Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de 2 clôtures de chapelle et d'une clôture des fonts baptismaux
    Ensemble de 2 clôtures de chapelle et d'une clôture des fonts baptismaux Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    (juillet 1893), par le serrurier dacquois Prosper Séris, qui avait également travaillé à Gourbera en 1868 l'inventaire de 1906. La clôture de chœur fournie en même temps a été supprimée après le concile Vatican II et
    Référence documentaire :
    Fourniture de trois "appuis de communion" et de la balustrade de la tribune par le serrurier
  • Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes
    Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    Vincent de Xaintes, apôtre semi-mythique de la Novempopulanie, vers le début du Ve siècle. Le martyre de passage (interpolé au Xe siècle) d'un manuscrit du VIIIe siècle à Wolfenbüttel. De fait, l'édifice le plus rempart antique de la ville, à l'angle sud-ouest, l'église était exposée à de multiples dangers. Aussi le l'atteste le Liber rubeus du diocèse de Dax. Quelques décennies plus tard, vers 1120, l'église Saint-Vincent , donation confirmée à deux reprises par le légat Gérard d'Angoulême et le pape Calixte II. Dès le XIe siècle de la mise en œuvre et l'exiguïté de l'édifice obligèrent toutefois à le reconstruire une nouvelle lieu aux soumissions de plusieurs architectes, parmi lesquels le Nantais Paul Coupry et le Dacquois Roger Legrand. Le projet du second, qui prévoyait la conservation du clocher et de la nef du XVIe siècle voûtement au profit de simples plafonds charpentés, déplacement des absidioles du transept - le plan est mis (maçonnerie et charpenterie) et Célestin Louges (peinture). Le sanctuaire est consacré dès le 19 novembre 1893
    Description :
    le couvent des dominicaines. Elle est bâtie en moellon de Bidache et en pierre de taille calcaire de hémicycle à volume extérieur pentagonal, elle aussi couverte d'un cul-de-four. Le massif oriental présente
    Annexe :
    l'architecte de la ville de Dax sur l'état de l'église. 1856 : loterie organisée pour le financement de "la Sanguinet) d'une cloche et d'une horloge pour l'église, fournies par le fondeur dacquois François Delestan (27 mai) : rapport de l'architecte municipal V. Sanguinet sur le même sujet, préconisant architectes Paul Coupry, de Nantes (projet n° 5), et Roger Legrand, de Dax (projet "Alléluia"). Le projet de ce dernier est retenu, mais n'aura pas de suite. 1880 : la foudre tombe sur le clocher ; réparations réalisation de son vœu le plus cher". 1889 (20 mars) : deuxième projet de reconstruction par E. Ricard. Le devis estimatif mentionne le remploi des moellons de l'ancienne église et l'emploi de moellon dur de Crédit Foncier, approuvé par le préfet. 1891 (27 juin) : cahier des charges, par E. Ricard. 1891 (30 ; le négociant en bois Etienne Bernadet (Dax) ; les charpentiers dacquois Etienne Cazalis, Marcel Mages Despagnet (Aire), les associés Jean Laborde et Jean-Baptiste Cazalis (Bayonne). Travaux adjugés le même jour
    Illustration :
    -de-four de l'abside (Dieu le Père et Saint-Esprit). IVR72_20134002525NUC2A Ensemble depuis le sud-ouest. IVR72_19844000061V Ensemble depuis le sud. IVR72_19844000062V Ensemble depuis le sud. IVR72_20124001013NUC2A Ensemble depuis le nord-est. IVR72_20124000833NUC2A Flanc est de l'église avec le couvent des lazaristes dans le prolongement. IVR72_19844000049V Vue intérieure : champ dans le vaisseau central. IVR72_20124000951NUC2A Vue intérieure depuis le choeur. IVR72_19844000063V Vue intérieure : champ dans le collatéral droit. IVR72_20124000948NUC2A Vue intérieure depuis le collatéral gauche. IVR72_20124000953NUC2A
  • Tombeau de la famille Milliès-Lacroix
    Tombeau de la famille Milliès-Lacroix Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le destinataire gravé ) : R. LAMOURDEDIEU / 1914. Inscription concernant le destinataire (en lettres dorées sur la stèle, sous
    Historique :
    ), maires successifs de la ville à plusieurs reprises entre 1887 et 1959. Le premier fut en outre sénateur des Landes de 1897 à 1932 et ministre des colonies dans le gouvernement Clemenceau de 1906 à 1909 . C'est au cours de son cinquième mandat à Dax que Raphaël Milliès commanda le tombeau familial à l'architecte municipal Edmond Ricard (dessin daté 1896 conservé dans le fonds Ricard des Archives municipales
    Description :
    Le tombeau est composé d'un sarcophage sur degré (dallé), adossé à une stèle cruciforme ornée sur bâtière ; des plaques funéraires en marbre blanc ont été ajoutées au fil du temps sur le muret et sur le
    Annexe :
    ) Milliès-Lacroix / 1899-1900. B. Plaques sur le muret de gauche : 11. Marie MILLIES-LACROIX / née / née MILLES-LACROIX (sic) / 1904-1995. C. Plaques sur le muret de droite : 14. EUGÈNE MILLIES
  • Cimetière Saint-Pierre
    Cimetière Saint-Pierre Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville - Cadastre : 2012 AV 7
    Historique :
    donne le dessin des portes en pierre de Bidache et celui du logement du gardien. La plantation de 80 cyprès en 1833 marque la fin de cette première tranche. En 1852, Boubé fait construire par le maçon (réception définitive en décembre 1871). En 1898, l'architecte communal Edmond Ricard remplace le bâtiment réservé aux soldats morts pour la patrie, sur la bordure occidentale), en 1927-1932 (par le directeur de terrains Lataste, Séron et Vignes-Lafargue). Outre la grande croix centrale et le monument aux morts de la guerre de 1870-1871 (érigé en 1902), le cimetière abrite des tombeaux d'époques et de types variés (plate -tombes, sarcophages, stèles, chapelles). Les plus remarquables, situés pour la plupart le long de l'allée orientale, ont été commandés par les notables dacquois, qui préférèrent très tôt le cimetière Saint-Pierre à d'inscription au titre des Monuments historiques : le sarcophage de Martin Ramonbordes (1836), le tombeau
    Référence documentaire :
    p. 195-204 SABATHIER-DAGÈS Jean-Pierre. "Le Souvenir Français dans les Landes". Bulletin de la
    Représentations :
    Le portail percé sur la face nord du bâtiment de l'entrée principale est flanqué de deux pilastres CONFOND ! ... LA RAISON NOUS RÉVÈLE : / SI LE CORPS EST DÉTRUIT QUE L'ÂME EST IMMORTELLE !
    Description :
    Le cimetière est implanté au sud-est de la ville (faubourg Saint-Pierre), sur un terrain allongé agrandissements successifs, le plus important (et le plus récent) concernant la bordure occidentale. La partie de cimetière. Un carré militaire (aménagé en 1922) occupe le centre approximatif de l'allée occidentale (on y remarque quatre tombes de soldats musulmans). Le terrain est clos de murs en moellon puits couvert est implanté à cheval sur le mur de clôture à l'ouest du bâtiment d'entrée.
    Illustration :
    Bâtiment d'entrée vu depuis le nord. IVR72_20134002552NUC2A Bâtiment d'entrée vu depuis le sud. IVR72_20134002557NUC2A Vue d'ensemble depuis le nord. IVR72_20134002564NUC2A Carré militaire vu depuis le sud. IVR72_20134002566NUC2A Carré militaire vu depuis le sud-est. IVR72_20134002567NUC2A Carré militaire vu depuis le nord. IVR72_20134002568NUC2A Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101 Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail de la Plan du nouveau cimetière, par le chevalier de Caupenne, 1832 (AM Dax, 9 M 101) : détail du plan
  • Ensemble de 12 chapiteaux
    Ensemble de 12 chapiteaux Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    , approuvée le 11 mai) par les sculpteurs associés Rispal et Martin, de Bordeaux (8, rue Servandoni), auteurs
    Référence documentaire :
    Église Saint-Vincent-de-Xaintes. Soumission des sculpteurs bordelais Rispal et Martin pour le
    Illustration :
    Soumission des sculpteurs bordelais Rispal et Martin pour le marché de sculpture de la nouvelle Soumission des sculpteurs bordelais Rispal et Martin pour le marché de sculpture de la nouvelle
  • Cathédrale Notre-Dame
    Cathédrale Notre-Dame Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville - Cadastre : 2007 AE 338
    Historique :
    Novempopulanie, vers le début du Ve siècle. Ce personnage semi-mythique, dont le martyre est ignoré de Grégoire antique de la ville, un premier sanctuaire chrétien, dédicacé par la suite sous le vocable de Saint -Vincent. En réalité, l'édifice le plus anciennement attesté est la basilique érigée par l'évêque Gratien -Xaintes (réf. IA40001545). En 1052-1053 (ou 1056-1057 selon une autre interprétation), l'évêque Raymond le Vieux transféra le siège épiscopal intra muros, en raison des dangers auxquels était exposée l'église , qui pourrait être un transept. La construction, selon J. Gardelles, se serait déroulée entre le milieu du XIIIe siècle et le début du XIVe. En mai 1312, une bulle de Clément V concède encore des portail et le porche qui le protégeait, et la grande sacristie sud, détruite en 1897. Aujourd'hui, hormis quelques éléments lapidaires au musée de Borda, seul le portail dit "des Apôtres" a survécu, remonté à . Le chapitre, soutenu par l'évêque Jacques Desclaux, décida alors la reconstruction complète du
    Référence documentaire :
    (?) 1878 (extraits concernant le décor sculpté). Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative au déplacement projeté du portail gothique contre le Lettre du sous-préfet au maire de Dax relative à la repose du portail gothique dans le transept de MINVIELLE Alix. Le portail de l'ancienne cathédrale gothique de Dax. Université de Paris IV, 1995.
    Description :
    (jusqu'au XIXe siècle, un cimetière le bordait au sud). Il est entièrement bâti en pierre de taille (de sud), couverts de tuiles. Le plan est de type basilical : vaisseau central de quatre travées, flanqué sacristies, empâtent les flancs sud et est du chevet. A l'intérieur, passé un porche voûté d'arêtes, le arcades en plein cintre sur piliers cruciformes. Les trois vaisseaux et le chœur sont voûtés d'arêtes sur doubleaux. Surmontant les bas-côtés et le déambulatoire, de larges tribunes ceinturant l'édifice ouvrent sur
    Illustration :
    Porche occidental de la cathédrale gothique, vu depuis le sud, avant 1890. IVR72_19844000275V Porche occidental de la cathédrale gothique, vu depuis le nord, avant 1890. IVR72_19844000276V Projet d'aménagement de deux salles de catéchisme dans le comble de l'abside, côté sud-est. Dessin Projet d'aménagement de deux salles de catéchisme dans le comble de l'abside, côté nord-ouest, et La cathédrale dans le site. Carte postale, milieu 20e siècle. Elcé, éditeur à Bordeaux La cathédrale vue du sud-est et le monument à Jean-Charles de Borda. Carte postale, entre 1933 et Vue aérienne depuis le sud-ouest. Carte postale. Gaby (Gabriel Artaud), éditeur à Nantes, milieu La cathédrale, le choeur. Carte postale, 1er quart 20e siècle. N.G., éditeur Clochers depuis le sud-ouest. IVR72_20124090158NUC2A Ensemble depuis le sud. IVR72_19844000142V
1