Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine électrométallurgique d'aluminium Péchiney

Dossier IA64002462 réalisé en 2012
Précision dénomination usine d'aluminium
Appellations usine électrométallurgique Péchiney
Dénominations usine électrométallurgique
Aire d'étude et canton Bassin de Lacq
Adresse Commune : Noguères
Cadastre : 2015 AA 11
Adresse Commune : Pardies
Cadastre : 2015 AB 4
Précisions

A la fin des années 1950, la Compagnie Péchiney étudie la possibilité d’opter pour l'utilisation d'une énergie issue du gaz de Lacq, grâce à sa transformation en électricité par une centrale. Entre 1957 et 1958, plusieurs protocoles vont ainsi être signés entre Péchiney, EDF et la Société nationale des Pétroles d'Aquitaine afin de créer une centrale électrique à proximité du gisement de Lacq destinée à alimenter principalement une usine d'aluminium Péchiney et le reste du complexe de Lacq. Ces différents engagements lient les trois sociétés pour une période de 30 ans jusqu'en 1987. La centrale EDF est bâtie à Artix, sur la rive droite du gave de Pau, et commence à fonctionner en 1959 ; Péchiney s’implante à proximité, sur la commune de Noguères. La société fait alors construire pour ses ingénieurs un lotissement au sein de la ville nouvelle de Mourenx, au lieu-dit "du Paloumé".

La production d’aluminium commence en 1960 et en 1963, elle atteint déjà 28 % de la production française. La production annuelle sera ensuite de 100 à 120 000 tonnes d'aluminium. Les conditions de travail sont difficiles et l'usine connaît en 1973 une grève sans équivalent au sein du groupe Péchiney avec un arrêt des cuves pendant 54 jours. Dès le début des années 1980, après les chocs pétroliers, la centrale d'Artix amorce une période de repli du fait d’une perte de rentabilité inéluctable due à la concurrence du nucléaire, du coût du combustible et des dépenses d’exploitation liées à l’usure des installations. Elle s’arrête définitivement en 1987. Côté Péchiney, une phase de récession s’amorce également au niveau international. Avec l’arrêt de la centrale d’Artix et la mauvaise position logistique du site (loin des matières premières et d’un port pour l’exportation), la direction du groupe décide de ne pas moderniser les installations vieillissantes, mais privilégie la création d’une usine à Dunkerque, conjuguant équipement moderne et implantation stratégique. Même si ce choix est rudement vécu en France pour une société nationalisée, il est assumé par l’Etat et l’usine s’arrête en 1991, puis est entièrement démantelée. En 1990, 575 personnes y travaillaient encore. En 2012, la friche industrielle laissée par Péchiney occupe 66 hectares et est toujours en cours de dépollution.

Période(s) Principale : 2e moitié 20e siècle , daté par source , (détruit)

Démantelée à partir de sa fermeture en 1991, l'usine Péchiney de Noguères est aujourd'hui entièrement détruite. D'après la documentation, il est cependant possible de décrire succinctement les bâtiments qui la composait. Dans ce type d'usine, la fabrication d'alumimium se fait par réduction électrolytique de l'alumine dissoute dans la cryolithe. Ainsi, à Noguères existaient trois longues halles de 800 m de long dénommées A, B et C, à charpente métallique, avec toit à deux pans et lanterneau, la couverture étant en fibrociment ondulé. Elles avaient été construites de façon à disposer en série des cuves électrolytiques Soderberg, dans lesquelles, sous une faible tension, circulait un courant de 110 000 ampères. Les bâtiments administratifs étaient, eux, dotés d'une ossature en béton armé, de murs en parpaings de ciment enduits et à toit terrasse.

Couvertures
États conservations détruit
Techniques

Site en cours de dépollution

Statut de la propriété propriété d'une société privée
Protections

Références documentaires

Bibliographie
  • LECLOUS René. Histoire des sites producteurs d’aluminium : les choix stratégiques de Péchiney 1892-1992, Paris : Les Presses de l’Ecole des Mines, 1999.

  • MAISON-SOULARD Laetitia, BELTRAN Alain, BOUNEAU Christophe. Le bassin de Lacq : métamorphoses d'un territoire. Pessac: Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 2014 (Cahiers du Patrimoine ; 105).

Périodiques
  • PERIERES Monique. « Une grande compagnie industrielle : Péchiney », Revue de géographie alpine, 1955, tome 43, n°1, p. 151-212.

    p. 151-212
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine - Maison-Soulard Laetitia