Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Résultats 1 à 4 sur 4 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, 2 statues d'anges adorateurs (maître-autel)
    Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, 2 statues d'anges adorateurs (maître-autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    chapitre de la cathédrale jusqu'à la Révolution, puis dévolu à la paroisse après le Concordat, le meuble n'a subi que peu de modifications depuis le XVIIIe siècle : le degré d'autel, la porte du tabernacle (dont on ignore le motif d'origine) et la croix sommitale ont été remplacés, sans doute à l'occasion de survenu le 12 septembre 1928, a été restauré peu après par les Monuments historiques. Une copie en bois et
    Représentations :
    d'une paire d'ailes ; godrons en marbre rouge orangé sur le tore médian de l'autel ; grande console en aux extrémités des gradins ; rocailles avec incrustations de marbre noir et jaune sur le pourtour de laurier sur les piliers de l'exposition ; consoles en volute sur le pourtour du couronnement, couple bosse aux extrémités du gradin : tous deux agenouillés sur des supports à volute et le regard tourné vers le saint-sacrement, celui de gauche les bras croisés sur la poitrine, celui de droite avec une main désignant le ciel, l'autre retenant le drapé de la tunique. Crédences : grande console en volute à
    Description :
    . Statues d'anges adorateurs (sculptées dans le même bloc que leurs socles) : revers sculpté, ailes fixées
    Dimension :
    . Consoles latérales : h = 54,5. Exposition : h = 167 (à la corniche, sans le couronnement) ; h = 324 (avec le couronnement) ; la = 137. Ange adorateur de gauche : h = 99. Ange adorateur de droite : h = 100
    États conservations :
    Le meuble a été restauré entre 1869 et 1874, époque probable du remplacement du degré d'autel, de
    Illustration :
    Porte du tabernacle : le Bon Pasteur. IVR72_20124090481NUC2A
  • Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, retable, 2 crédences (autel de la Vierge)
    Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, retable, 2 crédences (autel de la Vierge) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    réalisé quatorze ans plus tôt le maître-autel de la cathédrale à la recommandation de l'évêque Suarez indépendamment à Carpentras dès avant cette époque). L'autel de la Vierge eut le statut d'autel paroissial jusqu'à la Révolution, le maître-autel étant réservé au chapitre de la cathédrale. Sa composition, en du Mas-d'Aire (Aire-sur-l'Adour). Le décor, encore dans la lignée du rocaille français, est enrichi d'une profusion de marbres colorés de goût ultramontain - le relief de la porte du tabernacle s'inspire effectués. Selon lui, le marbrier Dussert (peut-être le Dussert domicilié à Mont-de-Marsan en 1855 et mort sculpteurs bordelais Chavannes et Moras exécutaient "les sculptures de l'exposition dudit autel" et que le peintre-décorateur parisien Jeard revêtait murs et voûtes d'un décor polychrome. Si le mot de
    Représentations :
    tabernacle ; canaux tors, pointes de diamant et panneaux à angles échancrés en marbres polychromes sur le guirlandes dorées ; triangle trinitaire dans une gloire flanquée de deux angelots dans le tympan du fronton centre, d'une gloire de nuées avec le cœur sacré de la Vierge, au sommet, d'un cartouche avec le
    Description :
    Autel adossé de style rocaille porté par un degré arrondi à trois marches en pierre. Le tombeau, à double gradin. Le tabernacle à cinq pans, face droite et côtés galbés, est encastré dans le gradin couronnement chantourné. Le meuble est composé en totalité d'une riche marqueterie de marbres polychromes noire et blanche (panneaux horizontaux du gradin supérieur) ; portor (pilastres de l'exposition). Le peint et doré, le marbre rouge du Languedoc étant réservé au fût des colonnes et des pilastres, à la devant un attique concave à deux niveaux, le niveau supérieur échancré épousant la forme de la rose
    Dimension :
    Dimensions totales. Tombeau d'autel : h = 103 ; la = 268 ; pr = 95. Tabernacle : h = 73 (68 sans le
    Annexe :
    Goujon-Girardot, archiprêtre de la cathédrale, peinte dans un médaillon sur le mur nord de la chapelle . HOMMAGE / DE FOI ET D'AMOUR / A MA MÈRE DU CIEL. / Cette CHAPELLE à (sic) été décorée / [par le]s soins et & l'autel put être reconstruit moins toutefois l'exposition qui le couronne aujourd'hui, pendant l'année faut le dire étaient exécutés en partie aux frais de Mr l'Abbé Goujon, partie aux frais de la fabrique le mois de septembre 1875 & ces travaux ne furent achevés que le 25 février 1875 [sic pour 1876
    Illustration :
    Ensemble avec le décor de la chapelle. IVR72_20124090452NUC2A Retable : début de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de droite Retable : fin de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de gauche Retable : fin de la signature des frères Mazzetti sur le socle de la colonne interne de gauch
  • Ensemble de l'autel de Notre-Dame de Lourdes (autel, gradin d'autel, tabernacle, 2 crédences, statue, peinture monumentale)
    Ensemble de l'autel de Notre-Dame de Lourdes (autel, gradin d'autel, tabernacle, 2 crédences, statue, peinture monumentale) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Historique :
    ). Tous datés de 1897 (le troisième du 6 avril) et numérotés 366, 445 et 446, ils ont probablement été effet le deuxième (n° 445) qui fut adopté. La réalisation finale est toutefois enrichie de deux bas -reliefs supplémentaires par rapport au modèle choisi. Le nouveau meuble remplaçait un ancien autel en bois
    Représentations :
    (fondu et rapporté) ; le gradin est sculpté dans la masse d'une frise de croix grecques fleuronnées sur murale : retable feint de style classique, imitant le bois peint et doré, constitué de deux paires de chute de fruits et de fleurs ; sur la contretable, une niche véritable. Le faux retable, qui se détache
    Description :
    Saint-Béat), griotte de Campan rouge pour le degré d'autel et les bases des crédences, brèche rouge et d'un faux appareil ; le gradin qui surmonte le massif encastre un tabernacle architecturé à porte colonnette, adossées au mur de fond, flanquent l'autel. Le revêtement en marbre blanc de ce mur est homogène
    États conservations :
    La clôture d'autel qui entourait originellement le degré d'autel (mentionnée dans l'inventaire de
  • Ensemble de l'autel du Sacré-Cœur (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel)
    Ensemble de l'autel du Sacré-Cœur (autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, 2 crédences, retable, statue, clôture d'autel) Dax - place de la Cathédrale place Roger-Ducos - en ville
    Inscriptions & marques :
    TRAVAILLENT AU SALUT / DES ÂMES LE TALENT DE TOUCHER LES / CŒURS LES PLUS ENDURCIS. / LES PERSONNES QUI
    Historique :
    du vaisseau, le meuble a fait l'objet de soins tout particuliers, dont témoignent les deux dessins réalisation finale, notamment sous le rapport du programme iconographique. L'année 1899 est celle de l'encyclique Annum Sacrum, par laquelle le pape Léon XIII consacre le genre humain au Sacré-Cœur (25 mai) - le second projet pour l'autel dacquois est daté du 9 février précédent. Le coût sans doute élevé de l’œuvre approuvée en 1894 (la fondation de la basilique de Montmartre est représentée sur le devant d'autel). Elles revanche, le tableau du retable d'après Jean Jouvenet (sous-dossier) provient certainement de l'autel qui
    Représentations :
    Le programme iconographique de l'ensemble est axé sur la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus et sur le sacrifice du Christ pour le salut de l'humanité. Les trois bas-reliefs du tombeau d'autel représentent ainsi et une colonne brisées à ses pieds) présentée au Sacré-Cœur par la Vierge et offrant le modèle de la de Jésus remonte à l'apôtre, qui a reposé sa tête sur le sein du Christ lors de la Cène [Jean, 13, 23 ; le sculpteur, par erreur ou par goût du pittoresque, lui a donné les attributs de sainte Gertrude de Alacoque à Paray-le-Monial en 1675 (le Christ fait à la sainte les douze promesses dites "message de Paray -le-Monial") ; à droite, le Christ et la Samaritaine au puits (préfiguration de l'apparition de Paray cuirs sur le stylobate du retable de part et d'autre de l'autel (il manque les 7e et 8e promesses : "Les statue du Sacré-Cœur, posée sur l'exposition du tabernacle, se détache devant le tableau d'autel, qui de la première moitié du XVIIe siècle, dans un souci d'harmonisation avec le cadre classique de la
    Description :
    Ensemble homogène exécuté en marbre plaqué sur une âme maçonnée. Les matériaux principaux sont le marbre blanc (sans doute de Saint-Béat) et le marbre rouge veiné du Languedoc (de Caunes-Minervois). Le battants sur la face. Le tombeau d'autel et le tabernacle, séparés par un gradin droit en marbre rosé (de doré) du tabernacle. Le meuble est encadré par le stylobate du retable, de même hauteur que lui, sur cartouches épigraphiques en marbre blanc. Le retable architecturé se compose d'un corps unique à quatre plâtre moulé polychrome est posée sur l'exposition de l'autel (disposition prévue dès le second projet dessiné). Des bras de lumière en bronze doré, aujourd'hui déposés, étaient originellement fixés sur le
    Illustration :
    Relief central de l'autel : la France pénitente, accompagnée de la Vierge, présente au Christ le Aile droite du tabernacle : le Christ et la Samaritaine au puits. IVR72_20124090321NUC2A
1