Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre

Verrière à personnages : Saint Joseph et saint Louis IX (baie 2)

Dossier IM40006391 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations verrière
Titres Saint Joseph et saint Louis IX
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Dumes
Emplacement dans l'édifice chapelle latérale sud (baie 2), au-dessus de l'autel de saint Joseph

La plupart des verrières de la nouvelle église de Dumes furent exécutées par le Bordelais Dagrant. Celle de la chapelle Saint-Joseph, unique œuvre recensée à ce jour dans les Landes du verrier parisien d'origine lorraine Émile Hirsch (1832-1904), fut offerte à l'occasion du mariage de Marie-Thérèse de Navailles, fille des châtelains de Dumes Henry de Navailles-Banos et Louise Lafitte, avec son cousin germain Louis de Boussès de Fourcaud (Beaumarchès, Gers 1851 - idem 1914) - la date de la cérémonie, le 11 mars 1889, est inscrite au sommet de la verrière. Louis de Fourcaud, poète parnassien, fameux historien d'art et critique musical, ami de César Franck et de John Singer Sargent (qui le portraitura), biographe et thuriféraire de Wagner, laissa une œuvre abondante dans ses différents domaines d'étude. Il fut pendant près de quarante ans (1876-1914) un collaborateur assidu du journal monarchiste Le Gaulois, qui annonça son mariage landais dans l'édition du 21 mars 1889.

Plutôt qu'au curé Adolphe Ponse (Suau, 2012, p. 40), la commande de la verrière revient très certainement à Fourcaud, critique de Salon qui commenta à plusieurs reprises la production d'Émile Hirsch lors d'expositions parisiennes (comme celle des Arts décoratifs en 1893). Le commanditaire y fit représenter son saint patron, par ailleurs figure tutélaire des royalistes français. L'invention de cette figure, comme celle du saint Joseph qui lui fait pendant, est certainement due à Hirsch lui-même, qui fut tout au long de sa carrière peintre et cartonnier pour des verriers comme Eugène Oudinot ou Henri Carot. Parmi ses verrières recensées, les Saint Pierre et Saint Paul de l'église Saint-Jean-Baptiste de Sceaux, œuvres tardives de 1899, sont particulièrement proches du vitrail dumois, tant par le type des personnages et leur facture que par le décor architecturé qui les encadre. A noter que le peintre Georges Rouault (1871-1958), alors débutant, fut employé par Hirsch de 1887 à 1890, à l'époque de la création de la verrière de Dumes.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1889, porte la date
Lieu d'exécution Commune : Paris
Adresse : rue Gauthey
Auteur(s) Auteur : Hirsch Émile,
Émile Hirsch (1832 - 1904)

Né à Metz en 1832, mort à Lambézellec (Finistère) en 1904. Peintre-verrier et cartonnier, collaborateur d'Oudinot à Paris, fonde sa propre fabrique à Boulogne-Billancourt en 1868.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature
Personnalité : Boussès de Fourcaud Louis de,
Louis de Boussès de Fourcaud (1851 - 1914)

Né à Beaumarchès (Gers) le 6 novembre 1851, mort au même lieu le 19 octobre 1914. Écrivain, poète parnassien, critique d'art et critique musical (notamment au journal monarchiste Le Gaulois), ami et biographe de Richard Wagner et de César Franck.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par travaux historiques
Personnalité : Boussès de Fourcaud Marie-Thérèse de,
Marie-Thérèse de Boussès de Fourcaud , né(e) Navailles-Banos de

Fille du baron Henry de Navailles-Banos et de Louise Lafitte ; épouse à Dumes (Landes), le 11 mars 1889, son cousin germain le célèbre critique d'art Louis de Boussès de Fourcaud (1851-1914).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par travaux historiques

La verrière est composée de deux lancettes en arc brisé surmontées d'un oculus quadrilobé. Verre teinté dans la masse pour les fonds de ciel, verre peint pour les figures, grisaille avec rehauts au jaune d'argent pour les ornements architecturaux.

Catégories vitrail
Structures lancette, 2, en arc brisé oculus de réseau, polylobé
Matériaux verre transparent, peint, polychrome, grisaille sur verre
plomb, réseau
Mesures h : 250.0
Précision dimensions

Lancettes : h = 162 ; la = 75 (chacune).

Iconographies figure, saint Joseph, saint Louis roi
ornementation, ornement à forme architecturale, arcature, dais architectural, tenture, ornement à forme végétale, rinceau, armoiries
Précision représentations

Dans chaque lancette, un personnage en pied devant une tenture damassée (à gauche, saint Joseph avec un lys et un maillet de charpentier, à droite saint Louis IX couronné présentant la couronne d'épines) ; soubassement architecturé et armorié avec baies à remplages, dais à gâbles gothiques et pinacles fleuronnés soutenu par des piédroits à lancettes ; dans l'oculus de réseau, au centre, un réseau hexalobé à fleurons encadrant une banderole à inscription, le tout entouré de rinceaux d'acanthe se déployant dans les quatre lobes de l'oculus.

