Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Paulin
    Église paroissiale Saint-Paulin Jau-Dignac-et-Loirac - le Centre - en village - Cadastre : 2013 B5 913
    Historique :
    Dès 1790, les trois anciennes paroisses de Jau, Dignac et Loirac sont rassemblées pour ne former des anciennes églises. Le curé obtient l'interdiction des églises de Jau et de Dignac, tandis que possibilité de travaux de réparations à effectuer dans les églises de Jau et de Dignac, ainsi qu'au presbytère commune de Jau-Dignac-Loirac, arrondissement de Lesparre, Gironde, est érigée en succursale". Par décret du 22 septembre 1850, Jau et Dignac sont désignées chapelles de secours. Le conseil municipal ne Jau et de Dignac sont supprimées par décret du ministre de l’Instruction Publique et des Cultes, le 21 de Jau. Il est également proposé que l'église de Dignac soit érigée en succursale. Le curé Chauchard calmer les esprits. Le ministre de la Justice et des Cultes ratifie l’érection de Dignac en succursale préfet "la bénédiction et l’ouverture de la nouvelle église de Loirac, dimanche prochain 18 octobre". Le 26 août 1849, le ministère de la Justice et des Cultes autorise le trésorier de la Fabrique de Jau à
    Référence documentaire :
    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Eglise AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Eglise . L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac. Pauillac : Société archéologique et historique du Médoc p. 26-36 MONGUILLON Chantal. L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac, 2018 MONGUILLON Chantal AD Gironde. 2 O 1966. Eglise paroissiale. Devis et paiement pour l'achat d'une cloche, 1890. Devis et paiement pour l'achat d'une cloche en cuivre rouge et étain, au fondeur Vauthier (Saint-Emilion paroissiale. Travaux à l'église, 17 novembre 1901. Travaux à l'église (croisées et portail), 17 novembre 1901.
    Représentations :
    Les chapiteaux de la façade sont ornés de feuilles d'acanthe, de pommes de pin et d'une torsade. Le
    Description :
    . Elle est bâtie en moellon enduit et la façade est traitée en pierre de taille ; les chaînages d’angle , les jambes harpées, les encadrements des baies, les solins de murs et la flèche du clocher sont également en pierre de taille. La façade ouvre sur la place publique et dans l’axe de la rue de l’Église 4 pilastres à chapiteaux corinthisants supportant un entablement et un fronton triangulaire mouluré fenêtre en plein-cintre. Les bras de transept présentent un chaînage d'angle en bossage plat et un fronton le flanc nord, à l’extrémité est, est percée une porte dotée d'un porche à colonnes et chapiteaux circulaires à palmes soutenant un entablement et un fronton triangulaire ; sur le flanc sud, une excroissance polygonale est ajourée d'oculus et ornée de crochets. A l’intérieur, l’église comprend une nef unique de 7 Vierge et à saint Joseph. L'abside en cul-de-four est flanquée de deux annexes, servant de sacristies. Au mondiale et une chaire en bois.
    Localisation :
    Jau-Dignac-et-Loirac - le Centre - en village - Cadastre : 2013 B5 913
    Annexe :
    du conseil de fabrique, l'autre du conseil municipal de Jau, Dignac et Loirac, ayant pour objet nouvelle église appelée centrale. La commune de Jau, Loirac et Dignac dont la population n'atteint pas 1800 d'obtenir l'autorisation de démolir les églises ou chapelles de Jau et de Dignac et d'employer les matériaux centre des trois secteurs. Ce projet trouva de la résistance parmi les habitants de Jau et de Dignac des populations de Jau et de Dignac fit conserver les leurs. Depuis cette époque, l'existence simultanée de l'église centrale et des deux chapelles de Jau et de Dignac entretient entre ces populations de Jau et de Dignac ne vont pas à l'église centrale, et non contents de cela, ils empêchent leurs outre par les mêmes délibérations, que les presbytères de Jau et de Dignac soient aussi démolis. je Loirac, et qui ont été choisis par l'archevêque pour être les instruments passifs de ses projets hostiles 22 septembre dernier, l'église de Loirac a seule le titre de succursale, et ses deux autres annexes
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière), 1ère moitié du 20e siècle : place et église
  • Phare de Richard
    Phare de Richard Jau-Dignac-et-Loirac - Matte de Richard la Matte commune - passe de Richard - isolé - Cadastre : 2013 B 1971
    Historique :
    1980. En 1984, des jeunes de Jau-Dignac et Loirac décident de nettoyer les abords du phare afin de le et fort ancien se trouvait placé sur la côte du Médoc, à l’est du village de Jau et servait d’amer . La digue est aménagée avec des escaliers et des parkings sont créés. Les passes de Dignac et du Phare , bien après sa disparition, sur une carte datant de 1837 et fut finalement remplacé en 1843 par une le 2 septembre 1840 par l'ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Deschamps. La tour est bâtie en 1843 par la Maison Prieau de Bordeaux. Elle est haute de 18 mètres et repose sur des fondations en garde-fou métallique et de la lanterne. A l’intérieur se trouve un escalier en vis en pierre de taille -chaussée. Le phare est mis en service le 15 mars 1845. Toutefois, le phare n’étant pas assez haut et donc l'ingénieur Lecointre et construit par la Société Nouvelle des Forges et Chantiers de Méditerranée, à détruit le 17 janvier 1956 et démantelé pièce par pièce. Quant au phare maçonné, il est mis en vente aux
    Référence documentaire :
    . L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac. Pauillac : Société archéologique et historique du Médoc AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Phare AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Phare. Projet p. 1-27 DAHLQUIST Jacqueline. « Le Phare de Richard de la commune de Jau-Dignac-Loirac » DAHLQUIST Jacqueline. « Le Phare de Richard de la commune de Jau-Dignac-Loirac ». Cahiers Médulliens, 21, juin 2014. CHAILLOT Roger. Petite histoire de Jau-Dignac-Loirac CHAILLOT Roger. Petite histoire de Jau-Dignac p. 50-53 MONGUILLON Chantal. L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac, 2018 MONGUILLON Chantal -Loirac. 1973.
    Description :
    tronconique, et s'élève à 18 mètres de hauteur. La tour en maçonnerie est coiffée d'une plateforme et d’une détruit. Le site est aménagé d'un parking et d'une aire de pique-nique.
    Localisation :
    Jau-Dignac-et-Loirac - Matte de Richard la Matte commune - passe de Richard - isolé - Cadastre
    Illustration :
    Carte postale (collection particulière), 1ère moitié du 20e siècle : L'ancien et le nouveau phare Photographie (collection du musée) : lanterne du phare en 2006 et 2009. IVR72_20133300628NUC1A Parking et aire de pique-nique. IVR72_20133300918NUC2A
  • Ancien presbytère de Dignac
    Ancien presbytère de Dignac Jau-Dignac-et-Loirac - Dignac - chemin de Dignac - en écart - Cadastre : 1833 B1 181 2013 B 198
    Historique :
    est érigée en succursale ; par décret du 22 septembre 1850, Jau et Dignac sont désignées chapelles de secours. Les églises de Jau et de Dignac sont supprimées par décret du 21 juin 1851. Vers 1852-1853, la Dignac s'opposent en 1842 à la destruction prévue de leur église. L'émotion et l'hostilité qui en Dignac pour apaiser les tensions locales. Le ministre de la Justice et des Cultes ratifie l’érection de Une cure est mentionnée à Dignac dans les visites paroissiales : consistant en une chambre située entre un chai et un jardin, elle est décrite en mauvais état. Les biens dépendant de la cure (terres Dignac en succursale, le 18 avril 1842. En 1846, les habitants de Dignac se cotisent pour la construction d'un presbytère, bâti par le maçon Pierre Rula et sous la responsabilité de l'entrepreneur Hosteing. La nouvelle église du centre est achevée entre 1844 et 1846. Par décret du 25 mars 1850, elle nouveaux presbytère, mairie et cimetière au Centre. En 1925, le conseil municipal met en vente le terrain
    Référence documentaire :
    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Presbytère . L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac. Pauillac : Société archéologique et historique du Médoc p. 22 MONGUILLON Chantal. L'île aux trois clochers Jau-Dignac-Loirac, 2018 MONGUILLON Chantal AD Gironde 2 O 1966. Presbytère. Construction du presbytère de Dignac, 1846. Construction du presbytère de Dignac, 1846. AD Gironde, 2 O 1966. Presbytère. Démolition du presbytère de Dignac, 1853. Démolition du presbytère de Dignac, 1853. . Vente et adjudication des jardins de l'ancien presbytère (parcelle B182), 11 janvier 1925 Vente et . Cadoret, 1911-1912, tome 1 et 2 (collection des documents inédits sur l'Histoire).
    Localisation :
    Jau-Dignac-et-Loirac - Dignac - chemin de Dignac - en écart - Cadastre : 1833 B1 181 2013 B 198
    Titre courant :
    Ancien presbytère de Dignac
    Annexe :
    , 1853. Presbytère de Dignac : pierre de taille, jambages des portes et des fenêtres, entablement Documentation complémentaire AD Gironde 2 O 1966. Presbytère. Démolition du presbytère de Dignac , cordons, chaînes. "Simplicité du style et distribution paru convenables". La cure "sera démolie et
    Illustration :
    Emplacement de l'ancien presbytère et son jardin aujourd'hui détruits. IVR72_20173300610NUDA
  • Château Lacombe Noaillac, ancien Clos du Broustéra
    Château Lacombe Noaillac, ancien Clos du Broustéra Jau-Dignac-et-Loirac - Noaillac - 8 chemin du Tousquiron - en écart - Cadastre : 1833 D4 1288, 1289, 1291, 1292 à 1296, 1298 2013 D3 1405 à 1408, 1410, 1412, 2269, 2270
    Historique :
    Le hameau est mentionné sous le nom Loubroustra sur la carte de Masse de 1708 et de Desmarais de partie des logis et les anciens chais situés au sud de la propriété conservent des éléments d’Ancien cadastrales, plusieurs familles y sont installées : Meynieu, Bert et Braquessac. La porte de la façade sud du logis principal est dotée d'un châssis métallique avec la date 1833 et les initiales J. / AU / M. Cette , médecin à Listran. Dans l’édition de 1868 de l'ouvrage de Cocks et Féret, M. Popp est propriétaire et produit entre 15 et 20 tonneaux. Dans celle de 1874, Aimé Bert, qui prend la tête du domaine jusque dans l’annexe en rez-de-chaussée la prolongeant à l’est et l’ajout des décors sur la façade nord. Celle-ci et piliers. Le registre des augmentations/diminutions de la matrice cadastrale mentionne en 1875 la et écuries. Au milieu du 20e siècle, le domaine appartient à M. Pion mais ne produit plus que 10 soit intégralement reconstituée par Jean-Michel Lapalu avec la plantation de vignes et devienne le
    Référence documentaire :
    COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et
    Description :
    La demeure et les bâtiments viticoles s’organisent autour d’une cour. Au sud, la demeure principale est comprise dans un alignement de logis et, à l’ouest, les bâtiments viticoles abritent un chai à barriques et des cuves en inox. Au nord, la cour est fermée par un muret sommé d’une grille et un portail à bâtie en pierre de taille et prolongée d’une annexe en rez-de-chaussée à l’est. Sa façade principale pilastres et surmontée d’un entablement décoré d’une tresse avec fleur et d’une corniche à denticules. La du rez-de-chaussée, à plate-bande et chambranle mouluré, sont ornées d’une agrafe et sommées d’une corniche à consoles à motifs géométriques et végétaux ; chacune présente des bas-reliefs de part et d'autre de l'agrafe, représentant : deux poissons affrontés ; des fleurs et des palmettes ; deux losanges palmettes, surmontées d’une corniche à denticules. La façade est soulignée de bandeaux et d’une corniche à modillons. Aux angles, des pilastres sont ornés d’un vase et d’une fleur sculptés. A l’est, l’annexe en rez
    Localisation :
    Jau-Dignac-et-Loirac - Noaillac - 8 chemin du Tousquiron - en écart - Cadastre : 1833 D4 1288, 1289
    Illustration :
    Corps de logis et son annexe, vue du nord-est. IVR72_20133310293NUC4A Anciens chais : portes en plein-cintre et linteau délardé, baie de décharge. IVR72_20133310299NUC4A
1