Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Repaire noble du Planchat, autrement appelé de Péchalmourgue, puis château
    Repaire noble du Planchat, autrement appelé de Péchalmourgue, puis château Montignac - le Planchat - isolé - Cadastre : 1813 D 1161 2011 AW 53
    Historique :
    XVIIe siècle, en 1598 plus précisément, que François de Boussiers achète à Henri IV la justice du ). Il ne s'agit pas non plus des armes de l'épouse de François de Boussiers, Marguerite del Jaricq, dont
    Référence documentaire :
    AD Pyrénées-Atlantiques. B 1911. Vente de la justice du Penchat, autrement Mourgue, à François , autrement Mourgue, à François Boussier, 1598 (document orig. détruit lors de l’incendie de 1908) AD Dordogne. 3 E 2272 (Minutes de Veyssières,notaire à Montignac). Arrentement fait par François de Boussier, sieur de la Vigerie, de son moulin de Peuchalmorgue, 1679 Arrentement fait par François de
    Texte libre :
    François de Boussiers achète la justice du "Penchal, autrement Mourgue" (AD Pyrénées-Atlantiques, B 1911 1911. Vente de la justice du Penchat, autrement Mourgue, à François Boussier, 1598 (document orig E 2272 (Minutes de Veyssières, notaire à Montignac). Arrentement fait par François de Boussier
  • Ville de Montignac
    Ville de Montignac Montignac
    Référence documentaire :
    Extrait de la "Carte des rivières de la Dordogne et de la Vézère" levée pour François de Ferry François-de-Paule Latapie, inspecteur des Manufactures ». Archives historiques du département de la Gironde conseil du commerce en 1785 par François-de-Paule Latapie, inspecteur des Manufactures ». Archives
    Texte libre :
    », fait l’objet de travaux de construction dans le dernier quart du XVe siècle, d’abord par Françoise de Milon, qui achète les mêmes droits pour la justice de La Renaudie et de La Filolie, et pour François de le château et la châtellenie de Montignac à François de Hautefort pour 60 000 livres [27]. 5. Un commerce en 1785 par François-de-Paule Latapie, inspecteur des Manufactures », Archives historiques du
1