Inscriptions & marques signature, peint
date, peint
armoiries, peint
Précision inscriptions

Signature et date (lancette de droite, en bas à gauche et à droite) : HIRSCH // PARIS 1889. Date (dans l'oculus sommital, sur la banderole) : 11 MARS 1889.

Armoiries (lancette de gauche, au milieu du soubassement) : Écartelé, aux 1 et 4 d'azur au lion d'or, aux 2 et 3 losangé d'argent et de sable ; couronne de marquis (de Navailles). Armoiries (lancette de droite, au milieu du soubassement) : D'argent au lion de sable, au chef d'azur chargé d'une étoile d'argent ; couronne de comte (de Boussès de Fourcaud).

États conservations grillage de protection

Unique verrière répertoriée à ce jour dans les Landes du verrier parisien d'origine lorraine Émile Hirsch ; don du célèbre critique d'art Louis de Fourcaud.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Annexes

  • Extrait du "Gaulois", 21 mars 1889, p. 2

    TOUT-PARIS / CARNET DE MARIAGE / Un mariage qui resserre les liens de deux anciennes familles du midi de la France déjà unies par la parenté. / Notre collaborateur M. de Fourcaud vient d'épouser sa cousine Mlle Marie-Thérèse de Navailles, fille du baron et de la baronne Henry de Navailles-Banos. / La famille Boussès de Fourcaud est l'une des meilleures et des plus justement honorées du département du Gers. Elle descend de ce Pierre ou Perroton de Boussès, gentilhomme gascon qui commanda la garde royale écossaise au siège de Corbie, sous Louis XI, et reçut de si belles lettres du Roi pour l'avoir "continuellement servi dans ses guerres". On voit, parmi ses alliances, les noms de Peguilhem-Betbèze, d'Orbessan, de Saulx de Béon, de Barèges, de Salvert-Montroignon, etc. / Pour les Navailles, ils sont de race béarnaise et de vieille illustration. La commanderie de Bessaut, de l'Ordre de Saint-Jacques-de-l'Épée, était dans leur maison à titre héréditaire et ils étaient qualifiés premiers barons de Béarn. / Le mariage de M. L. de Fourcaud et de Mlle de Navailles a eu lieu le 11 mars, au château de Dûmes (Landes). / M. l'abbé de Meu a donné aux époux la bénédiction nuptiale et prononcé un éloquent discours. Les témoins du fiancé étaient le vicomte Fernand de Loubens de Verdalle et le comte Henry de Castelbajac, ceux de la fiancée, MM. de Ladoue et Guittau. / S. S. le pape Léon XIII avait daigné accorder aux nouveaux mariés la grande bénédiction apostolique. / Il y a eu réception au château et fête populaire après la cérémonie. / Remarqué parmi les assistants : / M. E. de Ladoue, baron de Gavardie, ancien sénateur, et baronne de Gavardie ; M. et Mme G. Guittau, M. et Mme Labarthe-Vacquier, comtesse de Barbotan, Mme de Ponthaud et M. J. de Ponthaud, Mme Lacave-Laplagne, Mlle J. d'Autras, M. Ch. Carène, comtesse de Séroka, comte Gaston de Navailles-Labatut, M. et Mme Léon Dufour, M. et Mlle de Laborde-Lassalle, M. et Mme Henry de Monda, comte et comtesse Bertrand de Galard, M. H. d'Espourrin, vicomte et vicomtesse de Loubens, M. et Mme Ch. de Lannemas. / Par une coïncidence assez rare, le mariage du frère de notre collaborateur, M. Raoul de Fourcaud, avec Mlle Gabrielle d'Espourrin avait eu lieu deux jours auparavant, à l'église Saint-Jean, à Tarbes, devant une affluence considérable. Mlle GabrieIIe d'Espourrin est l'arrière-petite-fille du légendaire seigneur de Vigée de Miramon, qui composa des chansons patoises que les échos des Pyrénées répètent toujours, et auquel on a élevé des monuments en plusieurs endroits de la montagne. MARC GÉRARD.

Références documentaires

Bibliographie
  • HARTMANN Paul. Émile Hirsch, peintre-verrier, 1832-1904. Brochures multigraphiées, Sceaux, 1987, 1990, 1992.

  • SUAU Jean-Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012, vol. I (Donateurs et créateurs).

    p. 40, 68, 153
  • Annuaire Général héraldique pour 1902. Organe officiel des Cours, du Monde diplomatique et de la Noblesse. Paris, 1902.

    p. 280 ("de Boussès de Fourcaud")
Périodiques
  • FOURCAUD Louis de. "Les arts décoratifs aux Salons". Revue des Arts décoratifs, vol. XIV, 1893-1894.

    p. 376-378
  • Le Gaulois, 21 mars 1889.

    p. 2 ("carnet de mariage")

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe