Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
Résultats 1 à 2 sur 2 - triés par pertinence
Liste Vignette Carte
  • Château Lanessan
    Château Lanessan Cussac-Fort-Médoc - Lanessan - isolé - Cadastre : 1827 D2 1529, 1552 2010 AB 113
    Historique :
    Le lieu-dit Lanessan et des bâtiments organisés autour d'une cour en U apparaissent sur des cartes anciennes dès 1716. Le plan cadastral de 1826 montre des bâtiments organisés selon un plan en T, qui doivent une cour fermée par un portail. Ces bâtiments font l'objet de remaniements en 1844 : l'architecte G isolées imitant des créneaux". L'illustration publiée dans l'ouvrage de Cocks de 1874 permet également de , 49 de terres labourables, 47 plantés de cépages fins. Si des constructions sont mentionnées dans les matrices cadastrales dès 1866 (construction nouvelle d'une maison en 1866, parcelle D1529, et en 1875 l'architecte Henri Duphot en 1876-1878. Les matrices cadastrales indiquent la construction nouvelle du château
    Référence documentaire :
    DES GROTTES Florence. Deux siècles d'histoire à Lanessan, 1793-1993, doc. datyl., 1996. 9e livraison n°2 GALARD, Gustave de. Album vignicole ou vues des châteaux et propriétés produisant les vins des meilleurs crus du Médoc et autres lieux du département de la Gironde. Bordeaux : s.d
    Description :
    sont chantournés. Des lucarnes passantes éclairent l'étage de comble. La façade sud-est reprend les décrochements des différents volumes de l'édifice : le noyau central est en retrait par rapport aux pignons des  : certaines présentent des doubles meneaux. Les toitures en ardoise supportent de hautes souches de cheminée personnel (cuisine, lingerie, chaudières du chauffage central, logement des domestiques). Le vestibule étage est celui des chambres de la famille. L'étage de comble n'est desservi que par l'escalier de service qui s'élève du niveau de soubassement. On y trouve les chambres des enfants, des domestiques ainsi
    Auteur :
    [architecte] Grellet aîné G. J.
    Annexe :
    d'habitation, des ateliers et des magasins. A droite se trouvent de magnifiques écuries, dont la visite commune. Puis elle s'engage dans un sous-bois charmant. On a dès lors le pied sur le domaine. Au delà du de la culture habite cette métairie. Dès l'orée du bois le château détache sur le ciel bleu sa masse placée devant les longs bâtiments des chais. Ces bâtiments et ceux du cuvier ont des pignons en forme de d'autres bâtiments font face. Une autre rue, presque parallèle à la première, est bordée par des maisons beauté de ses lignes architecturales et par la remarquable exécution des détails. Le porche qui protège distinguée des Saint-Julien (...). L'administration des trois domaines médocains de M. Delbos se trouve séparément dans un cuvier qui compte 24 grandes cuves servies par un outillage perfectionné et dans des chais un croisement des races garonnaise et bazadaise : type plus agréable à l’œil et plus ardent au maison noble dont on trouve des traces dans le 15e siècle, époque où Thomas de Blaignan la possédait ; il
    Illustration :
    Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail de l'emplacement du château et du "Parc des Valets Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail du moulin à vent de "Veyrone" et des dépendances Plan du domaine de Lanessan, vers 1840 : détail du logement des Maragnes. IVR72_20123310190NUC4A
  • Château La Chesnaye
    Château La Chesnaye Cussac-Fort-Médoc - la Chesnaye - isolé - Cadastre : 1826 D2 1516, 1517 2010 AB 162
    Historique :
    La Chesnaye était, selon Édouard Guillon, une ancienne maison forte. Sur une carte de 1716, des 200 tonneaux. L'édition de l'ouvrage de Cocks en 1874 en propose une illustration représentant des l'évolution des bâtiments au cours de la 2e moitié du 19e siècle : en 1865, Phélan procède à la construction nouvelle d'une maison (D1518) ; puis en 1871, sa veuve fait construire un atelier (D1516). Mais c'est d'un atelier en 1887, la construction nouvelle d'une maison et d'une cuisine (D1516) avant 1890 et fait appel à l'architecte Louis-Michel Garros dont les plans sont conservés mais non datés. Ces plans nombreux témoignent de l'évolution du projet, en fonction certainement des exigences du commanditaire . Concernant la distribution extérieure, on remarque surtout des modifications de l'escalier principal. Les façades extérieures ont fait l'objet de plusieurs propositions (forme des baies, des lucarnes...). A la Bordeaux, dont on conserve un plan signé et daté 1878. L'architecte adopte un style néo-élizabéthain en
    Référence documentaire :
    p. 121-130 DANTARRIBE, Cécile. Les communs des châteaux viticoles de Louis Michel Garros en gironde
    Description :
    s'ajoutent des bow-windows, un porche, des baies à traverses et meneaux et un répertoire décoratif ardoise et à longs pans présentent des pignons découverts. Les hautes souches de cheminées traitées en l'est et d'un parc planté d'arbres qui le sépare des bâtiments de dépendance.
    Illustration :
    Coupe avec emplacement des conduits de cheminée. IVR72_20113303202NUCA Vue d'ensemble au milieu des vignes. IVR72_20113301449NUCA Façade ouest : détail des souches de cheminée sculptées. IVR72_20113301455NUCA
1