Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Village de Bayon-sur-Gironde

Dossier IA33008746 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations village
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Hydrographies Gironde la Dordogne la
Adresse Commune : Bayon-sur-Gironde
Lieu-dit : Cadastre : 1819 B1 68 à 140 ; 2015

Le village situé sur le coteau s'est développé autour de l'église du prieuré dépendant successivement des abbayes de Bonlieu, Saint-Vincent de Bourg puis de l'ordre des Feuillants. Construite au 12e siècle, elle a été remaniée, restaurée et agrandie au cours du 19e siècle.

Sur le plan cadastral de 1819, quelques propriétés gravitent dans les environs de l'église. Le cimetière est encore situé autour de celle-ci. En 1847, le conseil municipal propose de le transférer à distance des habitations, pour des raisons d'hygiène et de salubrité publique.

La mairie-écoles est construite en 1880 par l'architecte J. Hosteing sur une parcelle au nord-ouest de l'église.

En 1890-1893, une maison qui était contiguë à l'église au nord est acquise par la commune et détruite afin d'agrandir la place de l'église. Quelques années plus tard, en 1900, on procède à l'amélioration de la voie reliant la mairie à l'église avec la plantation d'arbres et l'élargissement de la place devant la mairie.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le village de Bayon-sur-Gironde domine l'estuaire de la Gironde, sur le coteau planté de vignes. Le clocher de l'église surmonté d'une statue de la Vierge est repérable de loin. Celle-ci constitue le cœur du village, organisé autour de la rue reliant Notre-Dame à la mairie. Quelques habitations accompagnent ces deux pôles ; le bourg est toutefois peu développé en comparaison avec certains hameaux de la commune (Plisseau, les lieux-dits de la corniche girondine, etc.).

Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, 2 O 777. Agrandissement de la place de l'église, 1890-1893.

    Acquisition d'1 maison Raymond, 27 février 1891, cad B 137 pour démolition et agrandissement de la place. Maison confrontant du nord-est au presbytère, du sud-est à la place de l'église, du sud-ouest à un passage entre la dite maison et l'église et à la dite place de l'église, et du nord-ouest par avancement partie à la place de l'église et partie aux vendeurs, et par retranchement aux dits vendeurs.

    AD Gironde, 2 O 777. Agrandissement de la place de la mairie, 1899-1900.

    Redressement de voirie : rapport agent-voyer cantonal 11 janvier 1900 : création avenue entre mairie et église = acquisition de terrains et élargissement de la place devant la mairie ; les rangées d'arbres de cette avenue seront placées à 3m de l'axe du chemin vicinal ; sur ce chemin ils seront plantés dans chaque rangée à 10 m de distance (...).

    AD Gironde, 2 O 777. Achat par la commune de la place de Millorit, 1913-1914.

    Pour le besoin des fêtes publiques ; vente du 19 mai 1914 ; mention de l'origine de propriété : terrain faisant partie du domaine de Millorit qui appartenait à Antoine Monier, marchand de bois, qui l'avait acheté à la famille Ribadieu, le 18 septembre 1879 ; Vendu à Blanc le 12 mai 1894.

  • Documentation sur le prieuré de Bayon, dépendant du prieur de Bourg

    AD Gironde. E suppl 2455 – GG2. Inhumation de Marguerite Faucon dans l'église, "comme ayant titre de sépulture donné par feu M. Souëf, prieur de Bayon, tant que ce bénéfice estoit uny à l'abbaye de Bourg" (24 février 1664.

    AM Bayon-sur-Gironde, Registre de délibérations de la commune, 1790. Délibération du directoire du district de Bourg, 1790/12/05.

    Concernant les meubles et effets du sieur Daleau, prieur de Bourg : scellés posés sur chay et maison du dit feu sieur Daleau ; cuvier avec deux pressoirs, un fouloir, deux barriques de piquette rouge dont les fûts appartiennent à sieur Martin Roux, deux ovales, un grand douillat ou gargouille, une canne (ou caisse ?) cerclée en fer, une mesure de Bourg cerclée en fer, 19 barriques cantonnières, 5 bastes, 3 barriques (?) de piquette rouge dont seulement les fu (sic) appartiennent au dit prieur, 4 pelles, 4 cuves, une écoulant 20 barriques, la 2e écoulant 16 à 17 barriques et la 4e écoulant 6 barriques, 2 douillats pour les cuves ou pressoir, une dale (?) et deux échelles ; petit chay du vin : 2 barriques de piquette rouge, dont les fu seulement appartiennent au prieur et entrant dans la fournière : une vieille cantonnière ; dans le chay : une cantonnière, un tonneau piquette rouge, 2 autres barriques piquette blanche dont les fu des 2 dernières seulement appartiennent au dit prieur, 4 barriques piquette blanche dont les fu seulement du prieur, un entonnoir, 7 barriques piquette rouge fu et lie et une cantonnière ; grand chay : 4 douillats, un entonnoir, une barrique de piquette dont el fu au dit prieur, une barrique entier (?) de lie plus une barrique vide, deux barriques de vin blanc, deux tierssons vin rouge, huit (?) barriques un tiers vidange, deux cantonnières, 33 barriques neuves, 22 autres barriques de vidange et 3 barriques vin rouge fut et lie ; chambre haute : 2 [?] et un grand pot de fer, 6 mauvaises cantonnières et une grande table ; grenier de la chambre haute.

    AM Bayon-sur-Gironde, Registre de délibérations de la commune, 1790. Inspection des scellés sur les biens de feu Daleau, 1790/12/15.

    Chais et cuvier dépendant du prieuré de la présente parroisse (Bayon) ; mention du grand portail du cuvier qui prend jour au levant sur la cour, qu'une autre porte qui est au nord du dit cuvier et qui communique à l'escalier des appartements au-dessus.

    AM Bayon-sur-Gironde, Registre de délibérations de la commune, 1790. Inspection des bâtiments 1791/08/16.

    Chay et cuvier du dit prieuré de Bayon : 2 pressoirs à vis et leur garniture, une fouloire carrée, 4 cuves cerclées en bios, un douil ou gargouille, 19 barriques cantonnières et 2 échelles à charger les cuves ; dans un petit chay au couchant 16 barriques vidanges de breuvage, 2 barriques cantonnières dont une défoncée des deux bouts, un petit tire-vin servant à mettre la cendre ; dans le chay à vin 6 douils grands ou petits, 18 barriques neuves, 7 barriques vidanges de vin, 31 barriques vidanges de breuvage, 6 barriques cantonnière, 9 basses ou comportes, 2 entonnoirs, 2 auvales, et une canne, 40 tains grands ou petits, dans les diverses chambres hautes 6 futailles cantonnières, un grand pot de fer, un vieux bois de [?] un tareau à percer les barriques, une hache à couper le marc (...).

    AD Gironde, 2 O 775. Lettre au préfet, 1833/03/01.

    Le prieuré de la commune de Bayon ayant été vendu en 1791 est aujourd'hui possédé par M. Dupouy médecin à Bordeaux, il existe au devant de la maison un morceau de terrain traversé par un sentier qui du presbytère conduit à l'église. Ce terrain est marqué au plan par la lettre G et se trouve désigné dans la commune par le nom de viager (?). Jusqu'au 29 décembre 1831, il a servi de passage au curé desservant sans aucun trouble mais à cette époque M. Dupouy ayant voulu s'en emparer et intercepter le moyen de communication qu'avait le presbytère avec le chemin public, l'autorité municipale arrêta l'entreprise, le procès verbal qu'il dressa à cet effet n'ayant reçu aucune suite, on crut l'affaire terminée. Cependant au mois de septembre 1832, une assignation est donnée au maire pour avoir fait aplanir le terrain qu'on venait de (?).

    AD Gironde, 2 O 775. Séance de délibération : litige concernant un terrain, 1834/10/31.

    Mention du PV d'adjudication du 5 mars 1791 portant vente en faveur du sieur Lataste du prieuré de Bayon au prix de 20000 livres : consistant en maison, chai, cuvier en bon état, une pièce de vigne dépendant du dit prieuré de la contenance d'environ 8 journaux, et une pièce de terre labourable et jardins en un tenant au-devant de l'église contenant 4 journaux ; PV de vente du domaine de la cure de Bayon du 10 mars 1791 en faveur de M. Lataste.

    COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

    Prieuré, dont ne subsiste que l'église, dépendant tour à tour des abbayes de Bonlieu, Saint-Vincent de Bourg puis l'ordre des Feuillants. A l'origine, édifice roman (12e siècle) à nef unique charpentée de trois travées et abside, fermé à l'occident par un clocher-porche carré. L'ensemble fut endommagé pendant la Fronde au milieu du 17e siècle, puis restauré en 1660 (en particulier le choeur) (...).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossiers d'administration communale, Bayon-sur-Gironde. Édifices publics et travaux, travaux divers, comptabilité, 1875-1940.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 777
Bibliographie
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire