Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 20 sur 271 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Tableau : Le Christ et Nicodème
    Tableau : Le Christ et Nicodème Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription (sur la lettre posée sur la table, sous le livre de Nicodème) : Revsmo et (?) emin concernant l'auteur sur le cartel du cadre : HONTHORST.
    Historique :
    Ce tableau fut, selon l'archiprêtre B. Darmaillacq (1955), offert à la cathédrale par la famille Le Quien de La Neufville. Le don intervint sans doute à la mort du dernier représentant mâle de la famille peintures provenaient vraisemblablement de la collection de Charles-Auguste Le Quien de La Neufville (1728 Arnould de Vuez (1644-1720). Le Christ et Nicodème fut revendiqué lors de l'inventaire de février 1906 (où il figure sous le n° 37) par Mme Ernest Lasserre, née Charlotte Emma d'Avezac de Castera (1837-1921 ), fille de Caroline-Anne Le Quien de La Neufville et nièce de Charles. Le tableau fut classé dès 1912 au Landesmuseum de Darmstadt, ainsi qu'avec d'autres "nocturnes" sûrs comme le Jacob et Esaü de l'Ermitage ou les probablement le commanditaire : peut-être s'agit-il du cardinal Doria, archevêque de Palerme (1573-1642), ou du
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Représentations :
    composition. A gauche, le Christ debout, la main gauche ouverte en un grand geste rhétorique ; à droite , Nicodème assis, la main droite posée sur le livre de la Torah dont il souligne un passage de son index ; à
    Description :
    Toile à tissage serré et régulier, en un seul , à préparation rouge, tendue sur la rive du
    Auteur :
    [donateur] Le Quien de La Neufville Charles
    Titre courant :
    Tableau : Le Christ et Nicodème
    Illustration :
    Détail : le Christ. IVR72_20124090177NUC2A Détail : le Christ. IVR72_20124090182NUC2A
  • Tableau : Saint Michel terrassant le démon
    Tableau : Saint Michel terrassant le démon Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    estampes tirées du tableau romain (Girolamo Frezza, Giovanni Folo, Jacques Frey...). Le tableau pourrait être en relation avec la confrérie des tonneliers de Dax, placée sous le patronage de saint Michel et le milieu du XIXe siècle (monographie paroissiale, 1887).
    Représentations :
    saint Michel terrassant le démon Décor d'apprêt gravé sur le cadre : sarments de vigne avec grappes de raisin.
    Titre courant :
    Tableau : Saint Michel terrassant le démon
    États conservations :
    Tableau restauré en 1975 par l'atelier parisien Genovesio. Traces d'humidité en partie haute et le long de la traverse inférieure (le tableau est longtemps resté déposé à même le sol de la chapelle).
  • Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    Le mobilier des trois édifices qui ont précédé la cathédrale actuelle ne semble pas avoir subsisté seul vestige de la cathédrale gothique - hormis le portail occidental, dit des Apôtres, remonté en 1896 Louis-Marie de Suarez d'Aulan (1737-1771) pour changer cet état de choses. D'origine avignonnaise, le prélat, en accord avec le chapitre, fait appel aux frères Mazzetti, marbriers d'origine tessinoise installés en Avignon, qui réalisent le maître-autel (réservé au chapitre) en 1751 et l'autel de la Vierge (dévolu à la paroisse) en 1765. Le décor, particulièrement élaboré, de la chapelle mariale est complété en douzaine de confréries installées dans la cathédrale - pour certaines depuis le milieu du XVIe siècle (voir d'entre eux ont disparu à la Révolution ou, faute d'entretien, vers le milieu du XIXe siècle : la de métiers dans le déambulatoire et le collatéral nord. Actuellement, trois autels en bois datant de chandeliers datée 1777 et peut-être le tableau d'autel (aujourd'hui ruiné) représentant le Mariage mystique de
    Référence documentaire :
    Lettre du sous-préfet de Dax au maire notifiant le dépôt de huit tableaux des Ursulines destinés Arrêté du préfet accordant au curé Ducamp le retable et le tableau d'autel des Pénitents bleus pour Lettre du sous-préfet au maire de Dax notifiant le transfert du mobilier des Pénitents bleus à la
    Titre courant :
    Le mobilier de la cathédrale Notre-Dame
    Annexe :
    l'enlèvement au ciel d'Alexandre le Grand, peut-être d'après le Roman d'Alexandre de Lambert le Tort et sonantibus. Delestan fondeur à Dax." B) "Sur le bourdon le plus fort" : "Je me nomme Notre-Dame de Dax. J'ai avait il y a quelque temps encore 9 petits autels autour du chœur ou dans le bas-côté nord. Ils [...]." Puis, en contournant le chœur, venaient : 1) l'autel de saint Éloi (forgerons et ferronniers) consacré ; 5) l'autel de saint Crépin, existant encore sous ce nom ; 6) l'autel de saint Pierre, dans le bas l'entrée principale actuelle (dans le transept), une belle chapelle et un magnifique autel en marbre dédié avec un goût exquis : le fond est occupé par l'Assomption de Murillo, autour sont debout les quatre et guichet à jalousie. Décor : quadrilobe ajouré dans le tympan de la loge centrale, croix sommitale centrale et sur le linteau des loges latérales ; quadrilobe ajouré entouré de rinceaux gravés et de rosaces en relief dans le tympan de la loge centrale, crénelage au-dessus de la corniche, tourelles
    Illustration :
    Lettre du sous-préfet de Dax au maire notifiant le dépôt de huit tableaux des Ursulines destinés Arrêté du préfet accordant au curé Ducamp le retable et le tableau d'autel des Pénitents bleus pour Arrêté du préfet accordant au curé Ducamp le retable et le tableau d'autel des Pénitents bleus pour Lettre du sous-préfet au maire de Dax notifiant le transfert du mobilier des Pénitents bleus à la
  • Tableau : Le Christ et saint Pierre sur les eaux
    Tableau : Le Christ et saint Pierre sur les eaux Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    inscription concernant le donateur peint sur cartel le donateur (sur le cartel au bas du cadre) : DONNÉ par L'EMPEREUR / 1864.
    Historique :
    (date inscrite sur la toile), présenté au Salon de Paris en 1864 sous le titre Jésus marchant sur les . Selon Bellier de La Chavignerie et Auvray, le tableau de la cathédrale fut gravé par "M. Dayet", graveur
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Référence documentaire :
    AN. F/21/124, dossier 1. Commande du tableau "Le Christ marchant sur les eaux" à J.-B. Carbillet , 1862-1863 Commande du tableau "Le Christ marchant sur les eaux" à J.-B. Carbillet, 1862-1863. Attribution du tableau "Le Christ marchant sur les eaux" à la cathédrale de Dax, 1864.
    Représentations :
    Le Christ marchant sur les eaux tend la main à Pierre qui, pris de peur, s'enfonce dans les flots
    Titre courant :
    Tableau : Le Christ et saint Pierre sur les eaux
    Illustration :
    Le tableau exposé au Salon de 1864. Photographie. A.N., F/21/7635. IVR72_20144000255NUC2A
  • Tableau : Le Christ mort pleuré par les anges
    Tableau : Le Christ mort pleuré par les anges Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    Le tableau d'un Christ au tombeau fut commandé par l’État en 1831, pour 600 francs, au peintre
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Représentations :
    Le Christ mort étendu sur la pierre de l'onction et pleuré par deux anges ; en bas à droite, la
    Description :
    Toile à tissage régulier et serré, en un seul , à préparation blanche (?), tendue sur la rive
    Titre courant :
    Tableau : Le Christ mort pleuré par les anges
  • Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    L'église Saint-Vincent-de-Xaintes, qui fut jusqu'en 1056-1057 le siège du diocèse de Dax, possédait Maxime vers le début du VIe siècle. De ce premier édifice ne subsistent toutefois, outre quelques fragments lapidaires déposés au musée de Borda, qu'un sarcophage gallo-romain longtemps considéré comme le entraîna le renouvellement complet de son mobilier et des objets dévolus au culte, à l'exception des trois (chapiteaux) et sans doute pour les autels de marbre ; le serrurier dacquois Prosper Seris pour les diverses clôtures de fer forgé (chœur, absidioles et chapelle des fonts) ; le peintre Célestin Louges pour les peintures décoratives. La vitrerie fut fournie dès 1893 par le Bordelais G.-P. Dagrant, qui réalisa à cette occasion de nouveaux cartons pour un important cycle de la vie de saint Vincent. La même année, le facteur bordelais Gaston Maille (successeur de Wenner) installa le grand-orgue, inauguré avec l'église le 19 figurées de l'abside et des absidioles, dont le programme et sans doute la conception d'ensemble (connus
    Titre courant :
    Le mobilier de l'église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes
    Annexe :
    ). Bois sculpté et argenté à la feuille d'argent. Garniture fournie avant décembre 1787 par le sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui la signale dans une convention passée le 22 de ce mois avec le . 1893. / et le 19 Novembre / sous le pontificat de Léon XIII / l'église de St Vincent de Xaintes / a été autorités civiles, / et d'un grand concours de fidèles. / - / Le même jour a été inauguré / l'orgue de cette : rosaces en relief au sommet du battant de la loge centrale et sur le linteau des loges latérales ; quadrilobe ajouré entouré de rinceaux gravés et de rosaces en relief dans le tympan de la loge centrale identiques, exécutés par le menuisier dacquois Jean Bernos en 1858, sont conservés en l'église voisine de Joseph (pied). h = 39,5 (sans le binet). État : des binets ont remplacé les broches d’origine. Ensemble , rosettes rapportées sur le nœud, fleurons végétaux aux extrémités des bras. h = 64 ; la = 26. Pupitre vert et rouge sur le bord du plateau. h = 19,5 ; la = 41 ; pr = 26,5. Encensoir [sacristie] Milieu 19e
  • Le mobilier de l'hôpital thermal (hôpital Saint-Eutrope)
    Le mobilier de l'hôpital thermal (hôpital Saint-Eutrope) Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    " l'hôpital du Saint-Esprit) entre l'époque de sa fondation au XIVe siècle et le XVIIIe siècle (P. Coste, 1908 ). Le premier inventaire détaillé des "meubles et effets" date de mars 1748 (J. Peyresblanques, 1974, p Hôpital général entraînèrent la reconstruction totale des bâtiments et le renouvellement presque complet , comme devait le reconnaître le Journal de médecine, chirurgie et pharmacie en juillet 1787 (vol. 72). Le Hustin, d'une centaine de nouveaux pots à pharmacie, sur le modèle de ceux attribués à son maître, pour l'apothicairerie et le laboratoire (entre autres "une douzaine de gobelets d'étain fin" pour 12 livres, "un mortier -être mis à mal à la Révolution (la Sœur Rutan monta sur l'échafaud le 9 avril 1794), l'ensemble sera verre. Le grand meuble de pharmacie (très remanié) qui contient les pots anciens a certainement été Laussatte de Lescar. Le grand tableau d'autel, dédié au fondateur des Filles de la Charité, le Dacquois saint Vincent de Paul, fut exécuté à Paris par le peintre Michel Romagnesi (1786). Le reste de la
    Titre courant :
    Le mobilier de l'hôpital thermal (hôpital Saint-Eutrope)
    Annexe :
    –Côte d'Argent, le centre Lanot. Abréviations : HT (hôpital thermal), CHD (centre hospitalier de Dax BIENFAITRICE / DE L'HOPITAL SAINT-EUTROPE / A DAX / LE MARDI 27 SEPTEMBRE 1994 / A ETE RENDU HOMMAGE A SA . Plaque rectangulaire verticale. Inscription gravée et dorée : LE 19 JUIN 2011 / SŒUR MARGUERITE RUTAN / FILLE DE LA CHARITÉ / MARTYRE / A ÉTÉ PROCLAMÉE / BIENHEUREUSE / PAR M. LE CARDINAL ANGELO AMATO sur le tabernacle du maître-autel, comme le monter une photographie de R. Labat du début des années = 27,5. État : le binet d'un chandelier est brisé. Ensemble de 2 pelles d'âtre et pincettes de cheminée , blancs et dorés, portant le nom imprimé de la préparation pharmaceutique ("Gomme choisie", "Amadou
  • Tableau : Portrait de Charles-Auguste Le Quien de La Neufville, évêque de Dax
    Tableau : Portrait de Charles-Auguste Le Quien de La Neufville, évêque de Dax Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Inscriptions & marques :
    Inscription donnant l'identité du modèle (sur le cartel) : MONSEIGNEUR / LE QUIEN DE LANEUFVILLE.
    Historique :
    Charles-Auguste Le Quien de La Neufville (ou Laneufville), né à Bordeaux en 1728, fut nommé évêque VII et mourut en exil en octobre 1805. Comme son prédécesseur, il déploya un grand zèle pour le
    Représentations :
    Portrait à mi-corps, de trois-quart tourné vers la droite ; le personnage, assis dans un fauteuil sur le cadre : course de ruban sur la moulure intérieure, frise de rais-de-cœur sur la moulure extérieure ; perles et volutes sur le cartel ; grand nœud de ruban Louis XVI en couronnement.
    Description :
    Toile en un seul , à tissage serré et régulier, avec préparation blanche ; cadre ovale en bois
    Titre courant :
    Tableau : Portrait de Charles-Auguste Le Quien de La Neufville, évêque de Dax
    Dimension :
    h 100.0 hauteur approximative avec le cadre
  • Tombeau des familles d'Armana, Le Quien de La Neufville et Exshaw de La Villehélio (sarcophage)
    Tombeau des familles d'Armana, Le Quien de La Neufville et Exshaw de La Villehélio (sarcophage) Dax - faubourg Saint-Pierre route d'Orthez - en ville
    Historique :
    doute contemporain des premières inhumations de la famille Le Quien de La Neufville sous le Second Empire. Il abrite la sépulture de plusieurs descendants en ligne féminine de Charles Le Quien de La une grande partie est inhumée dans le caveau ici étudié (familles Lasserre, Le Saulnier de La Villehélio et Exhaw de La Villehélio). Une autre branche, issue d’Édith Le Saulnier de La Villehélio et de
    Représentations :
    Le décor sculpté est concentré sur le couvercle : croix latine en ronde bosse, à bras fleuronnés ) était ornée d'une croix tréflée et rayonnante sur le portillon, et d'urnes funéraires drapées, en fonte
    Titre courant :
    Tombeau des familles d'Armana, Le Quien de La Neufville et Exshaw de La Villehélio (sarcophage)
    Appellations :
    des familles d'Armana, Le Quien de La Neufville et Exshaw de La Villehélio
    Annexe :
    Transcription des épitaphes A. Plaques du sarcophage : 1. ICI REPOSENT / CHARLES-JEAN-IGNACE / LE QUIEN DE LA NEUFVILLE / CHEVALIER DE SAINT-LOUIS / Décédé le 24 janvier 1858, dans sa 89ème année / ET SON EPOUSE / ELISABETH-MARIE-ANNE / LE QUIEN DE LA NEUFVILLE / NEE DE BACHELIER DE MAUPAS / Décédée le nous !! / - / ANNE-MARIE-VICTOIRE-CAROLINE D'ARMANA / née le QUIEN de la NEUFVILLE / DECEDEE LE 12 . XIX. 3. ICI REPOSENT / CHARLES LE QUIEN DE LA NEUFVILLE / NE LE 25 MAI 1806. DECEDE LE 27 FEVRIER . Ch. 5 v. 16. / - / Miséricordieux Jésus, donnez le repos éternel à / CLEMENT PAUL AMEDEE XAVIER / LE SAULNIER DE LA VILLEHELIO / né le 25 Janvier 1845, décédé le 25 Avril 1901. 4. ICI REPOSENT / MARIE-ADRIEN -FELIX LASSERRE / DECEDE LE 29 7.BRE 1897 / A L'AGE DE 42 ANS / BIENHEUREUX CEUX QUI MEURENT DANS LE SEIGNEUR / Apc. XIV. 13 / BERNARD ERNEST LASSERRE / NE LE 21 8.BRE 1830 / DECEDE LE 15 JANVIER 1902 / SEIGNEUR COMBLEZ DE BIENS CELUI / DONT LE CŒUR A ETE BON ET DROIT / PS CXXIV. B. Plaques du socle : 1
    Illustration :
    Plaque à la mémoire de Charles Jean Ignace et Elisabeth Marie Anne Le Quien de La Neufville Plaque à la mémoire de Charles Le Quien de La Neufville et Clément Le Saulnier de La Villehélio Tableau généalogique : descendance de Charles Le Quien de La Neufville et d'Elisabeth Anne de
  • Ensemble de 4 verrières du collatéral sud : Saint Michel terrassant le démon, Bon Pasteur, Annonciation, Ange gardien (baies 14, 16, 18, 20)
    Ensemble de 4 verrières du collatéral sud : Saint Michel terrassant le démon, Bon Pasteur, Annonciation, Ange gardien (baies 14, 16, 18, 20) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    en lettres entrelacées) et date : GD 1897 (baie 18, sur le dallage sous la Vierge ; baie 20, sur la
    Historique :
    Cette série de verrières fut installée en 1897 par le Bordelais Gustave-Pierre Dagrant (1839-1915 conservés dans le fonds Dagrant mentionnent la date précise de la pose : février 1897 pour les verrières 14 prévu de vitrer également le collatéral nord, mais cette commande devait finalement lui échapper au cathédrale, la série offre un programme iconographique homogène axé sur le thème des saints anges, messagers une célèbre toile de Guido Reni (1635, Rome, église Santa Maria della Concezione dei Cappuccini). Le l'église de pèlerinage Notre-Dame de Maylis (réf. IM40005848). Le thème de l'Annonciation avait déjà été
    Référence documentaire :
    p. 68, 112, 114, 218, 232 SUAU Jean-Pierre (dir.). Le vitrail dans les églises des Landes SUAU Jean -Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des
    Représentations :
    saint Michel terrassant le démon Baie 14 : saint Michel terrassant le démon ; baie 16 : le Bon Pasteur (le Christ délivre une brebis : l'Annonciation ; baie 20 : l'ange gardien (ou Raphaël et le jeune Tobie). Les quatre verrières développent un programme iconographique axé sur le thème des saints anges, en tant que messagers célestes (baie 18 perlées ; le cadre se détache sur un fond blanc quadrillé, semé de croix pattées inscrites dans des carrés monogrammes en rapport avec le sujet de la verrière (voir inscriptions).
    Titre courant :
    Ensemble de 4 verrières du collatéral sud : Saint Michel terrassant le démon, Bon Pasteur
    Illustration :
    Baie 14 : Saint Michel terrassant le démon. IVR72_20124090136NUC2A Baie 14 : Saint Michel terrassant le démon. IVR72_19844000449X
  • Ensemble de 6 verrières des collatéraux nord et sud : Jeanne d'Arc écoutant ses voix, Sainte Catherine emportée par les anges, Sainte Élisabeth et le miracle des roses, Jésus chez Marthe et Marie, Baptême du Christ, Stigmatisation de saint François d'Assise (baies 13, 15, 17, 19, 21 et 22)
    Ensemble de 6 verrières des collatéraux nord et sud : Jeanne d'Arc écoutant ses voix, Sainte Catherine emportée par les anges, Sainte Élisabeth et le miracle des roses, Jésus chez Marthe et Marie, Baptême du Christ, Stigmatisation de saint François d'Assise (baies 13, 15, 17, 19, 21 et 22) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    dans le cas des verrières du déambulatoire (réf. IM40004433), les thèmes choisis ne constituent pas un programme cohérent, mais sont imposés par la destination particulière de chaque verrière (le Baptême du par les dévotions personnelles des commanditaires, qui ne sont pas connus. Comme le souligne J.-F -Neuve (Doubs). L'attribution de la verrière du Baptême du Christ, dont le décor architecturé présente d'importantes différences avec celui des autres compositions, est toutefois sujette à caution. Le fonds Dagrant ce Baptême dans tous ses détails. Ni le dessin ni la verrière ne portant de signature, la présence du
    Référence documentaire :
    p. 134-135 SUAU Jean-Pierre (dir.). Le vitrail dans les églises des Landes SUAU Jean-Pierre (dir ). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012
    Représentations :
    17 : sainte Élisabeth de Hongrie et le miracle des roses ; baie 19 : Jésus chez Marthe et Marie encadrements sont de deux modèles, disposés en alternance : le premier (baies 13 et 17) distingué par une guirlandes de fruits ; le second (baies 15 et 19) par une arcade en arc segmentaire décorée de canaux et un fronton curviligne à double volute entourant un cartouche tenu par deux anges enfants. Le décor abritant un catéchumène dans une cuve baptismale (peint en grisaille), sur fond imitant le damas rouge à différent de celui des autres verrières. Le cadre architecturé, d'esprit plus classique, comporte un
    Titre courant :
    Catherine emportée par les anges, Sainte Élisabeth et le miracle des roses, Jésus chez Marthe et Marie
    Illustration :
    Baie 17 : Sainte Elisabeth et le miracle des roses. IVR72_20124090141NUC2A
  • Ensemble de l'autel des saints Crépin et Crépinien (autel, gradin d'autel, tabernacle, clôture d'autel, peinture monumentale)
    Ensemble de l'autel des saints Crépin et Crépinien (autel, gradin d'autel, tabernacle, clôture d'autel, peinture monumentale) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    onze à cette époque), et le seul appartenant à une confrérie encore en place dans le déambulatoire . D'après P. Coste (1909), la confrérie des cordonniers fut confirmée par Henri III le 10 avril 1580 et saint Crépin était la seule subsistante, ce qui explique la préservation exceptionnelle de son autel. Le cordonnier. Le style rocaille de l'autel, le galbe accentué du tombeau et les dimensions assez réduites de l'armoire eucharistique permettent de le dater des années 1760-1770. La forme et le décor du tabernacle sont . IM40004713). Il n'est pas certain, toutefois, que le tombeau d'autel et le tabernacle dacquois, bien que . Le meuble a en outre subi plusieurs réfections (massif et gradin, polychromie) et ajouts (panneaux à battant aux extrémités des ailes) depuis le XIXe siècle. La clôture d'autel et la peinture murale qui ornemente en 1875-1876 dans un style comparable le transept voisin.
