Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ville

Dossier IA33005602 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations ville
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Pauillac

L'implantation humaine remonterait au néolithique avec l'existence dès cette époque d'un port.

La ville se développe en bord d'estuaire, à l'emplacement d'une villa gallo-romaine dont d'importants vestiges ont été retrouvés dans le secteur de l'église.

Au 17e siècle, le bourg relevait de la puissante seigneurie de Lafite, aux mains de la famille de Ségur. La population se répartissait entre plusieurs hameaux et le bourg, qui concentrait la majorité des habitants. D’après René Pijassou, en 1680, on y comptait entre 500 et 600 âmes ; en 1750, la population s’élevait à quelque 1200 personnes. Jacques de Ségur et ses descendants sont considérés comme des "seigneurs urbanistes" ou des "promoteurs de la petite ville", en imposant à de nouveaux tenanciers l’obligation de bâtir : plus de trente maisons furent ainsi édifiées entre 1687 et 1720 environ. Les rares bâtiments qui environnaient l’église et le rivage en pente douce, dessinés par le voyageur hollandais Herman van der Hem au milieu du 17e siècle, ont donc été complétés par de nouvelles constructions. En 1723, la carte de l’ingénieur Claude Masse fait état d’un bourg étoffé, l’"un des plus considérables du Médoc où il se fait un gros commerce, il y a un bureau des Fermes et une Patache et il si cueile (sic) de bon vin". Toutefois, la croissance en était contenue au nord par la présence d’un camp militaire de 4 à 5000 hommes, implanté en 1706, à l’initiative du maréchal de France Montrevel. Les vaisseaux de guerre profitaient également de la protection qu’assurait le chenal du Gahet, défendu par une batterie dont les vestiges sont encore attestés à la fin du 18e siècle.

Pauillac est au 18e siècle un port stratégique, permettant aux bateaux remontant l'estuaire de faire escale en attendant la marée favorable leur donnant accès à Bordeaux. Le port est donc équipé d'une cale saillante, dit "peyrat", probablement dans les années 1760.

L'habitat s'est concentré autour de l'église, reconstruite au début du 19e siècle. La partie nord du bourg était occupée au 18e siècle par le "camp" militaire indiqué sur la carte du cours de la Garonne de 1759 et sur le plan cadastral de 1825 qui reprend ce toponyme. Les constructions ne s'y multiplient qu'au cours du 20e siècle.

L'alignement des façades le long des quais est caractéristique de la ville, entièrement tournée vers l'estuaire. Il résulte de plans d'alignement successifs, le premier étant instauré à l’initiative de l'Intendant Dupré-de-Saint-Maur en 1784. Ce projet fut confié à l’un de ses proches, l’ingénieur Nicolas Brémontier. De nombreuses constructions sont attestées dans les années 1790 (confirmées par quelques dates portées relevées sur les maisons). Le presbytère est construit en 1784-1787. En 1791, le cimetière situé autour de l’église, au cœur du bourg de Pauillac, est déplacé au nord. Les abords de l'église sont aménagés en place publique.

Le plan de 1784 fut sans doute en partie appliqué, comme l'atteste un "plan et projet d’alignement de la traverse du port de Pauillac", levé par les Ponts et Chaussées en 1822. Un projet d’alignement dressé par l’ingénieur géomètre Richard fut également déposé en mairie le 12 octobre 1828. Ces documents avaient probablement été établis à la suite de la loi du 16 septembre 1807, qui préconisait la réalisation d’un plan d’ensemble pour les villes de plus de 1500 habitants. Or la mise en œuvre de cette loi ne fut pas immédiate et les plans réalisés souvent partiels. À Pauillac, des plans concernant l’ensemble du bourg ne furent levés qu’en 1835, par Henri Bagouet, géomètre à Lesparre. Ils prévoyaient les constructions à venir, percement de nouvelles rues, élargissement des axes existants, aménagement de places... Ce plan fut, semble-t-il, dressé à l’initiative de la commune qui en examina le résultat lors d’une séance du conseil en février 1836. Ces améliorations, impliquant des frais importants pour la commune et des contraintes fortes pour les habitants, furent mises en place progressivement. Le décret impérial "sur l’alignement du quai du port de Pauillac" daté du 30 novembre 1863 , émanation de la loi du 3 mai 1841 sur l’expropriation pour cause d’utilité publique, en facilita certainement le parachèvement. Tout au long du 19e siècle, les travaux d'amélioration et de percement des rues visent à faciliter la circulation dans la ville.

Le chantier de reconstruction de l'église de Pauillac s'inscrit dans les améliorations décidées au début du 19e siècle. Il se déroule de 1824 à 1829. Le presbytère est également au cœur des aménagements du bourg. En 1867-1868, les abords du bâtiment sont modifiés ; le jardin est amputé par le percement d'une rue et la terrasse est modifiée. La cour du presbytère est utilisée pour accueillir le marché. A la même époque, la commune souhaite dégager les abords de l'église et détruire plusieurs maisons, ce qui sera fait dans les années suivantes, entre 1870 et 1878.

Au milieu du 19e siècle, le cimetière est déplacé, laissant un vaste espace disponible. En 1896, un projet de marché couvert sur la place Carnot, à l'emplacement de l'ancien cimetière, est proposé.

Alors que la commune comptait 2640 habitants en 1820, la population atteint et dépasse les 4000 âmes dans la seconde moitié du XIXe siècle.

L'hôtel de ville est construit sur les quais entre 1866 et 1873.

A partir des années 1890, l’activité portuaire est transférée aux appontements construits à Trompeloup. C’est aussi dans ce secteur que sont localisées les activités industrielles, comme les hauts fourneaux puis dans les années 1930 la raffinerie, dans cette zone jusqu’alors réservée au lazaret. Le chenal du Gahet forme alors une frontière tenant à distance ces activités polluantes.

Dans les années 1930, la cave coopérative est créée et installée dans les anciennes dépendances viticoles du château Constant-Bages-Monpelou.

Pauillac est endommagé lors des bombardements de la ville par les alliés anglo-américains les 4 et 5 août 1944. Le 24 août, Pauillac est libéré des occupants allemands. La raffinerie a été l'une des cibles privilégiées. Les appontements ont également été détruits. Le chenal du Gahet et le site des Consommateurs de Pétrole Jupiter sont largement endommagés. Le centre ville est aussi touché. Sur 1588 maisons existant au dénombrement de 1936, 124 sont détruites et 523 endommagées. Un nouveau plan d'urbanisme est nécessaire ; l'architecte de Bordeaux Raymond Mothes est sollicité. Un plan topographique régulier de la ville est dressé en 1946. La place de Lattre de Tassigny, largement touchée, est réaménagée selon les plans de l'ingénieur de la DDE, M. Brard, au début des années 1950. Elle est inaugurée en 1955. D'autres constructions sont caractéristiques des années 1960 : la salle des fêtes, le cercle nautique ou encore la maison construite par André Cazes sur les quais.

Détruite par des bombardements, la raffinerie est reconstruite en 1947 puis en 1952. Entre 1968 et 1970, elle est rasée pour être reconstruite avec de nouveaux bureaux. En 1970, le site emploie 300 personnes. La ville doit accueillir et loger l'ensemble du personnel et connaît une période de croissance et de prospérité. L'activité de raffinage sur place est arrêtée en 1985. Le démantèlement des unités de raffinage s’achève en 1988. En en 1990, il ne reste que 38 salariés. La vie de la commune s'en trouve bouleversée.

L’aménagement du port de plaisance inauguré en 1978 matérialise la prédominance de la navigation de loisir à Pauillac. Dès 1872, une société "La Voile de Pauillac" était créée ; dans les années 1920, le débarcadère de voyageurs a été converti pour ces événements, tandis que les voyageurs arrivant par le bac débarquaient sur une nouvelle cale en béton. Le peyrat disparait au profit de ces nouveaux aménagements. La rotonde et les hangars à bateaux marquent les quais d’un nouveau style architectural, celui des années 1960, dans la lignée de la reconstruction de Royan.

Le tourisme, initié par la création dans les années 1980, de la Maison du Tourisme et du Vin est désormais l'un des leviers économiques que souhaite activer la commune. En 2014-2015, les quais ont été réaménagés ; le développement des croisières sur l'estuaire, y compris l'accostage prévu de paquebots, est l'un des enjeux pour redynamiser le bourg. Des travaux de réaménagement ont été réalisés favorisant la circulation (prolongement de la rue de Grassi), requalifiant les abords de l'église, etc.

Le tissu urbain est encore marqué par l'activité viticole : aux anciens chais souvent délaissés sont venus s'ajouter des installations modernes (chais Duhart-Milon, bureaux de Mouton-Rothschild, etc) qui marquent de leur emprise le plan de la ville.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Principale : 21e siècle

La ville de Pauillac ne domine l’estuaire que de quelques mètres et s'est développée à proximité des eaux, entre le chenal du Gahet au nord et le chenal du Gombaud ou de la verrerie au sud.

L'alignement des façades des maisons le long des quais est emblématique de la ville. S'y trouvent du sud au nord : la maison du Tourisme et du Vin, des bâtiments de l'administration (centre des finances, pôle emploi, etc), les anciens hôtels et commerces apparus dans la 2e moitié du 19e siècle, l'hôtel de ville, le château Grand-Puy-Lacoste, le cinéma (ancienne Caisse d'Epargne). Le port de plaisance et la cale de l'ancien bac sont aménagés dans l'axe de la rue Victor Hugo.

En cœur de bourg, l'habitat s'organise autour de l'église et de la place De Lattre de Tassigny. Les bureaux du Domaine Mouton-Rothschild occupent un vaste îlot complété d'un parking pour le personnel.

Les lotissements se trouvent en périphérie, ainsi que les équipements publics : le lycée Odilon Redon au sud avec piscine et gymnase, le stade et le collège Pierre de Belleyme au nord, la gare au nord-ouest.

Quelques parcelles de vigne sont encore présentes dans le périmètre de la ville ; le vignoble s'étend principalement à l'ouest et au sud de la ville.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Plans d'urbanisme, alignement des rues

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Déclaration de M. Buffe, architecte à propos de la construction d'une maison ; alignement, 14 avril 1791.

    Maison située en face de celle du sieur Lacombe, faisant le coin de la rue Richelieu et du Billard.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Changement des noms de rue, 31 juillet 1791.

    Rue Royale devient rue de la Constitution ; rue Ségur devient rue de la Fédération ; rue Esmangard devient rue de la Loy ; rue richelieu devient rue de la liberté nationale ; rue Perey Buffet (?) devient rue des Barnard (?) ; quais appelés Mirabeau.AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Changement du nom des rues, 12 février 1792.Rue Royale devient rue de la Constitution ; rue Ségur devient rue de la Fédération ; rue Esmangard devient rue de la Loy ; rue Richelieu devient rue de la Liberté nationale ; rue Peyrey Bossuet (?) devient rue Rochambeau ; rue Montesquieu la rue qui conduit de la rue de la Fédération à la place Féger ; substituer le nom de Franklin à celui de rue Féger et donner le nom de rue Franklin à celle connue sous le nom de rue du Billard ; à la place qui existe dans la même rue au derrière de M. Audinet, la nommer place Washington ; à la rue et place qui conduit de la rue Nationale au cimetière dans la partie du sud lui donner le nom de rue et place Mably ; à la place où se tient le marché, la nommer place de la Liberté ; de la rue qui va de chez le sieur Gaillard forgeron à Mme Mandavy rue Luknu (?) ; à la rue qui existe entre les maisons des sieurs Duffau et Bernadet à Mme Mandavy, rue Neker ; à la rue qui git (?) nord et sud de Mme Mandavy, formant à une de ses extrémités un cul de sac rue Suffren ; à la rue qui conduit au pont du Gahet rue Bas Médoc ; à la rue et place Maubec rue et place Destein ; à la rue qui conduit de la rivière, comme sous le nom de la Grange ; à la place Légère rue Coroyon (?) ; à la rue qui conduit de la rivière au Grand chemin national en passant devant la maison de M. Clerc rue Saint-Blaise ; à la rue qui conduit du Grand chemin national à la rue du même nom rue Bordelaise ; à celle qui conduit sur le chemin de Saint-Laurent et Saint-Sauveur rue Sainte-Catherine ; à celle qui va joindre la rue Bas Médoc passant à côté de la maison du sieur Viaud rue Talance ; de conserver à la rue Porte (?) Saint-Martin et à la rue et place Rousseau leur dénomination actuelle ; de faire inscrire que les façades des angles des maisons cantonnières qui bordent les quais depuis le chenal du Gahet jusqu'au chenal de l'estey Gombeau ou Verrie, le nom de Riquatty aîné dit Mirabeau.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Nomination d'un expert juré pour les alignements des rues du bourg, 15 avril 1792.

    Jean Buffet, entrepreneur de bâtisses et travaux publics a été nommé.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Alignement, 15 avril 1792.

    Rue Saint-Martin et de la Loy : sieur Ducasse ayant l'intention d'y construire un chai ; rue de la Loy qui a en cet endroit 18,5 pieds de large, faisant plusieurs coudées en remontant vers le sud jusqu’à la porte du jardin du dit sieur Ducasse.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Alignement, 22 avril 1792.

    Rue Sainte-Catherine : terrain appartenant à Marguerite Ducroix Vve Joyeux avec projet de construction d'un bâtiment.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Alignement, 25 avril 1792.

    Concernant la construction projetée de Mme Ducroix Vve Joyeux : dans cette partie, le bourg de Pauillac est susceptible d'un très grand accroissement étant à l'entrée du dit bourg et sur le chemin de la paroisse de St Laurent et St Sauveur ; la partie du grand chemin national qui est située devant la maison de Roussel maréchal est presque toujours inondée et forme un clouac affreux dans cette partie, présence de vignes également : nécessité d'établir une nouvelle rue.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Incendie d'une maison, 14 brumaire an 6 (4 novembre 1797).

    Maison du citoyen Dufau, marchand, droguiste située dans la grande rue Nationale : a sauté par l'effet de la poudre ; 7 maisons ont été les unes détruites, les autres presqu'entièrement détruites par l'explosion et la chute de la maison sautée.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Alignement, floréal an 10 (avril-mai 1802).

    La ville de Pauillac a reçu depuis plusieurs années un accroissement considérable et en prend tous les jours, comme partout ailleurs les anciens ont bâti à leur fantaisie sans ordre ni mesure, il en résulte une confusion qu'on a voulu réparer dans ces derniers temps en soumettant les citoyens à demander un alignement soit pour le redressement des rues anciennes, soit pour l'ouverture des nouvelles, tant sur des emplacements vides que sur des emplacements déjà bâtis.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Alignement, 11 germinal an 10 (1er avril 1802).

    Construction d'une bâtisse par Jean-Jacques Lacaussade sur un emplacement situé dans la rue des Granges, vis à vis le chay de citoyen Castéja père : alignement de la façade ; longueur de la rue des Granges = 24 pieds et que sa direction vers la rivière soit le plus droit possible.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Alignement, 23 thermidor an 13 (11 août 1805).

    Projet de construction d'une bâtisse par la Vve Bouifet dans la ruelle Maubec ; celle-ci doit être bouleversée pour la communication de la rue de la loi à la place Maubec, aux places de l'église et aux rues qui y aboutissent ; cette rue n'ayant qu'environ un mètre de largeur doit être portée à 6 m.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Alignement, 23 thermidor an 13 (11 août 1805).

    Bertrand Mouflet pilote à Pauillac voudrait réédifier une façade joignant sa maison faisant façade à la rivière, où les fondations en sont jetées depuis longtemps, où il ne doit monter qu'à la hauteur de 9 pieds pour se clôturer.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Restauration des rues de Pauillac, 14 août 1814.

    Mesures des rues.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Plan des quais et traverse du bourg, 20 septembre 1824.

    Les habitants sont informés qu'il existe à la mairie un plan pour la façade du quai sur la rivière et un second plan pour la partie de la route départementale qui traverse le bourg, c'est-à-dire la rue Bordelaise jusques enfin à la maison de M. Clerc?

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Adoption des divers plans soumis au conseil par l'ingénieur, 11 mai 1825.

    Concerne la rue Ségur, rue Esmangard, place Rousseau.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Travaux, 31 octobre 1825.

    Souscription pour réunir les fonds pour concourir à la confection de la route départementale de Bordeaux au Verdon en passant par Pauillac ; plan de redressement de la rue Esmangard ; mention de la bâtisse projetée par M. Pédesclaux.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Alignement de la maison que fait construire le sieur Pédesclaux dans la rue Esmangard, 28 novembre 1825.

    Le 26 février 1826 : le sieur Pédesclaux est autorisé à continuer la construction de la maison à la charge par lui de prendre pour direction la maison Estève et Desse en bâtissant à une largeur de 6m10.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Plan du projet d'alignement dressé et déposé à la mairie par M. Richard, ingénieur géomètre, 12 octobre 1828.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Réclamation du sieur Lacaussade contre le nivellement de la rue Lagrange, 9 août 1835.

    Lacaussade, régisseur de la manufacture des tabacs à Toulouse ; nivellement de la rue Lagrange qui lui est préjudiciable, les bâtiments qu'il occupe dans cette rue se trouvent obstrués et dépourvus d'issues pour l'exploitation de sa récolte

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Plan de la ville de Pauillac dressé par M. Bagouet géomètre à Lesparre, 21 février 1836.

    Commission à établir pour déterminer les projets d'embellissement de la ville et les emplacements des nouvelles constructions à venir.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Rapport de la commission relative au plan de Pauillac, 6 mai 1836.

    Largeur et description des rues ; proposition d'ouvrir la rue de Grassi (?) en raison du contour que fait la route départementale qui se trouverait de beaucoup raccourci en empruntant cette voie ; poursuivre la rue Lagrange jusqu'à la rue Bordelaise ; réclamations et contestations.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Elargissement de la rue Lagrange, 8 mai 1836.

    Il devient indispensable de donner à cette rue à son entrée sur le port la largeur convenable pour que les voitures puissent y circuler avec sécurité ; cession de terrain à obtenir de M. Gaillard.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Réclamation à propos du plan de Pauillac faite par M. Martiny, 19 février 1837.

    Inutilité du tracé qu'on a fait sur le plan pour ouvrir une rue partant de l'impasse Martiny, traverse la maison de ce dernier sur l'emplacement duquel on établit une petite place ; sa maison serait séparée des servitudes ; réclamation acceptée.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Redressement de trois rues sur le plan, demandé par les héritiers Ducasse, 15 juillet 1838.

    Rue Buffon : part de la rivière au nord de la maison Castéja, traverse la prairie de la famille Ducasse, longe le cimetière, la prairie de M. de Pontet, le jardin de M. Dupeyrat, les prairies Sicaud, Dupeyrat, le jardin de M. Croizet et aboutit à la route départementale : proposition de la redresser depuis le mur du jardin du presbytère en tirant une ligne droite à partir de l'angle sud-ouest du dit jardin, jusqu'à la rivière, ce qui porterait son ouverture à 13 m de la maison au parterre de Mme Vve Castéja ;

    Rue du champ de Mars : part de la rue du Bascouat et va aboutir au communal de Bages ;

    Rue Montesquieu prenant son embouchure à la rivière, traversant la prairie des héritiers Ducasse, celle de M. Lacoste et aboutissant à la route départementale pourrait être transportée à 19 m du mur nord de la verrerie appartenant à M. Rabère ; propositions acceptées.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Demande d'une chaussée du Bascouat à la verrerie et des allées d'Orléans au chenal du Gahet, 2 août 1838.

    Lacune dans l'aménagement de la chaussée, 35 m environ à partir du perron des héritiers Ducasse jusqu'à la rue Saint-Martin ; travaux en cours à partir du bout des allées d'Orléans jusqu'au petit débarcadère des Chartrons ; nécessité de continuer les travaux jusqu'au chenal.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Démolition de la maison Badimon, 24 novembre 1838.

    Rapport des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées indiquant que l'enlèvement de la saillie était plutôt un objet d'embellissement pour la façade du port que d'utilité pour la navigation.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Demande du sieur Louis Bernom, ancien boulanger, domicilié à Pauillac pour construire une maison sur un emplacement qu'il possède rue St Martin, 5 mai 1839.

    Emplacement qui doit servir à l'ouverture de la rue de l'Etoile qui prend de la rue St Martin et passe au derrière de l'église : pour l'instant aucun moyen pour faire ces travaux donc autorisation accordée.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Projet d'acquisition à l'amiable d'une parcelle de terrain appartenant au sieur Jacques Saux pour donner à la rue Buffon la largeur qu'elle doit avoir d'après le plan, 10 novembre 1839.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, demande d'alignement pour construction d'une échoppe près de l'église, 5 décembre 1842.

    Jacques Bichon, propriétaire à Padarnac, souhaite faire réédifier une échoppe faisant face au côté nord de l'église ; actuellement en saillie de plus de 3 m, il propose de faire reculer son mur jusqu'à l'alignement moyennant une indemnité.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Projet d'acquérir la maison Quépin ou maison Imbert située en face de la rue du Peyrat afin de pouvoir procéder à l'ouverture de la rue, 8 mai 1843.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Travaux d'entretien de la rue Traversière, 5 novembre 1843.

    Depuis la construction du débarcadère et la viabilité de la rue de Bascouat, les voitures du Bas-Médoc et autres qui prennent la route de Lesparre suivant la rue Bordelaise, tournent vers le chemin de St Laurent dans la rue Traversière qui longe le mur du jardin de M. Durac : cette dernière exige des travaux d'entretien, elle est également trop étroite ; pourrait être élargie si destruction du mur de M. Durac.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Nomination d'un commissaire pour tracer le plan de la ville de Pauillac, les projets d'alignement des anciennes et nouvelles rues, 5 novembre 1843.

    Plan sur le point d'être terminé, avant d'être livré en fin d'année, doit être soumis à une commission et changement de noms de rues à prévoir.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    Allées Barreyre ; rue Montagnard ; rue de la paix ; rue du Bascoit aujourd'hui Rabié ; rue Lagrange ; rue Royale ; rue St Antoine ; rue Bordelaise ; rue Ségur ; petite rue Franklin ; impasse Ste Radegonde ; impasse Franklin et Duqueyne ; place Michel de Montaigne ; rue de Saux ; rue Esmangard ; rue St Martin.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Projet de démolir la maison Badinon, 25 février 1844.

    Volonté de démolir depuis longtemps la maison Badinon dont la saillie irrégulière et choquante nuit non seulement à l'embellissement de la façade du port mais présente l'inconvénient de rétrécir considérablement la voie publique, d'empêcher la circulation des voitures qu'attirent sur le port, depuis la construction de l'embarcadère, le départ et l'arrivée des bateaux à vapeur.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Présentation du plan général d'alignement au préfet de Gironde ; modifications à y apporter, 6 mai 1845.

    Modifications apportées par le Conseil des Bâtiments civils ; rue St Laurent ; place St Martin ; place Richelieu ; rue Sombre.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Rapport sur le projet d'alignement de la route départementale n° 18 dans la traverse de Pauillac, 15 avril 1850.

    Nécessiterait la destruction de nombreuses maisons, dépense excessive : rejet du projet ; proposition de prolonger la rue Bordelaise à travers quelques maisons allant aboutir à la rue Grassy puis enfin à la route départementale au nord de Pauillac ; ou traverser à l'ouest le haut de la ville à travers des terrains vacants pour rendre la route droite du nord au midi ; le Conseil municipal préfère cette 2e solution.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Réclamation de M. Rabère au sujet de l'impasse Rabère, 18 novembre 1850.

    Il existe au côté nord de sa maison d'habitation située à Pauillac une cour qui est commune entre riverains et propriétaires ; cette cour a porté le nom d'impasse Rabère mais depuis le dernier plan d'alignement de la ville elle a reçu le nom d'impasse Duqueyne : question de la propriété de cette impasse.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Mention du prolongement de la rue Royale d'après le plan d'alignement arrêté en 1843, 19 mai 1851.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet de prolonger la rue du Peyrat, 6 mai 1863.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet de règlement des alignements du port de Pauillac dressé par l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées, soumis à enquête administrative prescrite par arrêté du sénateur le 22 juin dernier ; approuvé 7 juillet 1863.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Acquisition de la maison Peyronnin destinée à être démolie pour ouvrir la rue du Payrat et la mettre en communication directe avec le haut de la ville, 1e septembre 1864.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Nécessité de démolir la maison Arnaud en saillie sur le quai, gêne la circulation et masque la façade, 19 novembre 1864.

    Pb toujours pas réglé le 22 mars 1866.

    Depuis plus d'un siècle, l'administration municipale a le projet de mettre en communication directe le haut de la ville avec le port en ouvrant la rue du Peyrat qui se trouve au centre et qui serait l'une des plus belles et la plus fréquentée ; acquisition des bâtiments et terrains qui se trouvent sur la voie à ouvrir et sont frappés d'interdits depuis l'adoption du plan approuvé par ordonnance du 24 décembre 1845.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet d'ouvrir l'impasse Ségur pour établir une communication entre la rue du même nom et l'impasse Sainte-Radegonde aboutissant à la place de l'église, place qu'on s'occupe d'agrandir, 17 septembre 1865.

    La vieille bâtisse qui séparait les deux impasses et qui appartenait à M. Martiney ayant été démolie pour cause de vétusté, l'élargissement et l'ouverture de la rue deviennent possibles ; décision le 22 mars 1866.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Réclamations relatives au prolongement de la rue Foy depuis la rue de Lagrange (?) jusqu'à celle du Peyrat, 20 novembre 1865.

    14 janvier 1866 : percement projeté de la rue de Foy finalement rejeté.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Commencement du percement de la rue Buffon décidé le 29 novembre 1865, 20 février 1866.

    Travaux arrêtés à la hauteur du jardin du presbytère ; réparation du perron du presbytère nécessaire.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Construction de la rue Foy, décompte des travaux, 27 novembre 1866.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet de prolongement de la rue Buffon, 10 novembre 1871.

    Voir si les propriétaires sont disposés à vendre amiable.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Demande de M. Auguste Lamire, entrepreneur de bâtisses à Pauillac, pour paiement de terrains lui appartenant que la rue d'Orléans doit traverser et pour modification du tracé primitif, 1875.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Réclamation de M. Verrière, 7 juillet 1880.

    Possède une maison d'habitation avec cour au couchant avec portail d'entrée côté nord donnant sur la rue ou impasse Grassis, large de 3m ; en 1876, le sieur Feuillade a élevé des constructions qui ferment l’entrée du portail sur une étendue de près de 200m ce qui ne laisse plus à M. Verrière une largeur suffisante pour aller avec bœufs et charrette à son cuvier, à son chai et à son écurie.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Demande de plusieurs habitants du percement de la rue du Peyrat jusqu'à la place Franklin de façon à relier le quai à la rue St Laurent, 9 mai 1881.

    Mention de Diet Bertrand, fabricant de chandelles, rue du Peyrat (430D, maison et servitudes) ; au sud, maison occupée par Villetorte, marchand de légumes ; 430P : partie de maison servant à l’habitation, jardin, atelier de fabrication de chandelles, remise, écuries.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Pétition d'habitants demandant à ce que le quartier de la place Maubec, déjà dégagé du côté de l'église, soit ouvert dans la direction de la rue Esmangard au moyen de l'élargissement e la petite rue Dieu, 11 août 1881.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Projet de percement de la rue du Peyrat, métré des terrains à acquérir, 10 novembre 1881.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Protestations suite aux décisions d'expropriation pour le percement de la rue du Peyrat et l'alignement de la rue Franklin, 17 juin 1882.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Projet de percement de la rue Buffon, aujourd'hui Adrien Chauvet.

    Décidé en 1866, cession de terrains par Mme veuve Castéja, recul des murs du jardin du presbytère ; la voie s'arrêtera à la hauteur des immeubles Clerc par suite des prétentions des propriétaires ; aujourd'hui, ils proposent à la commune les terrains pour continuer la rue et de la mettre en communication avec une impasse latérale appelée impasse Rousseau qui va devenir ainsi une nouvelle voie croisant la première ; au-delà de l'impasse Rousseau actuelle, on rencontre les immeubles de MM. de Lauvergnac, Bonnet, Sicaud et Métayer.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Arrêté de la préfecture de la Gironde autorisant des expropriations ou des acquisitions de terrains à l'amiable pour récupérer les terrains nécessaires au prolongement de la rue Peyrat et à l'élargissement de la rue Franklin, 31 mai 1883.

    Rappel du décret du 12 mars 1883 qui déclare d'utilité publique le prolongement de la rue Peyrat et l'élargissement de la rue Franklin.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Affaire Déjean, 13 août 1883.

    Construction d'une maison rue Edouard de Pontet vers 1874 (section D48).

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Plans et devis pour le pavage de la partie de la rue du Peyrat nouvellement ouverte à la circulation et réfection de la place Franklin, 9 février 1885.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement noms de rues, 6 juin 1885.

    Le conseil propose de donner le nom de rue Victor Hugo non seulement à la nouvelle voie percée faisant suite à la rue du Peyrat mais à la rue du Peyrat partant du quai jusqu'à la place Franklin.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Procès verbaux de réception des travaux de construction de chaussées pavées et de caniveaux rue du Peyrat, place Franklin, rue St Laurent et rue Franklin, 1er avril 1886.

    Devis du 22 avril 1885.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Ouverture de la rue Adrien Chauvet, 20 mars 1886.

    La partie levant fut ouverte en 1865 jusqu'à la hauteur du presbytère et le 2e tronçon livré à la circulation jusqu'à l'impasse Rousseau en 1883.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Commission de 5 membres pour rechercher des embellissements à faire en ville et les ressources pour y parvenir, 20 septembre 1890.

    Travaux et améliorations qui s'imposent dans un avenir peu éloigné pour donner à la ville de Pauillac, l'air qui lui manque dans certains quartiers, la facilité de s'agrandir dans des conditions hygiéniques nécessaires et enfin les installations d'un marché couvert qui font complètement défaut ; projets non réalisés faute de moyens : élargissement de la rue Dieu, percement de la rue Grassi et Bordelaise ; propose de nommer une commission.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Plans et projets pour le percement de la rue Voltaire en bordure sur la place de l'ancien cimetière côté est, 27 juin 1891.

    Aboutit au nord de l'axe du pont du chenal du Gahet ; plan à revoir ; préférable au percement de la rue Montauroy non prévu dans le plan de la ville et dont l'ouverture aboutirait à 10m au couchant de l'axe du pont du chenal du Gahet.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Le sieur Rousset propose de céder à la ville tout le terrain nécessaire à l'ouverture de la rue d'Orléans dans la traverse de sa propriété, 30 novembre 1895.

    Il demande en échange que la ville lui cède le terrain situé devant son immeuble rue Edouard de Pontet.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Tracé de la rue d'Orléans et alignement de la rue Edouard de Pontet, 8 mars 1897.

    Melle Germain, propriétaire d'un jardin sur le terrain duquel passe le tracé de la rue d'Orléans d'après le plan officiel de la commune, propose à l'administration municipale de lui céder gratuitement le passage sur toute la longueur et toute la largeur de la voie projetée comprise dans sa propriété ; plan de l'alignement de la rue Edouard de Pontet déjà proposé en 1896 mais refusé.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Percement de la rue d'Orléans ; expropriation de M. Pierre Métayé, 17 août 1899.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Changement de nom de la rue d'Orléans en rue de la République, 14 août 1900.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Adoption du tracé rouge du nivellement de la rue de la République, présentant une seule pente en conduisant les eaux place Carnot, 8 février 1901.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Règlement sanitaire municipal pour la ville ou agglomération, 19 décembre 1903.

    Puits ; habitations ; cours.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Projet de la rue des Jardins accepté ; terrains des 2 côtés frappés de reculement, 1er juin 1906.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Projet d'élargissement de la rue Adrien de Chauvet dans la partie située entre le marché et le quai avant que des constructions n'y soient élevées, 1er juin 1906.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1925-1936, Projet de percement de la rue Dieu, 8 décembre 1932.

    Don de terrains par Mme veuve Banié et démolition prévue des maisons de Mme Rey et du garage de Mme Coudy.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1925-1936, Plan d'urbanisation de la ville, 30 octobre 1935.

    Le conseil municipal autorise M. Germain à établir de concert avec la commission des travaux publics un plan d'urbanisme pour Pauillac.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Recherche de subventions pour les travaux de percement de la rue Jeanne d'Arc à la rue Pasteur, 30 juin 1937.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Acquisition des immeubles Delon pour rendre accessible l'Hôtel des Postes depuis la place Rousseau, 27 octobre 1940.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Mention des nouvelles rues où des constructions d'immeubles viennent d'être faites, 7 septembre 1941.

    Ex : la rue partant du stade vers le cimetière…

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Projet de démolir toutes les masures situées dans l'impasse Cazes qui relie la rue Pierre Castéjà à la rue Victor Hugo, 1er mai 1941.

    M. Cazes donne ces masures et le terrain à la commune à charge pour elle de luis construire un hangar adossé à la boulangerie Viladie (?) dont le plan sera établi avec le concours de la commission des Travaux Publics ; projet de faire correspondre la place Jean Jaurès (place Gabriel Gachet) avec la rue Grassi pour faciliter la circulation autour de l'église et assainir les arrières des nombreuses maisons.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Impasse Cazes en voie de construction, prolongement de la rue Rabié (attente de l'autorisation du préfet), démolition des masures derrière l'hôtel des postes vont pouvoir commencer, 30 août 1942.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Travaux de démolition de l'impasse Cazes et dans la rue de Grassi se poursuivent, 18 décembre 1943.

  • Documentation sur les quais de Pauillac

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Quai à bâtir sur la rivière, 31 août 1792.

    Demande de plusieurs habitants de construire un mur de quai au devant de leurs maisons situées sur le bord de la Gironde.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre au préfet de l'ingénieur en chef de la Gironde, à propos de la demande du sieur Rabère pour obtenir la permission de faire un revêtement en pierre pour soutenir les terres d'un quay qui dépend de sa propriété sur la rive du port de Pauillac, 12 juillet 1822.

    Il n'existe point à proprement parler de quays seulement chaque propriétaire a bâti vis-à-vis sa maison un mur avec parapet faisant une banquette ou trottoir qui n'est fréquenté que par les gens de pied, qu'ils nomment quay ; les voitures passent au pied de ce quay, sur le rivage vaseux qui n'est ni pavé ni empierré ; le quay du sieur Rabère dépasse la ligne des quays voisins ; il voudrait conserver cette saillie, alléguant son utilité pour le dépôt des marchandises de son commerce, vu que l'alignement de ses voisins ne laisse à cet effet qu'une largeur tout à fait insuffisante ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande Baptiste Delhomme de faire reconstruire sa maison sur le quai et rue du Peyrat à Pauillac, 6 juillet 1824.

    Permission accordée par l'Ingénieur en chef de la Gironde, à condition de suivre du côté de la rue du peyrat l'alignement de ladite rue et du côté du quai celui des maisons Raymond et Duvermine, raccordant ces deux alignements par une tour ronde de 3m de rayon ; le balcon devra être à quatre m au-dessus du dol du quai.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande du sieur Clémenceau de faire construire une maison sur un emplacement qu'il possède dans la traverse du port de Pauillac, 5 mars 1828.

    Accordé : à condition de suivre l'alignement déterminé par l'angle nord de la maison de M. Duvermine et l'angle sud de la maison du sieur Ducasse.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Corps de garde établi sur les quais pour le service de la garde nationale, 5 janvier 1831.

    Devis du sieur Bricou (?) charpentier ;

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de Mme Castéja au préfet à propos de sa maison et jardin qu'elle désire faire entourer d'une claire-voie posée sur un mur de 5 ou 6 pieds d'élévation, 21 février 1832.

    A également l'intention de faire faire au-devant de cette claire-voie un quai sur lequel s'exercera le passage public.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de M. Boireau au préfet concernant son emplacement situé sur le port de Pauillac, joignant au nord la maison de Mme Cazentre et au midi celle de M. Badimon, 25 mars 1832.

    A l'intention d'y faire construire une maison ; demande d'alignement à suivre ; PLAN

    AD Gironde, SP 1203, Lettre du sous-préfet au préfet à propos de la demande de M. Boireau d'obtenir un alignement sur la façade du quai où il se propose de bâtir, 26 mai 1832.

    Travaux qui ont été suspendus ; nécessité de continuer pour son établissement auquel 27 ouvriers sont employés.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande de la dame Ducasse de clore sa propriété, 20 novembre 1832.

    Autorisation d'établir la clôture de sa propriété située dans la traverse du port de Pauillac suivant la ligne DEF du plan, laquelle est déterminée par l'angle nord du mur de Mme Castéja et l'angle sud de la maison du sieur Breimet?

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de Hilaret au préfet pour obtenir l'alignement et l'autorisation pour construire un mur de clôture, pour clôturer sa propriété connue sous le nom du Moulin du Chartron près le chenal du Gaët, 21 août 1833.

    PLAN.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Projet de restauration complète du port et des quais, 28 juillet 1835.

    Proposition de fournir des prestations en nature pour les travaux du dessus des quais.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Devis des ouvrages à exécuter pour l'amélioration du port de Pauillac, par l'ingénieur ordinaire Deschamp, 6 février 1836.

    Travaux prévus : dressement des quais sur 300 m de longueur en amont et en aval du peyrat ; construction de cales pavées et gravées sur la même longueur ; établissement d'une chaussée d'empierrement accompagnée de deux lignes de bornes pour servir aux mouvements et à la circulation des charrettes sur le quai. on commencera par déblayer le terrain suivant une pente transversale uniforme de 2 cm par m jusqu’à 20 m de distance de la façade des maisons ; à partir de ce point, les remblais devront être disposés de manière à former un talus de 25 cm de pente par mètre ; ce talus sera protégé à sa base par un enrochement recouvert d'un pavage sur 2 m environ de largeur et par une couche de pierres brisées et de gravier dans la partie supérieure (...) ; l'axe de la chaussée sera établi à 5m de l'arête des cales ou à 15 m de la façade des maisons, elle sera limitée par 2 lignes de bornes en pierres dures et une ligne d'arbres plantés aux frais de la commune de Pauillac ; le quai se trouvera ainsi divisé en 3 parties distinctes, l'une de 11 m de largeur formera un terre-plein pour les piétons et le dépôt des marchandises, l'autre de 8m sera réservée pour la circulation des voitures et des cavaliers, enfin, il existera sur le bord pour les marins et le service de la navigation un marche-pied de 80 cm environ de largeur entre la 2e ligne de bornes et l'arête des cales.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de M. Garrigou au préfet à propos de son intention de faire édifier incessamment une maison sur un terrain qu'il possède sur la façade de la rivière, faisant encoignure à la rue Ségur, 17 février 1837.

    Demande d'alignement ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre D'Escarraguel Père au préfet de la Gironde, concernant les travaux des quais de Pauillac, 15 février 1838.

    Adjudicataire des travaux des quais ; a fait déposer sur les dits quais, 76 bornes qui doivent y être placées incessamment ; a dû payer un droit de plaçage : demande le remboursement.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Proposition de M. Chauvet, au nom des héritiers Ducasse, de vendre à la commune les terrains bordant la rivière depuis l'encoignure de la rue du Bascouat jusqu'au mur de la verrerie qui se trouve en dehors de l'alignement qui doit être suivi pour la construction des bâtisses qui pourraient (?) s'élever à l'avenir sur cette partie du port (?), 20 mai 1838.

    Afin de rendre cette partie de la voir publique large et régulière.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Rapport de l'ingénieur ordinaire Deschamp pour prolonger jusqu'aux rues St Martin et du Bascoit les travaux entrepris pour l'amélioration des quais et cales de Pauillac, 27 juin 1838.

    En 1835 a été dressé un projet d'amélioration des quais, cales et port de Pauillac entre les chenaux du Gahet et de la Verrerie sur un développement d'environ 1000 m ; finalement travaux sur 150m seulement, de chaque côté du peyrat ; adjudication également d'un débarcadère en charpente qui doit être incessamment construit en face de la rue du Bascoit.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Décision de replanter les arbres qui forment les Allées d'Orléans suite à l'amélioration des quais, 18 novembre 1838.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait des registres des délibérations du conseil municipal : nécessité d'établir sur les quais des latrines publiques, 18 novembre 1838.

    Plans et devis estimatifs rejetés, d'autres demandés qui se rapprochent de la construction des latrines établies rue St Esprit aux Chartrons à Bordeaux ; 2 latrines seront établies, l'une au bas du talus des quays vis-à-vis la rue des Saux et l'autre de la même manière en face de la rue Lagrange.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Rapport du maire sur la situation critique du port de Pauillac et de ses chenaux, 27 décembre 1840.

    Moyens à mettre en œuvre pour porter un obstacle aux envahissements du fleuve qui menace d'une destruction prochaine et complète le beau travail de la campagne dernière (terrassements sur lesquels ont été pratiqués des empierrements pour une voie de charrette) ; nécessité de continuer les enrochements du bas des terrassements et les revêtements en pierre des talus que la rivière sans cela mine tous les jours ; mention de l'importance du port aménagé au chenal du Gahet auquel on accède par les Allées marines, chaussée aménagée sur le bord du chenal, communiquant avec la route départementale n°18 ; affaissement des abords des chenaux, notamment celui de la Verrerie qui menace d'engloutir une maison et celui du Gahet qui a entrainé avec lui une partie du chemin et plusieurs arbres des allées marines.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre mentionnant le pilote Bernard Blanc qui souhaite faire une porte dans un mur de clôture situé sur le port de Pauillac aux Chartrons, 1854.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Plan du port approuvé par l'autorité supérieure et indiquant les terres-pleins sur lesquels les marchandises peuvent être déposées, 28 mai 1855.

