. le comte de Maurepas, 1er mars 1727. Modèle en -devant le fanal ; pose des 9 pierres de Rausan ; montage des pièces de fer composant la lanterne ; 4 du sieur de Bitry, Étienne Dardan (architecte), 15 mars 1727. Coût prévu : 37975 livres et 3 sols en fer. Mémoire et devis pour mettre l'enceinte extérieure de cette tour à l'abri des coups de la mer
    Illustration :
    : retombe avec l'élévation proposée à la place des colonnes. IVR72_20143300431NUC2A Vue des rochers entourant le phare depuis la plateforme. IVR72_20133310913NUC4A Façade principale : détail de la porte et des frontons sculptés. IVR72_20133310914NUC4A Vue intérieure des appartements du Roi : décor sculpté avec monogrammes de Louis XIV et de Marie Vue intérieure des appartements du Roi : alcôve. IVR72_20133310917NUC4A Salle des Girondins : escalier. IVR72_20133310919NUC4A Salle des Girondins : escalier et oculus. IVR72_20133310920NUC4A Salle des Girondins : détail de la stéréotomie de la voûte. IVR72_20133310921NUC4A Salle des Girondins : détail de la stéréotomie de la voûte. IVR72_20133310922NUC4A Salle des Girondins : détail de la stéréotomie de la voûte. IVR72_20133310923NUC4A
  • Château Prieuré-Lichine
    Château Prieuré-Lichine Cantenac - 34 avenue de La République - en village - Cadastre : 1826 F2 1789 2009 AC 143 à 147
    Historique :
    1989-1990, par l´architecte Philippe Mazières. En 1999, le domaine est vendu au groupe Ballande. -Augustin, établis à l´abbaye de Vertheuil, grâce à une donation des seigneurs de Blanquefort. Les chanoines domaine et entreprend la rénovation des bâtiments et l'extension du vignoble (de 7 ha à 70 ha). Les chais
    Référence documentaire :
    description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crux. Tome 3, Bordeaux, 1868.
    Description :
    corps de logis se prolonge par des ailes latérales en retrait. Au nord, reliant la demeure à un pavillon d'angle, une série d'arcades supportant une terrasse avec balustrade abrite des cuves en ciment couvert d'un toit débordant soutenu par des aisseliers. En retour d'équerre, au sud, un vaisseau abrite un autre cuvier en ciment. Sur les murs des bâtiments ont été accrochées des plaques de cheminées mais aussi sur l'alignement des barriques des chais, elle abrite une salle de dégustation et une
    Annexe :
    années par M. Pagès, appartient actuellement à Mme Rosset. Ce vignoble occupe la partie d´un des coteaux couleur. Le Prieuré, ainsi nommé parce qu´il dépendait autrefois de l´abbaye des Bénédictins, ne produit presque toutes les qualités des meilleurs vins de Cantenac ; on les reconnaît facilement à leur bouquet, à trois siècles. Les vins qu´il produit se distinguent par une exquise finesse et un bouquet des plus
    Illustration :
    Extrait de l'Atlas du domaine d'Issan, 1856 : représentation des bâtiments du "Prieuré Aile nord : arcades abritant des cuves en ciment. IVR72_20103301278NUCA Vue intérieure du cuvier : alignement des cuves en ciment. IVR72_20103301292NUCA Boutique et salle de dégustation, greffées sur le bâtiment des chais. IVR72_20103301431NUCA Vue intérieure des chais. IVR72_20103301294NUCA Vue intérieure des chais. IVR72_20103301295NUCA
  • Maison
    Maison Monpazier - 6 rue de la Porte-de-Campan - en village - Cadastre : 1845 SU 585, 586 1986 AC 109
    Historique :
    La cave voûté qui occupe la totalité de la parcelle contient des aménagements, notamment un placard " ; le document liste des réparations secondaires, mais précise toutefois la présence d'une cour et d'un le tiers postérieur de la parcelle, alors agencé en atelier ou remise. Ce dernier vend à François Andrieux (quincailler) dès 1853, mais l'ensemble du lot passe à Pierre Bonis en 1863, qui procède à des travaux d'agrandissement répertoriés dans le registre des augmentations et diminutions en 1878 ; ces
    Référence documentaire :
    Procès verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron, 1778.
    Description :
    La maison fait partie du "moulon" constituant le front ouest de la place des Cornières ; elle est
    Annexe :
    Procès verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron - 1778. Procès-verbal des réparations à faire aux possessions des seigneurs de Biron – 1778 Rédigé en présence de Thomas Cazes, architecte de la ville de Condom en Gascogne, et Pierre Mollié, architecte du duc d'Aiguillon , faisant d'un coté l'un des 4 angles de la place et de l'autre celui des rues St Jacques et porte du Compan fermer une brèche à un des murs. 302. Au 1er étage mettre une pierre en montant à l'appui de la galerie devant, faire 9 toises de plancher, refaire les dormants des volets, 4 panneaux de verre en plomb à enduire les parois des murs de la niche. 312. À la chambre sur le derrière de la maison, fournir quatre porte du Compan, faire une toise de resapement au pied du mur, fournir 5 quartiers de pierre et un des , raccommoder l'une des portes des bouges, fournir 2 serrures dont une à chaque porte, réassurer les cloisons en lambris des bouges et y placer quelques panneaux, réassurer et faire une toise de lambris à la cloison qui
  • Orgue de tribune
    Orgue de tribune Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    l'architecte Lusca dans la partie occidentale de l'édifice. La réalisation du buffet sculpté fut confiée, selon - Toulouse 1815), qui avait succédé en 1777 à l'atelier toulousain de son père, le plus fameux Jean-Baptiste -1894 (réception des travaux le 28 novembre 1894) par le Bordelais Gaston Maille (1855-1926), successeur
    Référence documentaire :
    Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906. État des réparations à faire à l'orgue de la cathédrale, par le facteur Jeandel, 29 floréal an 12.
    Illustration :
    État des réparations à faire à l'orgue de la cathédrale, par le facteur Jeandel, 29 floréal an 12
  • Château Capbern-Gasqueton, ancien presbytère
    Château Capbern-Gasqueton, ancien presbytère Saint-Estèphe - - rue de Capbern - en village - Cadastre : 1825 A5 1616 à 1618 2015 OA 1374, 1954, 1955, 1957, 2307, 2308
    Historique :
    le siège du domaine Capbern. L'ancienne maison curiale est en mauvais état dès la fin du 18e siècle à la commune. Sur le plan cadastral de 1825, on distingue ainsi des parcelles bien distinctes, la parcelle 1618 avec la cour des dépendances au sud, et la parcelle 1617 avec la tour au nord ; les chais et cuviers constituent la parcelle 1616. L'alliance des familles Capbern et Gasqueton remonte au mariage de
    Référence documentaire :
    p. 113 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de France). Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794. Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862. Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.
    Description :
    L'ensemble des bâtiments qui forment le château Capbern-Gasqueton, situé à l'est de l'église, est toiture en tuile creuse ; -une cour de dépendances au sud-ouest accessible par un porche ; -des chais et comme simples décors. On note la dissymétrie des travées avec 3 travées latérales d'un côté et seulement corps de logis accolés. Outre la rupture de toiture et la différence des matériaux de couverture, on remarque la différence entre les corniches et le décalage des bandeaux médians moulurés. Les fenêtres des présentent des arcs segmentaires, comme l'ensemble des ouvertures du rez-de-chaussée. Elles ont été remaniées corniche à modillons règnent sur l'ensemble des façades. Les fenêtres sont à linteau droit ou plate-bande la cour des dépendances et les bâtiments de dépendance, probablement composés de logements d'ouvriers
    Annexe :
    ; le sieur Valet charpentier videra le chai où il a établi son atelier. AM Saint-Estèphe, Registre des nomination des sieurs Lavertu, architecte et Bouey dit Juillac, charpentier pour experts dans les réparations Ventes des biens nationaux Histoire économique de la révolution française, Vente des Biens , originaire des Pyrénées et propriétaire à Bordeaux de plusieurs immeubles dont l'hôtel des Quatres Nations maison curiale ; mauvais état des charpentes et de la couverture ; maison inhabitable dans son état actuel ; réparations d'urgence nécessaires en attendant le printemps. AM Saint-Estèphe, Registre des , Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Délibération sur le jardin de la maison dite maison curiale : décision de faire fermer les portes et fenêtres des chais et cuvier de la cure , 1792/03/10. Visite des portes et descharges par le nommé Pierre Davis, charpentier de haute futaye , auquel d'après ses observations il a été ordonné de fermer exactement avec des bois de traverse les
    Illustration :
    Façade est : détail des baies. IVR72_20163302139NUC2A Vue intérieure, salon principal : détail des moulures du plafond. IVR72_20163302114NUC2A Vue intérieure, 2e salle nord : détail des moulures du plafond. IVR72_20163302119NUC2A Vue intérieure : escalier secondaire, détail des marches en pierre au niveau du soubassement Porche d'accès à la cour des communs. IVR72_20163302157NUC2A
  • Église paroissiale Sainte-Catherine
    Église paroissiale Sainte-Catherine Montaut - en village - Cadastre : 2016 F 100-101
    Historique :
    Nord). Des traces d'une croisée d'ogives sont encore visibles à l'entrée de l'ancien chœur, ainsi que des colonnettes engagées à chapiteaux feuillagés ou ornés de personnages et une belle clef de voûte à XIVe siècle. Vers la fin du même siècle, le chevet a été surélevé et épaulé par des contreforts et une
    Référence documentaire :
    Registre d’inscription des personnes agrégées aux confréries du S[ain]t Sacrement et du Rosaire de -bêche) "Registre de l’Archiconfrérie du très saint et immaculé cœur de Marie pour la conversion des datte du 20 novembre 1845 et affiliée à l’Archiconfrérie de Notre-Dame des Victoires le 27 9bre 1845 Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906). tome 2, p. 36 LÉGÉ Joseph. Les diocèses d'Aire et de Dax, ou Le département des Landes sous la Révolution française, 1789-1803 LÉGÉ Joseph. Les diocèses d'Aire et de Dax, ou Le département des Landes sous n° 346, p. 185-186 MARSAN Francis. "Un aspect méconnu de l'activité des Mazzetti : le dallage de l'église de Montaut". Bulletin de la société de Borda MARSAN Francis. "Un aspect méconnu de l'activité des églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987. p. 527-529 SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.
    Représentations :
    de feuillages avec parfois des visages humains ou fantastiques. Collatéral : clés de voûtes rondes
    Description :
    L'église a été construite sur l'une des portes d'enceinte à l'extrémité occidentale de la rue éclairé par deux fenêtres, une dans chacune des deux premières travées ; elles comportent deux lancettes chacune des trois travées. Elles sont identiques à celles du vaisseau est. Une tribune en bois est rue des Anciens Combattants. Le clocher est couvert d'une terrasse à laquelle on accède par le comble par une porte de même largeur en anse de panier. Dans la partie supérieure des quatre faces s'ouvrent des baies géminées ; les murs est et ouest portent un cadran d'horloge dans la partie centrale avec, à cinquième oblique, au Nord. Une fenêtre en arc brisé à deux lancettes occupe le milieu de chacune des trois sacristies, la chapelle et la tourelle sont couvertes en appentis. L'ensemble de la toiture porte des tuiles
    Annexe :
    Extraits du registre paroissial de Montaut-Brocas concernant des travaux aux deux églises et des de la chambre des députés, curé, a offert six chandeliers argentés et une croix (d’un prix d’au moins à Montaut pour 5000 fr. Abbé Daydrein (1866-1900) 1868 : installation des sœurs à Montaut métairies pour fonder une école de garçons. L’abbé Daydrein s’est ainsi attiré la haine des héritiers (décret signé par le président). En 1884, l’école n’est toujours pas ouverte. 1887 : installation des frères des écoles chrétiennes, ouverture des classes. Décret de fermeture en 1904, comme suite aux ) (56 fr.). P. 135. Réparation des vitraux (100 fr.). Restauration du chœur de l’église de Brocas, achat .). 1885 : dais de moire blanche (1 000 fr.). 1889 : restauration des ouvertures de l’église de Brocas 600 par la fabrique). P. 138. Remontage des deux grandes cloches et installation de deux petites : M . le président Burguerieu a pris à ses frais le remontage des deux grosses cloches qui ne sonnaient
    Illustration :
    Mur ouest, 1ère travée, départ des voûtes. IVR72_19694000439V Vue des deux vaisseaux depuis l'angle sud-est du vaisseau oriental. IVR72_20174010175NUC4A Vue des deux vaisseaux depuis la chapelle du Sacré-Coeur (nord-ouest). IVR72_20174010180NUC4A Vue des deux vaisseaux depuis la tribune (sud-est). IVR72_20174010185NUC4A
1