Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village de Jau-Dignac-et-Loirac, dit Le Centre

Dossier IA33004333 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Appellations Le Centre
Dénominations village
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Jau-Dignac-et-Loirac
Lieu-dit : le Centre, Camhaut
Cadastre : 1833 B ; 2013 B

A partir de 1790, les paroisses de Jau, Dignac et Loirac sont réunies pour ne former qu'une seule et même commune. Il faut attendre près d'un demi-siècle pour parvenir à une fragile unité de ces trois entités. De nombreux affrontements opposent les habitants, le conseil municipal, les curés et l'archevêché. Un projet de démolition des trois églises est formulé en 1840 afin d'employer les matériaux pour la construction d'une nouvelle et unique église dans la section de Loirac. Face à la résistance des habitants de Dignac et de Jau, leurs deux églises sont dans un premier temps conservées, tandis que celle de Loirac est détruite en 1841. Ses matériaux servent alors aux fondations de la nouvelle église de Loirac, appelée également "centrale". Celle-ci est édifiée sur les plans de l'architecte pauillacais Escarraguel entre 1841 et 1844 sur un terrain acquis par l'abbé Martial, vicaire général, au lieu-dit de Camhaut, alors vierge de toute construction, excepté un moulin à vent. Cet emplacement a l'avantage d'être situé à égale distance des trois anciens villages.

La Présidence de la République, sur proposition de l’archevêque, décrète le 25 mars 1850 que "l’église de Loirac, section de la commune de Jau-Dignac-Loirac, arrondissement de Lesparre, Gironde, est érigée en succursale". Par décret du 22 septembre 1850, Jau et Dignac sont désignées chapelles de secours. Le conseil municipal ne s’oppose plus alors à l’ouverture du culte dans l’église "centrale", qui commande une seule paroisse, dédiée à saint Paulin de Nole.

Le village est dessiné autour de l'église avec une place et des rues tracées parallèlement. Le cimetière est aménagé en 1854, dans l'axe de l'église, au sud-est du village. Un presbytère est construit entre 1854 et 1856 ; une école de Sœurs est également installée à proximité de l'église ; une mairie est construite entre 1853 et 1856. Les matrices cadastrales mentionnent plusieurs constructions de maisons, d’écuries et de remises entre 1850 et 1880 sur les parcelles de Camhaut. L’une des maisons porte la date de 1858.

L’école des garçons est bâtie en 1880, complétée en 1890 par l'école des filles et une nouvelle mairie en 1898.

Dans la première moitié du 20e siècle, un bureau des P.T.T. est installé et le monument aux morts est élevé sur la place, au sud-ouest de l'église à l'emplacement de l'ancienne mairie. Quatre commerces sont recensés avant 1939 (dont la maison Hilaret), deux en 1954.

Il ne reste aujourd'hui qu'un seul commerce, situé dans l’ancien presbytère.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le village est situé à égale distance des hameaux de Jau, Dignac et Loirac, à l’est de la route départementale D.103. Il est organisé selon un plan régulier formé de deux voies (rue de la Mairie ; rue du 19 mars 1962) tracées parallèlement de part et d'autre de l'église et de la place publique.

Les principaux bâtiments publics (mairie, écoles, presbytère, poste) sont édifiés à proximité de l'église.

Les maisons sont en majorité en rez-de-chaussée, bâties en pierre de taille, et en alignement sur la voie. Elles sont accompagnées pour certaines d’un jardin et de dépendances (chais, remises et écuries). Trois maisons présentent un pan coupé. Trois maisons sont également percées d'anciennes vitrines en façade.

Le cimetière est implanté à l'écart mais dans l'axe de l'église, au sud-est.

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde. 2 O 1966. Place. Agrandissement de la place publique, 1896.

    Vente en 1896 à la commune de 2 parcelles de terrain destinées à l’agrandissement de la place publique.

    AD Gironde. 2 O 1966. Place. Aménagement de la place publique, 1904.

    Aménagement en 1904 par l’architecte Nieudan et l’entrepreneur Hosteing.

    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Village. Élagage d'arbres de la place au Centre, 1910.

    Le conseil décide de faire élaguer en temps voulu les acacias de la place qui en ont besoin, d'arracher et de remplacer ceux qui sont morts ; d'en retirer les petits piquets ou le bois qui pourraient êrte utilisés à l'entretien des clôtures, et de vendre aux enchères publiques les toncs et les branches qui ne seront pas réservés (...).

    AD Gironde. 2 O 1966. Place. Travaux sur la place publique, 1913.

    La place du Centre entre l’église et la mairie, très belle par ses dimensions et qui, dans un état convenable d’entretien, peut contribuer à l’ornement de notre bourg, sert souvent de pacage avec oies et aux moutons, ou de refuges aux voitures et aux chevaux des marchands qui viennent le dimanche à la porte de l’église. Entièrement ouverte, elle est fréquemment traversée par des charrettes ou des voitures (…).

    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal (non coté). Généralités. Protestation de M. Allard contre l'ouverture d'un hôtel-restaurant au porte de Goulée, 25 juillet 1954.

    (...) qu'il existait avant 1939 quatre cafés dans la commune, qu'il n'en reste plus actuellement que deux (...).

  • Documentation concernant le mégalithe de Noaillac

    Selon Didier Coquillas,

    Loirac : Ensemble lithique non décrit. Rien ne fut signalé depuis le début du siècle. Un "dolmen" à Loirac, à peine mentionné, n'a fait l'objet d'aucune publication. Il serait aujourd'hui détruit et certains éléments auraient été transportés "sur la place de la mairie du centre". La nature de ce "mégalithe" paraît douteuse.

    Noaillac : Mention de silex dont des haches polies accompagnées de "poterie vraisemblablement séchée, très friable, et dont on ne rencontre que de petits fragments". Le site paraît très important mais n'a pas fait l'objet d'une étude approfondie. A. Meynieu envisage l'existence d'un menhir dans le même secteur mais ne le décrit pas. Il est le seul à signaler ce mégalithe.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Agrandissement de la place publique, 1896.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1966
  • Aménagement de la place publique, par l'architecte Nieudan, 1904.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1966.
  • Travaux sur la place publique, 1913.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1966
  • Élagage d'arbres de la place au Centre, 1910.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal (non coté)
  • Érection de l'école des sœurs en école communale, 20 mai 1860.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1860-1875. 1D3
  • Création d'une école laïque de filles 9 avril 1863.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1860-1875. 1D3
  • Création d'une école laïque de filles, 7 avril 1864.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municpal 1860-1875. 1D3
  • Protestation de M. Allard contre l'ouverture d'un hôtel-restaurant au port de Goulée, 25 juillet 1954.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal (non coté)
Documents figurés
  • « Plan de partie du bourg du Centre, indiquant la position des écoles par rapport aux lieux publics à construire ». Dessin au crayon, s.n., certifié véritable par le maire le 21 janvier 1890.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 1960
Bibliographie
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

Liens web

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer