Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 8 sur 8 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château Tronquoy-Lalande
    Château Tronquoy-Lalande Saint-Estèphe - Tronquoy-Lalande - R. D. 2 E 3 - isolé - Cadastre : 1825 B1 18 à 25 2015 OB 260, 1455, 1456
    Historique :
    demeure est remaniée : ajout des deux tours, disparition du fronton, toiture en ardoise avec pavillon ; une grande partie du bois est aujourd'hui occupée par des parcelles de vigne. Certains aménagements du parc n'ont pas survécu : ainsi aucune trace du kiosque représenté au début du 20e siècle dans une des de nouveaux chais sont construits sous la direction de l'agence bordelaise Mazières ; l'ancienne
    Référence documentaire :
    GALARD Gustave (de). Album vignicole, 1835 GALARD Gustave (de). Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la p. 179-180 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de
    Description :
    sont en arc segmentaire et présentent un encadrement et des allèges traités en ressaut continu . L'ensemble des baies est orné d'agrafes sculptées. La corniche moulurée alterne modillons sculptés à deux niveaux, délimités par des bandeaux. Le second niveau est percé d'oculus. On retrouve la même que le logis, au sud : transformé, il conserve toutefois la trace des baies de décharge percées sur sa façade au sud percée de 6 ouvertures en plein-cintre, aux arcs moulurés retombant sur des tailloirs. Le
    Auteur :
    [architecte] Atelier des Architectes Mazières
    Annexe :
    Série E Supplément des Archives départementales de la Gironde Les registres des baptêmes, mariages
    Illustration :
    Etable-grange, façade sud : détail des contreforts et des jambes harpées. IVR72_20163302943NUC2A
  • Château Montrose
    Château Montrose Saint-Estèphe - Montrose - isolé - Cadastre : 1825 B2 1034 2015 OB 1386, 401
    Historique :
    entre 2007 et 2013. Dès 2000, un cuvier en inox est construit selon les plans de l'atelier d'architectes Le vignoble de Montrose est créé à partir de 1815 par Etienne-Théodore Dumoulin sur des terres château, des chais et des logements d'ouvriers. D'après les augmentations et diminutions du cadastre, les Théodore fils dans le 2e quart du 19e siècle. Par ailleurs, des constructions de maisons accompagnent celle du château sur la parcelle 1027, probablement des logements pour les ouvriers : 1 maison en 1866, 2 deuxième, 13 hectares, a été conquise par M. Dolfus sur des terrains incultes on ne peut plus propices à la viticulture ; et en suivant pour les plantations, les traditions de M. Dumoulin, en créant des bâtiments d'un cuvier de type médocain, à étage, qui fit l'admiration des membres de l'excursion du congrès aménager un embarcadère au bord de l'estuaire, avec des rails qui le reliaient aux chais et qui permettaient de charger les barriques de vin sur des gabarres. Selon l'ouvrage Châteaux Bordeaux, les parties
    Référence documentaire :
    p. 163-167 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de
    Description :
    et en appentis. A l'arrière un bâtiment abritait peut-être des chais avec un hangar ménagé sur le traité en pierre de taille à bossage ; les fenêtres présentent des plates-bandes avec claveaux à modillons règne sur l'ensemble des façades. La travée centrale est surmontée par un pavillon, percé d'une tandis que le reste des toitures est en tuile creuse. Les ailes en appentis présentent un niveau de comble à surcroît doté de jours semi-circulaires aveugles. Les claveaux ainsi que les encadrements des l'un de l'autre ; l'ensemble a été largement remanié par la construction des nouveaux chais en 2013 (étable-grange) et des logements pour les ouvriers ; là encore, l'ensemble a été largement remanié au
    Auteur :
    [architecte] Atelier des Architectes Mazières [architecte] Baggio-Piechaud [architecte] Maître Louis-Alfred
    Annexe :
    est tout aussi élégant et distingué : des constructions très vastes et parfaitement disposées servent des vendeurs et des acheteurs ; le commerce bordelais a vu aussi avec satisfaction cet empressement des capitalistes parisiens à acquérir nos plus beaux vignobles. La propriété de Montrose fut une des aménagements ; les vignes sont divisées en grands carrés ou pièces régulières séparées les unes des autres et initiative de M. Dumoulin père, l'habile créateur de cette magnifique propriété, présente des avantages , pendant que la maturation des autres s'achève ; et tous arrivent ainsi, à leur tour, dans le fouloir et ne se perd point dans la nuit des temps ; son origine est, au contraire, de date récente, et ce vignoble fameux est, bien certainement, un des plus jeunes du Médoc! En 1812, Montrose n'était, en effet nom assez imagé de Bois-des-Escargots. M. Ch. Dumoulin, - père des vendeurs de M. Mathieu Dolfus, - en effet, et, dès 1815, on vit une première partie du bois faire place aux plus fins cépages. En 1825
    Illustration :
    remplissage des cuves (Château Montrose). IVR72_20173302689NUC1A
  • Presbytère
    Presbytère Saint-Estèphe - rue des Martyrs de la résistance R.D. 2E3 - en village - Cadastre : 1825 A5 1625 2015 OA 1375
    Historique :
    presbytère. La même année, l'architecte bordelais Charles Brun propose les plans et devis du futur presbytère . Des modifications sont demandées pour des raisons économiques : suppression des dépendances , suppression des voûtes de la cave et du plancher de terre... Le conseil municipal souhaite par ailleurs que la . Quant au curé, il voudrait que cette tour fut placée sur un coin et, à défaut, sur une des façades au
    Référence documentaire :
    Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.
    Description :
    fronton triangulaire mouluré et denticulé. Cette travée centrale est soulignée par des chaînes d'angle soutenue par des modillons et marquée au centre de sa plate-bande d'une large agrafe. On y accède par un escalier droit en pierre. Les fenêtres du rez-de-chaussée comme de l'étage présentent des encadrements moulurés à crossettes, des appuis saillants et des allèges à table décorative. Un solin de mur souligne le
    Auteur :
    [architecte] Brun Charles
    Localisation :
    Saint-Estèphe - rue des Martyrs de la résistance R.D. 2E3 - en village - Cadastre : 1825 A5 1625
    Annexe :
    ; le sieur Valet charpentier videra le chai où il a établi son atelier. AM Saint-Estèphe, Registre des nomination des sieurs Lavertu, architecte et Bouey dit Juillac, charpentier pour experts dans les réparations maison curiale ; mauvais état des charpentes et de la couverture ; maison inhabitable dans son état actuel ; réparations d'urgence nécessaires en attendant le printemps. AM Saint-Estèphe, Registre des , Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Délibération sur le jardin de la maison dite maison curiale : décision de faire fermer les portes et fenêtres des chais et cuvier de la cure , 1792/03/10. Visite des portes et descharges par le nommé Pierre Davis, charpentier de haute futaye , auquel d'après ses observations il a été ordonné de fermer exactement avec des bois de traverse les dans un chai qui a une porte au levant, des fenêtres et des cloison en planches au midi, donnant sur le jardin et en a ordonné la clôture ; pour la conservation des effets appartenant à la succession du sieur
  • Château Cos d'Estournel
    Château Cos d'Estournel Saint-Estèphe - Cos d'Estournel - R. D. 2 - isolé - Cadastre : 2015 OC 1403, 1404 1825 C1 185 à 230
    Historique :
    la famille Reybier, des travaux de modernisation sont menés sous la conduite de l'architecte Jean batelées" de pierre de Bourg pour le chantier des "deux pavillons du château". Un plan de 1845 montre le s'agit en fait du cuvier), divers logements destinées aux "valets", des écuries, étables à bœufs, hangars et tour-château d'eau. La demeure voisine et ses dépendances, acquise des frères Labory (et de fait par la famille de Errazu et placés sous l'administration de Jérôme Chiapella, "un des viticulteurs des -Michel Wilmotte : le chai des années 1860 et les constructions attenantes du 20e siècle ont été détruits
    Référence documentaire :
    GALARD Gustave (de). Album vignicole, 1835 GALARD Gustave (de). Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la p. 72-73 et 116-120 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des p. 139 "Rapport de M. de Camiran sur le casier de M. Destournel, et sur le bouchage des bouteilles de M. Eyquem", Actes du Congrès des vignerons français : 2e session tenue à Bordeaux le 18 septembre STOERK J. Bordeaux et ses vins. Album de 25 photographies complété par un tableau du classement des
    Représentations :
    raisins et de rinceaux de vigne. Des amortissements en forme de pomme de pin se retrouvent sur le portail et à la base de chacun des pavillons en pagode. Ceux-ci sont richement ornées de motifs sculptés
    Description :
    enduit. A l'exception des toits polygonaux en zinc des pagodes, toutes les toitures sont en tuile creuse.
    Auteur :
    [architecte] Wilmotte Jean-Michel
    Annexe :
    particulière (Château Pomys), non coté, Courrier à entête de l'Atelier de recherches et d'échanges Les Amis des 1988. Mention des factures concernant la construction du château réalisé par G. Escarraguel, architecte payer les intérêts, plus ou moins usuraires, des emprunts qu'il était obligé de subir. Il est à croire que si la mort eût continué à l'oublier encore, il aurait achevé la désolation des collatéraux qui la Syras de l'Hermitage ont été du goût des Nababs, ou quelque année favorable aura établi la l'écoulement des récoltes, que le commerce bordelais ne recherche que lorsqu'il a absolument besoin de la , - jusqu'en 1848. Le domaine n'avait pas de château et laissait même beaucoup à désirer sous le rapport des -Estèphe ? - "C'est le parc à bœufs de M. d'Estournel, répond le paysan qui revient de ses travaux des les regards des voyageurs qui passent sur la route ; quoi ! ce ne sont là que des chais et des écuries splendides, qui sont une des curiosités du pays. Pour des causes que nous n'avons pas à rechercher ici et
    Illustration :
    Plan du Château de Cos et des environs (...) appartenant à M. L. D'Estournel (...), d’après les Plan du Château de Cos et des environs (...) appartenant à M. L. D'Estournel (...), d’après les Plan du Château de Cos et des environs (...) appartenant à M. L. D'Estournel (...), d’après les Plan des bâtiments du domaine de Cos-d'Estournel (...) appartenant à Mme Vve Errazu (...), dressé Plan des bâtiments du domaine de Cos-d'Estournel (...) appartenant à Mme Vve Errazu (...), dressé Plan des bâtiments du domaine de Cos-d'Estournel (...) appartenant à Mme Vve Errazu (...), dressé Portail monumental : détail des inscriptions. IVR72_20083300069NUC2A Portail monumental : détail des inscriptions. IVR72_20083300070NUC2A Portail monumental : détail des armoiries sculptées. IVR72_20173302768NUC2A Cuvier : détail des pavillons central et oriental. IVR72_20143310293NUC4A
  • Les chais et cuviers de Saint-Estèphe
    Les chais et cuviers de Saint-Estèphe Saint-Estèphe
    Historique :
    Wilmotte dans les années 2000, celui de Montrose par l'atelier d'architectes bordelais Mazières, entre 2007 Les chais (cuviers et espaces de stockage des barriques) datent essentiellement du 19e siècle . Quelques bâtiments (8) sont datés : la plus ancienne date inscrite est 1793 (cuvier des Ormes de Pez) ; la date 1819 figure sur l'une des portes des chais du Château de Pez. Les autres dates se concentrent à la
    Référence documentaire :
    , comme garantie du repos social : recueil uniquement consacré aux progrès de l'agriculture, des sciences et des arts qui s'y rapportent, dans la Gironde et les départements environnants..., 1857, n° 9.
    Description :
    d'un château ; ils n'ont pas fait l'objet d'un dossier spécifique. En revanche, 22 figurent dans des dossiers d'édifices étudiés, notamment les dépendances viticoles des châteaux. On distingue les cuviers fenêtre normale, afin d'être au niveau des charrettes qui apportaient le raisin. Ces cuviers sont souvent accompagnés d'un lieu de stockage des barriques, sous le même volume de toiture, sans distinction nette des l'arrière ; certains bâtiments sont également indépendants de la maison. Les dépendances viticoles des niveau de plancher pour accéder directement à la partie supérieure des cuves. Le cas de Cos d'Estournel orientalisants. Des chais, plus récents, tiennent aussi lieu de "château", sans demeure : Château La Rose Brana ou Château Tour Saint-Fort. Les chais pour le stockage des barriques sont souvent contigus aux
    Illustration :
    remplissage des cuves (Château Montrose). IVR72_20173302689NUC1A
  • Dépendances agricoles et viticoles de Château Pomys
    Dépendances agricoles et viticoles de Château Pomys Saint-Estèphe - Pomys - - isolé - Cadastre : 1825 E2 2447 2015 OE 3141, 3143, 3147, 3029
    Historique :
    plan cadastral de 1825 et le plan des bâtiments dressé en 1886, on peut déterminer les modifications apportées : -l'aile abritant la partie agricole a été agrandie rejoignant ainsi la cuisine des vendanges préexistait sur le plan cadastral ancien. Le décor sculpté du pignon nord rappelle celui des pavillons du : des remaniements (jambages, baies) y sont visibles. En 1852, ces parties agricoles abritent "5 paires Louis Gaspard d'Estournel. L'espace des chais a été rhabillé de la même façon avec un traitement des arcades semblable à celui des écuries. Les chais qui étaient doubles en profondeur, comme l'indique bien . Dans le chai, on dénombre 240 barriques neuves "de l'année dernière", du bois merrain et des barriques vidange. L'aile nord abritant des chais sur le plan de 1886 a été ajoutée au cours du 19e siècle, tout une seule est aujourd'hui conservée. Le château a été occupé par des soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale : des lavabos et des douches avaient été aménagés à cette occasion au nord du
    Représentations :
    des bâtiments : -du jus de raisin s'écoulant remplit une coupe puis déborde et retombe dans deux
    Description :
    soutenus par des poteaux en fonte. Les parties agricoles (hangar, grange, étables, écurie) forment l'aile plusieurs ouvertures en plein-cintre aujourd'hui condamnées. La façade des écuries donnant sur la cour est
    Annexe :
    particulière (Château Pomys), non coté, Courrier à entête de l'Atelier de recherches et d'échanges Les Amis des 1988. Mention des factures concernant la construction du château réalisé par G. Escarraguel, architecte Documentation conservée au château Pomys D’après des recherches menées par Madame Cabane (Les Amis des Archives de la Gironde, section généalogie), vers 1988 ( ?). Notes manuscrites : Collection à Pauillac ; Destournel aurait réalisé lui-même le plan du château ; Pomys vient des Maniban arrivé Marthe de Maniban, fille de Guy de Maniban président de la Cour des Aydes et Marie de Lavie ; la 1688 ; en 1758, partage des biens délaissés par Hélaine de Maniban, chanoinesse de Poussay, petite du roy en la cour des Aydes de Guyenne ; hostel à Bordeaux rue Bouhau, paroisse Ste Eulalie ; Maison A Geniquet paroisse de St Girons en Blayès ; inventaire des titres et papiers conservés dans le (Château Pomys), non coté, État de liquidation des biens délaissés par Guy de Maniban et Marie de Lavie
    Illustration :