    Observation :
    Seuls l'autel, le gradin et le tabernacle sont inscrits.
    Représentations :
    étampées, feuilles de vigne (sur le pilastre du faux-dormant du portillon). Peinture murale : conçue pour encadrer un tableau de la Cène ; un bandeau à fond vert orné d'entrelacs à acanthes blanc et or relie le
    Description :
    ), avec rehauts de dorure à la mixtion et d'argenture sur les reliefs ; le tabernacle est uniformément
    États conservations :
    Le massif postérieur et le gradin sont des réfections (du 19e siècle ?) ; les panneaux externes à l'arcade qui abrite l'autel (le couronnement de la traverse supérieure est une simple baguette lisse, celui des ailes 18e siècle est godronné) ; le décor du coffre eucharistique est partiellement mutilé (le
    Illustration :
    Peinture murale au-dessus de l'autel (avec le tableau de la Cène). IVR72_20124090107NUC2A
  • Orgue de tribune
    Orgue de tribune Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    On ne sait rien de la présence éventuelle d'un orgue dans l'ancienne cathédrale gothique. Le grand - Toulouse 1815), qui avait succédé en 1777 à l'atelier toulousain de son père, le plus fameux Jean-Baptiste menues réparations en l'an 12 (par le facteur Jeandel) et une première restauration d'importance en 1837 -1894 (réception des travaux le 28 novembre 1894) par le Bordelais Gaston Maille (1855-1926), successeur de Wenner, qui crée 42 jeux sur trois claviers et supprime le contenu du positif, conservé à seule Seconde Guerre, cet orgue symphonique est à nouveau restauré en 1958, dans le goût néoclassique, par complète est effectuée entre 1980 et 1987 par le facteur dacquois Robert Chauvin. L'instrument rénové est inauguré le 10 octobre 1987.
    Observation :
    Seul le buffet est classé.
    Référence documentaire :
    État des réparations à faire à l'orgue de la cathédrale, par le facteur Jeandel, 29 floréal an 12.
    Illustration :
    État des réparations à faire à l'orgue de la cathédrale, par le facteur Jeandel, 29 floréal an 12
  • Buffet d'orgue
    Buffet d'orgue Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    Le buffet d'orgue, seul élément conservé de l'instrument réalisé en 1785-1786, est l’œuvre - selon non documenté par ailleurs. Le décor sculpté (lyre, vases de fleurs, urnes fumantes, groupes grecque", comme les panneaux festonnés du soubassement du grand-orgue. On ignore si le buffet devait être
    Observation :
    Seul le buffet est classé.
    Description :
    Le buffet est construit en merisier (façades du grand-orgue et du positif), en chêne, pin et sapin (structure). Le grand-orgue, de plan concave, est composé de cinq tourelles (de taille décroissante de l'extérieur vers l'intérieur) reliées par quatre plate-faces, l'ensemble affectant la forme d'un V. Le positif disposées en V comme le grand-orgue.
  • Croix monumentale
    Croix monumentale Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    sociale "Alfred Corneau", ce qui est le cas pour la croix ici étudiée. Le relief de la Descente de croix croix identique, pareillement signée, fut dressée dans le cimetière de Candresse dans le même canton
    Emplacement dans l'édifice :
    sur le parvis devant la façade
  • Ensemble de 2 tableaux en pendant : Sainte Madeleine pénitente, Saint Jérôme pénitent
    Ensemble de 2 tableaux en pendant : Sainte Madeleine pénitente, Saint Jérôme pénitent Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    à la cathédrale de Dax à la mort de Charles Le Quien de La Neufville (1806-1892), en même temps que Le Christ et Nicodème de Stomer (réf. IM40004544). Charles de La Neuville était le dernier descendant de la collection de ce prélat, Charles-Auguste Le Quien de La Neufville (1728-1805), petit-fils du dans un lambris, comme le suggère leur format allongé. Il ne semble pas, toutefois, qu'ils puissent être rapprochés du retable et du tableau d'autel des Pénitents bleus de Dax, accordés par le préfet au curé Ducamp le 16 pluviôse an 11 (voir présentation du mobilier, réf. IM40004422). La Sainte Madeleine utilisé par le copiste reste entière : si le format est plus proche de la toile de Villeconin, la copie le crucifix sculpté qui complète la croix. Le Saint Jérôme, d'une qualité de modelé supérieure à
    Représentations :
    Sainte Madeleine est représentée en prière, mains jointes et yeux levés au ciel, dans le désert de la Sainte-Baume. Saint Jérôme, assis dans sa grotte, le lion endormi à ses pieds, a interrompu la
    Auteur :
    [donateur] Le Quien de La Neufville Charles
  • Ensemble de 2 clôtures de chapelle et d'une clôture des fonts baptismaux
    Ensemble de 2 clôtures de chapelle et d'une clôture des fonts baptismaux Dax - place Saint-Vincent - en ville
    Historique :
    (juillet 1893), par le serrurier dacquois Prosper Séris, qui avait également travaillé à Gourbera en 1868 l'inventaire de 1906. La clôture de chœur fournie en même temps a été supprimée après le concile Vatican II et
    Référence documentaire :
    Fourniture de trois "appuis de communion" et de la balustrade de la tribune par le serrurier
  • Tableau du retable de l'autel de la Vierge : Assomption
    Tableau du retable de l'autel de la Vierge : Assomption Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Observation :
    Arrêté de protection : Glorification de la Vierge. Déjà classé avec le retable le 5 novembre 1912 , le tableau l'a été à nouveau, par erreur, le 4 novembre 1975 à l'occasion de sa restauration.
    Représentations :
    La Vierge, mains jointes et regard levé, s'élève dans le ciel, soutenue par de grands anges inférieur, le tombeau ouvert, recouvert du suaire et jonché de roses.
  • Tableau : Annonciation
    Tableau : Annonciation Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    Le tableau fut commandé par l’État en 1841 au peintre Achille Devéria (Paris 1800-1857) et attribué la même année à l'ancienne cathédrale de Dax. Selon Bruno Foucart (Le renouveau de la peinture . La facture lisse et porcelainée rappelle, il est vrai, davantage le style d'Eugène que celui, plus
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    Référence documentaire :
    p. 274 FOUCART Bruno. Le renouveau de la peinture religieuse en France 1800-1860. Paris : Arthena
    Représentations :
    La Vierge agenouillée, le visage penché et les yeux clos, la main gauche sur un livre enluminé posé sur un pupitre, accueille l'archange debout sur une nuée, tenant un lys et désignant le ciel, où la
    Description :
    Toile à tissage régulier, en un seul , clouée sur la rive d'un châssis à traverse médiane
    États conservations :
    Le tableau, restauré en 1969 par l'atelier parisien Malesset, était dès 1992 dans dans un état été à nouveau restauré dans les années 2000 ; le cadre, sans doute trop dégradé, n'a pas été conservé
  • Tableau : Mariage mystique de sainte Catherine
    Tableau : Mariage mystique de sainte Catherine Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    raison de son sujet, qui permet de le rattacher à la confrérie de sainte Catherine, installée dans la cathédrale avant le 2 mars 1662 (P. Coste, 1909). Cette association était, avec celles des saint Crépin et
    Matériaux :
    toile support en un seul peinture à l'huile
    États conservations :
    La toile a été en grande partie brûlée ; seuls quelques lambeaux subsistent ; le peu qui reste de
1 2 3 4 14 Suivant