    Quais et terres-pleins du port nouvellement faits et en bon état pour les voitures.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre de Joseph Ducasse, marchand, qui vient d'acquérir une maison située sur le quai de Pauillac : demande de réparations, 21 octobre 1856.

    Réparations qui consistent à faire badigeonner le devant de cette maison et à faire confectionner une devanture sur toute la façade de la dite maison ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1204, Rapport de l'ingénieur ordinaire tendant à provoquer la suppression de l'établissement de bains du sieur Saintout sur le port de Pauillac, 11 septembre 1857.

    Etablissement de bains composé d'une baraque en bois élevée sur pilotis, en lit de rivière, contre la berge de la Gironde. Le pilotis provient d'un débarcadère que le sieur Saintout avait été autorisé à construire en 1835 : la construction de la baraque sur l'extrémité de ce débarcadère a été autorisée par un arrêté préfectoral du 6 septembre 1844 : inconvénients : effet disgracieux sur le port, gêne la navigation le long des cales longitudinales, produit des envasements ; équipement en ruine, bois pourri : démolition requise.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Proposition du maire de faire planter des arbres sur les quais du Bascouat et de la verrerie, 5 juin 1858.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre du Ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics au sénateur chargé de l'administration de la Gironde, à propos du projet de règlement des alignements du port de Pauillac, 18 juin 1863.

    La chaussée du port de Pauillac est sensiblement horizontale et toutes les maisons qui la bordent forment des alignements réguliers ; les seules saillies sont formées par 3 maisons et un mur ; dans les diverses permissions de voirie qui ont été délivrées jusqu'à ce jour, on a autorisé la conservation des perrons et des murettes qui sont nécessaires pour maintenir l'accès de quelques maisons à la voie publique.

    AD Gironde, SP 1204, Décret impérial sur l'alignement du quai du port de Pauillac, 30 novembre 1863.

    art. 1er : l'alignement du quai du port de Pauillac dans le département de la Gironde est et demeure fixé conformément aux lignes rouges du plan annexé au présent décret ; toutefois les perrons ou marches en saillie sur l'alignement existant au moment de la promulgation du présent décret pourront être entretenues et au besoin reconstruits jusqu'à l'époque où seront réédifiés les bâtiments dont ils dépendent ;

    art.2 : l'administration est autorisée à faire l'acquisition des terrains et bâtiments nécessaires pour l'exécution de ce projet d'alignement en se conformant aux dispositions des titres III et suivants de la loi du 3 mai 1841 sur l'expropriation pour cause d'utilité publique ;

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Démolition des maisons en saillie situées sur le port de Pauillac (établissement du sieur Armand), 26 novembre 1864.

    AD Gironde, SP 1205, Arrêté de la préfecture du département de la Gironde concernant une construction sur un terrain appartenant au sieur Bertheau, sur le quai de Pauillac, après de la rue Rabié, 4 août 1871.

    Façade de la construction projetée sera établie suivant l'alignement déterminé par le prolongement de la maison des sieurs Lamire et l'angle de la maison du sieur Hilliau ; aucune marche ne sera établie en saillie sur cet alignement.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Arbres des quais mal soignés, 5 février 1872.

    L'administration des Ponts-et-Chaussées a eu l'heureuse idée d'établir une allée d'arbres aux 2 extrémités des quais de Pauillac mais mal soignés.

    AD Gironde, SP 1205, Extrait des registres des arrêtés du préfet : demande de M. Seyrat de creuser un bassin sur les alluvions destiné à l'alimentation de son établissement de bains, 26 mai 1880.

    PLAN

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Élargissement du quai entre le marché aux poissons et le débarcadère, 13 août 1883.

    Élargissement à 7 m pour former une ligne parallèle au trottoir longeant les maisons et une promenade à largeur égale à la première ; les remblais se feraient à l'aide des débris de démolition provenant du percement de la rue du Payrat ; le talus se ferait avec les pierres du talus actuel reportés en avant des débris de démolition ; cette disposition du quai donnera un abord facile aux embarcations au moment des grandes marées lorsque le peyrat et les autres cales sont totalement recouvertes par les eaux.

    AD Gironde, SP 1205, Rapport de l'ingénieur ordinaire concernant l'élargissement du quai entre le marché au poisson et le débarcadère, 6 septembre 1884.

    AD Gironde, SP 1205, Rapport de l'ingénieur ordinaire concernant le marché à poissons et la promenade des quais de Pauillac (redevance pour occupation du Domaine public), 23 mars 1886.

    Terrain dépendant du Domaine public sur lequel la commune avait été autorisée à organiser un marché aux poissons ; terrain qui a été annexé à l'élargissement des quais et sert actuellement de promenade ; 11 juin 1879 : autorisation d'occuper 400m2 à l'amont du peyrat pour le marché au poisson ; en 1884, élargissement du quai pour créer une promenade dans la partie comprise entre le marché pour le poisson et le débarcadère des bateaux à vapeur : travaux à peu près terminés ; suppression du marché aux poissons.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Élargissement des quais dans la partie comprise entre le peyrat et la rue Saint-Martin, 10 août 1888.

    Une première autorisation a été donnée par le préfet le 7 juillet 1887 pour l'élargissement en face de l'hôtel de ville sur un terrain ayant la forme d'un rectangle de 50 (?)m de base et 20m de hauteur, demande de prolongement de ce rectangle de 10m au midi et de 25 m au nord, un pan coupé ou un demi-cercle seraient ménagés aux deux angles sud-est et nord-est.

    AD Gironde, 2 O 2610, Extrait du registre de délibérations du conseil municipal, exposant la lettre de la Société Française des chalets, kiosque et colonnes lumineuses des départements offrant à la commune de Pauillac de placer une deuxième colonne lumineuse sur les quais de la ville dans les mêmes conditions que celle qui a fait l'objet du traité du 10 février dernier, 9 novembre 1888.

    Colonne qui serait placée sur les alluvions du port de Pauillac, entre le peyrat et le cabinet actuel, à 5m environ du terre-plein en formation dans ce moment, sur le prolongement de l'axe de la rue des Saux ; demande également d'installer un kiosque à journaux entre le peyrat et le débarcadère.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Installation de 2 colonnes lumineuses sur les quais de la ville, procès verbal de réception définitive, 8 mai 1890.

    Travaux de maçonnerie pour recevoir les colonnes lumineuses ; A. Isidore, L. Soubiran et Co, Société française des chalets, kiosques et colonnes lumineuses des départements, publicité diurne et nocturne, Agence de bordeaux, 3 rue du Parlement Sainte Catherine.

    AD Gironde, SP 1206, Élargissement des quais pour la partie comprise entre le débarcadère des bateaux à vapeur et le chenal de la verrerie et subsidiairement dans la partie comprise entre le peyrat et la rue St Martin, 18 novembre 1892.

    AD Gironde, SP 1206, Demande de poursuivre les travaux des quais : prolongement du terre-plein des quais, juin 1897.

    Largeur : 20m ; du quai de la verrerie jusqu'à la hauteur du chenal.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Prolongement du terre-plein des quais, 4 juin 1897.

    Demande de continuer sur une même largeur de 20m le terre-plein du quai de la verrerie jusqu'à la hauteur du chenal de la verrerie ; les remblais sont faits au moyen de débris de démolition fournis par les particuliers et la muraille de soutènement sera construite le long de la Gironde en pierre provenant de l'ancien talus ; de même du côté nord du peyrat, de façon à rejoindre le bureau du pilotage mais en laissant au débouché de la rue St Martin, une anse pour la batellerie ; piquetage nécessaire pour maintenir les terres.

    AD Gironde, SP 1206, Ponts et Chaussées, service maritime de la Gironde, rapport du conducteur sur un projet d'arrêté du maire de Pauillac en date du 27 août 1900 ayant pour objet d'interdire la circulation des charrettes et véhicules quelconques sur le terre-plein du quai de Pauillac, compris entre la façade des maisons et le premier rang des bornes qui limite de ce côté la chaussée de ce quai, 17 septembre 1900 .

    AC Pauillac, Registre des délibérations 1916-1925, Enlèvement des bornes des quais, 17 aout 1921.

  • Documentation sur la rue de la République

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Demande de M. Auguste Lamire, entrepreneur de bâtisses à Pauillac, pour paiement de terrains lui appartenant que la rue d'Orléans doit traverser et pour modification du tracé primitif, 1875.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Le sieur Rousset propose de céder à la ville tout le terrain nécessaire à l'ouverture de la rue d'Orléans dans la traverse de sa propriété, 30 novembre 1895.

    Il demande en échange que la ville lui cède le terrain situé devant son immeuble rue Edouard de Pontet.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Tracé de la rue d'Orléans et alignement de la rue Edouard de Pontet, 8 mars 1897.

    Melle Germain, propriétaire d'un jardin sur le terrain duquel passe le tracé de la rue d'Orléans d'après le plan officiel de la commune, propose à l'administration municipale de lui céder gratuitement le passage sur toute la longueur et toute la largeur de la voie projetée comprise dans sa propriété ; plan de l'alignement de la rue Edouard de Pontet déjà proposé en 1896 mais refusé.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Projet d'établir un marché couvert sur la place Carnot, par M. Lacussan, architecte à Bordeaux, 8 février 1896, pour une somme de 10000 francs.

    Projet composé de fermes métalliques, comprend la création d'une halle ayant 35 m de long sur 14 m de large couvrant par suite une superficie de 490 m2. La longueur sera disposée dans l'axe de la rue Montouroy et disposée de telle sorte que l'alignement de la rue d'Orléans projetée vienne partager le marché en 2 parties égales ; le maire est autorisé à traiter soit avec M. Lacussan, soit avec M. Emile Paul, fondeur à bordeaux, possesseur du matériel à acquérir.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Percement de la rue d'Orléans ; expropriation de M. Pierre Métayé, 17 août 1899.

    Rappel du décret du 11 mars 1899 déclarant d’utilité publique le percement de la rue d’Orléans ; unique parcelle (parcelle D 48, 135 m2) qui empêche encore le début des travaux.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Changement de nom de la rue d'Orléans en rue de la République, 14 août 1900.

  • Documentation sur la rue Etienne Dieuzède

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Alignement, 11 germinal an 10 (1er avril 1802).

    Construction d'une bâtisse par Jean-Jacques Lacaussade sur un emplacement situé dans la rue des granges, vis à vis le chay de citoyen Castéja père : alignement de la façade ; longueur de la rue des Granges = 24 pieds et que sa direction vers la rivière soit le plus droit possible.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Réclamation du sieur Lacaussade, régisseur de la manufacture des tabacs à Toulouse, contre le nivellement de la rue Lagrange, 9 août 1835.

    Nivellement de la rue Lagrange qui lui est préjudiciable, les bâtiments qu'il occupe dans cette rue se trouvent obstrués et dépourvus d'issues pour l'exploitation de sa récolte. Ce propriétaire craint que par suite des travaux qui ont été exécutés dans cette partie de la Ville, les voitures ne puissent plus aboutir à ses bâtiments et qu’à la moindre pluie ses chais en soient inondés.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Rapport de la commission relative au plan de Pauillac, 6 mai 1836.

    Largeur et description des rues ; proposition de poursuivre la rue Lagrange jusqu'à la rue Bordelaise.

    « La rue Lagrange partant de l’angle sud de la maison Rabère n°2 jusqu’au chai de M. Lacaussade, n°14 aura une largeur de 7m90 : la commission propose de continuer cette voie sur la même largeur jusqu’à la rue Bordelaise, elle serait d’une grande utilité pour cette partie de la ville, donnerait une valeur aux terrains et contribuerait à l’assainissement du quartier.

    La Petite rue Lagrange partant de l’angle sud du chai n°14 à M.Lacaussade jusqu’à l’angle de la bâtisse n°23 aurait 7m de ce point jusqu’à la place Franklin, elle n’aura que 6m de largeur.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Élargissement de la rue Lagrange, 8 mai 1836.

    Il devient indispensable de donner à cette rue à son entrée sur le port la largeur convenable pour que les voitures puissent y circuler avec sécurité ; cession de terrain à obtenir de M. Gaillard.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    La rue Lagrange partant du quai Duquêne devra se prolonger en ligne droite jusqu’à la rue Bordelaise et conserver sur toute son étendue une largeur de 7m30. La petite rue Lagrange partant du n°22 suivra une ligne droite jusqu’au n°24 où elle formera un angle et se dirigera directement jusqu’à la place Franklin ; elle aura sur toute son étendue une largeur de 7m.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Réclamations relatives au prolongement de la rue Foy depuis la rue de Lagrange (?) jusqu'à celle du peyrat, 20 novembre 1865.14 janvier 1866 : percement projeté de la rue de Foy finalement rejeté.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement des noms de rues, des quais et des places, 8 novembre 1879.

    rue Lagrange=rue Nationale

    -AC Pauillac, Registre des délibérations, 1916-1925, Changement noms de rues, 22 décembre 1918.

    rue Nationale=rue Victor-Emmanuel

  • Documentation sur la rue Edouard de Pontet

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement des noms de rues, des quais et des places, 8 novembre 1879.

    Rue du Camp=rue Edouard de Pontet

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Affaire Déjean, 13 août 1883.

    Construction d'une maison rue Edouard de Pontet vers 1874 (section D48).

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Le sieur Rousset propose de céder à la ville tout le terrain nécessaire à l'ouverture de la rue d'Orléans dans la traverse de sa propriété, 30 novembre 1895.

    Il demande en échange que la ville lui cède le terrain situé devant son immeuble rue Edouard de Pontet.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Tracé de la rue d'Orléans et alignement de la rue Edouard de Pontet, 8 mars 1897.

    Melle Germain, propriétaire d'un jardin sur le terrain duquel passe le tracé de la rue d'Orléans d'après le plan officiel de la commune, propose à l'administration municipale de lui céder gratuitement le passage sur toute la longueur et toute la largeur de la voie projetée comprise dans sa propriété ; plan de l'alignement de la rue Edouard de Pontet déjà proposé en 1896 mais refusé.

  • Documentation sur la rue Pasteur

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Changement des noms de rues, 31 juillet 1791.

    Rue Esmangard devient rue de la Loy ou des Loys.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Changement du nom des rues, 12 février 1792.

    Rue Esmangard devient rue de la Loy ;

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Adoption des divers plans soumis au conseil par l'ingénieur, 11 mai 1825.

    Concerne la rue Ségur, rue Esmangard, place Rousseau ; La façade ouest de la rue Esmangard sera établie parallèlement à la maison Desse formant la façade est de la même rue et conservera dans toute sa longueur une largeur de 5m90 cm.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Travaux, 31 octobre 1825.

    Souscription pour réunir les fonds pour concourir à la confection de la route départementale de Bordeaux au Verdon en passant par Pauillac ; plan de redressement de la rue Esmangard : alignement déterminé par le prolongement de la façade des maisons appartenant à MM. Desse et Estève jusqu’au point de la section formée avec cette dernière ligne et le prolongement du côté ouest du chai de M. Mescasse ( ?), que toute la partie ouest de la rue sera à 6m60 cm de distance de la ligne pré-citée. Considérant que la bâtisse projetée de M. Pédesclaux devant être adhérente à autre partie déjà bâtie qui doit être en recul et appartenant au même, il sera établi une brisure partant du milieu du seuil de la porte de M. Pédesclaux indiquée par la lettre A sur le plan en allant se rattacher à 6m60cm de largeur pour la rue sur la façade nord du chai de M. Pédesclaux marquée par la lettre B.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Alignement de la maison que fait construire le sieur Pédesclaux dans la rue Esmangard, 28 novembre 1825.

    Le maire reconnaît que le sieur Pédesclaux y [dans la rue Esmangard] faisait bâtir sans être muni de notre autorisation et en avant de l’alignement que nous devions lui donner suivant le plan de la rue que nous avons fait lever exprès par le sieur Richard, géomètre, ce que voyant nous avons déclaré au sieur Pédesclaux qu’il fallait qu’il renforçât ses fondations du côté de sa propriété pour y bâtir sur l’alignement que nous lui avons tracé nous-même : mais Pédesclaux veut faire appel : contravention aux règlements de la voirie.

    Le 26 février 1826 : le sieur Pédesclaux est autorisé à continuer la construction de la maison à la charge par lui de prendre pour direction la maison Estève et Desse en bâtissant à une largeur de 6m10cm conformément à la convention qui a été faite entre M. le Préfet et lui.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    rue Esmangard

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Pétition d'habitants demandant à ce que le quartier de la place Maubec, déjà dégagé du côté de l'église, soit ouvert dans la direction de la rue Esmangard au moyen de l'élargissement de la petite rue Dieu, 11 août 1881.

    -AC Pauillac, registre des délibérations, 1925-1936, Changement noms de rues, 6 juillet 1935.

    Rue Esmengard= rue Pasteur

    -AC Pauillac, registre des délibérations, 1936-1945, Recherche de subventions pour les travaux de percement de la rue Jeanne d'Arc à la rue Pasteur, 30 juin 1937.

  • Documentation sur la rue Franklin

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    La petite rue Franklin partant de la place de ce nom se terminant à l’entrée de l’impasse Ste Radegonde conservera sur ce point 5m30 ; elle aura 5m60 aux angles formés par les n°6 et 9 ; les n° 1, 3, 5 et 6 sont sujets au recul.

    Les impasses Franklin et Duquesne sont plutôt des passages particuliers que publics ne devant subir aucun changement.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Protestations suite aux décisions d'expropriation pour le percement de la rue du Peyrat et l'alignement de la rue Franklin, 17 juin 1882.

    -AC Pauillac, BOITE PLANS, Arrêté de la préfecture de la Gironde autorisant des expropriations ou des acquisitions de terrains à l'amiable pour récupérer les terrains nécessaires au prolongement de la rue Peyrat et à l'élargissement de la rue Franklin, 31 mai 1883.

    Rappel du décret du 12 mars 1883 qui déclare d'utilité publique le prolongement de la rue Peyrat et l'élargissement de la rue Franklin.

    -AC Pauillac, BOITE PLANS, Procès verbaux de réception des travaux de construction de chaussées pavées et de caniveaux rue du Peyrat, place Franklin, rue St Laurent et rue Franklin, 1er avril 1886.

    Devis du 22 avril 1885.

  • Documentation sur la rue Jeanne d'Arc

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Plans et projets pour le percement de la rue Voltaire en bordure sur la place de l'ancien cimetière côté est, 27 juin 1891.

    Aboutit au nord de l'axe du pont du chenal du Gahet ; plan à revoir ; préférable au percement de la rue Montauroy non prévu dans le plan de la ville et dont l'ouverture aboutirait à 10m au couchant de l'axe du pont du chenal du Gahet.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Recherche de subventions pour les travaux de percement de la rue Jeanne d'Arc à la rue Pasteur, 30 juin 1937.

  • Documentation sur la rue Adrien-Chauvet

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Redressement de trois rues sur le plan, demandé par les héritiers Ducasse, 15 juillet 1838.

    Rue Buffon : part de la rivière au nord de la maison Castéja, traverse la prairie de la famille Ducasse, longe le cimetière, la prairie de M. de Pontet, le jardin de M. Dupeyrat, les prairies Sicaud, Dupeyrat, le jardin de M. Croizet et aboutit à la route départementale : proposition de la redresser depuis le mur du jardin du presbytère en tirant une ligne droite à partir de l'angle sud-ouest du dit jardin, jusqu'à la rivière, ce qui porterait son ouverture à 13 m de la maison au parterre de Mme Vve Castéja.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, projet d'acquisition à l'amiable d'une parcelle de terrain appartenant au sieur Jacques Saux pour donner à la rue Buffon la largeur qu'elle doit avoir d'après le plan, 10 novembre 1839.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Commencement du percement de la rue Buffon décidé le 29 novembre 1865, 20 février 1866.

    Travaux arrêtés à la hauteur du jardin du presbytère ; réparation du perron du presbytère nécessaire.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, modification de la terrasse du presbytère, 23 juin 1867.

    La terrasse du presbytère entretient autour des appartements du rez-de-chaussée de cet immeuble une humidité préjudiciable aux murs et aux boiseries ; nécessité d'abaisser cette terrasse de manière à mettre de plain-pied la place St Gabriel, le jardin de la cure et la rue Buffon. Un perron donnerait accès dans ce cas du presbytère dans le jardin, le mur nord de la terrasse actuelle pourrait être poussé jusqu'à l'alignement de la rue Buffon sur la place St Gabriel, quelques marches deviendraient nécessaires à la porte d'entrée de l'édifice.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet de prolongement de la rue Buffon, 10 novembre 1871.

    Voir si les propriétaires sont disposés à vendre amiable.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Projet de percement de la rue Buffon, aujourd'hui Adrien Chauvet.

    Décidé en 1866, cession de terrains par Mme veuve Castéja, recul des murs du jardin du presbytère ; la voie s'arrêtera à la hauteur des immeubles Clerc par suite des prétentions des propriétaires ; aujourd'hui, ils proposent à la commune les terrains pour continuer la rue et de la mettre en communication avec une impasse latérale appelée impasse Rousseau qui va devenir ainsi une nouvelle voie croisant la première ; au-delà de l'impasse Rousseau actuelle, on rencontre les immeubles de MM. de Lauvergnac, Bonnet, Sicaud et Métayer.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement des noms de rues, des quais et des places, 8 novembre 1879.

    Rue Buffon=rue Adrien Chauvet

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, ouverture de la rue Adrien Chauvet, 20 mars 1886.

    La partie levant fut ouverte en 1865 jusqu'à la hauteur du presbytère et le 2e tronçon livré à la circulation jusqu'à l'impasse Rousseau en 1883.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Projet d'élargissement de la rue Adrien de Chauvet dans la partie située entre le marché et le quai avant que des constructions n'y soient élevées, 1er juin 1906.

  • Documentation sur la rue Victor-Hugo

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Changement des noms de rues, 31 juillet 1791.

    Rue Royale devient rue de la Constitution.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844

    rue Royale

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Mention du prolongement de la rue Royale d'après le plan d'alignement arrêté en 1843, 19 mai 1851.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet de prolonger la rue du Peyrat, 6 mai 1863.

    Depuis plus d'un siècle, l'administration municipale a le projet de mettre en communication directe le haut de la ville avec le port en ouvrant la rue du Peyrat qui se trouve au centre et qui serait l'une des plus belles et la plus fréquentée ; acquisition des bâtiments et terrains qui se trouvent sur la voie à ouvrir et sont frappés d'interdits depuis l'adoption du plan approuvé par ordonnance du 24 décembre 1845.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement des noms de rues, des quais et des places, 8 novembre 1879

    rue Royale=rue du Peyrat

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Demande de plusieurs habitants du percement de la rue du Peyrat jusqu'à la place Franklin de façon à relier le quai à la rue St Laurent, 9 mai 1881.

    Mention de Diet Bertrand, fabricant de chandelles, rue du Peyrat (430D, maison et servitudes) ; au sud, maison occupée par Villetorte, marchand de légumes ; 430P : partie de maison servant à l’habitation, jardin, atelier de fabrication de chandelles, remise, écuries.

    -AC Pauillac, BOITE PLANS, Arrêté de la préfecture de la Gironde autorisant des expropriations ou des acquisitions de terrains à l'amiable pour récupérer les terrains nécessaires au prolongement de la rue Peyrat et à l'élargissement de la rue Franklin, 31 mai 1883.

    Rappel du décret du 12 mars 1883 qui déclare d'utilité publique le prolongement de la rue Peyrat et l'élargissement de la rue Franklin.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Élargissement du quai entre le marché aux poissons et le débarcadère, 13 août 1883.

    Élargissement à 7 m pour former une ligne parallèle au trottoir longeant les maisons et une promenade à largeur égale à la première ; les remblais se feraient à l'aide des débris de démolition provenant du percement de la rue du Peyrat ; le talus se ferait avec les pierres du talus actuel reportés en avant des débris de démolition.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement noms de rues, 6 juin 1885.

    Le conseil propose de donner le nom de rue Victor Hugo non seulement à la nouvelle voie percée faisant suite à la rue du Peyrat mais à la rue du Peyrat partant du quai jusqu'à la place Franklin.

  • Documentation sur la rue de Grassi

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Rapport de la commission relative au plan de Pauillac, 6 mai 1836.

    Largeur et description des rues ; proposition d'ouvrir la rue de Grassi (?) en raison du contour que fait la route départementale qui se trouverait de beaucoup raccourci en empruntant cette voie ; poursuivre la rue Lagrange jusqu'à la rue Bordelaise ; réclamations et contestations.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Réclamation de M. Verrière, 7 juillet 1880.

    Possède une maison d'habitation avec cour au couchant avec portail d'entrée côté nord donnant sur la rue ou impasse Grassis, large de 3m ; en 1876, le sieur Feuillade a élevé des constructions qui ferment l’entrée du portail sur une étendue de près de 200m ce qui ne laisse plus à M. Verrière une largeur suffisante pour aller avec bœufs et charrette à son cuvier, à son chai et à son écurie.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Commission de 5 membres pour rechercher des embellissements à faire en ville et les ressources pour y parvenir, 20 septembre 1890.

    Travaux et améliorations qui s'imposent dans un avenir peu éloigné pour donner à la ville de Pauillac, l'air qui lui manque dans certains quartiers, la facilité de s'agrandir dans des conditions hygiéniques nécessaires et enfin les installations d'un marché couvert qui font complètement défaut ; projets non réalisés faute de moyens : élargissement de la rue Dieu, percement de la rue Grassi et Bordelaise ; propose de nommer une commission.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945. Projet de démolir toutes les masures situées dans l'impasse Cazes qui relie la rue Pierre Castéjà à la rue Victor Hugo, 1er mai 1941.

    M. Cazes donne ces masures et le terrain à la commune à charge pour elle de lui construire un hangar adossé à la boulangerie Viladie (?) dont le plan sera établi avec le concours de la commission des Travaux Publics ; projet de faire correspondre la place Jean Jaurès avec la rue Grassi pour faciliter la circulation autour de l'église et assainir les arrières des nombreuses maisons.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Travaux de démolition de l'impasse Cazes et dans la rue de Grassi se poursuivent, 18 décembre 1943.

  • Documentation sur la rue Aristide-Briand

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1790-1793, Changement des noms de rues, 31 juillet 1791.

    Rue Ségur devient rue de la Fédération.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Adoption des divers plans d’alignement soumis au conseil par l'ingénieur, 11 mai 1825.

    Concerne la rue Ségur, rue Esmangard, place Rousseau :

    -La façade sud formant le côté nord de la rue Ségur sera établie à 6m20 de distance et parallèlement au côté sud de la même rue en conservant cette largeur dans toute la longueur de la dite rue.

    -La façade ouest de la rue Esmangard sera établie parallèlement à la maison Desse formant la façade est de la même rue et conservera dans toute sa longueur une largeur de 5m90.

    -La façade est de la maison Dupeyrat place Rousseau donnant sur la place et formant un angle rentrant sera établie dans l’alignement des angles sud et nord de la dite maison et à 16m20 du parallélisme formé par le développement de la maison Balot pilote formant la face de la dite place.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    La rue Ségur partant du quai Duquesne se terminant à la petite rue Franklin conservera son alignement actuel ; sa largeur est au bout levant de 6m80 et de 6m au bout couchant entre le n°41 et 44 ; à son extrémité couchant elle formera une petite place ayant 9m entre les n°45 et 46.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet d'ouvrir l'impasse Ségur pour établir une communication entre la rue du même nom et l'impasse Sainte-Radegonde aboutissant à la place de l'église, place qu'on s'occupe d'agrandir, 17 septembre 1865.

    La vieille bâtisse qui séparait les deux impasses et qui appartenait à M. Martiney ayant été démolie pour cause de vétusté, l'élargissement et l'ouverture de la rue deviennent possibles ; décision le 22 mars 1866.

    -Augmentations et diminutions du cadastre :

    1867 : bâtiment rural (D365p) appartenant à Jaan Martiny démoli pour percement de la rue de Ségur.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Acquisition et démolitions de maisons pour agrandir la place de l'église, 14 mai 1878.

    La commune possède au bas (?) de l'église 2 maisons qui sont destinées à être démolies pour l'agrandissement de la place de l'église ; l'une d'elles qui servait autrefois de maison d'école est en face du percement (?) de la rue Ségur, l'autre est située du côté nord en bas des escaliers en pierre, elle appartenait autrefois à la veuve Maurice, cette dernière s'est effondrée, nécessité de les détruire.

  • Documentation sur la rue Rabié

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Ouverture de la rue du Bascouat, 9 mai 1836.

    Estimation à l'amiable du terrain devant être cédé pour ouvrir la voie ; travaux imminents ; la pente qui existe depuis la route départementale jusqu'au chai de Mme Duhart est très rapide ; projet de faire diminuer la pente de la route départementale depuis les environs du portail de la dame Vve Constant jusqu'à la maison Pannelier.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Travaux du port, 1er juillet 1838.

    Modification qui fait que les rues St Martin et du Bascouat situées l'une au sud et l'autre au nord de Pauillac, qui sont les principales voies de communication pour arriver au peyrat, ne peuvent profiter des travaux d'amélioration puisqu'il existe entre elles et le bout de la chaussée exécutée un espace assez long qui se trouve dans un état de dégradation complète ; un débarcadère en charpente vient d'être adjugé et doit être construit incessamment en face de la rue du Bascouat.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Travaux d'entretien de la rue Traversière, 5 novembre 1843.

    Depuis la construction du débarcadère et la viabilité de la rue de Bascouat, les voitures du Bas-Médoc et autres qui prennent la route de Lesparre suivant la rue Bordelaise, tournent vers le chemin de St Laurent dans la rue Traversière qui longe le mur du jardin de M. Durac : cette dernière exige des travaux d'entretien, elle est également trop étroite ; pourrait être élargie si destruction du mur de M. Durac.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Impasse Cazes en voie de construction, prolongement de la rue Rabié (attente de l'autorisation du préfet), démolition des masures derrière l'hôtel des postes vont pouvoir commencer, 30 août 1942.

  • Documentation sur la rue Castéja

    Rue Foy=rue Pierre Castéja

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Réclamations relatives au prolongement de la rue Foy depuis la rue de Lagrange (?) jusqu'à celle du peyrat, 20 novembre 1865.

    14 janvier 1866 : percement projeté de la rue de Foy finalement rejeté.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Construction de la rue Foy, décompte des travaux, 27 novembre 1866.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Changement des noms de rues, des quais et des places, 8 novembre 1879.

  • Documentation sur la rue Jules-Ferry

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Pétition d'habitants demandant à ce que le quartier de la place Maubec, déjà dégagé du côté de l'église, soit ouvert dans la direction de la rue Esmangard au moyen de l'élargissement de la petite rue Dieu, 11 août 1881.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Commission de 5 membres pour rechercher des embellissements à faire en ville et les ressources pour y parvenir, 20 septembre 1890.

    Travaux et améliorations qui s'imposent dans un avenir peu éloigné pour donner à la ville de Pauillac, l'air qui lui manque dans certains quartiers, la facilité de s'agrandir dans des conditions hygiéniques nécessaires et enfin les installations d'un marché couvert qui font complètement défaut ; projets non réalisés faute de moyens : élargissement de la rue Dieu, percement de la rue Grassi et Bordelaise ; propose de nommer une commission.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1925-1936, Projet de percement de la rue Dieu, 8 décembre 1932.

    Don de terrains par Mme veuve Banié et démolition prévue des maisons de Mme Rey et du garage de Mme Coudy.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1925-1936, Changement noms de rues, 6 juillet 1935.

    Rue Dieu=Jules Ferry

  • Documentation sur la rue Ferdinand-Buisson

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Alignement, 15 avril 1792.

    Rue Saint-Martin et de la Loy : sieur Ducasse ayant l'intention d'y construire un chai ; rue de la Loy qui a en cet endroit 18,5 pieds de large, faisant plusieurs coudées en remontant vers le sud jusqu’à la porte du jardin du dit sieur Ducasse.

    -AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Puits, rue Saint-Martin : réparations, 5 floréal an 4 (24 avril 1796).

    Margelle est totalement démolie et absolument au bas de terre, de telle manière que ce n'est plus un puid (sic) mais un trou qui doit faire craindre quelque grand malheur (…), qu'il est de notoriété publique que l'année dernière, une vache est tombée dedans ; puits situé rue Saint-Martin dans une petite place vis à vis le portail du citoyen Ducasse ; réparations aux frais de ceux qui y ont droit de puisage (15 personnes environ).

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1799-1822, Adjudication d'un magasin appartenant à la commune, 15 brumaire an 7 (5 novembre 1798).

    Ferme pour trois ans des bâtisses attenantes à la maison curiale, bordant la charmille au levant et ayant sortie sur la rue Saint-Martin au midi ; la dite partie des bâtisses affectée aux pauvres de cette commune.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, demande du sieur Louis Bernom, ancien boulanger, domicilié à Pauillac pour construire une maison sur un emplacement qu'il possède rue St Martin, 5 mai 1839.

    Emplacement qui doit servir à l'ouverture de la rue de l'Etoile qui prend de la rue St Martin et passe au derrière de l'église : pour l'instant aucun moyen pour faire ces travaux donc autorisation accordée.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Procès-verbal de la commission chargée de l'examen du plan de la ville de Pauillac, 10 janvier 1844.

    Rue St Martin partant du quay Jean Bart et joignant au couchant la rue Richelieu aura sept mètres 60 cm de large du bout levant à la maison n°20, de ce point à la maison n°46 elle ,’aura que 7m10, du côté du midi les n°3 et 8 sont sujets à recul, ainsi que les n°12, 16, 18, 20.

  • Documentation sur la rue Albert Ier

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Présentation du plan général d'alignement au préfet de Gironde ; modifications à y apporter, 6 mai 1845.

    Modifications apportées par le Conseil des Bâtiments civils ; rue Saint Laurent ; place St Martin ; place Richelieu ; rue Sombre.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Logement de l'instituteur communal et état des lieux des écoles de la commune, 11 août 1874.

    L'instituteur désire que le nouveau local affecté à l'école primaire soit dans la rue Saint-Laurent ou dans la rue Bordelaise.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Projet d'école communale, 21 novembre 1880.

    Rappel, dès septembre 1873, recherche d'un local pour recevoir les élèves de l'école ; en 1875, la commune propose d'affecter provisoirement à l'école l'ancienne mairie, provenant d'un échange et située au coin de la rue Saint-Martin et de la place Saint-Gabriel ; translation ajournée ; translation finalement en 1876 dans un immeuble loué à M. Meau, rue Saint Laurent ; agrandissement nécessaire ; en 1878, la commune propose à nouveau le local de l'ancienne mairie ; refus de l'inspecteur d'académie car local insuffisant sans cour ni jardin (...) ; proposition de la commune de l'immeuble de l'ancienne gendarmerie placée de l'autre côté de la route de Lesparre puis du terrain avec vignes de Mme Verdier, acquis le 27 novembre 1879 ; plans acceptés le 22 mars 1880.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Demande de plusieurs habitants du percement de la rue du Peyrat jusqu'à la place Franklin de façon à relier le quai à la rue St Laurent, 9 mai 1881.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Procès verbaux de réception des travaux de construction de chaussées pavées et de caniveaux rue du Peyrat, place Franklin, rue St Laurent et rue Franklin, 1er avril 1886.

    Devis du 22 avril 1885.

    AC Pauillac, Registre des délibérations 1916-1925, Changement noms de rues, 22 décembre 1918.

    Rue St Laurent=rue Albert Ier ; place St Laurent=place Georges V.

  • Documentation sur la place du Maréchal-Foch, ancienne place de l'église de Pauillac

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Projet d'agrandir la place de l'église en rachetant la maison du sieur Eymeri, 4 septembre 1862.

    Ancienne maison "Hauchecorne", fournière, cour, écurie ; écurie trop éloignée pour servir à l'agrandissement de la place : estimation pour être cédée à M. Pédesclaux ; maison qui ne peut être détruite tant que les autres qui l'avoisinent n'ont pas été achetées : en attendant peut servir d'école primaire.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Les bâtisses qui sont à l'angle sud-ouest de l'église et celles qui se trouvent au levant gênent la circulation ; elles sont frappées d'interdit et condamnées depuis longtemps à être démolies ; nécessité de les acheter et de les détruire, 6 mai 1863.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Rappel de la délibération du 6 mai 1863, selon laquelle les maisons de dame Bonnet, de la dame Bonnion, de MM. Rabère, Eymeric, Laumonier et la dame veuve Maurice qui sont à l'angle sud-ouest et au levant de l'église seront abattues pour dégager ce monument et faciliter la circulation, 1er septembre 1864.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Destruction de la maison donnée au bureau de bienfaisance par M. Rabère et achetée par la commune pour agrandir la place de l'église, 20 novembre 1865.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Acquisition et démolitions de maisons pour agrandir la place de l'église, 4 juin 1870.

    Sur les 10 maisons que la commune a été autorisée à acheter par voie d'expropriation pour le dégagement et l'agrandissement de la place de l'église, le CM a fait l'acquisition de 5 à l'amiable : toutes les maisons doivent être démolies et les matériaux en provenant sont destinés à l'abattoir que la commune doit faire construire.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Acquisition et démolitions de maisons pour agrandir la place de l'église, 14 mai 1878.

    La commune possède au bas (?) de l'église 2 maisons qui sont destinées à être démolies pour l'agrandissement de la place de l'église ; l'une d'elles qui servait autrefois de maison d'école est en face du percement (?) de la rue Ségur, l'autre est située du côté nord en bas des escaliers en pierre, elle appartenait autrefois à la veuve Maurice, cette dernière s'est effondrée, nécessité de les détruire.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Plan de dégagement des abords de la place de l'église, côté sud-est, 14 septembre 1878.

    Dégagement qui se fera suivant une ligne parallèle au monument et partant de l'angle de la maison Mitrosse (?).

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Suppression des escaliers place de l'église au nord et au sud, 2 juillet 1879.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1916-1925, Changement noms de rues, 22 décembre 1918.

    Place de l'église=place Maréchal Foch

  • Documentation sur la salle d'asile

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Manque d'une salle d'asile, 10 mai 1845.

    Le maire soulève le problème d'absence de salle d'asile ; la commune possède un local convenable pour être affecté à ce genre d'établissement ; local situé sur une belle place près du presbytère.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Devis et détail estimatif des ouvrages à exécuter pour la construction d'une salle d'asile pour la ville de Pauillac, projeté dans le bout nord du grand magasin près la maison curiale, 1845.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Plans et devis d'une salle d'asile et d'un ouvroir acceptés, 20 juillet 1845.

    Ouvroir : pour apprendre aux jeunes filles le tricot, la couture.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Devis des travaux à exécuter pour la construction de la salle d'asile et l'ouvroir de la ville de Pauillac, description et dimensions des ouvrages à exécuter, par Bernard, 17 décembre 1845.

    Corps de bâtiments existant, deux vastes magasins coupés par des parpaings à distance convenable pour former la salle d'asile, l'ouvroir et la cour : vestibule pour l'entrée, escalier, caveau (…) ; ajout d'un étage.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Devis des travaux à exécuter pour la restauration et l'agrandissement de la salle d'asile de Pauillac dans la partie nord de l'établissement et au-dessus de la salle d'armes et écurie, 1865.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Travaux de restauration et d'agrandissement de l'école de filles et de la salle d'asile engagés, 4 juin 1870.

  • Documentation sur Pauillac pendant la Seconde Guerre mondiale

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Projet de centre scolaire d'éducation physique et sportive, 29 mars 1941.

    Politique du Maréchal Pétain ; aménagement proposé par M. Susini, architecte de la Ville.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Occupation, 29 mai 1943.

    Pauillac est depuis le 7 avril comprise dans la zone interdite ; l'Hôpital Hospice du Saussus a été replié sur la maison de santé de Podensac.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Occupation, 18 décembre 1943.

    Les autorités allemandes ont réquisitionné l'immeuble de l'ancien presbytère dont les nombreuses salles étaient utilisées par diverses sociétés locales.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Mention du bombardement qui a détruit la veille tout le quartier industriel de Jupiter et du lazaret, 5 août 1944.

    Catastrophes du 4 et 5 août qui ont occasionné à ce jour (13 août) 124 morts, de nombreux disparus et plus de 70 blessés et détruit 400 habitations.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945. Mention du départ des troupes allemandes de la ville, 29 août 1944.

    AC Pauillac, Registre des délibérations, 1936-1945, Suite aux bombardements d'août 1944, sur 1588 maisons existant au dénombrement de 1936, 124 sont détruites et 523 endommagées.

    Nécessité d'un nouveau plan d'urbanisme : demande faite à l'architecte de Bordeaux Raymond Mothes.

Références documentaires

Bibliographie
  • MOUCHEL, Guy. Pauillac (Mémoire en images), tome 2. Saint-Cyr-sur-Loire : A. Sutton, 2007.

    p. 35-60
  • PIJASSOU René. Un vignoble de qualité : Le Médoc. Paris : Tallandier, 2 volumes, 1980.

    p. 425-440
Périodiques
  • BÉGUERIE Monique, TEYSSONNEAU P. "Pauillac, découverte de restes de mosaïques place de l'église. Les Cahiers Méduliens, n°1, 1969.

    p. 12
  • MOUCHEL-DIT-BINET Guy. "Pauillac, les 3, 4, 5 août 1944". Les Cahiers Méduliens, n°35, juin 2001.

    p. 81-106
  • MOUCHEL-DIT-BINET Guy. "Les différents aspects de la place de Lattre de Tassigny à Pauillac". Les Cahiers Méduliens, n°41, 2004.

  • STEIMER Claire. "Les quais de Pauillac au milieu du XIXe siècle". Les Cahiers Méduliens, n°66, décembre 2016.

  • STEIMER Claire. « Les quais de Pauillac aux XVIIIe et XIXe siècles : architecture et urbanisme sur les bords d’estuaire ». Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 23, 2017.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire