Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village

Dossier IA33003339 réalisé en 2010

Fiche

Dénominations village
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Hydrographies Lestonnat; Aubion l'
Adresse Commune : Margaux
Cadastre : 1826 ; 2008

Les documents cartographiques et quelques mentions dans les textes permettent d´observer l´évolution du bourg. La carte de Cassini (1762-1778) fait apparaître deux quartiers rassemblant les habitations principales constituant le bourg : la Chapelle et la Halle. L´abbé Baurein (1784-1786) donne l´origine du nom de ces deux quartiers : il mentionne l´existence d´une ancienne chapelle, appelée la Place et érigée sous l´invocation de Notre-Dame ainsi qu´ "une très belle halle détruite depuis environ 15 à 16 ans". Sur le cadastre napoléonien daté 1826, une pièce de terre est encore appelée La Chapelle mais aucun bâtiment ne figure à cet emplacement. On retrouve également le quartier de la Halle. Les autres quartiers portent les noms suivants : le Caire, le Bourg, la Bèque, Segones. En 1866, Édouard Guillon présente la commune divisée en quatre sections : les Prairies, l´Église, Castelneu, le Bourg. Ce dernier est qualifié de "considérable, bien bâti et se compose des quartiers de Lahèque, Larruau, Lahalle et Segonnes. L´église est hors des maisons et près du château Margaux. Les villages sont : Castelneu, Gélinard, le Château, les Gondats, Doumens, Labégorce et autres". Ces noms correspondent pour la plupart aux principaux propriétaires des parcelles de terre. C'est la route de Bordeaux à Pauillac qui constitue l´axe principal du bourg et autour de laquelle se développe l'habitat, notamment dans la 2e moitié du 19e siècle. L'aménagement de la ligne de chemin de fer, en 1869, entraîne le développement d'un nouveau quartier autour de la gare. L´avenue de la gare est projetée dès cette époque et la commune acquiert les terrains nécessaires pour en permettre le percement. En 1881, la place de la gare est agrandie et le quartier s´étoffe, rejoignant ainsi le village de Castelneu qui était jusqu'alors isolé. L'avenue Jeanne d'Arc est projetée vers 1868, dans le cadre du projet de reconstruction de l'église dans le centre du bourg. Les quartiers poursuivent leur rapprochement au cours du 20e siècle pour former aujourd'hui un bourg protéiforme et éclaté mais toutefois plus compact. En 1854, la commune ne possède qu´un seul lavoir public : plusieurs sont alors aménagés à Castelneou (1879-1881), sur le ruisseau de Lestonnat (1859-1865) et près de la mairie (1865). Un abreuvoir existait également près du château Malescot-Saint-Exupéry et au lieu-dit Laruau. Aucun de ces aménagements n´est conservé. L´existence de plusieurs commerces est attestée : boulangeries, cordonniers, bazar de Margaux ainsi que de nombreuses boucheries et abattoirs. En 1978, la résidence pour personnes âgées est construite à l´emplacement du "Couvent", bâtiment construit à la fin du 19e siècle pour favoriser l'instruction libre à Margaux et confié aux sœurs de la Congrégation de la Présentation de Tours puis aux Sœurs de la Miséricorde. L´ancien hospice et salle d´asile, situés à l´entrée du bourg de Margaux, ont été détruits et remplacés en 2005 par un hôtel-restaurant. La construction d'une salle polyvalente (1956-1958), d'un terrain de sport et du groupe scolaire ont également contribué au développement du village.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Principale : 21e siècle

Hier comme aujourd'hui, le village ne présente pas de plan régulier : il est éclaté entre différents hameaux réunis par de nombreux méandres routiers. Plusieurs éléments pourraient en constituer le centre mais ne sont pas situés au même endroit : on distingue ainsi le quartier de l´église, la mairie située le long de l´axe routier principal, la gare et le quartier qui s´est développé autour. Ce sont les châteaux viticoles qui constituent les véritables points de repère et autour desquels l´habitat s´est agrégé. Les parcelles de vigne viennent s´intercaler dans ce bâti éclaté, comme la parcelle dite du Mayne de Jeannet. Le village est traversé par les ruisseaux de l´Aubion et de L´Estonnat.

États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • DOCUMENTATION COMPLÉMENTAIRE

    - AD Gironde, 2O 2363

    3 décembre 1865 : PV de réception de la construction d´une pompe à incendie par Leya, entrepreneur de maçonnerie. Dépôt de la pompe à incendie construit dans l´angle de la cour de la mairie bordant la cour.

    11 septembre 1874, adjudication à M. Leya pour la construction d´un petit bâtiment pour la pompe à incendie dans l´angle nord-est de la cour de la mairie.

    28 septembre 1881, délibération conseil municipal : agrandissement de la place de la gare, la place actuelle étant insuffisante pour le stationnement des voitures.

    30 mai 1879 : devis estimatif de construction d´un lavoir pour le village de Castelneou.

    27 juin 1880 : adjudication des travaux de construction d´un lavoir au village de Castelneou.

    25 mars 1881 : PV de réception définitive du lavoir.

    1905 : Mention de l´abreuvoir situé près du château Malescot ; abreuvoir situé au lieu Larruau, d´une superficie de 85 m2 ; comblé pour des raisons d´hygiène.

    20 février 1915, délibération du conseil municipal : érection d´un monument aux morts pour la patrie. Emplacement prévu dans le cimetière mais décision de la commission municipale des bâtiments communaux.

    - AD Gironde, 2O 2364

    5 novembre 1916, délibérations du conseil municipal : réfection du mur du lavoir dit de la mairie ; le maire signale au conseil le mauvais état du lavoir de la mairie qui, menaçant ruine, pourrait causer dans sa chute de graves accidents aux personnes qui y sont journellement occupées à laver leur linge et lui demande d´accepter les plans et devis constituant le projet de réfection dressé par M. Touzin, architecte.

    14 juin 1920, extrait des délibérations du conseil municipal : mention des réparations à effectuer à l´ancien hospice affecté à l´école des garçons et loué à la commune.

    12 juin 1921, extrait des délibérations du conseil municipal, comité constitué en vue d´élever un monument commémoratif à la mémoire des enfants de Margaux morts pour la France.

    - AD Gironde, 2O 2365

    1842-1844 : Construction d'un lavoir sur le ruisseau de l'Aubion (?), terrain donné par Dejean, entrepreneur de bâtisse qui construit le lavoir sans adjudication.

    14 août 1859, adjudication à Joseph Déjean pour les travaux de construction d´un lavoir public sur le ruisseau de L´Estonnat au centre du bourg.

    18 juillet 1860, vente par Douat à la commune d'un terrain destiné à l'établissement d'un lavoir, cad B 225-229, au bourg, lieu-dit Galan ou la Mariotte ; on pourra y prendre de l'eau ou laver, la clef de la porte dans le mur sera donnée à 2 pers mitoyen dont Douat, on construira une barrière en planche.

    1860, pavage par Mesure, paveur ; charpente et barrière par Eyquem Pierre pour le lavoir situé sur le ruisseau de Lestonnat au centre du bourg ; abreuvoir en pierre de Bourg par Gilinard sur le ruisseau au centre du bourg.

    1861-1865, Délibération du conseil municipal au sujet des différents litiges suite à la construction du lavoir et de l'abreuvoir ; nombreuses explications ; la commune possédait déjà 3 lavoirs et de nombreux lavoirs privés et un abreuvoir intarissable ; écroulement pendant les travaux suite à des pluies torrentielles ; diverses requêtes de Dejean pour obtenir son règlement total ; feuillet récapitulatif des évènements.

    12 mars 1862, contrat de vente, par Desca cordonnier chez Brachet notaire, du terrain au lieu dit le Vieux Faure pour établir l'abreuvoir.

    17 décembre 1865 : adjudication des constructions des lavoirs publics situés dans le bourg, l´un au lieu appelé Lestonnat, l´autre à la mairie ; Pierre Guérin, maître charpentier demeurant à Cantenac.

    9 décembre 1866 : plans et devis pour un lavoir, par M. Eyquem.

    1874, note par Ch Durand sur le projet pour un lavoir à Castelnéou (ou Castelnau) par Antoune ; les laveuses seront debout et non à genoux comme au bord d'une mare ou d'un fossé, lavoirs rudimentaires et primitifs, critique des matériaux, préconise moellons et pierre dure (pour les colonnes) et non le béton, égout du linge, porte et serrure oubliés, etc.

    1879 : projet de construction d´un lavoir à Castelneou.

    1951, propriétés foncières de la commune : mairie, école des filles, lavoir, bâtiment dans le bourg (salle des fêtes et gymnastique), église, clocher, maison (presbytère), lavoir du bourg, de Castelnéou, Durfot (?), école des Garçons.

    -AD Gironde, 2O 2367

    29 octobre 1854, extrait du registre de délibérations du conseil municipal : mention d´un seul lavoir public dans la commune ; volonté de faire agrandir le petit lavoir qui se trouve sur l´emplacement de la maison commune vu que l´eau s´y trouve assez abondante pour l´alimenter ; refus, conflit avec le maire.

    15 mars 1922 : mémoire des travaux de cimentage faits pour la commune de Margaux par Georges Blanchard, entrepreneur : réparation d´un lavoir sis à Castelneou.

    -AD Gironde, 3O 616

    10 juin 1869, le maire procède à l´acquisition de terrains appartenant aux propriétaires riverains du chemin vicinal n°16 de Segonnes, pour former une avenue destinée à faciliter l´accès de la gare du chemin de fer du Médoc.

  • Ancienne chapelle de Margaux

    AD Gironde. 1 Q 435. Commune de Margaux. Biens nationaux.

    Estimation réalisée à la demande de Pierre Vincent D'Alesme, demeurant à Bordeaux, allée de Tourny, n° 14, 12 fructidor an 4.

    "sur une petite place située à Margaux, lieu où est une petite chapelle, vis à vis la maison et possession du soumissionnaire au canton des quatre chemins dépendant du ci-devant domaine (...)".

    Sa longueur : 5 toises et 2 pieds compris le "porge" (sic).

    Sa largeur : 20 toises et 1 pied.

    Sa hauteur : 2 toises.

    Mauvais état de la charpente.

    Valeur en 1790 en revenu annuel : 20 livres.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Margaux. Historique de l'ancien "Couvent" .

  • AC Margaux. Abattoirs , 1910-1922.

  • AD Gironde, 2O 2363. Lavoirs et abreuvoir, 1879-1905.

  • AD Gironde, 2O 2364. Lavoirs, 1916.

  • AD Gironde, 2O 2365. Lavoirs, 1842-1879.

  • AD Gironde, 2O 2367. Lavoirs, 1854-1922.

  • AD Gironde, 2O 2363. Pompe à incendie, 1865-1874.

  • AD Gironde, 2O 2363. Agrandissement place de la Gare, 1881.

    .
  • AD Gironde, 2O 2363. Monument aux morts, 1915.

  • AD Gironde, 2O 2364. Monument aux morts, 1921.

  • AD Gironde, 2O 2364. Hospice, 1920.

  • AD Gironde, 3O 616. Avenue de la Gare, 1869.

Documents figurés
  • Margaux. Plan cadastral dit napoléonien, 1826.

    Archives départementales de la Gironde : 3P 268, 1 à 10
Bibliographie
  • BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 2e édition, 1876, t. 2.

    p. 90-101
  • GUILLON, Edouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde, avec la description des communes, la nature de leurs vins, la désignation des principaux crus. Bordeaux, 1866. Tome 3.

    p. 260-261, 267
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire