Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 6 sur 6 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • 2 statues du retable du maître-autel : Vierge, Saint Eutrope (?)
    2 statues du retable du maître-autel : Vierge, Saint Eutrope (?) Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le commanditaire Inscription concernant l'iconographie et le commanditaire, date (moderne, peinte sur la face du
    Historique :
    Ferrère (1723-1809) et de son atelier. Si l'on en croit l'inscription (repeinte) sur le socle de la statue auraient été exécutés en 1788, soit en même temps que le retable (1787-1788). Le contrat signé le 22 , thaumaturge invoqué contre l'hydropisie, le rachitisme infantile et autres maux, était déjà le dédicataire du second hôpital fondé à Dax au XIVe siècle (le premier étant celui du Saint-Esprit, de 1215 environ). Le figure, yeux levés au ciel et bras ouverts, évoque sans doute le moment de l'Incarnation et de l'accueil
    Représentations :
    La Vierge est représentée les yeux tournés vers le ciel, les bras ouverts dans un geste de surprise
    Description :
    personnages. Le revers est plat. Les carnations sont peintes au naturel, les vêtements et attributs
    Dimension :
    h 110.0 hauteur approximative sans le tableau d'autel
    États conservations :
    qu'un simple nettoyage. Les inscriptions dorées sur le socle des deux sculptures ont été repeintes (à la
    Annexe :
    Marguerite Rutan et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour l'exécution du retable du maître-autel de modernisée). _________________________ "L'an mille sept cent quatre vingt sept et le vingt et deuxième jour de l'hôpital de Dax, d'une part, et le Sr Dominique Ferrère, artiste habitant de Tarbe (sic), d'autre s'étendra en largeur, latéralement depuis le cadre du grand tableau, jusqu'à dix huit pouces au-delà de la , et que, dans le grand panneau toujours en montant à l'aplomb des dites portes, seront placées deux loisible même de supprimer ces statues, si elle le trouve bon, et que dans ce cas le prix de l'ouvrage sera diminué de la somme de deux cent cinquante livres. Sera le dit ouvrage fait en bois de bonne qualité , compris la dorure et la peinture, dans le courant du mois d'octobre 1788. Et moi, Sœur Rutan, susdite . Promets de plus moi, sœur Rutan, de défrayer le dit Ferrère, lui et un de ses ouvriers pendant le temps de la pose, mais non pendant le temps qu'il emploiera pour la dorure et la peinture ; promets de plus de
  • Tableau du retable du maître-autel et son cadre : Apothéose de saint Vincent de Paul
    Tableau du retable du maître-autel et son cadre : Apothéose de saint Vincent de Paul Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    s'agir, comme le présume J. Pons (2011, p. 322), du don d'un bienfaiteur anonyme, peut-être l'évêque Charles Le Quien de La Neufville. Le cadre, en revanche, fut exécuté en 1787-1788 avec le reste du retable par le sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui élabora la composition du meuble en inspirée de l'œuvre peinte sur le même sujet, vers 1730, par le frère André (1662-1753) pour la chapelle du direct. La figure du saint, comme le note J. Pons, est proche de celle de l'image de sa canonisation en 1737. Le visage, en revanche, dérive indubitablement du célèbre portrait dû à Simon de Tours (Paris
    Représentations :
    main la scène qui se déroule à ses pieds, de l'autre le ciel, source de tout bienfait. Au registre demi agenouillé sur un tas de fagots) tournent leur regard implorant vers le saint et demandent son intercession ; à l'arrière-plan, une fille de la Charité porte à boire à un autre malade. Le décor des supérieure, deux anges enfants nus, le regard tourné vers le saint, soutiennent une draperie à fond vert
    Dimension :
    h 250.0 hauteur approximative sans le tableau d'autel
    États conservations :
    actuellement un début de chanci. Le cadre a été restauré à son tour avec l'ensemble du retable dans les dernières décennies du 20e siècle ; il y manque toutefois les pans de la draperie feinte qui le reliaient
    Annexe :
    ). ________________________ "[...] Je fais deux enfants au-dessus du cadre pour tenir le bout des rideaux, conformément à votre idée
    Illustration :
    Ensemble avec le cadre. IVR72_20124001414NUC2A
  • Retable du maître-autel
    Retable du maître-autel Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    Le retable fut exécuté après l'achèvement de l'autel-tabernacle, en vertu d'une nouvelle convention passée le 22 décembre 1787 entre la supérieure Marguerite Rutan et le sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1808). L'ouvrage devait être terminé en octobre 1788, ce qui semble bien avoir été le cas. La dorure et la peinture, comme celles de l'autel, furent réalisées par le doreur Antoine Laussatte, de Lescar. Le décor du retable a subi, avant et pendant sa récente restauration, plusieurs pertes regrettables, la plus notable étant celle des pans de draperies sculptées qui reliaient à l'origine le cadre du
    Représentations :
    en faux marbre rouge : à gauche, des livres et des palmes, à droite, le pélican mystique. Des couples coupés qui supportent les statues. D'autres draperies habillent le cadre du tableau d'autel et retombent de part et d'autre, entre les panneaux (ornés de couronnes de laurier) qui flanquent le tableau et
    Description :
    Le retable, au contraire de l'autel-tabernacle (qui associe bois et marbre des Pyrénées), est
    Dimension :
    h 615.0 hauteur approximative sans le tableau d'autel
    États conservations :
    : les plus importants sont les pans de draperie en bois qui reliaient le cadre du tableau d'autel aux
    Annexe :
    Marguerite Rutan et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour l'exécution du retable du maître-autel de modernisée). _________________________ "L'an mille sept cent quatre vingt sept et le vingt et deuxième jour de l'hôpital de Dax, d'une part, et le Sr Dominique Ferrère, artiste habitant de Tarbe (sic), d'autre s'étendra en largeur, latéralement depuis le cadre du grand tableau, jusqu'à dix huit pouces au-delà de la , et que, dans le grand panneau toujours en montant à l'aplomb des dites portes, seront placées deux loisible même de supprimer ces statues, si elle le trouve bon, et que dans ce cas le prix de l'ouvrage sera diminué de la somme de deux cent cinquante livres. Sera le dit ouvrage fait en bois de bonne qualité , compris la dorure et la peinture, dans le courant du mois d'octobre 1788. Et moi, Sœur Rutan, susdite . Promets de plus moi, sœur Rutan, de défrayer le dit Ferrère, lui et un de ses ouvriers pendant le temps de la pose, mais non pendant le temps qu'il emploiera pour la dorure et la peinture ; promets de plus de
  • Garniture du maître-autel (2 chandeliers et croix)
    Garniture du maître-autel (2 chandeliers et croix) Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    comprise dans le prix total, il s'agissait apparemment d'un cadeau fait par l'artiste à la religieuse. Les objets n'étaient peut-être pas encore exécutés en décembre 1787, car le contrat de sous-traitance conclu entre Ferrère et le doreur Antoine Laussatte de Lescar (11 décembre 1787) précise que "les six chandeliers et croix qui assortiront l'ouvrage susdit [le tabernacle] seront traités ainsi que ceux de l'autel actuelle des objets est sans doute une réfection, car le document de 1785 spécifie que la garniture devait être "argentée". Le Christ en ivoire de la croix est très probablement une production parisienne ou dieppoise du XIXe siècle, remplaçant le crucifix en bois d'origine.
    Représentations :
    ionique stylisé au sommet. Le montant et la traverse de la croix sont gravés en reparure de losanges
    Description :
    base des chandeliers et de la croix et sur les montant et traverse de la croix. Le revers de la croix
    États conservations :
    Le Christ en ivoire (?) est sans doute une réfection.
    Annexe :
    Convention entre le doreur Antoine Laussatte et le sculpteur Dominique Ferrère pour la peinture et la dorure du maître-autel, 11 décembre 1787 Convention passée entre le doreur Antoine Laussatte, de Lescar, et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour la peinture et la dorure du maître-autel de la Ferrère a fait et placé à la chapelle neuve de l'hôpital de Dax. En conséquence, le tabernacle aura toute peint en rouge et les pampres, épis et raisins seront dorés. La gloire qui élève l'ange formant le dais aura les nuages et raisins, les ailes, draperie de l'ange ainsi que le petit cercle de fleurs, dorés , et de traiter tous les ouvrages susdits bien solidement, le tout suivant les règles de l'art l'année prochaine à à cet effet, promets moi, dit Laussate, de me rendre et commencer l'ouvrage le sept à dire lorsqu'il sera blanchi, adouci et reparé, et le restant ou autre moitié dudit prix lorsque l'ouvrage sera entièrement fini. Convenu que le dit ouvrage de peinture et dorure ci-dessus expliqué sera
  • Autel, gradin et tabernacle du maître-autel
    Autel, gradin et tabernacle du maître-autel Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    Le meuble est l'œuvre du sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui l'exécuta pour 2200 livres entre le 18 juin 1785, date du contrat passé avec la supérieure Rutan, et décembre 1787 (il aurait pourtant dû être achevé dès le mois de mai 1786 aux termes de la convention). Il fut peint et doré après le 17 décembre 1787 (date du contrat de sous-traitance) par le doreur Antoine Laussatte, de Lescar. Si le galbe de l'autel et son décor sont encore dans la tradition rocaille, dans laquelle Dominique Ferrère et son frère Jean II avaient été formés, le tabernacle, d'une conception originale, présente des altérations : le dais d'exposition du tabernacle et plusieurs éléments décoratifs (angelots) furent supprimés dès avant 1866 ; le tombeau d'autel a été détaché du gradin et avancé au milieu du chœur après le
    Représentations :
    autre tête d'angelot ; la moulure en bois doré sous le panneau de marbre est ornée d'une course de laurier, le bandeau qui le surmonte, de rosaces et de tables échancrées en apprêt gravé. Sur le identique à celui du tombeau) avec le monogramme SVP (= saint Vincent de Paul) entre deux draperies. Les motifs de couronne de laurier, de palmes et de volutes sont repris sur le support des crédences en console, celui des draperies nouées en festons sur le pourtour des piédestaux latéraux. Sur la porte du tabernacle est sculpté le triangle trinitaire dans une gloire de nuées et de rayons (relief dans la masse occupent les étroits panneaux des faces latérales de l'armoire. Masquant le sommet des ailes en cavet, un
    Description :
    éléments en marbre (incarnat de Caunes pour le grand panneau frontal, gris veiné pour le cartouche central plinthe et les panneaux des côtés sont en bois peint faux marbre vert et noir ; le bandeau supérieur doré , est à angles adoucis en quart-de-rond. Le massif postérieur, formant gradin droit, est flanqué de deux face de chaque piédestal. La partie supérieure du massif (le gradin proprement dit) est garnie de trois panneaux en marbre gris de Bigorre. La partie inférieure a été revêtue, après le détachement de l'autel , d'un panneautage provenant du revers du tombeau, peint en faux marbre rouge veiné. Le tabernacle, d'une des "groupes d'enfant" en bois peint au naturel ; des motifs décoratifs en bois doré souligne le
    États conservations :
    Le tombeau d'autel, qui était originellement séparé du gradin par un étroit espace destiné à laisser le passage à une seule personne, a été avancé au milieu du chœur après Vatican II ; il ne reste angulaires. Le "marchepied à trois marches" en noyer de 1785 est remplacé par un degré moderne. La face du massif postérieur, après le déplacement de l'autel, a été décorée des panneaux remployés du revers de 1950) ont disparu, de même que les deux "groupes d'enfants" (mentionnés dans le contrat de 1785) qui
    Annexe :
    Convention entre le doreur Antoine Laussatte et le sculpteur Dominique Ferrère pour la peinture et la dorure du maître-autel, 11 décembre 1787 Convention passée entre le doreur Antoine Laussatte, de Lescar, et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour la peinture et la dorure du maître-autel de la Ferrère a fait et placé à la chapelle neuve de l'hôpital de Dax. En conséquence, le tabernacle aura toute peint en rouge et les pampres, épis et raisins seront dorés. La gloire qui élève l'ange formant le dais aura les nuages et raisins, les ailes, draperie de l'ange ainsi que le petit cercle de fleurs, dorés , et de traiter tous les ouvrages susdits bien solidement, le tout suivant les règles de l'art l'année prochaine à à cet effet, promets moi, dit Laussate, de me rendre et commencer l'ouvrage le sept à dire lorsqu'il sera blanchi, adouci et reparé, et le restant ou autre moitié dudit prix lorsque l'ouvrage sera entièrement fini. Convenu que le dit ouvrage de peinture et dorure ci-dessus expliqué sera
  • Ensemble du maître-autel (autel, gradin d'autel, tabernacle, retable, 2 chandeliers et croix d'autel)
    Ensemble du maître-autel (autel, gradin d'autel, tabernacle, retable, 2 chandeliers et croix d'autel) Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    Le maître-autel de l'hôpital Saint-Eutrope est l'un des ensembles mobiliers les plus homogènes de mieux documentés grâce à un ensemble de 14 pièces d'archives conservées dans le fonds de l'hôpital l'autel-tabernacle, l'autre pour le retable, furent signés respectivement le 18 juin 1785 et le 22 être terminé en mai 1786 aux termes du contrat, ne le fut qu'en décembre 1787, hors la peinture et la dorure, qui ne seront sous-traités par Ferrère au doreur Antoine Laussatte, de Lescar, que le 11 de ce état du mécontentement de l'évêque de Dax, Charles Le Quien de La Neufville, devant le meuble achevé . Le sculpteur s'en plaignit en ces termes : "Je suis un peu mortifié de la chétive estimation qu'il a ). Le tableau d'autel, dédié à Vincent de Paul - natif des environs de Dax et fondateur en 1633 des été restauré par l'entreprise parisienne Malesset en 1969-1970. Le retable lui-même, recouvert au XIXe
    États conservations :
    Le tombeau d'autel a été détaché du gradin et avancé au milieu du chœur ; il ne reste que quelques du gradin, après le déplacement de l'autel, a été décorée de motifs inspirés de ceux du tombeau 1950) ont disparu. La statue de saint Joseph à l'Enfant, qui apparaît sur le même document dans la Vierge. Enfin, il manque les pans de draperie en bois qui reliaient le cadre du tableau d'autel aux corps
    Annexe :
    Marguerite Rutan et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour l'exécution du retable du maître-autel de modernisée). _________________________ "L'an mille sept cent quatre vingt sept et le vingt et deuxième jour de l'hôpital de Dax, d'une part, et le Sr Dominique Ferrère, artiste habitant de Tarbe (sic), d'autre s'étendra en largeur, latéralement depuis le cadre du grand tableau, jusqu'à dix huit pouces au-delà de la , et que, dans le grand panneau toujours en montant à l'aplomb des dites portes, seront placées deux loisible même de supprimer ces statues, si elle le trouve bon, et que dans ce cas le prix de l'ouvrage sera diminué de la somme de deux cent cinquante livres. Sera le dit ouvrage fait en bois de bonne qualité , compris la dorure et la peinture, dans le courant du mois d'octobre 1788. Et moi, Sœur Rutan, susdite . Promets de plus moi, sœur Rutan, de défrayer le dit Ferrère, lui et un de ses ouvriers pendant le temps de la pose, mais non pendant le temps qu'il emploiera pour la dorure et la peinture ; promets de plus de
1