Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 12 sur 12 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble de l'autel des saints Crépin et Crépinien (autel, gradin d'autel, tabernacle, clôture d'autel, peinture monumentale)
    Ensemble de l'autel des saints Crépin et Crépinien (autel, gradin d'autel, tabernacle, clôture d'autel, peinture monumentale) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    onze à cette époque), et le seul appartenant à une confrérie encore en place dans le déambulatoire . D'après P. Coste (1909), la confrérie des cordonniers fut confirmée par Henri III le 10 avril 1580 et saint Crépin était la seule subsistante, ce qui explique la préservation exceptionnelle de son autel. Le cordonnier. Le style rocaille de l'autel, le galbe accentué du tombeau et les dimensions assez réduites de l'armoire eucharistique permettent de le dater des années 1760-1770. La forme et le décor du tabernacle sont . IM40004713). Il n'est pas certain, toutefois, que le tombeau d'autel et le tabernacle dacquois, bien que . Le meuble a en outre subi plusieurs réfections (massif et gradin, polychromie) et ajouts (panneaux à battant aux extrémités des ailes) depuis le XIXe siècle. La clôture d'autel et la peinture murale qui ornemente en 1875-1876 dans un style comparable le transept voisin.
    Observation :
    Seuls l'autel, le gradin et le tabernacle sont inscrits.
    Représentations :
    étampées, feuilles de vigne (sur le pilastre du faux-dormant du portillon). Peinture murale : conçue pour encadrer un tableau de la Cène ; un bandeau à fond vert orné d'entrelacs à acanthes blanc et or relie le
    Description :
    ), avec rehauts de dorure à la mixtion et d'argenture sur les reliefs ; le tabernacle est uniformément
    États conservations :
    Le massif postérieur et le gradin sont des réfections (du 19e siècle ?) ; les panneaux externes à l'arcade qui abrite l'autel (le couronnement de la traverse supérieure est une simple baguette lisse, celui des ailes 18e siècle est godronné) ; le décor du coffre eucharistique est partiellement mutilé (le
    Illustration :
    Peinture murale au-dessus de l'autel (avec le tableau de la Cène). IVR72_20124090107NUC2A
  • Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, 2 statues d'anges adorateurs (maître-autel)
    Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, 2 statues d'anges adorateurs (maître-autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    chapitre de la cathédrale jusqu'à la Révolution, puis dévolu à la paroisse après le Concordat, le meuble n'a subi que peu de modifications depuis le XVIIIe siècle : le degré d'autel, la porte du tabernacle (dont on ignore le motif d'origine) et la croix sommitale ont été remplacés, sans doute à l'occasion de survenu le 12 septembre 1928, a été restauré peu après par les Monuments historiques. Une copie en bois et
    Représentations :
    d'une paire d'ailes ; godrons en marbre rouge orangé sur le tore médian de l'autel ; grande console en aux extrémités des gradins ; rocailles avec incrustations de marbre noir et jaune sur le pourtour de laurier sur les piliers de l'exposition ; consoles en volute sur le pourtour du couronnement, couple bosse aux extrémités du gradin : tous deux agenouillés sur des supports à volute et le regard tourné vers le saint-sacrement, celui de gauche les bras croisés sur la poitrine, celui de droite avec une main désignant le ciel, l'autre retenant le drapé de la tunique. Crédences : grande console en volute à
    Description :
    . Statues d'anges adorateurs (sculptées dans le même bloc que leurs socles) : revers sculpté, ailes fixées
    Dimension :
    . Consoles latérales : h = 54,5. Exposition : h = 167 (à la corniche, sans le couronnement) ; h = 324 (avec le couronnement) ; la = 137. Ange adorateur de gauche : h = 99. Ange adorateur de droite : h = 100
    États conservations :
    Le meuble a été restauré entre 1869 et 1874, époque probable du remplacement du degré d'autel, de
    Illustration :
    Porte du tabernacle : le Bon Pasteur. IVR72_20124090481NUC2A
  • Ensemble de l'autel de saint Vincent de Paul (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel de saint Vincent de Paul (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Monogramme SV (pour saint Vincent) sur le panneau central de l'autel.
    Historique :
    de Saint Vincent de Paul qui le surmonte (réf. IM40004433), posée par le Bordelais Dagrant en 1894 . Le meuble fut revendiqué lors de l'inventaire de février 1906, après la mort de Mlle de Laluque, par Mme Vauquelin, sans doute sa parente. Il remplaçait dans le déambulatoire l'ancien autel de saint Éloi
    Représentations :
    doré, de style néo-Renaissance, entre les colonnettes cannelées de l'autel : panneaux verticaux avec le canaux en frise. Rinceaux gravés et dorés sur le gradin. Table rentrante à angles échancrés sur la face du socle de la statue. Statue : saint Vincent de Paul en soutane, surplis et étole, le bras droit le portillon ; rinceaux sur les pilastres et le faux-dormant du portillon, quadrillage en losanges
  • Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel, ex-voto)
    Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel, ex-voto) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Monogramme SJ (pour saint Joseph) sur le panneau central de l'autel.
    Historique :
    entre juin 1892 et septembre 2010). Il remplaçait dans le déambulatoire l'ancien autel en bois de la , dont provient peut-être le petit retable néoclassique encore en place. Le nouvel autel de marbre fut verrières qui le surmontent (réf. IM40004433), par les héritiers de "Mlle de Saunhac". Celle-ci, Marie
    Représentations :
    doré entre les colonnettes cannelées de l'autel : trois médaillons circulaires en creux avec le monogramme SJ (au centre) et des fleurs de lys florencées (sur les côtés). Rinceaux gravés et dorés sur le . Statue : saint Joseph portant l'Enfant Jésus ; motifs floraux dorés, au pochoir, sur le manteau de Joseph . Décor de la clôture : volutes adossées en C et affrontées en cœur sur les panneaux dormants et le
    Description :
    contretable est constituée par le nu du mur, percé d'une niche en plein cintre ; celle-ci abrite une statue en
  • Ensemble autel, tabernacle
    Ensemble autel, tabernacle Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    La forme du tombeau et le style du décor paraissent dater cet autel de la fin du XVIIIe siècle moins) que comptait la cathédrale à la fin de l'Ancien Régime. Le motif de la couronne d'épines et des clous sur le médaillon du tombeau désigne peut-être un autel de la Passion, mais celui-ci n'est pas
    Description :
    originellement une porte cintrée à oreilles flanquée de deux colonnettes. Le décor sculpté des deux éléments est dorure sont encore visibles sur le côté gauche de sa porte.
    États conservations :
    Il ne reste que la moitié du devant d'autel et l'armoire du tabernacle ; il manque le bâti du -être des ailes. Les deux éléments subsistants sont déposés à même le sol dans le comble nord de
  • Autel, gradin et tabernacle du maître-autel
    Autel, gradin et tabernacle du maître-autel Dax - 1 rue Labadie - en ville
    Historique :
    Le meuble est l'œuvre du sculpteur tarbais Dominique Ferrère (1723-1809), qui l'exécuta pour 2200 livres entre le 18 juin 1785, date du contrat passé avec la supérieure Rutan, et décembre 1787 (il aurait pourtant dû être achevé dès le mois de mai 1786 aux termes de la convention). Il fut peint et doré après le 17 décembre 1787 (date du contrat de sous-traitance) par le doreur Antoine Laussatte, de Lescar. Si le galbe de l'autel et son décor sont encore dans la tradition rocaille, dans laquelle Dominique Ferrère et son frère Jean II avaient été formés, le tabernacle, d'une conception originale, présente des altérations : le dais d'exposition du tabernacle et plusieurs éléments décoratifs (angelots) furent supprimés dès avant 1866 ; le tombeau d'autel a été détaché du gradin et avancé au milieu du chœur après le
    Représentations :
    autre tête d'angelot ; la moulure en bois doré sous le panneau de marbre est ornée d'une course de laurier, le bandeau qui le surmonte, de rosaces et de tables échancrées en apprêt gravé. Sur le identique à celui du tombeau) avec le monogramme SVP (= saint Vincent de Paul) entre deux draperies. Les motifs de couronne de laurier, de palmes et de volutes sont repris sur le support des crédences en console, celui des draperies nouées en festons sur le pourtour des piédestaux latéraux. Sur la porte du tabernacle est sculpté le triangle trinitaire dans une gloire de nuées et de rayons (relief dans la masse occupent les étroits panneaux des faces latérales de l'armoire. Masquant le sommet des ailes en cavet, un
    Description :
    éléments en marbre (incarnat de Caunes pour le grand panneau frontal, gris veiné pour le cartouche central plinthe et les panneaux des côtés sont en bois peint faux marbre vert et noir ; le bandeau supérieur doré , est à angles adoucis en quart-de-rond. Le massif postérieur, formant gradin droit, est flanqué de deux face de chaque piédestal. La partie supérieure du massif (le gradin proprement dit) est garnie de trois panneaux en marbre gris de Bigorre. La partie inférieure a été revêtue, après le détachement de l'autel , d'un panneautage provenant du revers du tombeau, peint en faux marbre rouge veiné. Le tabernacle, d'une des "groupes d'enfant" en bois peint au naturel ; des motifs décoratifs en bois doré souligne le
    États conservations :
    Le tombeau d'autel, qui était originellement séparé du gradin par un étroit espace destiné à laisser le passage à une seule personne, a été avancé au milieu du chœur après Vatican II ; il ne reste angulaires. Le "marchepied à trois marches" en noyer de 1785 est remplacé par un degré moderne. La face du massif postérieur, après le déplacement de l'autel, a été décorée des panneaux remployés du revers de 1950) ont disparu, de même que les deux "groupes d'enfants" (mentionnés dans le contrat de 1785) qui
    Annexe :
    Convention entre le doreur Antoine Laussatte et le sculpteur Dominique Ferrère pour la peinture et la dorure du maître-autel, 11 décembre 1787 Convention passée entre le doreur Antoine Laussatte, de Lescar, et le sculpteur Dominique Ferrère, de Tarbes, pour la peinture et la dorure du maître-autel de la Ferrère a fait et placé à la chapelle neuve de l'hôpital de Dax. En conséquence, le tabernacle aura toute peint en rouge et les pampres, épis et raisins seront dorés. La gloire qui élève l'ange formant le dais aura les nuages et raisins, les ailes, draperie de l'ange ainsi que le petit cercle de fleurs, dorés , et de traiter tous les ouvrages susdits bien solidement, le tout suivant les règles de l'art l'année prochaine à à cet effet, promets moi, dit Laussate, de me rendre et commencer l'ouvrage le sept à dire lorsqu'il sera blanchi, adouci et reparé, et le restant ou autre moitié dudit prix lorsque l'ouvrage sera entièrement fini. Convenu que le dit ouvrage de peinture et dorure ci-dessus expliqué sera
  • Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, retable, 2 crédences (autel de la Vierge)
    Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, retable, 2 crédences (autel de la Vierge) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    réalisé quatorze ans plus tôt le maître-autel de la cathédrale à la recommandation de l'évêque Suarez indépendamment à Carpentras dès avant cette époque). L'autel de la Vierge eut le statut d'autel paroissial jusqu'à la Révolution, le maître-autel étant réservé au chapitre de la cathédrale. Sa composition, en du Mas-d'Aire (Aire-sur-l'Adour). Le décor, encore dans la lignée du rocaille français, est enrichi d'une profusion de marbres colorés de goût ultramontain - le relief de la porte du tabernacle s'inspire effectués. Selon lui, le marbrier Dussert (peut-être le Dussert domicilié à Mont-de-Marsan en 1855 et mort sculpteurs bordelais Chavannes et Moras exécutaient "les sculptures de l'exposition dudit autel" et que le peintre-décorateur parisien Jeard revêtait murs et voûtes d'un décor polychrome. Si le mot de
    Représentations :
    tabernacle ; canaux tors, pointes de diamant et panneaux à angles échancrés en marbres polychromes sur le guirlandes dorées ; triangle trinitaire dans une gloire flanquée de deux angelots dans le tympan du fronton centre, d'une gloire de nuées avec le cœur sacré de la Vierge, au sommet, d'un cartouche avec le
    Description :
    Autel adossé de style rocaille porté par un degré arrondi à trois marches en pierre. Le tombeau, à double gradin. Le tabernacle à cinq pans, face droite et côtés galbés, est encastré dans le gradin couronnement chantourné. Le meuble est composé en totalité d'une riche marqueterie de marbres polychromes noire et blanche (panneaux horizontaux du gradin supérieur) ; portor (pilastres de l'exposition). Le peint et doré, le marbre rouge du Languedoc étant réservé au fût des colonnes et des pilastres, à la devant un attique concave à deux niveaux, le niveau supérieur échancré épousant la forme de la rose
    Dimension :
    Dimensions totales. Tombeau d'autel : h = 103 ; la = 268 ; pr = 95. Tabernacle : h = 73 (68 sans le
    Annexe :
    Goujon-Girardot, archiprêtre de la cathédrale, peinte dans un médaillon sur le mur nord de la chapelle . HOMMAGE / DE FOI ET D'AMOUR / A MA MÈRE DU CIEL. / Cette CHAPELLE à (sic) été décorée / [par le]s soins et & l'autel put être reconstruit moins toutefois l'exposition qui le couronne aujourd'hui, pendant l'année faut le dire étaient exécutés en partie aux frais de Mr l'Abbé Goujon, partie aux frais de la fabrique le mois de septembre 1875 & ces travaux ne furent achevés que le 25 février 1875 [sic pour 1876
    Illustration :
    Ensemble avec le décor de la chapelle. IVR72_20124090452NUC2A Retable : début de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de droite Retable : fin de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de gauche Retable : fin de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de gauch
  • Ensemble de l'autel de saint Bernard (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel de saint Bernard (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    Monogramme SB (pour saint Bernard) sur le cartouche central de l'autel et sur celui du socle de la
    Historique :
    , en pierre, entouré d'une grille"). Il remplaçait à l'entrée nord du déambulatoire le vieil autel de pasticha à cette occasion le style classique de l'édifice, s'est ici inspiré du vocabulaire ornemental du début du XVIIe siècle, comme le firent également les auteurs des autels de saint Vincent de Paul (réf manifestement antérieure à celle de la verrière de Paul Chalons qui le surmonte (réf. IM40004434), datée 1882 et conçue pour encadrer visuellement la statue du saint titulaire. Celle-ci, dont le modèle de série n'a pu
    Représentations :
    aux ailes déployées et chutes de fruits (console des crédences), croix rayonnante avec le monogramme ), coquille (dans le tympan de la porte), cartouche à cuirs (dans le fronton brisé de la porte et dans les ), médaillon circulaire monogramme et denticules (sur le socle de la statue). Statue : saint Bernard de
  • Ensemble de l'autel de Notre-Dame de Lourdes (autel, gradin d'autel, tabernacle, 2 crédences, statue, peinture monumentale)
    Ensemble de l'autel de Notre-Dame de Lourdes (autel, gradin d'autel, tabernacle, 2 crédences, statue, peinture monumentale) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    ). Tous datés de 1897 (le troisième du 6 avril) et numérotés 366, 445 et 446, ils ont probablement été effet le deuxième (n° 445) qui fut adopté. La réalisation finale est toutefois enrichie de deux bas -reliefs supplémentaires par rapport au modèle choisi. Le nouveau meuble remplaçait un ancien autel en bois
    Représentations :
    (fondu et rapporté) ; le gradin est sculpté dans la masse d'une frise de croix grecques fleuronnées sur murale : retable feint de style classique, imitant le bois peint et doré, constitué de deux paires de chute de fruits et de fleurs ; sur la contretable, une niche véritable. Le faux retable, qui se détache
    Description :
    Saint-Béat), griotte de Campan rouge pour le degré d'autel et les bases des crédences, brèche rouge et d'un faux appareil ; le gradin qui surmonte le massif encastre un tabernacle architecturé à porte colonnette, adossées au mur de fond, flanquent l'autel. Le revêtement en marbre blanc de ce mur est homogène
    États conservations :
    La clôture d'autel qui entourait originellement le degré d'autel (mentionnée dans l'inventaire de
  • Ensemble de l'autel de sainte Jeanne d'Arc (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, peinture monumentale, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel de sainte Jeanne d'Arc (autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, peinture monumentale, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    (panonceau) ; "d'azur à la colombe d'argent tenant en son bec une banderole portant l'inscription De par le d’or mise en pal, surmontée d’une couronne et accostée de deux fleurs de lys le tout d’or" (armoiries laquelle s'élève un beffroi, entourée de murailles, le tout d'or maçonné de sable" (armoiries de la ville
    Historique :
    qui suivit la canonisation de l'héroïne par Benoît XV (9 mai 1920). Le monument s'inscrit dans le , dont le frère du sculpteur, le Lyonnais Frédéric Vermare.
    Référence documentaire :
    p. 25-26 ALEGRIA Ludivine. Monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Landes. Bordeaux : Le
    Représentations :
    Jeanne d'Arc et les villes martyres de la guerre de 1914-1918 par le biais de l'héraldique et de la découpés, accompagnés de panonceaux épigraphiques et de palmes en sautoir, le tout suspendu à des rubans
    Description :
    tronc de pyramide renversé ; gradin droit ; tabernacle (posé sur le gradin) à armoire parallélépipédique polychrome. Un lambris en marbre, de même hauteur que l'autel et d'une mouluration similaire, revêt le mur de fond jusqu'à l'embrasure de la fenêtre. Clôture d'autel (scellée sur le degré) en fonte de fer et bois
  • Ensemble de l'autel du Sacré-Cœur (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel du Sacré-Cœur (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    TRAVAILLENT AU SALUT / DES ÂMES LE TALENT DE TOUCHER LES / CŒURS LES PLUS ENDURCIS. / LES PERSONNES QUI
    Historique :
    du vaisseau, le meuble a fait l'objet de soins tout particuliers, dont témoignent les deux dessins réalisation finale, notamment sous le rapport du programme iconographique. L'année 1899 est celle de l'encyclique Annum Sacrum, par laquelle le pape Léon XIII consacre le genre humain au Sacré-Cœur (25 mai) - le second projet pour l'autel dacquois est daté du 9 février précédent. Le coût sans doute élevé de l’œuvre approuvée en 1894 (la fondation de la basilique de Montmartre est représentée sur le devant d'autel). Elles revanche, le tableau du retable d'après Jean Jouvenet (sous-dossier) provient certainement de l'autel qui
    Représentations :
    Le programme iconographique de l'ensemble est axé sur la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus et sur le sacrifice du Christ pour le salut de l'humanité. Les trois bas-reliefs du tombeau d'autel représentent ainsi et une colonne brisées à ses pieds) présentée au Sacré-Cœur par la Vierge et offrant le modèle de la de Jésus remonte à l'apôtre, qui a reposé sa tête sur le sein du Christ lors de la Cène [Jean, 13, 23 ; le sculpteur, par erreur ou par goût du pittoresque, lui a donné les attributs de sainte Gertrude de Alacoque à Paray-le-Monial en 1675 (le Christ fait à la sainte les douze promesses dites "message de Paray -le-Monial") ; à droite, le Christ et la Samaritaine au puits (préfiguration de l'apparition de Paray cuirs sur le stylobate du retable de part et d'autre de l'autel (il manque les 7e et 8e promesses : "Les statue du Sacré-Cœur, posée sur l'exposition du tabernacle, se détache devant le tableau d'autel, qui de la première moitié du XVIIe siècle, dans un souci d'harmonisation avec le cadre classique de la
    Description :
    Ensemble homogène exécuté en marbre plaqué sur une âme maçonnée. Les matériaux principaux sont le marbre blanc (sans doute de Saint-Béat) et le marbre rouge veiné du Languedoc (de Caunes-Minervois). Le battants sur la face. Le tombeau d'autel et le tabernacle, séparés par un gradin droit en marbre rosé (de doré) du tabernacle. Le meuble est encadré par le stylobate du retable, de même hauteur que lui, sur cartouches épigraphiques en marbre blanc. Le retable architecturé se compose d'un corps unique à quatre plâtre moulé polychrome est posée sur l'exposition de l'autel (disposition prévue dès le second projet dessiné). Des bras de lumière en bronze doré, aujourd'hui déposés, étaient originellement fixés sur le
    Illustration :
    Relief central de l'autel : la France pénitente, accompagnée de la Vierge, présente au Christ le Aile droite du tabernacle : le Christ et la Samaritaine au puits. IVR72_20124090321NUC2A
  • Ensemble autel et tabernacle (actuellement autel de saint Vincent de Xaintes)
    Ensemble autel et tabernacle (actuellement autel de saint Vincent de Xaintes) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    pour le mobilier inemployé -, il est, en l'absence d'un décor spécifique, difficilement identifiable . IM40004454). Son style, proche de celui de l'autel de saint Crépin, permet de le dater également du troisième de réhabilitation du meuble et d'installation dans le déambulatoire, étudié dès 1992, a été partiellement exécuté au cours des années suivantes. L'autel, restauré sans discrétion (le décor peint a été Xaintes, patron de Dax, auquel il est désormais dédié. Le tabernacle, en revanche, n'a subi aucune
    Représentations :
    rouge et deux palmes en sautoir (le décor avant restauration représentait un cartouche rocaille tréflé
    Description :
    le plein cintre). Les reliefs aux angles du tombeau d'autel et celui de la porte du tabernacle sont vert veiné (plinthe, traverse supérieure) ; le tabernacle est peint en fausse griotte rouge (structure
1