Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 9 sur 9 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Villa des Roses, ancien établissement vinicole
    Villa des Roses, ancien établissement vinicole Margaux - rue Mermoz - Cadastre : 1826 C 980, 985 2008 AI 310, 870
    Historique :
    construction d'une maison en 1872 et d'un chai avec comptoir et atelier en 1885. Des plans pour "un établissement vinicole", dressés par l'architecte Ernest Minvielle et datés de janvier à juillet 1885, sont , l'élévation des bâtiments dressée le 21 mars 1885 ne propose plus que 3 vaisseaux. Ces espaces ont été
    Description :
    La maison est située à distance des bâtiments de vinification. Elle est en rez-de-chaussée et
    Auteur :
    [architecte] Minvielle Ernest
    Titre courant :
    Villa des Roses, ancien établissement vinicole
    Appellations :
    Villa des Roses
    Illustration :
    Monsieur A. Tillet à Bordeaux. Bâtiments vinicoles à Margaux. Détails des casiers
  • Bâtiments de vinification de Château Margaux
    Bâtiments de vinification de Château Margaux Margaux - Château Margaux - en village - Cadastre : 1826 B 34, 35 2009 OB 23
    Historique :
    ". Un chai enterré a été aménagé en 1981-1982 par l'architecte Bernard Mazières. Des réaménagements réalisé en mai 1796 mentionne les "chais et cuvier, ces derniers objets ayant besoin des plus grandes réparations, une partie des bâtiments de cours tombant en ruine". Ils abritent alors "23 cuves dont 14 bâtiments de vinification et bâtiments de ferme et logements. Édouard Guillon décrit des bâtiments en 1866  : "Le cuvier a des pressoirs en pierre et une vingtaine de cuves, écoulant de 12 à 15 tonneaux. Le chai est des plus curieux du Médoc, il est grand, très élevé, peut contenir 300 tonneaux en sole, et est , sous la direction de l'architecte Norman Foster, sont en cours de réalisation (2013-2015).
    Référence documentaire :
    p. 66-68 BROICHOT Christophe. Etre et paraître : bâtir des châteaux en Bordelais. Bordeaux : Ecole description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.
    Description :
    de la cour, le long du mur de clôture. L'ajout d'un nouveau cuvier construit par l'architecte Norman
    Auteur :
    [] Mazières Bernard [architecte] Foster Norman
    Annexe :
    allées d´entrée, bâtiments pour le logement des agriculteurs, parcs, granges, hangars, chais et cuvier , ces derniers objets ayant besoin des plus grandes réparations, une partie des bâtiments de cours tombant en ruine, jardin, terres labourables, parc des tilleuls, fontaine, lavoir, vivier, vignes hautes , moulin à vent, maison et jardin du meunier, matte de rivière au devant des dits moulin et bâtiment du l´expertise des vaisseaux vinaires, bétail et outils aratoires, à laquelle expertise nous nous , qui paraît avoir été la propriété des ducs d´Aquitaine. Au XVe siècle, il était à la famille de mètres de large, communiquant par de vastes canaux à la Gironde et ayant résisté à des sièges et à des même coup l´un des premiers crûs du Médoc, avec le premier crû des Graves. M. d´Aulède fut un homme de Fumel, qui fut évêque, et Joseph de Fumel, le plus illustre des seigneurs de Haut-Brion et de chevalier du Barry, dit comte d´Argicourt, de la famille de sa mère et qui était capitaine des Suisses du
    Illustration :
    Carte postale : Château Margaux, 1er grand Cru classé, intérieur du chai des vins nouveaux Carte postale : Château Margaux, grand chai des vins nouveaux. IVR72_20103302618NUC2A Maquette : cour des bâtiments de vinification. IVR72_20103302937NUCA Cour des bâtiments de vinification : détail d'édicule disposé dans l'angle nord-est Cour des bâtiments de vinification : pompe à eau. IVR72_20103302955NUCA Abreuvoir situé le long du mur de clôture de la cour des bâtiments de vinification
  • Château Vincent, Relais de Margaux
    Château Vincent, Relais de Margaux Margaux - l' Ile Vincent - en écart - Cadastre : 1826 A1 5 à 10 2008 A1 14, 15, 16
    Historique :
    l'architecte Bernard Mazières. Un parcours de golf est également créé à cette époque. Un spa et un restaurant bâtiment y est présent et deux fossés permettent l'écoulement des eaux. Un château viticole y est des alluvions relativement récentes, contiennent beaucoup de sable, et produisent un vin délicat et toutefois été largement remaniés et transformés en hôtel en 1998, avec des extensions réalisées par
    Description :
    continu et séparé de l'étage par un bandeau continu. Les appuis des fenêtres de l'étage forment également bandeau. Ces dernières présentent des encadrements moulurés. Les chaînes d'angle sont harpées au rez-de pignon. Il est composé d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît ouvert par des baies en plein
    Auteur :
    [architecte): Piechaud Anne] Mazières Bernard [architecte] Baggio Patrick [architecte] Piechaud Anne
    Illustration :
    Vue d'ensemble des nouveaux bâtiments abritant un spa. IVR72_20103300461NUCA
  • Château Lascombes
    Château Lascombes Margaux - Segones - en écart - Cadastre : 1826 D3 1223 à 1229 2008 AD 1, 2, 3, 5, 253, 254, 258
    Historique :
    ), en hérite. Des travaux sont confiés à l'architecte Louis-Michel Garros, qui propose un projet dans façade sud ouvert de baies à arc segmentaire et une partie de l'aile des chais en retour d'équerre un style néo-anglais, habituellement daté de 1875. Toutefois, les plans de l'architecte ne portent l'achat de Marquis d'Alesme Becker (14 ha) en 1919. C'est ainsi qu'il est dénommé sur des cartes postales
    Parties constituantes non étudiées :
    atelier de conditionnement
    Référence documentaire :
    p. 130 CARDOZE, Edmond. La carte postale des châteaux de la Gironde. Pierre Fanlac, 1985. DANTARRIBE, Cécile. Les communs des châteaux viticoles de Louis Michel Garros en gironde. Reflet des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3. , Tableau des recherches d'archives. Document pdf conservé au château, décembre 2015-janvier 2016.
    Description :
    bâtiment. Les anciens chais abritent aujourd'hui des locaux techniques (chaufferie, atelier, local du Situé dans le quartier de Segones et entouré d'un parc, le château est accompagné des bâtiments de . Sur le rez-de-chaussée sont greffées des extensions, l'une donnant accès au vestibule, l'autre rez-de-chaussée présentent des formes variées (bow window, à traverse et meneaux, allèges avec tables faux mâchicoulis. Les lucarnes présentent des frontons triangulaires à redents avec un motif de rond vient se greffer une tourelle circulaire avec des pierres d'attente, correspondant au pavillon prévu par pignons découverts présentent des redents. Le pignon oriental est aveugle exceptées deux baies qui encadrent le conduit des cheminées traité en ressaut. Le pignon occidental est percé en rez-de-chaussée en inox et en bois et le 4e niveau permettant l'accès au haut des cuves. Un autre bâtiment abrite les machines permettant le conditionnement et l'expédition des bouteilles. Un logement secondaire de plan
    Auteur :
    [architecte] Garros Louis-Michel
    Annexe :
    Chevalier Antoine de Lascombes à Alexis Lichine, Tableau des recherches d'archives. Document pdf conservé au Louise de Rauzan, précédé des articles du mariage, 26 août 1679. - AD Gironde, 2 E 1763. Achat du Domaine maison ("bourdieu"), chais, cuviers et toutes dépendances situés à Margaux joint un état des paiements long sur leurs rapports ; il avait reçu les 2/3 des biens de Margaux et sa sœur Anne, le tiers restant vendanges à Margaux (…) seule vende le total des vins (...)" ; en cas de pré-décès de sa fille, Anne est maison basse sans aucun meuble, environ 10 ha de vignes, pour 60.600 F (le prix des immeubles est 48.000 F) ; contient un état des vaisseaux vinaires du Domaine (vendus pour 12.600 F). AD Gironde, 3 E de 60.000 F ; comprend un état estimatif des meubles de la maison (comptant pour 7.800 F dans la ), hérite des 2 autres tiers de Anne-Valérie Lascombes, fille de Jean-François, par testament du 1er août du Domaine de Lascombes (et cahier des charges partiel de la vente), 2 juillet 1844. Explications en
    Illustration :
    Façade nord-ouest : détail de la balustrade avec ses motifs trilobés et des tables décoratives Vue d'ensemble du château et de son parc au milieu des vignes. IVR72_20103300219NUCA Vue d'ensemble du château au milieu des vignes. IVR72_20103300220NUCA Vue d'ensemble des chais. IVR72_20103300203NUCA Cuvier : deuxième niveau en rez-de-chaussée, avec en partie latérale des cuves en ciment Cuvier, deuxième niveau en rez-de-chaussée : accès au premier niveau des cuves enterrées Cuvier : vue d'ensemble du troisième niveau, partie latérale abritant des cuves en chêne Cuvier : vue d'ensemble du quatrième niveau donnant accès au sommet des cuves Cuvier : vue d'ensemble du quatrième niveau donnant accès au sommet des cuves Bâtiment situé dans la zone des expéditions. IVR72_20103300225NUCA
  • Château de Labégorce
    Château de Labégorce Margaux - Labégorce - en écart - Cadastre : 1826 A3 792 à 798 2008 AB 114
    Historique :
    Jehan Colom, riche bourgeois de Bordeaux. En 1390, elle passe aux mains des Durasfort, également est situé à l'ouest des bâtiments. A la Révolution, le domaine est divisé : l'Abbé Gorce revient à la construire un château par l'architecte Armand Corcelles. Ce bâtiment figure sur le cadastre de 1826 et cette époque, la demeure est coiffée d'un simple toit à croupes et les allèges des baies de l'étage ne -Beaucourt, qui y fait de nombreux travaux. Il demande notamment à l'architecte Ernest Minvielle de remanier
    Référence documentaire :
    p. 130 CARDOZE, Edmond. La carte postale des châteaux de la Gironde. Pierre Fanlac, 1985. 12e livraison, n°3 GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3. dictionnaire des artistes. Les éditions de l'armateur, 1985.
    Description :
    des remises, des ateliers, les zones de conditionnement et d'expédition, avec également un espace la travée centrale présentent des corniches soutenues par des consoles à volutes. Les baies de l'étage ont des chambranles moulurés et des allèges à balustres. Les travées latérales sont ouvertes par des fenêtres alternant des encadrements avec ou sans moulures. L'ensemble des fenêtres de l'étage sont terrasse protégée par un toit polygonal en ardoise, soutenu par des colonnes métalliques imitation tronc et forment une cour fermée par une grille. Le bâtiment occidental à étage carré abrite des logements tandis
    Auteur :
    [architecte] Corcelles Armand [architecte] Minvielle Ernest
    Annexe :
    on retrouve des traces depuis le XVe siècle. Il est question des titres de l´an 1486, des graves de Labégorce, de l´Oustav de Labégorce, et du Courneau, (village) de Labégorce ; le tout dépendait alors des ´architecte Minvielle, un château qui est un édifice assez lourd, élevé de plusieurs étages et recouvert d´une surmonté par aucune tourelle, par aucun pavillon. A côté s´élève la maison des dames de Gorce, qui a . Masson et fils, 1868 (2e édition). p.112-114 "Le château, bâti par le célèbre architecte bordelais Corcelles, restauré et exhaussé par M. Minvielle, est un des plus beaux et des mieux situés de la commune de
    Illustration :
    Bâtiment de dépendances occidental abritant notamment des ateliers. IVR72_20103302741NUCA Bâtiment de dépendances oriental, abritant notamment l'accueil et des bureaux
  • Château Durfort-Vivens
    Château Durfort-Vivens Margaux - en village - Cadastre : 1826 B 232, 233 2008 AD 244, 225
    Historique :
    probablement dans le 4e quart du 19e siècle que les chais sont construits. Des bâtiments figurent à cet nouveaux bâtiments (cuvier, accueil et espace expéditions) sont construits en 2009 par l'architecte Fabien
    Référence documentaire :
    description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.
    Description :
    d'autre l' inscription CUVIER. Elle est couverte par un toit à deux pans débordant soutenu par des des bâtiments qui abrite la tonnellerie : la façade extérieure arrondie présente un rez-de-chaussée et encadrements des baies sont en pierre de taille et brique. Les arcs segmentaires en saillie sont soutenus par des pilastres sommés de volutes. La porte d'accès principale présente un linteau à coussinets au soutenues par des colonnes en fonte. Le chai de l'étage est doté d'une charpente en bois. Ce bâtiment est venu s'accoler à un bâtiment plus ancien dont des éléments de murs sont conservés. Ce bâtiment parallèle qui était peut-être à l'origine une écurie, abrite aujourd'hui des cuves en ciment nouvellement installées. Un cuvier plus récent a également été installé au nord de la cour, avec des cuves en ciment. Ce bâtiment ainsi que l'accueil et les ateliers d'expédition sont réalisés en imitation brique et bardage bois . Les parcelles de vigne de Durfort-Vivens se situent en partie, à l'est des bâtiments, de l'autre côté
    Auteur :
    [architecte] Sterlin Xavier [architecte] Pédelaborde Fabien
    Illustration :
    Vue d'ensemble des chais depuis l'est. IVR72_20103300450NUCA Façade occidentale des chais. IVR72_20103302690NUCA Cuvier : détail de la charpente en bois soutenue par des aisseliers en fer. IVR72_20103302684NUCA Tonnellerie : jonction entre les murs du cuvier et des chais. IVR72_20103302682NUCA Chai semi-enterré : détail des colonnes en fonte soutenant les entrevous en briques
  • Les chais et les cuviers de Margaux
    Les chais et les cuviers de Margaux Margaux - en village
    Historique :
    . Quelques architectes se sont spécialisés dans la construction d´espaces viticoles, comme Bernard Mazières un même espace cuvier et chais de vieillissement. Celui du château Doumens présente des baies en arc segmentaire et une corniche en quart de rond. Le château Rauzan-Ségla conserve également des chais du 18e des vins). On note également deux exemples de chais à barriques installés dans le niveau de soubassement d´une demeure en rez-de-chaussée surélevé (Château Segones et Château Canuet). La plupart des des bâtiments distincts mais souvent juxtaposés. Une seule date portée a été recensée, correspondant revanche, quatre chais peuvent être attribués à un architecte : celui de Château Margaux à Louis Combes (1802-1811), ceux de La Colonie et de Malescot-Saint-Exupéry à l´architecte Louis-Michel Garros et enfin celui de la Villa des Roses à Ernest Minvielle. Certains chais ont été détruits (maison de vigneron de , qui a conçu le chai souterrain de Château Margaux. L´intérieur des chais a été ainsi profondément
    Description :
    On peut distinguer les chais dépendant des grands châteaux viticoles, qui présentent bien souvent une architecture monumentale et soignée, des chais accompagnant les maisons de vigneron plus modestes jouxtant le château et celui de La Colonie) constituent des modèles du genre. Autres exemples de cuviers à ´intérieur des bâtiments. Il est parfois difficile d´identifier exactement la fonction de certains bâtiments de dépendance présents dans le bourg, accompagnant les maisons dans des arrière-cours : s´agissant de , leur fonction n´a pas pu être précisée. En revanche, d´autres se distinguent nettement avec des Clos des Quatre Vents, dont les dimensions importantes correspondent certainement à la production en cuviers de Durfort-Vivens présentent une architecture soignée avec une recherche au niveau des matériaux charpente en bois renforcée par des tirants et des tendeurs métalliques. Cette technique permettait d´offrir facilement. Enfin les chais de la Villa des Roses, réalisés par Ernest Minvielle, se distinguent par leur
    Illustration :
    Villa des Roses : projet d'Ernest Minvielle. IVR72_20083300239NUCA Cuvier du Clos des Quatre Vents. IVR72_20103302573NUCA Château Margaux : chai de seconde année, construit par Bernard Mazières. IVR72_20103302942NUCA
  • Château Margaux
    Château Margaux Margaux - Château Margaux - isolé - Cadastre : 1826 B 28 à 39 2010 OB 17 à 24
    Historique :
    Le château Margaux est attesté dès le 14e siècle, époque à laquelle il porte le nom de château La le 12 février 1481, et le transmet à sa fille, épouse de Jean de Lory, écuyer, prévôt des ouvriers Président de la cour, Marc-Antoine de Gourgues, elle engage à Margaux des travaux d’embellissement du supervisé par le maître architecte Gilles (ou Gilbert) Favereau. Le corps de logis central est complété de Pierre de Lestonnac, puis dès 1653, au fils de ce dernier Jean-Denis d’Aulède de Lestonnac. En 1682, sa , qui fait raser l'ancien château fort et construire l'actuel château par l'architecte Louis Combes. Ce couverts de toits brisés. Le fronton triangulaire devait porter un décor sculpté avec des putti. Les plans en élévation des façades du projet réalisé présentent toutefois quelques variantes avec le résultat postérieure n'est pas dotée de l'escalier en fer à cheval. Des projets de colombier et de volière ainsi par le pépiniériste Toussaint-Yves Catros, avec à l'est un jardin à l'anglaise avec des allées
    Référence documentaire :
    4e livraison, n°4 GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d des grands vins de la Gironde. Bordeaux : Chaumas, 1868. p. 294 BERTALL Charles-Albert d'Arnould, connu sous le nom de. La Vigne, voyage autour des vins de p. 113-115 FREGNAC, Claude. Merveilles des châteaux de Languedoc et de Guyenne. Paris : Hachette description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3. Bordeaux, 8 octobre 2009. Aux origines des grands châteaux du Bordelais. Http : // academie.vinsbordeaux.fr
    Description :
    Le domaine est composé du château entouré d'un parc et accompagné à l'est des bâtiments de vinification et à l'ouest d'une cour dite des artisans. Le village des vignerons, avec un alignement de sépare nettement le logis des bâtiments de dépendances qui l'entourent. La demeure est composée d'un centrales étant séparées par des pilastres à chapiteaux ioniques et précédées d'un péristyle avec plafond à supporté par des pilastres à chapiteaux ioniques. L'escalier diffère également : le rez-de-chaussée stockage et aujourd'hui restauré. A l'ouest du château, un parc boisé conserve encore les vestiges des allées, du puits artésien et des fossés de circulation d'eau alimentant le vivier. L'espace qui a peut
    Auteur :
    [architecte] Combes Louis
    Annexe :
    ruisseau de l´Aubion. Madame de Beauclair possède cet enclos ainsi que des dépendances pour les avoir de temps immémorial s´écoulaient au château par des tuyaux de terre souterrains, placés à l´est et en . Bertrand Douat, marquis de La Colonilla, l´un des précédents propriétaires du château Margaux, le dit sieur de terre qui portaient au château tout le surplus des eaux de la dite fontaine, suivant ce même acte de Madame de Beauclair, a fait remplacer les tuyaux de terre sus-mentionnés par des tuyaux de plomb m, sous le milieu d´une des principales allées du jardin de Madame de Beauclair, retourne ensuite du potager du château. Le second des dits tuyaux, celui qui traverse la prairie de Madame de Beauclair, a été particulièrement à éviter avec soin à ce qu´il repasse au-dessus des tuyaux aucune charrette chargée qui puisse principale et autres bâtiments pour le logement des cultivateurs, cours, allées, jardins, port ou havre ´agriculteur, grange, parc, vignes, terres et landes dans la commune de Soussans. Plus des bois situés dans la
    Illustration :
    Portique : détail des caissons sculptés. IVR72_20103305384NUCA Forêt : vestige des allées du plan de 1927 réalisé par le paysagiste Duprat. IVR72_20103302994NUCA Forêt : vestiges des allées dessinées par le paysagiste Duprat en 1927. IVR72_20103302995NUCA Forêt : réseau de fossés pour drainage des eaux. IVR72_20103302997NUCA Allée sud longeant la forêt depuis la rue des Vignerons. IVR72_20103302970NUCA Vignes : vue d'ensemble de la fontaine monumentales et des cabanes de vigne. IVR72_20103303518NUCA
  • Château Desmirail, aujourd'hui château Marquis d'Alesme-Becker
    Château Desmirail, aujourd'hui château Marquis d'Alesme-Becker Margaux - en village - Cadastre : 1826 B 77 1960 AC 138
    Historique :
    n'est toutefois pas clair. L'édifice actuel conserve des éléments anciens mais l'ensemble a été plans de ce belvédère furent publiés vers 1881 dans un ouvrage de J. Ferrand, architecte, consacré aux demeure est accompagnée d'un commentaire confirmant l'attribution des plans à M. Ferrand. L'existence d'un puits artésien est également mentionnée. Des augmentations de construction sont mentionnées en 1860 et moitié des vignes et la marque commerciale Desmirail sont vendues à château Palmer (Cantenac) par le propriétaire de l'époque la société Chaplin and Co. L'autre moitié des vignes et le château désormais appelé de Labégorce, Labégorce-Zédé et l'abbé Gorsse. Des bâtiments de dépendance, ne sont conservés qu'une partie de l'écurie, l'ensemble du cuvier et des chais ayant été remaniés en 1998 (Digneaux et Maurice, architectes). La "vacherie" octogonale, mentionnée par Édouard Guillon, a été détruite après 1975 . Un bâtiment de dépendance avec des encadrements en brique et pierre correspond peut-être à la cuisine
    Référence documentaire :
    p. 129 CARDOZE, Edmond. La carte postale des châteaux de la Gironde. Pierre Fanlac, 1985. . Charpentes mixtes en fer, fonte et bois. Charpentes décoratives pour ateliers, magasins, halles, hangars description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.
    Description :
    des tables en tuffeau et en brique. On retrouve ces tables en brique séparant chaque fenêtre du rez-de pierre qui se prolonge par les lucarnes, simples pour les pavillons et doubles au-dessus des deux travées surmontée des initiales JS (Joseph Sipière) inscrites dans un cartouche, entouré de pampres de vigne. Le faîte des toits est orné d'épis de faîtage en zinc. Le pavillon oriental est doté d'un belvédère . L'accès au château s'effectue par une allée encadrée par deux pavillons, dont l'un porte des lettres (SD  ?) et des raisins.
    Annexe :
    même de Margaux, près des bords du petit ruisseau qui traverse la commune ; il faisait autrefois partie les familles nobles des environs. Le fils se lança aussi au barreau, s´y rendit célèbre, et fut , avec encadrement de pierres blanches d´un fort bel effet ; cette façade est rehaussée par des sculptures, balustres, des fenêtres à la Mansard ; le tout surmonté par des faîtages ardoisés, des pavillons , des belvéders [sic], des girouettes et une multitude de pointes métalliques, surmontées de boules original. On arrive au château par des entrées grillées, entre lesquelles sont des baraques en vieilles -d´Alesme est l´un des trois premiers créés dans la région de Margaux en 1585 par le marquis d´Alesme des promoteurs dans la création des vignobles du Médoc et a fait enregistrer son cru en 1616 (...). L , 1978, tome LXX. p. 211-214. Résumé : Le 6 vendémiaire an VIII, contrat qui mentionne le nom des , Rolland devint le seul détenteur de la propriété Dalesme en rachetant les parts des deux autres. Mention
    Illustration :
    Plan du domaine dressé pour le propriétaire M. Sipière (1859) : détail des bâtiments Vue d'ensemble du château et des chais depuis l'est. IVR72_20103300430NUCA Vue d'ensemble des chais depuis l'est. IVR72_20103300433NUCA
1