Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Villa Castellamare

Dossier IA33001951 inclus dans Ville d'Hiver d'Arcachon réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations dite villa Castellamare
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Arcachon (commune)
Adresse Commune : Arcachon
Adresse : 4 place Turenne , 2 allée Corrigan
Cadastre : 2012 AH 36

Le nom de la villa est celui de son premier propriétaire. Castellamare figure sur le Plan Général d’Arcachon édité par l’agence de location Ducos pour l’année 1906. La villa a été construite peu avant cette date. Elle occupe la pointe nord d’une parcelle triangulaire située entre l’allée Corrigan et l’allée Rebsomen donnant sur la place Turenne. Elle est toute proche d’une des entrées du Parc Mauresque et donc à la limite de la colline dominant la ville basse, autrement dit le bourg d’Arcachon.

Il est tentant de rapprocher cette villa du « Pavillon frais » construit dans le jardin du Petit Trianon. Ce pavillon ou Salon frais est une fabrique de jardin -petite construction aménagée pour le promeneur- édifiée pour Louis XV et Madame de Pompadour par l’architecte Ange-Jacques Gabriel à la fin du XVIIIe siècle. La présence d’une villa de ce style sur le site de la Ville d’Hiver est à proprement parlé singulière, tout en n’étant pas unique. La date de sa construction montre qu’elle ne faisait pas partie du projet des frères Pereire de la deuxième moitié du XIXe siècle. L’aspect général fait penser aux belles villas méditerranéennes ; la blancheur de la maison et la végétation du jardin y étant pour beaucoup. Si le commanditaire lui a laissé son nom, celui du constructeur reste inconnu.

Il y a eu ici à l’évidence une volonté de se démarquer des villas alentours, parentes à peine éloignées des chalets Suisses. Castellmare tient plutôt de l’hôtel particulier, ou de la maison bourgeoise urbaine. La station balnéaire d’Arcachon a accueilli un grand nombre de ce que l’on appelait célébrités, terme que l’on trouve plus moderne de traduire en anglais. L’Avenir d’Arcachon ne manquait pas d’en présenter régulièrement la liste.

Dès les années 1889, le peintre Pierre Bonnard venait rendre visite à sa sœur dont l’époux était professeur de musique au lycée Saint-Elme. La qualité de la lumière –comme disent les peintres- a certainement incitée Pierre Bonnard à revenir sur le Bassin. Résident parfois à l’hôtel, parfois louant des villas, lui et sa femme occupent la villa Castellamare de la fin 1930 au début de l’année 1931. Le tableau La salle à manger sur le jardin a été peint dans la villa. « On n’a qu’à changer les taches de dimension et l’on peut faire vingt vues différentes d’Arcachon ? C’est ainsi que je me représente ce pays enchanteur… ».

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Bonnard Pierre, personnage célèbre, attribution par source

La villa comprend un sous-sol et un rez-de-chaussée surélevé. Un escalier droit donne accès au rez-de-chaussée surélevé dont la terrasse est bordée par un garde-corps en pierre à balustres en poire. La balustrade couronnant le logis masque un toit terrasse. Les pilastres, le garde-corps et la balustrade sont des emprunts au vocabulaire de l'architecture classique.

Murs pierre
Étages sous-sol, rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • LEROUGE Renée. Les villas de la ville d'Hiver d'Arcachon de 1863 à nos jours. T.E.R. de maîtrise d'Histoire de l'art moderne et contemporain sous la direction de M. Daniel Rabreau. - Bordeaux : Université Michel de Montaigne, 1991.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine : TU LER
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand