Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes
    Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    Vincent de Xaintes, apôtre semi-mythique de la Novempopulanie, vers le début du Ve siècle. Le martyre de passage (interpolé au Xe siècle) d'un manuscrit du VIIIe siècle à Wolfenbüttel. De fait, l'édifice le plus rempart antique de la ville, à l'angle sud-ouest, l'église était exposée à de multiples dangers. Aussi le l'atteste le Liber rubeus du diocèse de Dax. Quelques décennies plus tard, vers 1120, l'église Saint-Vincent , donation confirmée à deux reprises par le légat Gérard d'Angoulême et le pape Calixte II. Dès le XIe siècle de la mise en œuvre et l'exiguïté de l'édifice obligèrent toutefois à le reconstruire une nouvelle lieu aux soumissions de plusieurs architectes, parmi lesquels le Nantais Paul Coupry et le Dacquois Roger Legrand. Le projet du second, qui prévoyait la conservation du clocher et de la nef du XVIe siècle voûtement au profit de simples plafonds charpentés, déplacement des absidioles du transept - le plan est mis (maçonnerie et charpenterie) et Célestin Louges (peinture). Le sanctuaire est consacré dès le 19 novembre 1893
    Description :
    le couvent des dominicaines. Elle est bâtie en moellon de Bidache et en pierre de taille calcaire de hémicycle à volume extérieur pentagonal, elle aussi couverte d'un cul-de-four. Le massif oriental présente
    Annexe :
    l'architecte de la ville de Dax sur l'état de l'église. 1856 : loterie organisée pour le financement de "la Sanguinet) d'une cloche et d'une horloge pour l'église, fournies par le fondeur dacquois François Delestan (27 mai) : rapport de l'architecte municipal V. Sanguinet sur le même sujet, préconisant architectes Paul Coupry, de Nantes (projet n° 5), et Roger Legrand, de Dax (projet "Alléluia"). Le projet de ce dernier est retenu, mais n'aura pas de suite. 1880 : la foudre tombe sur le clocher ; réparations réalisation de son vœu le plus cher". 1889 (20 mars) : deuxième projet de reconstruction par E. Ricard. Le devis estimatif mentionne le remploi des moellons de l'ancienne église et l'emploi de moellon dur de Crédit Foncier, approuvé par le préfet. 1891 (27 juin) : cahier des charges, par E. Ricard. 1891 (30 ; le négociant en bois Etienne Bernadet (Dax) ; les charpentiers dacquois Etienne Cazalis, Marcel Mages Despagnet (Aire), les associés Jean Laborde et Jean-Baptiste Cazalis (Bayonne). Travaux adjugés le même jour
    Illustration :
    -de-four de l'abside (Dieu le Père et Saint-Esprit). IVR72_20134002525NUC2A Ensemble depuis le sud-ouest. IVR72_19844000061V Ensemble depuis le sud. IVR72_19844000062V Ensemble depuis le sud. IVR72_20124001013NUC2A Ensemble depuis le nord-est. IVR72_20124000833NUC2A Flanc est de l'église avec le couvent des lazaristes dans le prolongement. IVR72_19844000049V Vue intérieure : champ dans le vaisseau central. IVR72_20124000951NUC2A Vue intérieure depuis le choeur. IVR72_19844000063V Vue intérieure : champ dans le collatéral droit. IVR72_20124000948NUC2A Vue intérieure depuis le collatéral gauche. IVR72_20124000953NUC2A
  • Pavement (mosaïque)
    Pavement (mosaïque) Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    l'édifice. Le panneau, comme l'indique sa bordure incomplète, ne constitue qu'un quart du pavement originel . Celui-ci, selon Dufourcet et Camiade (1893), aurait couvert le sol de la cella d'un temple antique lié , le pavement fut restauré en 1897 par Louis Cristofoli, "entrepreneur fabricant mosaïste" à Bordeaux direction de Jean Lauffray, architecte des Bâtiments de France, et déplacée à cette occasion dans le chœur
    Description :
    Le panneau conservé constitue le quart du pavement originel, qui recouvrait presque entièrement le
1