    Chais : détail des baies. IVR72_20163302852NUC2A Bâtiment accolé à la façade postérieure (nord) des chais. IVR72_20163302843NUC2A Bâtiment accolé à la façade postérieure (nord) des chais. IVR72_20163302844NUC2A Anciennes boulangerie et cuisine des vendanges. IVR72_20163302890NUC2A Anciennes boulangerie et cuisine des vendanges : cheminée avec four à pain. IVR72_20163302891NUC2A Alignement ouest : ancien logement du cocher avec ateliers et chais à bois dans le prolongement Alignement ouest : hangar à bois et atelier de tonnellerie. IVR72_20163302849NUC2A
  • Château Capbern-Gasqueton, ancien presbytère
    Château Capbern-Gasqueton, ancien presbytère Saint-Estèphe - - rue de Capbern - en village - Cadastre : 1825 A5 1616 à 1618 2015 OA 1374, 1954, 1955, 1957, 2307, 2308
    Historique :
    le siège du domaine Capbern. L'ancienne maison curiale est en mauvais état dès la fin du 18e siècle à la commune. Sur le plan cadastral de 1825, on distingue ainsi des parcelles bien distinctes, la parcelle 1618 avec la cour des dépendances au sud, et la parcelle 1617 avec la tour au nord ; les chais et cuviers constituent la parcelle 1616. L'alliance des familles Capbern et Gasqueton remonte au mariage de
    Référence documentaire :
    p. 113 GINESTET Bernard. Saint-Estèphe. Paris : Nathan, 1985. (Le Grand Bernard des vins de France). Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794. Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862. Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.
    Description :
    L'ensemble des bâtiments qui forment le château Capbern-Gasqueton, situé à l'est de l'église, est toiture en tuile creuse ; -une cour de dépendances au sud-ouest accessible par un porche ; -des chais et comme simples décors. On note la dissymétrie des travées avec 3 travées latérales d'un côté et seulement corps de logis accolés. Outre la rupture de toiture et la différence des matériaux de couverture, on remarque la différence entre les corniches et le décalage des bandeaux médians moulurés. Les fenêtres des présentent des arcs segmentaires, comme l'ensemble des ouvertures du rez-de-chaussée. Elles ont été remaniées corniche à modillons règnent sur l'ensemble des façades. Les fenêtres sont à linteau droit ou plate-bande la cour des dépendances et les bâtiments de dépendance, probablement composés de logements d'ouvriers
    Annexe :
    ; le sieur Valet charpentier videra le chai où il a établi son atelier. AM Saint-Estèphe, Registre des nomination des sieurs Lavertu, architecte et Bouey dit Juillac, charpentier pour experts dans les réparations Ventes des biens nationaux Histoire économique de la révolution française, Vente des Biens , originaire des Pyrénées et propriétaire à Bordeaux de plusieurs immeubles dont l'hôtel des Quatres Nations maison curiale ; mauvais état des charpentes et de la couverture ; maison inhabitable dans son état actuel ; réparations d'urgence nécessaires en attendant le printemps. AM Saint-Estèphe, Registre des , Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Délibération sur le jardin de la maison dite maison curiale : décision de faire fermer les portes et fenêtres des chais et cuvier de la cure , 1792/03/10. Visite des portes et descharges par le nommé Pierre Davis, charpentier de haute futaye , auquel d'après ses observations il a été ordonné de fermer exactement avec des bois de traverse les
    Illustration :
    Façade est : détail des baies. IVR72_20163302139NUC2A Vue intérieure, salon principal : détail des moulures du plafond. IVR72_20163302114NUC2A Vue intérieure, 2e salle nord : détail des moulures du plafond. IVR72_20163302119NUC2A Vue intérieure : escalier secondaire, détail des marches en pierre au niveau du soubassement Porche d'accès à la cour des communs. IVR72_20163302157NUC2A
  • Château Pomys
    Château Pomys Saint-Estèphe - Pomys - isolé - Cadastre : 1825 E2 2448, 2449 2015 OE 3419, 3420, 3116, 3142
    Historique :
    l'inventaire après décès de Guy de Maniban, président de la Cour des Aydes, daté du 3 janvier 1689. Il avait acquis des biens à Saint-Estèphe en 1676, parmi lesquels peut-être Poumeys. Lors de l'inventaire après probablement à cette période qu'il engage d'importants travaux à Pomys. Les motifs sculptés des pavillons du n'est pas dotée à cette époque de lucarnes ; les deux pavillons carrés présentent des toitures galbées entouré de bosquets, des allées sont ménagées avec des ponts. Les augmentations et diminutions du cadastre francs) : Charles Martyns a donc sans doute opéré des modifications sur la demeure. En 1869, les domaines . D'après les éditions successives des ouvrages de Cocks et Féret, le domaine passe en 1889 à MM. Hostein
    Représentations :
    Au-dessus de la porte de la tour octogonale figurent des armoiries quasi identiques à celles
    Description :
    un jardin à l'est et sur une cour à l'ouest, délimitée par des bâtiments de dépendance (viticoles au lesquelles sont greffés des portiques, de plan rectangulaire à l'ouest, semi-circulaire à l'est, larges de trois travées. Le traitement des façades est similaire, composées de 7 travées, les travées aux appuis des fenêtres du premier étage règnent sur l'ensemble des façades. Les fenêtres de l'étage présentent des chambranles moulurés et sont surmontées de corniches. Une corniche à modillons souligne la elles portent l'initiale E de la famille Errazu. Le décor des portiques est également particulièrement sud abritait semble-t-il un puits : le décor des tables sculptées fait référence à cette thématique corniche à modillons couronne l'ensemble du pavillon ; la tour nord présente des tables cintrées ornées de ; les encadrements des jours percés sur trois niveaux (rectangulaires au rez-de-chaussée, ovales au
    Annexe :
    particulière (Château Pomys), non coté, Courrier à entête de l'Atelier de recherches et d'échanges Les Amis des 1988. Mention des factures concernant la construction du château réalisé par G. Escarraguel, architecte Documentation complémentaire AD Gironde, série E suppl. (inventaire) -1719-1730 : Registre des , seigneur de Livran, ancien président à la Cour des Aides, fils de feu Alphonse de Maniban et de feu Henriette de Larochefouceau (17 décembre 1721). -1768-1791 : Registre des sépultures de l'église de St -Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1899 à 1922, Projet de création d'un hôpital Documentation conservée au château Pomys D’après des recherches menées par Madame Cabane (Les Amis des Archives de la Gironde, section généalogie), vers 1988 ( ?). Notes manuscrites : Collection à Pauillac ; Destournel aurait réalisé lui-même le plan du château ; Pomys vient des Maniban arrivé Marthe de Maniban, fille de Guy de Maniban président de la Cour des Aydes et Marie de Lavie ; la
    Illustration :
    Plan du Château Pomys et de ses bâtiments d'exploitation (...), 1886 : détail des logements Plan du Château Pomys et de ses bâtiments d'exploitation (...), 1886 : détail des bâtiments de la Plan du Château Pomys et de ses bâtiments d'exploitation (...), 1886 : détail des bâtiments de la Façade latérale sud : détail des lucarnes. IVR72_20163302893NUC2A Façade est, porche : détail des entrevous et des chapiteaux des colonnes. IVR72_20163302911NUC2A Tour nord : détail des armoiries sculptées de la porte. IVR72_20163302858NUC2A Tour nord : détail des parties hautes. IVR72_20163302859NUC2A Tour nord : détail des créneaux sculptés. IVR72_20163302860NUC2A Tour nord : détail des créneaux sculptés. IVR72_20163302864NUC2A
1